Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Responsabilité Sociale de l'Entreprise

 | 
Frédéric Chavy
, 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel
, 
et al.

Première partie. Cadrage théorique et pluridisciplinaire d'un concept mouvant

La RSE dans l’œil de la théorie hayékienne

Frederic Kupper

Texte intégral

1Nous étudions ici les quelques rares textes de Friedrich von Hayek consacrés à la responsabilité sociale d’entreprise. Ils sont issus de ses Essais de philosophie, de science politique et d’économie, parus en 1967 et rassemblant divers écrits qu’il publia lors des quelques décennies précédentes. (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv ; 353 et sv. ; 433 et sv.). Une étude de cette notion implique davantage que la lecture de ces quelques articles. Elle exige de replacer celle-là dans le contexte plus large de l’œuvre tout entière de Hayek.

2L’intérêt de traiter d’un auteur comme Hayek est double. Premièrement, Hayek représente sans conteste le plus grand penseur libéral, dans la version la plus pure du libéralisme, du siècle écoulé. Deuxièmement, Hayek s’est montré, le long de toute son œuvre, particulièrement averse à l’égard de toute forme de justice sociale et particulièrement méfiant à l’égard du monde de l’entreprise. Il nous semble alors intéressant de nous interroger sur les raisons d’être de cette méfiance et de cette aversion et d’en jauger les éventuelles limites.

3En termes méthodologiques, dans le cadre de cet article, bien que nous nous appuyions sur la pensée et les travaux de Hayek, nous prendrons la responsabilité de les relire de notre point de vue d’une part et de les prolonger conceptuellement ou de les discuter quand cela nous semblera nécessaire d’autre part. Cela impliquera, de notre part, un écart et une distance à l’égard de la lettre et parfois de l’esprit de cette philosophie, que nous assumons pleinement.

La responsabilité et la justice sociales

4Le terme de « responsabilité sociale » représente pour Hayek quelque chose d’incongru. En effet, pour Hayek, toute responsabilité est nécessairement individuelle. Ce n’est que par métaphore, comme nous pourrions parler de poumon d’une entreprise, et de manière en outre malheureuse, que l’on peut parler de responsabilité « sociale ». De plus, si le terme « sociale » renvoie au terme de « société », la société doit être définie, selon Hayek, comme quelque chose d’anonyme et de non rationnel, c’est-à-dire que la société ne peut nullement être considérée comme une simple extension, d’un niveau local à un niveau plus global, des propriétés dudit niveau local. La société s’est formée grâce à l’action imprévue, non planifiée et inconsciente, de nombreux individus depuis de nombreux siècles voire de nombreux millénaires (Hayek, 2007 (1967), pp. 353 et sv.).

  • 1 Nous pensons par exemple aux trois grands modèles utilitaristes, marxiens et libéraux-égalitaires (...)

5L’idée de responsabilité sociale est régulièrement associée à un autre terme, vis-à-vis duquel Hayek prend également ses distances : la justice sociale. Hayek affirme que la vraie justice est une justice qui n’implique pas de buts concrets ni de conséquences particulières sur des groupes particuliers, contrairement à la plupart des formes de justice sociale.1 Avec ces buts et ces conséquences, nous ne sommes pas dans une logique de justice, mais dans une logique « partiale ». De plus toute « justice sociale » prétend corriger des situations où la situation de certains individus est liée à une dimension imméritée. Or dans ce cas, à suivre Hayek, il est en fait impossible de savoir ce qui est mérité et ce qui ne l’est pas, et cela de droit. Enfin, d’un point de vue plus pratique la conséquence de l’esprit de la justice sociale est la déresponsabilisation des individus, par l’attribution à une dimension « collective » ou « sociale » des causes des échecs comme des réussites de comportements individuels (Hayek, 2007 (1967), pp. 353 et sv.).

6La justice sociale est donc accusée par Hayek d’être partiale, impossible et déresponsabilisante et la responsabilité sociale des acteurs qui sont censés pouvoir la porter, au moins partiellement, insignifiante, au sens radical du terme. À partir de ce double constat, il semble difficile de trouver chez Hayek une quelconque piste de réflexion concernant le thème de la responsabilité sociale d’entreprise, pourtant si en vogue de nos jours. Pourtant, Hayek s’est longuement penché sur la question de l’éthicité des comportements humains.

Les sociétés libérales

  • 2 Remarquons la position très marxienne de Hayek concernant la nocivité des relations de subordinati (...)

