Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’éthique du stoïcien Hiéroclès

 | 
Jean-Baptiste Gourinat

Introduction

Thomas Bénatouïl

Texte intégral

  • 1 Elles furent organisées par Thomas Bénatouïl, Valéry Laurand et Pierre-Marie Morel, avec le soutien (...)

1Les articles qui suivent, dont on trouvera des résumés en français et en anglais à la fin de ce volume, composent un commentaire presque complet des textes du stoïcien Hiéroclès que nous avons conservés. Ces articles sont tous des versions révisées de communications présentées lors des secondes « Rencontres internationales de philosophie ancienne » organisées à l’École Normale Supérieure de Lyon les 7 et 8 avril 2011 et qui consis­taient, conformément au principe de ces rencontres, en un atelier de lecture suivie de textes d’un même auteur1. Toutes les communications ayant abouti à des résultats nouveaux et fait l’objet de discussions très riches, et Hiéroclès demeurant un auteur méconnu, il a semblé que leur publication serait utile, et Jean-Baptiste Gourinat a proposé à la revue Philosophie antique d’en faire un numéro hors-série et s’est généreusement occupé de l’édition de l’ensemble du volume avec Estelle Carciofi et Juliette Lemaire, qui doivent être également remerciées.

2Cette introduction a simplement pour but d’indiquer quelques points saillants, lignes directrices ou enjeux des articles qui suivent. « J’estime toutefois », pour parler comme Hiéroclès au début des Élements d’éthique (col. I, 2-4), « qu’il n’est pas plus mal de commencer plus haut en réfléchis­sant à ce qu’a été la génération » de cet auteur qu’est Hiéroclès. Je ne veux pas parler de l’époque impériale où il a probablement vécu, mais bien de sa découverte philologique. Hiéroclès est un auteur antique très jeune, puisqu’il est né en 1901. Tout commence en effet avec l’ouvrage de Karl Praechter, Hierokles der Stoiker. Auparavant, n’existait que Hiéroclès d’Alexandrie, disciple de Plutarque d’Athènes et auteur d’un commentaire sur les Vers dorés, d’un traité sur la providence, de traités éthiques dont une dizaine de longs fragments est citée par Stobée, et d’un traité mentionné plusieurs fois par la Souda. Praechter a montré que les fragments de Stobée étaient très proches de ce que l’on trouve chez Musonius Rufus, Épictète, Sénèque ou Dion Chrysostome, et devaient donc en réalité être attribués au Hierocles stoicus, vir sanctus et gravis dont une attaque contre l’épicurisme était souvent citée par le platonicien Taurus selon Aulu-Gelle :

  • 2 Aulu-Gelle, Nuits attiques IX, 5, 8 : Taurus autem noster, quotiens facta mentio Epicuri erat, in o (...)

Le plaisir est la fin ultime : doctrine de prostituée.
Il n’y a pas de providence : pas même une doctrine de prostituée2.

  • 3 Voir Stobée, Eclog. I, 3, 53-54 (p. 63, 6–64, 14 W.) et II, 9, 7 (p. 181, 8–182, 30 W.), passages n (...)
  • 4 On retrouve ce thème et la même violence dans les textes polémiques d’Épictète contre les épicurien (...)

3Praechter n’établit pas de liens entre cette épigramme polémique et les fragments de Stobée, mais on pourrait s’y essayer. Contrairement aux apparences, cette chrie n’est que modérément insultante pour les prostituées : Hiéroclès se met pour ainsi dire à leur place, comme s’il appliquait la méthode analysée par David Konstan dans son article ci-dessous, et restitue la logique de leur travail consistant à faire plaisir, puis remarque implicitement qu’elle(s) n’exclu(en)t pas une reconnaissance à l’égard des bienfaits des dieux envers les hommes. Les épicuriens en revanche voient leur principale thèse éthique réduite à une réclame de maison close (au lieu de l’habituelle porcherie) et se trouvent de facto exclus de la communauté éthique humaine dirigée par les dieux. Comme le souligne l’article de M. Boeri, les dieux ne constituent pas seulement chez Hiéroclès un destinataire et une norme parmi d’autres de la conduite humaine (à côté de la patrie ou des parents), mais les destinataires les plus importants en tant que sources de tous les biens et paradigmes de toute vertu, au point que les destinataires de second rang sont appelés des « seconds dieux » par Hiéroclès3. Les épicuriens sont également des enfants de Zeus, comme tous les hommes, mais des enfants inconscients et donc indignes4.

