Version classiqueVersion mobile

La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l'Antiquité à nos jours

 | 
Séverine Clément-Tarantino
, 
Florence Klein

Permanence et fluidité des jugements critiques sur Virgile et Ovide

11. La place accordée à Ovide face au modèle virgilien dans les jugements critiques du XVIIe siècle

Marie-Claire Chatelain

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au XVIIsiècle, la réception d’Ovide et celle de Virgile ne sont pas exactement du même ordre2. Le poids de la tradition critique impose assurément Virgile comme Prince des poètes latins, sans aucune contestation possible, et ce durant tout le siècle. La synthèse que propose Adrien Baillet dans ses Jugements des savants sur les principaux ouvrages des auteurs est sans ambiguïté : dans la notice qu’il consacre à Virgile, il commence par insister sur « la distinction qu’il faut faire de son rang & de son mérite d’avec celui des autres », le présentant « comme étant lui-même une epoque fixe de la poësie, & comme le centre universel de tous les poëtes qui ont paru auparavant & après lui »3. Il ajoute peu après cette remarque :

Quoique les Bucoliques & les Géorgiques ne fussent que trop suffisans pour tirer un auteur du nombre des médiocres poëtes ; il n’y a pourtant que l’Enéïde qui ait établi Virgile dans la réputation du premier de tous les poëtes, & qui ait dignement éxercé l’industr...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search