7Hayek entretient vis-à-vis de l’éthicité des actions une attitude ambiguë. Sa position s’articule autour de deux pôles, chacun des pôles proposant une version particulière de l’éthicité. Premièrement, une action éthique est une action libre. Une société éthique est une société qui garantit la liberté. Au cœur de la philosophie hayékienne, nous découvrons la prééminence de l’éthique comme liberté. Que signifie la liberté ? La liberté n’est pas réductible à la liberté de choisir. Le véritable sens de la liberté est le fait d’être indépendant de la volonté arbitraire d’autrui (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.). La liberté correspond au fait de ne pas être à la merci d’une volonté arbitraire, de ne pas être pris dans le regard et dans la main d’une personne ou d’un groupe de personnes particuliers : « le pouvoir, dans le sens répréhensible du terme, est la capacité à diriger l’énergie et les ressources des autres au service de valeurs qu’ils ne partagent pas. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.).2

8Etre libre est consubstantiellement lié à un environnement de liberté, que Hayek dénomme « les sociétés libres ». Nous ne pouvons être libres au sens précité que dans des sociétés libres. Quelles sont ces sociétés de liberté ? Il s’agit de sociétés qui réduisent au maximum les liens de dépendances personnelles et arbitraires. Hayek établit un lien entre le caractère personnel de certaines interactions d’une part et le caractère arbitraire de celles-ci, que nous pouvons comprendre dans le sens où elles impliqueraient une violence, une absence de maîtrise de soi-même ou une objectivation de l’autre d’autre part. Quelles sont ces sociétés de liberté qui dissolvent les relations personnelles remplies de violence ? Il s’agit des sociétés qui créent et qui produisent de l’écart entre les personnes, qui dépersonnalisent les interactions sociales. Pour le dire brutalement, il s’agit des sociétés économiques marchandes. Pour Hayek, les relations marchandes, par leur caractère impersonnel, desserrent l’étau resserré et le goulot d’étranglement, propres aux sociétés non libérales, fondées sur le principe de personnalisation extrême des relations. Cela ne signifie nullement que les sociétés libérales ne tolèrent aucune forme de relations personnelles. Les sociétés libérales permettent aux personnes de s’abstraire et de s’extraire des relations personnelles dont ils ne veulent plus, parce qu’elles les oppressent. Les individus peuvent alors choisir, construire, entretenir, augmenter les relations sociales personnelles qui les exhaussent, tout en pouvant s’écarter de celles qui les oppressent. Une vie éthique est une vie de liberté, éloignées des contraintes arbitraires, explicites et implicites, sous la forme de pressions et d’exclusions du groupe, qui peuvent peser sur les vies individuelles : « C’est l’un des grands mérites de la société libre que de rendre la récompense matérielle indépendante de l’amour ou de l’estime que la majorité de nos semblables nous porte en tant que personnes. Cela signifie que, pour autant que nous restons dans les limites des règles acceptées, la pression morale ne peut nous être infligée que par l’estime de ceux que nous respectons nous-mêmes, et non par la distribution de récompenses matérielles par une autorité sociale. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.) « Nous sommes libres parce que le succès de nos efforts quotidiens ne dépend pas de l’appréciation de personnes particulières, ni de nos principes, ni de notre religion, ni de nos manières. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.). Nous pouvons légitimement nous demander si l’économie de marché dans laquelle nous sommes plongés garantit bien l’idée de liberté si chère à Hayek. Quand des personnes ne sont pas très qualifiées et quand elles vivent dans un environnement économique très pauvre, ne se trouvent elles pas à la merci de leur employeur, ne sont-elles pas obligées d’accepter les conditions souvent peu avantageuses de leur embauche, sous peine de perdre leur maigre moyens de subsistance ? La réponse de Hayek serait sans doute que d’une part les conditions en question sont meilleures que leur situation initiale, sauf en cas d’esclavage stricto sensu, que condamne farouchement Hayek. D’autre part, ces conditions faibles, bien que meilleures que la situation de départ, doivent être vues comme un point de départ vers quelque chose de meilleur. La constitution progressive de classes moyennes solides et riches en Europe de l’Ouest, puis progressivement en Europe de l’Est, est le fruit d’une longue accumulation de capital économique et humain dans le chef des premiers ouvriers puis de leurs enfants, depuis la fin du ΧΙΧe siècle et tout au long du ΧΧe siècle. Nous devinons dans cet argument une dimension sacrificielle. L’enrichissement de demain ou des générations à venir, doit nécessairement passer par un sacrifice, une difficulté ou une souffrance présents, le premier ne pouvant être obtenu sans les seconds.