  • 5 La Souda cite cinq fois un Hiéroclès comme ayant utilisé tel ou tel mot, et donne à deux reprises d (...)
  • 6 Ils sont édités dans l’ouvrage, qui constituent ainsi un recueil de tous les fragments de Hiéroclès (...)

4Mais revenons à la gestation de Hiéroclès. En identifiant le Hiéroclès stoïcien auteur de cette chrie antiépicurienne et l’auteur des fragments cités par Stobée ainsi que de l’ouvrage sur les philosophes cité par la Souda5, Praechter a mérité le titre de père de notre Hiéroclès. Mais, la naissance proprement dite n’eut lieu qu’en 1906 avec l’édition par von Arnim et Schubart d’un papyrus acquis en 1901 au Caire, daté de la fin du deuxième siècle et contenant la retranscription du début des Éléments d’éthique d’un Hiéroclès. Démontrant facilement le contenu stoïcien de ce traité, Von Arnim identifia son auteur à celui des fragments de Stobée6 sur la base de rapprochements stylistiques, et à la suite de Praechter, au Hiéroclès stoïcien cité par Calvenus Taurus.

  • 7 Bastianini-Long 1992a, p. 284 sur le PVars. 5 [4].

5L’œuvre de Hiéroclès repose donc sur des hypothèses et une construc­tion savante qui, pour être très probables, ne sont pas pour autant certaines et indiscutables. Hiéroclès est en effet un nom assez courant et il pourrait y avoir eu d’autres Hiéroclès philosophes que celui que connaissait Taurus et le néoplatonicien d’Alexandrie. Outre le Hiéroclès cité par la Souda, qui pourrait ne pas être le stoïcien, un Hiéroclès de Hyllarima en Carie, boxeur devenu philosophe, est mentionné par Stéphane de Byzance. Praechter 1901, p. 107 estime qu’il est possible qu’il s’agisse du Hiéroclès stoïcien. On doit également mentionner un papyrus conservé à Varsovie qui répertorie neuf rouleaux d’un Hiéroclès au milieu d’une liste d’autres auteurs, dont plusieurs sont stoïciens7.

  • 8 Voir par exemple Isnardi Parente 1989 et Bastianini-Long 1992a, p. 284-286.

6Bien plus, même si l’on admet la construction de Praechter et Arnim, se posent encore les problèmes de la structure de l’œuvre. Est-ce que le papy­rus et les fragments de Stobée appartenaient à un même traité, le premier en constituant l’introduction, comme le pensait Arnim 1906, p. xi ? Il semble que la majorité des savants refuse aujourd’hui cette hypothèse, à cause de la taille probable du papyrus complet et admette l’existence d’au moins deux traités indépendants8. Vu la liaison explicite entre bon nombre des frag­ments cités par Stobée, il est en effet possible que la majorité d’entre eux constitue des chapitres d’un même traité, comme le pensait Praechter 1901, p. 7 ou encore aujourd’hui Ilaria Ramelli 2009, qui parle (à la suite de Arnim 1906) d’un Peri kathekontos ; mais ce titre n’est attesté par aucun témoignage, et Stobée pourrait avoir eu entre les mains plusieurs traités.

  • 9 Il faut mentionner Isnardi Parente 1989 et, surtout, Bastianini & Long 1992a, qui ont fourni l’édit (...)
  • 10 Sur la structure d’ensemble du traité, voir aussi l’article de Christopher Gill.

