Version classiqueVersion mobile

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

10. Monuments des Iulii à Ilion-Troie et la mémoire de syngénéia

Maria Kantiréa

Résumé

Dans la première moitié du ier siècle av. n. è., à Ilion de Troade, L. Iulius Caesar (cos en 90), son fils homonyme (cos en 64), et, plus tard, Jules César, prirent et firent appliquer certaines décisions portant sur la restitution à Athéna Ilias des terres sacrées, une exemption de tribut et la célébration des Panathénées. En 25 av. n. è., le koinon de Troade accorda le titre de syngénès à Auguste et, par la suite, la cité d’Ilion honora systématiquement de cette épithète des membres de la famille impériale. Si, pendant la période républicaine, cette notion de syngénéia marqua le discours rhétorique et les relations diplomatiques de Rome avec Ilion, identifiée à la Troie d’Homère, à partir de l’époque de Jules César cette « parenté » reflétait la mémoire dynastique des Iulii construite autour du mythe fondateur de Rome. Du point de vue grec, le titre de syngénès accordé aux membres de la domus Augusta illustre les moyens de la réception de cette idéologie romaine, voire julienne, par le peuple de la Troade, qui se concrétisa à travers les monuments écrits et figurés d’Ilion au début du Principat.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les Iulii à Ilion : les racines de la syngénéia

En 25 av. n. è., Ilion et les autres cités du koinon de Troade, qui participaient au sacrifice, au concours et aux fêtes – la panégyrie – de leur déesse tutélaire, Athéna Ilias, honorèrent Auguste du titre de syngénès1. Cette épithète traduisait une relation de parenté entre le premier empereur et ces cités, en particulier Ilion identifiée à la Troie d’Homère et de Virgile2, et, sans doute, reflétait la vision que la dynastie julienne s’était faite de ses origines. Dans la même inscription gravée sur la base de sa statue, le prince fut aussi honoré en patron et sauveur des citoyens, et en évergète de tout le monde.

Les bienfaits d’Auguste envers la cité d’Ilion, où il reçut également un culte personnel3, consistent probablement dans sa contribution à la restauration du temple d’Athéna situé dans un téménos sur le sommet de l’acropole4, selon deux inscriptions lacunaires en lettres de bronze ajustées sur l’architrave est du monument, au-d...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search