9La question qui se pose directement à nous est que si la vie éthique est définie de la sorte, elle autorise une personne à se conduire de manière indifférente voire égoïste à l’égard des autres d’une part, de manière rapace et gloutonne à l’égard des objets d’autre part. Elle l’autorise au sens où elle ne l’empêche pas, elle ne l’interdit pas. Hayek fait la réponse suivante : « Les sociétés libres ont non seulement été aux temps modernes, la source de tous les grands mouvements humanitaires visant à fournir une aide active aux pauvres, aux malades et aux opprimés. Les sociétés non libres ont, quant à elles, développé avec la même régularité le mépris pour la loi, une attitude endurcie face à la souffrance, et même une sympathie pour le malfaiteur. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.). À suivre Hayek, l’esprit de générosité, l’esprit de don et de sacrifice, le goût pour les arts et les biens spirituels ajoute-t-il ailleurs, sont le fruit et la conséquence naturels des sociétés libres. Il va même plus loin. Il considère que les actions des personnes ne sont véritablement estimables qu’en fonction de l’usage particulier qu’elles font des moyens qui sont à leur disposition (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.). Les actions ne sont éthiques et estimables, qu’en tant qu’elles ne sont nullement forcées, mais spontanées. Toute la question qui devrait nous occuper serait alors celle de savoir ce qui peut faire en sorte que des actions louables soient spontanément adoptées.

L’État

10La tension que nous décelons dans la philosophie hayékienne est que d’un côté elle estime à leur plus haute valeur les actions humanitaires et les actions qui valorisent les recherches artistiques et spirituelles mais que d’un autre côté, et en même temps, Hayek refuse catégoriquement que ces actions soient imposées, d’une quelconque manière, par quelque personne que ce soit, ce qui enfreindrait la clause d’indépendance individuelle. C’est ici que les choses se corsent. Une des originalités de la pensée hayékienne est de poser que l’autorité publique est l’expression d’une autorité personnelle. L’État n’est pour Hayek nullement impersonnel. Il incarne des personnes, de deux points de vue. Premièrement, l’État est toujours une configuration de groupes et de partis politiques qui le contrôle. L’État est « toujours déjà » contrôlé par des groupes et des partis particuliers. Ces groupes expriment une première fois la résurgence et le retour des relations personnelles, que cherche à conjurer toute la philosophie hayékienne. Deuxièmement, ces groupes personnels que constituent les partis sont eux-mêmes dans des relations personnelles et intimes, non point avec le tout de la population, avec le tout de la Nation, avec le tout des citoyens, mais plutôt avec des groupes et des sous-groupes de cette même population, qui les utilisent pour servir leurs intérêts de groupes et de sous-groupes : les agriculteurs, les enseignants, les médecins, les camionneurs, les artistes, les petits commerçants, etc. Ainsi pour Hayek, l’autorité publique n’est que la continuation, sous d’autres formes déguisées, des sociétés non libérales qui refusent la dépersonnalisation des relations sociales. De plus, derrière les apparences de l’intérêt général et de l’intérêt public, derrière même l’idée d’une plus grande justice sociale se cachent des sentiments en fait beaucoup moins reluisants d’envie : « l’envie prend la forme plus respectable de la justice sociale. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 353 et sv.).

11La conséquence pratique qui découle des paragraphes suivants est que, si nous comprenons bien la philosophie hayékienne, l’action éthique ne peut jamais être une action qui doit son existence à l’action de l’État. C’est même le contraire qui est vrai. Toute action émergeant des contraintes étatiques est une action non éthique. Ce résultat peut paraître surprenant. Pourtant, si nous admettons l’idée selon laquelle un comportement éthique doit impliquer un sacrifice dans le chef de celui qui s’en réclame et qui y prétend, ne peut-il paraître surprenant de faire porter à d’autres le poids de ce comportement, via une politique de prélèvement forcé de revenus ? D’une autre manière, mais d’une manière qui renvoie pourtant à la même attitude « existentielle » sous-jacente, n’est-il pas surprenant de se réclamer soi-même d’un bien ou d’un comportement éthique, quand ces derniers ne pourraient jamais exister matériellement sans l’activité de personnes abaissées et dénigrées pour leur manque d’éthique par ceux-là mêmes qui profitent de leur activité pour se détacher d’eux, les attaquer et les affronter sur le terrain de l’éthique ? Comme le rappelle Hayek, « il faut cependant se rappeler que le pur idéalisme d’un objectif est douteux dès lors que les moyens matériels nécessaires à son atteinte ont été fournis par d’autres. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.) ; ou encore : « beaucoup de membres des classes les plus aisées accusaient de matérialisme les périodes de plus grande activité économique auxquelles ils devaient le confort matériel qui leur avait permis de se consacrer facilement à d’autres choses. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.). Inversement, Hayek louage les personnes qui, d’un bout à l’autre, au nom d’un idéal solidariste ou spirituel quelconques, lucides sur les exigences et les implications sacrificielles de ces idéaux, les assumant par devers eux, conscients de l’appui « matérialiste » dont ils ont éventuellement besoin, défendent humblement leur idéal : « de fait, il y a peu de mérite à être idéaliste si on laisse à quelqu’un d’autre le soin de fournir les moyens matériels nécessaires à la poursuite de ces buts idéalistes. Ce n’est que lorsqu’une personne peut choisir par elle-même de faire un sacrifice matériel qu’elle mérite d’être honorée. Le désir d’être soulagé du choix, et de toute exigence de sacrifice personnel, ne me paraît pas particulièrement idéaliste. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.).

