Version classiqueVersion mobile

La Responsabilité Sociale de l'Entreprise

 | 
Frédéric Chavy
, 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel
, 
et al.

Première partie. Cadrage théorique et pluridisciplinaire d'un concept mouvant

Un « sens plus élevé de la responsabilité sociale » : la chevalerie économique selon Alfred Marshall (1842-1924)

Rozenn Martinoia

Texte intégral

1Grâce à l’éclairage en retour que les problématiques passées dispensent, l’historien des idées, sans négliger les différences de contexte socio-historique, participe à la mise en lumière des phénomènes contemporains. Aussi, afin d’appréhender la RSE, en tant que pratique ou en tant que discours, et contribuer à sa généalogie (Acquier, Aggeri 2008), proposons-nous d’opérer un détour qui renvoie à la fin du XIX e et au début du XXe siècle en Angleterre, et plus précisément aux conceptions d’Alfred Marshall auquel Howard Bowen (1953, p. 91), père fondateur de la RSE, fait incidemment référence dans Social Responsibilities of the Businessman.

2Il n’y a guère à forcer le trait pour convenir que les champs axiologiques et économiques de la seconde moitié du XIXe siècle et de l’époque actuelle, par-delà leurs différences structurelles, ont en commun d’être troublés. Ainsi, la constitution du programme de recherches d'Alfred Marshall est-elle marquée par une double crise. D’un côté, la crise théologique et morale qui gagne toute une jeune génération d'intellectuels de Cambridge interroge les modalités de la cohésion sociale (Collini 1991, p. 84). De l’autre côté, la Grande Dépression (1873-1896), puis la résistance à l’usure du temps de l’inégale répartition des richesses – « le paradoxe de la pauvreté dans l’abondance » (Keynes 1936, p. 54) –, accentuent les rivalités de classes, nourrissent la crainte de l’effondrement du capitalisme et de l’insurrection ouvrière (Groenewegen 1995, pp. 571-592).

  • 1 L'idéal marshallien peut être rétrospectivement lu au prisme du développement durable, dans un tri (...)
  • 2 Le terme " moralisation " est infidèle à Marshall qui raisonne en réalité en termes d'élévation du (...)

3L’ordre social et politique de l’Angleterre victorienne, tant dans sa dimension factuelle qu’intellectuelle, est donc parcouru de tensions. Dans ce contexte, Marshall s’emploie à démêler les liens entre éthique et économie afin d'enclencher, au sein d'un « capitalisme moralisé » (Stedman Jones 1971, p. 7), la marche vers un ordre social idéal qui, de son propre aveu, ne se réalisera probablement jamais (Marshall 1873, 173) mais constitue néanmoins un repère normatif pour guider l'action humaine et évaluer ses progrès. Dans cette utopie, « où les opportunités d'une vie noble sera[ient] accessibles à tous » (Marshall 1897, p. 135), « les hommes seraient parfaitement vertueux » et « ne penseraient qu'à leur devoir » (Marshall 1920, p. 9) : « élever la qualité de vie » (Marshall 1919, p. 5) et développer « le bien-être des générations présentes et à venir »1 (Marshall 1903, p. 13 ; 1920, p. 46). Les conceptions de jeunesse de Marshall sont empreintes de la lecture typique du libéralisme du XIXe siècle, exprimée en termes de moralisation2 de la classe laborieuse. Sans rompre avec ces vues, il explore progressivement d'autres pistes. Comment en effet requérir la moralité des ouvriers lorsqu'elle résulte en grande partie de conditions de vie et de travail qui ne sont pas de leur ressort (Marshall 1920, p. 2) ? Marshall tourne alors son attention vers la moralisation des classes aisées et des capitaines d'industrie. À travers le développement d'une « chevalerie économique » (Marshall 1907), il brosse une figure héroïque des hommes d'affaires, pierre angulaire de l’évolution des valeurs et de la diffusion des comportements « bons », tant sur le plan économique (Marshall 1907, p. 15) que politique (Marshall 1919, p. viii).

