Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Troisième partie. Au nom du public. Le travail au Louvre et au British Museum (1946-1981)

Chapitre 2. Les conservateurs : conserver ou transmettre

Texte intégral

1Le nouveau discours des politiques culturelles sur les publics conduit-il à transformer les figures du public qu’ont les conservateurs ? Le rôle d’animation et de diffusion auprès d’un public plus large est-il endossé à parts égales par les conservateurs et les conservatrices ? Quelles sont les différences entre les deux pays ? Le problème de spécialisation introduction de diffusion de ce métier est ancien, conduit-il à redéfinir leur activité de travail, leur avancement et leur formation au Louvre et au British Museum ?

  • 1 F. Poulard, Conservateurs de musées et politiques culturelles…, op. cit.
  • 2 P. Poirrier, « Le développement du partenariat entre l’État et les villes 1959-1999 », in P. Poirri (...)

2Les conservateurs, qui ont pendant longtemps les gardiens sous leurs ordres dans les musées de petite taille, dominent le paysage et ont même, en France du moins, le monopole de la réflexion sur les publics. Ils font le travail scientifique et de mise en valeur des collections, même si la fonction regroupe une grande variété de situations en fonction de la taille des musées. En effet, le recrutement de spécialistes scientifiques hautement qualifiés dans un musée national comme celui du Louvre et de conservateurs polyvalents aux fonctions diversifiées dans les musées territoriaux conduit à de nombreux débats sur le statut et la formation des conservateurs. L’administration culturelle n’ayant les moyens matériels de connaître ni le nombre des conservateurs territoriaux ni celui des conservateurs nationaux, agit en faveur du contrôle étatique et de la centralisation, mais la volonté de centraliser en créant des hiérarchies indiciaires ne se concrétise que lentement. L’administration peut en outre s’appuyer sur les conservateurs de musée territoriaux pour éviter la prise en charge par les élus locaux des établissements culturels1. L’administration culturelle se serait ainsi appuyée sur les professionnels pour éviter la prise en charge par les élus locaux des établissements culturels, ce qui aurait restreint de fait la portée de la décentralisation2.

3Réunis au sein d’un même corps en France, la solution du choix de conservateurs « polyvalents » est facilitée par une résignation à l’absence de couverture égale de tout le territoire et par l’accent mis sur les identités culturelles à partir des années 1960. Le contraste entre l’évolution des missions et les lenteurs de l’évolution du statut témoigne aussi d’un débat, notamment entre conservateurs nationaux et conservateurs territoriaux, sur la dichotomie entre le travail « scientifique » autour des collections et celui de « diffusion », débat en partie spécifique à la France, au vu de la configuration du corps des conservateurs.

  • 3 Ce traitement a été fait par l’auteure et Yves Lochard, que je remercie à nouveau ici.

4Pour répondre à ces questions, la notation, introduite dans le chapitre précédent, représente à nouveau un bon point d’entrée. Elle permet de voir comment l’introduction du public distingue le travail des conservatrices de celui des conservateurs. La source nécrologique constitue aussi un outil intéressant pour comprendre les représentations du public par les conservateurs et le sens qu’ils donnent à leurs actions. Les nécrologies publiées dans la revue de l’AGCCPF, Musées et collections publiques de France ont été systématiquement dépouillées3. Elles sont particulièrement utiles pour voir quel message « idéal » la profession délivre sur le service au public.

I. « Conserver » au Louvre 

5Les conservateurs ne font-ils que conserver ? Ils gardent, au sein des musées, l’initiative et le monopole de la réflexion sur les conséquences de la massification des publics et de leur segmentation en sous-catégories. Ils témoignent en outre de la capacité du corps à organiser la répartition des emplois en son sein, comme nous l’avons vu au chapitre précédent. Leurs conceptions sont cependant loin d’être homogènes. Bien au contraire, l’étude des débats liés au statut juridique des conservateurs, à leur formation et à leur conception des publics, pour se dérouler en petit comité et ne concerner qu’une dizaine de spécialistes, montre que des solutions sont perpétuellement recherchées au sein de l’Amicale des conservateurs, mais que ces compromis restent d’autant plus fragiles qu’ils ne sont pas portés par un mouvement social visible.

A. Le dévouement aux publics réservé aux conservatrices

  • 4 La part prise par le statut de bénévole chez les femmes est en cours de quantification à partir des (...)
  • 5 AMN, O30, dossier de personnel de Geneviève Monnier, née en 1939.

6Nous avons vu que les conservatrices celles-ci ont d’abord un statut de non-titulaire, qui concerne plus souvent les femmes que les hommes4. Un décret de 1962 autorise le recrutement « à titre bénévole5 » de beaucoup de personnes dans les musées, surtout des femmes. Voyons maintenant comment s’opère au sein du corps des conservateurs, une distinction entre les tâches d’étude et d’animation dévolues aux femmes et les tâches scientifiques, occupées par les hommes. Et quelles sont les appréciations portées sur les femmes par les conservateurs lors de la notation.

  • 6 C. Marry (et al.), Le plafond de verre et l’État. La construction des inégalités de genre dans la f (...)
  • 7 Ce constat est fait notamment pour les ingénieurs. Cf. J. Laufer, S. Pochic, « Carrières au masculi (...)

7Bénévolat, recommandation et division du travail entre conservateurs et conservatrices : autant de premiers constats qui incitent à développer de nouvelles hypothèses sur la sédentarité et la mobilité des conservatrices, lesquelles, comme l’ensemble des mobilités des femmes dans l’administration, ont été récemment questionnées6. Parmi les nombreuses questions qui pourraient être traitées, nous nous demanderons ici comment le mouvement de féminisation des emplois culturels, concomitant de celui de l’arrivée au Louvre d’un public de plus en plus nombreux, a amplifié les écarts entre les tâches d’étude et d’animation, plutôt réservées aux femmes, et celles d’encadrement, plutôt réservées aux hommes à l’intérieur du corps de la conservation7.

  • 8 Voir N. Zemon Davis, « Women and the World of the Annales », History Workshop Journal Issue, n° 33, (...)
  • 9 Voir I. Ernot, « L’histoire des femmes et ses premières historiennes (xixe siècle-début xxe siècle) (...)
  • 10 Voir Y. Lintz (dir.), Histoire du Louvre. Tome 3, Paris, Fayard, 2016.
  • 11 Voir S. Octobre, Conservateur de musée : entre profession et métier, thèse de doctorat de sociologi (...)
  • 12 Sur la division du travail et les stéréotypes au sujet des femmes dans l’industrie, voir L. Lee Dow (...)

8La façon d’apprécier le travail des femmes est marquée par les pratiques de patronage et de recommandation. Ces femmes, majoritairement diplômées de l’École du Louvre, appartiennent à des professions intellectuelles féminines étudiées par plusieurs travaux8. À l’instar des femmes de lettres, amateurs et diplômées, étudiées par Isabelle Ernot pour la fin du xixe et le xxe siècle9, l’étude des œuvres, pour les conservatrices d’État, constitue rarement un moyen de gagner sa vie, la première exception étant la première femme conservatrice d’État titulaire au Louvre, Christiane Desroches-Noblecourt10. Sa mère est une des premières femmes à obtenir une licence de lettres classiques à la Sorbonne. Christiane Desroches-Noblecourt est aussi la première femme nommée au poste de pensionnaire de l’Institut français d’archéologie orientale, en 1936. D’après les dossiers de personnel consultés, ces femmes sont le plus souvent filles de, épouses de ou amies de. Dans les années 1960, elles passent du statut de femmes de lettres et d’art à celui de diplômées de l’École du Louvre11. Faute de sources statistiques disponibles sur la répartition des femmes par grade et par année, nous présentons ici une analyse des catégories de jugement portées sur les femmes dans les fiches de notation, donc des stéréotypes où il est difficile de distinguer le cas particulier du cas général12.

  • 13 AMN, 2AA 106, DMF, relevé des questions essentielles traitées depuis 1970, [s.d.] 1975.

9Les appréciations portées sur les conservatrices par les notateurs dans les dossiers de carrière, mises bout à bout et comparées à celles qui sont portées sur les conservateurs, font ressortir des différences et des critères d’avancement distincts pour les unes et les autres. Ces différences d’appréciation n’ont pas pu être étudiées, concernant les gardiens et les gardiennes, pour la période antérieure à 1970, car le recrutement du personnel féminin dans le corps de gardiennage débute seulement en octobre 1971, avec l’engagement d’une dizaine de candidates gardiennes, dont les dossiers ne sont pas accessibles13.

  • 14 AMN, O30, dossier de personnel de Françoise Rogeon, née en 1943.

10Les appréciations portées sur les femmes, qui doivent être non seulement dévouées, mais plus encore discrètes dans leurs relations avec leurs collègues et leur hiérarchie, conservent une part de spécificité. Ainsi, pour telle conservatrice qui n’occupe que des postes contractuels, le conservateur en chef demande la prolongation du contrat, car « elle continue de donner entière satisfaction par son travail intelligent et soigneux, ainsi que par sa discrétion vis-à-vis de ses supérieurs comme de ses collègues14 ». Telle autre conservatrice a « rendu les plus grands services aux musées en mettant sur pied avec des moyens réduits un service éducatif d’honorable qualité. Est maintenant spécialement affectée à la mise en place de la nouvelle formule de la revue du Louvre ». Elle poursuit ensuite sa carrière, « qui a toujours été marquée par l’efficacité, la courtoisie et la discrétion ». Pour ces femmes, ce sont surtout les capacités relationnelles, de communication et de diplomatie qui sont relevées, d’autant plus difficiles à évaluer qu’elles s’acquièrent par l’expérience et la socialisation plus que par les formes d’enseignement scientifique. Pour elles, la compétence professionnelle est fondée sur des qualités intrinsèquement liées à l’individu et implicitement à son sexe.