7Or ces questions philologiques ont des enjeux philosophiques impor­tants, parce que l’œuvre de Hiéroclès reconstruite par Arnim, Praechter et leurs successeurs9 incarne pour ainsi dire certains problèmes classiques de l’éthique stoïcienne, si bien que les questions sur son unité ou sa structure sont aussi des questions sur l’articulation et l’évolution de la doctrine stoïcienne à l’époque impériale. La distinction entre les Éléments d’éthique et les fragments de Stobée pose en particulier le problème du rapport entre la doctrine de l’oikeiosis et celle des kathekonta, comme le souligne I. Ramelli dans son article : nos derniers fragments lisibles des Éléments d’éthique évoquent ce que l’on appelle l’oikeiosis sociale, c’est-à-dire l’affinité naturelle et spontanée entre les hommes, et suggèrent donc une possible continuité avec les fragments de Stobée, qui examinent l’attitude que nous devons adopter à l’égard des autres hommes en fonction de leurs relations à nous (parents, frères et sœurs, concitoyens, épouse). Si l’on admet avec Jean-Baptiste Gourinat que les Éléments d’éthique sont sans doute une présentation ordonnée de l’éthique depuis ses premiers fondements10, se pose la question de savoir quel était le terme de cet exposé : était-ce juste­ment la définition du telos de la vie humaine ? Ou bien se poursuivait-il jusqu’à l’analyse des différents kathekonta en fonction de leurs destina­taires ? Nous ne le savons pas.

8De ce fait, l’un des principaux apports des articles qui suivent est de mettre en évidence les points communs entre les Éléments d’éthique et les fragments de Stobée. On peut en mentionner quelques-uns :

  • J’ai déjà souligné la référence centrale aux dieux pour hiérarchiser les kathekonta dans les fragments de Stobée. Il faut y ajouter un second fon­dement de l’éthique très souvent invoqué dans le papyrus comme chez Stobée : la nature humaine, souvent comparée à la nature animale.
  • On trouve régulièrement dans les analyses de Hiéroclès l’idée que le point de vue ou le critère légitime et ultime d’appréciation des conduites est celui du tout développé et organisé, qui détermine la fonction de ses parties, même s’il n’a pas d’indépendance par rapport aux parties qui le constituent. Ce schème, que l’on pourrait dire holiste voire structuraliste, est mis en évidence par Christopher Gill à propos des Éléments d’éthique, et analysé de près par Christelle Veillard, en particulier à propos du rapport du citoyen à sa patrie, pour les extraits de Stobée. Elle montre également ses fondements dans la doctrine stoïcienne telle qu’exposée par les successeurs de Chrysippe ou par Épictète.
  • Hiéroclès est sensible aux différents niveaux d’expression d’un même phénomène. Francesca Alesse parle ainsi à propos de la distinction de plu­sieurs types d’oikeiosis à la fin du papyrus d’une théorie (volontairement) complexe. De manière similaire, il y a plusieurs instances dont il faut faire « bon usage » dans les fragments de Stobée. Hiéroclès ne cherche pas à dissimuler ou dépasser cette pluralité, il l’établit dans sa complexité11, mais cherche également à l’articuler en la parcourant. Se pose dès lors la question de l’unité à laquelle il aboutit. Francesca Alesse estime qu’il existe plusieurs modalités d’oikeiosis irréductibles au développement d’une même faculté animale. David Konstan juge qu’il existe des tensions fortes entre les diffé­rentes « relations » familiales examinées dans les fragments de Stobée. Christelle Veillard souligne plutôt l’unification pratique de ces relations par aller-retour, suivant le fameux modèle dynamique des cercles concen­triques, et parle même d’un « système double de déduction des devoirs ».

9Ces points communs méthodologiques ou conceptuels entre les Élé­ments d’éthique et les textes cités par Stobée permettent-ils de mieux com­prendre l’articulation établie par les stoïciens entre oikeiosis individuelle et oikeiosis sociale ou d’établir des liens clairs et précis entre la doctrine de l’oikeiosis et celle des kathekonta ou l’unité de cette dernière ? Cela n’est pas certain, car bien des problèmes demeurent, que les articles de ce volume explorent chacun à leur manière et qui doivent être présentés brièvement.

  • 12 Pour une analyse de la situation, de l’articulation et des thèmes des fragments de Stobée, voir l’i (...)
  • 13 Sur ces traités relatifs à « l’usage » d’autrui et leur lien avec les kathekonta, je me permets de (...)
  • 14 Voir le début de l’article d’Ilaria Ramelli.

