Version classiqueVersion mobile

La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l'Antiquité à nos jours

 | 
Séverine Clément-Tarantino
, 
Florence Klein

Quand les auteurs sont dépassés par leurs personnages, du Moyen Âge au XXe siècle

17. Le rôle d’Orphée chez Sylvie Germain

Fiona Cox

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sylvie Germain (née en 1954) est une romancière et une critique dont les œuvres sont peuplées de personnages pétris de douleur, destinés à vivre aux marges de la société. Son essai intitulé Céphalophores (1997)2 est une analyse dédiée aux poètes qui se sentent déchirés par la vie, et qui consacrent leur œuvre à décrire leurs expériences de rupture : Orphée est, bien sûr, le plus connu. Germain y décrit l’acte d’écrire comme une descente aux Enfers, à l’issue de laquelle on retrouve la lumière du jour : « Écrire », dit elle, « c’est fossoyer la nuit jusqu’à percer le petit jour » (p. 28). Pour l’épigraphe du livre, Germain a choisi une citation du sonnet LIII de Shakespeare : « What is your substance, whereof are you made / That millions of strange shadows on you tend? » (« Quelle est votre substance, de quoi êtes vous fait / Que des millions d’étranges ombres vous escortent? »). Ainsi, dès le début, Orphée se trouve accompagné par les foules des morts. Mais chez Germain les morts se...

Auteur

University of Exeter

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search