4Le présent article consacré à la chevalerie économique entend désenclaver celle-ci du carcan de l’anecdote dans lequel, une fois l’ère marshallienne achevée, les économistes, à l’exception de François Perroux (1961, p. 409-411), l’ont reléguée. Il se focalise sur le décryptage des mécanismes de développement de la chevalerie économique, dans l'intention de montrer qu'il ne s'agit pas d'une furtive vision romantique mais qu'elle sollicite un réel système analytique. Celui-ci n'est certes pas exempt d'un certain bricolage philosophique et d'hypothèses fortes. Pour autant, ces représentations passées ne sont pas sans intérêt pour relire les régulations du capitalisme contemporain, et en particulier la diffusion des règles de bonne conduite dans le monde des affaires.

5Après avoir cerné les contours et défini le contenu de la chevalerie économique (1), nous mettrons à jour la trame générale du progrès moral selon Marshall (2). Nous montrerons ensuite comment l'éducation (3) et la sympathie (4) sont sollicitées afin d'amorcer, d'abord dans le milieu des affaires puis dans des cercles concentriques de plus en plus éloignés, la diffusion des valeurs et des conduites conformes à l'idéal social marshallien. Nous positionnerons enfin en quelques mots conclusifs la chevalerie économique dans la genèse de la RSE.

Le diptyque de la chevalerie économique

6La chevalerie économique se définit au regard, à la fois fruit du type de comportement auquel elle correspond et des qualités qu’elle implique. Elle connaît deux champs : celui de la dépense du revenu et celui de la production. Seul ce dernier concerne stricto sensu les capitaines d'industrie et constitue le cœur de notre investigation. Toutefois, nous dépeindrons l'intégralité du tableau afin de saisir au mieux la pensée de Marshall.

7Dans le champ de la dépense du revenu s'exerce la « chevalerie dans l’usage de la richesse » (Marshall 1907, p. 27). Celle-ci consiste en un « dévouement pour le bien-être public de la part des riches » (Marshall 1920, p. 719). Elle se traduit dans des actions philanthropiques essentiellement éducatives – éducation artistique, hygiénique, éthique, générale ou technique (Marshall 1907, p. 27) – qui, en ouvrant « à la masse des gens de nouvelles possibilités d’une vie plus élevée et d’activités intellectuelles et artistiques plus variées » (Marshall 1907, p. 9), contribue à la réalisation de l'idéal social. Des stigmates paternalistes transparaissent nettement à travers cette chevalerie : il ne s’agit en effet jamais d’un transfert direct de revenus vers les membres de la classe laborieuse qui seraient libres de leur affecter l’usage qu’ils souhaitent. Marshall préjuge en effet que leur faible caractère confortera leur dépense « dans des directions qui font peu ou rien pour rendre la vie plus noble ou véritablement plus heureuse » (Marshall 1920, p. 720) et susceptibles de surcroît de nuire à leur bien-être économique par l’entremise d’une dégradation de leur productivité ou de leur employabilité.

  • 3 Un tel mécanisme est directement inspiré de Darwin qui remarque l’apparition dans l’évolution de m (...)

8Il importe pour Marshall que la réallocation des dépenses des classes aisées soit un acte volontaire. De manière générale, Marshall limite les modes d'intervention dans la répartition des richesses aux « moyens qui ne brisent pas le ressort de la libre initiative individuelle et de la force de caractère et qui, par suite, n’arrêtent pas matériellement le développement du dividende national » (Marshall 1920, p. 714). L’inégalité des positions sociales et la liberté d’entreprendre sont en effet à ses yeux deux puissants stimuli au progrès économique. Il s’agit donc de préserver les avantages, en termes de création de richesse, que Marshall octroie au système concurrentiel, tout en se départant de ce qu’il juge être ses principaux inconvénients – la pauvreté des classes laborieuses et l’élimination des plus faibles (Marshall 1920, p. 3-4) – et ce, grâce à l’aide des mieux lotis3.

