Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Deuxième partie. Hiérarchiser l’emploi dans les musées (1946-1981)

Chapitre 2. Des groupes professionnels en tension entre pôles scientifique et pédagogique

Texte intégral

  • 1 P.-M. Menger, « Les politiques culturelles en Europe : modèles et évolutions », in P. Poirrier (dir (...)

1Les nouvelles politiques culturelles mises en place dans les deux pays ne sont pas sans conséquences sur la hiérarchie du travail de ceux qui doivent s’occuper du public et pose donc aussi la question de leur formation. Quelles sont d’abord leurs conséquences sur l’organisation de l’emploi dans les musées ? Les finalités de l’action des musées, liées au nouveau discours sur la démocratisation de la culture, l’éducation et l’égalité d’accès aux musées, ne sont pas partagées de la même façon par les groupes socioprofessionnels des deux pays. Les musées britanniques sont plus impliqués dans la pédagogie et collaborent davantage avec les universités et les écoles que les musées français à la même période. Les musées français se voient octroyer progressivement de nouvelles missions, qui s’ajoutent à celles traditionnelles d’acquisition, de conservation et d’exposition des collections. Par exemple, les écomusées, qui se veulent des outils au service de l’ensemble d’une population d’acteurs usagers, représentent les besoins des zones rurales et des banlieues. Ils correspondent à de nouvelles missions telles que l’aménagement de l’espace urbain et le développement économique local. Conservateurs britanniques et français sont toutefois en désaccord entre eux, en fonction de la taille des musées, sur la façon d’amener les publics le plus près de leur niveau de connaissances et de leurs goûts. Les limites des politiques d’emploi conduisent à différencier les objectifs de démocratisation et les destinataires de l’action publique1. Les conflits de légitimité qui en résultent ont des effets proches dans les deux pays sur les différenciations entre sous-groupes professionnels dans les musées. La tension entre les pôles scientifique, éducatif et gestionnaire de l’organisation des musées est gérée par le recours à des bénévoles, principalement des femmes.

  • 2 S. Octobre, thèse citée.
  • 3 S. Nenadic, « Historiens et patrimoine en Grande-Bretagne », Le Mouvement social, n° 200, juil.-sep (...)

2Les politiques culturelles ont-elles eu ensuite des conséquences sur la façon dont sont formés les personnels des musées ? La formation des conservateurs français est fondée sur celle dispensée à l’École du Louvre, qui en a le monopole et fonctionne comme un prérequis pour le recrutement2. La formation des conservateurs britanniques se fait essentiellement à l’université parfois jusqu’au doctorat, et dans quelques universités précises. Ces derniers constituent, parmi les professionnels de l’histoire, un groupe directement intéressé à la question du patrimoine et la constitution d’une histoire populaire. Ils s’inscrivent dans un cadre intellectuel marqué non seulement par la connaissance des œuvres et objets anciens mais aussi par l’expertise3.

I. Conservateur n’est pas conservatrice en France 

3Dans les deux pays, la mission de transmission et d’explication des œuvres constitue une fonction déléguée au bas de la hiérarchie et aux femmes. En France, cela vient d’une catégorisation des destinataires des musées et notamment des publics d’âge scolaire, dont sont chargés les services pédagogiques occupés par des femmes.

A. Catégoriser les destinataires

  • 4 D. Poulot, « Quelle place pour la “question du public” dans le domaine des musées ? », in O. Donnat(...)
  • 5 D. Schnapper, « Le musée et l’école », Revue française de sociologie, vol. XV, n° 1, mars 1974, p.  (...)
  • 6 Cité par D. Poulot, « Quelle place pour la “question du public” dans le domaine des musées ? », in (...)
  • 7 N. Serota, Experience or Interpretation. The Dilemma of Museums of Modern Art, Londres, Thames and (...)

4La massification des publics à partir de 1945 modifie progressivement le mode de gestion du travail et de l’emploi dans les musées selon une nouvelle chronologie qu’il nous faut présenter. Nous souhaitons d’abord enrichir la périodisation proposée par l’historien Dominique Poulot. Ce dernier distingue trois moments de l’histoire des représentations du public au sein des discours sur les musées. Une première époque est consacrée à l’« esprit public sur le mode de la conquête d’un droit aux chefs-d’œuvre » et correspond à la période de la Révolution française4. Une deuxième période est consacrée à la républicanisation de l’éducation libérale, où le musée devient, avec la IIIe République, un rouage de l’éducation aux Beaux-Arts, et connaît une alliance entre le musée et l’école5. Dans l’entre-deux-guerres, le musée échouerait toutefois, selon Paul Valéry, « à concilier le plaisir avec l’utilité publique6 », et ce qu’il nomme la « gravité citoyenne ». La troisième période s’intéresse au musée voué à l’attente individuelle, où l’institution est « suspendue au seul désir de son public7 ». En 1958, la Ve République et l’apparition du ministère de la Culture amènent à cet égard « peu de modifications importantes ». Le basculement décisif des liens entre musées et publics interviendrait dans la décennie 1980, quand politiques et citoyens « partagent l’évidence selon laquelle tout doit être considéré comme élément du patrimoine » : désormais, tous les types de culture sont susceptibles d’entrer au musée. À tel point que celui-ci cesse d’être un espace de travail, en même temps que l’ensemble des valeurs liées à la notion de « goût national » disparaît, privant les visites des musées des justifications traditionnelles telles que l’apprentissage du métier, l’édification morale ou patriotique. À la fin du xxe siècle, la « refonte des rapports entre musées et publics », dans de nombreux établissements, se joue ainsi « dans l’alternative de l’expérience ou de l’interprétation ».

  • 8 R. Schaer, L’invention des musées, Paris, La Découverte-Gallimard, 1993 ; voir aussi P. Poirrier, L (...)
  • 9 Cour des comptes, Les musées nationaux après une décennie de transformations (2000-2010), rapport p (...)
  • 10 Voir O. Donnat, « La stratification sociale des pratiques culturelles et son évolution, 1973-1997 » (...)
  • 11 A. Chenu, N. Herpin, « Une pause dans la marche vers la civilisation des loisirs », Économie et sta (...)

5La croissance des publics des musées, qui prend une ampleur inédite dans les pays occidentaux8, se manifeste avant tout en termes quantitatifs. Le constat, fait à la fois par le département d’études et prospective (DEP), depuis sa création par le service statistique chargé des publics du ministère de la Culture, et par un rapport de la Cour des comptes9, est celui d’une difficulté à atteindre les jeunes ou les publics socialement défavorisés. Selon l’enquête sur les pratiques culturelles des Français, bilan opéré suivant les mêmes catégories de questionnement afin de rendre les résultats comparables dans le temps, en 1973, en 1981, en 1989 et en 1997, il n’y a guère eu de démocratisation de la culture10. En dépit de phases de reflux et de pause dans la civilisation des loisirs, l’essentiel de gain en temps de loisir a été acquis chez les actifs en emploi, entre 1974 et 1986, période depuis laquelle le mouvement a été interrompu11. Ce résultat sur le temps long mériterait cependant d’être interrogé à partir d’une approche historienne qui permettrait de voir si les catégories utilisées comprennent les mêmes populations et changent en réalité entre 1973 et 1997.

  • 12 Sur ce point, voir J.-C. Passeron, « Consommation et réception de la culture : la démocratisation d (...)
  • 13 G. Saez, « Les politiques culturelles des villes. Du triomphe du public à son effacement », in O. D (...)

6Toutefois, pour apprécier le processus d’ouverture aux publics et la démocratisation, la valeur scientifique du chiffrage – lequel s’est considérablement développé pour le secteur culturel avec l’essor de la sociologie quantitative et du calcul statistique et a transformé les instruments d’analyse de la démocratisation de l’école et de la culture12 – ne peut être séparée de celle de l’interprétation des œuvres et des types de musées qui se sont mis en place depuis 1945. Si le terme « consommateur » ou « client » est parfois employé pour les services en réseau à cette période, son usage constitue dans nombre d’administrations un enjeu, tout particulièrement à l’Éducation et à la Culture. Au ministère de la Culture par exemple, les maîtres mots qui guident l’action du ministre Jacques Duhamel dans les années 1970 sont « activité et non pas consommation » : l’intérêt se porte sur les modes d’appropriation propres aux différentes catégories de publics, les pratiques buissonnières, les comportements des usagers se distinguant d’une simple consommation. Il s’agit donc de mieux comprendre maintenant les problématisations du public telles qu’elles sont élaborées au sein des politiques, territorialisées13 ou non, dans un contexte où les musées ont été progressivement investis de nouvelles missions.

