Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La Responsabilité Sociale de l'Entreprise

 | 
Frédéric Chavy
, 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel
, 
et al.

Troisième partie. Enjeux politiques d'un mouvement émergent

RSE : Les illusions dangereuses

Jean-Paul Maréchal

Testo integrale

1La crise que nous traversons depuis 2008 pose avec une acuité et une urgence renouvelées la question de la régulation du capitalisme et, par voie de conséquence, la place que doit y occuper la démarche dite de « responsabilité sociale des entreprises » (RSE). Cette dernière est-elle susceptible de constituer un dispositif adapté pour que les firmes multinationales répondent effectivement des dommages sociaux et environnementaux que leur activité engendre ? Dit autrement, la RSE peut-elle rendre les multinationales « responsables » ? Afin de tenter d’apporter quelques éléments de réponse à cette question, on s’interrogera dans un premier temps sur l’exigence morale de responsabilité qui pèse sur les multinationales. Puis, on mettra en évidence que les faiblesses intrinsèques de la RSE rendent indispensable une régulation publique tant à l’échelle nationale qu’internationale.

Des « unités actives » aux responsabilités multiples

2Il y a presque 40 ans, dans un article au titre éloquent : « The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits », Milton Friedman (Friedman, 1970) assénait : « Il y a une et seulement une seule responsabilité du monde des affaires : utiliser ses ressources et les engager dans des activités destinées à accroître son profit. » Un cadre supérieur dans une entreprise privée, précisait-il, est « un employé des propriétaires de l’affaire. Il a une responsabilité directe à l’égard de ses employeurs. Cette responsabilité est de conduire l’affaire en accord avec leurs désirs, qui seront généralement de faire autant d’argent que possible. » S’il ne le fait pas, s’il prend des décisions guidées par le souci d’une quelconque « responsabilité sociale », il « dépense l’argent » des actionnaires en réduisant le retour sur investissement, il dépense celui des clients en augmentant le prix des produits fabriqués et, pour finir, il dépense celui de certains employés en réduisant leur rémunération.

3Un tel raisonnement, qui exonère les entreprises de toute responsabilité sociale, serait recevable si la recherche effrénée du profit ne causait aucun dommage aux hommes et aux écosystèmes. Tel n’est pas le cas avec les firmes multinationales non seulement en raison de leur poids économique mais encore parce qu’elles comptent parmi les acteurs structurants majeurs de la vie économique contemporaine.

De gigantesques acteurs…

4Certains chiffres se passent de trop longs commentaires. Dans son rapport annuel pour 2002, la CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) indiquait que, parmi les 100 premières « entités économiques » mondiales, expression désignant aussi bien les États que les firmes multinationales (dont les activités étaient respectivement mesurées par le PIB et la valeur ajoutée), on comptait 29 multinationales contre 24 dix ans auparavant.

5D’après les dernières estimations disponibles de la CNUCED (portant sur 2008), l’univers des sociétés transnationales (STN) engloberait environ 82 000 sociétés-mères comptant plus de 810 000 filiales étrangères. Le chiffre d’affaires total de ces filiales – qui emploient plus de 77 millions de personnes – est estimé, pour 2008, à 30 311 milliards de dollars tandis que la valeur ajoutée (le produit brut) qu’elles créent s’élèverait à 6 020 milliards de dollars, soit presque 10 % du PIB mondial.

6Sans surprise, dans le monde des sociétés transnationales, les firmes issues de la « Triade » (c’est-à-dire l’Union européenne, les États-Unis et le Japon) continuent d’occuper une position dominante. C’est ainsi qu’en 2004, 85 des 100 premières multinationales du monde y avaient leur siège. Sur cette centaine, 73 proviennent de cinq pays : Allemagne, États-Unis, France, Japon et Royaume-Uni et 53 de l’Union européenne. Cependant, certaines firmes issues de pays en développement étendent désormais leurs activités à l’échelle internationale. En 2005, les STN des pays en développement réalisaient un chiffre d’affaires de 1 900 milliards de dollars et employaient presque 6 millions de salariés. En 2007, sept STN de pays en développement (contre 5 en 2004) figuraient sur la liste des 100 premières mondiales, certaines comme CITIC Group ou LG Corporation étant particulièrement diversifiées. Globalement, les 100 premières sociétés transnationales des pays en développement avaient (en 2005) leur siège social en Asie pour plus des trois quarts. Le quart restant se répartissant à parts à peu près égales entre l’Amérique latine et l’Afrique.

