Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Responsabilité Sociale de l'Entreprise

 | 
Frédéric Chavy
, 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel
, 
et al.

Troisième partie. Enjeux politiques d'un mouvement émergent

Des chances d’un développement durable centré sur l’autonomie, à la lumière des travaux d’Illich, Girard et Beck, et de la nécessité d’une RSE de seconde génération

Gérald Orange

Texte intégral

« Seul dans sa fragilité, le verbe peut rassembler la foule des hommes pour que le déferlement de la violence se transforme en reconstruction conviviale . »
Ivan Illich (1973, p. 157)

  • 1 Elle l’est incontestablement pour les français qui, à la question « Nous allons bientôt vivre une (...)
  • 2 L’empreinte écologique est, à ce jour, le meilleur indicateur de cette dégradation. Il pourrait se (...)

1Pourquoi envisager le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises (RSE) dans une perspective mobilisant les analyses d’Ivan Illich, de René Girard et d’Ulrich Beck, des auteurs dont les théories relèvent de registres qui n’ont apparemment rien de commun ? Chacun a compris que la planète va connaître des modifications profondes et que l’humanité est en sursis1. Le sursaut se prépare et tous les acteurs – les citoyens du monde, les États-nations et les grands groupes transnationaux – sont conscients que, dans quelques années, la gouvernance sur la planète devrait imposer des conditions drastiques de production et de consommation. Oui mais, les transitions à cette échelle planétaire seront difficiles. Il n’est pas certain que le projet d’un développement durable (DD) efficace sera atteint, capable de stabiliser le cycle anthropique du réchauffement climatique et d’inverser celui des pollutions de toute nature et de toute origine2.

2On peut penser que ce sera difficile en raison même de cette transition qui incite les acteurs à anticiper les contraintes et les interdictions avant qu’elles ne voient le jour. L’impression domine que les grands groupes, même s’ils investissent dans les énergies renouvelables ou dans les diverses formes d’éco-production, multiplient les pressions pour réaliser, tant qu’il est encore temps, des projets hors normes qui leur garantiront des profits pendant des dizaines d’années : projet d’EPR pour la France, singulièrement, mais aussi projets de grands barrages, d’autoroutes sur tous les continents… Cette pression des grands groupes, seuls capables de réaliser de tels projets, a pour l’instant l’aval des États-nations et résiste à l’opposition croissante de la société civile mondialisée. Pourtant, le compte à rebours est commencé.

3De plus, cette frénésie de projets pharaoniques, voire aussi plus modestes mais tout aussi contraires à l’esprit du DD, se mêle à une tendance plus insidieuse. Elle consiste, au nom du développement durable ou de la lutte contre le réchauffement climatique, à faire une nouvelle fois une confiance aveugle dans le progrès technique pour trouver des solutions « par le haut » à ces dérèglements. C’est là que l’œuvre d’Ivan Illich est intéressante car, à l’instar de sa distinction entre production autonome et production hétéronome, l’opposition se reproduit sur la question du développement durable. La RSE s’en mêle pour prôner un développement durable hétéronome qui ne dit pas son nom et qui, inéluctablement, conduira au même constat de contreproductivité qu’Illich dénonçait dans ses ouvrages dès les années 1970.

  • 3 La définition d’une RSE de seconde génération pourrait en être la suivante : une RSE dont l’engage (...)

4L’objet de l’article consistera à développer cette idée et à montrer le rôle des formes de démocratie nouvelles qui permettent à la société civile mondialisée – allusion à Ulrich Beck et au rôle d’Internet – d’infléchir les actions vers un DD autonome alors que les lobbys industriels s’évertuent à tirer le DD dans le prolongement de la production hétéronome, en continuant à détourner à leur profit le progrès technique. La mimesis d’appropriation de René Girard, sous sa forme de médiation externe, moins rivalitaire car fondée sur l’imitation, pourrait-elle apporter l’espoir d’une contagion salutaire ? Y aurait-il matière, dans ce cadre, à imaginer une RSE de deuxième génération3 ? Cette nouvelle RSE rassemblerait les efforts vers d’autres modes de production et de consommation dont les produits seraient des outils conviviaux que les hommes pourraient consommer, réparer, voire produire, sans être à la merci d’une armée de spécialistes.