9Le second pan de la chevalerie économique est la « chevalerie dans le travail » ou « chevalerie dans les affaires ». Elle recèle également le souci du bien commun. Ses promoteurs ont les traits de caractère normativement valorisés par Marshall et, par conséquent, propices à la réalisation de l'idéal social : ils trouvent dans la résolution des problèmes difficiles une source de satisfaction en soi et accordent davantage de valeur à la manière d’obtenir du succès dans les affaires qu'à l'enrichissement lui-même, celui-ci n'étant qu'un indicateur de leur réussite.

« La chevalerie dans les affaires inclut l’esprit public […] Elle inclut aussi une joie de faire des choses nobles et difficiles parce qu’elles sont nobles et difficiles […] Elle inclut un mépris pour les victoires faciles et une joie de venir en aide à ceux qui ont besoin d’une main secourable. Elle ne dédaigne pas les gains à remporter au passage, mais elle a la délicate fierté du guerrier qui apprécie les butins d’une bataille bien livrée […] principalement pour les exploits dont ils témoignent et seulement dans une seconde mesure pour [leur] valeur [marchande] » (Marshall, 1907, p. 14)

10Ces chevaliers constituent une élite dans le monde des affaires. Ils ont, outre le désir, la capacité d’assumer des risques. Leurs facultés cognitives particulièrement élevées leur permettent en effet d’imaginer, d’anticiper, de s’adapter et d’innover, clés du succès dans les affaires [Ibid., p. 16). Ils détiennent également un leadership [Ibid., p. 17) dans les questions productives, organisationnelles mais aussi dans la diffusion des valeurs, en interne comme en externe (Fujii 2008, p. 268 ; infra).

11Dans le contexte de « la grande époque victorienne pleine d’optimisme et de croyance en la perfectibilité humaine » (Shackle 1968, p. 111), Marshall escompte qu’en « une ou deux générations […] les hommes pourront être fiers de l’élévation de la vie accomplie par l’entraînement des éléments les plus raffinés de la nature humaine à mettre pleinement à profit la production de la richesse et son usage » (Marshall 1907, p. 14). Cependant, bien que l’éducation et l’aisance matérielle des businessmen leurs confèrent des dispositions au comportement vertueux (Marshall 1873, pp. 158-9), bien que « le businessman britannique représentatif du siècle présent [ait] un esprit plus large et un caractère plus généreux » qu’au début du XIXe siècle (Marshall 1919, p. 179), Marshall admet que la vertu de l’homme d’affaires moyen de son temps est loin d’être patente.

« Maintenant seulement nous parvenons à comprendre la mesure dans laquelle l’employeur capitaliste, non formé à ses nouveaux devoirs, fut tenté de subordonner le bien-être de ses ouvriers à son propre désir de gain ; maintenant seulement nous apprenons l’importance qu’il y a à insister sur le fait que les riches ont des devoirs autant que des droits » (Marshall 1920, p. 750).

12Mais comment induire les capitaines d'industrie à accomplir leur devoir ?

De l’intérêt au devoir : la trame générale du progrès moral

13Si la chevalerie économique est un acte individuel, les conditions de son avènement sont cependant sociales. Le mécanisme d’extension de la chevalerie économique s’inscrit dans une perspective évolutionniste de la morale, dont les ressorts sont l’éducation et la sympathie (Marshall 1919, p. 326). Dans ce scénario, la chevalerie et plus largement les comportements moraux, dans un premier temps guidés par l'intérêt, seraient à l'horizon de l'idéal social soumis aux injonctions inconditionnelles du devoir.

  • 4 « [Un] impératif est hypothétique si le commandement qu’il énonce est subordonné, comme moyen, à q (...)

