Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Première partie. Vers des circulations France – Grande-Bretagne (1920-1972)

Introduction de la première partie

Texte intégral

« Les conférenciers conduiraient leurs groupes devant les monuments et les œuvres les plus caractéristiques et donneraient toutes les indications utiles à la connaissance de leur histoire et de leur destination. Les conférences qui leur seraient facilement accessibles les intéresseraient aux choses de l’art, développeraient leur goût et elles viendraient grossir par la suite la clientèle de nos musées. »
Note du directeur des musées nationaux et de l’École du Louvre au ministère de l’Instruction publique et des beaux-arts, 3 mars 1920.

  • 1 Pour la citation et l’analyse de ce transfert : A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un (...)

1Lorsque le directeur des musées nationaux propose en 1920 de mettre en place une activité d’accompagnement des visiteurs du musée du Louvre, il s’inspire de l’exemple de la National Gallery de Londres, sans en reprendre exactement toutes les modalités1. Huit ans plus tard, un service de conférenciers est créé au Louvre. L’intérêt pour l’éducation artistique et patrimoniale du public viendrait donc de Grande-Bretagne. On peut toutefois s’interroger sur les conditions de transfert et chercher à mieux les comprendre, avant comme après la Seconde Guerre mondiale. Comment les musées sont-ils organisés des deux côtés de la Manche dans l’entre-deux-guerres ? Par quels conservateurs de musées les idées ou pratiques nouvelles d’accompagnement des visiteurs passent-elles (chapitre 1) ? La régulation de l’activité est certes aux mains des conservateurs, sous la tutelle de l’administration des musées nationaux avec un comité consultatif des conférences-promenades délibérant sur les programmes, mais l’Office international des musées (OIM) ne joue-t-il pas aussi un rôle ?

2Après la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt pour l’éducation des publics est porté par des organismes internationaux, principalement le Conseil international des musées (International Council of Museums, l’Icom). Jusqu’aux années 1980, un débat domine au sein de cet organisme : passer de la démocratisation de la culture à la démocratie culturelle, où créateurs et spectateurs prendraient une part plus grande qu’auparavant à la décision d’intervention des administrations culturelles. Il faut donc examiner si les circulations d’idées entre la France et la Grande-Bretagne relevées pour l’entre-deux-guerres, se prolongent après 1946 au sein de l’Icom. Dans une période de massification des publics, les missions des musées évoluent en France et en Grande-Bretagne, modifiant la hiérarchie des tâches en leur sein. L’absence de redéfinition du travail dans l’administration française et, inversement, la forte spécialisation du travail en Grande-Bretagne, ainsi que le rôle joué par les associations professionnelles, poussent à la recherche d’alternative et d’espace d’action au niveau transnational. La coopération entre les deux pays sur les services publics amorcée pendant la Seconde Guerre mondiale se prolonge jusqu’à la fin des années 1960. Concernant les musées, c’est au sein de l’Icom qu’ils tentent une redéfinition du travail et de la formation (chapitre 2).

3Cette partie examine les circulations entre les deux pays de l’entre-deux-guerres jusqu’en 1972, date de l’adhésion du Royaume-Uni à l’Union européenne, qui conduit à la naissance du Conseil franco-britannique. Initiative commune du président français Georges Pompidou et du Premier ministre britannique Edward Heath, le Conseil franco-britannique a pour vocation de renforcer les liens entre les deux pays en favorisant le dialogue entre des personnalités politiques, des hauts fonctionnaires, des économistes, des chercheurs et des journalistes dans des domaines variés (économie, environnement, défense, culture).

  • 2 D. Philpott, Revolutions in Sovereignty. How Ideas Shaped Modern International Relations, Princeton (...)
  • 3 Pour une perspective dans ce sens, cf. L. Hénaut, « Capacités d’observation et dynamique des groupe (...)
  • 4 P. M. Haas, « Epistemic Communities and International Policy Coordination », International Organiza (...)
  • 5 P. A. Hall (dir.), The Political Power of Economic Ideas. Keynesianism Across Nations, Princeton, N (...)
  • 6 T. G. Weiss, « Histoire globale et organisations internationales », in Les Cahiers d’histoire. Revu (...)

4En examinant la circulation des femmes, des hommes et des idées, en particulier celle « d’accompagnement des publics », cette partie s’inscrit dans une approche globale de l’histoire des musées permettant de rompre avec une histoire des musées qui privilégie l’approche monographique ou centrée sur les spécificités nationales. Certains travaux s’intéressant à la souveraineté des États visent à montrer que les évolutions conceptuelles internationales sont dominées par le pouvoir des idées2. L’analyse des liens entre groupes professionnels a été de son côté récemment enrichie par des travaux de sociologie, qui montrent que l’interdépendance des groupes professionnels repose sur l’activation de capacités d’observation au niveau international3. Des travaux de sciences politiques, centrés sur la façon dont les différents groupes sociaux entrent en interaction, sont aussi utiles. La perspective sur les « communautés épistémiques4 » nous semble ici féconde5. Les idées relèvent de notions et de croyances qui influencent les actions et attitudes des individus et institutions muséales. Ces idées peuvent être positives (reposant sur des preuves tangibles et vérifiables), normatives (déterminant comment devrait être le monde) ou instrumentales (portant souvent sur la stratégie ou les moyens à choisir pour atteindre les objectifs souvent teintés de volontarisme)6.

Notes

1 Pour la citation et l’analyse de ce transfert : A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, Paris, La Documentation française, 2010, p. 21-22.

2 D. Philpott, Revolutions in Sovereignty. How Ideas Shaped Modern International Relations, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2001.

3 Pour une perspective dans ce sens, cf. L. Hénaut, « Capacités d’observation et dynamique des groupes professionnels. La conservation des œuvres de musées », art. cit.

4 P. M. Haas, « Epistemic Communities and International Policy Coordination », International Organization, vol. 46, n° 1, 1992, p. 1-36 ; P. M. Haas, R. O. Keohane, M. A. Levy (dir.), Institutions for the Earth : Sources of Effective International Environmental Protection, Cambridge, MA, MIT Press, 1992.

5 P. A. Hall (dir.), The Political Power of Economic Ideas. Keynesianism Across Nations, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1989.

6 T. G. Weiss, « Histoire globale et organisations internationales », in Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, dossier « Pourquoi l’histoire globale ? », n° 121, 2013, p. 107-126.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site