  • 14 Tel que le définit Nicolas Herpin à propos de la classification établie par Victoria Alexander pour (...)

7Les différents types de musées qui se sont développés à partir de 1945 peuvent ainsi être hiérarchisés en plusieurs groupes selon leurs publics. Certains valorisent les expositions populaires (comme les écomusées) ; d’autres, les expositions présentant des œuvres de l’art classique ou moderne, ont comme objectif pédagogique une introduction à l’histoire de l’art et s’adressent « à un public des classes moyennes faisant preuve de “bonne volonté culturelle”, pour reprendre la formule de Pierre Bourdieu14 » ; d’autres, enfin, visent un public de connaisseurs, formés en histoire de l’art. Il est toutefois difficile d’en présenter une chronologie tant les foyers d’où émanent ces nouveaux publics sont différents.

8C’est d’abord aux élèves que les musées s’ouvrent progressivement. Les musées de province comme les musées nationaux s’attachent de plus en plus à se tourner vers le visiteur. Ils vont progressivement développer des services éducatifs. Antoine Prost souligne que la politique d’ouverture des musées en direction des élèves vient dans un premier temps de l’Éducation nationale :

  • 15 A. Prost, « L’école et la famille dans une société en mutation », in L.-H. Parias (dir.), Histoire (...)

« L’entrée du musée dans le champ scolaire a été largement déterminée par les réajustements du ministère de l’Éducation nationale et non, en fait, par une initiative du milieu lui-même : la création du tiers-temps en 1969-1970 et celle des 10 % en 1973-197415. »

9Un temps important de cette ouverture est par la suite l’ouverture du Centre Pompidou, en 1977. On peut toutefois noter plusieurs initiatives venues du milieu des musées lui-même.

  • 16 Voir « Mémoires et documents scolaires », Musées et enseignements, service d’édition et de vente de (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Musées et collections publiques de France, mai 1953.

10Après la Seconde Guerre mondiale, les rencontres entre éducateurs ayant pour but l’utilisation des musées se multiplient, et la United Nations Educational, Scientific and Cultural Organisation (Unesco), ou Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, organise sur le thème « musée et enseignement » des conférences et des stages d’étude ; la revue Museum consacre de nombreux articles à ce sujet16. La DMF, qui veut affirmer son désir que les collections nationales servent à l’enseignement de tous, crée en 1949 un service éducatif, dont elle confie la direction à un membre du personnel de conservation, Germaine Cart. En province, quelques conservateurs prennent l’initiative d’entrer en contact avec des éducateurs et d’organiser avec eux des expositions destinées plus spécifiquement au public scolaire17. Dans les années 1950, on trouve ainsi, dans la revue des conservateurs Musées et collections publiques de France, de nombreux témoignages sur l’évolution des musées, comme celui du conservateur du musée zoologique de Strasbourg, en 1953. Celui-ci fait remarquer que la richesse du matériel s’oppose au rôle éducatif du musée, car, en général, il est impossible de séparer collections publiques et réserve. Il ne suffit d’ailleurs pas de « mettre sous les yeux du public quelques échantillons bien présentés, il faut encore l’aider, le forcer à examiner et à lire. C’est ainsi que furent créées en 1948 des visites-conférences qui obtinrent un bon succès, formules malheureusement abandonnées ces derniers temps18 ».

  • 19 Ibid., n° 36, juill. 1951.
  • 20 Ibid., n° 1, 1965.

11Plus généralement, dans les années 1950 et 1960 ont lieu de nombreux « stages d’étude » consacrés au rôle éducatif et culturel des musées dans le monde. Dans un article de 1951 de Musées et collections publiques de France intitulé « L’éducation dans les musées américains », Régine Pernoud, alors conservatrice du musée de Reims, fait le compte rendu d’un séjour aux États-Unis qui lui a donné la possibilité d’étudier les services éducatifs des principaux musées de l’Est et de la côte ouest19. La forme la plus courante de cette activité, ce sont les conférences faites à des heures fixes et les visites guidées. Celles-ci diffèrent de celles effectuées au Louvre, par exemple, car il faut noter « le souci de se mettre à la portée du public du fait que les heures correspondent à celles qui seront le plus commodes pour ce public […]. Ceci indique quels efforts sont faits par les directeurs de musée pour s’adapter aux besoins de leur public ». Ce qui est plus nouveau encore, ce sont les activités éducatives destinées aux enfants : « C’est un spectacle assez curieux pour nous que de voir les musées envahis régulièrement par des bandes d’enfants. » À la suite de cette série de stages d’étude, un colloque international sur le rôle éducatif et culturel des musées est organisé, en novembre 1965, par la commission française pour l’Unesco et le comité national de l’International Council of Museums (Icom), ou Conseil international des musées, pour y constater que, « en France, la jeunesse des institutions, les difficultés d’ordre matériel ou financier, voire une conception traditionnelle et restrictive de la fonction du musée ont limité ou freiné le développement d’activités culturelles, accessibles à la masse du public20 ».

  • 21 Ibid., numéro spécial « Les musées et les jeunes d’âge scolaire », n° 2, 1970.
  • 22 Ibid., n° 4, 1972.

12En 1970, des débats animent la profession au sujet des jeunes d’âge scolaire21. Si l’AGCCPF n’est pas complètement convaincue de la possibilité d’élargir la fréquentation des musées avec un public « qui lui est défavorable », c’est-à-dire « la majeure partie du public adulte qui a des préjugés défavorables au musée, dus aussi bien à l’éducation reçue qu’à une conception périmée, hélas quelquefois justifiée par les faits, que celui-ci est réservé aux seuls initiés », il lui semble en revanche réaliste, pour répondre à la critique, d’« atteindre le public jeune par l’intermédiaire des possibilités ouvertes par les nouvelles normes pédagogiques ». Le président de l’AGCCPF, Jean-Louis Hamel, incite donc les conservateurs à prendre contact avec les enseignants et avec des animateurs de loisirs culturels afin de rechercher avec eux « comment le musée doit jouer le rôle qui est le sien dans un système éducatif cohérent, préparant les citoyens à user convenablement des biens du patrimoine national et international22 ».

13Deuxième évolution, les musées se trouvent interpellés par le développement de l’art contemporain, qui promeut une autre conception de la représentation et donc des publics. Depuis l’époque des Lumières, l’œuvre d’art est exposée pour sa valeur universelle. La politique de dépôt des œuvres contemporaines au xixe siècle participe de cette philosophie de l’art qui ignore sciemment les contextes géographiques locaux. Or, l’art contemporain – et le mouvement abstrait qui le domine au sortir de la Seconde Guerre mondiale – s’affiche comme un art décontextualisé, abandonnant les derniers repères qu’offrait la figuration. L’existence des musées d’art contemporain ouvre donc la possibilité d’interpréter l’œuvre d’art.

  • 23 L. Vadelorge, « L’entre-deux-guerres : une professionnalisation incertaine », in P. Poirrier, V. Du (...)
  • 24 Cf. entretien de l’auteure et de Marie Raveyre avec Bernard Ceysson, 28 avr. 2004, p. 193 ; voir au (...)
  • 25 Cf. entretien de l’auteure et de Marie Raveyre avec Bernard Ceysson, déjà cité, p. 193.

14Dans certaines villes comme Rouen, Dijon ou Bordeaux, le fossé s’est creusé jusqu’aux années 1960 entre ces deux modes de représentation : d’un côté, celui des conservateurs, enclins à défendre des acquisitions contemporaines non locales, pour combler les lacunes des collections du xxe siècle ; de l’autre, celui des sociétés culturelles, plus portées à rejeter un art jugé incompréhensible et à défendre un art du paysage ancré territorialement, et qui rejettent l’art contemporain via les commissions de surveillance ou d’achat des musées. Inversement, l’exemple de Saint-Étienne, de Lille ou de Nantes dans les années 1960-1970 montre qu’il est possible de susciter une synergie entre sociétés culturelles locales et musées et de s’y appuyer23. Un exemple particulièrement abouti est celui de Saint-Étienne24 : le musée, considéré à la fin des années 1970 comme le deuxième musée de province pour l’art moderne, ne possédait quasiment aucune œuvre contemporaine en 1947. La politique d’acquisition menée par Maurice Allemand, puis par son successeur, en 1967, Bernard Ceysson, s’adosse à des liens étroits avec l’université stéphanoise et plus particulièrement avec le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches pour l’expression contemporaine (Cierec)25.

  • 26 P. Poirrier, V. Dubois (dir.), Les collectivités locales et la culture, op. cit.

