Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Première partie. Vers des circulations France – Grande-Bretagne (1920-1972)

Introduction de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Les conférenciers conduiraient leurs groupes devant les monuments et les œuvres les plus caractéristiques et donneraient toutes les indications utiles à la connaissance de leur histoire et de leur destination. Les conférences qui leur seraient facilement accessibles les intéresseraient aux choses de l’art, développeraient leur goût et elles viendraient grossir par la suite la clientèle de nos musées. »
Note du directeur des musées nationaux et de l’École du Louvre au ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts, 3 mars 1920.

Lorsque le directeur des musées nationaux propose en 1920 de mettre en place une activité d’accompagnement des visiteurs du musée du Louvre, il s’inspire de l’exemple de la National Gallery de Londres, sans en reprendre exactement toutes les modalités1. Huit ans plus tard, un service de conférenciers est créé au Louvre. L’intérêt pour l’éducation artistique et patrimoniale du public viendrait donc de Grande-Bretagne. On peut toutefois s’interroger sur l...

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540