Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Responsabilité Sociale de l'Entreprise

 | 
Frédéric Chavy
, 
Nicolas Postel
, 
Richard Sobel
, 
et al.

Avant Propos

Le RIODD au cœur des défis de la RSE

Jean Pasquero

Texte intégral

1Dans ses nombreuses versions actuelles, la RSE peut être considérée comme une nouvelle remise en question du rôle de l’entreprise dans la société. Ce n’est pas la première fois, tant s’en faut, que ce rôle s’est transformé au cours des deux derniers siècles. Ainsi, sous le régime du capitalisme libéral classique se sont très tôt développées des pratiques de philanthropie d’entreprise, conférant alors à celle-ci un certain rôle social. Il est facile aujourd’hui de faire le procès de ces pratiques. Gardons-nous toutefois de tomber trop vite dans l’anachronisme, cette bête noire de l’historien, en les jugeant uniquement à l’aune de nos standards contemporains. Plus tard naîtra l’État-providence, qui peu à peu conférera à l’entreprise un rôle aussi bien économique (emploi), que social (congés payés) et politique (droit d’expression). Cette vision de l’entreprise comme instrument du bien public a elle aussi rencontré ses limites, comme nous le montre chaque jour la crise écologique qui s’est amplifiée dans les trente dernières années. Gardons-nous donc de voir dans le tout-État une solution unique aux problèmes que posent nos sociétés hyper-industrialisées. Finalement, n’oublions pas non plus la montée d’un puissant mouvement coopératif, dont les origines sont contemporaines du premier vrai capitalisme industriel, et qui s’est posé dès sa naissance comme une alternative aussi bien au tout-marché qu’au tout-État. Ici encore, gardons-nous d’y voir une solution de remplacement universalisable.

2Ces trois transformations, pour ne citer qu’elles, se voulaient des réponses aux problèmes de leur temps. Chacune a redéfini à sa manière le rôle de l’entreprise. L’entreprise « privée » s’est ainsi considérablement « socialisée », dans la mesure où elle a été amenée à composer avec des normes sociales de plus en plus nombreuses et de plus en plus complexes. La fonction de « création de richesse », n’est plus aujourd’hui uniquement économique. Elle est aussi sociale, environnementale, et éthique. En ce sens, elle ne saurait être compartimentée. Le glissement sémantique des termes de « création de richesse » ou « création de valeur », autrefois purement économiques et maintenant synonymes de « création de bien-être », est là pour en témoigner. Aujourd’hui, tous les acteurs sont appelés à poursuivre tous les objectifs de bien-être en même temps : c’est le sens de la nouvelle philosophie du développement durable, cette ontologie de nos temps post-modernes.

3La question centrale qui se pose à notre époque est donc une fois de plus : comment réguler – coordonner – les activités de ces acteurs ? La difficulté est que le contexte contemporain est bien différent de celui pour lequel ont été longuement élaborées les institutions dont nous avons hérité.

4Comment faire travailler ensemble, pour le bien commun, des acteurs qui peinent à reconnaître leurs responsabilités mutuelles et leurs interdépendances ? Pour ne prendre qu’un exemple, qui faut-il blâmer pour le réchauffement climatique : les entreprises, les États, les chercheurs, les consommateurs, les électeurs, les citoyens, les ménages ? Chacun peut renforcer tout aussi bien qu’invalider, voire dévoyer, les initiatives des autres.

5Comment créer des synergies dans un monde où chaque jour la science hésite (les mêmes OGM sont mauvais en Europe, bons en Amérique), la politique affiche son impuissance, la technologie crée de nouvelles menaces, la consommation devient une valeur, l’éthique se régionalise ?

6Voilà les vraies questions de notre temps.

7Comment y répondre ? Le tout-État, le tout-marché, le tout-politique, le tout-éthique, toutes ces catégories structurantes de la pensée dite moderne, ont toutes montré leurs limites. Seuls des cadres de pensée et des principes d’action multidisciplinaires – hybridés – peuvent nous aider à améliorer les processus qui façonnent notre milieu de vie et qui détermineront celui des générations qui nous suivront. De nouveaux modes de régulation des entreprises sont à inventer.