11A contrario, telle autre conservatrice adjointe voit sa note, en 1965, exceptionnellement portée à 17 au lieu de 19, et l’appréciation du chef de service mettre en avant son absence de discrétion et son caractère revendicatif : « Mme X est travailleuse et essaie de faire de son mieux, mais elle a un caractère revendicatif tel qu’il est extrêmement difficile d’avoir de bons rapports avec elle. Il faudrait la nommer à un endroit où elle serait seule. » Des explications plus détaillées sont données par le conservateur en chef dans un courrier à part adressé directement au DMF :

  • 15 AMN, 2AA 8, le conservateur en chef du musée de Versailles à M. le DMF, 17 déc. 1965.

« J’ai dû augmenter sa note d’un point… pour avoir la paix ! Ceci dit, je vous demande instamment de la changer de service. Elle a réussi en l’espace de quelques mois à se fâcher avec les architectes, les restaurateurs et les gens de l’équipe. Il ne se passe pas de semaine sans qu’elle me demande une faveur que je suis incapable de lui accorder. Dans un musée comme le nôtre, loin de Paris, où les relations doivent être amicales pour être efficaces, il est évident qu’elle n’a pas sa place. Elle s’imagine en outre, parce qu’elle a été à Orléans pendant douze ans et qu’elle est au sixième échelon de son grade, qu’elle a un droit hiérarchique sur le reste du personnel scientifique, droit que je lui conteste formellement. Je tiens à avoir la paix dans mon service et Mme X n’est pas faite pour vivre en société15. »

  • 16 CCECRSP, « Les agents non titulaires de la fonction publique », mai 1979.
  • 17 A. Plantey, « Réformes dans la fonction publique », LGDJ, n° 99, 1978, p. 30.

12On peut faire l’hypothèse que, du fait du petit nombre d’emplois accordés par le ministère des Finances au titre de conservateur, prédomine pour ce corps l’idée selon laquelle « les tâches d’étude doivent être confiées à des non-titulaires : ce travail exclut toute idée de hiérarchie secrétée par les corps de fonctionnaires et exige une libre recherche des solutions hypothéquées par le recours à des titulaires qui n’auraient pas la liberté de critiques et de propositions requises16 ». Ainsi un conseiller d’État peut-il écrire à la fin des années 1970 à propos de la recherche : « Il est de fait que le conformisme, le corporatisme et la sécurité qui caractérisent trop souvent la hiérarchie administrative ne peuvent qu’être contraires à la liberté de créer, d’innover, de risquer qui est la condition du progrès scientifique17. » Et qu’à ce jeu les femmes sont largement pénalisées dans leur carrière du fait que les années passées comme non-titulaires, bénévoles ou auxiliaires ne sont pas prises en compte pour l’avancement de carrière, même si les années d’auxiliariat – et non de bénévolat – sont « rachetées » pour la prise en compte de la retraite.

  • 18 F. Poulard, Conservateurs de musée et politiques culturelles…, op. cit., p. 122.
  • 19 S. Octobre, Conservateur de musée : entre profession et métier, thèse citée.
  • 20 F. Benhamou, N. Moureau, « Les nouveaux conservateurs. Enquête auprès des conservateurs formés par (...)

13Les conservateurs d’État assurent les fonctions de conservation dans les musées nationaux (départements du Louvre, autres musées nationaux et divers services de la DMF). Ces questions renvoient aux différences entre les pratiques professionnelles : selon qu’ils sont directeurs du musée ou intégrés à son équipe scientifique, la nature de leurs tâches varie considérablement18. Cette différence est largement entérinée par le clivage et par la hiérarchie entre les musées des collectivités et les musées nationaux, comme le rappelle Sylvie Octobre19. Les conservateurs territoriaux sont majoritairement responsables de petits musées comprenant très peu de personnel, alors que leurs homologues des musées nationaux sont le plus souvent insérés dans des équipes scientifiques étoffées. Conservateurs territoriaux et attachés de conservation (dont l’activité n’est pas différente à partir du moment où ils assument les mêmes responsabilités de chef d’établissement) sont ainsi, en 1991, essentiellement des femmes, la part des conservatrices atteignant presque 64 % pour la spécialité musées dans les promotions 1991-2003 de l’INP20.

  • 21 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit., p. 90.

14Contrairement à ce que l’on pourrait attendre pour un corps de la fonction publique d’État, c’est moins l’effet d’un contrôle hiérarchique vertical qu’il est important d’analyser que celui d’un contrôle horizontal et d’une cooptation par les pairs. Le statut du corps est d’abord fixé par l’ordonnance de juillet 1945 et le décret d’août 194521. Le recrutement à la base se fait au choix parmi les candidats anciens élèves agréés de l’École du Louvre inscrits sur la liste d’aptitude établie par la commission de classement du personnel scientifique. La carrière comprend trois grades : assistant (appelé « attaché » en 1942), conservateur, et conservateur en chef. La promotion d’un grade à l’autre se fait au choix sur avis de la commission de classement.

  • 22 Ces données existent en revanche à partir des années 1980.

15Le ministère de la Culture ne dispose pas pour cette période de données sur l’existence et la répartition des femmes entre les grades22. Faute de données disponibles, nous présentons la répartition des femmes par catégorie de la fonction publique et par ministère (voir les deux tableaux ci-dessous).

Tableau 3. Répartition des femmes dans l’administration par catégorie de la fonction publique (en pourcentage).

1956 1962 1968 Nombre de femmes en 1968
Catégorie A 21 27,4 31 60 000
Catégorie B 53,9 57,4 58 246 000
Catégorie C 36 37 39 127 000
Catégorie D 39 63,4 65 52 000

Source : G. Thuillier, Les Femmes dans l’administration depuis 1900, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 87.

Tableau 4. Répartition des femmes par ministère en 1969 (en pourcentage).

Ministères Attachés d’administration centrale Administrateurs civils Emplois de direction
Affaires étrangères 27,6 0
Affaires culturelles 40 16 11,7
Affaires sociales 45 29,5 18
Agriculture 35 12,5 3
Anciens Combattants 38 33 10
Caisse des dépôts 30 13,5 0
Défense nationale 35 8,5 2,3
Développement industriel 29 17 7,1
Économie et Finances 28 2,5 0,8
Éducation nationale 14 8,8
Équipement 44 20 11,9
Intérieur 29 0 0
Justice 32 5,8
Premier ministre 22 5 8
PTT 40 0
Transports 17 0

Source : G. Thuillier, Les Femmes dans l’administration depuis 1900, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 87.

  • 23 S. Octobre, art. cit.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

16Le tableau ci-dessus montre donc qu’en 1969 le ministère des Affaires culturelles est, après le ministère des Affaires sociales et le ministère de l’Équipement, le troisième à employer des femmes dans les services de direction (les conservatrices d’État pouvant être regroupées dans cette catégorie). La période est caractérisée par « l’absence de déroulement de carrière comparable à celui des corps de la fonction publique et l’absence de mobilité des emplois23 » et par des « échanges géographiques quasi nuls [tout autant que] la mobilité scientifique. Les conservateurs restent au même poste longtemps. 60 % des conservateurs en fonction entre 1946 et 1969 conservent le même poste toute leur carrière24 ». La dichotomie « entre conservateurs d’État et territoriaux est maintenue dans le recrutement malgré une unification de la formation initiale requise ». Les critères de sélection sont les écoles des beaux-arts. À la suite de la formation à l’École du Louvre, les élèves sont inscrits sur la liste d’aptitude aux fonctions de conservateur de musée sur décision de la commission de classement du personnel des musées, qui se réunit deux fois par an. Le système de la liste d’aptitude où sont inscrits les conservateurs justifiant d’une expérience dans le domaine des musées « confère un rôle accru à la cooptation par les pairs de par la composition de la commission de classement (cette commission est héritière directe de la commission supérieure des musées créée en 1937) et de par son mode de fonctionnement, le nouvel impétrant devant être parrainé par un conservateur confirmé, forme d’autocontrôle semi-discrétionnaire comparable à celui qui régit les formes de compagnonnage. Le conservateur confirmé est le maître du nouveau prétendant pendant une période de stage plus ou moins longue à la suite de laquelle il soutient sa candidature lorsqu’un poste est déclaré vacant25 ».

  • 26 AMN, Z44, recommandations personnelles, lettre de Bernard Dorival au directeur des Musées nationaux (...)
  • 27 AMN, O6 D, PV de la CAP du 15 janv. 1948.

17À partir de 1946, quelques concessions sont faites concernant les nouveaux principes de recrutement et de classement des conservateurs. L’avancement continue toutefois d’obéir à la logique des relations personnelles : tout se passe entre les conservateurs et le directeur des Musées de France. La commission administrative paritaire est bien réunie, mais les courriers échangés auparavant montrent que tout est réglé en amont et que la CAP ne fait qu’entériner les décisions prises. Il existe en outre une difficulté : la liste d’aptitude ne permet pas de répondre à l’ouverture de postes sur des spécialités pointues. Il faut l’établir juste avant la vacance de postes, en tenant compte du spécialiste de telle ou telle période. C’est ainsi que l’on trouve dans les archives de la DMF, pour toute la période des années 1950 comme pour l’entre-deux-guerres, les lettres de recommandation de tel ou tel(le) candidat(e) présenté(e) au DMF par les conservateurs dont ces candidats sont les élèves : « Permettez-moi de vous adresser une de mes élèves, Mlle X, élève agréée, qui prépare en ce moment une thèse avec M. Cassou, sur un sujet qui intéresse également M. Georges Henri Rivière, et qui ne laissera pas de vous paraître mériter d’être travaillé : les peintures populaires contemporaines dans les boutiques parisiennes […]. Je vous serais reconnaissant de la recevoir26. » Mais la persistance de ces pratiques de recommandation peut n’être pas justifiée par ce lien de maître à élève, comme l’indique le procès-verbal d’une CAP de 1948 : « Candidature de M. L. Introduction de M. Maurois auprès de l’Inspection générale des musées de province ; candidature retenue » ou « Madame K. : M. Vandier connaît très bien Mme K. ; candidature retenue27 ».