7Les chiffres n’ayant de sens que dans le cadre de comparaisons, on rappellera que la CNUCED évaluait le nombre de multinationales à 7 000 en 1965, 37 000 en 1993 et 63 000 en 2000. On rappellera également que les opérations commerciales des multinationales représenteraient les deux tiers du commerce mondial et que les 100 premières d’entre elles en réaliseraient le septième. Le Rapport sur l’investissement dans le monde 2009 de la CNUCED indique que pour les années 2006 à 2008, les 100 premières multinationales du monde ont représenté en moyenne 9 % des actifs étrangers, 16 % des ventes et 11 % de l’emploi total des multinationales. Leur valeur ajoutée combinée se monte, depuis 2000, à environ 4 % du PIB mondial. À cela s’ajoute le phénomène des échanges intra-firmes qui représente (rait) un tiers des échanges économiques mondiaux, échanges dont le volume s’élevait en 2008 à presque 20 000 milliards de dollars (nominaux).

8Sur fond de libéralisation des économies, d’ouverture des frontières aux flux de marchandises et de capitaux, de changements techniques liés notamment aux technologies de l’information, de baisse des coûts de transport… cette « irrésistible ascension » des multinationales se manifeste par une concentration toujours plus poussée. Cette dernière se réalise, d’une part, grâce à la multiplication d’accords de coopération et d’alliances (portant sur la commercialisation, la recherche-développement, la création de filiales communes, la prise de participation minoritaire voire la formation – illicite – de cartels et la mise en œuvre de « prix de prédation ») et, d’autre part, à l’aide d’opérations de fusion-acquisition qui ont représenté 2 736 milliards d’euros en 2006, 3 043 milliards en 2007 et 2 101 milliards en 2008.

… dotés de pouvoirs structurants

9Mais le pouvoir, et donc le degré de responsabilité, des multinationales ne résultent pas uniquement de leurs dimensions. À l’effet de taille – qui fait des multinationales des price makers – s’en ajoute un second : loin de viser à s’adapter à leur environnement, les sociétés transnationales constituent ce que François Perroux appelait dans Pouvoir et économie généralisé des « unités actives ». Au sens de François Perroux une unité est dite « active » si « par son action propre et dans son intérêt propre, elle est capable de modifier son environnement, c’est-à-dire le comportement des unités avec lesquelles elle est en relation. Elle est couplée avec son environnement, plastique sous l’effet de son action. Elle fait contraste avec l’unité couplée avec son environnement paramétrique (donné et constant). Pour le dire en bref, elle adapte son environnement à son programme, au lieu d’adapter son programme à son environnement. » (Perroux, 1994, p. 236).

10Dit autrement, chaque entreprise en mesure de le faire tente de modeler telle ou telle dimension de son environnement (économique, juridique, institutionnel, social…) au mieux de ses intérêts. Cela va du conditionnement du consommateur, la célèbre « filière inversée » de John Kenneth Galbraith, à la négociation d’avantages fiscaux. Les multi-nationales exercent une pression sur les pouvoirs publics afin que ceux-ci transforment le cadre juridique des marchés, opération que la plupart des firmes ne pouvaient pas, autrefois, tenter avec succès. Cette pression s’opère en particulier à travers une intense activité de lobbying à toutes les échelles : locale, nationale et internationale. Une activité qui a véritablement explosé à partir de la fin des années 1970. Ainsi, selon les chiffres du Congressional Budget Office, entre 1983 et 2005, le nombre de lobbyistes enregistrés à Washington est passé d’à peine 6 000 à presque 33 000 tandis que les sommes dépensées dans ce type d’activité croissaient de 100 millions de dollars (à leur valeur de 2005) à 2,2 milliards de dollars. On apprenait à l’automne 2009 que pour les six premiers mois de l’année, les secteurs de la finance, de l’assurance et de l’immobilier avaient dépensé 223 millions de dollars en lobbying, ce qui les mettait en deuxième position dernière le secteur de la santé. Le lobbying n’est évidemment pas un phénomène cantonné aux seuls Etats-Unis. En effet, quelques 10 000 lobbyistes travaillent auprès des institutions européennes.

