Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Troisième partie. Au nom du public. Le travail au Louvre et au British Museum (1946-1981)

Chapitre 3. Les gardiens : surveiller ou guider

Texte intégral

1Avec une position située au bas de l’échelle hiérarchique en catégorie C, les gardiens sont depuis longtemps quasiment les seuls à être au contact des visiteurs tout en étant chargés de la sécurité des œuvres et des personnes. L’accueil dans les deux grands musées du Louvre et du British Museum des flux de visiteurs est possible grâce à la présence de ce personnel de gardiennage et surveillance. Qu’est-ce que leur histoire nous permet d’apprendre qu’on ne sache déjà sur le service public ? Les gardiens peuvent-ils percevoir, au-delà des masses de visiteurs, des personnes et des collections, des cas plutôt que des flux ? Et que nous apprennent-ils sur la nature des régulations collectives qui régissent le service au public dans ces deux musées ?

2Déporter l’attention des acteurs situés en haut de la hiérarchie muséale – les conservateurs – vers les gardiens, qui participent eux aussi d’une manière décisive au fonctionnement du service public avec ses invariants et ses routines, nous permet d’entrer dans les manières dont l’institution s’incarne dans les procédures et les règlements intérieurs. La période 1946-1981 recouvre en effet pour les gardiens une unité particulière. Au Louvre, alors qu’ils étaient dans l’entre-deux-guerres incités à renseigner les visiteurs soit par des pourboires donnés par les visiteurs, soit par un système de primes versées par l’administration, les gardiens connaissent un changement décisif avec le statut général des fonctionnaires de 1946 : le service des publics doit désormais être rendu indépendamment des pourboires. Les références héritées de l’entre-deux-guerres à l’univers militaire liées au contrôle et au port de l’uniforme disparaissent très lentement, tandis que l’attention au public devient peu à peu une qualité professionnelle spécifique des gardiens. Il s’agit d’abord d’une qualité de surveillance, ensuite d’une qualité d’éducation du public, celle-ci liée notamment au développement des services éducatifs.

  • 1 A. Chauvenet, G. Benguigui, F. Orlic, « Le personnel de surveillance des prisons. Essai de sociolog (...)
  • 2 Le corps des gardiens des musées nationaux est créé par le décret n° 54-494 du 10 mai 1954.
  • 3 F. Audier, « Emploi, statuts, organisation du travail dans la modernisation des musées en France », (...)

3Comme les surveillants de prison, les gardiens de musée n’ont à l’origine pas la possibilité ni la mission d’agir sur l’état culturel de la société ; ils n’ont guère de prise sur l’amont ou l’aval de leur tâche1. Quoique constitués en corps en mai 19542, les gardiens ne sont recrutés par concours qu’à partir de 1971, date à laquelle le premier recrutement d’une femme gardienne devient possible. Ils ne bénéficient d’aucune formation avant les années 1980. La création et l’application d’un statut est donc durant les années 1946 à 1981 au centre des revendications des gardiens, comme en témoignent les importantes grèves de 19813.

4Au British Museum, la fonction est divisée en deux. Les gallery warders (gardiens de salle) sont face aux publics du musée. Les security warders (agents de sécurité) travaillent en dehors des galeries, assurant la surveillance du musée 24 heures sur 24 et dormant sur place. En étudiant plus particulièrement la division du travail et la formation, regardons maintenant comment les gardiens du Louvre intègrent le public dans leur activité de travail au regard de ceux du British Museum.

I. Reconversion des mérites militaires en mission de service public

  • 4 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

5Les gardiens doivent particulièrement surveiller les visiteurs et interdire aux guides de parler à haute voix. Un décret du 10 mai 1954 fixe les statuts particuliers des gardiens des musées nationaux, des préposés et du chef de surveillance et d’entretien4. Cependant, la désignation de gardien n’épuise pas le contenu de ses tâches. Le statut particulier des gardiens comprend en réalité trois grades : les gardiens, les brigadiers et les surveillants. L’histoire des gardiens de musées, successivement nommés gardiens, brigadiers, surveillants, puis agents d’accueil et de surveillance à partir de 1995, constitue un champ ouvert nécessitant de ce fait le dépouillement d’archives sur l’ensemble du xxe siècle pour saisir les moments de changements.

  • 5 Série 2AA, gestion du personnel n° 1 à 200 et série O personnel et administration générale n° 1 à 3 (...)
  • 6 Série O30 pour les 3 500 dossiers des personnels scientifiques, série O31 pour les 11 000 dossiers (...)

6Les archives de la direction des Musées de France (DMF) offrent en effet l’opportunité d’interroger en profondeur la construction du service aux publics des musées et de le saisir par l’intermédiaire de ceux qui sont au contact quotidien des publics. Ces derniers nous donnent en particulier à voir le comportement, le verbal, le gestuel, l’intonation de la voix – tout ce qui n’est pas codifiable parce que trop personnel ou improvisé, mais qui est d’une grande importance dans la façon de s’adresser aux visiteurs des musées. Deux séries d’archives permettraient à ceux qui s’y lanceraient d’écrire une histoire sociale des gardiens de musées au xxe siècle de manière quasiment complète. D’une part, les archives administratives de la DMF, en particulier celles de la direction du personnel5, comprennent notamment les archives de la Fédération professionnelle des gardiens, ainsi que les lois, décrets, arrêtés et surtout les règlements qui s’appliquent à eux. D’autre part, les dossiers de personnel des agents de la DMF6 mériteraient un traitement quantitatif et qualitatif des itinéraires sociaux, géographiques et professionnels des gardiens de musée que nous n’avons pas pu mener dans le cadre de ce travail. Il éclairerait leurs petites mobilités – devenir gardien de musée à vie est-il réellement la récompense d’une longue soumission ? – et leurs liens avec le monde ouvrier ou employé, ainsi qu’avec leur milieu social et ethnique d’origine.

  • 7 S. Vallemont, La notation des agents dans les trois fonctions publiques, Nancy, Berger-Levrault, 19 (...)

7Trois types de sources ont été mis en série ici : d’une part, les règlements intérieurs, les archives de l’association des gardiens de musées et, enfin, les feuilles de notation des gardiens issus de leurs dossiers de personnel. Alors que le premier type d’archives offre une image de la surveillance définie par l’administration et les supérieurs, les archives émanant de l’association professionnelle montrent les gardiens dans leurs rapports écrits avec leurs supérieurs hiérarchiques. Les feuilles de notation – le troisième type de sources – sont remplies soit par le chef de surveillance et de gardiennage du Louvre, soit par le conservateur, mais aussi parfois par les deux. Quelles compétences, quelles aptitudes notent-ils et comment ces critères évoluent-ils ? L’examen des jugements portés sur les gardiens est d’un grand apport, car jusqu’aux années 1980, l’écrit et le chiffre, ainsi que des appréciations non communiquées aux intéressés, dominent (les procédures orales et les appréciations montrables aux intéressés ne datent dans la fonction publique d’État que de la toute fin du xxe siècle7).

8Ces sources d’archives témoignent toutes les trois de l’évolution des conceptions du public tant du côté de l’administration que des gardiens. Du fait de la présence instruite des conservateurs, l’ouverture du musée en direction d’un public élargi est conçue comme une menace pour la préservation des collections, et l’apprentissage du musée policé et discipliné inculqué simultanément aux gardiens et aux visiteurs. Les règlements apparentent le gardien à un militaire, dont les revendications professionnelles portent sur l’éducation et les perspectives d’avancement, mais que les supérieurs hiérarchiques notent et promeuvent de manière à les faire obéir.

A. Faire obéir les visiteurs en évitant d’être un guide

  • 8 D. Poulot, Musée, nation, patrimoine, Paris, Gallimard, 1987.

9Selon une tradition remontant aux guerres napoléoniennes et aux premiers moments du musée du Louvre8, les postes de gardiens sont confiés à d’anciens militaires, garantie de l’aptitude des candidats à remplir leur mission de surveillance. En charge de « surveiller et punir » le public, ils se trouvent eux-mêmes paradoxalement sanctionnés et punis, témoignant de l’effort d’adaptation des gardiens aux tâches définies par l’administration. Chargés de tenir à distance le public des œuvres, ils doivent eux aussi se tenir à distance du public et éviter de guider les visiteurs, comme nous allons le voir.

  • 9 AMN, 2AA 5, règlement du 27 juin 1882, art. 21.
  • 10 AMN, 2AA 5, arrêté du 22 août 1912, art. 5.

10De la fin du xixe siècle aux années 1950, le gardien occupe uniquement une fonction de surveillance. Les règlements dépouillés le montrent dans un tête-à-tête avec le public qu’il a pour mission de discipliner. Celui qui se destine à ladite profession doit d’abord remplir un certain nombre de critères physiques. Outre une exigence en matière de taille (1,62 m au minimum), on attend de lui qu’il fasse preuve de « prestance », qualité associée à la taille. Le règlement le rappelle à cette exigence : les gardiens « ne peuvent ôter leur habit ou leur redingote, ni paraître en blouse devant le public. Ils ne doivent ni causer ensemble, ni adresser la parole aux artistes et aux visiteurs, si ce n’est dans le cas où ils auraient à les rappeler poliment à l’observation du règlement qui les concerne. Ils donneront avec complaisance au public les renseignements qui leur sont demandés. Leur tenue doit être décente, et, sous aucun prétexte, ils ne se permettront la moindre impolitesse entre les artistes et le public9 ». L’un des premiers règlements, celui de 1912, qui intervient juste après le vol de la Joconde au Louvre en 1911, mentionne que les gardiens « doivent saluer leurs supérieurs avec déférence. La plus grande politesse leur est prescrite à leur égard ainsi qu’à l’égard des visiteurs qui s’adressent à eux ; ils donneront avec complaisance les renseignements qui leur sont demandés, sans toutefois se laisser détourner, de ce fait, de l’objet propre de leur surveillance. Ils ne doivent ni lire, ni s’endormir, ni causer ensemble, ni se quereller avec qui que ce soit, ni adresser d’eux-mêmes la parole aux artistes ou aux visiteurs si ce n’est pour le fait du service10 ».

  • 11 Arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, 28 sept. 1912.
  • 12 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fondatio (...)
  • 13 AMN, O1 A, 1922-1925. Loi du 30 janvier 1923 et règlement d’administration publique du 13 juillet 1 (...)

