Version classiqueVersion mobile

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

7. Entre Philippe II, Auguste et Paul : la commémoration des origines dans la colonie romaine de Philippes

Cédric Brélaz

Résumé

La trentaine de colonies qui furent fondées par les autorités romaines dans le bassin oriental de la Méditerranée, de l’époque de César au règne d’Auguste, constituent des exemples privilégiés pour l’étude de la formation des identités collectives et de la place qu’occupent, dans ce processus, les représentations du passé. Fondée en 356 av. n. è. par le père d’Alexandre le Grand, qui lui donna son nom, la cité de Philippes fut le théâtre de la bataille décisive de 42 av. n. è. entre les héritiers de César et l’armée républicaine de Brutus et Cassius, puis fut transformée en colonie romaine par Antoine. Ce fut également la première ville d’Europe à recevoir la visite de Paul, qui y fonda l’une des communautés chrétiennes parmi les plus fidèles à l’apôtre. La présente étude se propose d’examiner la façon dont a été célébrée, à l’époque impériale, cette triple origine – macédonienne, romaine et chrétienne – et comment se sont imbriquées ces trois composantes pour former la mémoire et l’identité de la colonie.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le phénomène colonial, au sens où on peut entendre ce terme pour l’histoire de l’Antiquité gréco-romaine1, représente un cas d’étude privilégié pour appréhender la formation des identités collectives et le rôle que peuvent y jouer les processus mémoriels. Car les colonies, dans le monde grec aussi bien qu’à Rome, sont des communautés dans lesquelles l’élaboration d’une mémoire collective relève d’une démarche volontaire, dont l’enjeu est de fonder un sentiment d’appartenance à un groupe social et politique nouvellement constitué. Ce procédé peut s’observer, par exemple, dans les apoikiai qui furent créées autour du bassin méditerranéen au cours de l’époque archaïque, où l’on observe l’invention de traditions visant à célébrer la fondation coloniale, ainsi que souvent l’instauration d’un culte au fondateur lui-même. Comme l’ont montré notamment les travaux de Cl. Calame et de M. Giangiulio2, la commémoration des origines fait alors l’objet d’un discours conscient tendant à mettre en ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search