15Troisième évolution, les « musées de société », qui se sont développés depuis les années 1970, proposent une autre lecture de la fonction sociale du musée et de la conception des publics. Longtemps décriés pour leur amateurisme et leur contenu folklorique, les musées de société apparaissent ensuite comme contribuant à des demandes sociales importantes au niveau local. Quoi qu’il en soit, les musées d’ethnologie, de folklore populaire, les écomusées ou les musées de société sont tous volontiers portés à opposer à la culture savante les diverses cultures, jugées comme d’égale valeur. Contre le musée sanctuaire dédié à l’élite, l’écomusée rompt définitivement avec la logique élitiste et la relation passive du spectateur. L’écomusée se veut un outil au service de l’ensemble d’une population constituée d’acteurs-usagers qui peuvent à terme le supprimer une fois celui-ci devenu obsolète. L’écomusée de la communauté urbaine Le Creusot-Montceau-les-Mines réalisé en 1974 par Marcel Évrard, avec, pour la programmation, la collaboration de Georges Henri Rivière, fait alors figure de référence : la « communauté tout entière constitue un musée vivant dont le public se trouve en permanence à l’intérieur. Le musée n’a pas de visiteur, il a des habitants26 ».

  • 27 AN, CAC 19890617, art. 325, Préparation du VIIIe Plan, Commission de l’habitat et du cadre de vie, (...)
  • 28 Ibid.
  • 29 H. de Varine-Bohan, « Le musée moderne : conditions et problèmes d’une rénovation », Museum, vol. X (...)

16Ainsi, à la fin des années 1970, lorsque le Commissariat général au plan s’interroge, dans le cadre de la Commission de l’habitat et du cadre de vie, sur les thèmes prioritaires des besoins et des aspirations des usagers, les musées sont en bonne place pour représenter les besoins dans les zones rurales et les banlieues. Une note est demandée à Hugues de Varine-Bohan (fondateur, avec Georges Henri Rivière, de la définition des écomusées) sur le sujet27. D’après son diagnostic, dans les banlieues, les villes nouvelles, les zones urbaines et le milieu rural profond, l’offre culturelle ne répond pas aux besoins : la qualité de création et de production n’est pas toujours l’essentiel pour la population, qui cherche des types culturels non reconnus, comme les musiques populaires modernes et en général ce qui est classé comme « socioculturel ». Le désir d’une reconnaissance de la culture populaire et vivante, la culture des travailleurs, des immigrés, des jeunes, des femmes, « se trouve encore très loin des choses admises par les professionnels de la culture28 ». Le musée se fait instrument au service de la société, dans l’esprit du projet de « musée intégral » élaboré en 1972 par la table ronde de Santiago à l’initiative de l’Unesco29. La mission pédagogique est souvent première, le rôle social du musée à l’égard des communautés en crise est pleinement reconnu.

B. Accompagner les publics, un travail bénévole

  • 30 M. Simonet, « Bénévolat », in M. Margairaz, M. Pigenet (dir.), Le prix du travail. France et espace (...)

17La mission d’éducation du public constitue une fonction déléguée, qui résulte d’une négociation entre les deux pôles hiérarchiques opposés des musées, les gardiens et les conservateurs. En France, cette tâche est assurée le plus souvent à titre bénévole au musée. Cette pratique n’est pas affichée même si elle est officielle : on trouve dûment inscrit au budget de la DMF des bénévoles, rémunérés ou non, à plein temps ou à mi-temps, effectuant une carrière invisible et non reconnue. En effet, depuis 1946, le système d’emploi repose sur un statut, et les hors-statut non titulaires sont définis par la négative et traités juridiquement comme une anomalie à résorber. L’État culturel français ne peut donc afficher au grand jour une telle pratique au sein d’une fonction publique essentiellement régulée par le statut, mais où une régulation parallèle contractuelle coexiste avec des statuts hybrides comme le bénévolat rémunéré ou non. En Grande-Bretagne, l’accompagnement des publics est effectué souvent aussi par des femmes à titre gratuit, mais le bénévolat n’est pas de même nature. Ce bénévolat désigne un espace de pratiques dont les frontières varient non seulement selon les contextes nationaux mais aussi selon les périodes30.

  • 31 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, Paris, La Documentation française, 1984 (rééd. (...)

18Commençons par l’évolution du bénévolat féminin dans les musées français. Au musée du Louvre, on trouve plusieurs catégories de personnel réparties de la façon suivante au tout début des années 1980 : conservateurs ; auxiliaires de conservation (comprenant les personnels de recherche et de documentation et les conférenciers) ; personnels chargés de l’entretien et de la surveillance des collections (comprenant les personnels de restauration et ceux de surveillance et de magasinage)31.

  • 32 Une quantification serait longue mais possible à partir des dossiers de personnel de la DMF.
  • 33 AMN, O30, dossier de personnel de Geneviève Monnier, née en 1939.
  • 34 AMN, O30, dossier de personnel de Jeanne Millet, née en 1923.
  • 35 Voir AMN, O30, dossier de personnel de Sylvie Chavina, née en 1950.
  • 36 AMN, Z44, recommandations personnelles, le DMF Georges Salles à M. Joxe, Direction générale des rel (...)
  • 37 AMN, Z44, recommandations personnelles, lettre de Georges Salles, 19 mars 1948.

19Pour saisir les bénévoles, il faut avoir recours aux dossiers de personnel individuels, qui permettent une analyse qualitative. La spécificité des appréciations qui sont portées sur les dossiers de personnel des femmes est en grande partie liée à leur emploi à titre bénévole, position qui concerne plus souvent les femmes que les hommes32. Un décret de 1962 autorise en effet le recrutement « à titre bénévole33 » de beaucoup de personnes dans les musées, surtout des femmes. La proportion de femmes occupant soit la fonction d’assistante, soit celle de chargée de mission « temporaire et bénévole34 » semble importante au vu des difficultés que ces dernières ont à prendre leur retraite. Elles sont de fait reconduites dans leurs fonctions, y compris à titre temporaire et bénévole, à la demande des intéressées. Telle conservatrice est temporaire, recrutée par Pierre Rozenberg, conservateur au département des peintures, qui a sollicité un emploi de conservateur contractuel pour l’accrochage et le transport des œuvres de l’exposition Chardin, et qu’il rétribue lui-même sur ses propres deniers35. Telle autre, « chargée de mission au musée de Malmaison où elle donnait toute satisfaction, s’est vue supprimer le traitement qu’elle percevait au titre de la recherche scientifique et se trouve de ce fait sans situation. Un poste dans le service culturel d’une ambassade française à l’étranger correspondrait à ses goûts et je crois aussi à ses capacités36 ». Telle autre, conservatrice temporaire, dont les services ont été excellents dans les musées orientalistes, se voit licencier en raison de la fermeture du musée, en 1948, et parce que « les femmes mariées dont le mari a une situation sont frappées de préférence à une veuve ayant des enfants37 ». Cette procédure, souligne le DMF, a été « instituée et appliquée complètement en dehors de moi. C’est une commission paritaire qui a pris les décisions de licenciement qui m’ont ensuite été signifiées ».

  • 38 AMN, 2AA 7, note de Georges Salles pour la Direction du budget, à l’attention de M. Coti, Titularis (...)
  • 39 AMN, 2AA 7, note de Jacques Jaujard pour M. Gaston Rey au cabinet du ministre, 18 déc. 1950.

20Plus généralement, la titularisation des emplois contractuels des musées pose des problèmes au corps de la conservation dans les années 1950. Ainsi, en 1951, le doyen des conservateurs des musées nationaux, appuyé par tous les conservateurs en chef, attire l’attention de la CAP sur « le malaise que ne manquerait pas de créer dans le personnel des musées, à égalité de titres scientifiques, une titularisation des candidats à l’emploi d’assistant, actuellement employés à titre contractuel, par priorité absolue sur d’autres candidats employés depuis aussi longtemps par les musées à des travaux de même nature et de même importance mais à titre gratuit ou avec des rétributions occasionnelles telles que les bourses de recherche du CNRS38 ». La question du principe de la titularisation des femmes est d’ailleurs posée en 1950. En réponse à une demande de titularisation d’une ancienne élève agréée de l’École du Louvre, Jacques Jaujard précise au cabinet du ministre que « le fonctionnement des services scientifiques des musées nationaux souffre actuellement du petit nombre des emplois rétribués, notamment pour les travaux secondaires et les situations de début. Les circonstances économiques ne nous permettent plus de trouver en aussi grand nombre qu’avant la guerre les concours bénévoles dont s’entourait le personnel fonctionnaire, alors composé seulement de conservateurs et de conservateurs adjoints39 ».

