Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Conclusion

Texte intégral

1Pendant les Trente Glorieuses, l’arrivée au musée de publics de plus en plus nombreux et diversifiés au Louvre et au British Museum modifie le travail mais très peu l’emploi. Les mondes du travail en charge de l’exécution du service au public des musées sont particulièrement clivés professionnellement sur des critères d’oppositions de missions. L’irruption du public est ancienne au musée, mais sa massification à partir de 1946 pose une question nouvelle de redéfinition des missions et de réorganisation de l’emploi. Pour réfléchir au problème et apporter des solutions, deux groupes socioprofessionnels s’opposent ou s’ignorent, aux extrémités de la chaîne hiérarchique et sociale : gardiens et conservateurs. Ainsi, l’introduction du public dans le travail des agents des musées construit l’organisation du travail de ces deux institutions par l’appropriation qu’en ont les conservateurs et les gardiens.

2Accueillir un public nombreux au sein des musées participe des enjeux démocratiques et se trouve au cœur du travail normatif, prescriptif et matériel des administrations des deux pays. Mais ces derniers n’ont pas la même conception du public du musée. Alors que la Grande-Bretagne privilégie la mission éducative, la France a une orientation plus patrimoniale. Ce pays est donc le théâtre d’un conflit particulièrement vif entre servir l’art et servir le public. Il correspond en grande partie aux oppositions entre les personnels occupant respectivement les emplois entre le haut et le bas de la hiérarchie administrative. Au sein du Louvre et du British Museum, l’échelonnement administratif et pyramidal des fonctions reproduit les hiérarchies entre le haut et le bas de l’échelle sociale. Les deux musées connaissent des luttes de classement et de valeurs qui cimentent ces institutions. La singularité française entre 1946 et 1981, qu’on pourrait croire essentiellement liée au statut général des fonctionnaires, se situe ailleurs que dans l’emploi. Elle réside dans les ressources individuelles des groupes pour intégrer le public en fonction de leurs intérêts professionnels.

Le public, résultat d’une lutte entre groupes professionnels

3Par rapport à une partie de la littérature en sociologie, pour laquelle la division du public résulte de l’application de règles de l’administration issues de son pouvoir discrétionnaire, notre livre montre que les opérations de division des visiteurs sont aussi le résultat de luttes entre groupes professionnels et de rapport de genre dans la relation ou la non relation avec le public. Alors que la notion de service public a été construite par les juristes à la fin du xixe notamment comme une alternative à la lutte des classes, le pouvoir d’expression sur les conditions d’accueil du public est inégalement réparti entre conservateurs et gardiens. Il existe peu de choses en commun entre, d’une part, les conservateurs et leurs associations qui structurent la profession dans les deux pays et ont le monopole de la réflexion sur les publics et, d’autre part, les gardiens de musées et leurs syndicats, pour lesquels les réorganisations qu’implique la hausse quantitative des publics ne sont pas discutées.

4Quoi de commun entre, d’un côté, des gardiens du British Museum ou du Louvre, anciens militaires, qui ont l’interdiction de s’adresser aux publics et doivent respectueusement saluer le conservateur lorsqu’il s’aventure dans les galeries et, de l’autre, des conservateurs, issus de l’École du Louvre, de Cambridge ou de l’Institut Courtauld de l’université de Londres, chargés de l’examen scientifique des collections ? Les uns et les autres n’ont pas la même représentation des publics ni la même conception des finalités de l’action des musées.

5Les différences entre les deux pays sont à rechercher du côté des groupes professionnels. La spécificité d’abord des conservateurs du Louvre apparaît particulièrement marquée par rapport à ceux du British Museum. Le souci du public constitue au Louvre un discours sur lequel les conservateurs d’État s’opposent aux conservateurs territoriaux pour défendre la position de la haute culture contre l’animation et la diffusion. Le public idéal des conservateurs que nous livrent les nécrologies publiées dans la revue des conservateurs est un public spécialisé et éclairé. Le rôle des Amis du Louvre permet de même à un public éclairé de bénéficier de coupe-file moyennant finances. Les fonctions que les tutelles les engagent de plus en plus à assumer (animation, direction des personnels) sont tues, comme l’attention à la commodité des visiteurs et la disponibilité à leur égard.