12Par contre, le lien que tente d’établir Hayek entre l’éthique comme absence de contrainte et l’éthique comme don n’est guère approfondi par l’auteur. Il lui semble évident que la seconde émerge miraculeusement de la première, sans que cela ne soit véritablement démontré. L’absence de contrainte nous rend-elle si heureux que nous ne pouvons plus nous empêcher de faire le bien autour de nous ? Cela n’est guère évident.

L’économie de marché

  • 3 Notons que le refus du regard extérieur n’est pas le refus de la limite. C’est l’instauration de l (...)
  • 4 Les textes suivants illustrent notre propos : « Responsabilité individuelle et récompenses matérie (...)
  • 5 Nous suggérons de suivre par exemple la filiation de Keynes, puis Aglietta et Orléan, Dupuy, etc.

13La définition de la liberté que nous avons donnée un peu plus haut peut être approfondie. Lorsque la personne humaine est libre, elle est désencastrée des relations personnelles qui la mutilent. Ce qui la mutile, c’est la présence d’un regard externe qui tente de la diriger et de la conduire vers une destination, vers une attitude, un sentiment ou un comportement voulus, désirés, recherchés par l’auteur du regard en question, qu’il soit père, mère, gourou, prêtre, chef, patron, peu importe ici. C’est ce regard extérieur qui applique sur la personne sa coercition et sa contrainte. À l’inverse, être libre consiste à être libéré de ce poids.3 Cela ne signifie nullement que la personne soit alors libérée de tout poids. Toute personne libre est une personne qui peut prendre conscience ou simplement ressentir qu’elle est unique et qu’elle possède une série d’expertises et de connaissances qu’elle est la seule à détenir. C’est sa force, c’est la force de toute personne : « toute personne est une combinaison unique d’information, de compétences et de capacités. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.). La liberté d’agir et de ressentir est une liberté conquise, qui s’est abstraite de la présence de ce regard extérieur, caractéristique des sociétés non libérales. Cette liberté est l’autre face d’un devoir, le devoir, puisque nous nous en sommes libérés, de ne plus attendre de ce regard qu’il continue de nous regarder, quand nous en avons besoin. Car ce regard extérieur n’est pas seulement un regard qui nous dicte ce que nous devons penser ou ce que nous devons faire, il s’agit aussi d’un regard qui nous rémunère pour avoir agi ou pensé en fonction de son propre plan et de son propre projet de vie à lui. Nous ne devons plus attendre de lui qu’il nous rémunère. Mais si ce n’est plus le père, la mère, le gourou, le patron, le prêtre, l’État – puisque ce dernier, comme nous l’avons vu, peut être assimilé à une personne, à un groupe de personnes, qui nous rémunèrent, qui donc alors va nous rémunérer et nous permettre de durer dans l’existence par l’achat de biens et de services divers ? Hayek propose que ce soit le marché. Le propre de l’économie de marché est d’être une économie impersonnelle, qui expulse hors de sa mécanique le regard extérieur qui nous juge, nous jauge, nous conduit, nous invite et nous sanctionne. Pourtant, il ne peut faire de doute que le marché sanctionne et juge à sa manière. Le marché nous juge et nous sanctionne, mais de manière impersonnelle, sans regard. Cela signifie plus particulièrement que le marché ne juge pas les personnes selon les intentions, selon les motifs, selon l’estime dans laquelle nous devons être tenus ni même selon le mérite : « La volonté de récompenser quelqu’un au mérite ne peut être satisfait dans une société libre, parce que nous ne pouvons ni connaître ni identifier toutes les circonstances qui le déterminent. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 353 et sv.). Ces notions impliquent toutes la présence d’un regard, pas n’importe lequel, un regard aigu, acéré, tel que celui de l’aigle ou du faucon. Ce regard est un regard parfait, un œil translucide et synoptique, qui maîtrise le Tout du monde. Ce que sanctionne a contrario le marché est la valeur abstraite et générale d’une activité, c’est-à-dire sa manière de se coordonner le mieux possible à l’ensemble des activités économiques de la société libre, cet ensemble ne pouvant jamais être embrassé d’un coup de regard extérieur, à distance, perché. (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.).4 Hayek n’en dit pas beaucoup plus sur le sens de cette coordination, ni non plus sur les conditions de cette coordination par le marché. En ce qui concerne le sens de cette coordination, il évoque par exemple l’idée selon laquelle en leur fond, les règles de l’économie de marché permettent aux individus de ne pas entrer en conflit de manière permanente avec leurs semblables. (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.). En ce qui concerne les conditions pour que la coordination des agents par le marché soit efficace, Hayek se montre régulièrement peu loquace à leur propos. Comme le montrent pourtant la plupart des auteurs de la régulation5 les prix de l’économie de marché peuvent se cristalliser autour de valeurs nominales sans relation avec les valeurs réelles des activités ou des ensembles d’activités, à savoir les entreprises, qui leur correspondent. Ce décrochage, à l’origine de ce qu’il est convenu d’appeler les « bulles », trouve sa source dans le déficit cognitif humain suppléé par sa faculté pour ne pas dire son instinct d’imitation, auquel il faut ajouter la tendance chez certains d’entre nous de se constituer et d’être en même constitués comme des chefs, c’est-à-dire des personnes que l’on suit spontanément. Le paradoxe serait dès lors que l’esprit de l’économie de marché consiste à conjurer l’esprit des sociétés non libérales, mais que ce dernier reste pourtant tapi dans l’ombre des institutions libérales, prêt à surgir à tout instant et prêt à détruire, de l’intérieur, ces institutions qui tentent de les écarter et de les maintenir à leur périphérie. Cet esprit perdure, dans nos sociétés libérales, à cause du double mécanisme d’imitation et de constitution instinctive de chef dès qu’il y a groupe. Nous n’aborderons pas dans le cadre de ce texte les autres conditions nécessaires à l’existence d’un marché efficient, souvent benoîtement célébré par les économistes orthodoxes.