  • 40 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit., p. 24.
  • 41 A. Peyrin, « Les usages sociaux des emplois précaires dans les institutions culturelles. Le cas des (...)

21Les femmes diplômées sont peu nombreuses à accéder aux postes de conservateurs de musée et sont souvent employées comme bénévoles ou « d’attachés libres » (c’est-à-dire de façon non permanente). Elles exercent de ce fait une activité de visites-conférences qui leur apportent un revenu d’activité appréciable40. Les conférencières du Louvre sont toutes rémunérées à l’acte41. L’activité des services d’accompagnement des visiteurs, créée dans les années 1920, est relancée en 1949 pour les visites-conférences et en 1952 pour les visites guidées. Un service éducatif des musées nationaux est créé au Louvre, dont la direction est confiée à Germaine Cart, conservatrice assistante. La part des femmes parmi les conférenciers et leurs responsables, toutes anciennes élèves de l’École du Louvre ou diplômées de l’Institut d’art et d’archéologie, se perpétue.

  • 42 Ce constat est fait par Aurélie Peyrin et aussi par Dinah Ribard à propos de la fonction de bibliot (...)
  • 43 N. Montoya, « Médiation et médiateurs culturels : quelques problèmes de définition dans la construc (...)

22La fonction de conférencière est ainsi progressivement détachée des emplois dont elle était l’un des attributs pour en faire une fonction à part42. Comprise comme un travail avec ses exigences propres, la distinction de cette fonction n’est donc pas le produit d’une décision d’une direction qui se déclinerait sur le terrain. Elle n’est pas liée non plus à l’octroi du statut de fonctionnaire et d’une définition des missions d’un corps. Elle est le produit de deux évolutions majeures des années 1960. D’une part, les conférencières sont progressivement rejetées de la profession parce qu’elles effectuent un travail considéré comme trop respectueux des pédagogies classiques et des conservateurs. D’autre part, la profession s’élargit pour inclure des membres plus critiques vis-à-vis des conservateurs, plus centrés sur la pédagogie et défendant des options sur la démocratisation du musée et de la société. Mais les conférenciers ne parviennent pas à obtenir la création de corps et de cadres d’emplois ni, au contraire de leurs homologues anglo-américains, l’ouverture du titre de curator ou de conservateur. Aucune filière de ce type n’est créée dans la fonction publique nationale et, dans la fonction publique territoriale, les cadres d’assistants et d’attachés de conservation les laissent insatisfaits. Cette activité a donc une dimension paradoxale : sa finalité « programme son abolition en tant que tiers médiatisant le rapport entre une œuvre et son destinataire43 » et doit tendre à disparaître avec la réalisation de ses ambitions. Dans un grand nombre de situations, en particulier dans les petits musées, les personnels chargés de la médiation peuvent se voir confier des tâches temporaires de caissier, voire de gardien. Aussi les médiateurs ont-ils été souvent tentés de s’autonomiser par rapport aux conservateurs, à travers la création d’« événements », d’« expériences » susceptibles de les identifier plus nettement.

  • 44 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit., p. 71.
  • 45 Ibid., p. 78 (pourcentages établis d’après l’enquête « Publics » de la direction des Musées de Fran (...)
  • 46 Ibid., p. 104.
  • 47 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit.

23La visibilité des conférenciers s’accroît de plusieurs manières. Les conférencières créent une association en 1962, qu’elles transforment en syndicat sous l’égide de la CGC, en 196344. Le titre connaît aussi des modifications par ajouts successifs d’autres titres. Au terme de « conférencière » des années 1960, désignant l’activité d’accompagnement dans les musées, s’ajoute celui d’« animateur » dans les années 1970, désignant les plasticiens animant des ateliers tournés vers la création, puis celui de « médiateur » dans les années 1980. En 2001, en étudiant la distribution des principaux intitulés (visite, animation, accueil, atelier, médiation, conférencier, guide) par statut d’emploi (vacataire, CDD, emploi aidé et fonctionnaire), Aurélie Peyrin constate que 21 % des intitulés correspondent à un statut de vacataire, 7 % à des CDD, 17 % à des emplois aidés, et 55 % à des fonctionnaires. Elle note l’affectation privilégiée de l’intitulé « accueil » aux fonctionnaires, de « conférencier » aux vacataires et de « médiateur » aux emplois aidés45. Elle souligne toutefois l’existence – relativement rare, il est vrai – d’une certaine porosité entre les fonctions de médiateur et celles de conservateur à l’échelle d’une carrière. Il arrive notamment de « rencontrer des conservateurs ayant exercé cette activité pendant leurs études, ou pendant qu’ils préparent le concours de conservateur ». Par exemple, à la fin des années 1960, le DMF recrute deux animateurs et leur confie la mission de former des relais dans le secteur socio-éducatif et chez les militants de l’éducation populaire, et d’accueillir des groupes scolaires. À la fin des années 1970, les deux animateurs sont devenus conservateurs46. En 1988 d’ailleurs, seul 55 % des personnes assumant cette fonction ont le statut de fonctionnaire d’État ou de fonctionnaire territorial47.

  • 48 G. Kavanagh, Museum and The First World War. A Social History, op. cit., p. 47.

24En Grande-Bretagne dans les années 1960, le secteur des services se développe. Là comme ailleurs, l’adoption de la semaine de cinq jours par la majeure partie des secteurs secondaire et tertiaire, l’allongement progressif des congés payés et l’abaissement de l’âge de la retraite jouent un rôle sur le développement des loisirs. Mais, surtout, l’industrie du patrimoine consacrée aux loisirs, incluant manoirs, parcs à thème, musées, sites patrimoniaux, etc., qui ne sont pas nécessairement dirigés par des conservateurs formés, se développe. Ce phénomène conduit à remettre en question les compétences scientifiques spécialisées des conservateurs français. Mais c’est plus tôt que, pour nombre de conservateurs britanniques, l’aspect commercial devient essentiel48.

  • 49 Museums Journal, 1970-1971, p. 160.

25La pression de l’administration publique s’intensifie dans les années 196049. La pénurie de personnel persiste. Un rapport sur la recherche dans les sciences humaines et sociales de la British Academy (Académie britannique) souligne le retard accumulé dans les publications de catalogues et les occasions trop rares de voyage et d’échange, faute de temps pour les personnels des musées nationaux et de province à consacrer à la recherche.

  • 50 G. Kavanagh, Museum and the First World War. A Social History, op. cit., p. 49.
  • 51 G. E. Evans, Where Beards Wag All, Londres, 1971, et From Mouths of Men, Londres, 1976 ; P. Thompso (...)
  • 52 G. Kavanagh, Museum and the First World War. A Social History, op. cit., p. 49.

26Parallèlement, la triple apparition du History Workshop (l’atelier d’histoire) au Ruskin College à Oxford, du mouvement féministe et du Workers Educational Association (WEA), ou Association des travailleurs de l’éducation, crée un contexte où les salariés, en particulier les femmes et tous ceux qui sont intéressés par le niveau local, revendiquent leur propre histoire50. La reconnaissance de la valeur des témoignages oraux, que George Ewart Evans et Paul Thompson ont contribué à promouvoir51, et le développement de l’analyse marxiste donnent à ce courant un large écho. Pour bien des conservateurs de cette génération, les musées doivent reconnaître la diversité. Une proportion significative de conservateurs entre ainsi dans les musées britanniques, au cours des années 1970, sous l’étendard de l’histoire sociale, avec la ferme volonté de démocratiser la mémoire de l’histoire dans les musées. À leurs côtés, on trouve aussi des antiquaires, des archéologues industriels, des régionalistes et des managers culturels, qui ne voient aucune raison de réviser leurs anciennes méthodes : chacun promeut sa vision des tâches dans leur très grande multiplicité52.

  • 53 Ibid., p. 39.

27Ces conservateurs arrivent dans les musées en même temps que l’intérêt du public et des médias pour l’histoire urbaine et industrielle se développe53. Le plus connu des musées industriels, créé à la fin des années 1960 et dans les années 1970, est le Ironbridge George Museum. En 1971, les fondations privées réunissent un capital suffisant pour rémunérer un directeur, Neil Cossons. Une nouvelle génération arrive donc, qui promeut d’autres spécialités.

  • 54 Museums and Galleries Commission, « Museum Professional Training and Career Structure », rapport ci (...)
  • 55 Sur tous ces points, voir A. Chadwick, E. Hopper-Greehill, « Volonteers in Museums and Galleries : (...)