14À la manière d’Adam Smith (1759, p. 103) qui, un demi-siècle plus tôt, prenait acte de la « corruption [des] sentiments moraux », Marshall estime que les hommes cherchent à s’enrichir avant tout, non pour le bonheur que procure l’argent, mais pour jouir, à travers un mécanisme sympathique, de l’admiration et de l’approbation que cet enrichissement provoque chez autrui (Marshall 1907, p. 9). Il appelle donc de ses vœux une réorientation de l'objet de l'admiration vers les comportements chevaleresques. L'émulation prétendument liée à l'inégalité des positions sociales serait préservée. Toutefois, on ne louerait plus la richesse mais ses modalités d'acquisition et ses usages – en l'occurrence, la chevalerie économique. Muées par ce désir d'approbation, les conduites individuelles se moraliseraient délibérément, quoique le mobile de cette moralisation soit instrumental (Marshall 1920, pp. 242-3). L’évolution se poursuivrait par le développement – au sens biologique (Marshall 1920, p. 247) – des facultés cognitives et morales, de sorte que l'action morale ne serait plus un moyen de recevoir les honneurs et l’admiration de l’opinion publique – un impératif hypothétique4 – mais s’imposerait désormais de manière inconditionnelle comme un impératif catégorique. La difficulté réside en ce que l’universalité de la raison morale n’implique nullement l’universalité de son contenu, en l'occurrence la conception marshallienne de la justice. Toutefois, et telle est en substance la conviction de Marshall, rien n'interdit aux hommes de chercher les moyens d'une convergence (Marshall 1920, p. 9).

La mission de l'Université dans l'éducation morale des futurs hommes d'affaires

  • 5 La façon dont Kohlberg (1981) conçoit le processus de développement moral n’est pas sans écho avec (...)

15Le sens moral apparaît donc chez Marshall comme l’aboutissement d’un processus qui substitue progressivement une conception immanente de la justice à une éthique issue de la coutume et de la sympathie5. L’éducation, préoccupation précoce (Marshall 1878) et récurrente dans la pensée de Marshall, y joue un rôle crucial. Parmi la diversité des formes qu’elle peut endosser, nous évoquerons ici principalement l’éducation générale des hommes d'affaires, à travers la mission de l’Université et les enseignements de la science économique.

  • 6 La relégation par Marshall des formules mathématiques dans l’appendice de ses Principles of Econom (...)

16Il n'est pas anodin que la question de la formation des élites dirigeantes, et en particulier des capitaines d'industrie, fasse l'objet d'un traitement spécifique dans Industry and Trade. Marshall y reprend les principaux éléments du cursus de sciences économiques à l’Université de Cambridge, mis en place en 1903. Il souligne la nécessité d'une formation distincte de « l’instruction commerciale ordinaire » qui, à ses yeux, « rempli [t] l’esprit sans l’élargir et le renforcer ». Or « les hommes d’affaires les plus talentueux nous disent que c’est de faculté plus que de connaissance qu’a besoin l’homme d’affaires d’aujourd’hui » (Marshall, 1905, cité par Whitaker 1996/3, pp. 121-2). Il est nécessaire pour cela de diversifier les champs disciplinaires – le sport n’est pas en reste puisque « sur l’eau comme sur le terrain de football, l’étudiant apprend à assumer et s’abstenir, à obéir et commander » (Marshall 1919, p. 822) – et d’élever les exigences réflexives, de manière à développer chez ces futurs businessmen les facultés qui favoriseront le progrès économique et moral – en particulier les facultés cognitives nécessaires à leur activité professionnelle mais aussi à l'élargissement de l'horizon de leurs choix intertemporels et, par conséquent, à l'intégration des générations futures dans leurs variables de décision, posture morale idéale. Mais c'est l'économie politique qui est sollicitée au premier chef. À une époque où celle-ci est dévalorisée (Coats 1967, p. 707), Marshall entreprend de lui redonner sa légitimité et d’élargir son influence6 . La science économique doit combler l'ignorance qu'a l'homme d'affaires des mécanismes économiques et le sensibiliser à l’intérêt général (Marshall 1919, p. 823). En lui démontrant qu’à moyen ou long terme ses intérêts ne diffèrent pas de ceux de la société – qu’il n’y a par exemple pas d’opposition entre la maximisation des profits et l’amélioration des conditions et de la qualité de vie des travailleurs (Biagini 1995, pp. 35-36) – elle œuvre à en faire simultanément un « profit-winner » et un « bon citoyen » (Marshall 1903, p. 18).