11Confier ces postes à d’anciens militaires apparaît à l’administration comme la garantie de trouver des candidats aptes à remplir ces conditions. La loi du 21 mars 1905 réserve aux sous-officiers ayant accompli dix ans de service, aux brigadiers, caporaux et soldats ayant fait quatre ans de service militaire la totalité des petits emplois publics. Les candidats civils ne peuvent être appelés qu’à défaut de sous-officiers présentés11. Être militaire est censé attester, outre des capacités physiques requises, d’une autorité naturelle et d’une caution morale. Les militaires bénéficient d’ailleurs d’un avantage moral, dont Antoine Prost a montré à propos des associations d’anciens combattants combien il permettait de s’assurer un ascendant à la fois sur les élus et sur la société en général12. Dans le cas des emplois réservés, les recommandations d’officiers opèrent comme une présélection. Après la Première Guerre mondiale, en fait de garantie en termes d’aptitudes physiques, ce sont surtout des mutilés qui bénéficient d’une priorité d’embauche13. À partir de 1919, les victimes de la guerre – la Section fédérale des mutilés veille à défendre leurs intérêts – renforcent encore la présence des militaires. Les appréciations positives portées sur les gardiens valorisent alors le plus souvent le sang versé pour la défense de la patrie, manifestant ainsi une véritable conversion du mérite militaire en mérite professionnel.

12Ce recrutement s’apparente ainsi à une forme de disciplinarisation d’une main-d’œuvre souvent d’origine rurale qu’il s’agit d’acculturer, en tout premier lieu, dans sa relation avec un public supposé turbulent et menaçant les œuvres, notamment les étudiants des Beaux-Arts installant leurs chevalets sur des toiles cirées pour copier les œuvres. C’est aussi à la discrétion, au retrait, au contrôle des sentiments (« ne pas se quereller avec qui que ce soit »), à la « prestance » associée non seulement à la « taille » mais encore à la nécessité de porter comme il faut l’« habit », que les règlements enjoignent les gardiens : autant de dispositions professionnelles qui doivent contribuer à entretenir le silence et la solennité de l’ambiance du musée. En ce début de xxe siècle, les gardiens nettoient et entretiennent les salles. On peut reconnaître également, dans un contexte d’emploi public, les exigences qui pèsent sur les domestiques femmes et hommes au service des particuliers : discrétion et acceptation de sa place, invisibilité, « déférence » et « complaisance », contribuant à alimenter les représentations de la domesticité publique. Ces règlements nous donnent ainsi à voir la façon dont la position « subalterne » des gardiens se construit en mettant une barrière entre eux et le public.

  • 14 AMN, O31 (877), 13 sept. 1907.
  • 15 AMN, O 81 (15), courrier de la DMF au sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts, 14 oct. 1911.
  • 16 J. Le Bihan, Au service de l’État. Les fonctionnaires intermédiaires au xixe siècle, Rennes, Presse (...)

13Alors qu’ils ont en charge de surveiller le public, ce sont les gardiens qui se trouvent surveillés, comme en témoignent les archives de personnel et les dossiers de personnels qui portent la trace des sanctions. La sanction constitue le corollaire du mérite militaire. À un recrutement donnant la priorité aux militaires font écho un règlement impératif et le recours au champ lexical du châtiment : « imposer un châtiment rigoureux » ; « procéder à l’interrogatoire de ce gardien afin d’apprécier ses moyens de défense14 ». Des conseils de discipline se mettent en place, dont les décisions affectent souvent l’avancement des gardiens15. La sanction a pour principal objet de normaliser la conduite professionnelle des agents et de s’assurer de leur « qualité morale », qui constitue alors une composante majeure de l’idéologie administrative16. Les sanctions prononcées à l’égard des gardiens visent à discipliner leurs conduites et à installer chez eux une morale professionnelle exprimée en termes de « probité » et « tenue dans le service ».

  • 17 AMN, O31 (883), 3 avr. 1902.
  • 18 AMN, O1A, plan de réorganisation des musées nationaux, 15 oct. 1923.

14L’examen des dossiers personnels des gardiens montre que la généralisation de cet outil de punition précède l’outil de notation – qui ne sera formalisé sur une feuille de notation des gardiens qu’à partir de 1948. Jusque-là, hormis la fiche de renseignements sur le candidat, le seul document normalisé consiste en un relevé des « jours de maladie, punitions, motifs des punitions et jours de congé ». Ces relevés tiennent un compte méticuleux des infractions, manquements divers et des punitions qu’ils entraînent : « trois jours de sortie », « un tour supplémentaire de garde », « un tour de lettres » (distribution de lettres administratives après le service). L’obéissance constitue le critère majeur d’appréciation. Rares sont les relevés qui ne mentionnent pas de sanctions pour des motifs qui vont de l’omission de « pointer la carte de contrôleur de ronde » au « mauvais esprit » en passant par celui qui « a laissé un visiteur couché dans un sarcophage17 ». Dans le décret d’organisation de la DMF de 1923, les gardiens s’exposent à un éventail gradué de sanctions : « l’avertissement, la réprimande, le blâme, la descente d’un ou plusieurs échelons dans la classe, la rétrogradation à l’emploi inférieur, la révocation18 ».

15La comparaison des différents règlements intérieurs jusqu’à celui de 1963 témoigne d’une grande permanence dans ce qui est attendu des gardiens à l’égard des visiteurs du musée. Si tout écart comme « ôter l’habit », « paraître en blouse », « mener des visites à des allures précipitées » continue d’être proscrit, c’est que les gardiens ne semblent pas d’avance adaptés à leur fonction, sans doute en lien avec leur origine rurale ou populaire, alors que le poste exige discrétion, contrôle du corps et des sentiments. Les règlements nous montrent en creux la lenteur du travail d’acculturation des gardiens comme du public à des manières « policées ». Ces règlements nous font ainsi entrevoir l’entreprise durable (même si jamais aboutie) des gardiens pour redéfinir et s’approprier l’administration à leur profit, qu’il s’agisse d’en retirer des pourboires ou bien tout simplement de rompre l’ennui en faisant le guide et en promouvant des relations décontractées ou en bavardant avec les visiteurs. Les règlements nous disent et répètent qu’ils doivent rester à leur place, mais, ce faisant, suggèrent aussi qu’ils tendent souvent à la quitter.

16Comme l’indique le règlement de 1947, les gardiens dits « de poste fixe » et les gardiens « de secteur » sont placés sous le commandement d’un brigadier ou d’un fonctionnaire brigadier. Le chef du service de surveillance décide de l’affectation des gradés et des gardiens, par secteur et par poste, ainsi que des roulements éventuels entre les secteurs et les postes. Dans le secteur qui lui est confié. chaque brigadier, ou fonctionnaire brigadier, assure l’application des consignes. Les gardiens de poste fixe et les gardiens de secteur « ont pour préoccupation constante d’assurer l’exécution des prescriptions suivantes. Ils doivent interdire aux visiteurs :

  1. de toucher aux œuvres exposées,
  2. de s’appuyer sur les vitrines,
  3. de franchir les barrières de protection,
  4. de graver ou de crayonner sur les murs, les meubles, les statues ou les objets exposés,
  5. d’examiner un tableau ou un dessin à l’aide d’une loupe,
  6. de fumer,
  7. de pénétrer dans les salles en portant des paquets, des cannes ou des parapluies, des serviettes ou des sacs de voyage.
  • 19 Musées nationaux, consigne du personnel de surveillance, brigadiers, gardiens et gardiens auxiliair (...)

17Ils doivent interdire aux guides de parler à trop haute voix aux groupes qu’ils accompagnent ou de gêner les autres visiteurs. Un gardien ne doit ni lire ni causer avec ses collègues. Aux demandes de renseignements des visiteurs, il répond poliment mais brièvement, puis il reprend sa surveillance. S’il ignore le renseignement demandé, il en réfère à son brigadier. En aucun cas un gardien ne doit – si peu de temps que ce soit – servir de guide aux visiteurs. Un gardien qui guide ne surveille pas. L’expérience enseigne qu’aux heures et dans les salles où l’affluence est moindre, la surveillance doit être plus serrée. Le gardien de service observe donc plus attentivement et suit, au besoin sans les gêner, soit un visiteur isolé, soit des visiteurs peu nombreux, en particulier dans les petites salles. De même, il veille à ce que des groupes nombreux et denses ne créent pas de désordres nuisibles aux œuvres exposées, ni gênants pour les autres visiteurs19 ».

18Dans certains musées ou dans certains départements où la visite du public est obligatoirement guidée, soit en totalité, soit dans des secteurs spécifiques, il est « formellement interdit aux brigadiers et aux gardiens :

  1. de se livrer de quelque façon que ce soit au racolage des visiteurs,
  2. de mener des visites à une allure précipitée,
  3. d’ajouter des commentaires ou de modifier les explications fournies par le conservateur, au sujet des œuvres exposées ou des appartements parcourus,
  4. de solliciter des pourboires à la sortie ».

19S’ils sont assis, les gardiens doivent « néanmoins maintenir toute leur vigilance. Il leur est interdit de lire ou de s’intéresser à autre chose qu’à la surveillance du Musée, de se laisser aller à la somnolence, et de manger des casse-croûte pendant leur temps de surveillance. S’ils sont questionnés par quelque personne que ce soit, leur devoir est de se lever et de saluer, ainsi que de répondre, poliment mais brièvement, comme il a été dit plus haut. Ils ne doivent pas profiter d’un renseignement donné (emplacement d’une œuvre ou d’une salle ; indication des toilettes, etc.) pour se faire remettre des pourboires qui, en tout état de cause, doivent être versés à une caisse commune ».

  • 20 AMN, O1 A, le DMF à MM. les conservateurs en chef et conservateurs des musées nationaux hors Louvre (...)
  • 21 AMN, O1 A, arrêté portant règlement de service pour le personnel de surveillance des musées nationa (...)
  • 22 V. Dubois, P. Urfalino, tableau 9 : « Les fonctionnaires culturels de l’État par corps (1978-1988)  (...)

20En 1963, comme le relève le directeur des Musées de France, le règlement de service applicable au personnel de surveillance des musées nationaux remonte à un arrêté du 22 août 191220 et a peu changé. La tenue des gardiens « doit être toujours correcte. Le port de chaussures jaunes et de cravate de couleur est interdit aux gardiens en uniforme. Les gardiens ne peuvent, quand ils sont de service, ôter leur veste ni paraître en blouse devant le public. Les gardiens doivent saluer leurs supérieurs avec déférence. La plus grande politesse leur est prescrite à leur égard, ainsi qu’à l’égard des visiteurs qui s’adressent à eux. Ils donneront avec complaisance les renseignements qui leur sont demandés, sans toutefois se laisser détourner de l’objet propre de leur surveillance. Ils ne doivent ni lire, ni dormir, ni parler entre eux ou adresser d’eux-mêmes la parole aux visiteurs et aux personnes travaillant dans le musée. S’ils ont à leur adresser des observations, ils doivent s’abstenir d’élever inutilement la voix et ne se livrer à aucun geste de violence ou d’impatience21 ». Mais il faudra attendre les années 1980 pour voir se modifier significativement les dispositions concernant l’attitude des gardiens vis-à-vis du public qu’il est désormais chargé d’« accueillir » dans le règlement22.

21Ainsi les gardiens font-ils davantage figure, à travers les archives et pendant l’essentiel du xxe siècle, d’un groupe à discipliner que d’une profession dont on voudrait former et promouvoir les bons éléments, ce que ne manque pas de relever leur syndicat.

