Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Première partie. Vers des circulations France – Grande-Bretagne (1920-1972)

Chapitre 2. Nouveaux échanges franco-britanniques après la Seconde Guerre mondiale

Texte intégral

1Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des nouvelles idées sur l’éducation et la formation des publics et des personnels de la Culture circulent entre la France et la Grande-Bretagne. Ces échanges sur les publics se développent en parallèle à d’autres, portant plus généralement sur la gestion des personnels publics, noués pendant la Seconde Guerre mondiale. Par quels hommes ces idées sont-elles concrètement portées et à quels niveaux ? Pourquoi aller chercher l’ouverture d’espace d’action dans ces domaines en Grande-Bretagne plutôt qu’aux États-Unis ?

2Au niveau bilatéral d’abord, les musées s’insèrent dans un nouveau contexte favorable aux politiques culturelles internationales où les groupements anglophiles jouent le rôle de passeurs d’idées. En matière de gestion de personnel public, dans les années 1950 et 1960, l’ampleur des nouvelles missions des services publics implique une nouvelle répartition du travail et de nouvelles formations. Tandis que l’administration française, centrée sur l’emploi et non sur le poste de travail, peine à redéfinir l’activité de travail, l’administration britannique peine à favoriser la mobilité géographique et professionnelle faute de statut unifiant les conditions d’emploi et de rémunération. Les uns vont donc chercher chez les autres l’ouverture d’espace de réflexion voire d’action.

3Au niveau transnational ensuite, la création de l’Icom met à l’ordre du jour une nouvelle définition du musée où Britanniques et Américains jouent un rôle moteur en faveur du développement du rôle éducatif du musée. Le musée doit désormais mettre en commun les collections, les experts et les spécialistes éducatifs, fondés sur l’intérêt général et l’éducation.

4Le rôle social et éducatif des musées vis-à-vis des publics est promu dans les deux pays par une même génération de professionnels engagés, parfois des « marginaux sécants » dans leurs propres univers professionnels. Il donne naissance en France aux écomusées et au courant de la nouvelle muséologie. En Grande-Bretagne, cette orientation est aussi portée par une nouvelle génération de conservateurs. L’International Council of Museums (Icom), créé en 1947, leur offre un lieu d’échanges et une tribune. Ces circulations aboutissent en 1967 à la création d’un organisme international de formation pour les personnels des musées, où britanniques et français confrontent leurs conceptions de l’accompagnement des visiteurs.

I. Le développement de liens bilatéraux

5Le lendemain de la Seconde Guerre mondiale constitue un contexte favorable à la mise en place de relations culturelles bilatérales entre la France et la Grande-Bretagne à double titre. D’une part, de nouveaux groupements anglophiles éprouvant de la sympathie à l’égard des britanniques jouent le rôle de passeurs dans le domaine éducatif.

6D’autre part, un autre canal de circulations d’hommes et d’idées s’ouvre aussi entre les deux pays en matière de gestion de personnel public. La Grande-Bretagne constitue à partir de la Seconde Guerre mondiale une référence sur la gestion du personnel public, et des hommes de la Direction générale de la fonction publique française ont la volonté d’introduire le système britannique de notation axé sur son caractère progressif et éducatif. Des hauts fonctionnaires, à la recherche d’une voie spécifique de gestion qui tienne compte du cadre juridique et politique qui encadre l’action de l’État (présence des collectivités locales, absence de profit, défense de l’intérêt général), vont voir en Grande-Bretagne l’organisation de plusieurs ministères (mais pas celui de la Culture, créé en France seulement en 1959).

A. Des groupements anglophiles passeurs d’idées sur la Culture

  • 1 Sur le rôle du chef du service des études et recherches Augustin Girard, voir L. Martin, « Augustin (...)

7La réflexion menée sur les politiques culturelles internationales, que l’on date habituellement des années 1960 en France, impulsée notamment par Augustin Girard au sein du service d’études et recherches du ministère de la Culture, remonte en réalité à une époque antérieure1. Il faut en effet tenir compte de l’action de groupements anglophiles qui jouent un rôle de passeurs d’idées dans le domaine culturel.

  • 2 C. Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953). De la pu (...)

8En étudiant la définition et la mise en œuvre de la politique culturelle institutionnelle britannique promue en France au lendemain de la guerre, la thèse de Christine Okret-Manville montre comment s’opère cette promotion, avec la mise en place d’une politique culturelle structurée inexistante auparavant2. Alors qu’en France la diplomatie culturelle est traditionnellement conduite par un gouvernement ou par l’intermédiaire d’un agent affecté à la représentation diplomatique d’un pays, ou encore par un organisme officiel, en Grande-Bretagne, le gouvernement confie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’action culturelle à une institution qui lui est soumise financièrement, le British Council.

9Or, après la Seconde Guerre mondiale, les Britanniques se représentent la France comme un champ d’affrontement entre les cultures américaine et soviétique. La projection culturelle britannique en France, déjà active avant la Seconde Guerre mondiale, est redéfinie au sein d’un dispositif de grande ampleur. La France étant réputée protectionniste à l’égard des cultures étrangères, et ses habitants étant vus comme des amateurs d’art, l’action culturelle dans ce pays représente un défi pour le British Council. On passe ainsi, selon Christine Okret-Manville, d’une politique de « publicité culturelle » à une politique de relations culturelles. Cette implantation des relations culturelles en France s’effectue dans des conditions difficiles, dont il faut distinguer deux étapes : 1947-1948, où les positions britanniques sont consolidées ; et les années 1949-1953, où les relations sont fragilisées et débouchent sur un repli fonctionnel de la Grande-Bretagne.

  • 3 Ibid., p. 474.

10Jusqu’en 1948, en France, le British Council s’engage dans un réel développement d’activités. Le Foreign Office (ministère des Affaires étrangères) conserve une supervision politique et financière qui rend son intervention discrète mais réelle3. Lorsque le British Council envoie fin 1944 un représentant provisoire en France, les perspectives d’expansion culturelle sont pour le Foreign Office associées à des gains d’influence économique et politique. En vertu d’un principe selon lequel le commerce suit la culture, les Britanniques y voient donc l’occasion de rétablir les relations commerciales avec la France. Avec les débuts de la guerre froide, en 1947, des crédits importants sont octroyés à l’Arts Council pour son action en France, où le Parti communiste semble dangereusement puissant aux yeux des Britanniques. Plusieurs caractéristiques de la culture britannique sont mises en avant : l’existence d’un courant d’échange sur près d’un siècle (exposition « Huit siècles de la vie britannique », par exemple) ou encore des réponses apportées des deux côtés de la Manche sur des problèmes communs (conférences sur la sécurité sociale, la planification urbaine, la reconstruction, etc.).