28Les musées utilisent le travail bénévole parce qu’il y a, s’agissant des postes de juniors, trop d’inscrits aux cours de formation, et qu’une expérience acquise dans un musée est mieux perçue par les employeurs qu’une formation. Il existe ainsi une « armée inestimable de bénévoles qui travaillent simplement pour l’amour de le faire, soit de manière indépendante, soit comme membre d’une organisation affiliée au Nadfas, la National Association of Decorative and Fine Art Societies54 ». Un rapport reconnaît que ce recours au bénévolat représente à la fois un avantage et un inconvénient, car il renforce la réputation d’amateurisme qui nuit à la profession et masque les besoins en emplois à plein-temps55.

29En Grande-Bretagne, l’accès à un poste bénévole passe, comme pour un véritable emploi, par des entretiens, des sessions de formation. On assiste à l’essor d’une réflexion sur la gestion des bénévoles qui emprunte à la gestion des ressources humaines des entreprises. Les autorités de tutelles s’attachent à intervenir dans cette pratique bénévole, anticipant un effet positif sur la gestion des ressources en public employees, une réflexion inexistante en France pour ce secteur. Voyons donc maintenant si la formation intègre la diffusion et la pédagogie.

II. La formation des personnels britanniques au regard de la France

30Alors qu’en France, la formation des conservateurs, via l’École du Louvre, est exclusivement dédiée aux Beaux-Arts, en Grande-Bretagne, elle est d’abord artistique puis de plus en plus universitaire et intègre les préoccupations de diffusion. Les musées britanniques collaborent davantage avec les universités que les musées français à la même période. Ils englobent certains domaines de la recherche scientifique, tels que la systématique ou la taxonomie, grâce à leurs collections classiques, et complètent ainsi l’enseignement des universités. Ils développent les collections destinées à l’étude et recherchent activement fonds et personnels pour suivre les évolutions de l’enseignement universitaire. Enfin, les musées interviennent dans l’éducation des adultes, et sont dotés de salles de conférences, équipées pour des projections.

31Par rapport aux musées français, les musées britanniques apparaissent ainsi dans les années 1970 plus fortement impliqués dans l’activité éducative, grâce au rôle joué par l’université. La création de pôles scientifiques en muséologie au sein de l’université a des effets sur la dimension pédagogique du musée. On voit donc apparaître en Grande-Bretagne des formations spécialisées de type universitaire en plus des formations de type artistique, quand n’existaient en France que les formations de l’École du Louvre.

 

  • 56 S. MacDonald (dir.), A Companion to Museum Studies, op. cit.

32Tout en s’écartant de la définition internationale du musée comme institution à but non lucratif, la Grande-Bretagne joue un rôle moteur dans le domaine de la formation du personnel des musées en favorisant une orientation vers l’éducation du public, via notamment le développement de la muséologie. Cette dernière, dont la diffusion a déjà été étudiée56, ne sera pas examinée ici en tant que telle, mais comme discipline introduite dans la formation des personnels des musées britanniques. En France (comme dans un certain nombre de pays), c’est seulement à la fin des années 1960 que la muséologie est reconnue et enseignée dans les cursus universitaires supérieurs, alors qu’en Grande-Bretagne elle l’est bien plus tôt.

  • 57 G. Lewis, « The Training of Museum Personnel in the United Kingdom », Museums Journal, vol. 83, n°  (...)

33Dès l’entre-deux-guerres, en 1930, la Museums Association donne son premier cours pour les conservateurs57. Deux ans plus tard, ayant obtenu des fonds de la Fondation Carnegie, elle publie une liste des règles relatives au diplôme de la conservation, aux connaissances nécessaires à l’administration des musées, et aux méthodes et techniques de conservation. Le prérequis pour l’obtention du diplôme est la possession d’une qualification reconnue. Les candidats doivent aussi avoir travaillé dans un musée reconnu ou une galerie d’art pendant au moins trois ans, et avoir suivi des cours élémentaires, avancés et spécialisés. En 1936, il est également exigé des candidats qu’ils passent des examens écrits, destinés à éprouver leurs connaissances dans les domaines du droit, de l’équipement, des expositions, de la gestion des réserves, du catalogage, de la pédagogie, des publications et de la restauration. En 1948, la régulation du diplôme est substantiellement révisée. Alors que les sujets optionnels concernaient l’art, l’archéologie, l’anthropologie, la botanique, la géologie, l’industrie et le commerce, les sciences naturelles ou la zoologie, ils concernent désormais l’art, l’archéologie, la culture folklorique et l’anthropologie, l’histoire naturelle (qui inclut la géologie), les sciences physiques et technologiques. L’examen est divisé en deux parties : la production d’au moins 10 articles ou essais est requise ; une épreuve orale et pratique et un essai à préparer avant l’examen. En 1953, les examens sont légèrement réduits, mais le nombre de sujets spécialisés augmente afin d’inclure l’histoire locale et folklorique, la botanique, etc., et tout autre sujet lié à la fonction du musée. À partir de 1951, les nouveaux codes de la Museums Association donnent les conditions d’accès à la profession pour les titulaires du diplôme via l’Associateship of Museums Association (AMA). Un fellowship (FMA) est introduit à la même période.

34L’idée d’une formation universitaire pour les conservateurs naît en Grande-Bretagne bien plus tôt qu’en France, dans les années 1920, même si elle ne se met en place que très progressivement. En effet, un diplôme pour les conservateurs est créé dès 1932 à l’institut Courtauld de l’université de Londres. En 1937, ce même institut initie des cours sur la préservation du patrimoine archéologique, qui restent cependant limités à certaines spécialités. En 1952, la Museums Association institue une hiérarchie entre différents statuts de conservateur. Le titre d’associate (associé) est décerné aux titulaires du diplôme de muséologie, et celui de fellow aux membres chevronnés, qui sont associates depuis au moins cinq ans et qui se sont signalés par leurs publications muséologiques ou par leur apport concernant la direction d’un musée. Des accords interviennent avec diverses associations homologues des pays du Commonwealth au sujet de diplômes communs. Le diplôme de muséologie est attribué à des candidats d’outre-mer au terme de stages accomplis dans les musées des îles britanniques.

35Les années 1950 apparaissent ainsi comme celles d’une plus grande sensibilisation aux compétences techniques non spécialisées des conservateurs, et, en 1953, la Museums Association crée d’ailleurs un certificat technique. En 1953 encore, la Museums Association introduit une première qualification, sous la forme d’un diplôme technique, pour les personnels des musées qui ne sont pas conservateurs, qui sera révisée dix ans plus tard. Sont désormais aussi attendues des compétences dans le domaine de la conservation, de la restauration et de la préparation dans l’un des domaines suivants : histoire naturelle, archéologie, arts appliqués, ethnographie, matériels scientifiques et techniques. Une expérience de cinq ans est en outre exigée.

  • 58 Museums Journal, 1970-1971, p. 161.
  • 59 Museums Journal, 1970-1971, p. 161.

36Les autres principaux ajustements concernant la formation ont lieu dans les années 1960. Le nombre de spécialités optionnelles continue de croître. Une formation longue, avec un enseignement sous forme de cours longs, avec tutorat, est mise en place en 1963. La Museums Association institue dans les années 1960 un certificat technique donné à l’issue d’examens. Ces derniers permettent de juger de la compétence des techniciens des musées dans des domaines divers58 : taxidermie, entretien et conservation des dessins et gravures, etc. En 1965, un certificat de conservation destiné aux spécialistes plus qualifiés est créé. Ce certificat met toutefois du temps à être appliqué, faute de centre de formation adapté, et en l’absence de centre de conservation des objets d’art. L’organisation dans trois musées nationaux à la fin des années 1960 de cours de formation dans la conservation des objets d’art constitue un premier pas59.

37Le diplôme de muséologie mis en place par la Museums Association peut être décerné à tous les membres du personnel, qu’ils possèdent ou non un grade universitaire. Un système parallèle de formation pour les diplômés d’universités qu’attire le métier de conservateur est envisagé. Dans son rapport de 1963 sur les musées de province, la Standing Commission envisage la possibilité de créer un institut central de formation. Divers projets de coopération avec les universités et d’autres institutions d’éducation permanente sont examinés dans les années 1960.

