Version classiqueVersion mobile

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

6. L’Aventin et la plèbe : représentations politiques d’un espace urbain dans les sources littéraires des iie et ier siècles av. n. è.

Joëlle Prim

Résumé

L’auteur propose d’apporter un nouvel éclairage sur le rôle singulier de l’Aventin dans les conflits mémoriels qui marquent la fin de la République, jusqu’à l’instauration du principat. L’Aventin est largement perçu par les historiens modernes comme la « colline de la plèbe » à Rome. Aux derniers siècles de la République, cette spécificité ne repose pas sur la sociologie urbaine de ce quartier, mais sur le lien établi par les auteurs anciens entre l’Aventin et les sécessions du ve s. av. n. è., qui marquent la naissance politique de la plèbe. Dans le contexte de crise qui marque cette période, la référence à cet événement du passé à forte connotation politique est fréquemment invoquée dans des perspectives contradictoires. L’image de l’Aventin, en même temps que celle des sécessions, diverge selon la période, la typologie documentaire et la sensibilité des acteurs politiques qui s’emparent de ce référent mémoriel. Il est donc essentiel de restituer ces définitions concurrentes et leurs significations. Aux conflits de mémoire succède, sous le règne d’Auguste, une volonté d’apaisement et de rationalisation de la tradition. Il en résulte une nouvelle représentation de l’Aventin, qui permet de le désigner comme un « lieu de mémoire plébéien ». En effet, ce concept moderne ne peut s’appliquer qu’à l’image consensuelle et unitaire désormais conférée à l’Aventin par l’historiographie augustéenne dans le récit des premières sécessions de la plèbe.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son étude consacrée à la notion de mémoire collective et à ses mécanismes, M. Halbwachs avait souligné le rôle primordial de l’espace comme cadre social de cette forme du souvenir1. À l’occasion de ce symposium, il nous a paru opportun de proposer une réflexion sur les espaces de la Ville de Rome comme supports de mémoire. Plus précisément, il s’agit de considérer ici la fonction mémorielle de l’espace urbain à cette échelle spécifique de la Ville antique que constitue le quartier, à travers l’exemple de l’Aventin (fig. 1).

Rome et l’Aventin tardo-républicain

Image

La notion de quartier est ici entendue dans une acception large, proposée par le sociologue M. Imbert pour qui le quartier contemporain peut être défini comme « une fraction du territoire d’une ville, dotée d’une physionomie propre et caractérisée par des traits distinctifs lui conférant une certaine unité et une individualité »2. D’après cette définition, tout aussi pertinente pour l’espace urbain antique, on peut considére...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search