L’entreprise

14Hayek distingue deux types d’ordre. D’un côté, nous avons ce qu’il appelle les ordres spontanés. Ces ordres sont des ordres qui émergent spontanément et de manière largement non volontaire, voire même inconsciente. Ils ne font pas l’objet d’une pratique ou d’un calcul rationnels. À l’inverse, les ordres fabriqués sont des ordres construits, selon un plan et un calcul prédéfinis, de manière largement volontariste et consciente. Le marché appartient à la première catégorie d’ordres alors que l’entreprise appartient à la seconde catégorie. Cette distinction entre ordres spontanés et ordres fabriqués ne correspond pas seulement chez Hayek à une distinction descriptive, mais aussi et en même temps à une hiérarchie normative. En effet Hayek estime que les ordres spontanés sont plus importants, plus essentiels, ils participent plus du destin de la civilisation que les ordres fabriqués. Nous en déduisons alors aisément que la pensée hayékienne est une pensée des ordres spontanés et non des ordres fabriqués, de l’économie de marché et non de l’entreprise. Hayek s’est en effet toujours montré extrêmement méfiant à l’égard des entreprises. Pour quelle raison ? La raison fondamentale est la raison déjà avancée un peu plus haut. Les entreprises sont, aux yeux de Hayek, trop personnelles, elles ne sont pas suffisamment anonymes. Il semble que Hayek doive avant tout être considéré comme un penseur des petites et des moyennes entreprises. Leur vertu principale est qu’elles représentent à ses yeux des unités de production qui ne menacent pas l’ordre global du marché. Par leur petite taille, par leur humilité, par leur multiplicité, elles s’empêchent les unes et les autres que quelqu’une d’entre elles prenne le pouvoir, domine les autres, domine le marché et domine alors, en conséquence, le marché de l’emploi. Les travailleurs se trouveraient obligés, enfermés, pris au piège, par la détérioration de leur mobilité : « C’est la dépendance envers une entreprise particulière par laquelle une personne est employée qui donne aux entreprises un pouvoir croissant sur les employés, un pouvoir contre lequel il ne peut y avoir d’autre protection que la facilité qu’a un individu de changer d’employeur. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.). Cependant, d’un autre point de vue, peu approfondi par Hayek, les très grandes entreprises tentent d’intégrer en leur sein les règles de fonctionnement du marché, elles entreprennent d’internaliser ces règles plus globales et, en cela, se trouvent en écho et en résonance avec l’ordre spontané que constitue le marché. Cette prétention conjointe des petites et moyennes entreprises, des grandes entreprises, à entrer en harmonie, de points de vue différents, avec l’ordre du marché, implique un rapprochement sous haute tension, au sein de la philosophie hayékienne, entre la logique de l’ordre spontané et la logique des ordres artificiels.

  • 6 « Si la personnalité légale était conférée aux sociétés, il était naturel de leur conférer tous les (...)
  • 7 « Tendance des entreprises à ériger des empires dotés d’une volonté propre et possiblement irrespo (...)