10Il est assurément question des kathekonta dans une bonne partie des fragments de Stobée, par exemple honorer ses parents, et le terme lui-même s’y trouve plusieurs fois. Mais l’unification de tous les fragments sous ce chapeau est sans doute excessive12. Les fragments sur les dieux ne s’en tien­nent pas à expliquer la manière convenable d’agir à l’égard des dieux, comme le montre Marcelo Boeri, et débordent donc le cadre strict d’un Peri kathekonton. En outre, même si plusieurs fragments semblent explici­tement liés entre eux, les titres donnés par Stobée ne sont pas nécessaire­ment des titres de chapitres, puisque la formule « de quelle manière en user avec… » (τίνα τρόπον…χρηστέον) les rapproche de titres de traités attestés pour d’autres stoïciens, d’après le papyrus PMilVogliano 11 : Chrysippe a écrit un ouvrage intitulé Sur les rapports (χρήσεως) avec [ses] parents et Antipater un traité sur la conduite à tenir avec les esclaves et autres servi­teurs13. Il est probable que les textes de Hiéroclès lus par Stobée aient été du même type. Les derniers fragments sur la vie conjugale et l’économie do­mestique sont quant à eux cités sous les titres Sur le mariage et Économique, qui sont bien attestés par ailleurs, y compris chez un stoïcien comme Anti­pater, et qui pourraient donc appartenir à des traités distincts14. Il ne faut ainsi pas trop vite réduire les fragments de Stobée à la théorie des kathekonta.

  • 15 Voir Plutarque, Stoic. Repugn. 12, 1038 B (SVF II, 124 ou III, 179).
  • 16 Comm. an. Tht. V, 18 (LS 57H). Voir aussi Porphyre, De abst. III, 26, 9, qui emploie l’expression π (...)
  • 17 Sur les différentes formes d’oikeiosis répertoriées dans ces deux textes, voir la section IV de l’a (...)
  • 18 Le fait que la colonne IX (après la dixième ligne) et les suivantes soient très mutilées nous prive (...)
  • 19 On la trouve également chez Épictète, Diss. III, 24, 11.
  • 20 Voir en particulier les articles de Jean-Baptiste Gourinat, Christelle Veillard et Ilaria Ramelli.
  • 21 Lors des discussions à l’ENS Lyon en avril 2011, avait été souligné par divers intervenants qu’oike (...)

11En outre, il n’est pas évident qu’il soit question dans ces fragments d’oikeiosis. La question des rapports entre les différentes formes d’oikeiosis dans le stoïcisme et chez Hiéroclès est abordée principalement dans l’article de Francesca Alesse. Soulignons juste ici que le terme oikeiosis n’apparaît pas dans les extraits de Stobée et que ce que certains commentateurs appel­lent l’oikeiosis sociale n’est pas une doctrine si bien définie et attestée que cela. Les témoignages concernant le premier stoïcisme évoquent seulement l’existence d’une oikeiosis, c’est-à-dire d’une affinité immédiate des ani­maux, à l’égard d’eux-mêmes et des parties de leur corps (dès la naissance) ou à l’égard de leur progéniture (dès sa naissance)15. Dans la plupart de ces témoignages, notre proximité avec nos congénères est bien naturelle mais découle de l’oikeiosis envers nos enfants (Cicéron, Fin. III, 63). La notion d’une oikeiosis liant les hommes entre eux n’apparaît nettement que dans le Commentaire anonyme du Théétète16 et peut-être à la fin des Éléments d’éthique17, car Hiéroclès parle encore seulement de la famille dans la co­lonne IX, mais semble étendre l’oikeiosis aux relations à tous les hommes dans la colonne XI18. Se pourrait-il qu’il s’agisse d’une originalité, d’une innovation de Hiéroclès ou du stoïcisme impérial19, qui aurait attribué à la nature humaine dans son état natif la sociabilité que les stoïciens antérieurs présentaient comme seconde plutôt que spontanée, voire comme cons­truite par la raison ? Cette perspective rationaliste est d’ailleurs bien pré­sente chez Hiéroclès : dans l’analogie des cercles, comme le souligne Christelle Veillard, il est question d’un effort rationnel pour élargir nos relations héritées, ce qui ne correspond pas à l’oikeiosis au sens strict. Cet exemple important montre l’intérêt d’une comparaison systématique du vocabulaire de Hiéroclès avec celui des stoïciens hellénistiques20, mais aussi entre le papyrus et les extraits de Stobée21.

