Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Travailler au musée

 | 
Odile Join-Lambert

Préface

Pierre-Michel Menger

Texte intégral

1Le système d’action qu’ont progressivement forgé les politiques culturelles publiques des sociétés démocratiques a été bâti sur quatre objectifs majeurs : entretenir le patrimoine, former les professionnels et les praticiens amateurs des arts, soutenir la production artistique, et démocratiser la consommation culturelle, socialement et géographiquement, en convoyant les œuvres vers les publics les plus divers, en inventant de nouvelles modalités d’accès aux œuvres et en élargissant la définition même de la culture qu’il s’agit de promouvoir et de diffuser. Les deux fonctions qui forment le centre de gravité de ce système et qui absorbent la majorité des crédits publics sont la conservation du patrimoine et le soutien à la production et à la diffusion artistiques. Ce sont elles, et elles d’abord, qui peuvent procurer simultanément visibilité, légitimité et prestige à l’action culturelle publique.

2L’expansion des politiques culturelles a permis d’augmenter considérablement l’offre culturelle en Europe. A-t-elle permis d’accroître la demande dans des proportions identiques ou approchantes ? La réponse est positive pour tout ce qui touche au patrimoine culturel et à sa fréquentation. Les musées se sont multipliés, la définition même des patrimoines à mettre en musée a été considérablement élargie, et l’offre muséale a évolué, avec la diversification des modalités et des tarifications d’accès, l’élargissement des collections, la multiplication des expositions temporaires et les nombreuses formules événementielles de célébration des patrimoines. Partout en Europe, les publics qui fréquentent les musées sont aujourd’hui beaucoup plus nombreux, et plus divers socialement et géographiquement. Les musées ont aussi connu leur « tournant commercial » (Bayart, Benghozi, 1993), et sont devenus un élément central du tourisme culturel, dont le poids économique a spectaculairement augmenté dans le dernier demi-siècle. Les musées ont enfin été conçus comme une cible privilégiée de l’effort de démocratisation culturelle, et sont devenus, plus que tout autre institution culturelle, des sites d’innovation volontariste, pour les actions de familiarisation éducative avec la culture.

3Depuis les années 1980, historiens, économistes, chercheurs en gestion et sociologues se sont beaucoup intéressés aux musées : à leur genèse, à leur évolution depuis le xixe siècle, à leur modèle d’affaire, aux interactions entre le marché de l’art et l’action de consécration esthétique des musées, à leurs personnels, et, tout particulièrement, parmi ceux-ci, aux professionnels de la conservation, et, dans l’art contemporain. La sociologie de la culture avait déjà, dès les années 1960, identifié les musées comme un terrain d’élection pour enquêter sur les publics de la culture et sur les inégalités sociales dans la consommation des biens et des services culturels. Cessant d’être simplement spéculative ou programmatique, l’étude des publics et celle des dispositifs et des tactiques de familiarisation et de communication pédagogique élaborés par les établissements muséaux a de fait été à l’origine même des premières avancées théoriques et empiriques marquantes de la sociologie de la culture, avec le travail pionnier de Pierre Bourdieu, Alain Darbel et leur équipe de chercheurs et statisticiens, qui déboucha sur la publication de l’Amour de l’art (1969). Une nouvelle sociologie de la culture est née alors, fondée sur le travail d’enquête et sur l’analyse statistique de données empiriques recueillies par ces enquêtes.

4Qu’en est-il des connaissances sur les services des musées qui font métier d’attirer, d’accueillir, d’informer, d’orienter, de former, de cultiver et d’instruire leurs publics des musées, sur leurs personnels ? Que sait-on des missions de ces services et de leurs personnels, de leur position dans l’établissement muséal, de leurs moyens et du marché externe des prestations de services de professionnels indépendants et vacataires (conférenciers, animateurs, pédagogues) auxquels ont recours les musées ? L’histoire des pratiques d’accompagnement pédagogique de la fréquentation des musées et celle de l’organisation éducative de l’éveil scolaire aux œuvres et à leurs contenus selon divers protocoles ont près d’un siècle. S’agissant des personnels, comme l’a montré Aurélie Peyrin (2010), une double filière s’est progressivement constituée, celle des intervenants indépendants, à qui était consenti un monopole sur les visites-conférences des musées, puis celle des services de relations avec les publics, créés dans les musées, à la faveur de la croissance et de la rationalisation des organisations muséales. Nous savons aussi qu’au sein des établissements, la primauté de l’expertise scientifique détenue par les conservateurs, pour ce qui concerne les dimensions essentielles de l’offre muséale, n’a conféré à l’activité de médiation qu’une légitimité subalterne. On trouvera, dans la très riche bibliographie et dans l’important appareil de notes du présent ouvrage, toutes les références utiles aux travaux issus de ces vagues successives d’intérêt de la science sociale pour les musées.