38En 1965, l’université de Leicester accepte de créer une section d’études muséologiques pour diplômés d’universités et en élabore le programme avec la Museums Association, en précisant bien la différence entre le certificat qu’elle décerne et le diplôme de muséologie de l’association. Ces études, de six mois, comportent des cours théoriques et pratiques. Les travaux pratiques sont organisés avec les musées, des élèves conservateurs réalisent certains projets au profit de petits musées, qui n’ont pas assez de personnel pour procéder eux-mêmes à leur réorganisation. C’est le cas par exemple pour l’arrangement des objets au nouveau musée de Kirkwall dans les îles Shetland, où 35 élèves (dont plusieurs viennent des musées d’outre-mer) ont terminé leurs études et obtenu des emplois dans les musées. La Museums Association espère pouvoir ainsi augmenter le nombre des inscriptions, en organisant des études analogues dans d’autres universités. Ce n’est qu’en 1966 que le Department of Museums Studies (département de muséologie) est créé à l’université de Leicester. Financé par la Fondation Gulbenkian, et conçu en coopération avec la Museums Association, ce département délivre un diplôme obtenu après un an à plein-temps, au graduate certificate du Museum Studies. La Museums Association donne au Victoria and Albert Museum et au Science Museum des cours de niveau postuniversitaire sur les arts décoratifs, sur l’histoire de la science et de la technologie, afin de permettre l’étude de disciplines ne figurant généralement pas dans les programmes des universités, mais que doivent connaître les candidats au diplôme de muséologie. L’université de Leeds propose en troisième ou quatrième année une option arts décoratifs aux élèves préparant une licence d’histoire de l’art.

  • 60 En contrepoint, sur le rôle joué en France par les établissements universitaires à l’échelle locale (...)
  • 61 I. Finlay, G. O. Jones, « Tradition et progrès : la révolution muséologique », art. cit.

39Par rapport aux musées français, les musées britanniques apparaissent ainsi dans les années 1970 plus fortement impliqués dans l’activité scolaire, grâce au rôle joué par l’université. La création de pôles scientifiques en muséologie au sein de l’université a des effets sur la dimension pédagogique du musée60. Même si le musée a son propre personnel enseignant, un mouvement tend à intégrer le musée à l’activité scolaire et à en prolonger l’apport jusqu’à un niveau d’études plus avancé. En 1970, un important service aux écoles, dont le personnel compte 22 membres, fait partie du musée national du pays de Galles, et c’est sur une activité de service de prêt que se concentre l’effort du musée. Par la suite, les musées britanniques collaborent davantage avec les universités que les musées français à la même période. Ils englobent certains domaines de la recherche scientifique, tels que la systématique ou la taxonomie, grâce à leurs collections classiques, et complètent ainsi l’enseignement des universités. Ils développent les collections destinées à l’étude et recherchent activement fonds et personnels pour suivre les évolutions de l’enseignement universitaire. Enfin, les musées interviennent dans l’éducation des adultes, et sont dotés de salles de conférences, équipées pour des projections61.

  • 62 P. Osmond, N. Cossons, N. J. Abercrombie, « Recruitment, Training and Management in the Museum Prof (...)

40La réforme du civil service britannique, lancée à partir de 1968 à la suite du rapport Fulton (voir encadré 7), a joué un rôle direct et reconnu par la Museums Association sur la formation des personnels des musées62.

Encadré 6. La réforme issue du rapport Fulton en Grande-Bretagne (1968)

Les auteurs du rapport Fulton à l’origine de la réorganisation du civil service, en 1968, ont consigné leurs impressions lors de trois séjours en France, aux États-Unis et en Suède : ces impressions ont inspiré la réforme. La structure du civil service était auparavant fondée sur la distinction entre quatre classes hiérarchisées suivant la nature du travail, intellectuel ou de routine : les aides aux écritures et sténographes (subclerical class et writing assistant class), les employés (clerical class), l’exécutif (executive class), et les agents supérieurs (administrative class). Les trois classes supérieures (clerical class, executive class et administrative class) sont formées de généralistes sans qualification technique. L’objectif de la commission réunie autour de lord Fulton entre 1966 et 1968, qui conduira à réformer l’ensemble du civil service, est précisément de les spécialiser. L’origine de cette réforme est une condamnation d’un civil service fondé sur la philosophie de l’amateur dilettante (ou généraliste polyvalent). En fait, ce qui est recommandé dans le rapport est limité : une plus grande spécialisation dans les carrières individuelles, un plus grand emploi de techniques spécialisées, telles la gestion de l’entreprise ou la statistique, et une simplification des différentes catégories et carrières de la fonction publique ainsi qu’une plus grande ouverture des postes supérieurs aux scientifiques.

Source : The Civil Service. Report of the Committee, 1966-1968, Londres, HMSO, 1968, Cmnd. 3638.

  • 63 Ibid., p. 109-115.

41Bien que cette réforme ne concerne qu’une minorité des personnels de direction des musées, assimilés à des « fonctionnaires d’État » et non à des employés locaux, les problèmes de formation se sont trouvés être identiques. Les changements qui affectent le civil service concernent aussi le gouvernement local et l’université. La Museums Association constate en effet que, malgré la très grande diversité de spécialités existant au sein de la conservation et malgré la diversité des tâches, le directeur de musée est aussi un directeur d’établissement polyvalent et pose explicitement la question du lien entre la gestion d’un musée et la possession de connaissances scientifiques spécialisées (« managerial role and its relation with their specialist role63 »). La même question d’organisation se pose en France à la même période : spécialiste ou gestionnaire généraliste. Elle est tranchée en Grande-Bretagne, en ce qui regarde la formation, en faveur d’une formation au management, qui est l’une des questions soulevées par le rapport Fulton. Un membre de la Museums Association, Osmond, plaide ainsi officiellement dans les colonnes du journal de l’association en faveur d’une formation des personnels à l’extérieur du musée, avec celle d’autres gestionnaires. Cette orientation de la formation vers le management est aussi pointée dans un rapport de la société Mac Kinsey publié en 1969 sous le titre « A New Management System for the Liverpool Corporation », dont les préconisations ne sont pas sans conséquences sur les musées.

  • 64 G. Lewis, « The Training of Museum Personnel in the United Kingdom », art. cit.
  • 65 P. Cannon-Brookes, « The Art Curator and the Conservators », Museums Journal, vol. 75, n° 4, 1976, (...)

42Le marché du travail dans le secteur des musées joue d’ailleurs un rôle croissant dans le développement de la formation à partir de 197164. Le nombre de postes augmente et atteint son apogée en 1974, résultat de réorganisation du gouvernement local, parmi lesquels dominent les postes locaux. Si cette croissance des emplois est visible dans les musées nationaux, elle concerne surtout les musées de province. En effet, 90 % des postes à pourvoir sur concours regardent le secteur public local. Dans cet ensemble, on distingue : le groupe des directeurs de département (senior curatorial), directement concernés par le management et moins par les collections, comme dans le cas des directeurs de musée ; le groupe intermédiaire, composé des responsables des expositions (curators ou keepers) ; et les postes de juniors, postes d’assistants de musée et d’assistants de recherche. Ces postes sont réduits à partir de 1980. Par ailleurs, en 1977, des discussions ont lieu sur la nécessité de différencier la formation des responsables chargés des collections (curators) et celle des conservateurs (conservators)65.

  • 66 S. Octobre, « Profession, segments professionnels et identité. L’évolution des conservateurs de mus (...)

43On voit apparaître en Grande-Bretagne des formations spécialisées de type universitaire en plus des formations de type artistique, quand n’existent en France que les formations de l’École du Louvre. L’École du Louvre, exclusivement dédiée aux beaux-arts, fonctionne initialement comme un prérequis de formation initiale pour tous les conservateurs de musée66. On y trouve une forte tension, dans le contenu des formations, entre généralistes et spécialistes des collections. Les conservateurs d’État et les conservateurs territoriaux constituent deux corps distincts : d’une part, un corps de spécialistes scientifiques hautement qualifiés, plutôt centrés sur la gestion des collections – les conservateurs nationaux –, et, d’autre part, un corps d’agents polyvalents – les conservateurs territoriaux –, plutôt centrés sur les tâches de gestion et d’animation liées à leurs fonctions de coordination au niveau local.

