Version classiqueVersion mobile

La Responsabilité Sociale de l'Entreprise

 | 
Frédéric Chavy
, 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel
, 
et al.

Première partie. Cadrage théorique et pluridisciplinaire d'un concept mouvant

Une lecture managériale de François Perroux appliquée à la question de la responsabilité sociale des entreprises

De la domination à la citoyenneté d’entreprise

Patrick Gilormini

Texte intégral

  • 1 François Perroux est né à Lyon en 1903. Il soutient sa thèse Le problème du profit en 1926 avant d (...)

1À partir d’une relecture de quelques uns des écrits de François Perroux sur l’entreprise et ses pouvoirs, sur les multinationales et sur le développement des territoires nous nous sommes attachés à reprendre la question de l’inscription du développement durable dans les stratégies d’entreprise. Nous examinons les échos que peuvent encore avoir dans les sciences de gestion les travaux de cet économiste français1, notamment sa théorie de la domination économique.

2Il convient de resituer la pensée de F. Perroux dans le contexte économique et social d’une époque marquée par les indépendances (Perroux 1962, 1963). François Perroux s’inscrit dans la constellation des hétérodoxies du développement et plus particulièrement dans un courant structuraliste. Son analyse des structures refuse d’analyser l’économie en termes d’équilibres macro-économiques et prête une grande attention aux évolutions historiques et aux perspectives à long terme. Ses recherches se sont souvent orientées sur l’étude des problèmes du sous-développement.

3Le thème du pouvoir, analysé dans le cadre des relations entre unités actives d’énergie inégale est au cœur des préoccupations de cet auteur qui a exploré un grand nombre de pistes ouvertes par J. A. Schumpeter. La domination comme influence dissymétrique et irréversible institutionnelle ou non, qu’une entreprise exerce par son pouvoir contractuel ou sa taille, sur d’autres unités (individus ou firme) est un concept qui est peu mobilisé lorsque l’on analyse la responsabilité sociale de l’entreprise avec les grilles de lecture de la théorie des parties prenantes. Une entreprise peut engendrer par son activité des effets d’entrainement dans les champs économiques sociaux et environnementaux qui peuvent faciliter le développement durable des autres unités mais également des effets de blocage en détournant involontairement des ressources humaines, sociales et naturelles à son profit.

4Certains agents (firmes, groupements, États), de par leur poids, influencent plus qu’ils ne sont influencés. À l’État, alors, de concrétiser la « préférence de structure » qui correspond à ce que souhaitent les citoyens de chacune des nations, au besoin en se protégeant du marché mondial. François Perroux croyait peu aux vertus équilibrantes du marché ou à la planification, et beaucoup aux rapports de force. À partir de quoi F. Perroux analyse les comportements des agents humains, leurs interactions, leurs motivations, leurs aspirations, leurs conflits d’intérêts ainsi que les institutions constituées par les hommes pour réaliser les processus économiques. François Perroux a notamment mis en évidence le rôle des opérations hors marchés des entreprises, l’importance des motivations non économiques et le rôle significatif des institutions. En mettant l’accent sur le rôle fondamental que joue non seulement le pouvoir mais aussi le don dans la vie économique les recherches de F. Perroux trouvent leur prolongement en économie politique de l’entreprise notamment dans les conceptions néo-institutionnalistes ou la théorie des conventions.

L’émergence de la notion de développement durable en science de gestion

5Henri Bartoli (in Maréchal & Quesnault, 2005 p. 13), note que l’encyclopédie L’univers économique et social publiée par Perroux en 1960 bien qu’elle propose des entrées sur l’agriculture, les questions alimentaires, et le développement ne comporte aucune référence à la notion d’environnement. Ce n’est qu’à la fin des années 70 qu’apparaît une prise de conscience de l’exigence d’un développement durable et qu’émerge le concept de développement humain. François Perroux décède en 1987 année de publication du rapport Brundtland qui définit la notion floue et ambiguë de développement durable et un an avant la création du Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat qui sera Prix Nobel de la paix en 2007.