18Pour les conservateurs, le retard pris dans l’application du statut de 1946 et la lente élaboration du statut du corps se conjuguent pour faire perdurer des appréciations non exemptes de préjugés à l’égard des femmes et qui continuent de faire une part significative à la cooptation ainsi qu’à des formes éprouvées de parrainage. La faible part accordée aux règles de notation pour l’avancement des conservateurs n’est pas sans rappeler la situation qui prévaut au sein du civil service britannique avant la réorganisation issue du rapport Fulton, comme nous l’avons dit plus haut.

B. La reconnaissance du mérite scientifique réservée aux conservateurs

  • 28 P. Poirrier, J.-P. Rioux (dir.), Affaires culturelles et territoires (1959-1999), Paris, Comité d’h (...)
  • 29 Cf. par exemple V. Dubois, « Socio-histoire et usages sociaux de l’histoire dans l’analyse de l’act (...)
  • 30 Pour la période ultérieure, voir E. Biland, La fonction publique territoriale, Paris, Repères La Dé (...)

19Le corps de la conservation d’État recrute au Louvre des spécialistes et des scientifiques exigeants. Mais ce processus de recrutement ne se fait pas sans débat au sein du corps de la conservation dans son ensemble. Car il doit en principe recruter aussi des conservateurs plus généralistes dans leur mission que représentent les conservateurs territoriaux. La prise en compte des territoires par le ministère de la Culture constitue l’une des mutations majeures enregistrées par les politiques publiques de la culture. Cette mission fondamentale du ministère est inscrite dans le décret constitutif du 24 juillet 1959 : l’horizon est d’« assurer la couverture de l’ensemble du pays et combler les vides culturels de la province28 ». Les conditions dans lesquelles s’affirme cette nouvelle politique culturelle, qui s’affiche en rupture avec le passé, ont été bien étudiées29. Il n’existe en revanche pas d’étude spécifique sur la féminisation de la filière territoriale de la conservation entre 1946 et 198130. La contrainte de gestion territoriale des personnels va se trouver aussi accentuée par une tension entre le centre et la périphérie. Le ministère de la Culture, apparu avec le tournant politique de 1958, constitue un exemple fort du processus de déconcentration d’un département ministériel et de la territorialisation des interventions publiques.

  • 31 S. Octobre, « Dilemme de la professionnalisation : le cas des conservateurs de musées », art. cit.

20La direction du Personnel du ministère tente désespérément de gérer deux corps en un, aux perspectives de carrière et aux métiers différents, et qui souvent s’ignorent : d’une part, un corps de spécialistes scientifiques hautement qualifiés, plutôt centrés sur la gestion des collections – les conservateurs nationaux –, et, d’autre part, un corps d’agents plutôt polyvalents – les conservateurs territoriaux –, centrés de préférence sur les tâches de gestion et d’animation liées à leurs fonctions de coordination au niveau local. Du lendemain de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’à 1969 au moins, l’absence de déroulement de carrière comparable à celui des corps de la fonction publique et l’absence de mobilité des emplois pénalisent les conservateurs31.

  • 32 Ibid., p. 60.
  • 33 Ibid., p. 54.
  • 34 Ibid., p. 60.
  • 35 Voir D. Rodriguez Tomé, « L’organisation des architectes sous la IIIe République », Le Mouvement so (...)

21La question de l’organisation de la filière territoriale devient donc un enjeu important. Dès 1959, des démarches sont entreprises en faveur d’une formalisation du statut des conservateurs de musées contrôlés, mais le ministère de l’Intérieur refuse le projet32. Des années 1950 aux années 1970, la « régularisation » des responsables des musées de province constitue cependant une préoccupation majeure de la DMF, même si « les responsables des grands musées de beaux-arts appartiennent tous au corps d’État, et que les conservateurs territoriaux reconnus par la direction centrale ne sont pas encore majoritaires33 ». Il s’agit en effet de placer uniquement « des professionnels formés à l’École du Louvre », bien que le vivier des étudiants issus de cette école ne soit pas assez important34. Cette difficulté d’organisation n’est d’ailleurs pas spécifique aux musées au sein du ministère. On la retrouve, comme nous l’avons mentionné plus haut, dans le domaine de l’architecture, depuis la IIIe République jusqu’aux années 1960, voire au-delà35.

  • 36 AN, CAC 910675, art. 38, note du directeur de l’administration générale au ministère de la Culture (...)
  • 37 AN, CAC 19930217, art. 14, direction des Musées de France, gestion du personnel conservateur, « Les (...)

22Ce n’est cependant que durant la décennie 1980 que les réflexions et les projets plus ou moins confidentiels de réforme du statut de la conservation se succèdent. Un premier groupe de travail est constitué en 1981, réunissant des représentants des ministères de la Culture et de l’Intérieur sous la présidence de Martine Aubry, conseiller d’État. Constitué à la demande du ministère de la Culture et de la Communication, il est chargé d’étudier les conditions d’une adaptation du statut des personnels des archives municipales36. En 1983, l’AGCCPF fait des propositions à la DMF en vue d’aménager le corps des conservateurs d’État et des conservateurs des musées classés, et analyse les causes du désintérêt des premiers pour les postes des musées classés37. Surtout, le statut des conservateurs est alors présenté comme aboutissant à la création de deux métiers différents : d’un côté, des conservateurs de musées nationaux qui peuvent, la plupart du temps, se consacrer de façon suivie aux recherches scientifiques, à la documentation, aux articles, aux catalogues, bien que certains aient aussi des tâches administratives mais sans commune mesure avec celles de leurs collègues de province. De l’autre, des conservateurs de musées classés, sorte d’hommes-orchestres des musées, devenus par obligation plus gestionnaires ou animateurs que chercheurs.

  • 38 Ibid.

23Ce système conduit à l’existence de deux types de musées. D’un côté, les musées nationaux sont organisés selon des normes internationales de division des tâches entre services administratifs, scientifiques et d’animation ; ces musées ont les moyens d’assumer leur vocation scientifique et sont reconnus comme tels par leurs homologues étrangers. De l’autre, les musées classés, dans les grandes villes de province, mal organisés, sont surtout préoccupés de leur existence quotidienne, ne proposant que peu de publications et souvent obligés de se consacrer à des animations hâtives, autour d’expositions incomplètes. Plutôt que séparer musées centres de recherche, peu préoccupés des rapports entre public et collections, et musées fourre-tout, lieux de stockage de collections non étudiées, livrées au public telles quelles ou mal présentées, il faudrait au contraire « unifier les conditions de conservation d’un patrimoine qui appartient à la nation tout entière et le présenter de façon correcte à un public qui a droit partout au même respect38 ».

II. Le public idéal des conservateurs

24La source nécrologique constitue en général un outil intéressant pour comprendre les représentations et le sens que les acteurs donnent à leurs actions. Elle constitue ici une entrée intéressante pour éclairer les représentations du public qu’ont les conservateurs, mais nécessite d’abord d’en présenter la lecture qu’elle nous propose.

A. Des valeurs du passé

  • 39 C. Abastado, « Raconte ! Raconte… Les récits de vie comme objet sémiotique », Revue des sciences hu (...)
  • 40 N. Carré de Malberg, « Image de soi et légitimité chez les inspecteurs des finances, de la Première (...)

25Le genre nécrologique produit par définition une idée embellie de ce que les conservateurs pensent d’eux-mêmes et des « meilleurs » d’entre eux. Le regard rétrospectif porté par l’auteur de la nécrologie est celui de quelqu’un qui cherche dans le passé du défunt les valeurs fondatrices susceptibles d’être réactualisées ou d’être porteuses d’avenir pour la profession. L’identité de l’auteur de la nécrologie est en effet importante et typée39 : homme de musée et militant de l’association, il s’implique dans la biographie qu’il raconte, lui donne un sens et l’utilise pour en faire l’écho d’une « mémoire collective », tenant le discours quasi officiel du groupe qu’il représente. Comme le relève Nathalie Carré de Malberg à propos des nécrologies des inspecteurs des finances, les mérites de chacun sont reportés sur le corps dans son ensemble40.

  • 41 J.-B. Roy, « L’AGCCPF. Qui sommes-nous ? », Musées et collections publiques de France, n° 228, mars (...)

26Entre 1949 et 1999, dans sa rubrique nécrologique, la revue Musées et collections publiques de France rend hommage à 144 conservateurs disparus durant ces années. La revue est éditée par l’Association générale des conservateurs des collections publiques de France (AGCCPF), fondée en 1921. Celle-ci est composée, sur un total de 1 000 adhérents en 1999, de 61,3 % de conservateurs et attachés territoriaux, soit 617 personnes (dont attachés : 6,3 % et conservateurs : 55 %). Seulement 7,7 % de ses membres sont conservateurs de musées nationaux (77 personnes). Les personnels du ministère de la Culture et ses différents services – DMF, directions régionales des affaires culturelles (Drac), Monuments historiques, École du Louvre, etc. – représentent 5,4 % (54 personnes). Les membres honoraires sont relativement nombreux, avec 14,3 % des adhérents (143 membres)41.