5L’article déroulera cette perspective en trois temps. Le premier, normatif, exposera les deux scénarios du développement durable inspirés des deux mondes de production d’Ivan Illich. Dans un second temps, nous montrerons l’impasse d’un DD uniquement inspiré par le monde hétéronome. Enfin, dans un troisième temps, seront exposées de manière positive, les chances de réussite d’un DD fondé sur la convivialité et la nécessité dans cette perspective de construire une RSE de seconde génération. La conclusion proposera une approche synthétique de l’apport des trois auteurs.

Les tensions entre deux scénarios du développement durable : la poursuite insensée du développement hétéronome ou la voie prometteuse du développement autonome

6Bien avant que sonne l’heure des stratégies privées et publiques inspirées du développement durable, Ivan Illich tentait en vain d’attirer l’attention sur les désastres auxquels nous conduisaient la vision communément admise du progrès technique. Partant d’une distinction entre production autonome, où l’individu restait maître des outils simples qu’il utilisait pour satisfaire ses besoins dans un cadre familial, amical et de voisinage, et production hétéronome pour laquelle l’individu n’était plus que le consommateur de biens et de services de plus en plus sophistiqués dont la conception et la fabrication échappaient à son contrôle, l’auteur montre l’irrésistible ascension de la seconde au détriment de la première.

7La question n’est pas de revenir sur cet épilogue de l’âge industriel mais de se poser une question face à la multiplication des politiques s’inspirant du développement durable et de se demander dans quelle mesure deux tendances s’affrontent à l’instar de la distinction entre les deux modes de production.

8Il n’est pas difficile de repérer ces deux courants déjà en opposition. Du côté des sources d’énergie capables de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), l’un prône le recours au nucléaire, la multiplication des grands barrages et des champs d’éoliennes, l’autre des solutions misant principalement sur l’efficacité des économies d’énergie, des énergies renouvelables produites sur les lieux d’habitat et d’activité… Les pratiques de la consommation apportent une vision similaire entre d’un côté un engagement réfléchi vers le refus de certaines formes de consommation et le choix des consommations alternatives avec le commerce équitable ou le retour aux cultures vivrières, avec la multiplication des bourses locales d’échange de biens et de services, des associations de maintien d’une agriculture paysanne (AMAP), des centrales d’achat des producteurs biologiques, des achats d’occasion sur Internet ou dans les foire-à-tout… ; de l’autre, les efforts entrepris pour imposer les OGM ou proposer des produits labellisés qui ne réduisent qu’à la marge la production polluante…

9Le tableau présenté en annexe fournit un aperçu incomplet de ces tendances au sein desquelles les acteurs s’organisent pour faire valoir la justesse de leur orientation auprès des pouvoirs publics et convaincre les usagers-clients de partager leurs efforts. La tension entre ces deux modes de DD risque de prendre de l’ampleur pour deux raisons interdépendantes : d’une part les opposants au DD hétéronome s’enhardissent chaque jour de la percée de leurs actions au plan international mais aussi des constats régulièrement plus alarmistes de la communauté scientifique, d’autre part, les grands groupes veulent profiter de l’espace de flottement des États-nations pour imposer des projets irréversibles et relevant de la surprogrammation, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, avant que cela ne soit plus possible.

10L’aspect dialogique est essentiel pour comprendre les orientations du tableau (en annexe) car elles ne s’opposent pas toutes point à point et peuvent parfois être complémentaires en dépit de cette partition. Tous les efforts d’innovation, qu’ils soient orientés vers une production locale maîtrisée ou vers l’adaptation d’une production hétéronome plus respectueuse de l’environnement dans un cadre social amélioré, permettent des avancées dans les consciences porteuses de résultats. Sans doute, certaines de ces orientations peuvent-elles se combiner pour réaliser la transition vers une société durable, mais avec quelle volonté politique et jusqu’à quel point ? En d’autres termes, le développement hétéronome, même infléchi au nom du développement durable, est-il viable ?

11Si le constat de l’existence de deux voies menées au nom du développement durable est difficilement réfutable, il reste encore à prouver que les conséquences de la voie hétéronome sont désastreuses pour l’avenir de la société et de la planète, d’autant qu’elles s’additionnent à un dérèglement écologique bien avancé.

