Version classiqueVersion mobile

La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l'Antiquité à nos jours

 | 
Séverine Clément-Tarantino
, 
Florence Klein

Épopée post-virgilienne – et post-ovidienne ?

2. Stace entre Virgile et Ovide dans l’Achilléide

François Ripoll

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est généralement reconnu, depuis les travaux de S. Hinds2, D. C. Feeney3 et G. Rosati4, que l’Achilléide de Stace se distingue au sein de la production épique latine par la prégnance du modèle ovidien, qui tend à prendre le pas sur le modèle virgilien, jusque-là prédominant chez les poètes épiques latins. Avec l’Achilléide, nous avons affaire à une épopée dont la structure narrative reste celle de l’Énéide (narration unitaire et fortement centripète, resserrement dramatique, subordination des détails à la thématique d’ensemble), mais dont l’esprit général s’éloigne sur des points essentiels du modèle virgilien, comme l’absence apparente de providentialisme finaliste, et plus largement, de portée cosmologique ou de problématisation politico-morale5. Parallèlement, c’est ce qu’on a pu appeler une « ambiance ovidienne » qui prévaut dans l’Achilléide, et que les critiques ont essentiellement identifiée au niveau des thèmes développés dans ce chant I, tels que l’ambiguïté sexuelle6 et...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search