44Le problème de la formation des conservateurs et de la pérennité de la fonction de conservation est explicitement posé en 1965, deux ans après l’adoption du statut commun pour les musées d’État et les musées classés. Dans un texte consacré à la formation du personnel de musées présentée à l’International Council of Museums (Icom) en 1965 et publié dans la revue de l’association des conservateurs en 1966, le directeur des Musées de France, Jean Chatelain, expose sa conception des choses. Il pose la question de la disparition de la fonction de conservation proprement dite, à laquelle il répond évidemment négativement. Les problèmes de gestion de musée ont pris plus d’importance. Par exemple, les municipalités qui laissaient le conservateur « faire ce qu’il voulait » dans le musée municipal doivent maintenant « tendre à une certaine politique ». En outre, le nombre de spécialistes de la conservation a augmenté. Si l’on prend un musée développé, on va donc trouver, outre les conservateurs, des restaurateurs, gardiens, ouvriers et des collaborateurs de tous ordres : présentateurs d’expositions, éclairagistes, pédagogues, services de laboratoire, etc. Dès lors, « il faut se demander si la fonction de conservation existe encore et si elle n’éclate pas en une multitude de sous-fonctions : documentalistes, éclairagistes, historiens d’art, ingénieurs, archéologues, etc. ». L’argument selon lequel il faut avoir un conservateur pour diriger l’ensemble « n’est pas lui-même convaincant car diriger, c’est aussi un métier particulier. Il y a, en France, une école nationale d’administration pour former les cadres supérieurs de l’État ». Jean Chatelain défend fermement la spécificité d’une fonction propre de conservation, distincte de toutes celles qui peuvent être remplies par des spécialistes.

  • 67 Ibid.

45Le modèle « beaux-arts » cesse progressivement de dominer la profession à partir de la fin des années 1970, en faveur, notamment, du segment « art contemporain » ou de franges de l’art géographiquement ou historiquement éloignées. L’augmentation du nombre de postes favorise alors l’ouverture des recrutements à de nouveaux profils : les formations de l’université sont reconnues, le concours est ouvert aux candidats licenciés et non plus seulement aux diplômés de l’École du Louvre. Parallèlement, le système de recrutement se dédouble : les conservateurs d’État et ceux de la Ville de Paris sont recrutés par concours et soumis à une obligation de stage de trois fois six mois, tandis que le système de la liste d’aptitude est préservé pour les conservateurs territoriaux67.

46L’accompagnement des publics est donc essentiellement une fonction bénévole puis contractuelle en France. C’est la raison principale pour laquelle la nouvelle politique culturelle ne conduit pas à revoir le nombre, la catégorie du corps ou la rémunération des personnels statutaires en charge de visiteurs pourtant de plus en plus nombreux. La pratique du bénévolat peut associer une activité des femmes en dehors du temps professionnel et familial, comme pour les femmes de gardiens de musée. Mais le bénévolat concerne tout autant l’activité de haute spécialisation scientifique des conservatrices de musées.

  • 68 A. Peyrin, Sociologie de l’emploi public, Paris, Armand Colin, 2019.
  • 69 C. Georgel (dir.), « Premiers muséums, premiers hommes : la formation initiale des collections », L (...)
  • 70 C. Foucher-Zarmanian, « Le Louvre des femmes. Sur quelques présupposés à l’égard des femmes en Fran (...)
  • 71 S. Sofio, Artistes femmes. La parenthèse enchantée, xviiie-xixe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 2 (...)
  • 72 C. Aulanier, Histoire du Palais et du Musée du Louvre, Paris, Éditions des musées nationaux, 1948-1 (...)

47L’emploi de conservateur est féminisé, mais la première femme titularisée comme conservatrice l’est dans les années 1950. Les musées connaissent un système d’emploi segmenté, dual et inégalitaire entre hommes et femmes68. C’est le cas déjà au xixe siècle69. La prédominance des hommes est réelle dans la conception, la direction et la perpétuation des musées, sans que les femmes n’en sont pas totalement exclues70. Alors que les femmes bénéficient d’une offre pédagogique restreinte à cette période, d’autres travaux montrent que certains domaines, comme celui de la « copie » au Louvre, était loin d’être un domaine réservé aux femmes ou aux artistes « ratés »71. À partir des années 1950, des figures de conservatrices titulaires et auteure de travaux significatifs sur l’histoire du musée arrivent enfin : Christiane Desroches-Noblecourt, l’une des premières conservatrices du patrimoine au Louvre et première enseignante à l’École du Louvre, Magdeleine Hours, directrice du laboratoire d’études scientifique de la peinture et des objets d’art au Louvre, Christiane Aulanier et Geneviève Bresc-Bautier, auteurs de travaux significatifs sur l’histoire du musée72.

  • 73 Les études sur le sujet sont plus dynamiques en Grande-Bretagne, mais ne concernent pas les musées (...)

48Le recours au bénévolat n’est toutefois pas exactement de la même nature dans les deux pays73. En Grande Bretagne, il fait partie de la formation des agents des musées, hommes ou femmes. Dans les musées britanniques, le terme de volonteers désigne des grades et des tâches spécialisées exercés dans le cadre d’organisation publique. Affiché dans les organigrammes des musées, le système est inscrit dans l’économie muséale et l’échelle de ses valeurs. Mobilisés pour répondre concrètement à la hausse de la fréquentation des publics, ils recourent aux bénévoles là où les Français dépendent de l’État ou de la collectivité locale.

49En France, cet engagement recouvre des enjeux statutaires pour les femmes, qui demandent sempiternellement leur titularisation comme conservatrices, pour n’obtenir in fine que la Légion d’honneur comme titre de reconnaissance à défaut d’un travail rémunéré. Le public contribue à segmenter l’emploi entre hommes et femmes en France. Aux femmes le travail de pédagogie et d’animation, avec le public scolaire, peu considéré dans la hiérarchie des emplois au musée puisque souvent bénévole. Pour comprendre pleinement cette politique d’emploi dans les services publics, il reste toutefois très difficile de les compter pour la période 1946-1981 dans les musées. La complexité juridique de l’emploi public atypique contribue à faire de lui un impensé juridique. Dans les musées français, les différentes formes de bénévolat à mi-temps ou à plein temps, rémunéré ou non, ne sont pas affichées, alors qu’on trouve ces catégories dûment inscrites dans le budget de la direction des Musées de France.

  • 74 M. Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, 2010.

50L’analyse comparée de l’intervention de l’État sur la pratique bénévole74, dans une période d’extension des besoins en services culturels et de l’emploi public, nous permet donc d’abord de mieux comprendre pourquoi l’arrivée des publics au musée n’a pas transformé les emplois. Mais elle nous permet aussi de compléter, par la comparaison, le constat de la première partie sur les circulations. Les circulations d’idées constatées au niveau international sur la formation n’ont guère d’effet sur les pratiques. La période voit l’apparition de formations spécialisées universitaires en Grande-Bretagne, en plus des formations artistiques, et sont plus impliqués dans l’activité éducative grâce au rôle joué par l’université, tandis que n’existent en France que les formations dispensées à l’École du Louvre.

Notes

1 P.-M. Menger, « Les politiques culturelles en Europe : modèles et évolutions », in P. Poirrier (dir.), Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde, op. cit., p. 280.

2 S. Octobre, thèse citée.

3 S. Nenadic, « Historiens et patrimoine en Grande-Bretagne », Le Mouvement social, n° 200, juil.-sept. 2002, p. 116.

4 D. Poulot, « Quelle place pour la “question du public” dans le domaine des musées ? », in O. Donnat, P. Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, op. cit., p. 104, et « L’invention de la bonne volonté culturelle : l’image du musée au xixe siècle », Le Mouvement social, n° 131, 1985, p. 35-64.

5 D. Schnapper, « Le musée et l’école », Revue française de sociologie, vol. XV, n° 1, mars 1974, p. 113-126.

6 Cité par D. Poulot, « Quelle place pour la “question du public” dans le domaine des musées ? », in O. Donnat, P. Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, op. cit., p. 117 (idem pour la citation suivante). Pour un travail récent sur l’étude des publics, voir S. Octobre, C. Detrez, P. Mercklé, N. Berthomier, « L’enfance des loisirs. Trajectoires communes et parcours individuels de la fin de l’enfance à la grande adolescence », ministère de la Culture et de la Communication, 2010.

7 N. Serota, Experience or Interpretation. The Dilemma of Museums of Modern Art, Londres, Thames and Hudson, 2000, cité par D. Poulot, « Quelle place pour la “question du public” dans le domaine des musées ? », art. cit. Idem pour citations suivantes.

8 R. Schaer, L’invention des musées, Paris, La Découverte-Gallimard, 1993 ; voir aussi P. Poirrier, Les musées. Institutions et vie culturelles, Paris, La Documentation française, 2004, p. 83-87 ; et D. Poulot, Musée et muséologie, Paris, La Découverte, 2005.

9 Cour des comptes, Les musées nationaux après une décennie de transformations (2000-2010), rapport public thématique, Paris, La Documentation française, mars 2011.