11Pour attirer les investissements étrangers, les États privatisent certaines entreprises, octroient des aides, fixent des normes de qualité ou établissent des taxations différentielles afin de décourager des importations concurrentes. Pour faciliter les exportations ils mobilisent leurs réseaux diplomatiques voire leurs services de renseignement (Echelon), financent des pratiques de corruption, s’opposent à certains accords internationaux portant par exemple sur des normes sociales ou environnementales. Ils s’adonnent également, en particulier en Europe, à la course au moins-disant fiscal.

12L’influence des multinationales s’exerce également dans la conception des normes comptables destinées à leur être appliquées. Une poignée de firmes anglo-saxonnes dominent désormais le marché du contrôle des comptes des firmes multinationales et sont ainsi parvenues (face à l’incapacité des pays de l’Union européenne à se mettre d’accord entre eux) à définir les nouvelles normes comptables internationales. L’approche qu’elles ont ainsi développée est naturellement porteuse d’une conception de l’entreprise comme machine ayant pour vocation exclusive de générer de la création de valeur pour l’actionnaire.

13Les États rencontrant donc des difficultés à imposer un cadre juridique national stable, la modification dudit cadre est devenue l’un des enjeux des stratégies déployées par les multinationales. Dans de telles conditions, au sein d’un tel oligopole mondial, on ne voit pas ce qui pourrait militer en faveur d’une irresponsabilité des multinationales en matière sociale et environnementale.

14Le rôle qu’exercent les multinationales illustre la thèse de François Perroux selon laquelle l’économie capitaliste ne fonctionne pas en régime d’échange « pur » mais d’échange « composite », deux modèles qui se distinguent, voire s’opposent, tant par le niveau fondamental d’explication du réel que par les mécanismes de régulation qu’ils retiennent. Le premier, qui correspond au paradigme néoclassique walrassien, est un modèle de « transfert libre » portant sur des biens divisibles et homogènes ; l’équilibre sur le marché de concurrence parfaite s’obtenant au point d’égalisation des utilités marginales. L’entité élémentaire d’explication est la chose (la molécule) tandis que le principe de fonctionnement est celui de l’équilibre mécanique. Le second, élaboré par François Perroux, appréhende le fonctionnement de l’économie comme « un mixte de transferts libres et réciproques d’utilités et de relations de pouvoirs ; il exprime logiquement la relation économique qui est, essentiellement, un conflit-coopération, une lutte-concours. » (Perroux, 1994, p. 185) La question de l’affrontement – qui « n’est ni l’adaptation à une donnée (le prix par exemple), imposée aux agents, ni l’imposition d’une donnée (le prix, par exemple) par un agent à un autre » – est centrale pour qui veut saisir la nature de l’agir économique. C’est même, comme le souligne François Perroux, « la figure englobante des transactions économiques ». (Perroux, 1994, p. 235)

15Acteur clef de cet échange composite, la firme multinationale exerce une influence qui peut être déclinée en plusieurs types de responsabilité : économique, sociale, sociétale, politique, surérogatoire… (Renouard, 2007) Si un tel diagnostic est partagé, reste encore à s’accorder sur ses modalités de mise en pratique.

Autocontrôle ou contrôle public ?