11L’Arts Council cherche à se faire connaître au sein des élites françaises. Il établit des contacts en France avec les intermédiaires culturels : professionnels de la culture, enseignants, associations à caractère culturel, tout particulièrement dans le domaine des beaux-arts. Au départ, tous les publics intéressent l’Arts Council, puis seulement les « élites ». Le courant d’échanges intellectuels séculaires est officiellement rétabli, reconnu et encouragé, en grande partie par une convention culturelle signée en 1948. Les échanges d’expositions se font désormais dans le cadre de cette convention. De ce fait, comme les expositions itinérantes pour faire découvrir des artistes britanniques avant leur consécration par un grand musée national ne font pas partie des événements culturels prévus dans la convention, le Conseil des Arts, touché par des réductions budgétaires, doit trouver des formes de compensation et recourt donc aux sociétés anglophiles. Les lieux concernés par ces activités (bibliothèques, cours, conférences, bourses, expositions) sont donc limités et choisis en fonction des publics aisés qui les fréquentent, d’autant que ceux-ci savent se rendre dans les musées. La coopération avec la Direction générale des relations culturelles par le biais de la convention assure néanmoins une présence culturelle visible via les organisations d’expositions.

  • 4 S. Pattieu, Tourisme et travail, de l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, P (...)
  • 5 C. Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953), thèse ci (...)

12Les groupements anglophiles jouent aussi un rôle important de passeurs, comme l’Association amicale franco-britannique ou l’association Tourisme et travail4, un groupement lié aux syndicats français, aux organisations culturelles populaires (comme Culture et travail) et aux mouvements de jeunesse. Ces groupements naissent après la guerre et présentent les caractéristiques d’une anglophilie de tendance populaire5.

  • 6 Ibid., p. 138.
  • 7 Sur Henri Hauck, voir A. Chatriot, « L’introuvable démocratie sociale : débats intellectuels, lutte (...)

13Ce sont aussi deux associations d’avant-guerre qui sont réactivées : l’Association France-Grande-Bretagne – ce groupement, le plus ancien à être dédié au rapprochement entre les deux pays, depuis 1916, représente 10 000 adhérents et 51 sections en 19446 – et l’organisme Art et tourisme. Parmi les membres de l’Association France-Grande-Bretagne, on trouve Henri Hauck7 au poste de secrétaire général (alors secrétaire) ou René Cassin (parmi les membres des milieux artistiques).

  • 8 C. Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953), thèse ci (...)

14Il s’agit donc d’une période capitale d’organisation des relations entre associations privées anglophiles et francophiles à plusieurs titres. Les personnels du British Council cherchent, faute de statut officiel, à entretenir des liens multiples avec les professionnels de la culture en France. Les expositions un peu ambitieuses ne peuvent être organisées sans de nombreuses aides, et Frank McEwen, à la tête du département des beaux-arts britannique, constitue son propre réseau via le service des œuvres du Quai d’Orsay, puis de la Direction générale des relations culturelles. Il prend par exemple des contacts directs avec le conservateur de Versailles et l’Union des intellectuels8. Frank McEwen poursuit son effort de promotion de l’art moderne britannique. Il assure la participation de la Grande-Bretagne à des expositions transnationales organisées à Paris. Les œuvres de Sutherland sont exposées à plusieurs reprises, au musée du Jeu de paume, lors de la conférence générale, en 1946, de l’United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (Unesco), ou Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, ou encore à la galerie Drouin en 1948. Jean Cassou, directeur du musée national d’Art moderne, exprime, en avril 1952, le désir de voir exposer les toiles de Sutherland. Georges Salles, directeur du musée du Louvre, qui a rencontré le peintre au cours d’un dîner organisé par McEwen, apporte un soutien déterminant au projet, qui est une réussite. Parallèlement, McEwen s’efforce d’assister les artistes exposant sur une échelle plus modeste, et collabore régulièrement avec les organisations telles que l’Unesco ou l’Arts Council (à tel point qu’une exposition de prestige, de Gainsborough à Turner, Constable, etc., a lieu chaque année).

15Le Conseil des Arts s’oriente aussi dans une action en direction des écoliers, voire des étudiants. Des projections sont passées dans les écoles, le conseil participe au placement d’assistants britanniques dans les collèges et lycées français. À partir des années 1950, l’offre de conférences se recentre sur les activités d’enseignement.

  • 9 M. van Praët, « Reversing the De-realization of Natural and Social Phenomena. Ethical Issues for Mu (...)

16La création par Paul Rivet du musée de l’Homme en 1948 relève d’une conception du musée incluant tout ce qui concerne l’homme et doit prendre place dans les collections du musée. En France, la division disciplinaire entre l’ethnologie, l’archéologie, le folklore, la sociologie et la linguistique est remise en cause dans ce musée, contribuant à la renommée de la France au sein de l’Icom9.

B. L’ouverture d’espaces d’action sur l’emploi public

  • 10 Voir : « Cinquante ans de sociologie des organisations », Entreprises et Histoire, n° 84, 3, 2016, (...)

17Au niveau général de l’État, des relations bilatérales s’établissent pendant et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avec la Grande-Bretagne en matière de gestion de personnel public, de travail et de formation, qui conduisent pour certains d’entre eux à des transferts. Pourtant, le rôle de ce voisin européen sur la France a été moins mis en évidence que celui des États-Unis, qui exerce la leur uniquement sur les questions de productivité administrative dans les années 1950 ainsi que dans le monde des entreprises privées10. Le régime de la fonction publique britannique a beau être très différent, il exerce un attrait important, notamment en matière d’avancement, de promotion, de négociations, dans les années 1950 et 1960, chez les fonctionnaires français.

18Revenons sur le contexte expliquant l’attrait du modèle britannique sur l’emploi public en France, comme l’illustre cet exemple :

  • 11 Lettre de R. Cassin, vice-président du Conseil d’État, à R. Grégoire, directeur de la Fonction publ (...)

« Mon devoir est de vous signaler les grands progrès qui ont été réalisés en Angleterre depuis un certain nombre d’années concernant les personnels de l’État, notamment par l’emploi de la méthode des tests. Grâce à cette méthode, le recrutement des officiers a pu être mené en Grande-Bretagne dans des conditions très satisfaisantes. La même méthode vient d’être introduite en France11. »

  • 12 W. A. Robson (éd.), The Civil Service in Britain and France, Londres, The Hogarth Press, 1956, p. 1 (...)
  • 13 F. Dreyfus, L’invention de la bureaucratie. Servir l’État en France, en Grande-Bretagne et aux État (...)

19Ce courrier adressé en 1946 par le vice-président du Conseil d’État, René Cassin, au directeur de la Fonction publique témoigne de la tendance à prendre la Grande-Bretagne comme un modèle d’administration, au moment même où la France reconstruit son emploi public en l’homogénéisant au sein du statut général des fonctionnaires. Cette tendance, selon plusieurs auteurs, a perduré et s’est accentuée dans les dans les années 1950 et 196012. Paradoxalement, la Grande-Bretagne semble se situer, faute de définition juridique du service public, de la « fonction publique » et des « corps », à l’opposé de la France dans les principes. Elle n’en est pas moins importante13.

