Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Troisième partie. Au nom du public. Le travail au Louvre et au British Museum (1946-1981)

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1Après avoir vu que le souci du public dans les politiques culturelles a peu de conséquences sur l’organisation de l’emploi, voyons maintenant si la massification du public des musées transforme, ou pas, les pratiques de travail des individus et des groupes, fortement clivés. Leur travail a a priori peu de choses en commun. Tandis que les conservateurs et conservatrices, qui ont pendant longtemps les gardiens sous leurs ordres dans les musées de petite taille, se consacrent au travail scientifique et de mise en valeur des collections, les gardiens surveillent le public et les salles, qu’ils entretiennent également. Les opérations de division des visiteurs du musée sont aussi le résultat de lutte entre les luttes entre groupes professionnels sur la (non)-prise en charge du public, ici principalement entre conservateurs et gardiens.

  • 1 N. von Holst, Creators, Collectors and Connoisseurs, Londres, Putnam Pub. Group, 1967, p. 294.
  • 2 K. Hudson, A Social History of Museums, Londres/Basingstoke, The Macmillan Press LTD, 1975, p. 96-9 (...)

2Comme en France, les gardiens britanniques sont dans bien des musées des anciens militaires ou des policiers, tandis qu’ils peuvent se faire guides dans les demeures historiques (historic houses)1. Si, en France, ils partagent au niveau communal souvent le même statut que tous les autres gardiens de parcs, de jardins ou de cimetière, en Grande-Bretagne, leur niveau de rémunération est aussi des plus bas2. L’action collective est organisée par des syndicats (la CGT-Force ouvrière en France) qui revendiquent une amélioration des conditions de travail, de rémunération et de formation. Dans les deux pays, les conservateurs sont organisés non au sein d’organisations syndicales mais en associations professionnelles (Museums Association et Association générale des conservateurs des collections publiques de France), attachées à définir les missions et le périmètre de leur travail, réflexion sur laquelle ils ont le monopole.

  • 3 G. Thuillier, « Une histoire de la notation administrative », La Revue administrative, n° 1959, 197 (...)
  • 4 Plusieurs juristes qualifient la notation d’« acte unilatéral ». Voir par exemple J.-L. Bodiguel, C (...)
  • 5 S. Guérard, P. Pailot, « Notation et évaluation dans la fonction publique : éléments d’analyse crit (...)
  • 6 J. Le Bihan, Au service de l’État. Les fonctionnaires intermédiaires au xixe siècle, op. cit., p. 2 (...)

3La notation des personnels à partir de 1946 est précisément censée homogénéiser les différences de travail et de classe. Pour saisir l’activité de travail, nous avons pu étudier plus particulièrement l’évolution de la notation, révélatrice autant de l’idéologie administrative que de l’activité de travail. L’intérêt à constituer la notation comme un objet de recherche à part entière, en lui permettant de devenir un observatoire de l’idéologie administrative et de son évolution, a été relevé par plusieurs travaux3. Comment distinguer la valeur propre de l’individu et assurer aussi la promotion du plus grand nombre ? Ce problème est en principe résolu avec le vote d’un statut général des fonctionnaires, en 1946, celui-ci devant unifier, en les liant, les règles de promotion et d’avancement au sein des CAP. La notation devient au lendemain de la Seconde Guerre mondiale un acte initialement « unilatéral4 » et secret par lequel le chef de service évalue ses subordonnés et se transforme, à partir des années 1980 (selon une chronologie qui n’a toutefois guère été étudiée administration par administration), en acte de gestion : notes et appréciations sont censées être montrées aux intéressés dans le cadre d’un « dialogue au service de cette gestion »5. Le manque de maîtrise du processus d’appréciation par la personne évaluée, la difficulté pour l’évaluateur de mener un recueil de données étayant son jugement produisent un système de notation perçu comme l’expression d’une domination hiérarchique, niant l’inégalité des rapports de force entre fonctionnaires aux niveaux hiérarchiques différents. Elle constitue surtout un très bon point d’entrée permettant de voir comment le public organise, ou pas, le travail. L’acte de noter et d’évaluer le travail d’un fonctionnaire par écrit constitue précisément l’expression d’un certain ordre de valeurs. On peut même le considérer comme « l’un des principaux moments où l’ordre en question à la fois se réalise et se manifeste6 ».

  • 7 L’archiviste n’a pu mettre à notre disposition qu’un seul dossier de carrière de conservateurs. Nou (...)

4Il est possible de voir maintenant, à partir des archives du Louvre et du British Museum, comment le travail des agents de ces deux institutions a intégré – ou pas – les nouvelles missions de service aux publics. Les archives du British Museum (compte rendu des conseils d’administration, conseil withley) ont été aussi utiles. Néanmoins, les dossiers de personnel n’y sont ni classés ni accessibles7. Pour saisir les valeurs liées au service public, la presse professionnelle des conservateurs a été dépouillée et notamment les nécrologies, de même que les comptes rendus des conseils whitley sur toute la période. Ces sources d’archives, qui mériteraient donc d’être croisées avec les dossiers de carrière des agents du British Museum, donnent toutefois un premier accès à la nature des régulations collectives que le public rend possibles ou empêche.

Notes

1 N. von Holst, Creators, Collectors and Connoisseurs, Londres, Putnam Pub. Group, 1967, p. 294.

2 K. Hudson, A Social History of Museums, Londres/Basingstoke, The Macmillan Press LTD, 1975, p. 96-97.

3 G. Thuillier, « Une histoire de la notation administrative », La Revue administrative, n° 1959, 1974, et La vie quotidienne dans les ministères au xixe siècle, Paris, Hachette, 1976 ; J. Le Bihan, Au service de l’État. Les fonctionnaires intermédiaires au xixe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

4 Plusieurs juristes qualifient la notation d’« acte unilatéral ». Voir par exemple J.-L. Bodiguel, C.-A. Garbar, A. Supiot, Servir l’intérêt général. Droit du travail et fonction publique, Paris, Presses universitaires de France, 2000.

5 S. Guérard, P. Pailot, « Notation et évaluation dans la fonction publique : éléments d’analyse critique », in S. Guérard (dir.), La GRH publique en questions : une perspective internationale, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 403.

6 J. Le Bihan, Au service de l’État. Les fonctionnaires intermédiaires au xixe siècle, op. cit., p. 262.

7 L’archiviste n’a pu mettre à notre disposition qu’un seul dossier de carrière de conservateurs. Nous avons donc eu recours à cinq entretiens, dont trois avec des témoins en fonction avant 1981.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site