Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

14. Lucullus en « clair-obscur » : mérites et extravagances d’un citoyen de la Rome républicaine durant l’époque impériale

Ida Gilda Mastrorosa

Résumé

Parmi les protagonistes de l’histoire romaine les plus intéressants en ce qui concerne les mécanismes d’élaboration du souvenir, on peut signaler L. Licinius Lucullus. Quoiqu’exemplaire pour ses succès militaires et apprécié pour sa libéralité à l’égard des habitants des provinces sujettes des Romains, lesquels pour cela lui dédièrent des inscriptions (i.e. monumenta) célébrant sa mémoire, il fut aussi la proie d’excès et d’extravagances sur lesquelles une partie de la tradition littéraire a insisté, en proposant une image en clair-obscur de plus en plus affirmée. L’évaluation de sa conduite apparaît contradictoire avant tout chez Cicéron, enclin à le dénigrer (dans certaines harangues) pour sa rapacité et plus tard à faire l’éloge de ses exploits militaires pour des raisons d’opportunisme et de convenance personnelle, lui réservant, dans ses traités éthico-politiques composés après sa mort, une censure morale qui influencera les sources postérieures. Outre des oscillations dues aux conflits politiques internes à la Rome tardo-républicaine, la renommée de Lucullus, apprécié aussi par Auguste (ILS, 60), connut des phases alternées, qui montrent la tendance à le juger par rapport à Pompée (chez Velléius Paterculus) et plus généralement la tentative de concilier son image de chef valeureux avec celle de membre contestable de l’ordre sénatorial. Néanmoins, la nature « bipolaire » du personnage apparaît très clairement déjà dans la biographie que lui dédie Plutarque, où se perçoivent les multiples données contradictoires existantes sur la vie publique et privée de Lucullus, évaluée de manière différente par des historiens et érudits à l’époque impériale et durant l’Antiquité tardive. En général, outre l’affirmation que les premiers responsables de l’image en clair-obscur de Lucullus furent ses contemporains et rivaux dans l’arène politique, l’examen de certains témoignages sur lui offre la possibilité d’étudier les différents facteurs historiques, sociaux et culturels qui interagirent et contribuèrent à faire survivre la mémoire de celui qui ne fut pas seulement un citoyen à la conduite discutable.

One of the most interesting figures of Roman history with respect to the construction of historical memory is L. Licinius Lucullus. Although remarkable for his military success and appreciated for his generosity towards the inhabitants of the provinces subject to the Romans, which dedicated to him some inscriptions that are monumenta in his memory, his tendency to excess and extravagance was significantly recorded in certain literary sources producing a distinctly chiaroscuro portrait. The evaluation of his conduct seems contradictory already in Cicero who tends to denigrate Lucullus in some harangues for his rapacity but later praises his military success when convenient to do so for his own personal advantage. In addition, Cicero censures Lucullus in some ethical-political treatises written after the latter's death. Some of the oscillations in the evaluation of Lucullus can be attributed to the political conflicts of late-Republican Rome but his fame, judged in a favourable light by Augustus (ILS 60), underwent alternate phases which reveal the tendency to judge him by comparing him to Pompey (cf. Velleius Paterculus) and more generally to attempt to reconcile his image as brave leader with that of a deplorable member of the Senate. The dual nature of Lucullus was already clear in his biography by Plutarch, which reveals the perception of much conflicting information on his public and private life, which was also judged in different ways in the Imperial Age and in Late Antiquity. More generally, the analysis of passages concerning Lucullus reveals that the primary agents responsible for his chiaroscuro image were his contemporaries and political enemies and also provides the opportunity to observe the various historical, social and cultural factors, which together contributed to preserve the memory of a man who was more than his deplorable behaviour.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Apprécié par les habitants des provinces sujettes des Romains, prêts à lui exprimer leur reconnaissance pour sa libéralité au moyen d’inscriptions1 et de statues2, Lucullus fut aussi estimé par Auguste, qui lui dédia un des Elogia du Forum3 où étaient commémorées les étapes les plus saillantes de son cursus.

Au-delà de ces attestations, qui constituent en fait des monumenta4 élevés pour célébrer l’image du personnage, son évocation par les sources littéraires ne s’avère pas toujours positive, mais laisse transparaître des éléments contradictoires5 qui en font aussi une figure intéressante pour étudier les mécanismes opératoires de la mémoire culturelle et les influences exercées sur elle. Parmi ces dernières, il convient d’attirer l’attention de manière générale sur les paradigmes éthiques assumés par les sources dans leur sélection des données transmises par la tradition antérieure à propos des personnages symboles de l’histoire passée6 et sur leur tendance à une représentation des ...

Auteur

Professeur associée d’Histoire ancienne, Université de Florence

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540