Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

13. Les visites de champ de bataille et l’enquête de Germanicus à Teutobourg : traces, documents, monument (Tacite, Annales, 1, 61-62)

Jean-Christophe Jolivet

Résumé

La visite du champ de bataille constitue une scène typique de l’historiographie et de l’épopée latines. Comme l’euersio urbis, elle comporte des motifs stéréotypés dont le traitement plus ou moins développé confère au tableau une puissance émotive plus ou moins importante, loin de toute préoccupation de véracité. Si l’on examine les scènes de Schlachtfeldbesuch à la lumière des officia oratoris, elles relèvent ordinairement, dans la perspective de l’historia ornata, des effets de pathétique (mouere) pouvant procurer un plaisir au lecteur (delectare). Occasionnellement, la visite du champ de bataille peut toutefois être représentée comme une occasion privilégiée de documentation historique – elle remplit donc le troisième officium : le docere. La visite de Germanicus à Teutobourg, présente à la fois les éléments traditionnels qui caractérisent la visite de champ de bataille et les pathetika. Toutefois, elle se distingue des scènes du même type en ce qu’elle combine ces éléments de façon particulière ; si on la compare à la visite du champ de bataille de Bédriac, il apparaît qu’elle met en scène un Germanicus engagé dans un processus d’investigation présentant des analogies avec une enquête historique. Le recours à la triade des théories modernes de l’histoire, traces, documents, monuments, permet de préciser l’originalité du récit tacitéen dans la mesure où le monumentum funéraire élevé à la mémoire des soldats de Varus semble le point d’aboutissement de l’enquête sur la bataille, qu’elle matérialise en quelque sorte. Cette enquête de Germanicus, débouchant sur une célébration, n’est pas sans analogies avec le travail de l’historien.

Germanicus’ visit on the battlefield of Teutoburg in Tacitus’ Annals (1. 61-62) doesn’t only present the ordinary components of the Schlachtfeld besuch. Its specific presentation is to be underlined. A detailed analysis and a close comparison with the visit of the battlefield of Bedriacum show clearly that, in the case of Teutoburg, the dynamics of both narrative and description tend to show that the scene is so ordered as to suggest a sort of historical investigation. What is in question is a precise and methodical reconstitution, not only based on a so to say archeological inquiry of the main phases of the battle but also on a precise questioning of the survivors. This is certainly the main characteristic of the visit, which is finally completed by the construction of a funerary monumentum. Modern theories about history have three key concepts which characterize the process of historiographical work: traces, documents, monuments. Modern theoricians on history use three key concepts to describe historiography: traces, documents, monuments. Germanicus’ visit, analyzed in the light of these concepts, may appear as the metaphor of historiography. The documentary work on the traces of the battle leads to the construction of a tumulus which embodies the memory of the events.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

61. 1 Caesar fut alors pris du désir soudain de rendre les derniers devoirs aux soldats et à leur chef, et toute l'armée présente fut pénétrée de pitié, en pensant aux proches parents, aux amis et aussi aux hasards de la guerre et au sort des humains. Caecina fut envoyé en avant pour explorer les profondeurs des forêts et établir des ponts et des chaussées sur les marais imprégnés d'eau et les plaines à l'aspect trompeur ; puis ils pénétrèrent dans ces lieux sinistres, aussi hideux par leur aspect que par les souvenirs. 2 Le premier camp de Varus, par la grande étendue de son pourtour et les dimensions du quartier général, indiquait une troupe forte de trois légions ; puis un retranchement à demi abattu, un fossé peu profond montraient que là s’étaient établis les restes de l'armée déjà bien diminués ; au milieu de la plaine, des ossements blanchis et, selon que les hommes s’étaient enfuis ou avaient résisté, éparpillés ou entassés. 3 À côté gisaient des fragments d'armes et des oss...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540