Version classiqueVersion mobile

Noir. Lumière et théâtralité

 | 
Véronique Perruchon

Enjeux et expériences esthétiques du noir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La boîte noire

Dans le dernier tiers du XXe siècle, le noir au théâtre se renouvelle et devient un matériau aux qualités esthétiques révélées. Le noir n’est pas un simple fond ou un cadre ornemental qui accompagne un drame. C’est une réalité plastique, une composante de l’écriture scénique. Le noir n’est pas neutre : il est sublimé par des matériaux aux textures réfléchissantes, ou au contraire travaillé dans son opacité grâce à des supports mats. On le fait exister comme un écrin, ou comme un partenaire. Il est constitutif du théâtre en tant qu’élément dramaturgique d’un espace esthétique. C’est le règne de la « boîte noire ».

Le cadre de scène pendrillonné de rideaux en velours noir s’est imposé pour des raisons esthétiques liées à l’usage des projecteurs électriques. Leurs faisceaux en heurtant les drapés de coton laissaient apparaître des ombres portées inesthétiques. La surface mate du drap, inappropriée à créer la neutralité souhaitée, a été rapidement remplacée par des pendrill...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search