Version classiqueVersion mobile

La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l'Antiquité à nos jours

 | 
Séverine Clément-Tarantino
, 
Florence Klein

Poétique et politique de la traduction

14. Les traductions d’Ovide et de Virgile à la Renaissance. Une politique royale

Marine Molins

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la Renaissance, les principaux textes latins d’Ovide et de Virgile sont connus à travers les grandes éditions humanistes, notamment italiennes, qui rassemblent les commentaires de la fin du Moyen Âge ; l’imprimerie les diffuse de plus en plus largement, et elles sont surtout utilisées dans les écoles. Mis sur le même plan, Ovide et Virgile y sont les deux auteurs antiques les plus étudiés, le principal support des enseignements de la langue latine et de la rhétorique. Mais c’est avec les traductions, de plus en plus nombreuses au cours du XVIsiècle, que les lecteurs accèdent pour la première fois véritablement aux textes latins et à leur poésie. Or, le goût des lecteurs pour les œuvres de Virgile et d’Ovide a été fortement encouragé par une politique énergique en faveur de leur traduction, voulue expressément par la cour de France et quelques grandes familles. On peut en juger notamment par la qualité des manuscrits et des éditions qui leur sont destinés, et par le rôle des enlu...

Auteur

ALITHILA, Université Lille 3

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search