Version classiqueVersion mobile

La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l'Antiquité à nos jours

 | 
Séverine Clément-Tarantino
, 
Florence Klein

Permanence et fluidité des jugements critiques sur Virgile et Ovide

10. La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans les arts poétiques florentins du Quattrocento

Émilie Séris

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

À Florence, au Quattrocento, la poésie latine renaît de l’imitation des Anciens et en particulier des œuvres de Virgile et d’Ovide, nourriture première dans la formation humaniste. L’écrivain et philologue Ange Politien (1454-1494) célèbre dans sa poésie l’un et l’autre modèle, tout en leur réservant à chacun un traitement très différent2. Virgile est chanté dans sa première silve, Manto, une prælectio qui fut présentée par Politien à ses élèves au Studio de Florence en introduction à un cours sur les Bucoliques3. Ce poème est aussi une præfatio, puisque la fiction du poète présente la sibylle Manto prédisant à Virgile à sa naissance son destin exceptionnel et le contenu de toutes ses œuvres. La fable, le style inspiré et le choix de l’hexamètre l’apparentent plus à l’épopée qu’aux Bucoliques. À Ovide, Pol...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search