Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Allemagne entre rayonnement et retenue

 | 
Dominique Herbet
, 
Hélène Miard-Delacroix
, 
Hans Stark

5 - La Politique culturelle allemande : archétype du soft power ?

La réception à l’Ouest de l’art est-allemand avant la chute du mur

Jean Mortier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Réagissant à une remarque de l’historien de l’art Lszlo Glozer, lequel avait soutenu que l’art est-allemand faisait partie depuis les années soixante-dix du paysage artistique de la République fédérale, Walter Smerling, l’un des commissaires de l’exposition destinée à commémorer les 60 ans de la Loi fondamentale (60 ans 60 œuvres – l’art de la République fédérale de 1949 à 2009) au Martin-Gropius-Bau de Berlin, écrivait dans le catalogue : « Nous montrons l’art qui était possible en vertu de l’article 5, alinéa 3 de la Loi fondamentale, c’est-à-dire l’art libre. En RDA l’art n’était pas libre, il n’a donc aucunement sa place dans cette exposition ». Une position reprise sans coup férir par les responsables politiques, à commencer par la chancelière Angela Merkel. L’argument était pour plusieurs raisons largement irrecevable et même dans deux cas totalement incohérent. Un seul artiste de l’Est – c’est-à-dire n’ayant pas fui la RDA – figurait dans l’exposition. De Wolfgang Mattheuer, ...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540