Version classiqueVersion mobile

Les mille et un visages de Segundo de Chomón

 | 
Réjane Hamus-Vallée
, 
Jacques Malthête
, 
Stéphanie Salmon

III. Trucs et techniques « chomoniens »

L’art du truc ? Réflexion sur un « style chomonien » (1906-1909)

Réjane Hamus-Vallée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Dans l’état actuel des sources disponibles, il reste difficile d’établir avec précision le rôle qu’a joué Chomón dans la production Pathé durant son séjour francilien1. Entre 1906 et 1909/19102, Chomón s’établit à Paris et participe aux trucages et à la mise en scène de dizaines de films, « le départ pour la Cinès à Rome de Wells [sic] qui réalisait des films à truquages (laissant) à Chomond [sic] un champ libre dont il disposera avec beaucoup d’ingéniosité3 ».

Il est manifeste que l’ingéniosité de Chomón va lui permettre d’exécuter des films à trucs particulièrement impressionnants comme Le Spectre rouge (1907), Electric Hôtel et Le Sculpteur moderne en 1908 ou Le Voleur invisible en 1909. Et si le « tour de manivelle » — ou animation image par image — et l’emploi de caches sont particulièrement présents dans les films qui lui sont attribués de source à peu près certaine, il est évident que Chomón n’a pas réalisé toutes les scènes/films de Pathé comportant du tour de man...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search