Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

11. Priscus Attalus (409-410 ; 414-415 de n. è.) : La mémoire de la grandeur et de l’éternité de Rome

Anne Daguet-Gagey

Résumé

Le sénateur Priscus Attalus (Attale), après avoir été préfet de la Ville entre mars et décembre 409, fut proclamé empereur à l’instigation d’Alaric, qui assiégeait alors Rome. Il fut déposé quelques mois plus tard par le chef wisigoth, qui s’était très temporairement réconcilié avec l’empereur légitime, Honorius, installé à Ravenne. Durant son très bref règne, Attale fit frapper des monnaies, toutes à la gloire de Rome et de l’empereur. Il n’hésita pas, à cette fin, à mêler vieux slogans monétaires et légendes plus récentes, saluant ainsi Victoria Augusti, Victoria Romanorum et, de manière inédite, Inuicta Roma Aeterna. Quelques jours ou quelques semaines après sa destitution, Rome était prise par les Wisigoths d’Alaric… Les légendes des monnaies d’Attale sont l’expression d’un patriotisme exacerbé, qui se refusait à admettre que l’hégémonie de Rome puisse un jour cesser. À cet égard, Attale s’inscrit dans la ligne des lettrés romains de l’époque tardive, viscéralement attachés à la grandeur et à l’éternité de Rome.

The senator Priscus Attalus, having been prefect of Rome between March and December 409 AD, was proclaimed emperor at the instigation of Alaric, who besieged at that time Rome. He was put down a few months later by the Wisigothic chief, who had become reconciled very temporarily with the legal emperor, Honorius, settled in Ravenna. During his very brief reign, Attalus made strike coins, all in the glory of Rome and of the emperor. He didn’t hesitate, to this end, to mix old monetary slogans and more recent legends, so greeting Victoria Augusti, Victoria Romanorum and, in a new way, Inuicta Roma Aeterna. A few days or a few weeks after his dismissal, Rome was invaded by Alaric’s Wisigoths… The legends of Attalus’ coins express a strong patriotism, which refused to admit that the hegemony of Rome could one day stop. So, Attalus joins in the line of the Roman men of letters of Late Antiquity, viscerally attached to the greatness and to the eternity of Rome.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Attalus itaque, tamquam inane imperii simulacrum…
Orose, 7, 42, 9

Priscus Attalus1 n’est assurément pas la figure impériale la plus fameuse, et ce pour au moins deux raisons : parce que ses deux règnes successifs (409-410 et 414-415 de n. è.) durèrent quelques mois seulement et parce qu’il s’avéra être un pantin, manié par des mains autrement plus puissantes que les siennes : celles du wisigoth Alaric (vers 370-410). Pour autant, il n’est pas hors de propos d’évoquer la figure de cet empereur dans le cadre d’une rencontre qui porte sur la mémoire, sur sa mise en place dans l’espace et sur le discours mémoriel. Le règne de Priscus Attalus précéda immédiatement la prise de Rome par Alaric, survenue, comme l’on sait, en août 410. En tant qu’empereur, même faible ou fantoche, Priscus Attalus disposa de pouvoirs « régaliens », au nombre desquels celui de battre monnaie. Or, les pièces qui furent frappées en 409-410 ne sont pas sans intérêt au regard du thème de notre colloque.

Je souhaitera...

Auteur

Professeur d’Histoire romaine, Université d’Artois, CREHS, EA 4027

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540