15Outre le poids excessif que font peser les grandes entreprises sur le marché, Hayek reproche encore à celles-ci de dissoudre le sacro-saint principe hayékien de la responsabilité individuelle. Celle-ci s’appuie sur l’idée selon laquelle ce sont les personnes qui sont in fine responsables de leurs actes et qui doivent dès lors en suivre les conséquences, c’est-à-dire les coûts et les bénéfices. Plus les entreprises grossissent, plus la personnalité morale légale qui leur est associée entreprend de disloquer les responsabilités individuelles, en éparpillant et en rendant flottants les coûts et les bénéfices, devenus de plus en plus liés à l’action de « l’entreprise ».6 Ce phénomène de déresponsabilisation est encore accentué par la structuration juridique de plus en plus complexe des entreprises organisées selon le principe de la propriété en chaîne. Ces deux techniques juridiques de responsabilité limitée d’une part et d’emboîtement de la propriété d’autre part accentuent la déresponsabilisation individuelle en même temps, et il s’agit de l’autre face du même phénomène, qu’elles creusent l’écart entre la propriété de l’entreprise et son contrôle, par le gonflement d’une direction, d’un management qui prend de plus en plus d’espace, alors qu’il est irresponsable, au sens où ce n’est pas lui qui devrait essuyer les pertes et se repaître des gains de l’activité de l’entreprise.7

L’entreprise et la responsabilité sociale

16Dans cette dernière section, nous tâcherons d’élucider ce qui, pour Hayek, devrait « normer » le comportement des entreprises. Premièrement, comme l’indique Hayek, « la somme des actifs réunis pour le but spécifique qui consiste à les affecter à l’utilisation la plus productive n’est pas une source de dépenses reconnue généralement comme socialement désirable » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.). Et pourtant, il est clair que Hayek ferait certainement sienne la proposition de Milton Friedman selon laquelle la responsabilité sociale des entreprises est de faire du profit. Au-delà de son aspect provoquant, cette affirmation pose subtilement que la meilleure chose à faire pour l’amélioration moyenne des chances d’accès à la richesse au sein d’une société est d’utiliser au mieux, chacune et chacun, ses compétences et ses connaissances propres, pour les valoriser au mieux en les rendant les plus utiles possibles pour la société dans son ensemble. Cette utilité ne pouvant, par définition, être captée, contrôlé, observée dans ses moindres détails et sous toutes ses coutures, elle est synthétisée dans le vecteur de prix, qui donne une idée générale de la valeur de chacune des activités les unes par rapport aux autres, aux réticences près que nous avons évoquées trop rapidement plus haut.

  • 8 Les travaux de Ronald Coase ont par ailleurs initialisé les premiers grands développements théoriq (...)

17Deuxièmement, la recherche du profit ne signifie nullement, aux yeux de Hayek, que des normes et des règles morales ne puissent pas être intégrées dans le système juridique qui canalise les actions et les interactions au sein d’une société donnée : « Quand j’affirme que le seul but spécifique que les entreprises devraient poursuivre est d’offrir le retour sur le capital le plus important à long terme, cela ne signifie pas que dans la poursuite de ce but elles ne devraient pas être restreintes à la fois par des règles juridiques générales et morales. […] Dans ce contexte, certaines règles généralement acceptées de bienséance, et peut-être même de charité devraient probablement être considérées comme non moins contraignantes pour les entreprises que les règles strictes du droit. Mais alors que ces règles limitent ce que les entreprises peuvent faire dans la poursuite de leurs buts concerts, cela ne signifie pas qu’elles sont habilitées à utiliser leurs ressources pour des buts particuliers qui n’ont rien à voir avec leur but propre. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.). Rien n’empêche, bien évidemment, un système juridique d’intégrer dans le cadre de ses lois fondamentales des contraintes aux actions. Toute l’histoire du droit privé correspond justement à la gestion des tensions et des conflits de propriété au sein de la société. La problématique des dommages environnementaux devrait, à ce titre, être tout particulièrement traitée de manière sérieuse, dans les termes de l’établissement de droits de propriété, par des spécialistes du droit.8 Ces règles morales une fois incarnées dans le droit, le problème de la responsabilité des entreprises sera, aux yeux de Hayek, réglé. Dans l’extrait que nous citons ici, Hayek suggère que des attitudes charitables puissent être en outre imposées aux entreprises, au même titre que le respect de la propriété privée ou des obligations contractuelles. Il peut paraître étrange d’imposer par la loi des activités charitables aux entreprises. Ce n’est pourtant pas inimaginable d’imposer ce type de comportements. Aux détracteurs de ceux-ci, qui justifieraient leurs hésitations par l’idée selon laquelle une action charitable doit provenir du plus profond du cœur pour être réellement et authentiquement sincère, nous pourrions opposer que d’une part les comportements éthiques doivent peut-être être davantage évalués en fonction de leur résultat plutôt qu’en fonction de leur intention et que d’autre part rien n’indique que l’intention ne puisse émerger après, rien n’indique que les rôles et les postures sociales, initialement joués, sans être profondément ressentis, ne puissent pas subrepticement se glisser à l’intérieur de l’âme, au plus profond du cœur. Comme nous l’avons aussi remarqué plus haut, cette tentation hayékienne de défendre d’autres valeurs que les valeurs de profit ou de rentabilité à court terme, mesurés dans des étalons par ailleurs approximatifs, est bien réelle. Hayek considère par ailleurs qu’outre le cadre légal dans lequel devraient être inscrites certaines normes morales telles que celles défendues par le courant de la responsabilité sociale des entreprises suggèrent encore qu’il existe une vie en dehors du marché, non moins importante. Cette vie en dehors du marché, consacrée à des activités spirituelles ou à des mouvements de solidarité, est de la plus haute importance. Le « prix » de ces activités est justement lié au fait qu’il se constitue en dehors des relations marchandes. Hayek peut contester alors l’idée selon laquelle il faudrait à tout prix les intégrer dans un cadre légal contraignant. Pour reprendre le tout, premièrement nous ne devons pas sous-estimer les contraintes comportementales imposées par l’esprit du droit privé que défend farouchement Hayek ; deuxièmement, il n’est pas contradictoire avec la philosophie hayékienne d’imposer aux entreprises des normes de charité ou de mécénat ; et enfin troisièmement, il serait réducteur de considérer que Hayek affirme que le marché doit s’étendre à toutes les sphères de l’existence, puisqu’il défend une vie en dehors du marché, qu’il juge tout aussi intéressante que les activités marchandes.