27Après une lecture rapide, les nécrologies apparaissent très homogènes. Mais l’analyse révèle des traitements différenciés des conservateurs en fonction non seulement des périodes (celles de l’activité des défunts, celles des auteurs des nécrologies), mais aussi du statut des conservateurs et de leur sexe. Sur un total de 144 nécrologies, 12 d’entre elles ont été publiées entre 1949 et 1959, date de décès du conservateur ayant exercé ses fonctions entre les années 1900 et 1930 ; 46 nécrologies ont été publiées entre 1959 et 1969 ; 13 entre 1969 et 1979 ; 38 entre 1979 et 1989 ; et enfin, 34 d’entre elles ont été publiées entre 1989 et 1999. Le corpus est donc majoritairement composé de conservateurs ayant eu dans leur très grande majorité leur période d’activité professionnelle entre les années 1910 et 1960. Afin de pouvoir lire des évolutions, nous avons distingué trois générations de conservateurs, nés entre 1860 et 1920, à peu près équivalentes en nombre pour faciliter les comparaisons (voir tableau ci-dessous).

Tableau 5. Description du corpus des 144 nécrologies.

Année de publication Nombre de nécrologies Date de naissance des défunts Période de la carrière professionnelle des défunts
De 1949 à 1966 46 Années 1860-1880 Années 1900-1930
De 1967 à 1983 39 Années 1880-1910 Années 1930-1940
De 1984 à 1999 59 Années 1910-1920 Années 1940-1960

28Le corpus comprend 34 % de femmes pour 66 % d’hommes. Encore faut-il distinguer selon les périodes. La cohorte des conservateurs décédés entre 1949 et 1966 comprend 38 hommes pour seulement 8 femmes. Celle des conservateurs décédés entre 1967 et 1983 comprend 25 hommes pour, cette fois, 16 femmes ; enfin, pour les conservateurs décédés entre 1984 et 1999, il y a 35 hommes pour 25 femmes. Derrière cette tendance à l’augmentation de la proportion de femmes, qu’on peut aisément relier au mouvement de féminisation des années 1960-1970 du corps des conservateurs, il nous faudra cependant distinguer en fonction du niveau hiérarchique des postes sélectionnés par le genre nécrologique.

29La lecture des nécrologies donne un sentiment d’intemporalité de la source. Pour l’expliquer, il faut se pencher sur l’âge des auteurs des nécrologies aussi bien que sur leur statut. La revue confie la rédaction des nécrologies assez systématiquement à un conservateur du même âge – ou du moins de la même génération – que celui du conservateur défunt. Sur les 144 nécrologies, 50 sont signées, 5 seulement par des initiales, 2 sont le fait de journalistes dont l’article est reproduit dans la revue. Les 87 restantes ne sont pas signées. Il n’a finalement été possible de retrouver la date de naissance du défunt et du nécrologue que pour 19 d’entre elles. Les nécrologues sont tous de la même génération et, seulement pour 5 nécrologies, le nécrologue a vingt ans de moins que le défunt.

30La longueur des nécrologies varie non seulement en fonction du statut du conservateur, mais aussi des périodes. Sur les 46 nécrologies publiées entre 1949 et 1966 et la génération des conservateurs nés entre 1860 et 1880, 13 font moins de 50 mots, 8 de 50 à 200 mots, 16 entre 200 et 1 000 mots, et seules 8 d’entre elles constituent, avec plus de 1 000 mots, de véritables récits : ces derniers sont consacrés à 6 hommes et 2 femmes. Pour les hommes comme pour les 2 femmes dont la carrière est retracée, il s’agit essentiellement des membres fondateurs de l’association (Jean Robiquet ou Jacqueline Bouchot) ou des conservateurs d’État (Adeline Hulftegger, Henri Régnier, Hans Haug…). Au total, on décompte 14 conservateurs de musées nationaux et 32 conservateurs des musées de province. Sur les 39 nécrologies publiées entre 1967 et 1983 et la génération des conservateurs nés entre 1880 et 1910, la proportion des conservateurs d’État diminue par rapport à celle des conservateurs territoriaux. C’est aussi le nombre de nécrologies longues qui diminue, puisque seules 3 d’entre elles excèdent 1 000 mots. Elles font en moyenne (pour 21 d’entre elles) de 200 à 1 000 mots (7 d’entre elles font de 50 à 200 mots, et 8 moins de 50 mots). Les nécrologies longues sont moins nombreuses mais restent dédiées au même type de conservateurs : conservateur d’État, directeur des Musées de France ou inspecteur général des musées (Jean Vergnet-Ruiz, Germain Bazin, Jean Charbonneaux…). Sur les 16 femmes de cette génération, presque la moitié ont le statut d’« assistante » et sont parfois mentionnées au titre d’assistante de leur mari lui-même conservateur.

31Enfin, sur les 59 nécrologies publiées entre 1984 et 1999 et les conservateurs nés dans les années 1910-1920, la tendance à la diminution de la proportion des conservateurs d’État se confirme : seuls 11 d’entre eux ont une nécrologie, pour 48 conservateurs territoriaux. En termes de longueur, la tendance est cette fois à l’augmentation non seulement du nombre de nécrologies courtes et à la multiplication des textes sous forme d’avis de décès, mais aussi à l’augmentation des textes longs. Il y a 11 nécrologies de plus de 1 000 mots, 20 entre 200 et 1 000 mots, 2 entre 50 et 200 mots, et 25 de moins de 50 mots. Les 25 femmes de cette génération ne sont guère, contrairement au statut des hommes, conservateurs territoriaux : elles sont soit assistantes, soit chargées de mission, soit au Louvre (et sans statut particulier mentionné), ou encore conservateurs d’État.

32On le voit, les fonctions du conservateur saisies à travers le genre nécrologique semblent connaître une étonnante stabilité pendant ces cinquante ans et une relative surdité à la diffusion des préoccupations sociales et politiques de l’univers culturel. La figure idéale du professionnel célébrée par les nécrologies semble donc décalée par rapport à des politiques culturelles essentiellement marquées par les mots d’ordre de démocratisation culturelle et de préoccupation d’élargissement du public.

B. Un spécialiste non formé aux tâches de gestion et d’animation

  • 42 Nécrologie de Jean-Gabriel Goulinat, 1972.

33Face aux qualités éminentes que dessinent les portraits tracés dans les nécrologies, la place accordée à leur fonction administrative est bien plus réduite (voir tableau ci-dessous). Tout au plus sont parfois signalées les qualités d’« administrateur » du défunt, y compris pour les donner en exemple aux jeunes générations. Ainsi, Jacques Jaujard est « de ceux dont nos jeunes administrateurs feraient bien de connaître l’histoire ». Et tel autre savait « administrer avec tact et sagesse42 ».

Tableau 6. Fréquence des mots analysés.

1re occurrence Nombre d’occurrences Dernière occurrence
administration 1967 8 1996
administrer 1972 4 1988
gestion 1964 7 1999
gérer 1969 5 1988
savant 1960 28 1998
scientifique 1949 53 1998
érudit, érudition 1959 30 1985
connaisseur 1960 7 1972
pédagogie 1961 5 1985
le public 1960 28 1999
les publics 1972 3 1992

Source : nécrologies, traitement Excel de l’auteure et d’Yves Lochard.

34Il arrive que ces qualités d’administrateur soient reliées au service de l’État, à la loi, au droit, et même à la conception d’une temporalité longue dans l’exercice de leur mission. De ce point de vue, il faut citer l’éloge d’un de ces éminents serviteurs de l’État :

  • 43 Nécrologie d’Hubert Delesalle, 1967.

« Ce n’était certes pas qu’il [Hubert Delesalle] n’avait pas le sens des intérêts de l’État. Il l’avait, au contraire, fort vif. Mais il ne pensait pas que la majesté de l’État tienne en la toute-puissance, mais bien plutôt – et là aussi il était pleinement homme du xixe siècle – dans l’exacte application de la loi […]. De là pour les serviteurs de l’État formés à cette conception de ce respect rigoureux de la loi une apparente indifférence aux résultats de leur action. Il ne s’agit pas pour eux d’obtenir tel résultat immédiat, fragmentaire et passager : il s’agit d’appliquer correctement la loi car c’est de cette soumission au droit, qu’il crée lui-même, que l’État tire sa grandeur et sa majesté […]. Celui qui sert l’État n’a pas à se hâter, son rôle est de statuer sereinement, calmement, car il vaut mieux un retard dans une affaire particulière que le désordre, né de la précipitation, dans la marche des services publics43. »

  • 44 Nécrologie de Lise Carrier, 1984.

35Plus généralement, on relève l’absence du terme « démocratisation ». Les actions en sa faveur ne sont qu’exceptionnellement portées au crédit du défunt. On le gratifie plus volontiers d’une grande érudition, d’une longue liste de publications, de titres honorifiques divers – élection à une académie (Inscriptions et Belles-Lettres), titre de docteur honoris causa, décorations (chevalier des Arts et Lettres, Légion d’honneur), ouvrages couronnés par l’Académie française ou telle autre institution, récompenses, etc. Ne sont qu’exceptionnellement portées à leur crédit des actions tendant à élargir la base sociale du public fréquentant le musée, à le fidéliser, à plus forte raison celles qui visent l’intégration de minorités ou à l’insertion sociale. Le conservateur est dépeint comme un personnage isolé et responsable et très rarement comme l’animateur d’une équipe. Voué à préserver les œuvres des assauts du temps, il se consacre aussi à soustraire le patrimoine aux visées personnelles, aux logiques d’opportunité qui peuvent tenter les élus. Il est d’ailleurs frappant que l’environnement social et politique de l’activité muséale ne fasse l’objet d’aucune évocation : les relations avec les collectivités locales, les élus sont absentes, de même que l’action de diffusion des œuvres. Rares sont les professionnels que l’on crédite de talents de vulgarisation, de pédagogie (en dehors peut-être des conservateurs de musées d’histoire naturelle), comme en témoigne la nécrologie suivante : « Soucieuse de pédagogie artistique, Lise Carrier mit également sur pied un programme d’expositions didactiques et documentaires, attirant de nombreux scolaires au musée d’Orbigny-Bernon44. » Le terme « vulgarisation » n’est par exemple attesté qu’une fois dans une phrase qui semble présupposer que la vulgarisation ne relève pas des tâches habituelles d’un conservateur.