12L’hypothèse d’une évolution de la doctrine de l’oikeiosis ouvre à un autre problème central de ce volume : Hiéroclès est-il « orthodoxe », comme on dit improprement, sachant la plasticité de la tradition et de la doctrine stoïciennes elles-mêmes, ou innove-t-il par rapport à Chrysippe ? Est-il en accord total ou se distingue-t-il par rapport à d’autres stoïciens (postérieurs à Chrysippe) comme Antipater, Panétius, Musonius, Sénèque ou Épictète ? Certains des articles qui suivent, en particulier celui de J.‑B. Gourinat sur le début des Éléments, insistent sur l’orthodoxie de Hiéroclès, dont les arguments et le vocabulaire sont souvent attestés dans des témoignages sur le stoïcisme antérieur. Marcelo Boeri aboutit à la même conclusion à propos des premiers fragments sur les dieux, mais doit reconnaître que d’autres aspects, en particulier la fin du dernier fragment sur la hule comme dernière cause des maux, posent problème du point de vue de la cosmologie stoïcienne. Que faire face à ce passage ? Rejeter les fragments sur les dieux du corpus du stoïcien Hiéroclès pour les attribuer au néoplatonicien Hiéroclès d’Alexandrie, comme l’a suggéré Anthony Long (1996) ? Cette solution est peu plausible car les fragments sur les dieux sont explicitement liés aux autres par le titre du traité et par l’intermédiaire du début des fragments sur la patrie. Il faut probablement se résoudre à admettre que Hiéroclès est influencé par des tentatives de rapprochement entre le Timée et la cosmologie stoïcienne, et envisage de ce fait une solution au problème du mal qui n’est pas en accord avec la doctrine de Chrysippe : le fait qu’il cite explicitement un argument de Platon et en utilise probablement d’autres de manière implicite, comme le montre Marcelo Boeri, suggère qu’il était sensible à cette stratégie qui s’est bien sûr particulièrement illustrée chez Panétius et Posidonius. D’autres articles, en particulier ceux de Francesca Alesse et Ilaria Ramelli, aperçoivent plusieurs spécificités de Hiéroclès qui le distinguent des premiers stoïciens (par exemple à propos de la valeur morale du mariage).

  • 22 Voir surtout celui de Jean-Baptiste Gourinat.

13Ce problème de l’évolution est très difficile à résoudre, vu l’hétérogénéité entre les textes des premiers stoïciens dont nous disposons, à savoir des fragments et résumés, et les traités entiers que nous avons pour certains stoïciens impériaux. Hiéroclès est dans une situation intermédiaire, puisque nous avons de larges extraits d’au moins deux traités, mais ils ne sont pas complets, si bien que les passages qui nous semblent hétérodoxes (par exemple platonisants) pourraient avoir été contre-balancés par d’autres, comme cela arrive par exemple chez Marc Aurèle. Le problème n’est en outre pas seulement lié à la quantité de textes disponibles, mais aussi au genre des textes conservés. Les traités parénétiques, thérapeutiques ou protreptiques se prêtent beaucoup plus à la variatio conceptuelle ou argumentative que les exposés doctrinaux systématiques. Si nous avions conservé les explications de textes chrysippéens d’Épictète ou la partie thé­rapeutique du traité Sur les passions de Chrysippe, la distance entre le stoïcisme impérial et Chrysippe nous semblerait certainement bien moindre. Cette question des genres est pertinente également concernant Hiéroclès. Plusieurs articles de ce volume22 soulignent contre des interprétations antérieures (en particulier celle de Long et Bastiani 1992a, p. 282-283) que les Éléments d’éthique ne sont pas un ouvrage destiné à rendre le stoïcisme accessible à un large public, ni même une introduction ou un manuel pour débutants : il s’agit d’un manuel mais pour des élèves avancés, capables de suivre des exposés assez techniques dans leur vocabulaire. Qu’en est-il pour les traités cités par Stobée ? À qui Hiéroclès s’adresse-t-il dans ces textes ? Il semble s’adresser à tous les hommes, comme le souligne Ilaria Ramelli à la fin de son article. Hiéroclès dit lui-même qu’il a traité dans un Peri oikon de la préférabilité du mariage pour le sage, ce qui ajoute un titre à la liste des œuvres de Hiéroclès et pourrait suggérer qu’il pose un problème différent dans le traité Sur le mariage dont viennent les extraits de Stobée. On pourrait également mentionner les Philosophoumena cités par la Souda, qui semblent avoir évoqué la vie familiale des philosophes (et non des sages). Il y a assurément une mise à distance du modèle du sage dans le stoïcisme impérial, mais elle semble moins impliquer une évolution des prescriptions éthiques que résulter de précautions pédagogiques, déjà attestées chez Panétius :