18Troisièmement, sous les contraintes évoquées dans les deux points précédents, le capital appartient toujours, réellement et symboliquement, aux actionnaires. Le rôle du management d’une entreprise est de le valoriser et de le faire fructifier. De ce point de vue, Hayek se trouve entièrement du côté des actionnaires et se montre particulièrement méfiant à l’égard de la direction des entreprises qu’il soupçonne, de manière fort classique, de valoriser non pas l’intérêt des actionnaires, mais le leur propre : « l’intérêt d’une direction qui s’efforce de contrôler davantage de ressources sera de maximiser les bénéfices totaux de l’entreprise, et non les bénéfices par unité de capital investi. Or ce sont ces derniers qui devraient être maximisés si les ressources doivent être utilisées au mieux. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.).

  • 9 « Plus on acceptera que les entreprises doivent être dirigées au service d’intérêts publics spécif (...)

19Enfin quatrièmement, Hayek remarque qu’il est toujours dangereux d’utiliser des termes comme « l’intérêt commun », « le bien commun », « le bien public », etc., pour la raison que ces termes et les images qu’ils véhiculent tendent toujours à rapprocher ces stratégies et ces actions des pouvoirs publics, jugés par définition mieux placés pour gérer, mettre en œuvre ou implémenter ces stratégies. L’État serait alors tendanciellement considéré comme le gardien en dernier ressort de l’intérêt public en question.9 Or il n’est un secret pour personne que Hayek ne porte nullement les pouvoirs publics dans son cœur. Il affirme même que les sentiments les plus nobles de notre civilisation sont détruits à cause des pouvoirs publics et que ceux-ci les ont remplacés par des sentiments d’envie, de frustration et de calculs sordides pour profiter au maximum des différents services sociaux au service, normalement, des personnes réellement dans le besoin : « Les valeurs chrétiennes en particulier ont dû s’affirmer à travers des hommes qui ont résisté avec succès à la coercition du gouvernement. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv.).

20Pour conclure, le regard que porte Hayek sur la responsabilité sociale des entreprises est plus ambigu que nous pourrions intuitivement le penser. Si Hayek se méfie de cette dernière c’est parce qu’en dernière analyse, c’est des grandes entreprises, de l’État et des différents groupes de pression dont il se méfie. S’il se méfie de ceux-ci, c’est parce qu’il se méfie de toute attitude synoptique, de toute regard extralucide ou ayant cette prétention. Quant à la responsabilité, il estime que son sens véritable se trouve dans notre droit, privé, qui oblige les individus à devenir responsables, c’est-à-dire à supporter les bénéfices et les coûts des conséquences, même imprévisibles, de leurs actions. Cependant, il n’est pas correct de confiner Hayek dans un rôle de grand méchant loup, averse à toute forme d’attitude généreuse ou consciente de la fragilité des choses, de la nature et des personnes humaines. Bien que rarement formalisées et approfondies par lui, il indique des pistes légales d’une part, en dehors du marché d’autre part, pour ne pas transformer l’humanité en un monstre exclusivement rassasié, s’il l’est jamais, par l’accumulation de choses et d’argent. Ces pistes sont pourtant peu développées et leur articulation fine et cohérente à la logique du marché n’est pas abordée de manière sérieuse dans la pensée hayékienne. Celle-ci gagnerait peut-être en profondeur à être reformulée et prolongée, de manière presque nécessaire et interne, dans une direction qui, peut-être, ne conviendrait sans doute pourtant pas à Hayek lui-même.