8C’est ici que le concept de RSE – la responsabilité sociale de l’entreprise – entre en jeu. Dans sa forme moderne, ce concept remonte sans doute au livre que publia Howard R. Bowen aux États-Unis en 1953. Ses origines sont paradoxales. The social responsibilities of the Businessman est un livre de commande. Il fut écrit par un économiste keynésien, persécuté par le maccarthysme pour ses idées trop engagées, à la demande d’une confédération d’églises protestantes soucieuse de réfléchir sur l’éthique du monde des affaires dans une société où persistaient la pauvreté et d’autres fléaux sociaux. La célèbre définition de la page 6, écrite il y a près de 60 ans, se lit comme un manifeste contemporain : les responsabilités sociales sont « les obligations qu’ont les hommes d’affaires de poursuivre les politiques, de prendre les décisions ou de suivre les lignes d’action qui sont désirables quant aux objectifs et valeurs de notre société ». L’approche de Bowen était résolument institutionnaliste, donc sociétale et multidisciplinaire. Cette perspective s’est un temps perdue pendant la période néo-libérale commencée à la fin des années 1970. Elle a été ressuscitée par le livre vert que la Commission européenne a publié en 2001, qui tout en préservant son caractère volontaire, prit soin de l’intégrer dans l’idéologie émergente de l’époque, celle du développement durable : la RSE y est en effet définie comme l’instrument organisationnel des politiques publiques de développement durable au-delà des obligations légales. Cette impulsion a fait de l’Europe un exceptionnel creuset de nouvelles idées, pratiques et recherches, démultipliées par les spécificités nationales des différents pays de l’Union.

9C’est dans ce contexte qu’a été créé le RIODD, Réseau International de recherche sur les Organisations et le Développement Durable. Chaque mot de ce nom a son importance. Né en France, le réseau regroupe aujourd’hui des chercheurs de plusieurs pays, surtout francophones, mais aussi hors de cette sphère. Il a pour vocation de faire progresser la recherche sur les multiples défis organisationnels que posent aujourd’hui la RSE et le développement durable pour les décideurs, quelle que soit la forme juridique de leurs organisations : privée, publique, mixte ou autre. Le souci de préserver le caractère collectif de ces problèmes l’amène à privilégier les échanges interdisciplinaires : le management y est régulièrement associé à la sociologie, la science politique, l’administration publique, l’économie, l’éthique et les sciences dites dures. D’origine européenne, le RIODD se distingue clairement de ses homologues anglo-saxons, par un présupposé fondamental : si elle se situe avant tout au niveau organisationnel, la RSE ne peut être conçue qu’encastrée dans un environnement institutionnel de forces sociales, de cadres juridiques et de politiques publiques.

10Fondé en décembre 2006 lors d’un premier congrès à l’Université Paris 12 à Créteil, le RIODD a ensuite essaimé à travers la France dans les congrès de Montpellier (avec Supagro) en 2007, de Lyon en 2008 (avec l’ESDES), de Lille en 2009 (avec le CLERSÉ). Le 5e congrès, celui de 2010, était particulier, puisqu’il fut organisé en collaboration avec l’IFSAM (International Federation of Scholarly Associations of Management), un organisme mondial regroupant les sociétés savantes nationales de plus d’une quinzaine de grands pays. Une journée complète y fut consacrée (à l’université Paris Dauphine) à un premier bilan scientifique des mécanismes du Grenelle de l’environnement. Le 6e congrès (2011) marque une première : il aura lieu hors de France, à Luxembourg. Le congrès de 2012 est prévu pour Nantes (Audencia).

11Actif sur le plan national français, le RIODD l’est aussi sur le plan international. Il cultive de nombreuses relations avec d’autres foyers de recherche de par le monde, qui mènent à des activités conjointes de recherche ou de diffusion. Ainsi, des chercheurs du Québec y sont présents depuis ses débuts. En 2009, il se distinguait comme coorganisateur d’un congrès international sur la RSE à Agadir, plus particulièrement orienté vers les thématiques du sud, en collaboration avec le CRSDD (Chaire de responsabilité sociale et de développement durable de l’Université du Québec à Montréal), le CEREGMIA (Antilles) et l’ISIAM (Maroc). Le RIODD s’est aussi associé à plusieurs autres manifestations thématiques, comme le Forum mondial des droits de l’homme (Nantes, 2010). Tout aussi importantes pour sa mission sont les écoles doctorales internationales qu’il organise chaque année en marge de ses congrès, et qui réunissent chaque fois autour d’un thème précis plusieurs dizaines de jeunes chercheurs, parmi lesquels de nombreux étrangers.

12En publiant la présente synthèse des travaux du congrès de Lille, Nicolas Postel et son équipe font œuvre de pionniers : non seulement posent-ils une question essentielle, mais c’est aussi la première fois qu’une monographie est tirée d’un congrès du RIODD. Souhaitons que cette initiative connaisse une féconde descendance.

13En terminant, je voudrais ici rendre hommage à tous ceux qui ont porté le RIODD sur les fonts baptismaux, à ceux qui le font vivre au quotidien, et à tous ceux qui chaque année ont pris en charge ou contribué à la lourde tâche d’organiser le congrès annuel. Si le RIODD connaît aujourd’hui le succès, c’est qu’ils ont visé juste.

© Presses universitaires du Septentrion, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540