6Bien qu’il n’ait publié aucun ouvrage consacré au management des organisations, la contribution de François Perroux aux sciences de gestion est largement reconnue notamment dans le champ de stratégie. Sylvain Wickham voit en lui un visionnaire de notre monde interactif et souligne les pistes d’anticipation actuelles à l’adresse des managers que sont :

  • son analyse dynamique des relations de pouvoir et d’entrainement collectif,
  • son attention à la multiplicité irréductible des projets au sein des organisations,
  • son invitation à multiplier les partenariats public-privé au service de l’innovation,
  • son appel à un grand espace européen ouvert sur la mondialisation (Wickham, 2006 p. 15)

7D’autres le placent parmi les grands auteurs de la stratégie (Cariou, et al., 2007) dans la mesure où il a contribué à développer une vision systémique de l’entreprise qui se caractérise par :

  • des structures socio-économiques au service de projets qui ne se restreignent pas à la seule motivation économique de la richesse et du profit,
  • des acteurs engagés dans des projets et des unités actives poursuivant des stratégies marquées par des dynamiques de coopération/compétition,
  • des flux de biens, d’innovations, qui peuvent prendre la forme d’échanges, de contraintes ou de dons,
  • une dynamique temporelle qui accorde une place importante à la durée dans laquelle se déploie les énergies propres à des projets jamais pleinement compatibles,
  • une stabilité qui est conférée par les institutions qui fournissent des cadres durables d’action sous la forme de règles du jeu social issues d’armistices sociaux passés entre les unités actives en conflit (Cariou, et al., 2007 pp. 22-37).

8La conception et la mise en œuvre d’une stratégie d’entreprise serait vue par François Perroux comme une rencontre de subjectivités entre agents engagés dans des luttes/concours ou des conflits/coopérations. Elle est sans cesse à la recherche d’un équilibre par compatibilité des projets des unités actives que sont les partenaires de l’entreprise. (Perroux, 1973)

9François Perroux développe les concepts d’unité active, de macro-unité, d’effets asymétriques, et d’emprise de structure au sein d’une théorie de l’échange composite en opposition à la théorie économique orthodoxe et à sa logique de maximisation du gain monétaire en situation de concurrence libre et parfaite. Il propose une théorie des équilibrations, des actions et des réactions des agents, des unités et de leurs groupes capables de modifier leur milieu (Perroux, 1982). François Perroux s’est en particulier intéressé au cas des grandes entreprises et plus particulièrement aux unités transnationales dont les activités forment des réseaux. Il analyse quel type de contre-pouvoir peut se développer face à ces entreprises mondiales en mettant l’accent sur le rôle du contrôle des mouvements de capitaux, des codes de bonnes conduite et des règles comptables et fiscales, mais aussi sur les résistances des travailleurs organisés et l’élévation du niveau culturel des populations. Perroux reconnaît les effets bienfaisants des firmes transnationales sur les pays hôtes. Elles sont porteuses d’innovations, les investissements directs qu’elles font dans leur pays d’implantation ont un effet d’entrainement sur l’économie locale et elles participent à l’élévation des salaires réels. (Perroux, 1982). La question contemporaine du rôle des acteurs de la société civile (O.N.G., Associations) dans l’institutionnalisation de la RSE peut être analysée en utilisant le modèle ternaire de François Perroux pour qui l’économie est une science morale et politique tant par sa finalité que par les moyens qu’elle met en œuvre à savoir : l’échange marchand, toujours inégal entre personnes déliées ; les transferts contraints que sont dans nos économies les impôts et les prélèvements sociaux ; les dons qui sont des transferts sociaux libres exprimant les solidarités entre membres d’une même société. (Perroux, 1960).