B. Sortir de la domesticité publique

22Les fonctionnaires ne peuvent se syndiquer jusqu’en 1924, mais la loi de 1901 sur les associations leur permet de contourner cette interdiction. On trouve la trace d’une Association générale des gardiens des musées nationaux dès 1903 dans les archives, puis d’une section « musées nationaux » au sein du Syndicat national du personnel de surveillance et d’entretien des administrations de l’État en 1924. Les revendications des gardiens de musées sont également portées par la Fédération des associations professionnelles des ministères réunissant l’ensemble des employés subalternes de l’État.

  • 23 C. Ridel, Les embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.

23Ces archives témoignent des principales revendications syndicales des gardiens de musées. Outre l’application rapide des grandes lois sociales sur les congés annuels et la durée du travail, leurs aspirations sont de deux ordres : satisfaire leur besoin de considération et de reconnaissance, tant de la part de leurs supérieurs que du public, en se formant aux œuvres et aux salles ; mettre fin à l’arbitraire de leurs supérieurs en empêchant les inégalités dans l’attribution des postes fixes et autres postes privilégiés (dénommés les « embusqués23 »).

24Les gardiens tentent d’étendre leurs tâches au-delà du simple gardiennage. Ainsi, dès 1903, l’Association des gardiens des musées nationaux revendique un élargissement de leur éventail d’attributions, avec d’autres ambitions que la stricte surveillance. À travers une revendication relative à la formation se manifeste leur désir d’être placés vis-à-vis du public dans un rôle qui ne soit pas uniquement de contrôle :

  • 24 AMN, O17, lettre adressée au DMF, 11 févr. 1903.

« Nous avons l’honneur de demander un petit guide qui nous permettrait de renseigner immédiatement les visiteurs et d’une façon précise sur les innombrables chefs-d’œuvre que contiennent nos musées. Nous demandons d’écouter les conférences instructives que voudraient leur faire MM. les conservateurs et nous tenons à faire remarquer que ce n’est pas dans un but mercantile que nous sollicitons cette amélioration, c’est tout simplement pour être en mesure de renseigner les visiteurs qui s’adressent à nous24. »

  • 25 « Rapport sur la situation des employés subalternes des administrations de l’État », Bulletin de la (...)

25À l’appui de leur demande, la Fédération des associations professionnelles des ministères relève qu’« outre les travaux de nettoyage et d’entretien des salles de nos Musées nationaux ou de nos bibliothèques, les gardiens doivent, pour pouvoir renseigner utilement les visiteurs, connaître l’emplacement des tableaux ou objets d’art dont ils ont la garde, et, dans les bibliothèques, connaître les différents départements où le visiteur pourra trouver l’ouvrage qu’il a intérêt à consulter. À ce propos, il est juste de remarquer que quelques-uns de nos camarades sont arrivés à posséder, par des efforts constants, une certaine compétence culturelle en éditant un journal du même nom25 ».

  • 26 Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, n° 9, mars 1906.
  • 27 AMN, O17, minute de la DMF, 12 mars 1903.
  • 28 L’Aurore, 23 déc. 1902 ; voir aussi M. Le Blond, La petite République socialiste, 30 déc. 1902.

26De même, l’Association des gardiens est à l’initiative de journées de visite de musées pour ses adhérents, notamment, en 1906, au musée de Fontainebleau « avec un conférencier de L’Art pour tous26 », une association créée à la suite de ces revendications. L’opposition du directeur des Musées de France à la généralisation de l’expérience est totale, car ce serait donner aux gardiens « une demi-science27 » et les « transformer en guides et cicerones en négligeant leurs véritables devoirs […] [et] oublier leurs devoirs stricts de gardiennage ». L’idée est pourtant à l’origine portée par Louis Lumet (1872-1923), inspecteur des Beaux-Arts en 1913, polygraphe, et notamment auteur de L’Art pour tous, conférences. Il est aussi responsable de l’Association générale des gardiens des musées nationaux qui défend ces conférences et la revendication commence par une polémique dans la presse28.

27Pour les conservateurs, confier aux gardiens les attributions qu’ils revendiquent conduirait à une forme d’exercice par délégation auquel ils ne sont pas prêts, et les gardiens à outrepasser leurs fonctions. Les gardiens, de même que la plupart des personnels administratifs ou techniques du musée, sont subordonnés aux conservateurs. L’association des gardiens regrette qu’ils soient « considérés comme des inférieurs » :

  • 29 Cf. Coget, Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, janv. 1906, (...)

« Nous lutterons, ajoute-t-elle, pour arriver à être des collaborateurs, des égaux. L’instruction n’est pas tout dans la vie, si avec cela il n’y a pas l’intelligence, l’à-propos et l’impartialité. Le titre ne donne pas non plus ces qualités à celui qui les porte ; on voit tous les jours des hommes du peuple s’élever très haut et y rester simplement par leur mérite réel29. »

  • 30 Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, n° 35, juin 1908, p. 5.

28C’est aussi le port de l’uniforme qui apparaît à l’Association générale des gardiens des musées nationaux comme un attribut grotesque et un signe de servitude. Elle réclame une uniformité « sous une forme plus élégante, ou mieux encore la suppression [de cet uniforme], dans l’intention de faire disparaître cette livrée, marque de domesticité, qui devrait être bannie de tout État démocratique30 ».

  • 31 Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, n° 35, juin 1908, p. 59 (...)

29Pour mettre fin à l’arbitraire et au népotisme des nominations et des avancements des emplois subalternes de l’administration, caractéristique de la période, la Fédération des associations professionnelles des ministères s’élève très vivement contre la loi de mars 1905 réservant les petits emplois publics aux anciens militaires : « cette mesure inadmissible, brutalement appliquée dès que la loi a été promulguée, est venue – par un scandaleux effet rétroactif – détruire brusquement les espérances de nombreux postulants des plus méritants, qui attendaient depuis des années une nomination presque promise31 ».

  • 32 AMN, O 17 (5), courrier du Cartel des musées nationaux, Section fédérale des mutilés, 19 sept. 1925 (...)
  • 33 AMN, O 17 (1), minute du DMF, 21 juin 1907.
  • 34 AMN, O 17 (5), cahier de revendications du Syndicat national du personnel de surveillance et d’entr (...)
  • 35 AMN, O 17 (5), lettre du DMF, 5 oct. 1925.
  • 36 AMN, O 17 (5), courrier du DMF au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 23 août 191 (...)

30L’association des gardiens suspecte quant à elle la direction des musées de choisir ceux qu’ils nomment des « embusqués », comme ceux affectés à des emplois spéciaux réclamant des compétences spécifiques telle la manipulation d’œuvres32. L’association demande la participation des gardiens à la préparation du tableau d’avancement. En 1907, le directeur des Musées de France refuse catégoriquement à « des employés subalternes de juger leurs pairs33 ». La demande réitérée des syndicats des personnels de surveillance réclamant « énergiquement la présence de délégués syndicaux à la commission du tableau d’avancement34 » est invariablement accueillie par une fin de non-recevoir. Le directeur des Musées de France rappelle avec force que « l’appréciation des mérites individuels appartient exclusivement au ministre ou au directeur, selon le cas35 ». Il refuse aussi de répondre favorablement à la demande d’un accès à l’ancienneté au grade de brigadier : « Nos gradés doivent posséder des qualités d’autorité, d’intelligence et d’éducation qui sont indépendantes de toute question d’ancienneté. La théorie des galons à tour de rôle, ainsi que la demande en est faite, est inadmissible36. »

  • 37 AMN, O 17 (5), lettre du DMF, 5 oct. 1925.

31Les justifications ou les refus de promotion témoignent des représentations que se fait la hiérarchie scientifique de ses subordonnés. Ces responsables suggèrent à maintes reprises la fragilité de jugement de leurs subordonnés. La direction les estime incapables d’un jugement objectif sur leurs pairs. Si l’on accédait à leur demande de siéger dans les commissions d’avancement, « les représentants élus se trouveraient appelés à donner leur appréciation sur les mérites de ceux qui sont déjà leurs chefs ou de ceux qui sont appelés à le devenir. Il n’est pas certain que leur indépendance serait entière et que leur point de vue serait toujours juste. Enfin leur présence ne rendrait pas plus aisé le rôle des conservateurs ou administrateurs, qui sont invités à donner en toute liberté leur avis sur les candidats à l’avancement. Une telle mesure serait d’ailleurs pour notre personnel un privilège dont ne bénéficie encore aucun personnel administratif37 ».

  • 38 L. Salaün, La réforme des fonctions publiques. Pour enrayer le favoritisme, il faut organiser l’ava (...)

32La réticence est donc absolue devant le gouvernement des syndicats de gardiens qui ne sont pas les gardiens du temple et qui revendiquent des critères d’appréciation chiffrés, à la suite de Louis Salaün, chef de bureau des Colonies. Pour ce dernier, « pour pouvoir établir le tableau d’avancement par ordre de mérite, il faut commencer par mesurer et comparer les mérites respectifs des concurrents en présence […]. Les services d’un fonctionnaire sont susceptibles d’être mesurés […] par l’instrument de précision par excellence : le chiffre. Il faut donc que le calcul de l’avancement des serviteurs du pays soit d’une telle simplicité qu’il puisse être vérifié par un enfant : la clarté est la garantie essentielle de la justice38 ». La note chiffrée et les appréciations ne sont en principe communiquées à l’intéressé qu’en cas de conseil de discipline.

  • 39 Sur les mouvements des intermittents, voir M. Grégoire, « La clôture comme seule protection ? Syndi (...)
  • 40 Voir G. Lecoeur, « Mouvements sociaux. Syndicalisme », in Y. Lintz (dir.), Histoire du Louvre, Faya (...)
  • 41 Voir G. Lecoeur, « Mouvements sociaux. Syndicalisme », in Y. Lintz (dir.), Histoire du Louvre, Faya (...)

33À la Libération, les pratiques de notation et d’avancement des gardiens sont, on l’a vu, modifiées. Ces derniers sont, sur l’ensemble de la période 1946-1981, majoritairement syndiqués à Force ouvrière, secondairement à la CGT-FO. Les organisations syndicales dans les musées ont, en raison d’effectifs réduits en personnel, une connaissance fine des agents et des métiers et parfois un accès direct au bureau du cabinet du ministre39. Ce mouvement social, qui peine à s’organiser en France dans l’entre-deux-guerres, en raison de la faiblesse de ses effectifs, de sa proximité avec le syndicalisme révolutionnaire des origines, particulièrement marquée chez les gardiens de musée, et aussi de la difficulté à construire une ligne revendicatrice entre statut public de fonctionnaire et droit privé40, subit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la scission au sein de la Confédération générale du travail (CGT) – qui débouche sur la création de Force ouvrière (FO) –, contribuant à une faible visibilité et à un morcellement de l’action syndicale par corps et catégories mais qui reste néanmoins actif. Les organisations syndicales dans les musées ont, en raison d’effectifs réduits en personnel, une connaissance fine des agents et des métiers et parfois un accès direct au bureau du cabinet du ministre. Ce mouvement social, qui peine à s’organiser en France dans l’entre-deux-guerres, en raison de la faiblesse de ses effectifs, de sa proximité avec le syndicalisme révolutionnaire des origines, particulièrement marquée chez les gardiens de musée, et aussi de la difficulté à construire une ligne revendicatrice entre statut public de fonctionnaire et droit privé41, subit au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la scission au sein de la Confédération générale du travail (CGT) – qui débouche sur la création de Force ouvrière (FO) –, contribuant à une faible visibilité du mouvement social des musées et à un morcellement de l’action syndicale par corps et catégories mais qui reste néanmoins actif.