L’impasse du scénario orienté vers la poursuite du développement hétéronome

12Cet article propose à la réflexion une clé de compréhension de l’avenir en mobilisant les travaux de trois auteurs majeurs dans leur domaine de recherche. D’abord, Ivan Illich (1926-2002), philosophe autrichien, déjà évoqué, sert de socle analytique en mettant au premier plan le rôle ambivalent du progrès technique et son projet de société conviviale. Ensuite, René Girard, anthropologue français, est mis à contribution avec son concept de mimésis d’appropriation et qui ne cesse dans ses ouvrages d’expliquer que la violence est contagieuse si des mécanismes ne parviennent pas à l’expulser, comme ce fut le cas dans les sociétés anciennes avec les rituels religieux sacrificiels, et aujourd’hui en partie par le rôle de l’économie et des institutions. Mais la mauvaise mimésis, à l’origine de la violence entre les hommes, a aussi un autre versant avec la bonne mimésis à l’origine de l’imitation dans tous les phénomènes d’apprentissage de la société… Enfin, Ulrich Beck, sociologue allemand, s’est distingué par une théorie originale sur le pouvoir et le contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation. Les conflits et alliances entre les trois grandes catégories d’acteurs de la mondialisation – les États-nations, les groupes transnationaux et la société civile – permettent de proposer une lecture prédictive de l’évolution des rapports de force dans ce contexte de crise écologique à échelle planétaire.

Les deux mimésis d’appropriation : la contagion violente ou l’imitation généralisée

13Reprenant les travaux de René Girard sur l’enchaînement de la rivalité mimétique qui conduit à la contagion de la violence, Jean-Pierre Dupuy (1992) est arrivé à la conclusion que l’économie et le marché « contient la foule dans les deux sens du terme ». Elle rassemble les hommes de manière pacifique et les dissuade de recourir à la violence. Est-ce toujours vrai ? René Girard fait remarquer qu’à la longue la société de consommation s’autodétruit.

« Lorsque ce système devient permanent, toutefois, les individus finissent par se désintéresser de ces objets trop accessibles et identiques. Il faut du temps pour que cette usure se produise, mais elle se produit toujours. Parce qu’elle rend les objets trop faciles à acquérir, la société de consommation travaille à sa propre destruction. Comme tout mécanisme sacrificiel, cette société a besoin de se réinventer de temps à autre. Pour survivre, elle doit inventer des gadgets toujours nouveaux. Et la société de marché engloutit les ressources de la terre, un peu comme les Aztèques qui tuaient toujours plus de victimes. Tout remède sacrificiel perd de son efficacité avec le temps. » (Girard, 2004, p. 100)

14Cette fin n’est sans doute pas pour demain. Pourtant d’autres tendances contribuent à réduire l’efficacité de cette barrière contre la violence dont les signes de son effritement se multiplient. Les paradis fiscaux par où transite la moitié des mouvements de capitaux mondiaux, les salaires des dirigeants et les surprimes, l’expulsion des paysans de leur terre au nom des grands projets ou la ruée des pays vers l’achat de terres cultivables ou recélant des richesses minières inexploitées… autant de signes d’un dérèglement majeur de notre système.

  • 4 Pour René Girard, le Justice est le lieu où s’exerce la vengeance des hommes pour éviter qu’elle n (...)

15Finalement, l’économie n’est devenue aujourd’hui – contrairement au lendemain de la Seconde guerre mondiale – qu’un piètre rempart contre la montée de la violence. C’est donc davantage aux institutions démocratiques et à la Justice4 de canaliser cette violence. L’affaiblissement des États-nations, et du même coup celui des institutions internationales, un marché mondial qui peine à contenir la violence, et qui parfois l’exacerbe… quel mécanisme pourrait aujourd’hui retourner ces énergies rivalitaires vers un objectif pacifique ?

16La société planétaire aurait-elle atteint un niveau de crise sacrificielle, celui où les hommes doivent choisir entre un chaos prévisible et inéluctable ou un sacrifice à la hauteur de l’enjeu qui les réconcilie pour un temps ? Il nous semble urgent de construire cette sortie de crise grâce à un objectif capable de rassembler les hommes autour d’une mimésis d’apprentissage.