  • 45 Nécrologie de Mlle Dubuisson, 1984.

36En prenant pour référence la période pendant laquelle la revue publie des nécrologies, donc entre 1949 et 1999, on est frappé du retard avec lequel les injonctions du discours culturel modifient le contenu des nécrologies. Tout se passe comme si ce genre n’enregistrait pas la présence remarquable des débats sur l’animation ou l’ouverture aux publics qui caractérise la conservation et qui ont lieu sur d’autres scènes (éditoriaux de la revue professionnelle, restitutions de journées d’étude, etc.). Ainsi, il est significatif que les mots « médiation » et « médiateur » ou leurs équivalents soient totalement absents tout au long de ces cinquante années. Le vocable « animation » est attesté une seule fois dans le sens qui nous intéresse : « Conjointement avec ce travail de réorganisation, Mlle Dubuisson entreprenait une animation des Musées. En effet, dès 1949, […] elle avait créé les “Amis des Musées”45. »

  • 46 Nécrologie de Jean Charbonneaux, 1969.

37L’apparition de la « gestion » (le mot « gestionnaire » ne figure pas dans le corpus) au rang des tâches qui incombent aux professionnels sous la plume des auteurs de nécrologie est tardive (1969) et le terme ne manque pas de susciter de franches réticences. Ainsi Jean Charbonneaux, nous dit-on, « fut profondément choqué lorsqu’il y a bien des années il entendit affirmer que le rôle d’un conservateur était de “gérer des biens appartenant à l’État”. Gérer, s’exclama-t-il, quel sens a ce mot dans notre profession. Il était persuadé que, dans un département tel que celui dont il avait la charge, le conservateur doit être avant tout un savant et un connaisseur – ce n’est point gestion que discerner dans les objets qu’on lui propose à l’acquisition ceux qui sont authentiques et qui apportent à nos collections un enrichissement, c’est d’après des détails techniques, la forme d’une oreille, le drapé d’un vêtement qu’on se fait une opinion ; ce n’est pas gérer que publier un document depuis longtemps endormi dans nos réserves ou récemment arrivé, mettre en lumière son intérêt, tirer des conclusions plus générales qui apportent du nouveau dans l’histoire de l’art ou de la civilisation ; ce n’est pas gérer que préparer une exposition puisque pour réussir, il faudrait à la fois des qualités de metteur en scène et la science qui, dans une suite instructive pour le visiteur, donne le déroulement d’un art qui se transforme de siècle en siècle46 ».

  • 47 Nécrologie d’André Guillaumin, 1979.
  • 48 Nécrologie de Jacqueline Viaux, 1998-1999.
  • 49 Nécrologie de Jean Charbonneaux, 1969.
  • 50 Nécrologie de Jean Vergnet-Ruiz, 1972.

38Exceptionnelles restent les mentions d’une activité de gestion dans la carrière d’un conservateur. Ici, la chaire de ce conservateur comprenait la charge de « la gestion technique et scientifique des collections végétales vivantes rassemblées dans le Jardin des Plantes47 ». Là, « l’installation progressive, de 1961 à 1972, dans le cadre attrayant de l’architecture flamboyante de l’Hôtel de Sens rendit plus aisée la gestion des collections48 ». Mais, dans l’immense majorité des cas, l’activité du conservateur semble non concernée par ces contingences. De même, à la lecture des nécrologies, cette activité semble s’exercer sans destinataire explicitement mentionné. Le terme « public » ne fait son apparition dans le corpus qu’en 1969 : « Dans les périodiques français ou étrangers […], il s’adressait au public plus étroit des archéologues parmi lesquels il était considéré comme un maître auquel d’éminents savants demandaient parfois conseil. Mais il savait toujours s’adapter au public auquel il s’adressait49. » Le terme n’est attesté qu’exceptionnellement, et le pluriel n’est présent qu’à partir de 1972 dans « accessibles à tous les publics50 », et « nouveau public » n’est pas attesté avant 1998.

  • 51 Nécrologie d’Armand Caillat, 1966.
  • 52 Nécrologie de Jean Vergnet-Ruiz, 1972.
  • 53 Nécrologie de Jeannine Prud’homme, 1992.

39Dans le portrait du professionnel idéal, ce sont les qualités de spécialiste qui sont valorisées, celles qui appellent le jugement des pairs et suscitent leur estime. Les fonctions que les tutelles les engagent de plus en plus à assumer – l’animation, la direction des personnels, la gestion des équipements – sont quasiment tues. On note très occasionnellement la satisfaction des « visiteurs [qui] conquis revenaient51 », l’attention à « la commodité des visiteurs52 », la disponibilité à leur égard : « [Jeannine Prud’homme] mettait un point d’honneur à être toujours attentive et disponible pour les visiteurs comme pour le personnel53. » Nous pouvons faire une hypothèse pour expliquer pourquoi la spécialisation scientifique des conservateurs des musées nationaux est plus valorisée que celle de leurs homologues des musées classés : les notices étant le plus souvent rédigées par ceux qui appartiennent au sous-groupe des conservateurs d’État, où l’activité scientifique est valorisée, une forme d’ascendance est maintenue sur le sous-groupe des conservateurs des musées classés, où la polyvalence caractérise l’activité professionnelle.

40Les nécrologies nous livrent donc une présentation décalée par rapport aux invitations faites aux conservateurs – de plus en plus insistantes à partir des années 1980 – d’accepter une diversification de leurs missions et d’évoluer vers une culture de gestion. L’effet de biais produit par le filtre de cette rubrique spécifique n’est là encore sans doute pas étranger à une telle fermeture. On l’a noté, le fait que les « nécrologues » appartiennent à la même génération que les défunts les porte à lire les carrières dont ils rendent compte par le prisme d’une époque qu’ils ont vécue, avec des valeurs qui peuvent être datées, plus qu’à la lumière de l’esprit du temps, de celui du moment de l’écriture. Mais cette circonspection à l’égard des évolutions sociales énonce sans doute quelque chose d’une profession marquée par une conception du temps particulière, héritée à la fois de son appartenance à la fonction publique et à une institution qui a pour vocation explicite de s’installer dans la pérennité.

  • 54 Nécrologie d’Hubert Delesalle, 1967.
  • 55 P. Jessu, « Éditorial », Musées et collections publiques de France, n° 161, 1983.
  • 56 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Félix Alcan, 1925, p. 200.

41Comme chez d’autres fonctionnaires chargés de gérer et d’administrer, on repère une méfiance à l’égard d’une action précipitée, comme l’illustre bien la nécrologie d’Hubert Delesalle citée précédemment54. Cette temporalité longue qui émerge, pour une profession dont le statut de fonctionnaire n’est pas alors assuré dans sa totalité – les conservateurs des musées nationaux ont le statut de fonctionnaire en 1946, et les conservateurs des musées classés et ceux des musées contrôlés ne l’obtiennent progressivement qu’à partir de 1963 –, s’apparente à celle de tant d’autres fonctionnaires de ce niveau dans la gestion des biens publics : assurer un service public de qualité revient à ne pas poser plus de problèmes que l’on ne peut en résoudre et à garder la conscience d’une inscription temporelle qui dépasse l’horizon d’une génération. Cette vision d’un temps pérenne se conjugue, dans le cas des conservateurs de musée, avec une appréhension du temps qui est propre à l’institution muséale et qui vient renforcer la première. On perçoit mieux, écrit l’un d’eux, qu’« une des difficultés majeures que nous [les conservateurs] rencontrons vient d’une différence de perception du temps, des temps dans lesquels nous vivons : l’institution muséale croit vivre dans l’éternité ou du moins dans le long terme ; nos contemporains et les pouvoirs publics vivent dans le court terme, au maximum dans le moyen terme. Ce n’est qu’en approfondissant la réflexion que nous pourrons dépasser cette contradiction55 ». S’il y a « autant de mémoire collective qu’il y a de fonctions et si chacune de ces mémoires s’est formée à l’intérieur de chacun de ces corps56 », cette conception du temps est intimement liée à l’activité professionnelle du corps de la conservation, pour lequel la stabilité l’emporte sur la transformation.

III. « Diffuser » au British Museum

42Au regard des conservateurs du Louvre, l’activité de ceux du British Museum, répartis sur à peu près le même nombre de grades (5 au lieu de 6 en France selon la période) intègre plus les tâches de diffusion. Paradoxalement, leur vie associative et professionnelle et leur rémunération les apparentent aux personnels scientifiques du civil service, avec des origines sociales plus hétérogènes que les conservateurs français.

A. Gestionnaires, experts et chercheurs

  • 57 Ces chiffres sont tirés du rapport triennal du conseil d’administration et sont publiés annuellemen (...)

43L’évolution du nombre total de membres du personnel du British Museum par décennie entre 1946 et 1996 est la suivante57.

Tableau 7. Effectifs du British Museum.

1946-1947 515
1956-1957 669
1966-1967 1 356
1976-1977 1 000
1986-1987 1 010
1995-1996 1 098

Source : rapport triennal du conseil d’administration du British Museum.

  • 58 Il est seulement possible d’avoir des ordres de grandeurs, les chiffres exacts devraient être resti (...)

44L’interprétation est assez compliquée, car les chiffres sont affectés par un certain nombre de variables. L’augmentation de 1966 s’explique par l’inclusion du personnel de l’ancienne bibliothèque du Bureau des brevets. Le total de 1 860 pour 1972-1973 chute à 873 en 1973-1974 en raison de la scission avec la British Library. Cependant, la Bibliothèque reste sur le site de Bloomsbury et le personnel de garde continue d’être inclus dans le total du musée. Par la suite, le personnel se maintient autour d’un peu plus de 1 000 personnes, au fur et à mesure que le British Museum établit de nouveaux services tels que l’éducation, le design, les relations publiques, etc. Dans cet ensemble, un tiers du personnel environ relève de la sécurité et un tiers de la conservation58.