Deux réponses logiquement compatibles

16À cette dernière question, deux réponses peuvent être apportées, deux réponses logiquement conciliables mais dont l’articulation empirique ne semble pas aller de soi aux yeux de certaines « parties prenantes ». La première, dénommée responsabilité sociale des entreprises (et souvent désignée par l'acronyme RSE), repose sur l’engagement volontaire des firmes. La seconde consisterait en un mouvement d’adoption de normes sociales et environnementales au plan international et de leur transcription dans les différents droits nationaux.

17Largement utilisée depuis les années 1990, la responsabilité sociale des entreprises est une démarche qui se présente comme la manifestation de la prise de conscience, par les firmes, de l’impact économique, social et environnemental engendré par leurs activités. Elle se traduit par la mise en place de « comités d’éthique », le recrutement de « déontologues » et surtout par l’adoption de « codes déontologiques », de « chartes éthiques », adressés dans un premier temps aux cadres dirigeants puis à toutes les catégories de personnel avant d’être largement médiatisés vers l’extérieur à l’aide d’opérations de communication. Dans un document de 2001, la CEE explique que la RSE « signifie essentiellement que [les entreprises) décident de leurs propres initiatives de contribuer à améliorer la société et rendre plus propre l’environnement. » (Commission européenne, 2001) On ne saurait être plus vague. Or, grâce à ce flou conceptuel, à moins que ce ne soit à cause de lui, la RSE constitue une approche de la régulation sociale qui a désormais le vent en poupe et qui suscite l’intérêt à la fois des pouvoirs publics, d’institutions internationales et de syndicats.

18Et, à l’évidence, un certain nombre d’initiative prises dans ce cadre vont dans le bon sens. C’est par exemple le cas lorsqu’une multinationale implantée dans un pays du Sud met en place des normes améliorant l'hygiène et la sécurité sur le lieu de travail. Ou que, soucieuse de l’égalité entre les hommes et les femmes, elle recrute de la main-d’œuvre dans la moitié féminine de la population locale. Ou encore lorsqu’elle finance une école, un dispensaire ou, plus ponctuellement, un centre informatique permettant aux gens de se familiariser avec l’univers des technologies de la communication.

19C’est sur la base de cette « philosophie » que Kofi Annan, alors Secrétaire général de l’ONU, a lancé en 1999, lors du Forum économique mondial de Davos, une initiative intitulée Global Compact (Pacte mondial). Ce pacte, qui « invite les entreprises à adopter, soutenir et appliquer dans leur sphère d’influence un ensemble de dix valeurs fondamentales dans les domaines des droits de l’homme, des normes de travail et de l’environnement, et de lutte contre la pauvreté », regroupait en 2009 environ 6 700 participants dont 5 200 entreprises (les autres participants étant des organisations du secteur public, des villes…) Les dix principes en question sont dérivés de textes tels que la Déclaration universelle des droits de l'homme, la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement ou la Déclaration de l'OIT sur les principes et droits fondamentaux au travail. L’idée générale qui sous-tend le Global Compact est assez simple à résumer. Il s’agit de provoquer une « émulation vertueuse » entre firmes censée conduire ces dernières à prendre de plus en plus conscience des enjeux sociaux et environnementaux liés à leurs activités, autrement dit de « redéfinir le contrat social et moral entre monde de l’entreprise et société. » (Renouard, 2007, p. 344)

20Que penser d’une telle initiative ? Et, au-delà, de la RSE ? Il est évidemment trop tôt pour apporter une réponse définitive à ce type de questions. À l’évidence, certains dirigeants d’entreprises sont authentiquement préoccupés par le bien public et il ne saurait être question de mettre en doute la sincérité de leurs engagements. En fait, l’évaluation que l’on pourra, dans l’avenir, porter sur la RSE dépendra de la réalité qu’elle aura fini par créer. Deux cas de figure peuvent se présenter.

21Soit la RSE constitue le point de départ et d’appui à l’adoption de normes sociales et environnementales contraignantes au niveau international et alors son utilité aura été immense. Soit elle se révèlera n’être, au total, qu’une simple manœuvre de communication destinée éviter la pénétration du droit, une sorte de stratégie de la saturation par les bonnes intentions (apparentes), et alors son rôle aura été particulièrement néfaste.

