Version classiqueVersion mobile

La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l'Antiquité à nos jours

 | 
Séverine Clément-Tarantino
, 
Florence Klein

Quand les auteurs sont dépassés par leurs personnages, du Moyen Âge au XXe siècle

16. De Virgile à Ovide : les amours de Lavine dans le Roman d’Eneas

Aimé Petit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Précédant, vers le milieu du XIIsiècle, l’œuvre de Chrétien de Troyes, la « triade classique » des romans d’Antiquité est constituée par le Roman de Thèbes, le Roman d’Eneas2, puis le Roman de Troie dont l’auteur, Benoît de Sainte-Maure, est connu. Cette triade se situe entre 1150 et 1165. Le rapport entre ces œuvres et l’Antiquité se révèle aussi lâche qu’étroit, car il varie considérablement non seulement d’un roman à l’autre, mais au sein de la même œuvre. Certes, on peut estimer le Roman d’Eneas plus proche de sa source virgilienne que Thèbes ne l’est de la Thébaïde, mais il faut préciser que ces deux œuvres médiévales adaptent et renouvellent des sources antiques dont elles peuvent s’inspirer plus ou moins librement. Quant à l’imposant Roman de Troie (plus de 30 000 vers), il a pour garants et sources deux récits forts tardifs, de dimensions limitées, le De excidio Trojae de Darès le Phrygien (VIIsiècle) et l’Ephemeris belli Trojani de Dictys de Crète (IVsiècle). Or, au m...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search