Version classiqueVersion mobile

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

5. Domus et monumenta : la résidence urbaine et ses pouvoirs de mémoire dans la ville de Rome (fin de la République – Haut Empire)

Jean-Pierre Guilhembet

Résumé

En lieu et place d’un panorama d’ensemble nécessairement superficiel, sont traités trois dossiers éclairant trois facettes de la relation entre maison urbaine et monument : évocation / sublimation, juxtaposition / association, intégration / transfiguration. Le premier exploite une brève anecdote conservée parmi les Augustiana des Saturnales de Macrobe (2, 4, 18), qui met en scène la suggestive uis admonitionis d’une résidence romaine de Caton d’Utique. Il est ensuite proposé, dans le prolongement d’une hypothèse de Philippe Moreau, d’éclairer le profond et indéfectible attachement de Cicéron à sa maison, acquise en 62 sur le Palatin, par l’existence, sur le portique de Catulus adjacent, dont il aurait eu la charge de la restauration, d’une inscription commémorant cette dernière : la résidence esquisserait ainsi dans le paysage urbain, par sa contiguïté avec un monument public, un complexe à la gloire du consul de 63. Est enfin rappelé, de manière synthétique, le sort des résidences urbaines des Princes, pieusement conservées dans l’Vrbs, utilisées ou non comme instruments de légitimation ou remplacées par des sanctuaires après leur accession au statut de diui.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sans revenir sur la définition, ou mieux la conceptualisation, de monumentum qui a été tracée et proposée en ouverture du colloque et de ce volume, il convient de partir d’un constat d’évidence : la domus, prise ici dans son sens de résidence urbaine, ne figure pas dans les listes, classiques ou anecdotiques, qui énumèrent les ou des entités susceptibles de constituer des monumenta destinés à célébrer la mémoire. Ainsi en est-il de l’énumération d’Aulu-Gelle à propos des honneurs rendus à Léonidas (statues, éloges, récits) ou de celle élaborée par Festus (sanctuaires, portiques, écrits et poèmes) pour le lemme monimentum1. La maison urbaine n’y a pas sa place, en toute logique, puisque cette dernière est un lieu avant tout dévolu aux vivants. C’est donc dans le sens large, retenu par Pomponius Porphyrion dans l’une de ses scholies, de « tout ce qui témoigne de la mémoire »2 qu’elle sera envisagée ici, dans le cadre d’un rapport global entre monumentum et domus. Les pages qui suivent...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search