Version classiqueVersion mobile

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Troisième partie. Au nom du public. Le travail au Louvre et au British Museum (1946-1981)

Introduction de la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après avoir vu que le souci du public dans les politiques culturelles a peu de conséquences sur l’organisation de l’emploi, voyons maintenant si la massification du public des musées transforme, ou pas, les pratiques de travail des individus et des groupes, fortement clivés. Leur travail a a priori peu de choses en commun. Tandis que les conservateurs et conservatrices, qui ont pendant longtemps les gardiens sous leurs ordres dans les musées de petite taille, se consacrent au travail scientifique et de mise en valeur des collections, les gardiens surveillent le public et les salles, qu’ils entretiennent également. Les opérations de division des visiteurs du musée sont aussi le résultat de lutte entre les luttes entre groupes professionnels sur la (non)-prise en charge du public, ici principalement entre conservateurs et gardiens.

Comme en France, les gardiens britanniques sont dans bien des musées des anciens militaires ou des policiers, tandis qu’ils peuvent se faire guides dans les...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search