  • 42 AMN, O 17 (1), 1er oct. 1936.

34Au milieu des années 1960 toujours, le Syndicat général du personnel de surveillance, de service et assimilés des administrations de l’État réclame une nouvelle fois la communication des « notes signalétiques » prévue par l’article 65 de la loi de finances du 22 avril 1905. Leur notation est en principe censée être semestrielle dans l’entre-deux-guerres. S’étonnant qu’« aucune règle [ne soit] appliquée en matière de notation », il demande « la constitution d’une fiche pour chaque agent pour que chaque fin d’année, il soit noté par ses chefs et qu’il puisse en prendre connaissance. Certains camarades sont étonnés de se voir plus brimés et moins avantagés que d’autres sans pour cela s’être le moins du monde soustrait à leurs obligations42 ». Mais l’administration muséale privilégie la recherche de soumission d’une population jugée peu consciencieuse.

C. L’occasion manquée d’une formation aux publics et aux œuvres

  • 43 Jusqu’en 1971, date du statut du corps.
  • 44 AMN, 2AA 9, syndicat national CGT des agents des établissements de l’Éducation nationale, à Mme Val (...)

35Les problèmes de promotion et de formation sont d’autant plus aigus que l’emploi de gardien comprend seulement trois grades : gardien, brigadier et surveillant43. Pendant les premières années qui suivent leur entrée dans un musée, les gardiens sont astreints à un service de nuit. En 1960, l’échelonnement des rémunérations indiciaires des gardiens de musée est l’un des plus bas des catégories d’agents de l’État, comparable à celui des agents de service des hôpitaux, avec un indice brut entre 120 et 190. Par comparaison, celui des facteurs, des douaniers, des cantonniers et des balayeurs s’échelonne la même année de 140 à 225 ; celui des éboueurs, de 150 à 250 ; celui des agents de service des hôpitaux, de 125 à 180 ; et celui des aides-soignants, de 145 à 22544.

  • 45 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

36À partir de 1966, l’administration use d’un expédient pour améliorer leurs perspectives d’avancement et de rémunération. Ce dernier consiste à créer des emplois d’ouvriers de surveillance, puis de contremaîtres et soumis au statut général des ouvriers de l’État : la nomination dans chacun de ces grades étant subordonnée à un examen d’aptitude, elle justifie des rémunérations plus élevées45. Se trouvent alors côte à côte trois catégories d’agents : le corps des gardiens avec ses trois grades, les ouvriers, et les inspecteurs de surveillance – les deux derniers remplissant en réalité les mêmes fonctions que les gardiens dans les musées.

  • 46 Archives des musées nationaux (AMN), 2 AA 106, DMF, Relevé des questions essentielles traitées depu (...)

37Jusqu’en 1971, l’emploi est exclusivement masculin. On trouve toutefois des femmes cantonnées au statut d’épouse du concierge d’établissement appelées à aider bénévolement leur conjoint, assurant par exemple la garde de la loge pendant la tournée de leur mari. Le recrutement du personnel féminin dans le corps de gardiennage débute à partir d’octobre 1971 par l’engagement d’une dizaine de candidates gardiennes46. Pendant les premières années qui suivent leur entrée dans un musée, les gardiens sont astreints à un service de nuit.

  • 47 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.
  • 48 AMN, O1A, PV de la commission de classement pour les grades de surveillant et brigadier des musées (...)

38Le recrutement est quasi discrétionnaire jusqu’au statut du corps qui date de 1971, donc sans concours ni examen professionnel. L’avancement au grade de brigadier, puis de surveillant, se fait ensuite au choix par inscription au tableau d’avancement, sous la seule condition d’une certaine ancienneté47. L’avancement et la mobilité des gardiens se heurtent à leur impossibilité et leur refus de quitter leur affectation, car ils sont soit logés dans le musée ou à proximité, soit y bénéficient de pourboires qui leur permettent d’améliorer une rémunération faible. Ce fait relevé dans tous les PV de CAP de gardiens des années 1950 rend inopérant tout le travail préparatoire de classement par ordre de mérite – c’est-à-dire tenant compte des bonifications d’ancienneté d’un mois et demi produites par la notation – effectué par le chef du service de surveillance. Ainsi, en mars 1945, 19 gardiens promouvables dès 1939 ne l’ont pas été ou « refusent de l’être ailleurs que dans le musée où ils sont en service48 ». En outre, une coutume s’est établie dans certains musées en cas de vacance de poste de promouvoir au grade supérieur un agent du musée « quelles que soient ses qualités ».

  • 49 AMN, O1A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien, 16 août 1951.
  • 50 AMN, O1A, PV de la CAP du personnel de surveillance, séance du 22 déc. 1948.
  • 51 AMN, O1A, note du conseiller technique Galdemar, cabinet du secrétariat d’État aux Arts et Lettres, (...)

39Face à ces problèmes et pour respecter le nouveau statut des fonctionnaires, le chef du service avoue son désarroi49. Bien qu’il tienne à ce que « chacun soit récompensé selon ses mérites », il se demande si l’on est « décidé une fois établi le tableau d’avancement par ordre de mérite à nommer les candidats dans l’ordre de mérite sans transgresser cette règle d’une façon presque absolue […]. Je souhaiterais [que les représentants de l’administration] comprennent enfin que toute décision prise contre toute justice et seulement pour la satisfaction personnelle d’un agent crée un malaise dans le corps du personnel de gardiennage tout entier ». De ce fait, toute la procédure d’avancement reste en suspens pendant les années 1950, malgré la demande de communication des notes des gardiens présentée par le syndicat CFTC en 194850, à tel point qu’en 1957, le ministre de l’Éducation, saisi par les syndicats des personnels, demande à la DMF un rapport sur les retards pris dans l’avancement des gardiens51.

  • 52 Voir J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

40Une vue d’ensemble sur les possibilités d’avancement au sein de ce corps entre les années 1950 et 1970 est nécessaire. Un décret du 10 mai 1954 fixe les statuts particuliers des gardiens des musées nationaux, des préposés et du chef de surveillance et d’entretien52. Le corps des gardiens lui-même comprend en réalité trois grades : les gardiens, les brigadiers et les surveillants. Le recrutement des gardiens est pratiquement discrétionnaire et ne nécessite ni concours ni examen professionnel ; l’avancement au grade de brigadier puis de surveillant se fait au choix, par inscription au tableau d’avancement, sous la seule condition d’une certaine ancienneté.

41Le tableau 1 (partie 2, chapitre 1) indique que, contrairement au corps des conservateurs, le nombre de postes ouverts dans chaque grade n’est pas augmenté. Pour élargir les perspectives de débouchés, la solution de présentation consiste à associer le corps des ouvriers d’État à celui des agents de surveillance.

  • 53 AMN, O1 A, PV de la commission de classement pour les grades de surveillant et de brigadier des mus (...)
  • 54 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir u (...)

42L’avancement et la mobilité des gardiens se heurtent à leur réticence à quitter le musée où ils sont affectés, soit parce qu’ils sont logés dans le musée ou à proximité, soit parce qu’ils y bénéficient de pourboires qui leur permettent d’améliorer une faible rémunération. Ces faits relevés dans tous les procès-verbaux des commissions administratives paritaires (CAP) de gardiens des années 1950 – le recrutement du personnel de surveillance ayant été interrompu dix ans, entre 1941 et 1951 – rendent caduc tout le travail préparatoire de classement par ordre de « mérite » que le chef du service de surveillance et de gardiennage effectue avant les réunions des CAP chargées d’examiner l’avancement des gardiens. En mars 1945, le directeur des musées de France ouvre la CAP en rappelant qu’il existe encore 19 gardiens inscrits pour le grade de brigadier au tableau d’avancement de 1939, mais que tous ces gardiens ne peuvent « être promus ou refusent de l’être ailleurs que dans le musée où ils sont en service53 ». Dans les années 1950, pour occuper le grade de brigadier, pour tel gardien du musée de Malmaison, logé à Malmaison, « il va de soi qu’il acceptera seulement Malmaison » ; pour tel gardien du musée de Pau, dont le conservateur « signale qu’il donne satisfaction et lui paraît digne de figurer au tableau d’avancement pour le grade de brigadier, il va sans dire que le gardien X, logé au musée de Pau, n’acceptera pas d’autre poste que celui de Pau54 ».

  • 55 AMN, 2AA6, PV de la CTP, séance du 12 avr. 1972.
  • 56 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.
  • 57 AMN, 2AA191, PV de la CAP du corps de la maîtrise et des ouvriers de surveillance des musées nation (...)

43Ainsi, pour améliorer l’avancement des gardiens, le directeur des Musées de France, « dans un but social pour améliorer la situation du personnel de surveillance et de gardiennage55 », imagine un subterfuge : les intégrer dans le corps des ouvriers d’État qui s’étaient mieux défendus sur le plan indiciaire56 : le qualificatif d’« ouvrier » devient une promotion. On a ainsi à la fin des années 1960 trois catégories d’agents : le corps de surveillance, les ouvriers et les inspecteurs de surveillance, qui remplissent en fait les mêmes fonctions dans les musées avec les inconvénients qui en résultent. Ce n’est donc qu’à la fin des années 1970 que la cogestion de l’avancement au sein des CAP conduit à favoriser les jeunes et non plus les anciens57.

44La façon tardive par rapport aux autres administrations de traduire en règles propres à la Culture les principes généraux du statut général des fonctionnaires, la difficulté à faire passer l’objectif de l’appréciation des gardiens d’une visée disciplinaire à une visée promotionnelle, la rareté des débouchés au sein du corps ainsi que les aspirations des agents à rester sur place réduisent le tableau d’avancement à une distinction honorifique sans effet promotionnel réel : l’ancienneté devient bien le premier des mérites.

  • 58 AMN, O1A, note de M. Petite sur l’avancement de grade pour 1949.

