Version classiqueVersion mobile

Noir. Lumière et théâtralité

 | 
Véronique Perruchon

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Voir du théâtre, être spectateur

Cette question, « qu’as-tu vu au théâtre ? » en soi, révèle la réalité de ce qu’est le théâtre : un spectacle – où se rend le spectateur, pour, je cite l’étymologie latine, « spectare ». Si ce vocable dont la racine latine « spect. » exprime l’attention du regard, réfère par son sens premier « regarder attentivement, observer, voir » au regard physique, il se charge très vite d’un sens plus abstrait « considérer, tenir compte ». Puis plus tardivement son champ notionnel s’élargit encore : spectare exprime alors le fait de voir pour « éprouver, essayer ». La réalité du théâtre reste certes rattachée à la première définition du « voir », mais pour autant, ressortons-nous indemnes de cette confrontation ? N’avons-nous pas éprouvé ? Ne sommes-nous pas éprouvés ? Et si l’on associe à cette étymologique celle du théâtre dont la racine « theoma » signifie également « regarder attentivement » avec une dimension magique et hallucinatoire contenue dans « theo »...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search