L’entreprise socialement responsable au cœur de la théorie des parties prenantes

10Avant même que la notion de développement durable ne se soit investie par les entreprises, celle de responsabilité sociale s’était formalisée dans la littérature managériale. Pour Johnson (1971) la responsabilité sociale appliquée aux entreprises consiste à rechercher un équilibre entre les multiples intérêts de ses parties prenantes. Pour Davis (Davis, et al., 1975) la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) commence là où s’arrête la loi. Carroll (1979 p. 500) a été un des contributeurs majeurs dans le domaine de la RSE. Pour lui la responsabilité sociale de l’entreprise comprend les attentes économiques, légales, éthiques et discrétionnaires que la société a vis-à-vis d’une organisation à un moment donnée de l’histoire. Il reconnaît que les enjeux sociaux varient et évoluent en fonction du secteur d’activité de l’entreprise et que les réponses des entreprises aux pressions sociales révèlent un comportement réactif, défensif, d’accommodement ou proactif. C’est avec Freeman que les enjeux de responsabilité sociale de l’entreprise s’inscrivent dans le cadre d’une théorie des parties prenantes. Pour lui « les bons jours durant lesquels ils suffisait d’apporter au marché les produits et les services sont derrière nous, les théories managériales qui se contentaient de se concentrer sur l’efficacité et l’efficience du couple produit-marché ne sont plus d’aucune utilité » (1984 p. 4). Un changement de paradigme s’impose qui nous conduit à nous départir d’un modèle de l’entreprise vue comme simple entité de conversion de ressources. Les relations d’une entreprise avec ses partenaires (gouvernements, organisations de la société civile, autres entreprises) peuvent affecter de manière importante sa capacité à faire des affaires. Une question centrale est posée par sa théorie des parties prenantes : quels sont les groupes et les individus qui peuvent affecter ou être affectés par la réalisation des objectifs de la firme ? L’apport de Freeman réside dans sa volonté d’appréhender l’environnement externe de l’entreprise. Le concept de stakeholder devient un outil stratégique comme il le précisera plus tard : « Si les organisations veulent être efficaces, elles accorderont de l’attention à ceux dont la relation peut affecter ou être affectée par la réalisation des objectifs de l’organisation. (…) Quel que soit l’objectif de la firme, la firme gérera les relations qui sont importantes » (Freeman, 1999).

11Aujourd’hui il n’y a pas de consensus sur la définition des parties prenantes. Néanmoins la richesse des travaux de recherche témoigne l’intérêt porté à ce cadre théorique qu’il soit mobilisé à des fins analytiques, normatives ou stratégiques. Il offre une grande diversité de présentations et de distinctions comme en témoignent le tableau de quatre pages des définitions proposées, établi par Friedman et Miles (2006).

12La question de l’identification des parties prenantes et de leur visibilité a notamment fait l’objet de recherches complémentaires dans la mesure où il n’y avait pas véritablement de consensus sur « qui et quoi compte réellement pour l’entreprise » et donc sur quelles sont les parties prenantes auxquelles le management doit réellement payer attention. Mitchell, Agle et Wood (1997) suggèrent que les parties prenantes deviennent saillantes pour les managers dans la mesure où ceux-ci les perçoivent comme détentrices de trois attributs : le pouvoir de la partie prenante d’influencer l’entreprise, la légitimité de sa relation avec l’entreprise et l’urgence de la demande qu’elle émet vis-à-vis d’elle. La saillance d’une partie prenante est d’autant plus importante qu’elle cumule plusieurs de ces attributs ; elle sera latente si elle ne présente qu’une seule caractéristique, en attente si elle en présente deux, et deviendra une partie prenante de référence si elle présente les trois attributs.

13Le rôle du pouvoir est clairement souligné par Mitchell, Agle et Wood qui le définissent comme la capacité détenue par une organisation d’accéder à :

  • Un pouvoir de coercition basé sur les ressources physiques de la force, de la violence ou de la restriction,
  • Un pourvoir utilitaire basé sur des ressources matérielles ou financières,
  • Un pouvoir normatif basé sur des ressources symboliques comme par exemple la capacité d’attirer l’attention des médias.

14Le pouvoir ne suffit pas pour accorder à une partie prenante une priorité élevée. La légitimité est requise pour lui conférer une autorité. L’urgence est nécessaire pour la mise en œuvre. La partie prenante doit être aussi consciente de son pouvoir et désireuse de l’exercer. D’autre part tous ces attributs sont transitoires, ils peuvent être acquis aussi bien que perdus. Le nombre d’attributs détenus par une partie prenante déterminera le degré de priorité que le management lui donnera.

