Version classiqueVersion mobile

Noir. Lumière et théâtralité

 | 
Véronique Perruchon

Faire le noir, travailler l’ombre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De la déréalisation à la poésie scénique

Loin des fastes décoratifs et sur les traces d’Alfred de Musset et de George Sand, un souffle nouveau au théâtre passa d’abord chez les auteurs par le renoncement à la réalisation scénique de leurs pièces1. Denis Bablet rappelle combien le rejet du « luxe scénique » qui « étouffe l’art théâtral » et « trompe le public », perçu comme le signe d’une « décadence du théâtre », devint « le thème majeur des critiques qu’expriment des hommes aussi différents que Goethe, De Donald, Léon Halévy, Gustave Planche, Jules Janin ou Delacroix2 ». Théodore de Banville émet l’hypothèse de la disparition des poètes dramatiques sous l’effet de deux courants : « D’un côté la féerie, embellie par les derniers progrès mécaniques et photogéniques ; de l’autre la comédie réaliste, moderne, bourgeoise, allant droit au fait, affectant de plus en plus la concision d’un siècle affairé et du style télégraphique3 ». Shakespeare paraît en premier lieu faire les frais d’une ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search