17Par quel miracle la « bonne » mimésis pourrait-elle envahir le champ d’un développement durable convivial et déclencher un processus d’imitation contagieux ? On peut déjà répondre que c’est déjà le cas. Au nom du DD, de l’écologie, de la RSE… des milliers de projets voient le jour. Ce concept flou a créé un univers controversé qui justement alimente des actions en ce sens, prenant des allures exponentielles, avec le danger majeur souligné de reproduire l’opposition illichienne qui ferait retomber tout cet effort dans la contreproductivité.

La société civile mondialisée sera-t-elle à même d’infléchir les aspects hyperindustriels du DD ?

18Ulrich Beck apporte cependant cet espoir de contagion par une analyse renouvelée des pouvoirs dans la mondialisation. Dans la tradition wébérienne cultivant l’approche idéal-typique, ce sociologue résume le monde à trois centres de pouvoir fondamentaux : les États-nations, les sociétés transnationales et la société civile mondialisée par l’essor des TIC. La situation décrite est simple et synthétique, et son essor incontestable depuis l’exposé de cette thèse en 2003. Les États-nations sont en perte de vitesse face à la mondialisation et ont perdu de leur pouvoir en particulier face aux multinationales qui ont rapidement su s’affranchir de toutes les règles, ou même les établir à leur avantage.

19Mais sans doute ces grandes puissances économiques et financières n’avaient pas imaginé cette fulgurante montée de la société civile interconnectée mondialement qui a investi tous les domaines d’indignation possibles. Ce cosmopolitisme fait d’ONG, de citoyens du monde reliés par des réseaux d’information, de proposition, d’organisation et de contestation exercent aujourd’hui une influence considérable sur la marche du monde. La « bonne » mimésis trouve là un terrain de diffusion, et même de contagion, facilitant « les stratégies de cosmopolitisation qui visent à instaurer une opinion publique transnationale, voire globale » (Beck, 2003, p. 437).

20La société civile mondialisée lutte alors sur deux fronts : celui des États selon des formes classiques qu’autorisent les libertés publiques ainsi que par des cyberactions dont les politiques redoutent les effets sur leur réélection ; mais, contre les multinationales, la société civile dispose d’un atout majeur avec le boycott. Les grands groupes savent que le moindre faux pas sera sanctionné par des campagnes de refus d’achat et de vente des titres par les actionnaires qu’une volonté de sanction anime ou qui anticipent un effondrement des cours.

« Les ONG – si disparates, si peu coordonnées et si contradictoires avec elles-mêmes soient-elles – disposent tout à fait d’une « arme » tranchante, globale, civile, dans la mesure où elles peuvent battre les grands groupes avec leurs propres armes. (…) Un autre acteur, et non le moindre, est le client global, qui dispose de plus en plus de pouvoir. À l’instar du capital, il peut recourir au pouvoir global du « non », en l’occurrence du non-achat. » (Beck, 2003, p. 434)

21Pour l’instant, le non-achat est davantage utilisé comme une sanction mais il s’oriente vers la diffusion de gestes d’achat écologique, protecteurs de la santé et de l’environnement, qui envahit les sites Internet et dont les médias emboîtent le pas… Le marketing n’a plus la même liberté pour diffuser des mensonges : les informations, films et documentaires, se multiplient qui dénoncent les conséquences des actions désastreuses de ces entreprises, qui changent de nom ou se dissolvent au gré des rachats de titres.

22Finalement, on peut avancer l’hypothèse que la violence faite par les hommes aux conditions de vie sur la terre, la destruction des milieux physiques et la perte de diversité, fut un moyen d’éviter qu’elle s’exerce entre les hommes. L’économie aurait canalisée cette violence par l’affaiblissement de la rivalité mimétique puisque les hommes pouvaient s’approprier les mêmes objets sans se les convoiter directement, mais aussi par la destruction des milieux naturels au motif que l’humanité doit dominer la nature. Mais comment concevoir aujourd’hui le retournement ?

Les chances de réussite du scénario du développement autonome : vers une RSE de seconde génération

23Les bases de cette sortie de crise devraient emprunter la voie proposée par Illich qu’il est possible d’actualiser. Le principe serait de redonner toute sa force à la production conviviale, pour qu’elle reprenne le dessus, progressivement, sur la production hétéronome. Une politique internationale en ce sens pourrait retenir trois axes complémentaires et en partie interdépendants.