10 Voir O. Donnat, « La stratification sociale des pratiques culturelles et son évolution, 1973-1997 », Revue française de sociologie, 1999, p. 111-119, et Les pratiques culturelles des Français à l’heure du numérique, enquête 2008, Paris, La Découverte, 2008.

11 A. Chenu, N. Herpin, « Une pause dans la marche vers la civilisation des loisirs », Économie et statistique, n° 352-353, 2002, p. 16-37.

12 Sur ce point, voir J.-C. Passeron, « Consommation et réception de la culture : la démocratisation des publics », in O. Donnat, P. Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, op. cit., p. 375.

13 G. Saez, « Les politiques culturelles des villes. Du triomphe du public à son effacement », in O. Donnat, P. Tolila, Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, op. cit., p. 199.

14 Tel que le définit Nicolas Herpin à propos de la classification établie par Victoria Alexander pour les musées américains des années 1960 à 1980. Voir N. Herpin, « Le consommateur et les équipements culturels », in O. Donnat, P. Tolila, Le(s) public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels, op. cit., p. 269.

15 A. Prost, « L’école et la famille dans une société en mutation », in L.-H. Parias (dir.), Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, tome 4, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981.

16 Voir « Mémoires et documents scolaires », Musées et enseignements, service d’édition et de vente des publications de l’Éducation nationale, juill. 1957.

17 Ibid.

18 Musées et collections publiques de France, mai 1953.

19 Ibid., n° 36, juill. 1951.

20 Ibid., n° 1, 1965.

21 Ibid., numéro spécial « Les musées et les jeunes d’âge scolaire », n° 2, 1970.

22 Ibid., n° 4, 1972.

23 L. Vadelorge, « L’entre-deux-guerres : une professionnalisation incertaine », in P. Poirrier, V. Dubois (dir.), Les collectivités locales et la culture, op. cit.

24 Cf. entretien de l’auteure et de Marie Raveyre avec Bernard Ceysson, 28 avr. 2004, p. 193 ; voir aussi L. Vadelorge, « L’entre-deux-guerres : une professionnalisation incertaine », in P. Poirrier, V. Dubois (dir.), Les collectivités locales et la culture, op. cit.

25 Cf. entretien de l’auteure et de Marie Raveyre avec Bernard Ceysson, déjà cité, p. 193.

26 P. Poirrier, V. Dubois (dir.), Les collectivités locales et la culture, op. cit.

27 AN, CAC 19890617, art. 325, Préparation du VIIIe Plan, Commission de l’habitat et du cadre de vie, note remise par Hugues de Varine-Bohan à la demande du groupe, 26 févr. 1980.

28 Ibid.

29 H. de Varine-Bohan, « Le musée moderne : conditions et problèmes d’une rénovation », Museum, vol. XXVIII, n° 3, 1976, p. 127-139.

30 M. Simonet, « Bénévolat », in M. Margairaz, M. Pigenet (dir.), Le prix du travail. France et espaces coloniaux, xixe-xxie siècle, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019, p. 157.

31 J. Chatelain, Administration et gestion des musées, Paris, La Documentation française, 1984 (rééd. 1987), et Droit et administration des musées, Paris, La Documentation française, 1993. Le premier bilan social date de 1988.

32 Une quantification serait longue mais possible à partir des dossiers de personnel de la DMF.

33 AMN, O30, dossier de personnel de Geneviève Monnier, née en 1939.

34 AMN, O30, dossier de personnel de Jeanne Millet, née en 1923.

35 Voir AMN, O30, dossier de personnel de Sylvie Chavina, née en 1950.

36 AMN, Z44, recommandations personnelles, le DMF Georges Salles à M. Joxe, Direction générale des relations culturelles, 3 août 1948.

37 AMN, Z44, recommandations personnelles, lettre de Georges Salles, 19 mars 1948.

38 AMN, 2AA 7, note de Georges Salles pour la Direction du budget, à l’attention de M. Coti, Titularisation du personnel contractuel des musées nationaux, 4 juill. 1951.

39 AMN, 2AA 7, note de Jacques Jaujard pour M. Gaston Rey au cabinet du ministre, 18 déc. 1950.

40 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit., p. 24.

41 A. Peyrin, « Les usages sociaux des emplois précaires dans les institutions culturelles. Le cas des médiateurs de musées », Sociétés contemporaines, n° 67, 2007.

42 Ce constat est fait par Aurélie Peyrin et aussi par Dinah Ribard à propos de la fonction de bibliothécaire. Cf. D. Ribard, « Le travail intellectuel : travail et philosophie, xviie-xixe siècle », Annales HSS, n° 3, mai-juin 2010, p. 715-742.

43 N. Montoya, « Médiation et médiateurs culturels : quelques problèmes de définition dans la construction d’une activité professionnelle », Lien social et Politiques, n° 60, 2008, p. 27.

44 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit., p. 71.

45 Ibid., p. 78 (pourcentages établis d’après l’enquête « Publics » de la direction des Musées de France).

46 Ibid., p. 104.

47 A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, op. cit.

48 G. Kavanagh, Museum and The First World War. A Social History, op. cit., p. 47.

49 Museums Journal, 1970-1971, p. 160.

50 G. Kavanagh, Museum and the First World War. A Social History, op. cit., p. 49.

51 G. E. Evans, Where Beards Wag All, Londres, 1971, et From Mouths of Men, Londres, 1976 ; P. Thompson, The Voice of the Past, Oxford, Oxford University Press, 1988.

52 G. Kavanagh, Museum and the First World War. A Social History, op. cit., p. 49.

53 Ibid., p. 39.

54 Museums and Galleries Commission, « Museum Professional Training and Career Structure », rapport cité, p. 26.

55 Sur tous ces points, voir A. Chadwick, E. Hopper-Greehill, « Volonteers in Museums and Galleries : a Discussion of Some of the Issues », Museums Journal, vol. 84, n° 4, mars 1985, p. 177-179. Et, sur la période des années 1990, voir P. J. Boylan, « The Museum Profession », art. cit., p. 415-430.

56 S. MacDonald (dir.), A Companion to Museum Studies, op. cit.

57 G. Lewis, « The Training of Museum Personnel in the United Kingdom », Museums Journal, vol. 83, n° 1, juin-juill. 1983, p. 65-71.

58 Museums Journal, 1970-1971, p. 161.

59 Museums Journal, 1970-1971, p. 161.

60 En contrepoint, sur le rôle joué en France par les établissements universitaires à l’échelle locale, cf. A. Grelon, F. Birck (dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, xixe-xxe, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2006.

61 I. Finlay, G. O. Jones, « Tradition et progrès : la révolution muséologique », art. cit.

62 P. Osmond, N. Cossons, N. J. Abercrombie, « Recruitment, Training and Management in the Museum Profession », Museums Journal, vol. 70, n° 3, déc. 1970, p. 109-115.

63 Ibid., p. 109-115.

64 G. Lewis, « The Training of Museum Personnel in the United Kingdom », art. cit.

65 P. Cannon-Brookes, « The Art Curator and the Conservators », Museums Journal, vol. 75, n° 4, 1976, p. 161-163.

66 S. Octobre, « Profession, segments professionnels et identité. L’évolution des conservateurs de musées », Revue française de sociologie, vol. XL, n° 2, 1999, p. 357-383.

67 Ibid.

68 A. Peyrin, Sociologie de l’emploi public, Paris, Armand Colin, 2019.

69 C. Georgel (dir.), « Premiers muséums, premiers hommes : la formation initiale des collections », La Jeunesse des musées. Les musées de France au xixe siècle, musée d’Orsay, 7 février – 8 mai 1994, Paris, RMN, 1994, p. 19-35.

70 C. Foucher-Zarmanian, « Le Louvre des femmes. Sur quelques présupposés à l’égard des femmes en France au xixe siècle », Romantismes, n° 173, 3, 2016, p. 56-67.

71 S. Sofio, Artistes femmes. La parenthèse enchantée, xviiie-xixe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 2016.

72 C. Aulanier, Histoire du Palais et du Musée du Louvre, Paris, Éditions des musées nationaux, 1948-1971 ; G. Bresc-Bautier, Mémoires du Louvre, Paris, Gallimard – RMN, 1989 ; Le Louvre, histoire, architecture et décors, Paris, Assouline, 1995 ; Louvre : les collections du Louvre, Paris, RMN, 1999 ; Le Louvre, une histoire de palais, Paris, Musée du Louvre – Somogy, 2008.

73 Les études sur le sujet sont plus dynamiques en Grande-Bretagne, mais ne concernent pas les musées français. Voir par exemple Amy K. Levin (éd.), Gender, Sexuality and Museums, New York, Routledge, 2010.

74 M. Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site