45En 1949, on trouve au British Museum les grades de conservation suivants : conservateur, conservateur adjoint, assistant conservateur 1re classe et 2e classe, assistant conservateur 2e classe temporaire. Au British Museum, en 1965, les conservateurs se répartissent toujours en quatre grades, en fonction des départements, entre conservateur principal, conservateur, conservateur adjoint (de 1re et 2e classes) et conservateur assistant (1re et 2e classes). Seuls les temporaires ont disparu. Comme l’indique l’encadré ci-dessous, le service consacré aux publics est dirigé par un conservateur et les services éducatifs par un assistant de conservation.

Encadré 8. Grades du service aux publics au British Museum en 1974

• Conservateur
• Personnel de sécurité

1. Éducation

• Conservateur assistant
• Guide-conférencier
• Chercheur assistant senior
• Chercheur assistant grade I
• Assistant en muséologie
• Conservateur assistant 1re classe
• Chercheur assistant grade II
• Illustrateur
• Directeur
• Agent administratif

2. Information

• Conservateur assistant

3. Photographie

• Directeur général
• Directeur
• Agent administratif
• Assistant administratif
• Photographe chef
• Photographe principal
• Photographe senior
• Photographe
• Photographe assistant

Source : Archives du British Musuem, List of members of the Board of Trustees, Sanding Committee and Subcomittee, 1975 (grades traduit par l’auteure, relu par Khaled Madi).

  • 59 D. Wilson, The British Museum. A History, Londres, The British Museum Press, 2002. Appendix 3, « Cu (...)

46Jusqu’à la réforme du civil service dans les années 1980, la fonction de conservation est distincte de celle de recherche. D’après Marjorie Caygill59, les heads of Departements ou chefs des départements ont été officiellement désignés keepers (conservateurs) à partir des années 1830. Ils sont alors soutenus par un assistant keeper (conservateur assistant). En 1921, ce grade a été rebaptisé deputy keeper (conservateur adjoint). À partir de 1929, d’autres membres du personnel de la conservation sont distingués au sein des conservateurs adjoints, entre les conservateurs adjoints de classe I et les conservateurs adjoints de classe II (la classe II étant, comme dans le statut des fonctionnaires, la classe de débutant). Un nouveau grade d’assistant de recherche, research assistant, est introduit en 1960, divisé lui aussi en assistants de recherche I et II. En 1963, des adjoints principaux à la recherche (senior research assistants) sont nommés en haut de la pyramide des assistants.

47Dans les années 1980, dans le cadre de la restructuration du civil service, les grades de la conservation sont remplacés par des nouvelles désignations par les lettres A à G. En 1996, un système de six niveaux est introduit pour désigner les fonctions de conservation (tableau 9) :

Tableau 8. Niveaux de la conservation en 1996.

A Keeper
B Deputy keeper
C Assistant keeper (1re et 2e classes)
D Senior research assistant
E Research assistant I
F Research assistant II

Source : Archives du British Museum, The British Museum Report of the Trustees, 1996.

48La fonction de recherche est ainsi réunie avec celle de conservation et n’en forme plus qu’une. On trouve donc à la tête des départements scientifiques des keepers (conservateurs). On trouve par la suite indifféremment les termes de conservators ou de scientists pour les désigner.

  • 60 Entretien de l’auteure avec Brian Williamson, juin 2016.
  • 61 Entretien de l’auteure avec Brian Williamson, juin 2016.

49Quelle est la formation des conservateurs ? La formation officielle en muséologie n’a jamais été nécessaire60. De nombreux membres du personnel appartiennent à l’Association des musées et assistent à des conférences. Quelques-uns sont également membres de l’Icom. C’est seulement à partir des années 1990 qu’il devient fréquent d’attendre d’un conservateur qu’il ait une expertise dans le domaine des collections dont il sera responsable pour être nommé. Les candidats prometteurs étaient nommés et devaient acquérir de l’expertise grâce à l’expérience. Ainsi, un conservateur nommé initialement au Département des manuscrits occidentaux a été transféré aux Antiquités japonaises et est devenu un expert de premier plan dans le domaine. De même, les doctorats sont devenus plus usuels, mais pas essentiels. C’est donc plus sur la base d’une formation continue dans leur discipline qu’ils étaient recrutés61.

  • 62 D. Wilson, The British Museum. A History, op. cit., p. 216.

50Pendant de nombreuses années, il y avait une tradition impossible à changer de nomination interne à des grades supérieurs par ancienneté. Elle a cessé dans les années 1970. Dans les années 1970, les assistants keepers et les grades supérieurs devaient être titulaires d’un diplôme universitaire du niveau II au minimum. Les postes sont publiés et des entretiens de recrutement ont lieu. Le premier directeur à être nommé de l’extérieur au musée est sir John Wolfenden en 1969. Wolfenden n’avait aucune expérience de musée ou de galerie. Il a été suivi en 1974 par sir John Pope-Hennessy, un historien d’art, du Victoria & Albert Museum. Bien que sir David Wilson, un spécialiste de la période viking et de l’art anglo-saxon, ait été nommé à l’University College de Londres en 1977, il avait effectivement travaillé au musée en tant qu’assistant keeperde 1955 à 1963. Son successeur fut Robert Anderson, expert en histoire de la science des Musées nationaux d’Écosse en 1992, puis Neil MacGregor de la National Gallery en 2002. Arrivés à des postes de conservateurs juniors, ils mènent une carrière jusqu’à la direction de département voire, dans les premiers temps du musée, à la direction du British Museum. Le musée ayant introduit un directeur extérieur à partir de 1969, il n’y a ainsi plus de promotions internes pour les conservators ou curators leur permettant de diriger le musée. Le poste le plus élevé pour les candidats conservateurs internes est celui de deputy director (directeur adjoint)62.

51En termes de conditions de travail et de rémunération, les conservateurs ont des grades équivalents à ceux des personnels scientifiques du civil service. Il y a quelques rares bénévoles chez les curators, principalement des femmes, mais aucun chez les conservators. Les conservateurs étaient employés à temps plein, même si certains d’entre eux pouvaient revenir en tant que special assistant après leur retraite pour terminer leur recherche.

  • 63 D. Wilson, The British Museum. A History, op. cit., p. 216.
  • 64 B. Morgan, A History of Women in the UK Civil Service, 2015, p. 21.

52Les femmes sont arrivées au musée avec la Première Guerre mondiale63. À partir de 1921, il devient théoriquement possible pour elles d’atteindre les grades de la conservation, mais les administrateurs ne l’ont accordé en pratique qu’à partir de 1925. La première nomination d’une femme conservateur au département des manuscrits date de 1931 et la première femme au département des peintures et dessins en 1934. La première directrice adjointe du musée, Miss Maysie Webb, bibliothécaire, a été nommée en 196664.

B. Des origines hétérogènes

  • 65 S. Longair, J. McAleer (éds), Curating Empire. Museum and the British Imperial Experience, Manchest (...)
  • 66 S. J. M. M. Alberti, « The Status of Museums : Authority, Identity, and Material Culture », in D. N (...)

53Quelles sont les origines sociales des conservateurs du British Museum ? Il est malheureusement impossible de répondre à cette question, car aucune étude n’a été réalisée pour cette période, ni au British Museum ni dans les autres musées. On doit donc se contenter de travaux sur d’autres périodes et en particulier sur les conservateurs de l’Empire britannique65. Dans ce cadre, des auteurs ont porté leur attention sur le travail, les objets, le rôle et les pratiques des équipes des musées, surtout dans les petites institutions muséales où les conservateurs ont une influence considérable66. Figure centrale pour les visiteurs de ces musées, le conservateur a un impact important sur la façon dont l’Empire présente ses territoires colonisés à un large public. Sans doute à cause de ses multiples fonctions et responsabilités, il est décrit par ces travaux soit comme un professionnel tirant ses qualifications de ses connaissances académiques en même temps que d’une longue expérience, soit comme une occupation de temps libre pour des petits notables locaux qui s’engagent dans une mission sociale, éducative et culturelle. Souvent, c’est le conservateur lui-même qui définit son rôle, allant du classement et la présentation des collections au public à un rôle plus stratégique de direction des activités du musée.

54Les conservateurs d’Afrique ou d’Inde ne restent pas assez longtemps dans un même musée pour y avoir une action de long terme et d’y impulser un changement. Quelques rares fois, ils passent suffisamment de temps en poste pour construire des collections, former le personnel et créer un musée sur de bonnes bases. Toutefois même dans ce cas, c’est alors les personnels qui changent, nécessitant de solides réseaux pour continuer à soutenir le musée, comme dans le cas du musée de Zanzibar par exemple.

55Au final, les conservateurs sont, tout au long du xixe et de la première moitié du xxe siècles, très rarement en mesure de diriger le musée dans lequel ils travaillent comme leur empire personnel. L’expérience des conservateurs de l’Empire témoigne ainsi de leur lutte constante pour faire tenir le musée grâce à des négociations et concessions permanentes. Ils échouent le plus souvent dans leur rôle de médiateur culturel et mettent à mal l’image d’expériences impériales des musées et de leurs conservateurs comme un tout monolithique symbole de l’Empire britannique.

  • 67 Entretien de l’auteure avec Marjorie Caygill, juin 2016.
  • 68 On pourrait retrouver certains directeurs dans le Oxford Dictionary of National Biography ; certain (...)