La diffusion des bonnes valeurs

17L’efficacité de l’apprentissage, par les hommes d’affaires, de la convergence entre leur intérêt et leur devoir, demeure toutefois conditionnée par la modification du système de valeurs dominant l’opinion publique. Car, rappelons-le, les hommes tels qu'ils sont, et non tels qu'ils devraient idéalement être, sont mus par la quête des honneurs et de l'approbation. Il faut donc " guider l’opinion publique pour qu’elle devienne une Cour d’Honneur informelle " (Marshall 1907, p. 26), animée par une conception du bien conforme à l’idéal social marshallien. L’amorce du processus demeure cependant opaque : comment l’opinion publique, n’ayant pas encore intégré les normes morales sous-tendant l’idéal social marshallien – preuve en est le manque de vertu des hommes – pourrait-elle endosser le rôle que lui attribue Marshall ? La clé réside dans la considération, dans le cadre de la chevalerie dans les affaires, non de l’opinion publique en général mais de l’opinion d’une catégorie restreinte d’individus, tels des juges compétents : les « brother-experts » (Marshal 1907, p. 16).

  • 7 Marshall émet ainsi de sérieuses réserves sur le management scientifique de Taylor, en raison de s (...)

18Au sein du milieu des affaires, Marshall voit poindre une élite influencée par « des mobiles autres que le désir du gain pécuniaire ». Ces « experts des affaires prennent de plus en plus l’habitude de lire et d’écrire dans des revues spécialisées, de tenir des congrès et d’autres manières de s’exposer au jugement des uns et des autres » (Marshall 1919, p. 325). Ils bénéficient d’une audience éclairée (Marshall 1907, p. 15) qui « applaudit la tentative intelligente et audacieuse même si son fruit financier n’est pas mûr » (Marshall 1919, p. 326). Ce « désir de gagner l’approbation et d’éviter le mépris de ceux qui l’entourent », en particulier « ceux qui ont la même profession » (Marshall 1920, p. 23), soutient l’extension des comportements chevaleresques dans le milieu des affaires. L’approbation de cette audience est une récompense. Certes, « comme toute autre récompense, présente ou différée, elle fait appel à des éléments de notre nature qui ne sont pas les plus élevés de tous » - car animés par l'intérêt – « mais, en partie pour cette raison, on peut être sûr qu’elle agit fermement » (Marshall 1919, p. 326). La diffusion dans la presse de telles tentatives (Marshall 1919, p. 360) ou des débats contradictoires qu’elles occasionnent participe à l’éducation des autres hommes d’affaires à ces attitudes chevaleresques (Marshall 1890, p. 640 ; 1923, p. 30). Ces dernières se diffusent ensuite en interne dans les entreprises. Par leur politique de ressources humaines ou par leur organisation du travail, les dirigeants chevaleresques happent leurs salariés dans cette spirale du progrès moral (Fujii 2008, pp. 273-4). Ils leurs offrent davantage d’opportunités de développer leurs facultés cognitives et morales7. Ils s’attachent également leurs compétences par les « liens de l’amitié personnelle » et « les instincts chaleureux de la loyauté » (Marshall 1919, p. 326), non sans conséquences positives pour l'entreprise. Pas à pas, ce code d’honneur se propage dans la société. Ainsi, chemin faisant, ce n'est plus la richesse qui est admirée mais ses modalités d’acquisitions et ses usages, en l’occurrence les comportements chevaleresques. L'édifice repose toutefois sur une hypothèse particulièrement forte : celle selon laquelle les « bonnes » valeurs et les « bons » comportements – ceux, minoritaires au départ, qui permettent le progrès à la fois économique et moral de la société – s’imposent, se diffusent et parviennent à développer « un sens plus élevé de la responsabilité sociale » (Marshall 1919, p. 285).

