Version classiqueVersion mobile

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

3. Monuments, mémoire et éducation civique. Les inscriptions honorifiques comme miroirs civiques

Onno M. van Nijf

Résumé

Dans cet article, je suggère que nous avons besoin d’une nouvelle approche pour analyser les inscriptions honorifiques. Les monuments étaient des éléments constitutifs du politique dans les cités grecques impériales. Les monuments honorifiques peuvent être considérés comme des miroirs civiques : des outils politiques qui servent à la louange mais aussi à l’éducation, et même à la discipline des élites. Les monuments font partie d’un discours civique plus large. Ils sont utilisés par les démoi pour montrer comment ils voulaient que leurs dirigeants se comportent et soient représentés. L’essor des monuments honorifiques durant la période impériale n’était pas un symptôme d’une dépolitisation, mais un instrument pour la continuation de la politique par d’autres moyens.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans toutes les sociétés historiques, le pouvoir est exprimé et conditionné par le biais de moyens architecturaux et monumentaux1. Une des caractéristiques les plus saisissantes du paysage urbain de la ville grecque hellénistique et impériale était la prolifération des statues et des inscriptions honorifiques. Le long des rues, autour des agoras, et sur des édifices publics, il y avait des monuments qui commémoraient les exploits, les noms et les visages des prêtres, des magistrats et des bienfaiteurs locaux, et ceux de leurs familles. Leur grand nombre présente un contraste fort avec la cité classique, où la circulation d’honneurs était contrôlée par une culture civique qui avait empêché la « monumentalisation » des hommes politiques locaux2. Périclès n’avait pas même reçu une seule statue dans l’Athènes classique ! Mais durant l’époque impériale romaine, toutes les cités semblent partager une culture des célébrités (celebrity-culture) qui s’est prolongée dans tout l’espace provinc...

Auteur

Professeur d’Histoire ancienne, Université de Groningue

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search