56En ce qui concerne le British Museum, les dossiers de carrières, pour la plupart archivés, ne sont pas accessibles avant que l’individu ait atteint l’âge de 100 ans. Nous reproduisons ci-après le cas d’un dossier de personnel que l’archiviste du British Museum nous a permis de consulter. Le personnel de la conservation a, d’après le témoignage d’une ancienne du musée, des origines sociales hétérogènes67. Plutôt issu de la classe moyenne dans les années 1950, le personnel a ensuite des origines sociales de plus en plus diversifiées. Géographiquement, ils viennent de Londres comme de province, puis de l’étranger. Jusqu’aux années 1970 cependant, les membres du personnel du musée doivent avoir la nationalité britannique (ou du Commonwealth), car ils peuvent être transférés dans d’autres services du civil service. Un premier cas d’ouverture d’un poste de conservation à un membre de l’Union européenne a été introduit à la fin des années 1970 en ouvrant des postes aux citoyens de l’UE. Une grande proportion des conservateurs, mais pas nécessairement tous, ont un diplôme universitaire et ont suivi une formation à Oxford, à Cambridge ou dans une autre université68.

57Depuis le xixe siècle, toutes les premières nominations sont faites par une sélection sur dossiers et travaux, puis une sélection par entretien. Les promotions peuvent être limitées aux candidats internes, mais, même s’il n’y a qu’un seul candidat, un entretien est organisé. Le dossier de personnel reproduit ci-dessous intégralement montre d’abord le détail de la procédure pour les années 1950. Il fait une première demande d’emploi en 1945, renouvelée en 1948, avant d’être mis en poste le 19 novembre 1949.

Encadré 9. Première lettre de demande d’emploi de monsieur J. P., 1945

Le 7 avril 1945
Messieurs les Sénateurs et Messieurs,
J’aimerais respectueusement me présenter auprès de vous comme candidat pour le poste d’assistant conservateur temporaire au sein du British Museum et vous soumettre, dans le document ci-joint, tous les détails sur mes qualifications.
Je vous prie d’agréer, Messieurs les Sénateurs, Messieurs,
le dévouement de votre serviteur,
JP

Au très respectueux Directeur des Administrateurs du British Museum
Nom : JP
Âge : 35 ans et 10 mois
Date de naissance : 21 mai 1912
Lieu de naissance : Angleterre
École/universités et niveau d’éducation :
Notting Hill et Ealing High School (Lycée), G.P.D.S.T
Girton College, Cambridge
Institut Courtauld, Université de Londres
Emplois occupés :
Fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères (1942-1945) puis au ministère des Finances (nov. 1945 à aujourd’hui)
Donnez toutes informations sur votre parcours universitaire ; langues parlées et écrites et toutes autres qualifications :
J’étais aux lycées de Notting Hill et Ealing High School de 1929 à 1935. Au Girton College à Cambridge, je me suis inscrit en anglais (première et deuxième parties) où j’ai obtenu le statut de major de la promotion.
En octobre 1936, je me suis inscrit comme étudiant à l’Institut Courtauld en art et archéologie chinois. En juin 1941, j’ai obtenu un Master (M.A.) ; mon mémoire de recherche portait sur les conditions sociales sous la dynastie Han. J’ai soutenu une thèse dont le sujet porte sur « le mobilier d’intérieur sous la dynastie de Han » (206 avant J.-C. à 220 après J.-C.)
Depuis janvier 1942, j’ai travaillé dans des différents secteurs de la fonction publique.
Je peux parler français.
De qui avez-vous des recommandations et des témoignages ?
Mlle H.M. Wodehouse, directrice du Girton College.

Prof. W.P. Yetts de l’Institut Courtauld.
Êtes-vous marié ou célibataire ?
Célibataire.

Source : Archives du British Museum. Je remercie l’archiviste Francesca Hillier pour l’accès à ce dossier, et Khaled Madi pour la relecture de la traduction.

58Ayant dépassé l’âge de 35 ans, et ne pouvant être éligible à un poste permanent au sein du musée, il renouvelle sa lettre en mai 1948 pour demander un poste temporaire mais convenant à ses qualifications :

Encadré 10. Deuxième lettre de demande d’emploi de monsieur J. P., 1948

Cher Monsieur,
Je vous serais reconnaissant si vous pouvez me faire part de l’existence d’un éventuel poste vacant au British Museum pour lequel mes qualifications peuvent convenir.
Je suis titulaire d’une licence spécialisée en anglais de Cambridge et d’un master en archéologie chinoise, que j’ai étudiée durant quatre ans et demi à l’Institut Courtauld sous la direction du Professeur W.P. Yetts. L’objet de ma thèse porte sur « le mobilier d’intérieur de la dynastie de Han ». Depuis 1941, j’ai travaillé dans plusieurs secteurs de la fonction publique, j’occupe actuellement un poste au sein du ministère des Finances (Tresory) comme assistant temporaire du directeur avec un salaire 450 livres par an. Étant donné que j’ai 35 ans et ne peux à ce titre être éligible pour un poste permanent, j’aimerais actuellement trouver un emploi qui soit proche de mon champ d’étude.

Source : Archives du British Museum, dossier de carrière de Monsieur J. P., mis en poste en novembre 1949.

59D’après Brian Williamson, les conservateurs sont principalement de bord politique travailliste. Soucieux d’autonomie, ils cherchent à déterminer eux-mêmes leur journée de travail et leur activité, tout en restant dans le cadre des lignes directrices générales d’organisation du musée et des priorités ministérielles.

60Les assistants keepers et les grades supérieurs sont syndiqués au syndicat de la fonction publique (du civil service), la FDA (First Division Association). Les research assistants et conservators sont plutôt syndiqués à l’IPCS (Institute of Professional Civil Servants). Le syndicat a été fondé en 1919 en tant qu’institut des fonctionnaires professionnels (IPCS), regroupant 17 associations basées dans des services individuels de la fonction publique. Le fer de lance de sa formation a été la création du système du whitley council. L’adhésion a augmenté rapidement, de 1 534 sur la formation à 2 917 l’année suivante, pour atteindre 99 000 en 1980. Le syndicat ne fonctionnait initialement que comme une confédération assez souple, mais en 1946 il a créé son propre Comité exécutif national, et en 1951, les autres constituants sont devenus des branches du syndicat. Le syndicat a été absorbé par la Society of technical civil servants en 1969. En 1976, il a rejoint le TUC. À la suite de la privatisation des emplois de bon nombre de ses membres, l’IPCS a changé son nom en 1989 en Institution of Professionals, Managers and Specialists. En 2001, il a fusionné avec l’Engineers and Managers Association pour former Prospect, qui représente les ingénieurs, managers et scientifiques des secteurs publics et privés. Les conservateurs membres de la First Division Association sont affiliés au TUC (Trade Unions Congress), l’organe de coordination de tous les syndicats au Royaume-Uni.

61Alors que le souci du public ne fait pas débat chez les conservateurs du British Museum, la spécificité des conservateurs du Louvre apparaît particulièrement marquée. Ils s’opposent aux conservateurs territoriaux pour défendre la position de la haute culture contre l’animation et la diffusion. Le public idéal des conservateurs que nous livrent les nécrologies publiées dans la revue des conservateurs est un public spécialisé et éclairé. Les fonctions que les tutelles les engagent de plus en plus à assumer (animation, direction des personnels) sont tues, comme l’attention à la commodité des visiteurs et la disponibilité à leur égard.

  • 69 C’est la commission culturelle du VIe Plan puis le conseil de développement culturel, tous deux pré (...)
  • 70 S. Salon, « De 1945 à nos jours », in M. Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique en France, (...)
  • 71 G. Sapiro, « Les professions intellectuelles entre l’État, l’entrepreneuriat et l’industrie », Le M (...)

62Orienter plus l’activité de travail des conservateurs vers la diffusion et l’animation fait donc débat au sein de la profession. Ces fortes oppositions sur l’attention au public au sein d’un même corps révèlent aussi l’absence de lieu de discussion pour construire un langage commun (hormis la commission du VIe Plan, présidée par l’ancien résistant et gaulliste Pierre Emmanuel69) entre ceux qui tentent d’analyser les besoins (les diagnostics établis par le ministère, les sociologues, notamment) et les acteurs présents dans les commissions paritaires (qui de fait ne fonctionnent pas pendant cette période70) sur l’avancement et le statut (conservateurs, directeurs d’administration). Les discussions sur le statut se sont alors déroulées en petit comité et aboutissent à des compromis fragiles, alors même que d’autres professions intellectuelles voient, dans les années 1950, 1960 et 1970, leurs revendications professionnelles anciennes abouti71.

63Tout se passe donc comme si en France, la question du public n’avait pas de conséquence sur les pratiques professionnelles des conservateurs du Louvre. C’est une des différences importante avec leurs homologues du British Museum. En ce qui concerne la formation, la divergence entre les conservateurs des deux musées apparaît aussi marquée. Dans ce musée, une grande proportion des conservateurs a un diplôme universitaire, et a suivi une formation à Oxford ou Cambridge. Mais la formation officielle en muséologie n’est pas nécessaire. Les candidats « prometteurs » nommés peuvent acquérir une expertise dans le domaine des collections fondée sur leur expérience. Le Louvre présente la configuration opposée. L’École du Louvre fonctionne comme un prérequis. C’est seulement à partir de 1970 que le concours de recrutement s’ouvre aux titulaires de diplômes autres que celui délivré par l’École du Louvre. Les conservateurs du Louvre ne sont pas formés à la direction et à la gestion d’équipe, le DMF défendant longtemps la spécificité d’une fonction propre de conservation la distinguant des tâches de direction réservée aux corps de l’ENA. Sous l’influence notamment des revendications de l’association des conservateurs à partir de 1968, appelant de ses vœux la création d’une école nationale du patrimoine réunissant dans le même objectif de formation conservateurs territoriaux et nationaux, leur formation change à partir de 1990 seulement. Voyons maintenant comment la charge du public est déléguée jusqu’aux années 1980 au bas de la hiérarchie et sans formation.