15Cette théorie s’inscrit dans le foisonnement des théories des contrats qui constitue la théorie économique actuelle où l’unicité de la théorie des marchés est bel et bien rompue. Nous pouvons rapprocher ce rapide examen de la théorie des parties prenantes de la pensée de François Perroux sur l’équilibre économique et l’interdépendance des acteurs qui la préfigurait. Les managers socialement responsables décident et agissent non pas dans une économie où l’équilibre est atteint à travers des forces neutres du système de prix sur un marché pur et parfait, mais dans un environnement où l’équilibre entre les parties prenantes de l’entreprise est atteint à travers des rapports asymétriques de pouvoir entre elles, dissemblables et inégaux s’inscrivant dans des relations de conflit-coopération. Avec la stakeholder theory, intégrer le développement durable dans la formulation et l’implémentation d’une stratégie d’entreprise conduit, à prendre en compte la perspective de la théorie de la domination de François Perroux en s’intéressant aux jeux de pouvoir entre les entreprises et leurs parties prenantes et plus particulièrement à la question des firmes dominantes et des économies nationales dominantes.

16Pour cela Perroux a définit le concept d’unités actives simples ou complexes qui forment un réseau de régulations et d’équilibrations. Ces unités actives sont autant de parties prenantes qui intéressent l’entreprise s’inscrivant dans une démarche de développement durable. Elles comportent en particulier des pôles de croissance qui ont la capacité d’entraîner la croissance d’autres parties prenantes autour d’une dimension économique, sociale ou environnementale ; des pôles de développement qui sont des ensembles ayant la capacité d’engendrer une dialectique entre des structures économiques et sociales dont l’effet serait d’augmenter la complexité de l’ensemble et de développer ses performances autour de plusieurs dimensions du développement durable.

17Le lien entre la domination et les pôles de croissance ou de développement est fait selon Perroux par l’industrie motrice. Parce que certaines unités exercent un effet asymétrique sur d’autres, certaines disposent de capacité à se développer et à entrainer la croissance des autres. Par exemple, en matière de protection de l’environnement ou d’éthique sociale, les grandes entreprises transnationales jouent par le biais de leur cahier des charges un rôle important en tant que donneurs d’ordre vis-à-vis de leurs fournisseurs mais également des États dans lesquelles elles sont présentes. Elles peuvent ainsi induire la construction d’écoles dans des régions qui faisaient appel jusqu’alors au travail des enfants, elles peuvent promouvoir des modes de production plus respectueux de l’environnement en imposant des normes sur les matières premières utilisées et les déchets rejetés.

  • 2 www.symbiosis.dk

18Perroux permet de mieux comprendre la dimension stratégique de la RSE en mettant en évidence les multiples réseaux dans lesquelles les entreprises sont insérées mais aussi en soulignant l’importance du projet de l’entrepreneur qui permet un découplage par rapport aux réseaux existants et le tissage de nouveaux liens de coopération/compétition autour d’enjeux de développement durable pour lesquels des innovations techniques peuvent être introduites. Cette grille de lecture peut également être adoptée pour mieux comprendre le développement de symbioses industrielles sur certains territoires. Ainsi à Kalundborg au Danemark les entrepreneurs locaux, en découvrant que les sous-produits des uns pouvaient servir de matière première aux autres et permettaient d’économiser énergie et ressources naturelles, ont réalisé un des modèles les plus abouti d’écologie industrielle au service du développement durable de leur territoire2.

19En poursuivant aujourd’hui la pensée de François Perroux, l’économie apparaît comme un ensemble structuré de parties prenantes qui avec l’entreprise forment des sous-ensembles structurés, tels que des filières industrielles ou des pôles de compétitivité. Ces sous-ensembles structurés rentrent en dialectique les uns avec les autres ; c’est le moteur du développement au-delà de la croissance. Dans cette méso-économie qui fut au centre des recherches de François Perroux, il existe entre les sous-ensembles, comme entre les éléments, les individus, des relations puissamment asymétriques et irréversibles durant une période déterminée. Les opérations réalisées entre les parties prenantes de l’entreprise qui se traduisent par des échanges d’information et d’énergie sont donc inégalitaires. « Il arrive le plus souvent que la firme dominante et l’économie nationale procurent à leurs partenaires un ensemble compliqué de gains et de pertes, d’avantages matériels et de restrictions de libertés, de satisfactions sous le rapport de la puissance effective et du prestige et d’insatisfaction sous les mêmes rapports. Le bilan pour une firme, pour un groupe de firmes, pour une classe, pour une nation n’est pas simple ; le plus souvent il n’est pas incontestable. Ces constatations dictées par l’observation scientifique ne découlent pas plus d’un jugement moral qu’elles n’y conduisent. Elles sont imposées à quiconque regarde le déroulement de l’histoire au lieu de le reconstituer sous l’éclairage dérisoire de l’idéologie égalitaire. La fraternité s’est révélée possible dans l’inégalité ; le progrès économique se manifeste dans et par l’inégalité. » (Perroux, 1960 p. 70).

