Version classiqueVersion mobile

Cryptes médiévales et culte des saints en Île-de-France et en Picardie

 | 
Pierre Gillon
, 
Christian Sapin

Études de cas de « non-cryptes »

Senlis (Oise). La « crypte » de la chapelle octogonale de la cathédrale Notre-Dame

Marc Durand

Note de l’éditeur

Avec la collaboration de : Julie Aycard [contributeur], Chercheur en histoire et archéologie, directrice de Memoriae.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La chapelle octogonale romane accolée au flanc sud de la cathédrale est composée d’un niveau haut utilisé comme une probable salle du trésor puis comme sacristie, et d’un niveau bas qualifié de crypte : celui-ci a fait l’objet de plusieurs sondages archéologiques au cours du xxe siècle. Il repose sur des substructions du haut Moyen Âge chevauchant des murs gallo-romains. Sa fonction n’a pas pu être définitivement établie et plusieurs hypothèses sont avancées.

Localisation et environnement

D’origine gallo-romaine, Senlis (Augustomagus) possède un secteur sauvegardé dans lequel s’inscrit la cathédrale Notre-Dame. Érigée, pour sa majeure partie, dans le castrum ceinturé par une muraille ovale – une des mieux conservées de France – de la fin du iiie ou du début du ive siècle (Durand, 2005), la cathédrale fait partie du petit groupe des édifices cultuels du premier art gothique, réalisés à l’exemple de l’abbatiale de Saint-Denis. Dans son environnement se trouvent, au levant, le palais épi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search