45Pour inopérant qu’il soit sur le plan des mobilités, le tableau d’avancement discuté en CAP n’en a pas moins une forte dimension symbolique. Il constitue un vrai tableau d’honneur pour les gardiens, alors que, pour les conservateurs, être inscrit sur une liste dont le nombre s’accroît est perçu comme désobligeant. Les propositions des conservateurs « sont inspirées du désir de donner aux gardiens une satisfaction morale58 » et, selon le chef de la surveillance, inscrire au tableau d’avancement un nombre de gardiens très supérieur aux vacances prévues permettait de « procurer aux intéressés la satisfaction d’avoir figuré sur un tableau d’avancement ». La notation met ainsi en scène, dans la pratique quotidienne des relations hiérarchiques, un nouveau rituel de classement et de distinction symbolique à partir de 1948.

  • 59 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir u (...)

46Le chef de surveillance et de gardiennage relève d’ailleurs que le principal souci des conservateurs « n’a pas toujours été de promouvoir au grade supérieur des agents ayant les aptitudes nécessaires pour exercer des fonctions comportant un commandement avec une autorité acquise par l’exemple et des qualités professionnelles indiscutables. On a trop l’impression que des propositions sont faites pour permettre à des agents du cadre complémentaire d’accéder au cadre normal et d’obtenir ainsi en fin de carrière une échelle de traitement plus élevée59 ». Les propositions des conservateurs en chef des musées de Malmaison et de Versailles « sont inspirées du désir de donner aux gardiens une satisfaction morale. Ils savent parfaitement qu’ils ne peuvent pas être promus au grade supérieur ». Le chef de surveillance précise aussi que les dérives de ce système constituent une façon de reconnaître aux gardiens un mérite, même sans effet sur l’avancement :

  • 60 AMN, O1 A, note sur l’avancement de grade pour 1949, par M. Petite, chef du service de surveillance

« Lorsqu’il s’agissait de combler une vacance, l’administration, sur la proposition des conservateurs en ce qui concerne les musées extérieurs, procédait à la nomination d’un des candidats inscrits au tableau d’avancement. Cette façon de faire permettait d’inscrire au tableau d’avancement un nombre de gardiens très supérieur aux vacances prévues, simplement pour procurer aux intéressés la satisfaction d’avoir figuré sur un tableau d’avancement et l’administration aurait eu mauvaise grâce à s’opposer à l’inscription de tel candidat au tableau car elle savait très bien qu’elle pouvait toujours s’opposer à sa nomination60. »

  • 61 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir u (...)

47En outre, une coutume s’est établie selon laquelle les vacances de gradés de certains musées, comme celui de Versailles, sont presque toujours comblées par la promotion, sur place, d’agents du musée en question au grade supérieur. Ainsi, « il est impossible à un gardien d’un autre musée d’être promu au grade de brigadier à Versailles quelles que soient ses qualités61 ». Cette gestion de l’inscription au tableau d’avancement pour promouvoir les plus âgés est critiquée par le chef du personnel de surveillance :

  • 62 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir u (...)

« Il faudrait savoir si, pour être promu au grade de brigadier au Louvre ou au musée d’Art moderne, il suffit d’être un gardien ancien, de bonne tenue et capable seulement de remplacer l’un ou l’autre des gardiens en service dans un secteur déterminé, ou bien si le brigadier doit être un sujet de choix, capable d’exercer un commandement avec autorité et de seconder ses supérieurs. Ceci m’oblige à demander que la question de l’avancement du personnel de surveillance soit reprise dans son ensemble62. »

48Avant même l’éducation des publics, c’est la question de l’éducation et de la formation des gardiens qui se trouve posée dès les années 1950, afin que ceux-ci puissent en retour jouer aussi un rôle d’information auprès du public. Dans le débat qui s’ouvre quant à l’action du ministère entre 1950 et 1970, avec d’un côté les partisans d’un repli sur sa spécificité artistique et d’une révision à la baisse de ses ambitions sociales, et de l’autre les partisans d’un soutien à la diffusion artistique dans une palette plus variée d’actions, éducatives et associatives, pour pallier les insuffisances de la seule confrontation avec les œuvres, les gardiens illustrent bien le choix de la première option fait finalement par le ministère.

  • 63 AMN, O20 D, PV de la CAP n° 3 du 1er juin 1949.
  • 64 AMN, O1 A, DMF, instruction des gardiens, pour MM. les conservateurs en chef et conservateurs, chef (...)

49Les années 1950 et 1960 constituent pour eux une occasion manquée de voir se généraliser une formation à la diffusion artistique. En 1955 réémerge de la part des gardiens du Louvre le souhait de suivre une formation pour le service du public, réclamée depuis le début du xxe siècle. Cette revendication d’une formation pour le service du public, censé être désormais rendu indépendamment des pourboires, est relayée par le directeur des Musées de France Georges Salles la même année63. Pour lui, désormais, il s’agit d’« intéresser plus directement les gardiens eux-mêmes à la mission qu’ils ont quotidiennement à accomplir et dont l’importance n’est pas toujours exactement connue d’eux64 ». D’autant que les visiteurs du Louvre « se plaignent souvent, certaines lettres récentes que j’ai reçues en témoignent, de l’ignorance des gardiens sur les œuvres contenues dans les salles qu’ils doivent surveiller et sur la topographie même du musée ». Cette exigence rencontre cependant le scepticisme des conservateurs, qui craignent notamment l’absence de personnel occasionnée par ces formations.

  • 65 AMN, O1 A, lettre du DMF à Mme Cart, conservateur des musées nationaux, chef du service éducatif, [ (...)
  • 66 AMN, O1 A, le DMF à Mme Cart, conservateur des musées nationaux, chef du service éducatif, avr. 195 (...)
  • 67 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit., p. 33 et suiv

50Des « cours élémentaires » pour les gardiens du Louvre sont organisés par les départements, à l’initiative de la direction du musée, pendant l’année 1956-195765. Cet essai a, selon Georges Salles, « donné d’appréciables résultats, a suscité parmi les gardiens un certain intérêt et a resserré les liens devenus un peu lâches entre le personnel scientifique et celui chargé de la surveillance ». Il apparaît cependant que les charges déjà « si diverses et lourdes incombant à la conservation » des départements ne lui permettaient pas d’« assurer dans l’avenir, d’une façon systématique et régulière, un tel enseignement ». Le bilan de ces cours élémentaires pour les gardiens est tiré en avril 1958 par le directeur des Musées, qui demande à Germaine Cart, chargée du service éducatif, de réfléchir au problème66. Ces cours s’avèrent « délicats puisqu’il s’agit de donner à des gardiens d’instruction dans l’ensemble primaire un enseignement sur une matière d’ordre plus élevée », et doivent donc être « confiés à des spécialistes de la pédagogie qui connaîtraient exactement les besoins des visiteurs des musées et, évidemment, les collections du musée du Louvre, leur répartition, leur histoire, etc. ». Il faudrait par ailleurs, « bien entendu, éviter que les gardiens du Louvre se transforment en guides mais leur rôle devrait pouvoir normalement s’étendre à la possibilité de fournir des renseignements limités et pratiques à tout visiteur ». Ainsi, dans le projet d’éduquer les gardiens perdure le souci que ces hommes restent dans la position de simple exécution qui est la leur. D’autant qu’à partir de la fin des années 1950 et dans les années 1960 commencent à se redévelopper au Louvre des services de guides-conférenciers, avec lesquels les gardiens ne sauraient entrer en concurrence67.

51Toutefois, une des principales difficultés rencontrées par les conservateurs réside dans l’organisation du service des gardiens, qui passent en permanence d’un secteur du musée à un autre, selon un système de rotation. Le service de surveillance est assuré à la fois par des gardiens « de poste fixe » restant toujours dans le même secteur, et par des gardiens « de secteur » changent de secteur toutes les semaines. Le principal obstacle réside ainsi, pour les chefs de service, dans l’organisation du travail des gardiens puisqu’en dehors des postes fixes, peu nombreux, les conservateurs n’ont jamais affaire aux mêmes gens et doivent perpétuellement tout recommencer.

52Le problème vient aussi des conservateurs dispensant les cours. Il apparaît cependant que les charges déjà « si diverses et lourdes incombant à la conservation » des départements ne lui permettent pas d’« assurer dans l’avenir, d’une façon systématique et régulière, un tel enseignement ». D’autre part, le DMF souhaite que « ces cours, qui se révèlent très délicats puisqu’il s’agit de donner à des gardiens d’instruction dans l’ensemble primaire un enseignement sur une matière d’ordre plus élevé, soient confiés à des spécialistes de la pédagogie qui connaîtraient exactement les besoins des visiteurs des musées et, évidemment, les collections du musée du Louvre, leur répartition, leur histoire, etc. […]. Il faudrait, bien entendu, éviter que les gardiens du Louvre se transforment en guides, mais leur rôle devrait pouvoir normalement s’étendre à la possibilité de fournir des renseignements limités et pratiques à tout visiteur ». Pierre Verlet, conservateur en chef du département des objets d’art, tout en « applaudissant cette initiative », s’inquiète « un peu de l’ampleur qu’elle paraît prendre », surtout dans un département comme le sien, « si réduit au point de vue du personnel ». Soulignant qu’il a lui-même, lors de l’exposition de tapisseries du musée d’Art moderne ou au moment de la réouverture du musée de Cluny, conduit personnellement les gardiens pour les mettre au courant des principaux objets exposés et « les intéresser directement », il remarque qu’il « faudrait cependant limiter à une ou deux visites l’ensemble du département des objets d’art : il nous serait impossible d’assumer un programme aussi vaste et encore moins de contribuer à rédiger un petit aide-mémoire, alors que nous sommes déjà si en retard avec les guides destinés aux visiteurs ». La difficulté semble « résider surtout dans l’habitude que l’on a de faire continuellement passer les gardiens d’un secteur à l’autre. Ne pourrions-nous nous limiter aux postes fixes, ainsi qu’à quelques gardiens ? ». C’est ainsi que le chef du personnel et de gardiennage dresse la liste des premiers bénéficiaires de ce programme de formation.

  • 68 Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics, rapport d’ensemble 1999- (...)

53Ainsi le règlement intérieur applicable aux gardiens de 1963 reste-t-il centré sur les obligations vis-à-vis d’un public qu’il ne s’agit pas d’informer, mais de discipliner. L’imposition d’un cadre légal, à partir de 1966, de la formation continue dans la fonction publique, joue peu en faveur des gardiens car ce cadre concerne d’abord essentiellement la haute fonction publique. Puis, la loi d’orientation et de programme sur la formation professionnelle du 3 décembre 1966, la loi sur la formation professionnelle continue dans le cadre de l’éducation permanente du 16 juillet 1971 et la loi du 13 juillet 1983 portant statut général des fonctionnaires instituent l’obligation de proposer une formation continue aux agents de la fonction publique à tous les niveaux hiérarchiques et non plus seulement à celui de la haute fonction publique. Il faut d’ailleurs signaler que le bilan en 2001 n’inverse toujours pas la tendance à une sous-représentation de la catégorie C pour la formation. L’accord-cadre de février 1966 prévoyait que chaque agent des catégories A et B devait bénéficier de cinq jours de formation sur la durée de l’accord (trois ans) et de six jours pour les agents de la catégorie C. Ces objectifs ne sont vraisemblablement pas atteints, notamment pour les agents de catégorie C. La DGAFP estime que « six agents sur dix ont suivi une formation en 2004, hors Éducation nationale. Parmi eux, 54 % sont en catégorie C ou sont ouvriers. Seuls 55 % des agents de catégorie C sont partis en formation en 2004, contre près de 75 % des agents des catégories A et B68 ».

