Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Allemagne entre rayonnement et retenue

 | 
Dominique Herbet
, 
Hélène Miard-Delacroix
, 
Hans Stark

5 - La Politique culturelle allemande : archétype du soft power ?

Entre rayonnement et retenue : la politique culturelle extérieure de l’Allemagne

Elise Lanoë

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que la RFA ait développé, après la Seconde Guerre mondiale et les crimes sans précédent commis par le régime national-socialiste, une politique de retenue en matière diplomatique, cela s’entend. Que les relations culturelles de la jeune Allemagne fédérale avec l’étranger aient été, elles aussi, empreintes de retenue, voilà qui est peut-être moins évident. Il est en effet d’usage de considérer la culture comme un domaine relativement affranchi des contraintes des relations de pouvoir existant dans les relations internationales. La culture conçue sur le modèle de « l’art pour l’art »1 est cependant trompeuse : l’étude des archives diplomatiques montre à quel point la culture a été conçue, par les acteurs des politiques étrangères, comme un outil à part entière dans leur arsenal d’action. La culture relève de fait de ce que Joseph Nye a appelé le soft power. Les politiques culturelles, ainsi, parviennent à influer sur les populations sans être pour autant coercitives : à la différence ...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540