  • 14 C. Journès, L’État britannique, Paris, Publisud, 1994.

20Le recrutement de la majorité des agents publics britanniques (civil servants et public servants) se fait alors au niveau local. Ce pays semble en apparence réaliser, dans l’organisation de l’emploi public, une séparation entre l’emploi « réel » et la gestion par corps de manière assez complète : les civil servants n’y représentent, des années 1940 aux années 1970, qu’entre 300 000 et 600 000 agents, sur un total de 3 à 4 millions de public servants soumis aux conventions collectives de travail. La common law (droit commun) s’applique à tout le territoire et constitue un facteur essentiel d’unification14. En outre, la notion de service public n’y a pas son équivalent, puisqu’en Grande-Bretagne, l’usage de l’expression public utilities dénote le caractère essentiellement utilitariste de l’approche des grands services en réseaux, centrée sur la fourniture de services aux consommateurs et par opposition à la dimension juridique et doctrinale française. Le civil service n’est pas régi par un texte statutaire d’ensemble, la notion de service public n’est pas juridiquement définie et le recrutement de la majorité des agents publics se fait au niveau local.

  • 15 G. A. Campbell, The Civil Service in Britain, Londres, Duckworth, 1965 ; Annuaire international de (...)
  • 16 P.-M. Gaudemet, Le civil service britannique. Essai sur le régime de la fonction publique en Grande (...)
  • 17 Cf. rapport de J.-P. Martin, sous-chef de bureau au ministère des Finances, cité in « La fonction p (...)
  • 18 W. A. Robson (éd.), The Civil Service in Britain and France, op. cit. ; A. Plantey, Traité pratique (...)

21D’après plusieurs hauts fonctionnaires ou juriste de droit public de cette période, c’est précisément parce que le civil service britannique s’est construit de manière empirique et non juridique que la France va observer la fonction publique outre-Manche15. Selon eux, c’est précisément parce que liberté et efficacité dans leurs exigences contradictoires dominent l’organisation du civil service que ce dernier peut être une forte source d’inspiration pour la France16. Le directeur de la Fonction publique Roger Grégoire coordonne plusieurs rencontres entre les deux pays dans les années 195017. Des liens divers sont avérés entre les administrations publiques des deux pays jusque dans les années 197018.

  • 19 P.-M. Gaudemet, Le civil service…, op. cit.

22L’attrait concerne prioritairement les modalités de recrutement et de formation des fonctionnaires britanniques, observées notamment par les juristes français et en particulier P.-M. Gaudemet. Le souci d’améliorer la formation des civil servants et de développer leur valeur humaine et leurs connaissances techniques a conduit à organiser des exercices de perfectionnement pour les fonctionnaires : le training a pour objet d’améliorer la formation professionnelle des civil servants. À la différence de beaucoup d’administrations étrangères, le civil service veille dès 1946 à ce que ce devoir soit effectivement accompli. En outre, les coopérations du personnel avec ses dirigeants au sein des whitley councils sont particulièrement intéressantes pour les juristes de droit public français, car elles permettent de « combiner efficacement les exigences du syndicalisme avec le maintien de l’autorité hiérarchique, et sur ce point encore l’exemple britannique peut être utilement médité19 ». Enfin, les procédés de recrutement et de sélection des civil servants par tests d’aptitude et d’intelligence généralisés pendant la période de reconstruction sont suivis de près par certains juristes et hauts fonctionnaires français.

  • 20 « L’enseignement dans le monde », Articles et documents, n° 540, 6 août 1957.

23Plusieurs exemples de fonctions ministérielles en France dans les années 1960 attestent d’échanges qui ont été peu étudiés avec la Grande-Bretagne, dans le secteur de l’éducation par exemple, où les expériences de comprehensive school (qui réunissent les trois filières classique, moderne et technique du collège dans une même structure) sont suivies de près par les fonctionnaires et les syndicats français20.

  • 21 F. de Baecque, J.-L. Quermonne, Administration et politique sous la Ve République, Paris, Presses d (...)
  • 22 N. Gally, « Gouverner les hauts fonctionnaires en France et en Grande-Bretagne. Regards croisés et (...)
  • 23 Ibid.

24Jusqu’en 1968, l’organisation du civil service britannique est perçue comme plus efficiente que celle du service public en France. Pourtant, en 1966-1968, c’est des Français que les Britanniques viennent s’inspirer pour réformer l’organisation du civil service, alors même que l’ENA s’était inspirée d’eux en 1945 et que le système français entre en crise en 1968 : les politiques commencent à se défier des fonctionnaires21. Étonnamment, donc, on va chercher en Grande-Bretagne une source d’inspiration alors que le civil service est en crise. Les travaux récents sur la formation des hauts fonctionnaires en France et au Royaume-Uni montrent que, dans les années 1960 et 1970, l’École nationale d’administration « constitue une référence de premier ordre pour les réformateurs britanniques et la commission présidée par Lord Fulton sur la réforme du civil service22 ». Et concernant spécifiquement la formation des hauts fonctionnaires et l’ENA, l’ordre de ces circulations s’inverse dans les années 1990 : les pratiques managériales « mises en place dans l’administration britannique deviennent une référence centrale pour les réformateurs français23 ».

  • 24 E. Ruiz, « La diffusion française des savoirs managériaux. Le NPM et la question des effectifs de l (...)
  • 25 M.-L. Djelic, « L’arrivée du management en France. Un retour historique sur les liens entre managér (...)
  • 26 A. Paulange-Mirovic, « Genèse d’une sociologie des organisations en France : l’importation des savo (...)
  • 27 M. Sebbar, Les ouvriers et ouvrières de la manufacture d’Issy-les-Moulineaux (1937-1954), mémoire d (...)
  • 28 A. Paulange-Mirovic, « La sociologie des organisations telle qu’elle (s’)est faite. Michel Crozier (...)

25En matière de productivité des services publics, ce sont toutefois les États-Unis qui servent d’inspiration, par l’intermédiaire des missions de productivité. L’importation des États-Unis de techniques managériales dans le secteur privé en France est liée aux relations entre intellectuels français et américains dans le contexte de la guerre froide24. Les acteurs et les institutions publics peuvent à ce titre contribuer la rationalisation de l’économie25. Pour le secteur public, l’ensemble des premières grandes enquêtes sur ce secteur de Michel Crozier est aussi marqué par le contexte des missions de productivité financées par le plan Marshall. Il participe à une mission de productivité aux États-Unis en 195626. Celle sur les Anciens Combattants est financée par le Commissariat général à la productivité, celle sur le personnel de six compagnies d’assurances parisiennes avec l’aide du Comité d’action pour la productivité dans les assurances. En 1950 aux PTT, tout comme au Seita, l’État a la volonté de faire de ces organisations un modèle d’État industriel27. En 1950, le Conseil national à la productivité et l’Afap ont des crédits pour financer des recherches sur la productivité, via l’aide Marshall. Aux PTT en particulier, un inspecteur général, Jules-Didier Chautant, qui s’intéresse à l’organisation et aux méthodes administratives dès 1950 ainsi qu’aux conditions sociales de la productivité, joue un rôle clé pour fédérer un milieu d’organisateurs et de praticiens, notamment grâce à ses cours à l’Itap et à l’ENSPTT. Spécifiquement sur l’organisation du travail, c’est l’inspecteur des PTT André Chassaing qui joue un rôle important. C’est d’ailleurs à l’Itap en 1955 que Michel Crozier fait le récit de son expérience des conditions de travail à l’Agence comptable de la rue des Favorites28.

