Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Responsabilité Sociale de l'Entreprise

 | 
Frédéric Chavy
, 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel
, 
et al.

En guise de conclusion…

La RSE peut-elle contribuer à la sortie de crise ?

Michel Capron

Texte intégral

1Dans le contexte actuel de crise du capitalisme, penser sa régulation en lien avec la RSE suppose d’articuler les niveaux micro et macro-économique. En d’autres termes, il n’est pas possible d’isoler la RSE des politiques macro-économiques publiques et de porter une appréciation sur le comportement des entreprises indépendamment du mouvement général du capital.

2Ce qui nous intéresse n’est pas tant le comportement de telle ou telle entreprise, saisie individuellement, mais – surtout dans ce contexte – le comportement de l’ensemble des entreprises dans le cadre de politiques nationales et de mesures prises au niveau international. D’une manière générale, la question la plus importante est : « dans quelle mesure l’activité des entreprises contribue-t-elle au bien-être collectif ? ».

3La crise peut-elle favoriser cette prise en compte, voire une prise en charge de la production et de l’entretien de biens publics ? Cela pose le problème de la prise en charge respective de ces biens par l’État et les entreprises. Or la réponse ne peut se faire sans préciser ce que l’on entend par RSE, à quelle conception de la RSE l’on se rattache.

4S’il s’agit d’un mouvement de (re)légitimation des entreprises auprès de la société civile, comme cela fut souvent dit, il faut reconnaître que tout est à refaire dans un certain nombre de secteurs (banques, automobile,…).

5S’il s’agit de l’incitation d’aller au-delà des obligations légales et conventionnelles, comme nous le suggère l’Union européenne, dans le Livre vert sur la RSE et d’autres déclarations, on peut l’interpréter comme un encouragement à se substituer aux pouvoirs publics dans la fourniture de biens collectifs. Dans la situation actuelle, les entreprises ont beau jeu de dire que ce n’est vraiment pas le moment, qu’elles doivent réduire les coûts et les budgets et se centrer sur leur cœur de métier.

6Entreprises et pouvoirs publics se retrouvent ainsi en porte-à-faux : d’un côté, les autorités, en particulier à Bruxelles, nous disent qu’une des caractéristiques essentielles de la RSE consiste à ce que les pouvoirs publics confient aux entreprises des missions d’intérêt général et de l’autre, la régulation publique et les interventions de l’État dans l’économie reviennent au galop. Ce retour de la régulation publique est en complète contradiction avec le mouvement de la RSE qui a accompagné la dérégulation de ces 20 dernières années. Que l’on se réjouisse ou non de ce retour de l’État, cela signifie que la RSE a perdu de son aura et qu’aujourd’hui, elle apparaît moins comme l’un des éléments centraux d’un nouveau type de régulation susceptible de succéder au modèle de régulation fordiste.

  • 1 Voir mon article : « Les trois âges de la RSE », Alternatives économiques, Hors série Poche, n° 41 (...)

7Mais de quelle RSE parle-t-on1 ?

8La RSE du « business ethics » ne peut guère nous inciter à croire que la sortie de crise puisse s’appuyer sur le bon vouloir de quelques chefs d’entreprise éclairés, guidés par leur éthique personnelle. Il y a bien longtemps que la recherche d’un capitalisme vertueux relève de la quête du Graal.

9La RSE de l’utilitarisme stratégique qui voit dans la RSE l’opportunité de trouver des avantages compétitifs est plus sérieuse. Le capitalisme a en effet l’extraordinaire faculté de trouver dans ses propres contradictions et turpitudes les voies de nouvelles opportunités de valorisation du capital. Notamment, il y a certainement de belles opportunités d’investissement dans l’économie dite « verte », à tel point qu’elle pourrait donner lieu à une nouvelle bulle spéculative. Mais l’avantage compétitif n’a qu’un temps et assez rapidement, la présence des « passagers clandestins » vient rappeler que les avantages ont aussi des coûts que seuls supportent les défricheurs. Les pionniers doivent alors se tourner vers l’État pour mettre de l’ordre et faire rentrer les passagers clandestins dans le bon chemin de la « concurrence loyale ».

10La troisième conception de la RSE est celle de la raison ; celle qui s’appuie sur l’idée qu’une sortie de crise ne peut survenir durablement sans une remise en cause profonde des modes de production, d’échanges et de consommation ; celle qui consiste à équilibrer l’efficacité économique avec l’équité sociale et la pérennité de l’environnement naturel et qu’on appelle parfois modèle de développement soutenable. Elle consiste à demander aux entreprises de produire des biens communs tout en leur faisant admettre un contrôle de la société civile sur leurs activités. Elle suppose une régulation internationale s’appuyant sur des normes sociales et environnementales universelles.

11Cette dernière conception remet profondément en cause la nature de l’entreprise, ses finalités et d’une manière sous-jacente le droit de propriété, car elle restreint notamment le droit d’usage des moyens dont elle dispose. Nous sommes alors en face de deux problèmes majeurs :

  • Celui des conditions inégales de production à travers le monde qui implique de faire face à la fragmentation d’intérêts particuliers (nationaux ou autres) en codifiant par des normes internationales les rapports sociaux en dehors des sphères nationales ;
  • Celui d’une surconsommation de certaines couches sociales dans les pays industrialisés (notamment aux USA) vivant au-dessus de leurs moyens, provoquant l’accumulation de déficits qu’une Chine complice accepte d’éponger en achetant des bons du Trésor américain.

12Sur ces deux sujets, les deux principaux antagonistes ne semblent pas encore prêts à se remettre en cause et nous continuons donc dans une fuite en avant consistant à faire porter le fardeau aux générations futures.

13La conclusion serait qu’il faut plutôt renverser la question de départ, car la crise est l’épreuve de vérité pour la RSE. La crise va sans doute permettre de déconstruire et de reconstruire un concept né dans un tout autre contexte. Elle va enfin permettre de poser sérieusement la question des relations entreprises-société et, en particulier, de la régulation des activités économiques autrement qu’en faisant uniquement confiance aux démarches volontaires des entreprises.

Notes

1 Voir mon article : « Les trois âges de la RSE », Alternatives économiques, Hors série Poche, n° 41, novembre 2009, p. 7-8.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540