Conclusion. La chevalerie économique marshallienne dans l’histoire des relations entre éthique et entreprise.

  • 8 Marshall possédait dans sa bibliothèque les trois volumes de La Réforme sociale en France et les s (...)

19La pensée de Marshall porte indéniablement les stigmates du contexte intellectuel de son époque, et en particulier celui du paternalisme du XIXe siècle. Pourtant, lorsqu’on la considère de manière attentive, on perçoit qu’un tournant s’opère. Certes Marshall, à l’instar de Le Play8, s’inquiète de la déliquescence du lien social. Il est également incontestable qu'il a une approche toute paternaliste des rapports sociaux, qu’il transmet à la figure du riche citoyen – acteur de la chevalerie dans l’usage de la richesse – dont sa plume esquisse les traits. Pourtant, l’entrepreneur marshallien – acteur de la chevalerie dans les affaires – n’apparaît pas sous le même jour : nulle trace des pratiques féodales de patronage le playsien dans les écrits analytiques ou prescriptifs de Marshall relatifs à la gouvernance des entreprises. L’entrepreneur ne revêt le masque du paternaliste leplaysien que lorsqu’il quitte la sphère professionnelle et endosse l’habit du riche citoyen.

  • 9 Supra note 2.

20Néanmoins, en dépit de consonances séduisantes et d’une certaine modernité – Marshall n'enjoint-il pas d'être responsable envers les générations futures ?9 –, la chevalerie économique dans les affaires prônée par Marshall se différencie des thèses contemporaines sur la RSE, à deux titres principalement. En premier lieu, la conception dominante – « œcuménique » (Acquier, Aggeri, 2008, p. 141) – de la RSE, comme réponse aux parties prenantes, renvoie à une approche instrumentale de l’éthique. Or pour Marshall, à l’instar d’autres de ses contemporains libéraux, l'action morale idéale n’est pas un moyen mais une fin en soi.

21Certes, cet horizon idéal s’accompagne d'accommodements, qu'il espère transitoires, dans l’évolution morale. Toutefois, même au stade où l'action morale est encore gouvernée par un impératif hypothétique, ce n’est pas la sanction économique du marché que craint en premier lieu l’homme d’affaires chevaleresque décrit par Marshall mais la sanction morale de ses pairs. Si Marshall note qu’une conduite éthique peut être « commercialement profitable » (Marshall, 1919, p. 354), cette perspective ne peut à ses yeux en constituer qu'une conséquence et non le mobile : chez Marshall, comme le rappelle Reisman (1991, p. 225), la « conduite éthique est bonne en elle-même […] désirable même en l’absence de toute récompense privée ». En second lieu, on relèvera que la chevalerie dans les affaires concerne non des organisations mais des individus. Au fait que Marshall n’envisage pas directement la responsabilité de l’entreprise, on peut avancer deux explications. D’une part, sa conception de l’éthique ne l’autorise pas à penser la responsabilité morale d’un objet collectif. D’autre part, en effaçant la responsabilité de l’entreprise derrière celle de l’entrepreneur, Marshall témoigne du peu d’intérêt qu’il accorde à la montée en puissance, à son époque, des sociétés par action, dans lesquelles propriété et direction sont distinctes. S’il se résout à admettre l’importance du phénomène à la fin de sa vie, Marshall persiste à penser que le moteur du progrès économique comme moral réside dans la petite entreprise, plus innovante et réactive, dirigée par son unique propriétaire. Dans ces conditions, il n’y a guère lieu pour lui de penser la responsabilité de l’entreprise.