  • 29 F. Descamps, « Une tentative de politique de productivité dans les services publics : Gabriel Ardan (...)

26En 1953, c’est le Commissariat général à la productivité en 1953, dirigé par Gabriel Ardant, qui dispose désormais des crédits pour mener des enquêtes dans les administrations et fédère le milieu des organisateurs et des chercheurs s’occupant d’organisation du travail, de prix de revient, de productivité et de psychosociologie du travail. Gabriel Ardant, premier secrétaire du Comité d’enquête sur le coût et le rendement des services publics, défend désormais l’idée que la productivité de l’économie française et celle des services publics ont partie liée. Sans assimiler le secteur privé et le secteur public, il recherche alors une voie spécifique de gestion tenant compte du cadre juridique et politique qui encadre l’action de l’État : « l’absence de profit, l’impartialité, des règlements s’appliquant à tous et la défense de l’intérêt général29 ». Deux bureaux « organisation et méthodes » sont constitués entre 1955 et 1959, respectivement à la direction du Personnel du ministère des Finances et au Commissariat général à la productivité rattaché au ministère des Affaires économiques. Ces structures ont été créées notamment après un rapport de l’Inspection des Finances en 1954-1955, dont le rapporteur est allé aux États-Unis, ainsi qu’après une mission de productivité aux États-Unis en 1955. Toutefois, ces équipes connaissaient aussi les Bureaux Organisation et méthodes britanniques.

  • 30 F. Descamps, « Quand la direction du budget faisait appel à un cabinet de conseil privé pour sa pro (...)

27Si le secteur public et nationalisé regarde bien vers la gestion des entreprises privées, observant certaines de ses méthodes – comme l’étude du prix de revient, la comptabilité analytique, les coûts et rendements, le contrôle budgétaire ou de gestion, l’organisation et les méthodes –, les réalisations sont jusqu’aux années 1970 bien limitées. Les hauts fonctionnaires s’avèrent aussi réticents aux cabinets de conseil privés comme celui de Paul Planus, ou encore McKinsey dans les années 1970 aux PTT. Parmi les raisons expliquant l’attitude de résistance vis-à-vis du modèle américain, on trouve notamment la volonté des hauts fonctionnaires de « maintenir une séparation entre la sphère des administrations publiques fondée sur le respect du droit comptable et budgétaire et celle des entreprises fondées sur la recherche du profit30 ».

28Plus généralement, l’intégration d’un voisin européen tel que la Grande-Bretagne dans le jeu en matière de gestion des personnels publics plus qu’en matière de productivité du travail dans ces années permet de porter un regard plus nuancé sur l’importation du managérialisme américain sur le secteur public.

II. Circulations transnationales

29Des circulations transnationales ont lieu aussi au sein d’un organisme transnational, le Conseil international des musées (Icom), puis d’une organisation internationale spécialisée dans la formation des personnels muséaux, l’Ictop. Est-ce que ces circulations permettent de diffuser le rôle éducatif des musées de la Grande-Bretagne vers la France ? Alors que les Britanniques et les Américains sont plus centrés sur l’éducation du public que les Français, que nous apprend l’examen du dialogue entre Français et Britanniques au sein de cet organisme transnational ?

A. Conserver ou éduquer

  • 31 J. Henry, « L’Enfom (1946-1960) : la coopération au programme ? », Sedet, université Paris-VII-Deni (...)

30L’Icom n’a pas été étudiée en tant que telle dans l’ensemble des coopérations dans les domaines universitaire et scientifique31. C’est une organisation non gouvernementale, alors que l’Unesco est une organisation intergouvernementale. Jusqu’en 1972, il n’existe pas d’autres institutions transmanche que l’Icom. En 1972, date de l’adhésion du Royaume-Uni à l’Union européenne, naît le Conseil franco-britannique, d’une initiative commune du président français Georges Pompidou et du Premier ministre britannique Edward Heath. Son objectif est de contribuer à une meilleure compréhension réciproque des deux pays par le biais de rencontres de personnalités et de spécialistes de haut rang, notamment dans les domaines de la culture, de la science, de l’art, de la politique et des entreprises.

  • 32 S. A. Baghli, P. Boylan, Y. Herreman, Histoire de l’Icom (1946-1996), op. cit.
  • 33 G. Archibald, Les États-Unis et l’Unesco, 1945-1963, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993 ; E. (...)

31L’action de l’Américain Chauncey J. Hamlin, président du Buffalo Museum of Science et membre influent de l’American Association of Museums, joue un rôle important dans la création de l’Icom32. En effet, il souhaite mettre en place une organisation internationale de musées composée d’institutions nationales représentatives et de personnes désignées par les associations muséales. Il s’inspire du modèle adopté par les organisations non gouvernementales et les fédérations, telle l’International Federation of Library Associations (Ifla), ou Fédération internationale des associations de bibliothécaires. Il s’efforce donc de gagner leur soutien et de les persuader d’établir dans chaque pays des « comités nationaux » pour la coopération internationale entre les musées33.

  • 34 Cette partie concernant l’Icom s’appuie sur les archives de l’Icom, conservées au siège de l’Unesco (...)
  • 35 Voir Icom News, Paris, 1er oct. 1948, édition anglaise.

32L’Icom est officiellement créée lors d’une réunion tenue au musée du Louvre du 16 au 20 novembre 194634, juste avant la première conférence générale de l’Unesco. Ses membres incluent les membres des comités nationaux pour la coopération entre les musées, déjà organisés avant la guerre dans de nombreux pays35 (voir encadré 4).

  • 36 Voir Museums Journal, 1970-1971, p. 90.