  • 23 Sénèque, Ep. 116, 5-6 = Panétius, fr. 82 Alesse/114 Van Straaten (traduction de H. Noblot) : Elegan (...)

Je trouve bien fine la réplique de Panétius à un tout jeune homme désireux de savoir si l’amour sera le fait du sage. « Pour le sage, lui dit-il, c’est à voir. Pour toi et pour moi, qui sommes encore loin de l’état de sagesse, gardons-nous bien de tomber à la merci d’une passion orageuse, emportée, esclave d’autrui, vile à ses propres yeux… »23.

14Dans les fragments cités par Stobée, Hiéroclès se préoccupe assurément de « toi et moi », de la vie quotidienne de ses contemporains plutôt que du sage, de même que les exemples de la vie courante s’ajoutent souvent aux observations des animaux dans le papyrus, mais ce n’est absolument pas pour vulgariser ou proposer une philosophie et une morale simplifiées ou moins exigeantes. Hiéroclès est stoïcien au même titre qu’Épictète ou Chrysippe et mérite d’être systématiquement étudié à la fois pour lui-même et pour reconstruire le stoïcisme.

Bibliographie

Arnim, H. von 1906 : « Hierocles, Ethische Elementarlehre (Papyrus 9780), nebst den bei Stobäus erhaltenen ethischen Exzerpten aus Hierokles », unter mitwirkung von W. Schubart, bearb. von H. von Arnim, Berliner Klassikertexte, Heft IV, Berlin, 1906.

Bastianini, G. & Long, A. 1992a : « Hierocles, Elementa Moralia », dans G. Bastianini & A. Long (éd.), Corpus dei papiri filosofici greci e latini. Testi e lessico nei papiri di cultura greca e latina, I, vol. 1**, Florence, 1992, p. 268-451.

Bastianini, G. & Long, A. 1992b : « Dopolo la nuova edizione degli Elementi di Etica di Ierocle Stoico (PBerol 9780v) », dans Studi su codici e papiri filosofici. Platone, Aristotele Ierocle, Florence, 1992, p. 221-249.

Bénatouïl, T. 2006 : Faire usage : la pratique du stoïcisme, Paris, 2006 (Histoire des doctrines de l’Antiquité classique, 35).

Delle Donne, V. 1987/1988 : « Per una nuova edizione dei Principi di etica di Ierocle Stoico (P. Berol. 9780) », Annali dell’Istituto Italiano per gli Studi Storici, 10, 1987/1988, p. 113-144.

Delle Donne, V. 1995 : « Sulla nuova edizione della ᾽Ἡθικὴ στοιχείωσις di Ierocle Stoico », Studi Italiani di Filologia Classica, n. s. 13 (1995), p. 29-99.

Goulet, R. 2000 : Dictionnaire des philosophes antiques III. D’Eccelos à Juvénal, sous la direction de R. Goulet, Paris, 2000.

Isnardi Parente, M. 1989 : « Ierocle stoico. Oikeiosis e doveri sociali », dans W. Haase (éd.), Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, Teil II : Principat, Band 36, Berlin/New York, 1989, p. 2201-2226.

Long, A. 1996 : « Notes on Hierocles Stoicus apud Stobaeum », dans M.S. Funghi (éd.), Le vie della ricerca. Studi in honore di Francesco Adorno, Florence, 1996, p. 299-309.

LS : A. Long & D. Sedley, The Hellenistic Philosophers, Cambridge, 1987 (2 vols), traduction française de J. Brunschwig et P. Pellegrin, Les philosophes hellénistiques, Paris, 1987 (GF 641/642/643).