20Le concept de domination dissymétrique et irréversible qui est le socle de la pensée économique de Perroux nous conduit à la question suivante : Qui sont actuellement des unités économiques d’un territoire capables d’influencer de façon irréversible par leur pouvoir contractuel ou institutionnel, le développement humain d’une communauté ? En quoi ces unités dominantes peuvent-elles être tenues pour responsables du développement de l’homme dans toutes ses dimensions économiques, sociales, psychologiques et spirituelles ?

21François Perroux nous conduit à examiner cette question dans une économie du genre humain qui confère une valeur explicite à la vie de chaque personne que ses besoins soient solvables ou non. Le modèle économique d’une entreprise ne doit pas être uniquement déterminé par l’ordre de la solvabilité mais également par celui du coût de la vie humaine qui permet d’assurer l’équilibre physique et mental des parties prenantes de l’entreprise. La couverture de ces « coûts de l’homme » dépend de la réalisation d’effets objectivement utiles, de la mise en valeur des potentialités des êtres humains, du refus de la destruction de l’environnement. Elle implique un engagement de l’entreprise dans la régénération des capacités biologiques et mentales des populations notamment par des actions dans les domaines de la nutrition, du logement, de la santé et de l’éducation.

Des assemblées de parties prenantes citoyennes constitutives de l’entreprise responsable

22François Perroux définit le capitalisme comme une économie d’entreprises. L’institution principale du capitalisme est l’entreprise. C’est à l’entrepreneur novateur et non à l’État qu’est confié le progrès économique, c’est à lui que revient d’élever le niveau des revenus distribués, de rendre possible la constitution d’une épargne individuelle, et de réinvestir celle-ci dans les entreprises ou sur les marchés. « L’entreprise n’est pas une unité de production quelconque… Elle ne combine pas des facteurs de production considérés en nature et ne se propose pas d’obtenir un produit considéré en nature… Elle combine les prix des facteurs de production et elle tend à obtenir un produit évalué lui-même en terme de prix. L’entreprise combine les facteurs de production en vue d’obtenir un produit qu’elle écoule sur un marché. … Elle répond à l’appel des besoins solvables sur le marché ; elle se conforme à la hiérarchie de leur solvabilité et non à celle de leur urgence appréciée en termes de laboratoire ou par référence à la morale du groupe. » (Perroux, 1960 p. 14). En analysant les crises du capitalisme F. Perroux précise que la logique du capitalisme n’est pas celle de l’ordre politique mais celle du plus grand gain monétaire réalisé principalement par l’innovation. Il souligne néanmoins qu’en l’absence de corps sociaux (hauts fonctionnaires, savants, militaires, artistes, magistrats, prêtres) se référant à d’autres valeurs le capitalisme ne peut se développer. « Un esprit antérieur et étranger au capitalisme soutient pendant une durée variable les cadres dans lesquels l’économie capitaliste fonctionne. Mais celle-ci, par son expansion et sa réussite mêmes, dans la mesure où elle s’impose à l’estime et la reconnaissance des masses, dans la mesure où elle y développe le goût du confort et du bien-être matériels, entame les institutions traditionnelles et les structures mentales sans lesquelles il n’est aucun ordre social. Le capitalisme use et corrompt. Il est un énorme consommateur de sèves dont il ne commande par la montée. » (Perroux, 1960 p. 104). Perroux souligne que le capitalisme lancé à l’origine par l’État fini par se retourner contre celui-ci et contre les sociétés traditionnelles. La solution de cette crise est pour lui politique. Il en appelle à un dépassement du capitalisme par une politique rénovée dans ses buts et dans ses techniques qui imposerait au monde économique de reconnaître sa place subordonnée. Ainsi s’inscrit-il dans une économique humaniste au service de toutes les dimensions de la personne humaine.