33De nombreux conservateurs effectuent des missions pour l’Unesco, et la représentation aux conférences triennales de l’Icom est toujours importante. Chaque comité national est limité à 15 membres par pays, choisis pour leur représentativité dans le secteur des musées. D’après le Museums Journal, la revue de la Museums Association36, le comité national britannique de l’Icom a peu à intervenir sur le plan national pour inciter les conservateurs à visiter les musées étrangers, car l’association le fait déjà ; le comité national s’occupe donc surtout des problèmes internationaux. Dans plusieurs pays, des associations de musées sont déjà organisées, comme en France et en Grande-Bretagne, et dans ce cas le comité national de ces pays ne fait que regrouper ces associations. L’objectif affiché de l’Icom est de favoriser les prêts d’expositions, les échanges de publications, d’objets et de spécimens, en favorisant la mobilité internationale des personnels des musées et la formation de personnel qualifié. Le terme « musée » est alors défini de la manière suivante : il désigne « toutes les collections, ouvertes au public, d’art, de technique, scientifiques, historiques ou archéologiques, incluant les zoos et les jardins botaniques, mais excluant les bibliothèques, sauf si elles conservent des expositions permanentes dans leurs salles ». Lors de l’assemblée constitutive de 1946, à Paris, la ligne générale adoptée est celle de la priorité à la formation et aux échanges d’étudiants et de conservateurs, et les comités nationaux doivent indiquer les possibilités de formation existant dans leur propre pays.

Encadré 4. Les premiers membres de l’Icom

L’équipe des officers de l’Icom est composée d’un président, de trois vice-présidents, d’un trésorier, d’un secrétariat chargé de correspondre avec l’étranger et d’un secrétariat chargé de l’enregistrement. Le comité exécutif comprend au moins 15 personnes autorisées à agir au nom de l’Icom. Le président est Chauncey J. Hamlin. Georges Salles, directeur des Musées de France, est chairman of the advisory board. Les trois vice-présidents sont Julien Cain, administrateur général des bibliothèques, David Finley, président de l’American Association of Museums, et John Forsdyke, directeur du British Museum. Le trésorier est André Léveillé, directeur du palais de la Découverte. Le secrétaire chargé de la correspondance est le Belge Leo Van Puyvelde. Le secrétaire à l’enregistrement est H. F. E. Visser, conservateur du musée d’Art asiatique d’Amsterdam. Parmi les membres de l’Icom : sir Leigh Ashton, directeur du Victoria and Albert Museum de Londres, président du comité national britannique et auteur de plusieurs articles dans la revue des conservateurs britanniques Museums Journal ; Josef Cibulka, professeur en Tchécoslovaquie ; Frédéric Gysin, directeur du Musée national suisse ; Ignacio Marquina, directeur du National Institute of Anthropology and History de Mexico ; Arthur R. Penfold, secrétaire de l’association des musées d’Australie, directeur du musée de Technologie et d’Arts appliqués ; Georges Sotiriou, directeur du Musée byzantin d’Athènes ; Erik Wettergren, directeur du musée national des Arts, à Stockholm ; Han Lih Wu, ministre de l’Éducation en Chine ; et enfin un consultant, René d’Harnoncourt, du musée d’Art moderne de New York. L’équipe de direction est composée de : Georges Henri Rivière, conservateur au Louvre ; Lauder Greenway, directeur associé de l’American Association of Museums ; André Leroi-Gourhan, du musée de l’Homme ; Sydney Frank Markham, de la Museums Association ; enfin Marthe Benoist d’Azy, pour le secrétariat de l’Unesco.
Parmi les présidents et directeurs de l’Icom, certains jouent un rôle notable, en particulier dans les liens noués entre la Grande-Bretagne et la France. Chauncey J. Hamlin, fondateur et premier président de l’Icom, de 1946 à 1953, précise que, la première fois qu’il rencontre Georges Salles pour lui proposer la fondation de cette institution, il obtient d’emblée son approbation. Fort de ce consentement français, il lui est plus aisé d’obtenir l’« appui du directeur du British Museum ». Sir Philip Hendy est le troisième président de l’Icom, après Georges Salles, de 1959 à 1965. Né en 1900, diplômé d’Oxford, il rédige en 1928 le catalogue de la collection Wallace, puis se rend aux États-Unis pour devenir conservateur du musée des Beaux-Arts de Boston. Il retourne en Grande-Bretagne pour diriger le musée de Leeds, et prend en charge en 1946 la National Gallery de Londres. Anobli par le roi en 1950, il reste président de l’Icom six ans. C’est au cours de deux des conférences qu’il anime qu’on enregistre le plus grand nombre de résolutions : 42 en 1959 et 58 en 1962, alors que les autres conférences ne dépassent pas la trentaine ; il lance pour la première fois l’idée d’un programme triennal planifié et fait prendre plusieurs décisions dans le sens d’une plus grande liberté d’action des comités nationaux. Il suit l’enquête internationale sur la profession muséale et demande le recueil du maximum d’informations sur l’exercice de la profession. Geoffrey Lewis est le septième président de l’Icom, entre 1983 et 1989. De nationalité britannique, née en 1933 à Brighton, titulaire d’une maîtrise en archéologie et préhistoire de l’université de Liverpool, il est président de la Museums Association de 1980 à 1981. Georges Henri Rivière, premier directeur de l’Icom, de 1948 à 1965, marque l’histoire de l’institution, dont il est conseiller permanent jusqu’à sa mort, en 1985. À la fin des années 1920, il réalise et réorganise avec Paul Rivet le musée de l’Homme. Il se lance dans la création du musée français des Arts et Traditions populaires et s’affirme comme l’initiateur d’une muséologie moderne rompant avec la tradition du musée de chefs-d’œuvre choisis pour une élite, et introduit la muséologie dans la formation universitaire. Il est à l’origine de la création des écomuséesa.

Source : Unesco, Archives de l’Icom, Icom News, Paris, 1er oct. 1948, édition britannique.

a. S. A. Baghli, P. Boylan Y. Herreman, Histoire de l’Icom(1946-1996), Paris, Éditions de l’Unesco, 1996, p. 71.

  • 37 Icom News, 1948, p. 11.

34Le premier numéro de la revue Museum paraît en 1948. Il concerne les musées de France et leurs personnels, puisque la conférence fondatrice a lieu à Paris. L’objectif de la revue et de l’Icom est de « promouvoir les connaissances des musées professionnels, en contribuant à la compréhension internationale dans le sens d’une contribution positive à la paix37 ». Si Museum est la revue des professionnels des musées, elle a l’ambition de promouvoir une cause plus large que la seule muséographie : « Aider les musées et travailleurs des musées à rendre de meilleurs services dans le monde d’aujourd’hui, en fournissant un sens au développement de la profession, de ses techniques et de ses programmes par l’aide réciproque et le conseil ; mettre en commun les collections des musées, les experts des directions de musée et les spécialistes éducatifs, dont les études sont fondées sur l’intérêt général des publics et l’éducation. »

  • 38 Ibid., p. 11.

35La lecture des comptes rendus des premières conférences permet de mieux cerner la tension entre le pôle scientifique et le pôle éducatif du musée et les différences entre Français et Britanniques à cet égard. Lors de la première conférence de l’Icom, qui se tient à Mexico en 1947, la section des musées historiques et archéologiques, dirigée par le Britannique John Forsdyke, regrette l’absence générale de reconnaissance des qualités techniques de ces musées et l’impossibilité de les diffuser. Dans la session de novembre 1947, consacrée à la formation des personnels des musées et dirigée par le Suisse Gysin, plusieurs changements importants concernant les personnels sont recommandés et donnent lieu à débat entre Britanniques et Français. L’Américain Russel demande si, en plus des deux catégories de personnel existant dans les musées, une troisième ne devrait pas être créée : celle du personnel éducatif (educational personnel). Hamlin en propose une autre encore, qui se consacrerait à la restauration des objets d’art. Ces suggestions sont acceptées, comme celle d’une formation d’une quatrième catégorie de personnel, le personnel technique. La motion du rapport est donc adoptée avec ces modifications38.