Bibliographie

Références bibliographiques

ACQUIER A., AGGERI F. (2008), « Une Généalogie de la pensée managériale sur la RSE », Revue Française de Gestion, vol. 180, n° 1, pp. 131-157.

BIAGINI E. (1995), “The Anglican Ethic and the Spirit of Citizenship : the political and social context”, Alfred Marshall’s Lectures to Women, Raffaelli T., Biagini E., Mc Williams Tullberg R. (éds.), Aldershot, Edward Elgar, pp. 24-46.

BOWEN H. (1953), Social Responsibilities of the Businessman, New-York, Harper & Brothers.

CALDARI K. (2004), “Alfred Marshall’s Idea of Progress and Sustainable Development”, Journal of the History of Economic Thought, vol. 26, n° 4, pp. 519-36.

COATS A. W. (1967), “Sociological Aspects of British Economic Thought”, Journal of Political Economy, vol. 75, n° 3, pp. 706-29.

COLLINI S. (1991), Public Moralists, Political Thought in Intellectual Life in Britain 1850-1930, Oxford, Clarendon Press.

FUJII K. (2008), “Marshall on Economic Chivalry and Business Ethics”, Marshall and Schumpeter on Evolution : Economic Sociology of Capitalism. Shionoya Y., Nishizawa T. (éds.), Cheltenham, Edward Elgar.

GRŒNEWEGEN P. (1995), A Soaring Eagle, Alfred Marshall 1842-1924, Cheltenham, Edward Elgar.

KEYNES J. M. (1924), “Alfred Marshall 1942-1924”, Economic Journal 34, reproduit dans Memorials of Alfred Marshall, Pigou A. C. [éd.], 1925, London, Macmillan, pp. 1-65.

KOHLBERG L. (1981), The Philosophy of Moral Development, San Francisco, Harper & Row.

LALANDE A. (1926), Vocabulaire technique et critique de la philosophie, 1991, Paris, Presses Universitaires de France.

MARSHALL A. (1873), “The Future of the Working Class”, reproduit dans Alfred Marshall’s Lectures to Women, Raffaelli T., Biagini E., Mc Williams Tullberg R. (éds.), 1995, Aldershot, Edward Elgar, pp. 156-75.

MARSHALL A. (1878), “Some Aspects of Modern Industrial Life”, manuscript reproduit dans Marshall Studies Bulletin, Caldari K., Nishizawa T. (éds.)http://www.dse.unifi.it/marshall/caldari10.html

MARSHALL A. (1883), Individual Interest and Public Wellbeing, Manuscrit autographe inédit, Cambridge, Marshall Library.

MARSHALL A. (1884), “Where to House the London Poor”, The Contemporary Review, reproduit dans Memorials of Alfred Marshall. Pigou A. C. (éd.), 1925, London, Macmillan, pp. 142-151.

MARSHALL A. (1890), “Some Aspects of Competition”, Journal of the Royal Statistical Society, vol. 53, n° 4, pp. 612-643.

MARSHALL A. (1897), “The Old Generation of Economists and the New”, Quarterly Journal of Economic, vol. 2, pp. 115-135.

MARSHALL A. (1903), The New Cambridge Curriculum in Economics and Associated Branches of Political Science, London, Macmillan.

MARSHALL A. (1906), Introductory Lectures, Fragment autographe inédit, Cambridge, Marshall Library.

MARSHALL A. (1919), Industry and Trade, 1920, London, Macmillan.

MARSHALL A. (1920), Principles of Economics, 1961, Guillebaud C. (éd.), London, Macmillan.

MARSHALL A. (1923), Money, Credit and Commerce, London, Macmillan.

MARSHALL M. P. (1947), What I remember, Cambridge, Cambridge University Press.

MOSS L. S. (2003), “Marshall’s Objective : Making Orthodox Economics Intelligible to Business Leaders”, The Economics of Alfred Marshall. Revisiting Marshall’s Legacy, Arena R., Quéré M. (éds.), New-York, Palgrave Macmillan, pp. 67-83.