  • 1 S. Nenadic, « Historiens et patrimoine en Grande-Bretagne », Le Mouvement social, n° 200, 3, 2002, (...)

6Au British Museum, la formation en muséologie n’est pas une condition nécessaire, et les candidats nommés peuvent acquérir une expertise dans le domaine des collections grâce à leur expérience. Les conservateurs professionnels experts du patrimoine – archéologues, historiens de l’architecture – ont ainsi une culture professionnelle différente des historiens universitaires. La formation des conservateurs du patrimoine experts, centré sur la culture matérielle, a moins d’attrait que le cursus des historiens où l’étude se concentre sur l’écrit, les historiens universitaires ne sachant pas donner aux objets le statut de sources1. Ce qui accentue les controverses entre professionnels du patrimoine et historiens universitaires, comme dans le cas de la controverse autour de la restitution des Parthenon marbles ou de celle des Bronzes du Bénin, conservés au British Museum. Alors que la solution consistant à remplacer les originaux par des copies reçoit un accueil favorable des professionnels experts du patrimoine, les historiens universitaires s’y opposent du fait que ces reproductions compromettent la perception du passé qu’en a le public.

7Au regard des gardiens du British Museum, la singularité de ceux du Louvre apparaît aussi marquée dans leur capacité de percevoir, au-delà des masses de visiteurs, des publics différenciés face à des collections, des cas plutôt que des flux. Au Louvre, les agents de surveillance et de sécurité sont regroupés dans un même corps. C’est le surveillant chef qui décide de l’affectation des gardiens et brigadiers par secteur et par poste fixe ou de roulement. Trois figures professionnelles successives apparaissent, articulées à une représentation cible de l’activité, le public, et au type de qualités requises : une reconversion professionnelle des mérites militaires dans la fonction de gardien ; surveiller les visiteurs et interdire aux guides de parler à haute voix ; faire obéir les visiteurs en évitant d’être un guide. Au British Museum, où les gardiens comme les conservateurs ne passent pas de concours mais sont, entre 1946 et 1981, assimilés à des fonctionnaires, les deux fonctions de gardiens de salle et d’agent de sécurité sont séparées. La fonction d’accueil est déléguée aux conférenciers et seule la fonction de surveillance revient aux gardiens.

  • 2 Sur le cas des PTT, cf. O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1945-197 (...)
  • 3 P. Bezès, D. Demazière (coord.), « New public management et professions dans l’État. Au-delà des op (...)

8Le ministère de la Culture, créé en France en 1959 à partir d’éléments disparates, aussi bien que le ministère des Arts britannique créé en 1964, ont donc bien du mal à contrôler et organiser des personnels peu nombreux mais sociologiquement très différents, comparativement à d’autres administrations2. Paradoxalement, alors que la notation est établie en 1946 dans la perspective de faire coopérer entre elles les classes sociales et d’homogénéiser les pratiques dans la fonction publique, elle accentue les divisions des groupes professionnels au musée. La notation n’est longtemps utilisée que dans le service où existe une direction du personnel : celui des gardiens de musée. Ce service du personnel, qui n’existe au départ que pour les effectifs les plus nombreux, est étendu à partir de la fin des années 1960 aux personnels administratifs puis scientifiques. La notation fait donc l’objet d’appropriations différenciées en fonction des groupes professionnels : revendiquée comme un droit pour lutter contre l’arbitraire par les gardiens, elle est en revanche un motif de résistance chez les conservateurs car perçue comme déshonorante, tandis que son absence pour les femmes bénévoles pénalise l’évolution professionnelle ultérieure de ces dernières. L’introduction de la notation contribue à redéfinir les hiérarchies et constitue donc un « vecteur de différenciation entre les trajectoires professionnelles au sein d’une même administration »3. Quand les conservateurs la perçoivent comme une menace pour leur autonomie, les gardiens y voient la possibilité d’acquérir une reconnaissance et de nouvelles perspectives de débouchés.