23La RSE pourrait-nous inciter à considérer l’entreprise comme un « citoyen ». Or si nous comparons les similitudes apparentes entre un citoyen individuel et une entreprise force est de constater que les entreprises manquent d’un statut légal formel et qu’elles ne partagent qu’un nombre limité de droits avec les personnes physiques. D’autre part il y a des différences matérielles qui rendent les entreprises trop inégales vis-à-vis des autres citoyens. N’est-ce donc pas à cause des relations de pouvoir et de dépendance qu’elles exercent qu’elles ne peuvent se voir attribuer la qualité de citoyen ? Nous nous contenterons donc de les considérer métaphoriquement comme de quasi-citoyens notamment de par la capacité qu’elles ont de constituer des arènes de débat politique autour d’enjeux économiques, sociaux et environnementaux au sein desquelles s’exercent les jeux de pouvoir de leurs parties prenantes. Le modèle de parties prenantes issu de Freeman sous-entend en effet un ensemble de relations qui peuvent être assimilées à celles de citoyens vis-à-vis des instances de gouvernance de l’entreprise. Ici le rôle de l’entreprise serait, à l’occasion d’une affaire controversée, d’une dispute publique, de former une assemblée dans laquelle les parties prenantes puissent déployer des relations de citoyenneté. L’adoption de cette grille de lecture pose d’autres questions parmi lesquelles celles des droits des parties prenantes, de leur mode de représentation, des mécanismes de participation et des degrés de démocratie.

24Nous nous proposons ici d’examiner comment François Perroux pourrait nous aider à concevoir l’exercice d’un dialogue entre des parties prenantes citoyennes autour d’une dispute publique relative à une controverse économique, sociale ou environnementale suscitée par le pouvoir actif de l’entreprise.

Du dialogue social à la démocratie participative

25Dans sa préface aux œuvres complètes de Karl Marx, François Perroux reprend l’antagonisme Capital Travail et le problématise sous la forme de conflits dont les contradictions seraient surmontées par la révision, la retouche, la transformation de l’un des deux termes ou des deux. (Marx, 1965 p. XXVIII). Pour cela il en appelle au dialogue social. Au niveau interpersonnel, Perroux conçoit le dialogue comme la recherche en commun par des communications contradictoires, d’une proposition jugée vraie ou d’une solution jugée juste par deux interlocuteurs qui acceptent des critères compatibles de vérité et de justice (idem, p. XXXI). Au niveau social, le dialogue s’établit grâce à des médiateurs du type porte-parole, mandataire, représentant ou chef. Le dialogue social est fragile, sa qualité repose sur la communication et repose sur des conduites morales. François Perroux, inspiré notamment par le philosophe personnaliste Jean Lacroix, distingue bien l’homme socialisé par le dialogue de l’homme socialisé par la dialectique marxienne. Le premier est un sujet libre, conscient et autonome. Il progresse dans la reconnaissance de soi et la reconnaissance d’autrui. Le second résulte de la praxis qui dans un double mouvement naturalise l’homme et humanise la nature. François Perroux attire notre attention sur la composante éthique du dialogue social qui chez Marx est insuffisamment présente dans le mouvement de dialectique historique. Toujours en se référant à la pensée de Jean Lacroix, il souligne que l’esprit de dialogue réserve à la vérité et à la justice des chances d’envahir la conscience de ceux qui mènent le combat : « les luttes sans guerre et les luttes sans violence, le dialogue substitué peu à peu à la lutte sans violence, dessinent un itinéraire qui n’est certainement pas étranger à l’esprit humain » et de conclure sa préface aux œuvres économiques de Marx par cet appel au dialogue social. « La production de l’homme par l’homme grâce à l’objet, par la recréation d’une terre devenue un habitat humain, ne laisse pas oublier la création de l’homme par l’homme par la parole et dans l’action, c'est-à-dire la société des esprits abritée par l’habitat, le reconstruisant indéfiniment au lieu d’être modelé par lui, et cherchant la vérité de l’homme dans la rationalité objective et le retentissement humain du dialogue, au-delà de l’échange des objets ». (Marx, 1965 pp. XLIX - LII).