  • 39 B. L. Murphy, « Charting the Ethics Landscape for Museums in a Changing World », in B. L. Murphy(...)
  • 40 S. A. Baghli et al., Histoire de l’Icom (1946-1996), op. cit., p. 51.

36C’est dans les années 1970 que la mission de l’Icom en faveur du développement social se renforce39. L’Icom laisse jusque-là chaque pays membre définir ses propres normes professionnelles. Certains pays, comme les États-Unis, mettent l’éthique professionnelle très tôt au programme de leur association, comme dans le cas de l’American Alliance of Museum (AAM), fondée en 1906, qui est la première à établir un code éthique de la profession en 1925. Mais à partir du mouvement politique de mai 1968 et des fortes critiques de l’Icom notamment du côté français, accusant l’organisation de laisser faire les anciennes pratiques de chaque pays, l’engagement de l’Icom s’accélère. La conception trop élitiste des musées au sein de l’Icom est fortement critiquée par un petit groupe activiste, militant pour des pratiques plus ajustées aux besoins et aux réalités urbaines et sociales. Elles s’expriment à l’assemblée générale de l’Icom à Grenoble en 197140. Des jeunes conservateurs demandent une réforme de l’institution, qui ne soit pas un simple « conseil », mais une véritable organisation internationale soutenant tous les types de musées.

37Trois ans plus tard, en 1974, l’assemblée générale de Copenhague adopte un ensemble de réformes qui font rupture avec le passé. Une nouvelle définition du musée est adoptée dans les statuts : elle inclut une « orientation sociale » dans les objectifs du musée. Le musée n’est plus seulement une organisation de service public pour la préservation des collections, mais aussi une institution au service de l’ensemble de la société et de son développement. L’Icom redéfinit en outre, dans l’article 5 de ses statuts, les caractéristiques de la profession. Les professionnels englobent ceux qui ont reçu une formation technique spécialisée ou une formation académique, mais aussi ceux qui ont une expérience professionnelle équivalente. C’est aussi la même année que sont définis les obligations éthiques et les prérequis pour la profession muséale. Le code éthique inclut tous les aspects de la vie du musée.

B. Une tentative de définition franco-britannique de la formation

38La question de la reconnaissance des métiers et des spécialités dans les emplois, fonctions et grades existants est ensuite reprise par Leigh Ashton pour la Grande-Bretagne, et par André Léveillé pour la France : tous deux souhaitent ardemment voir se former une organisation internationale distincte pour la formation des personnels des musées. Russel, pour les États-Unis, attire l’attention des délégués sur les différences entre le personnel scientifique et celui chargé de l’interprétation des œuvres et matériaux. Soutenue à l’origine par la France et la Grande-Bretagne, cette organisation internationale spécifique ne voit le jour qu’en 1967 sous le nom d’International Committee for the Training of Personnel (Ictop), ou Comité international pour la formation du personnel, mais c’est bien avant que ces questions sont discutées entre les deux pays.

39C’est lors de la septième conférence générale, à New York, en 1965, que la formation du personnel devient une priorité. La conférence reconnaît pas moins de 11 catégories de personnel différentes dépendant de la profession enseignante et ayant à charge des activités culturelles et éducatives, allant des conservateurs aux personnels de laboratoire. Cette conférence affirme la nécessité d’un système parallèle de formation particulière pour les petits musées, dont les personnels, peu nombreux, doivent prendre en charge une large palette d’activités spécialisées. D’importantes recommandations sont faites concernant les qualifications du personnel : le statut du personnel des musées doit être aligné sur celui des membres des universités ; tout candidat conservateur doit être titulaire d’un diplôme universitaire et recevoir également une formation pratique ; le personnel de restauration devrait être aussi recruté parmi les universitaires ; un personnel spécialisé est nécessaire pour la muséographie, l’éclairage, la présentation, l’audiovisuel, la documentation, la sécurité, etc. Cette conférence marque aussi un tournant dans l’implication des Français dans la formation. Jean Chatelain, directeur des Musées de France et alors président de son comité pour l’administration et le personnel, annonce, en 1966, son projet expérimental de formation, sous les auspices de l’Icom.

40Toutefois, dans cette tension entre pôle éducatif et pôle scientifique au sein des musées, les Britanniques favorisent plutôt le premier. C’est encore visible dans les archives de l’Icom lorsque se pose la question de son rôle par rapport à celui de l’Unesco dans le domaine des musées scientifiques et orientés sur la recherche. Ce point soulève un désaccord entre André Léveillé et Leigh Ashton quant au rôle uniquement consultatif, ou non, de l’Icom. En effet, Paul Rivet, dans la résolution 19, souhaite que l’Icom soit en mesure de suggérer que l’Unesco contribue par les moyens à sa disposition (presse, radio, publications) à la création, à l’échelle mondiale, d’établissements publics consacrés aux sciences du vivant et à la diffusion de la culture scientifique. Si Leigh Ashton insiste sur le rôle purement consultatif de l’Icom, André Léveillé, soutenant la position française, précise que la section des sciences de l’Unesco a déjà adopté et transmis cette résolution au comité exécutif. Leigh Ashton maintient son point de vue, soutenu par le président Hamlin, et la met au vote à la condition que cette motion soit précédée de la mention « suggestion de l’Icom ».

41Lors de la neuvième conférence générale à Paris et à Grenoble, en 1971, trois ans après Mai 68, le rôle éducatif et culturel des musées passe sur le devant de la scène. Cette conférence se déroule dans le tumulte et voit remettre en question les concepts de démocratie, de musée, et l’Icom lui-même en tant qu’institution. Une bataille oppose les réformateurs aux traditionalistes. La résolution 8 de l’assemblée générale sur la réorganisation de l’Icom se heurte à l’opposition entre tenants du statu quo et partisans d’une remise en question globale de l’institution.

  • 41 S. A. Baghli, P. Boylan, Y. Herreman, Histoire de l’Icom (1946-1996), op. cit., p. 44.

42La dixième conférence générale, à Copenhague en 1974, marque à la fois la crise financière de l’institution et l’approbation de la fusion des catégories de « membres votants et associés » en une seule catégorie de « membres actifs » dans les statuts. L’Icom passe ainsi à une organisation démocratique à part entière, conduisant à une forte croissance du nombre de ses membres. La nouvelle définition insiste sur le rôle du musée au service de la société : « Le musée est une institution permanente sans but lucratif, au service de la société et de son développement, ouverte au public, et qui fait des recherches concernant les témoins matériels de l’homme et de son environnement, les conserve, les communique et les expose à des fins d’études, d’éducation et de délectation41. » Cette définition est entérinée par de nombreux pays, exception faite des États-Unis et du Royaume-Uni.