  • 4 A. Prost, « L’école et la famille dans une société en mutation (1930-1980) », in Histoire générale (...)
  • 5 A. Robert, « Syndicalisme enseignant et lutte contre l’échec scolaire : mode d’intégration d’une di (...)

9Le caractère peu visible de ces affrontements contraste avec ceux de l’Éducation nationale, d’où le ministère de la Culture est issu et à partir d’une volonté identique de « démocratisation » face à l’accroissement du nombre d’élèves. Les facultés de déplacement des enfants et des adolescents ne sont pas les mêmes, et la nécessité de compétences spécialisées pour enseigner chez les adolescents est jugée plus forte que pour enseigner à des enfants. Cela justifie en partie la distinction entre l’enseignement primaire et secondaire : dans le primaire, l’enseignement peut en effet être polyvalent (enseigner le français comme les mathématiques simples) alors que dans le secondaire, c’est la situation inverse que l’on observe et le savoir spécialisé qui domine. Cette distinction s’est cependant construite peu à peu : pendant longtemps, un primaire supérieur, donc une solution intermédiaire où les maîtres étaient spécialisés mais moins étroitement qu’au lycée, a prévalu. Les travaux d’histoire permettent de voir comment ce débat a précisément été l’objet d’un affrontement, en particulier de la Libération aux années 1970, lors des hésitations qui ont précédé la naissance du collège unique4 : la question de faire remplir par des professeurs spécialisés par matière ou au contraire par des maîtres polyvalents les enseignements au sein du collège a été essentielle. Derrière des affrontements qui apparaissent corporatifs entre le syndicat national des enseignants du second degré (Snes) et celui des instituteurs (Sni), le problème du remplacement des professeurs spécialisés par discipline, des inégalités d’accueil des élèves et de conditions de travail des enseignants est fortement relayé par des organisations syndicales5.

  • 6 S. Rozier, « Le mécénat culturel d’entreprise dans la France des années 1980-1990 : une affaire d’É (...)

10Si l’introduction du public au musée a contribué à restructurer les pratiques de travail au musée, elle n’a toutefois pas reconfiguré les emplois. Et pour cause : l’explication des œuvres au public et la pédagogie ont été déléguées à des bénévoles, toutes des femmes à cette période. L’accompagnement des publics est donc une fonction invisible dans les recensements mais bien visible dans le budget de la direction des musées de France où elle prend des intitulés divers : tels que bénévole à temps partiel, bénévole à temps plein ou bénévole rémunérée. L’existence de ce bénévolat destiné au public explique qu’on ne transforme pas les emplois au contact avec les visiteurs dans la hiérarchie administrative. Cette organisation durable du service au public, construite pendant les Trente Glorieuses, contribue au développement des emplois de contractuels des années 19806.

Limites des circulations sur l’emploi public

  • 7 F. Descamps, « Une tentative de politique de productivité dans les services publics : Gabriel Ardan (...)

11Comparer la France et la Grande-Bretagne nous a ainsi permis de mettre en évidence des circulations d’hommes, d’idées et de pratiques avec ce pays en matière d’emploi public. La prise en considération de la référence à un voisin européen comme la Grande-Bretagne en matière de gestion des personnels publics, permet de porter un regard plus nuancé sur l’importation du managérialisme américain sur le secteur public que ne le disent une série de travaux. L’importation des techniques américaines dans la fonction publique de l’époque est limitée aux questions de productivité du travail. Dans le domaine économique, à partir du plan Marshall, les Américains financent une politique d’accroissement de la productivité et obtiennent en échange la mise en place d’un Commissariat général à la productivité en 19537. Si quelques fonctionnaires d’administration à caractère industriel et commercial comme les PTT tournent leurs regards vers les méthodes de productivité américaine, ce n’est pas le cas de ceux de la majorité des administrations françaises.