PERROUX F. (1961), L’Économie du XXe siècle. 1991, vol. 5, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

REISMAN D. A. (1991), “Conservative Capitalism : Alfred Marshall”, Quaderni di Storia dell’Economia Politica, vol. 9, n° 2-3, pp. 215-233.

SMITH A. (1759), Théorie des sentiments moraux, 2003, Paris, Presses Universitaires de France.

STEDMAN JONES G. (1971), Outcast London. A Study in the Relationship between Classes in Victorian Society, Oxford, The Clarendon Press.

TORT P. (1987), “Spencer et le système des sciences”, H. Spencer. Autobiographie, Paris, Presses Universitaires de France.

WHITAKER J. K. (1996), The Correspondence of Alfred Marshall, Economist, Cambridge, Cambridge University Press, 3 volumes.

Notes

1 L'idéal marshallien peut être rétrospectivement lu au prisme du développement durable, dans un triptyque économique, social et environnemental (Caldari 2004). La pensée marshallienne contient cependant davantage les prémisses d’une préoccupation environnementale qu’un véritable agenda. Sous l’influence du courant hygiéniste de l’époque, Marshall n’approfondit véritablement que la problématique de la croissance urbaine et de ses pollutions (Marshall 1884). La finitude des ressources naturelles (Marshall 1919, p. 2, p. 147) et ses conséquences sur la qualité de vie des générations futures (Marshall, 1920, p. 166) sont simplement questionnées.

2 Le terme " moralisation " est infidèle à Marshall qui raisonne en réalité en termes d'élévation du " caractère " des hommes. Nous n'évoquerons pas ici cette notion typiquement victorienne (voir Collini 1991, pp. 91-118) qui, chez Marshall, s'entend comme un complexe de caractéristiques psychologiques, morales et cognitives. Par ailleurs, invoquer une moralisation des comportements est vide de sens si l’on ne précise pas le contenu du cadre axiologique qui la sous-tend. Celui-ci relève dans la pensée marshallienne des théories téléologiques de la justice. Précisément, dans une perspective conséquentialiste et perfectionniste, l’action juste est celle qui favorise le plus grand bien-être économique et moral des générations présentes et futures (Marshall, 1883 ; Marshall 1903, p. 13 ; Marshall, 1906).

3 Un tel mécanisme est directement inspiré de Darwin qui remarque l’apparition dans l’évolution de mécanismes anti-sélectifs mis en œuvre par les plus forts au service des plus faibles – perspective antithétique à ce que l'on nomme à mauvais escient le " darwinisme social ". Voir Tort (1987, pp. vii-viii).

4 « [Un] impératif est hypothétique si le commandement qu’il énonce est subordonné, comme moyen, à quelque fin que l’on veut atteindre […] il est catégorique s’il ordonne sans condition » (Lalande 1926, p. 478-9).

5 La façon dont Kohlberg (1981) conçoit le processus de développement moral n’est pas sans écho avec cette perspective – pour autant que l’on se focalise sur la procédure et non sur le résultat des principes de justice adoptés qui, chez Kohlberg, s’apparentent à la théorie de la justice de Rawls.

6 La relégation par Marshall des formules mathématiques dans l’appendice de ses Principles of Economics " est symbolique de [sa] stratégie d’accroître l’audience et l’influence de son système d’économie " (Groenewegen 1995, p. 784). Son ambition d’être lu par les hommes d’affaires échouera néanmoins (Moss 2003).

7 Marshall émet ainsi de sérieuses réserves sur le management scientifique de Taylor, en raison de son entrave au développement des facultés des ouvriers (Marshall 1919, p. 388).

8 Marshall possédait dans sa bibliothèque les trois volumes de La Réforme sociale en France et les six volumes des Ouvriers européens (Groenewegen 1995, p. 185). Marshall était proche de la Charity Social Organisation (CSO), elle-même très leplaysienne.

9 Supra note 2.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search