26L’approche de François Perroux nous semble une invitation à développer autour des sujets de controverse propres au développement durable des assemblées de parties prenantes afin de trouver des arrangements qui constituent autant d’armistices sociaux sources de nouvelles règles. Ce modèle de la démocratie participative rencontre un intérêt croissant chez les chercheurs en gestion qui s’intéressent au rôle politique et social de l’entreprise. Aujourd’hui, les modèles d’analyse de la RSE sont en train de se déplacer d’une approche statique largement marquée par l’utilité économique et centrée sur le contenu des actions de l’entreprise, les types de partenaires, l’évaluation de la performance globale ou des finalités, vers une conception politique et dynamique qui s’attache plus aux processus organisationnels en action. Palazzo et Scherer (2006, 2007) s’inscrivent ainsi dans un paradigme qui répond non pas à la question de la gestion des externalités de la firme, mais à celle de la gouvernance et de l’élaboration de significations partagées dans le cadre de processus délibératifs. En passant d’un mode de légitimation basé sur l’autorité des pouvoirs publics et sur une prétendue connaissance des besoins des parties prenantes, à une légitimité acquise dans le cadre de procédures délibératives mobilisant des argumentations à visée éthique, ils rejoignent la grille d’analyse de la sociologie de la traduction (Latour B., 2006). Le regard se porte moins sur ce qui constitue des faits économiques, naturels ou sociaux mais sur ce qui constitue des sujets de controverse et de cosmopolitique (Beck, 2006).

27En adoptant une conception délibérative de la RSE, nous privilégions une approche qui s’attache à la qualité de la discussion entre les parties prenantes plutôt qu’au nombre et la qualité des acteurs. La responsabilité sociale d’une entreprise doit plutôt être appréciée à l’aune de la volonté, de la compétence et de la disponibilité qu’elle manifestera en participant au processus de discussion public et à l’échange d’arguments. La responsabilité politique des managers est d’être en capacité de s’engager dans des discussions qui permettent d’établir ou de redéfinir des normes légales et morales dans un monde globalisé. Elle se poursuit dans leur capacité à prendre des engagements politiques visant à résoudre des problèmes sociaux, et à rendre compte de façon transparente des initiatives qu’ils ont pris en matière de RSE.

28Basu et Palazzo (2008) définissent la responsabilité sociale de l’entreprise comme « le processus par lequel les managers d’une organisation conçoivent et discutent des relations avec les parties prenantes, de leurs rôles vis-à-vis du bien commun mais aussi des comportements permettant de tenir ces rôles et de s’engager dans une relation pérenne avec les parties prenantes ». À partir de quoi ils proposent une grille de lecture de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) comme processus d’élaboration de sens qui comporte trois volets : cognitif, linguistique et conatif. Ces trois dimensions leur permettent de caractériser comment les managers d’une entreprise pensent et agissent leurs rôles et leurs relations avec les parties prenantes. La conception de la RSE de Basu et Palazzo (2008) se situe dans le prolongement d’une théorie de la légitimité sociale de l’entreprise ancrée dans l’éthique de la discussion de Jürgen Habermas (1986, p. 63).

29Nous voyons bien combien cette approche de la responsabilité sociale de l’entreprise s’inscrit dans cette économie discutée où les équilibres entre les parties prenantes de l’entreprise sont toujours à chercher en vue « d’une croissance harmonisée, qui serve le mieux possible, les hommes tels qu’ils sont et leurs groupes organisés » (Perroux, 1961).