  • 8 « L’enseignement dans le monde », Articles et documents, n° 540, 6 août 1957.

12En matière de recrutement et de formation, les Français, et notamment les juristes de droit public, observent les fonctionnaires britanniques. Jusqu’en 1968 d’ailleurs, l’organisation du civil service britannique est perçue comme plus efficiente que celle du service public en France. Des exemples de départements ministériels en France attestent d’autres échanges, encore peu étudiés, avec la Grande-Bretagne, comme dans le secteur de l’éducation par exemple, où les expériences de comprehensive schools (qui réunissent les trois filières classique, moderne et technique du collège dans une même structure) sont suivies de près par les fonctionnaires et les syndicats français8.

13Pour autant, ces circulations sur l’emploi au niveau général de l’État ne conduisent pas à un transfert sur l’emploi dans les musées. Les négociations entre employeur public et syndicats au British Museum sont entièrement décentralisées au sein des conseils whitley. Au musée du Louvre, en principe, le statut général des fonctionnaires devrait permettre des mobilités géographiques et professionnelles que ne permet pas le travail sous contrat. Mais le statut n’est en réalité appliqué que très progressivement, à partir du moment où ceux-ci créent un corps pour les gardiens en 1958 et pour les conservateurs en 1963, puis instituent un concours pour les gardiens en 1971 et pour les conservateurs en 1982.

  • 9 R. Biernacki, The Fabrication of Labor. Germany and Britain, 1640-1914, Berkeley, University of Cal (...)

14En ce qui concerne le travail, les circulations d’hommes et d’idées au sein de l’Icom sur l’accompagnement des publics ne semblent guère jouer sur les pratiques. Après 1946, aucune de nos observations ne nous permet de reconstituer les conditions de d’un transfert des guides conférencières britanniques vers la France par exemple. L’hétérogénéité du travail et des travailleurs des deux pays étaye pour le secteur des services l’hypothèse faite par Richard Biernacki pour le secteur industriel, selon laquelle les facteurs générateurs des différences nationales sont dans les modes d’organisation des usines et des relations de travail9.

Public et travail après 1981

  • 10 F. Alvaredo, L. Chancel, T. Piketty, E. Saez, G. Zucman, Rapport sur les inégalités mondiales, Pari (...)

15La frontière entre ce qui relève du service public ou du marché est contingente à l’histoire des groupes professionnels des deux pays, de même que ce qui doit relever d’un statut de personnel d’État ou d’une convention collective. Les changements de l’environnement économique et politique des organisations culturelles, concomitants de l’arrivée de Margaret Thatcher comme Premier ministre en 1979, puis de celle de Jack Lang comme ministre de la Culture en 1981, modifie la donne. Les musées entrent dans une logique résolument commerciale. Les publics n’étant pas captifs mais consommateurs, les musées cherchent à attirer les audiences. La crise de légitimité que traverse l’État, la décroissance du capital public alors que le capital privé augmente10, n’entame toutefois pas l’attachement des personnels au sens et à la qualité du service qu’ils fournissent.

  • 11 D. Bayart, P.-J. Benghozi, Le tournant commercial des musées en France et à l’étranger, op. cit.
  • 12 N. Renadic, art. cit.