  • 5 Faut-il rappeler, qu’après l’échec des politiques dites d’ajustement structurel des institutions i (...)

24Le premier axe, déjà à l’œuvre à l’initiative de groupes de citoyens ou qui font l’objet de mesures de soutien allant dans ce sens de la part des institutions internationales pour les pays du Sud, consiste à encourager le retour à une consommation de proximité, favorisant toutes les formes d’autoproduction (nourriture, logement et santé) dans un incroyable mais tardif revirement5.

25Le second axe serait l’œuvre du secteur industriel qui nécessite certainement les mesures les plus radicales. Elles consistent à repenser le monde industriel de production de masse pour réduire de manière drastique les émissions de GES et les pollutions les plus diverses. De l’éco-conception des produits, intégrant tout le cycle de vie, à l’éco-production mettant à contribution toute la gamme des technologies propres, le champ est immense pour l’industrie mondiale. Mais l’effort ainsi conçu serait insuffisant s’il ne prenait pas en compte d’autres dimensions comme la nécessité de remplacer dans les produits tous les composants reconnus nocifs ou même suspectés de l’être.

26Mais l’espoir le plus grand – le troisième axe – réside dans une coopération à vaste échelle entre les deux formes de DD. Il ne s’agit pas seulement d’un objectif écologique mais d’un retour sans heurt à toutes les formes de convivialité. Le danger est grand d’une exaspération des conflits entre ces deux modes de développement. Pourtant, l’idée serait que chaque producteur industriel soit lui-même l’initiateur d’une petite transition et que, partant de sa production aux normes actuelles, il introduise une dose de DD autonome qui pourrait grossir à mesure de son acceptation par les consommateurs et les salariés.

« En fait, la recherche est presque totalement au service du développement industriel. Une technique avancée pourrait tout aussi bien réduire le poids du labeur et, de cent façons, servir l’expansion de l’œuvre de production personnelle. Sciences de la nature et sciences de l’homme pourraient servir à créer des outils, tracer leur cadre d’utilisation et forger leurs règles d’emploi de sorte que l’on atteigne à une incessante recréation de la personne, du groupe et du milieu, à un total déploiement de l’initiative et de l’imagination de chacun ». (Illich, 1973, p. 62)

  • 6 La recyclerie promeut une récupération valorisante après destruction de la matière, tel le verre ; (...)

27Les exemples sont nombreux. La production de logements concerne massivement les pays du Sud et les mal-logés du Nord. La production industrielle d’immeubles préfabriqués est aux antipodes d’une solution conviviale donnant les moyens aux familles de rénover leur logement ou de pratiquer l’autoconstruction selon des plans d’urbanisme et de construction décidés de manière concertée entre les populations concernées et les pouvoirs publics locaux. L’économie de la fonctionnalité semble une issue prometteuse. Elle consiste à louer les produits durables aux consommateurs plutôt que de leur vendre. L’entreprise produirait à la fois un bien et un service. La solution bien conçue conduit à une durée de vie plus importante des objets en terme de durée d’utilisation car la location n’est profitable que pour des produits fiables. Le principal intérêt est de favoriser le partage, réduisant les volumes de production mais ouvrant de larges possibilités pour la RD et l’essor des services. En outre, l’économie de la fonctionnalité encouragerait les projets de recycleries et de ressourceries6.

28C’est toute une économie qui est à repenser avec des lieux de location et d’autoréparation de proximité qui trouveraient sans doute leur rentabilité dans des modes de franchise liés à l’environnement. Le retour à la décentralisation de la distribution ouvrirait la possibilité de développement des PME contribuant à la création d’emplois. La question n’est pas de demander aux entreprises une action philanthropique mais un engagement clair et public à mettre au point progressivement, selon leur métier, des produits innovants. La fabrication n’utiliserait que des composants sans suspicion de nocivité, ne requérant pas d’énergie non renouvelable pour fonctionner, acceptant l’autoréparation et dont l’achat serait encouragé par un marché de seconde main… Donc de proposer des outils simples échappant au recours de spécialistes les plus divers et favorisant un usage convivial.

29Au-delà des divergences de contenu et de contexte, les recoupements entre les travaux des trois auteurs permettent de les développer dans le cadre des préoccupations de la RSE. Illich n’a pas connu ce concept mais il a souligné que la majorité qui deviendrait favorable à l’autolimitation économique au profit du développement d’outils simples et conviviaux, ne constituera jamais un parti politique.

