Version classiqueVersion mobile

La représentation du « couple » Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l'Antiquité à nos jours

 | 
Séverine Clément-Tarantino
, 
Florence Klein

Épopée post-virgilienne – et post-ovidienne ?

1. Ambitions de primauté et épopée « inclusive ». Les poètes flaviens devant le « couple » Virgile-Ovide

Marco Fucecchi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Je vais commencer par un texte qui, selon toute vraisemblance, appartient à une époque un peu antérieure à celle dont mon exposé va s’occuper : la quatrième Bucolique de Calpurnius Siculus. L’écart n’est pas très grand, vu que certains savants datent cet auteur de la fin du premier siècle après J.-C. et d’autres, encore plus tard. Ce poème est un essai de bucolique ouvertement célébrative, où – malgré le contexte sylvestre traditionnel – le berger chantant, Corydon, qui représente la figure du poète lui-même, déclare vouloir adopter un registre tout à fait différent par rapport au passé, un registre plus apte à chanter la gloire du nouvel âge d’or de Rome, caput mundi (Calpurnius, Bucoliques, IV, 5) : « carmina […] non quae nemorale resultent » (« des vers qui ne seraient pas l’écho des bois »). Pour l’occasion, Corydon utilisera la fistula qui avait déjà été l’instrument de Tityre et dont Iollas, un autre berger, lui a fait cadeau. C’est alors que son interlocuteur, Mé...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search