22Mais comme il est impossible de prédire l’évolution des représentations et des pratiques, et donc le pouvoir plus ou moins performatif d’un discours normatif, nous nous contenterons ici de logique et d’observation.

La logique et l’observation contre la RSE

23La logique c’est qu’un engagement volontaire – par exemple dans le cadre utilitariste qui est celui de la RSE et du Global Compact – n’est tenu dans la durée que dans la stricte mesure où le bénéfice attaché à son respect excède celui susceptible de résulter de sa transgression. Le soupçon rode donc en permanence d’une instrumentalisation cynique de la morale. Et les déclarations d’intention n’y peuvent rien changer. Les « préférences affichées », pour parler comme les micro-économistes, ne sont ici d’aucune utilité. La seule pierre de touche à la sincérité des dirigeants seraient qu’ils adhèrent au principe de sanctions financières en cas de non-respect de leurs engagements. Ce serait alors une « préférence révélée », la seule qui compte en la matière. Soit ils acceptent ce type de dispositions et alors il serait illogique de leur part de refuser une extension du droit aux domaines couverts par la RSE. Soit ils refusent et ils démontrent qu’une fois de plus les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

24À ce titre, l’histoire du Global Compact est édifiante puisqu’il s’agit d’une initiative née de l’opposition du secteur privé à une tentative, lancée dans les années 1970, de créer un code commun pour les multinationales. D’où le caractère pour le moins ambigüe de la philosophie qui sous-tend ledit pacte. Celle-ci frappe notamment par la distance qui sépare la fermeté des principes généraux (réaffirmation de l’intangibilité des droits de l’homme...) et le flou des mesures concrètes destinées à les mettre en œuvre. Or, en de telles matières, tout réside dans l’application tant on imagine difficilement l’état-major d’une grande firme déclarer publiquement qu’il se soucie comme d’une guigne de la sécurité des travailleurs et de la préservation du milieu. Par ailleurs, l’une des difficultés du Global Compact est qu’il s’agit d’une initiative qui se fonde sur un corpus de normes internationales qui s’adressent aux États, créateurs et récepteurs du droit international, et pas aux entreprises qui ne peuvent donc pas en assurer la mise en œuvre.

25Édifiantes sont également les réactions qu’a par exemple suscité, il y a quelques années, un projet de loi chinois destiné à améliorer le sort des ouvriers. L’affaire débute en mars 2006 lorsque le Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire de Chine adopte un projet de loi sur le contrat de travail et sollicite les commentaires du public. Les réponses des firmes étrangères et de leurs instances représentatives (notamment la Chambre de commerce américaine de Shanghai et la Chambre de commerce européenne) ne se font pas attendre. Les multinationales tentent en effet de s’opposer à ce texte au motif qu’il « signifiait un recul des réformes économiques et aurait des effets négatifs sur l’investissement. » (Choukroune et Garapon, 2007, p. 47) Position d’autant plus surprenante (en apparence) que les mêmes entreprises déploraient depuis des années les vides juridiques du système chinois. Malgré cette opposition, la nouvelle loi sur le contrat de travail est entrée en vigueur le 1 er janvier 2008.