« Les forces qui tendent à limiter la production sont déjà au travail à l’intérieur du corps social. Une recherche publique et radicale peut aider de façon significative ces hommes et ces femmes à gagner en cohésion et en lucidité dans la condamnation d’une croissance qu’ils jugent destructrice. Gageons que leurs voix se feront mieux entendre quand la crise de la société surproductive s’aggravera. Ils ne forment nul parti, mais ce sont les porte-parole d’une majorité dont chacun est membre en puissance. Plus inattendue sera la crise, plus soudainement leurs appels à l’austérité joyeuse et équilibrée deviendront un programme de limitations rationnelles. » (Illich, 1973, p. 151)

30Dans cette perspective, les responsables d’entreprises auraient toute leur place si une impulsion était donnée par la société civile mondialisée, qu’Illich ne pouvait imaginer, et que Beck a conceptualisée. D’ailleurs, l’énoncé illichien du projet politique, au sens large de l’expression, manquerait de crédibilité sans l’instrument exceptionnel d’Internet qui permet aux hommes, grâce à cette interconnexion, de libérer leur imagination et de prendre le pouvoir de l’initiative.

31Un autre point de convergence réside dans le rôle des institutions et du droit. Illich fonde ses espoirs sur le retournement du droit sous l’action de la politique des citoyens. René Girard insiste sur le rôle de la Justice pour mettre fin au processus de vengeance en trouvant une forme institutionnalisée qui se substitue au mécanisme du bouc émissaire. Mais à l’échelle internationale, ce mécanisme substitutif ne peut, à lui seul et dans les conditions actuelles, mettre fin aux dangers d’embrasements violents. C’est à ce point que la société civile mondialisée peut exercer une pression salutaire et pacifique sur l’évolution de la planète, ce qu’elle exerce déjà, ayant trouvé dans la défense des droits de l’homme un premier terrain international d’apprentissage. Mais on peut raisonnablement penser que, s’il s’agit pour chacun de défendre son univers quotidien, la mobilisation sera encore plus efficace car, contrairement aux États totalitaires qui bafouent les droits de l’homme, les États démocratiques et les multinationales ont beaucoup à perdre à faire de la résistance contre l’opinion de tous !

32Le lecteur serait-il convaincu de la synergie trouvée entre ces trois auteurs au sujet du DD ? La société civile mondialisée a-t-elle conscience de réaliser cette reconstruction conviviale pacifique qu’Illich voyait déjà en marche il y a presque 40 ans, portée par ce formidable élan d’imitation ? Certes non, mais le rôle des chercheurs n’est-il pas d’accompagner cet espoir ?

Bibliographie

Références bibliographiques

BECK U. (2003) [2002], Pouvoir et contre pouvoir à l’ère de la mondialisation, Alto-Aubier, Paris.

BECK U. (2003), La société du risque, Champ-Flammarion, Paris.

DUPUY J-P. (1992), Le sacrifice et l’envie – Le libéralisme aux prises avec la justice sociale, Calmann-Lévy, Paris.

GIRARD R. (1972), La violence et le sacré, Hachette Littératures, Paris.

GIRARD R. (2004), Les origines de la culture, Hachette Littératures, Paris.

ILLICH I. (2004) [1974], Œuvres complètes, tomes 1 et 2, Fayard, Paris.

ILLICH I. (1973), La convivialité, Seuil, Paris.

ORANGE G., VATTEVILLE E. (2009), « Le développement durable : de la rivalité à la convivialité », Management et Avenir, n° 29, pp 28-52.

STIGLITZ J. E. (2002), La grande illusion, Fayard, Paris.