  • 69 F. Kletz, O. Lenay, « La gestion publique des métiers. Le cas du secteur culturel », in S. Guérard (...)
  • 70 Ce repyramidage, commencé en 2005, s’achève en 2010 alors que le mouvement de réduction des emplois (...)
  • 71 Ibid.

54C’est en réalité seulement à partir de 1979 et 1990, avec la restructuration de la filière de gardiennage et sécurité, que les gardiens bénéficient d’une formation aux publics et aux œuvres. Pour les fonctions de gardiennage, à partir de 1979, les perspectives d’avancement pour les gardiens sont modifiées. Leur mobilité géographique reste alors toujours très difficile à organiser, surtout pour ceux qui sont logés pour utilité de service, du fait du faible nombre de postes offerts avec logement. Le corps d’« agents d’accueil et de surveillance » créé en 1979 regroupe dans un seul et même statut les agents d’accueil, les surveillants et les magasiniers (en fait deux corps d’agents et d’adjoints), comprenant environ 3 300 emplois budgétaires pour le seul compte du ministère de la Culture69. La création de la filière des « agents techniques de surveillance et de magasinage » (ATSM) à la fin des années 1990 contribue à réorganiser la gestion de l’emploi. Auparavant centrée sur la seule catégorie C, puis donnant accès par concours interne à la catégorie B par l’entrée dans le corps des techniciens du service culturel, la filière inclut in fine, à partir de 2005, l’accès à un grade de la catégorie A, celui d’inspecteur du service culturel. Ce grade est conçu sur le modèle de la fonction publique territoriale70. En 2007, 77 % des agents relèvent de la catégorie C, 20 % de la B, et 3 % de la A. Comme nous l’avons dit, la mobilité géographique des gardiens reste toutefois très difficile, avec la décision de supprimer progressivement une grande partie des logements de service71.

II. Une fonction divisée en deux au British Museum

55En Grande-Bretagne, il existe deux types de gardiens, les gallery warders (gardiens de salle) et les security warders (agents de sécurité). Le recrutement des personnels de sécurité s’effectue sur l’examen d’une lettre de motivation et d’un curriculum vitæ, suivi d’un entretien : les agents ne passent pas de concours, mais sont assimilés à des fonctionnaires dans la mesure où leur emploi est permanent. Comme au Louvre, les gardiens de salle et les agents de sécurité n’ont pas de formation, sauf une présentation élémentaire d’une semaine, jusqu’en 1985. Comme au Louvre également, gardiens de salle comme agents de sécurité sont presque tous syndiqués. Regardons d’abord quelle est l’organisation des carrières et des tâches, puis de la formation.

A. Vers une fusion des attributions des chefs

56Il existe durant toute la période deux types de gardiens, les gallery warders (gardiens de salle) et les security warders (agents de sécurité). Les gallery warders constituent le visage extérieur des salles du musée, ceux que l’on voit dans chaque galerie. Les security warders travaillent dans les coulisses, 24 heures par jour, pour garder le musée sécurisé. Le déroulement de carrière des deux types de gardiens se poursuit dans leur propre spécialité. Les deux types d’emploi fusionnent au niveau de gardien en chef. L’organisation interne de la sécurité repose sur un système pyramidal simple. Un « officier surveillant » supervise une équipe de 12 à 15 agents, répartis en secteurs, soit environ 80 à 85 agents affectés chaque jour dans les 94 salles du musée.

57Les horaires des agents sont de 9 heures-17 heures, mais il existe par ailleurs un système d’horaire en 3 × 8 pour les agents affectés au poste de contrôle, les agents de nuit et d’intervention. Le musée ouvre ses portes au public à 10 heures. Les agents arrivent à 9 heures. À 9 h 10, ils doivent être en tenue à leur poste. Chaque jour, en arrivant à leur poste, les agents effectuent une ronde de sécurité qui consiste en une vérification des œuvres, des lumières et des extincteurs. Ils disposent de trois services de table, d’une durée d’une heure, répartis entre 11 h 20 et 14 h 20, et d’une pause de 20 minutes l’après-midi pour le thé ; le British Museum met à leur disposition un restaurant du personnel et une salle de repos. Le musée est ouvert du lundi au samedi de 10 heures à 17 heures, et le dimanche de 14 h 30 à 18 heures. Il ferme le Vendredi saint, le premier lundi du mois de mai, du 24 au 26 décembre et le Jour de l’an. L’évacuation des salles intervient 10 minutes avant la fermeture du musée. L’accès des collections est gratuit, en dehors des expositions temporaires, selon une tradition qui remonte à la création du British Museum.

  • 72 Entretien de l’auteure avec Norman Jacobs, juin 2016.

58Après la guerre, gallery warders et security warders ont des origines sociales proches72. Ils ont le niveau O-Level/GSCE, l’équivalent du certificat d’études primaires en France. Ce niveau a été remplacé à la fin des années 1980 par le General certificate of secondary education, certificat général de l’enseignement secondaire, diplôme obtenu vers 16 ans sanctionnant la fin de l’enseignement général obligatoire, examen passé en fin de troisième. Les gallery warders provenaient d’une gamme de milieux différents ; les security warders principalement de la police, de l’armée ou des entreprises de sécurité. L’origine géographique des gardiens est principalement londonienne, car, notamment pour les agents de sécurité, ils doivent vivre suffisamment près du musée pour permettre les déplacements. Au cours de la décennie 1970, la possession accrue d’automobiles permettait aux gardiens de se déplacer plus loin.

59Traditionnellement, les chefs de département et l’essentiel des personnels vivent sur le site du musée. Ce qui comprend également les principaux membres du personnel de sécurité. En fait, dès la fin du xixe siècle, des logements supplémentaires sont alloués aux pompiers des musées et à leurs familles dans les chambres situées au sud de la rue Great Russell. Au musée, la résidence Seven dans l’aile ouest abrite des appartements pour le personnel de sécurité et leurs familles de 1880 jusqu’au début des années 1960. Il s’agit notamment de l’inspecteur de la police et des pompiers supérieurs. Entre 1940 et 1964, les pompiers sont les principaux occupants de ces appartements.

  • 73 BM, AL, Whitley Council minutes, juin 1947.

60En 1947, un sanatorium et des cantines sont mis en place pour l’ensemble du personnel du British Museum, et en particulier le personnel subalterne73. Mais la mise en place de la cantine se fait non sans difficulté. Si des mesures sont prises pour mettre en œuvre les instructions contenues dans la réunion du conseil de janvier 1947, proposant d’utiliser la galerie de plâtre pour la cantine, le personnel attire l’attention sur les conditions insatisfaisantes des toits temporaires ondulés qui la surmonterait, et le directeur promet de remonter l’affaire au ministère du Travail, afin d’expliquer la lenteur pour remplacer les toits temporaires en verre.

61L’interrogation majeure cette année-là, hormis les perspectives de recrutement de personnels subalternes et administratifs, dont les besoins sont grands à cause du travail d’édition des catalogues et des livres imprimés, concerne les conditions des gardiens : les modalités de recrutement datent d’un mémorandum de 1925 qui précise les conditions d’embauche des gardiens et qui semble toujours en vigueur (comme le règlement de 1912 au Louvre). Le directeur, à la demande du Trésor, doit mener une enquête sur ce point.

  • 74 BM, AL, Whitley Council minutes, juin 1963.

62La question de rendre fériés les lendemains de fêtes pour les gardiens est acquise en 1963. Alors même que la question de la fermeture des salles de lecture et de la bibliothèque au public les jours fériés et les lendemains de fête, au vu de la faible fréquentation à l’année, continue de faire débat depuis 1957 en raison d’une éthique du service au public (cf. infra). La question pour les gardiens est l’accord passé avec l’Union de la fonction publique que les grades des gardiens qui sont de permanence les jours fériés, et qui doivent recevoir des jours supplémentaires de repos au lieu de recevoir une compensation financière. Alors que les jours de travail le lendemain des fêtes sont jugés inopportuns par le représentant du personnel, le directeur du musée réplique que toutes les galeries sont ouvertes ces jours-là, et que le musée joue un rôle important dans la vie de la communauté. L’argument selon lequel le musée serait déserté par le public les lendemains de fêtes n’est pas suffisant pour emporter l’adhésion74. Cette proposition est strictement limitée aux grades des gardiens, car l’étendre à d’autres grades, comme ceux de documentalistes, soulèverait des problèmes d’organisation et d’accueil du public encore plus importants.

  • 75 N. Jacobs, Behind the Colonnade. Thirty-seven Years at the British Museum, The History Press, Glouc (...)

63D’après les archives des conseils whitley consultées, gardiens de salle comme agents de sécurité paraissent peu revendicatifs, au regard des gardiens du Louvre. Leurs conditions de travail sont, selon le témoin Norman Jacobs, auteur d’un livre témoignage et ayant travaillé au British Museum entre 1967 et 2004, « relativement bonnes ». Il y a parfois des plaintes concernant les températures dans les galeries. Mais selon cet ancien gardien devenu employeur, le musée est assez facile à vivre en tant qu’employeur75.

64Comme nous l’avons vu, le British Museum Act de 1963 apporte des changements importants à la gouvernance, à l’accès et au développement du musée. En conséquence, les services de gardiennage et de sécurité doivent élaborer une nouvelle échelle de carrière pour respecter ces changements. En 1964, les services des gardiens de galeries, des agents de sécurité et des pompiers fusionnent au sein d’un service de gardien en chef. En 1966, il est convenu que les femmes gardiennes pourraient être recrutées. Jusqu’en 1980, le musée a son propre pompier en chef qui travaille sous la direction du gardien en chef. Au début de la période, il n’y avait pas de femmes. À la suite de l’introduction de femmes gardiennes en 1966, plusieurs femmes ont rejoint les gallery warders, mais leur nombre reste toujours minoritaire. Seulement deux ou trois femmes rejoignent les agents de sécurité. Les femmes sont un peu plus nombreuses chez les gardiens de salle. Norman Jacobs évoque, pour la fin de la période (années 1980), la proportion d’un tiers de femmes chez les gardiens de galeries, et d’un quart de femmes chez les agents de sécurité. Comme les hommes, aucune d’entre elles n’est bénévole.

B. Une formation réservée aux agents de sécurité

  • 76 Entretien de l’auteure avec Norman Jacobs, juin 2016. Cf. aussi N. Jacobs, Behind the Colonnade. Th (...)