Notes

1 F. Poulard, Conservateurs de musées et politiques culturelles…, op. cit.

2 P. Poirrier, « Le développement du partenariat entre l’État et les villes 1959-1999 », in P. Poirrier, J.-P. Rioux (dir.), Affaires culturelles et territoires (1959-1999), op. cit., p. 83.

3 Ce traitement a été fait par l’auteure et Yves Lochard, que je remercie à nouveau ici.

4 La part prise par le statut de bénévole chez les femmes est en cours de quantification à partir des dossiers de personnel.

5 AMN, O30, dossier de personnel de Geneviève Monnier, née en 1939.

6 C. Marry (et al.), Le plafond de verre et l’État. La construction des inégalités de genre dans la fonction publique, Paris, Armand Colin, 2017.

7 Ce constat est fait notamment pour les ingénieurs. Cf. J. Laufer, S. Pochic, « Carrières au masculin et au féminin », in A. Karvar, L. Rouban (dir.), Les cadres au travail. Les nouvelles règles du jeu, Paris, La Découverte, p. 147-168 ; voir aussi C. Marry, Les femmes ingénieurs. Une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004.

8 Voir N. Zemon Davis, « Women and the World of the Annales », History Workshop Journal Issue, n° 33, 1992, p. 121-137 ; voir aussi S. Schweitzer, Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe (xixe-xxie siècle), Paris, Payot, 2010.

9 Voir I. Ernot, « L’histoire des femmes et ses premières historiennes (xixe siècle-début xxe siècle) », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 16, 2007, p. 165-194.

10 Voir Y. Lintz (dir.), Histoire du Louvre. Tome 3, Paris, Fayard, 2016.

11 Voir S. Octobre, Conservateur de musée : entre profession et métier, thèse de doctorat de sociologie, éd. de l’EHESS, 1996.

12 Sur la division du travail et les stéréotypes au sujet des femmes dans l’industrie, voir L. Lee Downs, L’inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, Paris, Albin Michel, 2002.

13 AMN, 2AA 106, DMF, relevé des questions essentielles traitées depuis 1970, [s.d.] 1975.

14 AMN, O30, dossier de personnel de Françoise Rogeon, née en 1943.

15 AMN, 2AA 8, le conservateur en chef du musée de Versailles à M. le DMF, 17 déc. 1965.

16 CCECRSP, « Les agents non titulaires de la fonction publique », mai 1979.

17 A. Plantey, « Réformes dans la fonction publique », LGDJ, n° 99, 1978, p. 30.

18 F. Poulard, Conservateurs de musée et politiques culturelles…, op. cit., p. 122.

19 S. Octobre, Conservateur de musée : entre profession et métier, thèse citée.

20 F. Benhamou, N. Moureau, « Les nouveaux conservateurs. Enquête auprès des conservateurs formés par l’INP (promotion 1991-2003) », Les Notes de l’Observatoire de l’emploi culturel, n° 46, 2006.

21 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, op. cit., p. 90.

22 Ces données existent en revanche à partir des années 1980.

23 S. Octobre, art. cit.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 AMN, Z44, recommandations personnelles, lettre de Bernard Dorival au directeur des Musées nationaux, 7 janv. 1948.

27 AMN, O6 D, PV de la CAP du 15 janv. 1948.

28 P. Poirrier, J.-P. Rioux (dir.), Affaires culturelles et territoires (1959-1999), Paris, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation française, 2000. Sur les débats liés à la définition de la « politique culturelle » dans les années 1960, cf. P. Urfalino, L’invention de la politique culturelle, op. cit. ; P. Urfalino, « L’histoire de la politique culturelle », in J.-P. Rioux, J.-F. Sirinelli (dir.), Pour une histoire culturelle, op. cit., p. 311-324. Cf. aussi V. Dubois, P. Urfalino, La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, op. cit. Une approche distincte d’histoire culturelle est proposée par H. Lebovics, Mona Lisa’s Escort. André Malraux and the Reinvention of French Culture, op. cit. Elle conduit à interpréter la politique de démocratisation culturelle d’André Malraux comme une réponse politique à la crise de la primauté de la culture française, elle-même liée à l’indépendance des anciennes colonies françaises.

29 Cf. par exemple V. Dubois, « Socio-histoire et usages sociaux de l’histoire dans l’analyse de l’action publique. Réflexions à partir de la politique culturelle en France », in Y. Deloye, B. Voutat (dir.), Faire de la science politique, Paris, Belin, 2002, p. 155-165.

30 Pour la période ultérieure, voir E. Biland, La fonction publique territoriale, Paris, Repères La Découverte, 2019 (nouvelle édition) ; A. Peyrin, « Démocratiser les musées : une profession intellectuelle au féminin », Travail, genre, sociétés, 2008, p. 65-85 . F. Benhamou, N. Moureau, « Les “nouveaux conservateurs”. Enquête auprès des conservateurs formés par l’INP (promotion de 1991 à 2003) », Les notes de l’Observatoire de l’emploi culturel, n° 46, août 2006.

31 S. Octobre, « Dilemme de la professionnalisation : le cas des conservateurs de musées », art. cit.

32 Ibid., p. 60.

33 Ibid., p. 54.

34 Ibid., p. 60.

35 Voir D. Rodriguez Tomé, « L’organisation des architectes sous la IIIe République », Le Mouvement social, n° 214, 2006, p. 55-76. Les intérêts des architectes de province se confrontent sous la IIIe République à ceux des organisations professionnelles des élites parisiennes, liées à l’École nationale supérieure des beaux-arts. Derrière les difficultés d’instauration du diplôme et d’organisation du corps professionnel, ces élites craignent « la dévalorisation de leur position hiérarchique par ce nivellement du statut professionnel ».

36 AN, CAC 910675, art. 38, note du directeur de l’administration générale au ministère de la Culture à l’attention de M. le directeur des Musées de France, 26 mars 1981.

37 AN, CAC 19930217, art. 14, direction des Musées de France, gestion du personnel conservateur, « Les causes du désintérêt des conservateurs d’État pour les postes dans les musées classés », s.d. [1983].

38 Ibid.

39 C. Abastado, « Raconte ! Raconte… Les récits de vie comme objet sémiotique », Revue des sciences humaines, récits de vie, n° 191, juill.-sept. 1983.

40 N. Carré de Malberg, « Image de soi et légitimité chez les inspecteurs des finances, de la Première Guerre mondiale à nos jours », Revue historique, n° 538, avr.-juin 1981.

41 J.-B. Roy, « L’AGCCPF. Qui sommes-nous ? », Musées et collections publiques de France, n° 228, mars 2001, p. 84.

42 Nécrologie de Jean-Gabriel Goulinat, 1972.

43 Nécrologie d’Hubert Delesalle, 1967.

44 Nécrologie de Lise Carrier, 1984.

45 Nécrologie de Mlle Dubuisson, 1984.

46 Nécrologie de Jean Charbonneaux, 1969.

47 Nécrologie d’André Guillaumin, 1979.

48 Nécrologie de Jacqueline Viaux, 1998-1999.

49 Nécrologie de Jean Charbonneaux, 1969.

50 Nécrologie de Jean Vergnet-Ruiz, 1972.

51 Nécrologie d’Armand Caillat, 1966.

52 Nécrologie de Jean Vergnet-Ruiz, 1972.

53 Nécrologie de Jeannine Prud’homme, 1992.

54 Nécrologie d’Hubert Delesalle, 1967.

55 P. Jessu, « Éditorial », Musées et collections publiques de France, n° 161, 1983.

56 M. Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Félix Alcan, 1925, p. 200.

57 Ces chiffres sont tirés du rapport triennal du conseil d’administration et sont publiés annuellement à partir de 1938-1939.

58 Il est seulement possible d’avoir des ordres de grandeurs, les chiffres exacts devraient être restitués à partir des annuaires téléphoniques du musée.

59 D. Wilson, The British Museum. A History, Londres, The British Museum Press, 2002. Appendix 3, « Curatorial Staff, 1956-may 2002 », par M. Caygill, p. 380-393. Cette annexe énumère tous les membres du personnel de conservation de 1756 à mai 2002.

60 Entretien de l’auteure avec Brian Williamson, juin 2016.

61 Entretien de l’auteure avec Brian Williamson, juin 2016.

62 D. Wilson, The British Museum. A History, op. cit., p. 216.

63 D. Wilson, The British Museum. A History, op. cit., p. 216.

64 B. Morgan, A History of Women in the UK Civil Service, 2015, p. 21.

65 S. Longair, J. McAleer (éds), Curating Empire. Museum and the British Imperial Experience, Manchester, Manchester University Press, 2012.

66 S. J. M. M. Alberti, « The Status of Museums : Authority, Identity, and Material Culture », in D. N. Livingstone, C. W. J. Whiters (éds), Geographies of Nineteenth-Century Sciences, Chicago, University of Chicago Press, 2011 ; S. J. M. M. Alberti, « Placing Nature : Natural History Collections and their Owners in Nineteenth-Century Provincial England », British Journal for the History of Science, n° 35, 2002, p. 291-311.

67 Entretien de l’auteure avec Marjorie Caygill, juin 2016.

68 On pourrait retrouver certains directeurs dans le Oxford Dictionary of National Biography ; certains autres pourraient se retrouver dans le Who’s Who. Ce travail reste à mener de manière systématique.

69 C’est la commission culturelle du VIe Plan puis le conseil de développement culturel, tous deux présidés par Pierre Emmanuel, qui lancent la diffusion de la notion de « développement culturel », voir P. Urfalino, L’invention de la politique culturelle, op. cit., p. 329.

70 S. Salon, « De 1945 à nos jours », in M. Pinet (dir.), Histoire de la fonction publique en France, tome 3 : Les xixe et xxe siècles, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1993.

71 G. Sapiro, « Les professions intellectuelles entre l’État, l’entrepreneuriat et l’industrie », Le Mouvement social, n° 214, janv.-mars 2006, p. 18.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site