  • 42 M. E. Terrugi, « La table ronde de Santiago du Chili », Museum, vol. XXV, n° 3, 1973, p. 129-135.

43Ainsi, la définition du musée comme « institution permanente au service de la société et de son développement » adoptée par l’Icom, inséparable du rôle que les musées sont censés jouer dans les pays en voie de développement42, est promue par une génération de professionnels français engagés dans les écomusées et le courant de la nouvelle muséologie, ces derniers étant liés au développement des musées d’ethnographie. À partir de 1937 et de la création du musée de l’Homme par Paul Rivet, l’institution donne à la recherche une place centrale, privilégiant les approches interdisciplinaires, cette vision française étant débattue au sein de l’Icom avec les Britanniques. Si ceux-ci ont pu faire valoir leur réflexion sur les aspects techniques de la gestion muséale, pour la France la réalité britannique est celle d’un discours décentralisateur en même temps qu’elle est productrice d’une très forte inégalité de moyens entre les musées nationaux et ceux de province. Il faut noter cependant que les caractéristiques des musées de province sont semble-t-il mieux connues de l’administration centrale britannique qu’elles ne le sont dans le cas de la France.

44On peut donc parler d’une définition franco-britannique de la formation dans les musées, élaborée à partir de l’influence de l’Icom. Tel est précisément l’objectif de la première conférence plénière de l’Icom, tenue à Paris en 1948, qui souhaite unifier la profession autour du titre général de « muséographe » pour couvrir l’ensemble de la palette des métiers des musées, tandis que la conférence de 1965 reconnaît la division du travail en douze catégories différentes.

45Au niveau transnational, le passage par l’Icom nous permet de mieux comprendre les résistances et les limites des circulations franco-britanniques constatées en matière de gestion et de formation du personnel au niveau général de l’État. La création de l’Icom et son développement ne sont évidemment pas le seul fait du couple franco-britannique. Les Américains y jouent un rôle important, voire moteur. En outre, cet institut est adossé à l’Unesco. Nous avons toutefois montré l’importance du dialogue franco-britannique sur l’éducation des publics des musées dans cet ensemble.

46Alors que les Britanniques et les Américains sont plus centrés sur l’éducation du public, les Français sont plus intéressés par la technique et l’excellence scientifique d’explication des collections à un public éclairé et éduqué. Français et Britanniques n’ont pas les mêmes conceptions de la formation des conservateurs, et ces deux conceptions sont en débat au sein de l’Ictop : les Britanniques, représentés par Lord Ashton, mettent l’accent sur le rôle éducatif du musée ; pour les Français, représentés par André Léveillé, c’est la dimension de recherche qui prime. Un accord se cherche entre les deux pays sur les missions prioritaires qui doivent désormais animer les politiques muséales : doit-on continuer d’accorder la priorité au pôle scientifique ou privilégier les missions éducatives ? Les implications des changements de mission des agents, avec l’ouverture plus large du musée aux publics, sont en débat dans les professions muséales. En faisant le bilan de l’ensemble des circulations d’hommes et d’idées sur les publics entre 1945 et 1972, Français et Britanniques tentent de se mettre d’accord sur l’objectif final de la formation du personnel des musées, mais ne conduit pas à un transfert de pratique.

47L’Icom et l’Ictop ne contrôlent en effet pas les structures de formation, de sélection et de définition de l’activité de travail, qui restent dépendantes des logiques nationales. Et l’éducation des publics est à partir des années 1980 mise en arrière-plan au sein de l’Icom. Dès lors, comment cette idée diffusée par l’Icom a-t-elle exercé une influence ? Ou à l’inverse, pourquoi est-elle restée sans écho à partir des années 1980 ? La destinée d’une idée est rarement un processus linéaire. Mais les idées de l’Icom se sont concrétisées au moins de trois façons : en changeant la manière dont le problème était perçu et les termes utilisés pour le décrire ; en modifiant la façon dont les directeurs des musées percevaient leurs intérêts et donc l’équilibre des forces entre ceux qui étaient en faveur de la pédagogie et ceux qui valorisaient l’excellence scientifique ; en se frayant un chemin dans les institutions qui pouvaient alors prendre la responsabilité de faire aboutir l’accessibilité et la pédagogie des œuvres et de la mettre en pratique dans les musées d’archéologie ou d’ethnologie. Les idées diffusées par la nouvelle muséologie ont-elles pesé sur les mises en œuvre sur le terrain national ? Examinons donc maintenant si ces circulations d’hommes et d’idées sont allées jusqu’à des transferts de pratiques dans l’organisation, la gestion ou la formation des musées en France jusqu’en 1981.

Notes

1 Sur le rôle du chef du service des études et recherches Augustin Girard, voir L. Martin, « Augustin Girard, une pensée tournée vers l’international », in G. Saez (dir.), Le fil de l’esprit. Augustin Girard, un parcours entre recherche et action, Paris, La Documentation française, 2011 ; voir aussi F. Chaubet, L. Martin, Histoire des relations culturelles dans le monde contemporain, Paris, Armand Colin, 2011.

2 C. Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953). De la publicité aux relations culturelles, thèse de doctorat d’histoire, IEP de Paris, 2002, p. 12.

3 Ibid., p. 474.

4 S. Pattieu, Tourisme et travail, de l’éducation populaire au secteur marchand (1945-1985), Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

5 C. Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953), thèse citée, p. 135.

6 Ibid., p. 138.

7 Sur Henri Hauck, voir A. Chatriot, « L’introuvable démocratie sociale : débats intellectuels, luttes politiques, acteurs sociaux et administratifs, 1944-1950 », in A. Chatriot, O. Join-Lambert, V. Viet, Les politiques du travail (1906-2006), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

8 C. Okret-Manville, La politique de promotion culturelle britannique en France (1920-1953), thèse citée, p. 157.

9 M. van Praët, « Reversing the De-realization of Natural and Social Phenomena. Ethical Issues for Museum in a Multidisciplinary Context », in B. L. Murphy (éd.), Museums, Ethics and Cultural Heritage, New York, Routledge, 2016.

10 Voir : « Cinquante ans de sociologie des organisations », Entreprises et Histoire, n° 84, 3, 2016, et en particulier l’article de F. Descamps, « L’entreprise a-t-elle été un modèle d’inspiration au ministère des finances pour la modernisation de l’État dans la France des Trente Glorieuses ? », p. 103-122.

11 Lettre de R. Cassin, vice-président du Conseil d’État, à R. Grégoire, directeur de la Fonction publique, 8 avr. 1946, citée in A. Weexsteen, Le conseil aux entreprises et à l’État en France. Le rôle de Jean Milhaud (1898-1991) dans la CEGOS et l’ITAP, thèse de doctorat d’histoire, EHESS, 1999, p. 332.