26Mais, en-deçà des droits des travailleurs, la RSE porte également sur les droits de l’homme. Or, là non plus, le bilan n’est guère brillant comme que le prouvent les rapports noués entre certaines grandes entreprises liées à Internet et le régime de Pékin. Yahoo a ainsi communiqué aux autorités chinoises les noms de dissidents ayant utilisé son service de courriel, dissidents qui ont pu ainsi être arrêtés et condamnés à de lourdes peines de prison. Ce fut par exemple le cas du journaliste Shi Tao, condamné à sept ans de prison grâce à l’aide de la célèbre société américaine qui révéla aux services de police que, par le biais de ses infrastructures numériques, celui-ci envoyait à des sites Internet basés à l’étranger des textes critiques à l’égard du régime. Le site Internet de Yahoo en langue chinoise bloque les termes comme « liberté » ou « droits de l’homme » alors même qu’il n’existe aucune loi chinoise interdisant ces mots. Il bloque également « Tibet » et « 4-Juin » (date du massacre de la place Tiananmen en 1989) (Guoguang Wu, 2009, p. 93). Google a, de son côté, créé une version de son moteur de recherche d’où des termes identiques ou analogues tels que « démocratie » sont bannis. Microsoft, de son côté a supprimé des blogs que le gouvernement chinois n’appréciait pas. Quant à Cisco, il a fourni à la police chinoise un système permettant d’écouter les conversations téléphoniques, d’effectuer de la vidéo surveillance et de scanner les courriels (Reich, 2007, p. 197-201). Tout cela ne semble pas avoir suffit à satisfaire la volonté de contrôle des dirigeants Chinois. Ainsi, en 2009 les serveurs du site chinois de Google ont fait l’objet d’attaques cybernétiques attribuées au régime communiste, attaques dont le but était de renforcer la surveillance des dissidents. Face à cette attitude, Google a décidé, en mars 2010, de se retirer de Chine et de renvoyer ses usagers sur son moteur de recherche hongkongais.

27Face à de tels exemples, face à une collaboration avérée, et loin d’être ponctuelle (ce qui d’ailleurs n’excuserait rien), entre des firmes privées et l’appareil répressif d’une dictature, force est de constater que l’on est bien loin des promesses (des illusions ?) de l’immédiate après-guerre froide où le libéralisme économique et le respect des droits de l’homme devaient, selon certains, cheminer main dans la main. Encore en 2005, dans un ouvrage intitulé La morale dans les relations internationales, Ariel Colonomos soutenait que la chute du communisme avait conduit à l’apparition et à l’épanouissement d’un nouvel idéalisme international, d’une « exigence de justification », dont les États-Unis seraient le centre. L’opprobre jeté sur l’amoralité qui aurait été consécutive à la chute du Mur de Berlin se serait par exemple traduite, selon l’auteur, par le fait qu’« un nombre croissant de multinationales acceptent l’idée suivant laquelle elles doivent rendre des comptes au nom d’une morale. » On assisterait depuis lors à un renforcement mutuel entre l’exigence morale des États et une quête éthique des firmes qui s’incarnerait dans la RSE. « Le mariage d’un moralisme d’État triomphant avec un moralisme privé efficient est la marque de cette décennie américaine. » Bien plus même « les idées morales se propagent horizontalement et verticalement depuis le pôle américain. » En effet, insiste l’auteur, « sur un plan horizontal voit le jour un sentier de diffusion des idées par l’intermédiaire des marchés. » « À titre d’exemple, poursuit-il, il est important de noter que, dans le domaine du commerce multilatéral les firmes françaises ont été, depuis quelques années, amenées à importer des États-Unis un certain nombre de codes touchant la gouvernance d’entreprise et la responsabilité sociétale, précisément en raison de la mondialisation et de leurs propres attaches avec l’Amérique. » (Colonomos, 2005, p. 17, 34, 38) On frémit à l’idée qu’une telle chose ait pu effectivement se produire quand on sait le rôle qu’ont joué certaines firmes américaines dans la guerre en Irak ou quand on apprend que la plupart des entreprises de télécommunication américaines (à la différence de leurs homologues britanniques) ont accepté de transmettre les détails des conversations téléphoniques, des courriels, des recherches sur Internet de leurs usagers à la NSA (National Security Agency), Bien plus même, AT & T a accepté que la NSA, qui a trois fois la taille de la CIA, installe des salles d’espionnage dans ses propres centraux téléphoniques.