16Dans le secteur culturel britannique à partir de 1981, en période de restrictions budgétaires, le mode d’action au coup par coup devient illégitime. L’Arts Council fait face à un budget stagnant tandis que les demandes se développent. Il prend en 1981 la décision de cesser de subventionner 40 organisations, inaugure la période du « client roi » dans les musées et déclenche un tollé général dans le monde culturel11. Les Britanniques continuent de parler d’« arts » plutôt que de « culture ». ce dernier terme étant perçu comme trop continental et évoquant la bureaucratisation. L’industrie du patrimoine se développe par la création de multiples musées, pour la création desquels l’argent est bien disponible. Mais ce qui manque, ce sont les ressources publiques pour leur maintenance, à un point tel que nombre d’œuvres restent dans les réserves. Soumis aux pressions du marché et tenus de percevoir un droit d’entrée pour assurer leur fonctionnement, certains musées font faillite, détruisant nombre des valeurs sur lesquelles reposait la gestion des musées. L’une des difficultés rencontrées par ces derniers dans la lutte pour leur survie dans un environnement concurrentiel vient en réalité du peu d’intérêt de ce qu’on peut y voir. En revanche, des institutions comme le British Museum ou des fondations conservant de grandes collections s’enorgueillissent d’œuvres historiques d’importance mondiale12.

  • 13 A. Desvallées, F. Mairesse, « L’organisation des musées : une évolution difficile », Hermès, n° 61, (...)
  • 14 C. Ballé, D. Poulot, Musées en Europe. Une mutation inachevée, Paris, La Documentation française, 2 (...)
  • 15 Y. Nicolas, « Modèles et diversification d’activité des établissements culturels patrimoniaux : le (...)

17Se dessine ainsi dans les deux pays, à partir des années 1980, une manière assez proche de concevoir le musée, progressivement détaché de sa tutelle administrative mais d’autant plus responsabilisé quant aux objectifs à remplir et aux indicateurs à utiliser13, jeu dans lequel les établissements britanniques paraissent champions14. Ce qui a trait au musée se voit progressivement associé à ce qui a trait au commerce (mise en place de boutiques au Louvre par exemple), à la recherche de financements (restaurants, parking, sociétés d’amis du musée). Les musées sont entourés dans les années 1990 par la gestion et le commerce, la préoccupation de trouver des ressources par le calcul financier, la recherche de mécènes et de partenaires extérieurs. La frontière entre le commercial et le muséal se fragmente donc en France et en Grande-Bretagne. Le musée du Louvre est désormais défini par les gestionnaires comme un « établissement culturel patrimonial », une organisation qui préserve, produit ou distribue le patrimoine culturel, matériel ou immatériel, cadre de définition restreint aux musées portant l’appellation Musée de France15.

18La dynamique des groupes professionnels au sein des administrations culturelles française et britannique tend alors à converger. À partir de 1981, le gouvernement de Margaret Thatcher utilise les projets de défense du patrimoine pour transformer d’anciennes zones industrielles en y créant des musées, des centres d’art ou des cafés. Au sein de l’English Heritage (qui protège et entretient les lieux de patrimoine) comme au sein du National Trust (qui possède et gère des manoirs et préserve bien des paysages naturels), l’écart qui s’est instauré entre historiens universitaires et professionnels du patrimoine matériel s’accroît. Le succès du patrimoine, mesuré par le nombre de visiteurs et l’argent qu’il génère, est étroitement dépendant du marketing et médiatisé par des experts en marketing. Cette industrie n’offre que bien peu de possibilités d’interventions aux historiens universitaires, à de rares exceptions près.

  • 16 D. Bayart, P.-J. Benghozi, Le tournant commercial des musées en France et à l’étranger, op. cit.
  • 17 Sur cette inspection, cf. M. Demonteil, Des corps à l’ouvrage. Les inspections du ministère de la c (...)

19En France dans les années 1980 et 1990, les conservateurs trouvent dans les commerciaux et les gestionnaires du musée des alliés les aidant à maîtriser bien des situations nouvelles16. Le doublement du budget de la Culture à partir de 1981, l’essor de l’économie de la Culture qui devient aussi un marché, conduisent tardivement, comparativement à la Grande-Bretagne, à une accentuation du contrôle du budget engagé et des professionnels. En Grande-Bretagne, les services de contrôle se multiplient auprès de l’administration centrale dans les années 1980, et une inspection est créée à la Culture17.