12 W. A. Robson (éd.), The Civil Service in Britain and France, Londres, The Hogarth Press, 1956, p. 171.

13 F. Dreyfus, L’invention de la bureaucratie. Servir l’État en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis (xviiie-xxe siècles), Paris, La Découverte, 2000 ; F. Dreyfus, « Les fondements philosophiques et politiques des systèmes de fonction publique. Les cas français et britannique », Revue du droit public et de la science politique en France et à l’étranger, vol. 109, n° 1, 1993, p. 57-74 ; N. Gally, Le marché des hauts fonctionnaires : une comparaison des politiques de la haute fonction publique en France et en Grande-Bretagne, op. cit.

14 C. Journès, L’État britannique, Paris, Publisud, 1994.

15 G. A. Campbell, The Civil Service in Britain, Londres, Duckworth, 1965 ; Annuaire international de la fonction publique, supplément au n° 18 du Bulletin de l’Institut international d’administration publique, 1971-1972 ; B. Meynell, « La Grande-Bretagne : le civil service en perte d’estime », in F. Bloch-Lainé, G. Étienne (dir.), Servir l’État, Paris, éd. de l’EHESS, 1987.

16 P.-M. Gaudemet, Le civil service britannique. Essai sur le régime de la fonction publique en Grande-Bretagne, Paris, Librairie Colin, 1952.

17 Cf. rapport de J.-P. Martin, sous-chef de bureau au ministère des Finances, cité in « La fonction publique en Grande-Bretagne », Notes et études documentaires, n° 2.329, Paris, La Documentation française, 24 sept. 1957. Cf. aussi Archives nationales, Service des archives économiques et financières (SAEF), fonds Budget, direction du Budget, Service central d’organisation et méthode (SCOM), B46467 à B46836 (1945 à 1985).

18 W. A. Robson (éd.), The Civil Service in Britain and France, op. cit. ; A. Plantey, Traité pratique de la fonction publique, tome II, La gestion administrative, les avantages financiers et sociaux, les difficultés contentieuses, Paris, LGDJ, 2e éd., 1963 ; A. Lanza, Les projets de réforme administrative en France, Paris, Presses universitaires de France, 1968.

19 P.-M. Gaudemet, Le civil service…, op. cit.

20 « L’enseignement dans le monde », Articles et documents, n° 540, 6 août 1957.

21 F. de Baecque, J.-L. Quermonne, Administration et politique sous la Ve République, Paris, Presses de la FNSP, 1982.

22 N. Gally, « Gouverner les hauts fonctionnaires en France et en Grande-Bretagne. Regards croisés et traductions asymétriques », art. cit.

23 Ibid.

24 E. Ruiz, « La diffusion française des savoirs managériaux. Le NPM et la question des effectifs de l’État », art. cit. ; J. Romano, « James Burnham en France : l’import-export de la révolution managériale après 1945 », art. cit.

25 M.-L. Djelic, « L’arrivée du management en France. Un retour historique sur les liens entre managérialisme et État », art. cit.

26 A. Paulange-Mirovic, « Genèse d’une sociologie des organisations en France : l’importation des savoirs-faire de la psychologie sociale américaine par Michel Crozier (années 1950) », in M. Kaluszynski, R. Payre (dir.), Savoirs de gouvernement. Circulation(s), traduction(s), réception(s), Paris, Economica, 2013, p. 86-101.

27 M. Sebbar, Les ouvriers et ouvrières de la manufacture d’Issy-les-Moulineaux (1937-1954), mémoire de master d’histoire, université d’Évry, 2009.

28 A. Paulange-Mirovic, « La sociologie des organisations telle qu’elle (s’)est faite. Michel Crozier sur le terrain, 1954-1974 », Entreprises et histoire, vol. 84, n° 3, 2016, p. 29-48.

29 F. Descamps, « Une tentative de politique de productivité dans les services publics : Gabriel Ardant et la commissariat générale à la productivité, 1954-1959 », art. cit., p. 401-444.

30 F. Descamps, « Quand la direction du budget faisait appel à un cabinet de conseil privé pour sa propre réorganisation, 1950-1952 », Revue française d’administration publique, n° 131, 3, 2009.

31 J. Henry, « L’Enfom (1946-1960) : la coopération au programme ? », Sedet, université Paris-VII-Denis-Diderot, 9 févr. 2012 ; voir aussi A. Boschetti (dir.), L’espace culturel transnational, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2010 ; C. Charle, « Peut-on écrire une histoire culturelle de l’Europe à l’époque contemporaine ? », Annales HSS, n° 5, sept. 2010, p. 1207-1221, et « Comparaisons et transferts en histoire culturelle de l’Europe à l’époque contemporaine. Quelques réflexions à propos de recherches récentes », Les Cahiers de l’Iris, n° 5, 2010, p. 51-74 ; voir aussi D. Sassoon, The Culture of the Europeans, Londres/New York, HarperCollins, 2006 ; C. Douki, P. Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 54-5, 2007.

32 S. A. Baghli, P. Boylan, Y. Herreman, Histoire de l’Icom (1946-1996), op. cit.

33 G. Archibald, Les États-Unis et l’Unesco, 1945-1963, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993 ; E. Sayah Chniti, La Grande-Bretagne et l’Unesco de 1945 à 1957. La realpolitik britannique traduit-elle une méfiance naturelle de la coopération intellectuelle ou est-elle un aveu de faiblesse ?, thèse de doctorat d’histoire de l’Université Paris-I (sous la direction de René Girault), 1997 ; C. Maurel, « Le rêve d’un “gouvernement mondial” des années 1920 aux années 1950. L’exemple de l’Unesco », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 10, janv.-avr. 2010 (www.histoirepolitique.fr).

34 Cette partie concernant l’Icom s’appuie sur les archives de l’Icom, conservées au siège de l’Unesco, et sur le dépouillement des conférences triennales de l’Icom, effectué grâce à l’aide de la documentaliste de l’Icom Élisabeth Jani. Par ailleurs, la revue Museums Journal, conservée au centre de documentation de la DMF, a été systématiquement dépouillée.

35 Voir Icom News, Paris, 1er oct. 1948, édition anglaise.

36 Voir Museums Journal, 1970-1971, p. 90.

37 Icom News, 1948, p. 11.

38 Ibid., p. 11.

39 B. L. Murphy, « Charting the Ethics Landscape for Museums in a Changing World », in B. L. Murphy (éd.), Museums, Ethics and Cultural Heritage, op. cit.

40 S. A. Baghli et al., Histoire de l’Icom (1946-1996), op. cit., p. 51.

41 S. A. Baghli, P. Boylan, Y. Herreman, Histoire de l’Icom (1946-1996), op. cit., p. 44.

42 M. E. Terrugi, « La table ronde de Santiago du Chili », Museum, vol. XXV, n° 3, 1973, p. 129-135.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site