65Les officiers reçoivent une formation générale à leur arrivée, qui consiste en une présentation du fonctionnement du service et du musée. Certains agents sont initiés aux premiers secours et à la protection incendie. Aucun autre apprentissage n’est proposé au cours de la carrière dans la période étudiée, jusqu’en 1985. La promotion des agents dépend de leurs compétences et de leur mérite. Si l’organisation du musée est fondamentalement une structure pyramidale, il y a beaucoup d’opportunités pour les gardiens d’être promus grâce à la notation76.

  • 77 M. Caygill, The Story of The British Museum, 1981, p. 48.
  • 78 Entretien de l’auteure avec Brian Williamson, juin 2016.

66Comme en France, les gardiens sont d’anciens militaires ou policiers, ce qui évite au musée de prendre en charge les retraites et pensions. Selon l’ouvrage de Marjorie Caygill, « la police a protégé le musée jusqu’en 1925. Elle a ensuite été remplacée au musée par des retraités de la police77 ». Ce système persiste jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, mais guère au-delà78. Toutefois, le vocabulaire utilisé pour désigner les gardiens dans les années 1970 reflète cette tradition de la police autant pour le personnel des galeries (membres du département de la sécurité travaillant exclusivement dans les salles publiques, donc les gardiens de salle) que pour les agents de sécurité (les membres du département de sécurité contrôlent les points d’entrée et travaillent en grande partie derrière les salles). Par exemple, la porte d’entrée intérieure située dans le coin sud-est du site est appelée la « porte de la police », reflétant cette tradition de la police. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les personnels conservateurs, administratifs et de police sont réduits, les collections évacuées. Le personnel restant sans sécurité a été formé à la lutte contre les incendies, mais, avec une activité accrue, des pompiers auxiliaires ont été recrutés pour le travail de nuit aux côtés du personnel de sécurité nocturne et des pompiers du musée. Ce personnel a fait un excellent travail pendant la Seconde Guerre mondiale pour protéger le musée.

  • 79 Entretien de l’auteure avec Norman Jacobs, juin 2016.

67Dans les années 1950 et 1960, les gardiens de salle ne sont pas formés pour traiter avec le public ou comprendre les collections. La plupart d’entre eux se forment eux-mêmes au contact des collections. En revanche, certains des agents de sécurité ou des pompiers ont une formation en la matière. Cependant, au cours des années 1970 et 1980, plusieurs personnes ayant rejoint le service ont eu des carrières antérieures qui ont apporté au service une expérience variée dans les deux domaines79. Recrutés à l’âge moyen de 38 ans, ils ont en effet pour la plupart exercé d’autres métiers auparavant. Les années 1970 ont connu une énorme augmentation des actes terroristes perpétrés par l’IRA (Armée républicaine irlandaise) sur le continent britannique qui a conduit à élargir le département de sécurité et à réduire l’âge de recrutement d’un minimum de 38 ans à 21.

68Ce n’est qu’à partir de 1985 qu’une formation pour les agents de sécurité est mise en place. En janvier 1985, Norman Jacobs soumet un document à la direction des Musées, soulignant le besoin de formation et la façon dont elle peut être délivrée en matière de sécurité. L’industrie de la sécurité au Royaume-Uni augmente alors rapidement. Il devient important que le musée élabore ses propres normes face aux nouvelles menaces technologiques notamment. La proposition est acceptée et, à partir de 1985, tous les nouveaux gardiens sont formés avant d’exercer leurs fonctions. Initialement, le cours est d’une semaine, mais sa durée passe rapidement à deux semaines, en intégrant une formation aux premiers secours. Les tests ont lieu à la fin de la première et de la deuxième semaine, et quiconque échoue n’est pas confirmé. La formation couvre tous les aspects de la sécurité et elle est soutenue par le personnel académique du musée.

  • 80 BM, AL, Whitley Council minutes, janv. 1971.

69C’est en 1971 qu’une nouvelle impulsion apparaît en matière de formation de l’ensemble du personnel, dont les gardiens80. Le directeur attire l’attention sur le rapport du sous-comité de la formation du personnel car les besoins du musée sont importants dans ce domaine. Les points suivants émergent dans la discussion. D’abord, M. Bridgewater accepte d’initier des cours introductifs pour les nouveaux membres du personnel, et à plus long terme, tous les six mois, pour tout le personnel intéressé. Comme il ne pourra pas prendre en charge ces cours pendant longtemps au vu de son prochain départ en retraite, il pose dès à présent la question des conférenciers de remplacement. Il est personnellement favorable à des présentations assez courtes, suivies par des questions posées par le personnel sur un mode interactif.

70Ensuite, M. Baker recommande une série mensuelle de déjeuner discussion, proposée par plusieurs membres seniors des différents départements, complétée par un exposé présenté par un expert, que le directeur du musée dit mettre à l’agenda lors d’une de ses réunions avec les conservateurs. Enfin, l’officier de formation dit prendre en charge l’examen de cet aspect le plus rapidement possible, en demandant une analyse des différentes méthodes de l’assistance-formation actuellement utilisée dans les départements du musée. L’officier de formation doit en particulier examiner le problème découlant de la nécessité d’obtenir un nombre adéquat de places pour le personnel du musée britannique dans le département de la fonction publique et d’autres départements de formation pour les postes d’officiers exécutifs et administratifs. Il est en outre convenu que la question d’une formation adaptée pour le personnel en contact avec le public sera étudiée d’urgence, au niveau local et à travers le groupe de travail sur les besoins de formation des musées nationaux et galeries.

  • 81 Pour l’étude des espaces de travail dans l’organisation des bureaux, voir J. M. Weller, Fabriquer d (...)

71Ainsi le détour par le British Museum constitue-t-il une plus-value heuristique pour comprendre le travail qu’accomplissent réellement les gardiens vis-à-vis du public et avec quelles formes de solidarité. Dans une période où le public arrive en masse, leur travail consiste de plus en plus à surveiller des flux plutôt que des individus. Les conséquences des réaménagements des salles sur leur activité n’ont pas été étudiées81. La première spécificité française concerne les possibilités d’avancement. Dans les deux musées, elles sont initialement limitées. Le corps ne comprend que trois grades au Louvre ; au British Museum, les deux fonctions de gardiens de salle et d’agent de sécurité sont distinctes, seule une hiérarchie intervenant pour les agents de sécurité. Le statut en France préserve des marges de souplesse pour ouvrir des perspectives de débouchés et de mobilité, pour peu que directeur des musées de France et conservateurs soient d’accord pour en créer.

72La mise en série des archives montre aussi qu’entre 1946 et 1981, les tentatives bienveillantes du directeur des Musées de France pour former les gardiens aux publics et aux œuvres et faire aboutir ainsi une de leurs plus anciennes revendications échouent. Ces années constituent donc une occasion manquée de voir se généraliser pour eux une formation à la diffusion artistique, jusqu’à ce que soit créée, mais seulement à la fin du xxe siècle, la filière de gardiennage et de surveillance qui leur permet un accès à la catégorie B puis, après une longue opposition des conservateurs, à la catégorie A.

  • 82 Le fonds des dossiers de personnel des gardiens du Louvre mériterait à lui seul une thèse.

73Une autre de leur plus ancienne revendication en dehors de la formation aux publics et aux œuvres, concerne la notation comme moyen de faire reconnaître leur valeur professionnelle en dehors de tout soupçon de favoritisme. Elle aboutit certes en 1946. Mais le tableau d’avancement, construit à partir des notes attribuées aux gardiens, reste évidemment inopérant en termes de mobilité verticale faute de perspective d’avancement, tout en acquérant un statut de tableau d’honneur important pour la motivation des gardiens. Le symbolique traverse la pratique bureaucratique quotidienne de la notation, contribuant à faire accepter la hiérarchie et l’absence de perspectives de promotion. Et des « filières » de recrutement changeantes au cours du xxe siècle, dont il serait intéressant de retracer l’histoire (du recrutement d’anciens militaires au recrutement lié au syndicat Force ouvrière et aux agents issus des DOM-TOM après la Seconde Guerre mondiale), persistent au moins jusqu’au statut du corps de 1971 et au recrutement par concours82.

  • 83 Sur le musée comme lieu de pouvoir et de surveillance, cf. T. Benett, The Birth of Museum, Londres, (...)
  • 84 L. W. Levine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence des hiérarchies culturelles aux État (...)

74La seconde spécificité française concerne l’activité des gardiens. Au British Museum, les deux fonctions de surveillance des salles et de contrôle des entrées sont distinguées. La fonction d’accueil est déléguée aux conférenciers. Et les gardiens ne revendiquent pas, d’après les archives du British Museum, de formation aux publics et aux œuvres pour améliorer leurs conditions de travail. Au Louvre, le public fait partie de l’activité de travail des gardiens, qui doit faire obéir les visiteurs en évitant d’être un guide. La figure du gardien nous fait ainsi entrer de plain-pied dans l’histoire des musées et de leurs publics. Comme d’autres gardiens d’espaces publics des foires, des théâtres ou des jardins, ils doivent contribuer au début du xxe siècle à donner au musée toute la solennité du lieu en séparant les salles des publics agités et remuants83. Tout au long du xxe siècle, la domestication des publics de masse s’obtient aussi par le service de l’ordre, l’interdiction de s’exprimer, de chuchoter, de bouger, de fumer, d’apporter de la nourriture ou de s’agiter dans les salles84.

75Plus généralement, les éléments de divergence entre les deux musées concernent l’activité de travail, tant en ce qui concerne les gardiens que les conservateurs. Ces derniers sont, au British Museum, plus centrés sur les expositions que ceux du Louvre, qui « conservent » avant tout et transmettent pour les générations futures. Les tâches des gardiens du British Museum sont strictement limitées à la surveillance, alors qu’il existe au Louvre des tentatives de valorisation des tâches vers l’accueil et l’information du public, ainsi que de création de perspectives professionnelles. Cette divergence est liée à l’existence d’un statut et d’un corps de fonctionnaires en France.

  • 85 Pour une perspective sur le xviiie et xixe siècles, cf. D. Poulot, « Surveiller et s’instruire » : (...)
  • 86 N. Delalande, Les batailles de l’impôt. Consentement et résistance de 1789 à nos jours, Paris, Le S (...)

76Les conservateurs et les gardiens de musées nous rappellent ainsi que la haute culture n’est pas le produit impérissable des âges, mais le résultat de l’action des groupes particuliers d’hommes et de femmes à un moment donné de l’histoire, négociant entre eux dans un rapport de force inégal le soin de s’occuper des visiteurs et du public. Les interactions entre conservateurs, gardiens, mais aussi les guides-conférenciers et les publics des musées nous offrent une perspective éloignée de la mythologie habituelle du service public construite par le droit public au début du xxe siècle et relayée après la Seconde Guerre mondiale par les hauts fonctionnaires. Elles montrent combien la prise en charge des publics fait l’objet d’une « négociation » dont les deux parties sont inégales : aux conservateurs les publics éclairés et instruits, aux gardiens le tout-venant des publics. L’association des conservateurs a l’initiative de la réflexion sur les conséquences de la massification des publics et de leur segmentation en sous-catégories. Les conservateurs ont une réticence absolue devant le gouvernement des syndicats de gardiens qui ne peuvent prétendre être les gardiens du temple85. Entre les deux groupes des conservateurs d’État et territoriaux, ils sont divisés sur le public des musées. Il reste donc fort à faire pour éclairer la façon dont le souci ou pas du public s’apparente aussi à une fracture d’ordre cognitif individuelle passant à l’intérieur de chacun d’entre eux86.