Praechter, K. 1901 : Hierokles der Stoiker, Leipzig, 1901, repris dans K. Praechter, Kleine Schriften, herausgegeben von H. Dörrie, Hildesheim, 1973, p. 310-474.

Ramelli, I. 2009 : Hierocles the Stoic, Elements of Ethics, Fragments and Excerpts, by I. Ramelli transl. by D. Konstan, Atlanta, 2009 (Writings from the Graeco-Roman World, 28).

Notes

1 Elles furent organisées par Thomas Bénatouïl, Valéry Laurand et Pierre-Marie Morel, avec le soutien de l’ENS Lyon (UMR 5037 CERPHI), de l’Université Nancy 2 (UMR 7117 LHSP-Archives Henri Poincaré), de l’Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne et de l’Institut Universitaire de France, et avec l’aide précieuse de Marie-Noëlle Ribas. Ont également participé aux discussions de cet atelier de lecture de Hiéroclès Carlos Lévy, Stéphane Marchand, Vladimir Mikeš et Andrea Piatesi.

2 Aulu-Gelle, Nuits attiques IX, 5, 8 : Taurus autem noster, quotiens facta mentio Epicuri erat, in ore atque in lingua habebat uerba haec Hieroclis Stoici, uiri sancti et grauis : ᾽Ηδονὴ τέλος, πόρνης δόγμα· οὐκ ἔστιν πρόνοια, οὐδὲ πόρνης δόγμα. Estimant que ce témoignage montre que Taurus avait rencontré Hiéroclès, Praechter 1901, p. 106 (suivi par Arnim) situe Hiéroclès dans la première moitié du deuxième siècle : il aurait donc été actif sous le règne d’Hadrien et contemporain d’Épictète. Mais la formule d’Aulu-Gelle ne garantit pas que Taurus connaissait Hiéroclès (voir l’état de la question de Ramelli 2009, p. xxiv) et il pourrait avoir vécu plus tôt.

3 Voir Stobée, Eclog. I, 3, 53-54 (p. 63, 6–64, 14 W.) et II, 9, 7 (p. 181, 8–182, 30 W.), passages nommés T1a et T4a et analysés de près dans l’article de Christelle Veillard.

4 On retrouve ce thème et la même violence dans les textes polémiques d’Épictète contre les épicuriens (et les académiciens) : voir en particulier Entretiens II, 20 et II, 23, 20-22.

5 La Souda cite cinq fois un Hiéroclès comme ayant utilisé tel ou tel mot, et donne à deux reprises des précisions sur leur origine, à savoir le titre Philosophiques (Φιλοσοφούμενα). Dans le premier cas, on a même une citation : « Dans le livre deux des Philosophiques, il dit à propos des philosophes : ‘‘Lequel d’entre eux, en effet, ne s’est pas marié et n’a pas élevé des enfants et géré ses biens pourvu que rien ne l’en empêche.’’ ». Le fait que la vie familiale soit ici considérée comme normale pour un philosophe a légitimement conduit Praechter 1901, p. 5 à identifier l’auteur cité par la Souda au Hiéroclès stoïcien, dont Stobée cite longuement un traité Sur le mariage. Notons juste qu’il s’agit clairement de deux ouvrages différents, puisque les Philosophiques semble avoir porté sur l’activité philosophique, peut-être abordée à travers son histoire. Le second passage mentionné par la Souda, tiré du premier livre, concerne en effet « les chaises et lieux où l’on avait l’habitude de se réunir pour philosopher [qui] s’appelaient λέσχαι ». Les trois autres références de la Souda à Hiéroclès le nomme juste comme source de l’usage d’un mot dans un certain sens, sans précision sur le contexte. Sur ces passages de la Souda, voir Praechter 1901, p. 4-7 et l’édition qu’en donne Arnim 1906 à la suite du papyrus et des fragments de Stobée, qui est reproduite avec une traduction anglaise dans Ramelli 2009, p. 138-139.

6 Ils sont édités dans l’ouvrage, qui constituent ainsi un recueil de tous les fragments de Hiéroclès : voir Arnim 1906, p. 48-63.

