Version classiqueVersion mobile

Noir. Lumière et théâtralité

 | 
Véronique Perruchon

Obscurcissement des théâtres

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Magie scénique et plaisir du spectateur

« Au lever du rideau, la salle est dans une demi-obscurité, vide encore. Les lustres sont baissés au milieu du parterre, attendant d’être allumés1 ». Cette précision qui nous vient de la description que fait Edmond Rostand en 1897 de l’Hôtel de Bourgogne (tel qu’il le supposait être en 1640) dans l’en-tête de sa pièce Cyrano de Bergerac est particulièrement intéressante. Même s’il s’agit d’une fiction historique, elle nous renseigne sur la lumière qui précédait le spectacle au XVIIe siècle. Avant que l’usage du noir ne soit admis comme élément et signe de neutralisation de l’espace de représentation pour les spectateurs, le principe est quasi inversé : les spectateurs attendaient dans la demi-obscurité et la montée de la lumière était le signe du début du spectacle2. Une déclaration royale citée en 1674 par Chappuzeau, notifie le fonctionnement des théâtres qui stipule l’attribution de la responsabilité des lumières aux décorateurs qui ont à ch...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search