Annexes

Annexe – Orientations dialogiques du développement durable classées par domaine

Domaines

DD autonome

DD hétéronome

Énergie électrique (sans émission de GES)

Économies d’énergie forte Refus de construction de nouvelles centrales nucléaires Petits barrages (lutte contre les inondations et production locale d’électricité) Éoliennes de proximité (axe vertical) Panneaux photovoltaïques domestiques Chauffage au bois (au bilan CO2 neutre)

Économies d’énergie à la marge Construction de nouvelles centrales (EPR, MOX…) RD sur les piles à combustible (énergie de fusion) Construction de grands barrages (Chine, Brésil…) Champ d’aérogénérateurs (axe horizontal) Champ de panneaux solaires (déserts…)

Énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon)

Économie de la ressource Réservation aux usages indispensables Développement de la biomasse

Amélioration du rendement des moteurs thermiques, des chaudières (à condensation, à pompe à chaleur…)

Eau

Récupération domestique et industrielle des eaux de pluies Assainissement domestique Tarif progressif

Dessalement de l’eau de mer Assainissement collectif (avec séparation des eaux de pluies et des eaux usées) Tarif dégressif non remis en cause

Transport

Cabotage côtier Transport fluvial fort Ferroutage fort Voiture à air comprimé grâce à des éoliennes domestiques Développement sécurisé du vélo

Grands paquebots à voile Dirigeables cargos Transport fluvial limité Ferroutage limité Voiture sur batteries rechargées sur le secteur électrique Programmes de pistes cyclables hésitants

Production agricole

Agriculture intensive Achat collectif de terres Refus des OGM Refus des biocarburants Retour au maraîchage (cultures vivrières à proximité des lieux de consommation Jardins d’insertion…)

Agriculture extensive (monoculture…) Biocarburants Acceptation des OGM

Production industrielle

Développement des technologies propres dans les PME Engouement pour les SCOP

Économie circulaire (écoparcs, écoconception, écoprocessus…) Économie de la fonctionnalité Ressourceries et recycleries

Production de services

Recyclage avec incinération ultime Économies sociale et solidaire Développement massif des emplois verts

Gros incinérateurs Ville compacte et durable Franchise et intérim

Consommation d’énergie pour le chauffage

Isolation avec matériaux naturels (chaumes de chanvre, de lin…) Maison à énergie positive Maison passive (confinement et puits artésien…)

Isolation classique (laine de verre, laine de roche, polystyrène…)

Consommation alimentaire

Circuit direct (centrales d’achat, Amap…) Commerce équitable Agriculture urbaine

Grande distribution développant des protocoles DD Labellisation

Consommation de biens durables

Économie de la fonctionnalité pour les biens durables (autopartage automobile…) Bourses d’échanges, écotroc, système d’échanges locaux (SEL)

Économie de la fonctionnalité Recycleries

Notes

1 Elle l’est incontestablement pour les français qui, à la question « Nous allons bientôt vivre une catastrophe écologique majeure », ont répondu « D’accord » à 87 % ! Enquête sur les valeurs des Français (3 071 entretiens en face à face, méthode aléatoire associée aux quotas) menée entre mai et août 2008 par l’institut de sondages Lavialle. Le Monde, 25 avril 2009.

2 L’empreinte écologique est, à ce jour, le meilleur indicateur de cette dégradation. Il pourrait servir pour mesurer les progrès accomplis.

3 La définition d’une RSE de seconde génération pourrait en être la suivante : une RSE dont l’engagement vers le DD consisterait à proposer, dans une proportion croissante, des biens et des services favorisant toutes les formes d’autonomie et de convivialité des consommateurs en plus de préserver leur pouvoir d’achat, leur santé et l’environnement.

4 Pour René Girard, le Justice est le lieu où s’exerce la vengeance des hommes pour éviter qu’elle ne se perpétue. Toutes les sociétés ont recherché les moyens de stopper l’hémorragie de sang par des règles, des tabous et des rituels fort complexes. (Girard, 1972).

5 Faut-il rappeler, qu’après l’échec des politiques dites d’ajustement structurel des institutions internationales (Banque mondiale, BIRD, FMI…) qui faisaient la part belle aux multinationales, les programmes soutiennent aujourd’hui des projets de retour aux cultures vivrières et au maraîchage de proximité, aux programmes d’agriculture urbaine, au développement de petites unités de production grâce au microcrédit… Ce revirement doit beaucoup à la campagne livresque et médiatique de Joseph E. Stiglitz, Prix Nobel d’économie en 2001, qui fut vice-président de la Banque mondiale entre 1997 et 2000, en particulier dans son premier ouvrage (Stiglitz, 2002).

6 La recyclerie promeut une récupération valorisante après destruction de la matière, tel le verre ; la ressourcerie permet la réutilisation de composants récupérés non usés directement dans le montage d’un bien « neuf ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540