Conclusion

30Ce parcours à travers quelques aspects de l’œuvre de François Perroux montre toute l’actualité de cet auteur qui a su relativiser l’idée que les transactions marchandes s’exerçaient sans arrangements politiques ni institutionnels et a su montrer le caractère socialement construit des relations économiques et de gestion. En posant la question du pouvoir en économie, François Perroux fournit un ensemble de concepts qui sont encore utiles pour analyser la question de la responsabilité sociale de l’entreprise du point de vue du management. Sa vision des conflits, des coopérations d’acteurs dans les réseaux et des logiques de projets entrepreneuriaux conserve toute sa pertinence lorsqu’il s’agit d’analyser et de comprendre la stratégie de développement durable d’une organisation comme un processus argumentatif de quête de sens indexé sur le bien commun.

Bibliographie

Références bibliographiques

Basu K. et Palazzo G. (2008), “Corporate social responsibility : a process model of sensemaking”, Academy of management review, Vol. 33. pp 122-136

Beck U. (2006), Qu'est ce que le cosmopolitisme ?, Aubier, Paris

Cariou C., Dufeu I. et Leconte P. (2007), « François Perroux, Économie, pouvoir et stratégie » in Loilier T., Les grands auteurs en stratégie, EMS Éditions, Colombelles.

Carroll A. B. (1979), “A three dimensional model of corporate social performance”, Academy of Management Review. Vol. 4, pp 497-505.

Davis K et Blomstrom R. L. (1975), Business and society : environment and responsibility, Mac Graw-Hil, New York

Freeman R. E. (1999), “Divergent stakeholder theory”, Academy of Management Review. Vol. 4, pp 233-236.

Freeman R. E. (1984), Strategic Management : A stakeholder approach, Pitman, Boston MA

Friedman A. L et Miles S. (2006) Stakeholders : Theory and practice, Oxford University Press.

Habermas J. (1986), Morale et communication, Le Cerf, Paris 1986.

Johnson H. L. (1971), Business in contemporary society, Wadsworth, Belmont CA latour B. (2006), Changer de société ~ Refaire de la sociologie, La découverte, Paris.

Maréchal J. P. (2003), L'héritage négligé de François Perroux, L'économie politique. 4. Vol. 20. – Paris

Maréchal J. P. et Quenault B. (2005), Le développement durable, Presses Universitaires de Rennes.

Marx K. (1965), Œuvres Vol. 1 Économie, Gallimard, Paris

Mitchell R. K., agle B. R. et Wood D. J. (1997), “Toward a theory of staholders identification and salience : Defining the principle of who and what really counts”, Academy of Management Review. - N° 4, pp 853-886. - Vol. 22.

Palazzo G. et Scherer A. G. (2006), “Corporate Legitimacy as Deliberation : A communicative framework” Journal of business ethics, Vol. 66 ; pp 71-88.

Palazzo G. et Sherer A. G. (2007), “Toward a political conception of corporate responsibility : business and society seen from a habermasian perspective”, Academy of management review, Vol. 32. 1096-1120

Perroux F. (1960), L'univers économique et social, Larousse, Paris.

Perroux F. (1960), Le capitalisme, Presses Universitaires de France, Que sais-je ?, Paris Perroux F. (1961), L’économie du XXe siècle, PUF, Paris Perroux F. dir. (1962), L’Algérie de demain, PUF, Coll. Tiers-monde Paris Perroux F. dir. (1963), Problèmes de l’Algérie indépendante, PUF, Coll. Tiers-monde, Paris.

Perroux F. (1973), Pouvoir et économie, Bordas, Paris Bruxelles Montréal.

Perroux F. (1982), Dialogue des monopoles et des nations, PUG, Grenoble.

Wickham S. (2006), « François Perroux : visionnaire de notre monde interactif », Revue Française de Gestion, Hermes Sciences-Lavoisier, pp 162, Paris.

Notes

1 François Perroux est né à Lyon en 1903. Il soutient sa thèse Le problème du profit en 1926 avant d’être agrégé en 1925, professeur à la faculté de droit de Lyon, puis à Sciences po et au Collège de France. Il fonde l’lSMEA en 1944 qui est à l’origine de revues encore publiées aujourd’hui comme Économie et Société (anciennement Cahiers de l’ISEA). Ses nombreuses publications jusqu’à sa disparition en 1987 s’inscrivent dans l’école française de sociologie économique qui prend pour prémisse que le comportement économique est encastré dans des institutions, des normes et de valeurs.

2 www.symbiosis.dk

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/9095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search