Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Deuxième partie. Hiérarchiser l’emploi dans les musées (1946-1981)

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse : F. Piotet, « Métier, classification, statut, compétence : la qualification en d (...)
  • 2 Pour des cas illustrant cette question sur la période récente : F. Piotet, La révolution des métier (...)

1Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’emploi est réorganisé de façon opposée dans le secteur public des deux pays entre, d’une part, un emploi britannique privé contractuel où l’on classe les individus et, d’autre part, une fonction publique française relevant du statut général des fonctionnaires où l’on classe les postes de travail. D’après la littérature sur les classifications, la logique contractuelle de droit privé, qui est la logique britannique, induit une organisation du travail fondée sur la qualification des individus, des catégorisations du travail et des emplois naissant d’abord dans les unités de travail avant de donner lieu à une régulation au niveau des conventions1. À l’opposé, l’emploi public français est organisé par le droit public avec des missions de service public fixées par le Parlement, un mode de gestion des emplois et des carrières centralisé au sein du statut général des fonctionnaires. Fondé sur la classification des postes et non des individus, le statut général des fonctionnaires associe les postes de travail à un niveau de diplôme, d’emploi et de concours2. Une logique d’emplois pyramidés est censée s’imposer d’en haut avec les statuts des corps fixés par décret.

2Mais quelles sont les conséquences de ces réorganisations sur la hiérarchisation des emplois au musée et les deux pays sont-ils si opposés ? Comment la tension entre scientifiques et gestionnaires est-elle gérée en France, alors que les conservateurs d’État se montrent réticents à assumer des fonctions généralistes d’animation transversale non dédiées au travail scientifique sur les collections ? Plus généralement, l’accroissement du nombre de visiteurs au musée modifie-t-elle la hiérarchisation des emplois ? Les emplois des personnels au contact des visiteurs sont-ils repensés ou revalorisés et quel est le rôle de l’emploi bénévole féminin dans cette histoire ?

  • 3 G. D. H. Cole, « Préface », in N. Barou, British Trade Union, London, Victor Gollancz LTD, 1947.
  • 4 P. Abrams, « The Uses of British sociology, 1831-1981 », in M. Blumer, Essays on the History of Bri (...)

3Les années 1946-1950 constituent ainsi l’occasion de se réinterroger sur l’opposition entre un État français supposé fort et un État britannique faible. Elles constituent une période de changement important des relations sociales mieux connue pour la France que pour la Grande-Bretagne. Dans ce pays, les entreprises du secteur public et nationalisé doivent désormais inclure les pratiques de négociation du secteur privé. Associés au gouvernement travailliste, les leaders syndicaux sont en position de force pour faire aboutir les revendications, tout en se trouvant de ce fait dans une situation d’indéniable modération, refrénant les exigences qui ne trouveraient pas de débouchés. Le secteur nationalisé – le National Coal Board, la Transport Commission, et les nouvelles agences publiques – doit, de concert avec les syndicats, ouvrir des négociations non seulement au niveau national et régional, mais aussi au niveau de chaque atelier de travail industriel ou de service3. Ces années voient, comme en France, la création de la statistique publique (le Central Statistical Office). Le développement des enquêtes sur les problèmes sociaux et les recherches en sciences sociales sont mis au service du gouvernement pour contribuer au processus de reconstruction sociale. L’audience du sociologue exilé en Grande-Bretagne Karl Mannheim sur les questions de rationalisation et de planification économique et sociale est alors importante4.

Notes

1 Pour une synthèse : F. Piotet, « Métier, classification, statut, compétence : la qualification en débat », art. cit. ; M. Tallard, « Qualification, classification, compétences » et J. Saglio, « Public/Privé », art. cit.

2 Pour des cas illustrant cette question sur la période récente : F. Piotet, La révolution des métiers, Paris, Presses universitaires de France, 2002.

3 G. D. H. Cole, « Préface », in N. Barou, British Trade Union, London, Victor Gollancz LTD, 1947.

4 P. Abrams, « The Uses of British sociology, 1831-1981 », in M. Blumer, Essays on the History of British Sociological Research, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 188.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site