7 Bastianini-Long 1992a, p. 284 sur le PVars. 5 [4].

8 Voir par exemple Isnardi Parente 1989 et Bastianini-Long 1992a, p. 284-286.

9 Il faut mentionner Isnardi Parente 1989 et, surtout, Bastianini & Long 1992a, qui ont fourni l’édition de référence du papyrus des Éléments d’éthique, ainsi qu’une traduction italienne et un commentaire approfondi. Pour les problèmes d’édition du papyrus, voir aussi Delle Donne 1987/1988 (en fait paru en 1991), Bastianini & Long 1992b et Delle Donne 1995. Pour une bibliographie complète et récente et un état des lieux des études sur Hiéroclès, voir l’introduction de Ramelli 2009, p. xix-xxvi, ouvrage qui propose une traduction anglaise (par David Konstan) du papyrus (dans l’édition de Bastianini et Long) et des fragments de Stobée (dans l’édition d’Arnim) ainsi qu’un commentaire. Voir aussi les articles sur les différents Hiéroclès du Dictionnaire des philosophes antiques, tome III (Goulet 2000), tous rédigés par Richard Goulet sauf celui sur le néoplatonicien, écrit par Ilsetraut Hadot.

10 Sur la structure d’ensemble du traité, voir aussi l’article de Christopher Gill.

11 Une similarité, peut-être superficielle, le montre bien : Hiéroclès remarque, si l’on admet la restitution de Long et Bastianini d’un passage très corrompu, que « l’oikeiosis est en effet appelée de plusieurs noms » (IX, 4-5). On retrouve cela à propos des kathekonta, qui sont tirés du nom de leur destinataire, Hiéroclès faisant sur ce point écho à Épictète (Diss. II, 10), comme le note bien Christelle Veillard dans son article. On a peut-être une sorte de schème linguistique ou, comme le dit C. Veillard, « nominal » d’analyse de la pluralité de nos engagements naturels et sociaux.

12 Pour une analyse de la situation, de l’articulation et des thèmes des fragments de Stobée, voir l’introduction de l’article de Christelle Veillard.

13 Sur ces traités relatifs à « l’usage » d’autrui et leur lien avec les kathekonta, je me permets de renvoyer à Bénatouïl 2006, p. 270-273.

14 Voir le début de l’article d’Ilaria Ramelli.

15 Voir Plutarque, Stoic. Repugn. 12, 1038 B (SVF II, 124 ou III, 179).

16 Comm. an. Tht. V, 18 (LS 57H). Voir aussi Porphyre, De abst. III, 26, 9, qui emploie l’expression πρὸς ἀνθρώπους οἰκειώσις.

17 Sur les différentes formes d’oikeiosis répertoriées dans ces deux textes, voir la section IV de l’article de Franscesca Alesse.

18 Le fait que la colonne IX (après la dixième ligne) et les suivantes soient très mutilées nous prive de l’analyse de la relation entre oikeiosis à soi-même et oikeiosis aux autres hommes, qui aurait été cruciale à la fois pour l’articulation avec les fragments de Stobée et pour la compréhension de l’éthique stoïcienne.

19 On la trouve également chez Épictète, Diss. III, 24, 11.

20 Voir en particulier les articles de Jean-Baptiste Gourinat, Christelle Veillard et Ilaria Ramelli.

21 Lors des discussions à l’ENS Lyon en avril 2011, avait été souligné par divers intervenants qu’oikeiosis n’est pas commun (au papyrus et aux extraits de Stobée), mais que philia et philauthia, hairesis ou ekloge le sont.

22 Voir surtout celui de Jean-Baptiste Gourinat.

23 Sénèque, Ep. 116, 5-6 = Panétius, fr. 82 Alesse/114 Van Straaten (traduction de H. Noblot) : Eleganter mihi videtur Panaetius respondisse adulescentulo cuidam quaerenti, an sapiens amaturus esset : « De sapiente, inquit, videbimus ; mihi et tibi, qui adhuc a sapiente longe absumus, non est committendum ut incidamus in rem commotam, inpotentem, alteri emancupatam, vilem sibi…».

Auteur

Université Lille 3. UMR 8163 – STL – Savoirs Textes Langages

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site