  • 18 M. Demonteil, thèse citée. p. 106 et suiv.

20Les professions comme celle des conservateurs se mettent à poser problème par la place qu’elles occupent au sein de l’État. Le pôle parisien et spécialisé de la conservation, qui s’opposait à la polyvalence de leurs homologues de région, parviennent à faire valoir leur position auprès de l’administration centrale18. Deux oppositions s’organisent. D’un côté, les conservateurs de musées et les corps techniques qui trouvent des relais utiles à leur cause dans les directeurs d’administration centrale. Ils défendent une conception spécialisée de leur métier et représentative du pôle parisien de la conservation. De l’autre, les inspecteurs de la Culture ne parviennent pas réellement à faire cause commune. Les conservateurs détiennent jusqu’en 1990 les ressources suffisantes pour infléchir le projet de fusion des corps des conservateurs d’État et territoriaux et préserver les formes d’auto-contrôle existantes.

  • 19 Entretien de l’auteure avec Brigitte Théoval, DMF, avr. 2017.

21L’ensemble des réformes des années 1980 et 1990 ne produisent toutefois leurs effets sur l’organisation du travail des gardiens et conservateurs qu’une dizaine d’années plus tard dans les deux pays. Sous l’influence notamment des revendications de l’association des conservateurs, appelant de ses vœux la création d’une école nationale du patrimoine réunissant dans le même objectif de formation de conservateurs territoriaux et nationaux, le corps des conservateurs de musée est finalement unifié en 1990. Ce n’est qu’avec le regroupement de la filière d’accueil et surveillance des musées avec celle de magasinage des archives, bibliothèque et patrimoine en 1990 que les opportunités de carrière des gardiens s’améliorent, par la création d’un accès à la catégorie B d’inspecteur de surveillance comprenant plusieurs grades. Puis, entre 1998 et 2000, quand les Bâtiments de France rejoignent le ministère de la Culture, il devient possible de créer pour les gardiens une éventuelle promotion vers la catégorie A comme techniciens des services culturels en surveillance ou médiation19.

  • 20 Entretien de l’auteure avec Clara Paillard, PCS, mars 2017. Sur la représentation actuelle des trav (...)

22En Grande-Bretagne, si les conservateurs gardent leur poste permanent de contractuels au British Museum, ce n’est en revanche pas le cas des gardiens. Les agents de sécurité et les gardiens de salle restent en principe employés par le musée, mais l’utilisation d’intérimaires en salle est très courante et la fouille des sacs est désormais privatisée. Plus généralement, pour les autres musées, les postes d’agents de sécurité, centrés sur la vidéosurveillance, la fouille des sacs et le gardiennage de nuit, sont le plus souvent privatisés ou sous-traités ainsi que les postes de gardiens de salle. Ces derniers constituent en général un mixte des deux, tout en étant plus centrés sur les visiteurs. Les gardiens de salle, lorsque ces postes sont sous-traités, sont employés en heures flexibles ou contrat « zéro heure20 ». Les situations varient ensuite selon les musées. À la Tate Gallery, la sécurité est privée (Securitas) et les gardiens de salle ont des contrats « zéro heure ». Tous les postes de gardiens de la National Gallery sont sous-traités depuis 2015. Au musée national de Liverpool, seuls les postes de surveillants en vidéosurveillance sont sous-traités ainsi que les emplois de nuit.

23La remise en cause du statut de fonctionnaire et la sous-traitance des emplois pour définir des situations de travail ou des conditions d’emploi a affaibli la pertinence des catégories socio-professionnelles et la connaissance du monde social, dont le statut reste un élément majeur de catégorisation en France. Ainsi la compréhension actuelle des transformations de l’emploi public passe-t-elle par une socio-histoire comparée, prenant en compte la façon dont le public a transformé le travail dans les services publics.

