Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une mémoire en actes

 | 
Stéphane Benoist
, 
Anne Daguet-Gagey
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

2. Au lieu des Lieux, les actes de mémoire. Figurations du passé et pratiques sociales

Thomas Späth

Résumé

La réflexion sur la « mémoire en actes » est l’objet de cette contribution qui explore des voies pour approcher une mémoire conçue comme une pratique sociale. Son point de départ est une évaluation critique des « lieux de mémoire » qui se sont multipliés comme notion et comme titre d’ouvrages dans les sciences humaines depuis trois décennies : confrontées à cette multitude de « lieux de mémoire » (considérée comme un retournement de l’objectif initial par Pierre Nora lui-même, qui avait lancé sa grande entreprise en 1984), les pratiques de la mémoire dans la culture romaine soulèvent trois problématiques fondamentales : le cadre de la mémoire, la question d’une « politique mémorielle », et le rapport entre l’historiographie et la mémoire. Maurice Halbwachs – trop peu lu par les récents disciples des études mémorielles – avait jeté les fondements par ses réflexions sur la mémoire collective, et notam­ment sur l’opposition entre histoire et mémoire. Il a été redécouvert, depuis les années 1980, par la recherche américaine et allemande : Patrick Hutton a précisé sa notion quelque peu floue de tradition en opposant la remémoration et la répétition ; Jan et Aleida Assmann ont repris les réflexions de Halbwachs pour développer leur concept de mé­moire culturelle en le confrontant à la mémoire communicationnelle. Or, en étudiant les pratiques à valeur performative de la mémoire dans la culture romaine au moyen de cette approche dichotomique, on constate qu’on ne peut alors expliquer la « mémoire en actes » qui s’exerce, par exemple, dans la constante actualisation des « grands hommes » exem­plaires : le défi d’une recherche sur les pratiques de la mémoire est, aujourd’hui, de dépasser la séparation entre les domaines du communi­cationnel et du culturel pour interroger la place et les processus de la constante (re‑)constrution d’une mémoire fondatrice dans le quotidien des pratiques sociales.

This contribution discusses “memory in action” and examines ways of approaching memory as social practice. It starts off with a critical evaluation of the “lieux de mémoire” which has been accumulated as a notion and as title of publications in the humanities over the last three decades. Compared with the multitude of “realms of memory” (which Pierre Nora himself, initiator of this big enterprise in 1984, considers as reversal of the initial aims), the practices of memory in Roman culture raise three fundamental problems: the frame of the memory, the question of a “politics of memory”, and the relation between historiography and memory. Maurice Halbwachs – too often ignored in the recent research on memory – laid the foundations with his studies on collective memory and especially on the opposition of history and memory. Since the 1980’s he has been rediscovered by American and German studies: Patrick Hutton proposed a more precise definition of his slightly inconsistent notion of tradition with the contrasting concepts of recollection and repetition. Jan and Aleida Assmann developed a concept of cultural memory in opposition to the communicational memory based on Halbwach’s reflexions. However, this dichotomous approach to analyse the performative practices of memory in Roman culture proves inadequate to explain the “memory in action”, which can be found, for example, in the continual actualisation of the exemplary “great men”: in today’s studies on the practices of memory in ancient societies, the challenge is to go beyond the division of the communica­tional and cultural realms of memory, in order to investigate the place and the processes of the permanent (re‑)construction of a foundational memory in the everyday life of social practices.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis les années 1980, nous assistons à ce que l’on pourrait appeler un « tournant mémoriel » dans les sciences humaines. Après tous les tournants dont on nous a parlé depuis l’ère du post-structuralisme – au linguistic turn ont succédé l’iconic turn, le translational turn ou encore le performative turn1 –, nous pouvons constater que le mnemonic turn se révèle particulièrement fructueux dans les disciplines historiques quand il s’associe au « tournant spatial » : en témoignent les nombreux Lieux de mémoire qui ont suivi la grande entreprise de Pierre Nora lancée au début des années 19802 : des « Lieux de mémoire » ont été publiés pour l’Allemagne, pour l’Italie, pour l’Espagne, pour la Russie, pour les pays de l’Europe de l’Est3, ou bien pour une hypothétique « mémoire européenne »4. Même de petits pays comme le Luxembourg ou la Suisse disposent de leurs « Erinnerungsorte » que, d’ailleurs, leurs auteurs n’évoquent pas toujours sans ironie : le livre sur les lieux de mémoire suisse...

Auteur

Université de Berne, Institut d’Histoire, Center for Global Studies, Cultures antiques et construction d’Antiquités

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540