Notes

1 A. Chauvenet, G. Benguigui, F. Orlic, « Le personnel de surveillance des prisons. Essai de sociologie du travail », Droit et société, n° 22, 1992, p. 491-497.

2 Le corps des gardiens des musées nationaux est créé par le décret n° 54-494 du 10 mai 1954.

3 F. Audier, « Emploi, statuts, organisation du travail dans la modernisation des musées en France », Publics et musées, n° 6, 1994, p. 33-52.

4 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

5 Série 2AA, gestion du personnel n° 1 à 200 et série O personnel et administration générale n° 1 à 397.

6 Série O30 pour les 3 500 dossiers des personnels scientifiques, série O31 pour les 11 000 dossiers des gardiens et agents de surveillance.

7 S. Vallemont, La notation des agents dans les trois fonctions publiques, Nancy, Berger-Levrault, 1997.

8 D. Poulot, Musée, nation, patrimoine, Paris, Gallimard, 1987.

9 AMN, 2AA 5, règlement du 27 juin 1882, art. 21.

10 AMN, 2AA 5, arrêté du 22 août 1912, art. 5.

11 Arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts, 28 sept. 1912.

12 A. Prost, Les anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977.

13 AMN, O1 A, 1922-1925. Loi du 30 janvier 1923 et règlement d’administration publique du 13 juillet 1923 réservant des emplois aux anciens militaires pensionnés pour infirmités de guerre ainsi qu’aux veuves et aux orphelins de guerre.

14 AMN, O31 (877), 13 sept. 1907.

15 AMN, O 81 (15), courrier de la DMF au sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts, 14 oct. 1911.

16 J. Le Bihan, Au service de l’État. Les fonctionnaires intermédiaires au xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 293-294.

17 AMN, O31 (883), 3 avr. 1902.

18 AMN, O1A, plan de réorganisation des musées nationaux, 15 oct. 1923.

19 Musées nationaux, consigne du personnel de surveillance, brigadiers, gardiens et gardiens auxiliaires (service de jour), Paris, 1947.

20 AMN, O1 A, le DMF à MM. les conservateurs en chef et conservateurs des musées nationaux hors Louvre, note de service, 26 juill. 1963.

21 AMN, O1 A, arrêté portant règlement de service pour le personnel de surveillance des musées nationaux, 1963.

22 V. Dubois, P. Urfalino, tableau 9 : « Les fonctionnaires culturels de l’État par corps (1978-1988) », in La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, op. cit., p. 259.

23 C. Ridel, Les embusqués, Paris, Armand Colin, 2007.

24 AMN, O17, lettre adressée au DMF, 11 févr. 1903.

25 « Rapport sur la situation des employés subalternes des administrations de l’État », Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, n° 3, mars-avr. 1905, p. 7.

26 Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, n° 9, mars 1906.

27 AMN, O17, minute de la DMF, 12 mars 1903.

28 L’Aurore, 23 déc. 1902 ; voir aussi M. Le Blond, La petite République socialiste, 30 déc. 1902.

29 Cf. Coget, Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, janv. 1906, p. 6.

30 Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, n° 35, juin 1908, p. 5.

31 Bulletin de la fédération des associations professionnelles des ministères, n° 35, juin 1908, p. 59-60.

32 AMN, O 17 (5), courrier du Cartel des musées nationaux, Section fédérale des mutilés, 19 sept. 1925 et réponse du DMF, 5 oct. 1925.

33 AMN, O 17 (1), minute du DMF, 21 juin 1907.

34 AMN, O 17 (5), cahier de revendications du Syndicat national du personnel de surveillance et d’entretien des administrations de l’État, Section des musées nationaux, 6 juin 1924.

35 AMN, O 17 (5), lettre du DMF, 5 oct. 1925.

36 AMN, O 17 (5), courrier du DMF au ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 23 août 1919.

37 AMN, O 17 (5), lettre du DMF, 5 oct. 1925.

38 L. Salaün, La réforme des fonctions publiques. Pour enrayer le favoritisme, il faut organiser l’avancement, Paris, Berger-Levrault, 1912, p. 65-67.

39 Sur les mouvements des intermittents, voir M. Grégoire, « La clôture comme seule protection ? Syndicats du spectacle et marché du travail dans l’entre-deux-guerres (1919-1937) », Sociologie du travail, vol. 51, n° 1, 2009, p. 1-24 ; voir aussi S. Proust, « Syndicalisme et délitement du salariat artistique : la CGT et les groupes mobilisés autour du régime de l’intermittence », Sociologie du travail, vol. 52, n° 3, 2010, p. 374-388.

40 Voir G. Lecoeur, « Mouvements sociaux. Syndicalisme », in Y. Lintz (dir.), Histoire du Louvre, Fayard/Musée du Louvre, 2016, 3e vol.

41 Voir G. Lecoeur, « Mouvements sociaux. Syndicalisme », in Y. Lintz (dir.), Histoire du Louvre, Fayard/Musée du Louvre, 2016, 3e vol.

42 AMN, O 17 (1), 1er oct. 1936.

43 Jusqu’en 1971, date du statut du corps.

44 AMN, 2AA 9, syndicat national CGT des agents des établissements de l’Éducation nationale, à Mme Vallet, administrateur civil au cabinet de M. André Malraux, 2 août 1960.

45 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

46 Archives des musées nationaux (AMN), 2 AA 106, DMF, Relevé des questions essentielles traitées depuis 1970, [s.d.] 1975.

47 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

48 AMN, O1A, PV de la commission de classement pour les grades de surveillant et brigadier des musées nationaux, 4 avr. 1945.

49 AMN, O1A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien, 16 août 1951.

50 AMN, O1A, PV de la CAP du personnel de surveillance, séance du 22 déc. 1948.

51 AMN, O1A, note du conseiller technique Galdemar, cabinet du secrétariat d’État aux Arts et Lettres, au directeur général des Arts et des Lettres, 7 mai 1957.

52 Voir J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

53 AMN, O1 A, PV de la commission de classement pour les grades de surveillant et de brigadier des musées nationaux, 4 avr. 1945.

54 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir un tableau d’avancement au titre de 1951, 16 août 1951.

55 AMN, 2AA6, PV de la CTP, séance du 12 avr. 1972.

56 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit.

57 AMN, 2AA191, PV de la CAP du corps de la maîtrise et des ouvriers de surveillance des musées nationaux, 18 févr. 1980.

58 AMN, O1A, note de M. Petite sur l’avancement de grade pour 1949.

59 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir un tableau d’avancement au titre de 1951, 16 août 1951.

60 AMN, O1 A, note sur l’avancement de grade pour 1949, par M. Petite, chef du service de surveillance.

61 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir un tableau d’avancement au titre de 1951, 16 août 1951.

62 AMN, O1 A, rapport du chef de service de surveillance et d’entretien sur la possibilité d’établir un tableau d’avancement au titre de 1951, 16 août 1951.

63 AMN, O20 D, PV de la CAP n° 3 du 1er juin 1949.

64 AMN, O1 A, DMF, instruction des gardiens, pour MM. les conservateurs en chef et conservateurs, chefs de départements du musée du Louvre, 9 nov. 1956.

65 AMN, O1 A, lettre du DMF à Mme Cart, conservateur des musées nationaux, chef du service éducatif, [déc.] 1958.

66 AMN, O1 A, le DMF à Mme Cart, conservateur des musées nationaux, chef du service éducatif, avr. 1958.

67 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit., p. 33 et suiv.

68 Comité central d’enquête sur le coût et le rendement des services publics, rapport d’ensemble 1999-2001, Paris, La Documentation française, 2001, p. 10.

69 F. Kletz, O. Lenay, « La gestion publique des métiers. Le cas du secteur culturel », in S. Guérard (dir.), La GRH publique en questions : une perspective internationale, op. cit., p. 282. Il en existe dans d’autres administrations comme celle des bibliothèques, sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale.

70 Ce repyramidage, commencé en 2005, s’achève en 2010 alors que le mouvement de réduction des emplois n’a pas encore touché l’accueil et la surveillance. Entretien de l’auteure avec Brigitte Téhoval, responsable de la mission dialogue social au ministère de la Culture, 16 mars 2011.

71 Ibid.

72 Entretien de l’auteure avec Norman Jacobs, juin 2016.

73 BM, AL, Whitley Council minutes, juin 1947.

74 BM, AL, Whitley Council minutes, juin 1963.

75 N. Jacobs, Behind the Colonnade. Thirty-seven Years at the British Museum, The History Press, Gloucestershire, 2010.

76 Entretien de l’auteure avec Norman Jacobs, juin 2016. Cf. aussi N. Jacobs, Behind the Colonnade. Thirty-Seven Years at the British Museum, Stroud, Gloucestershire, The History Press, 2010.

77 M. Caygill, The Story of The British Museum, 1981, p. 48.

78 Entretien de l’auteure avec Brian Williamson, juin 2016.

79 Entretien de l’auteure avec Norman Jacobs, juin 2016.

80 BM, AL, Whitley Council minutes, janv. 1971.

81 Pour l’étude des espaces de travail dans l’organisation des bureaux, voir J. M. Weller, Fabriquer des actes d’État, op. cit. ; D. Gardey, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte, 2008 ; ainsi que le numéro « Les espaces de travail », La nouvelle revue du travail, n° 9, 2016, et en particulier les articles de J. M. Weller. « L’aménagement des bureaux et l’accueil du public ». et de T. Pilhon, « Retour sur l’organisation de quelques modèles des bureaux de 1945 à aujourd’hui » dans ce numéro.

82 Le fonds des dossiers de personnel des gardiens du Louvre mériterait à lui seul une thèse.

83 Sur le musée comme lieu de pouvoir et de surveillance, cf. T. Benett, The Birth of Museum, Londres, Routledge, 1995.

84 L. W. Levine, Culture d’en haut, culture d’en bas. L’émergence des hiérarchies culturelles aux États-Unis, op. cit., p. 251.

85 Pour une perspective sur le xviiie et xixe siècles, cf. D. Poulot, « Surveiller et s’instruire » : la révolution française et l’intelligence de l’héritage historique, Oxford, Voltaire Fondation, 1996.

86 N. Delalande, Les batailles de l’impôt. Consentement et résistance de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2011, p. 14.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site