Notes

1 S. Nenadic, « Historiens et patrimoine en Grande-Bretagne », Le Mouvement social, n° 200, 3, 2002, p. 116-122.

2 Sur le cas des PTT, cf. O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1945-1973), Paris, Belin, 2001.

3 P. Bezès, D. Demazière (coord.), « New public management et professions dans l’État. Au-delà des oppositions, quelles recompositions ? », Sociologie du travail, dossier débat, 2011.

4 A. Prost, « L’école et la famille dans une société en mutation (1930-1980) », in Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, tome IV, Paris, Nouvelle librairie de France, 1981.

5 A. Robert, « Syndicalisme enseignant et lutte contre l’échec scolaire : mode d’intégration d’une dimension sociologique à la problématique pédagogique. Une analyse de contenu des documents syndicaux (1968-1982) », Revue française de pédagogie, avr.-juin 1991, p. 5-19 ; A. Prost, L’enseignement s’est-il démocratisé ? Les élèves des lycées et collèges de l’agglomération d’Orléans de 1945 à 1990, Paris, Presses universitaires de France, 1992 ; B. Geay, Le syndicalisme enseignant, Paris, La Découverte, 2006.

6 S. Rozier, « Le mécénat culturel d’entreprise dans la France des années 1980-1990 : une affaire d’État », Genèses, Philanthropies et prestige d’État en France, n° 109, 4, 2017, p. 80-99.

7 F. Descamps, « Une tentative de politique de productivité dans les services publics : Gabriel Ardant et le commissariat général à la productivité, 1954-1959 », in P. Bezès, F. Descamps, S. Kott, L. Tallineau (dir.), L’invention de la gestion des finances publiques, vol. 2, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2013, p. 401-444 ; R. Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années trente-années cinquante), Besançon, PUFC, 2008. Sur la façon dont les donateurs américains ont investi les institutions culturelles françaises, voir A. Monier, Nos chers « Amis américains », Paris, PUF, 2019.

8 « L’enseignement dans le monde », Articles et documents, n° 540, 6 août 1957.

9 R. Biernacki, The Fabrication of Labor. Germany and Britain, 1640-1914, Berkeley, University of California Press, 1995.

10 F. Alvaredo, L. Chancel, T. Piketty, E. Saez, G. Zucman, Rapport sur les inégalités mondiales, Paris, Le Seuil, 2018.

11 D. Bayart, P.-J. Benghozi, Le tournant commercial des musées en France et à l’étranger, op. cit.

12 N. Renadic, art. cit.

13 A. Desvallées, F. Mairesse, « L’organisation des musées : une évolution difficile », Hermès, n° 61, p. 34.

14 C. Ballé, D. Poulot, Musées en Europe. Une mutation inachevée, Paris, La Documentation française, 2004.

15 Y. Nicolas, « Modèles et diversification d’activité des établissements culturels patrimoniaux : le cas des musées et des bibliothèques », in Y. Nicolas, Modèles économiques des musées et bibliothèques, Paris, La Documentation française, 2017.

16 D. Bayart, P.-J. Benghozi, Le tournant commercial des musées en France et à l’étranger, op. cit.

17 Sur cette inspection, cf. M. Demonteil, Des corps à l’ouvrage. Les inspections du ministère de la culture face au new public management (1959-2017), Thèse de doctorat, Université Paris-Dauphine PSL, 2019.

18 M. Demonteil, thèse citée. p. 106 et suiv.

19 Entretien de l’auteure avec Brigitte Théoval, DMF, avr. 2017.

20 Entretien de l’auteure avec Clara Paillard, PCS, mars 2017. Sur la représentation actuelle des travailleurs de la Culture, voir L. Fulton, « La représentation des travailleurs en Europe », Labour Research Departement et ETUI, 2013 (publication en ligne : fr.worker-participation.eu/systemes-nationaux).

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site