Bibliographie

Références bibliographiques

DUMONT, L ., (1983), Essai sur l’individualisme, Seuil, Paris.

FRIEDMAN, M ., (1971), Capitalisme et liberté, Robert Laffont, Paris.

HAYEK, F. A ., (1948), Individualism and Economic Order, UCP, Chicago.

HAYEK, F. A ., (1979), The Counter-Revolution of Science : Studies on The Abuse of Reason, The Free Press, Glencoe.

HAYEK, F. A ., (1952), The Sensory Order : An Inquiry into The Foundations of Theoretical Psychology, UCP, Chicago.

HAYEK, F. A ., (1994 et 1960), La constitution de la liberté, Litec, Paris.

HAYEK, F. A ., (2007 et 1967), Essais de philosophie, de science politique et d’économie, Les Belles Lettres, Paris.

HAYEK, F. A ., (1980 et 1973), Droit, législation et liberté : Règles et ordres, PUF, Paris.

HAYEK, F. A ., (1981 et 1976), Droit, législation et liberté : Le mirage de la justice sociale, PUF, Paris.

HAYEK, F. A ., (1978), New Studies in Philosophy, Politics, Economics and the History of Ideas, UCP, Chicago.

HAYEK, F. A ., (1983 et 1979), Droit, législation et liberté : l’ordre politique d’un peuple libre, PUF, Paris.

MANENT, P ., (1987), Histoire intellectuelle du libéralisme, Calmann-Lévy, Paris.

Notes

1 Nous pensons par exemple aux trois grands modèles utilitaristes, marxiens et libéraux-égalitaires de type rawlsien, dans toutes leurs ramifications et complexifications diverses.

2 Remarquons la position très marxienne de Hayek concernant la nocivité des relations de subordination dans le cadre de regroupements.

3 Notons que le refus du regard extérieur n’est pas le refus de la limite. C’est l’instauration de la limite dans les deux sens : l’autre ne peut et ne nous doit rien, et inversement.

4 Les textes suivants illustrent notre propos : « Responsabilité individuelle et récompenses matérielles correspondent à la valeur que les services particuliers ont pour ses congénères, et non à l’estime dans laquelle elle doit être tenue en tant que personne pour son mérite moral. […] Nous devons regarder les résultats non les intentions ou les motifs. […] C’est l’un des grands mérites de la société libre que de rendre la récompense matérielle indépendante de l’amour ou de l’estime que la majorité de nos semblables nous porte en tant que personnes. Cela signifie que, pour autant que nous restons dans les limites des règles acceptées, la pression morale ne peut nous être infligée que par l’estime de ceux que nous respectons nous-mêmes, et non par la distribution de récompenses matérielles par une autorité sociale ». (Hayek, 2007 (1967), pp. 341 et sv).

5 Nous suggérons de suivre par exemple la filiation de Keynes, puis Aglietta et Orléan, Dupuy, etc.

6 « Si la personnalité légale était conférée aux sociétés, il était naturel de leur conférer tous les pouvoirs que les personnes physiques possèdent. Ceci ne me semble pas être une conséquence naturelle et évidente. Au contraire, cela fait de l’institution de la propriété quelque chose de tout à fait différent de ce qu’elle est normalement censée être. […] La création d’une personnalité juridique capable de contracter, dont répondrait le patrimoine propre de la société, et non l’ensemble du patrimoine des propriétaires, requérait une action législative particulière. En ce sens, la responsabilité limitée est un privilège, et c’est un argument valable de dire que c’est à la loi de décider dans quelles conditions ce privilège doit être accordé. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.).

7 « Tendance des entreprises à ériger des empires dotés d’une volonté propre et possiblement irresponsables, des concentrations de pouvoir énormes et largement incontrôlables. […] En détenant un intérêt majoritaire dans une société qui détient un intérêt majoritaire dans une autre société, et ainsi de suite, une quantité comparativement petite de capital détenue par une personne ou un groupe peut contrôler un agrégat de capital beaucoup plus grand. […] Ce phénomène de propriété en chaîne a aggravé la séparation entre propriété et contrôle et a donné à la direction un pouvoir toujours plus important. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.).

8 Les travaux de Ronald Coase ont par ailleurs initialisé les premiers grands développements théoriques à ce sujet.

9 « Plus on acceptera que les entreprises doivent être dirigées au service d’intérêts publics spécifiques, plus l’argument selon lequel, comme l’État est le gardien désigné de l’intérêt public, l’État devrait aussi avoir le pouvoir de dire aux entreprises ce qu’elles doivent faire deviendra convaincant. » (Hayek, 2007 (1967), pp. 433 et sv.).

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540