28Par ailleurs, l’autocontrôle moral des multinationales a d’autant moins de chances de s’imposer que, comme le montre Robert Reich dans son dernier ouvrage, nous sommes passés en l’espace de trois décennies, du « capitalisme démocratique » au « supercapitalisme ». Le premier se caractérisait par une synergie particulièrement cohérente et efficace entre les stratégies des grandes firmes et les politiques publiques, synergie qui assurait notamment une grande stabilité de l’emploi. Or, depuis la fin des années 1970, ce « capitalisme démocratique » a cédé la place au « supercapitalisme ». Les aspects démocratiques du capitalisme ont décliné, les institutions dont le rôle était d’établir des règles du jeu équitables ont été éclipsées et le pouvoir est passé aux mains des consommateurs et des investisseurs.

29Les causes de cette mutation en profondeur sont, selon Robert Reich, à chercher dans les innovations techniques issues en particulier de la guerre froide (électronique, télécommunications, containers…), innovations qui ont progressivement permis tant aux marchandises qu’à l’information de circuler d’un endroit à l’autre de la planète avec une facilité jusque-là inconnue. L’exacerbation de la concurrence dans le but de satisfaire les exigences tant des actionnaires que des consommateurs obligent alors les entreprises à réduire drastiquement leurs coûts.

30Et c’est ainsi que, selon Robert Reich, les dernières décennies nous ont fait entrer dans un « pacte faustien » où nous avons accepté (ou été conduits à accepter) de renoncer à une partie de notre pouvoir en tant que citoyens en échange d’un plus grand en tant que consommateurs (nous voulons les prix les plus bas) et investisseurs (nous exigeons les rendements les plus élevés).

Conclusion

31Les limites de la RSE rendent indispensable une régulation publique renforcée tant au niveau national qu’international. Certes, en l’absence d’une autorité transnationale l’adoption de règles internationales contraignantes en matière sociale et environnementale pose de nombreuses difficultés, en particulier celle de voir les États adopter des stratégies opportunistes. Reste que l’exemplarité des politiques nationales (adoptées unilatéralement ou en concertation) peut se révéler décisive, notamment en influant sur les anticipations de leurs partenaires ou de leurs rivaux comme l’a prouvé l’attitude de l’Europe avec le Protocole de Kyoto.

32Mais il appartient également aux citoyens de prendre leurs responsabilités et d’exprimer une demande de régulation publique ainsi qu’un meilleur comportement des firmes. En effet, si une entreprise est seule à refuser, pour des raisons éthiques, de se soumettre à la logique implacable du marché, elle met sa survie en péril. Au contraire, si les ménages décidaient de boycotter les firmes peu respectueuses de leurs salariés et de l’environnement, alors le jeu même du marché conduirait celles-ci soit à disparaître, soit par intérêt bien compris à adopter une conduite « morale ».

33La régulation du capitalisme, ou même une partie significative de cette dernière, ne saurait donc être laissée à l’improbable conjonction de la morale et de l’intérêt des multinationales, improbable conjonction qu’exprime, dans le meilleur des cas, la « responsabilité sociale des entreprises ». Un retour de l’ homo politicus s’impose.

Bibliografia

Référence bibliographiques

Choukroune L. et Garapon A., (2007) « Les normes de l’harmonie chinoise. Un droit disciplinaire comme stabilisateur social », Perspectives chinoises, n° 3, Hong Kong, p. 38-52.

Colonomos A., (2005), La morale dans les relations internationales, Odile Jacob, Paris.

Commission Européenne . (2001), « Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises », Livre vert. Direction générale de l’emploi, Relations du travail et des mutations industrielles, juillet.

Friedman M., (13 septembre 1970), « The Social Responsibility of Business is to Increase its Profits », The New York Times Magazine, New York.

Perroux F., (1994), Pouvoir et économie généralisée, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble.

Reich R., (2007), Supercapitalism, The Transformation of Business, Democracy, and Everyday Life, A. A. Knopf, New York.

Renouard C., (2007), La responsabilité éthique des multinationales, Presses Universitaires de France, Paris.

Guoguang Wu, (2009), « Une ombre planant sur les démocraties étrangères : l’utilisation politique du pouvoir économique par la Chine dans ses rapports avec l’Occident », Perspectives chinoises, n° 2, Hong Kong, p. 88-98.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540