5En revanche, comme l’indique Odile Join-Lambert, les comparaisons internationales sont plus rares. En déployant ici une très attentive comparaison franco-britannique, Odile Join-Lambert propose, à partir de la question majeure de la vocation formatrice et éducative des musées, une sociologie de l’organisation muséale, avec ses filières de recrutement, ses systèmes d’emploi, compte tenu des choix très différents qui ont été faits en France et en Grande-Bretagne, pour inclure, ou non, les personnels des musées dans la sphère publique.

6Pourquoi ces deux pays conçoivent-ils différemment la mission éducative des musées ? Ce questionnement constitue le fil directeur du livre. Pour la période qu’analyse Odile Join-Lambert, l’entre-deux-guerres, puis l’après-guerre, de 1946 à 1981, c’est d’abord une étude des acteurs et des facteurs de la constitution, puis de l’évolution de la doctrine éducative des musées qui est construite. Au départ, la mission éducative apparaît centrale dans la conception britannique (et aussi états-unienne) des musées, alors qu’elle ne figure pas au premier plan des préoccupations des acteurs clés de l’organisation et de l’expansion des musées publics en France. L’analyse historique fait ensuite apparaître de progressives convergences liées aux échanges entre les deux pays, mais aussi à la formation d’une doctrine internationale des missions des musées. C’est en effet après-guerre, nous montre Odile Join-Lambert, qu’entrent en scène les concertations entre les responsables des trois grands pays leaders en matière muséale, États-Unis, France et Royaume-Uni, et qu’apparaît l’action d’organisations internationales, au premier rang desquelles figure l’International Council of Museums (créé en 1947). Des doctrines nouvelles y sont élaborées, sous l’influence prééminente des États-Unis, dans un premier temps. Il n’est pas si aisé de déterminer comment les structures internationales peuvent infléchir les doctrines nationales, puisque les musées sont des organisations ancrées dans des systèmes nationaux d’emploi et d’allocation de personnels, de moyens et de missions. Odile Join-Lambert retrace, à partir de l’exploration des archives, et par le séquencement des évolutions doctrinales, l’inflexion des philosophies muséales nationales, dont le crédit peut être attribué, mais pour une part seulement, à la formation d’une culture internationale des priorités éducatives.

7On voit ainsi que la vocation éducative des musées est une cause et un effet de leur consolidation organisationnelle : c’est autour de cette mission que se créent les boucles d’auto-renforcement de la légitimité sociale et économique des musées. En sociologue et historienne, Odile Join-Lambert nous décrit les divers plans du développement de cette mission des musées, en décomposant les facteurs qui déterminent les différences entre la situation française et la situation britannique. Il y a les systèmes politiques et les cultures des deux nations, il y a les mouvements d’idées, et les convictions et innovations soutenues par des figures influentes de l’économie et des arts. Il y a aussi la répartition des tâches et la division du travail entre les diverses catégories de personnels clés des musées, et il y a les zones d’expertise que contrôlent ceux-ci : les personnels de conservation des collections britanniques se sont souciés très tôt de la mission éducative de leurs musées, alors que les conservateurs français ont d’abord été attentifs à la « technique et à l’excellence scientifique d’explication des collections à un public éclairé et éduqué », pour citer Odile Join-Lambert.

8Telle était la situation établie dès les années 1930, et tel est donc le premier socle de la distinction entre les deux pays. Sur cette base, l’enquête permet ensuite de retracer et d’expliquer les tendances ultérieures de persistance des différences, mais aussi de convergence partielle entre les deux conceptions des missions muséales et entre leurs systèmes d’action.

9Les conservateurs de musée ne sont pas les seuls héros du livre. Au long de l’ouvrage, un fil vertical est tendu entre les deux extrémités de la hiérarchie des emplois qui, dans les musées, sont orientés, à des degrés divers, vers les publics : ceux des conservateurs et conservatrices, ceux des gardiens et gardiennes des musées. Que nous dit cette polarité des emplois et quelle perspective adopter sur elle, depuis le point de vue des publics fréquentant les salles de musées ? La sociologie critique récuse habituellement l’évidence indiscutée des hiérarchies sociales, fonctionnelles et organisationnelles. Dans sa version interactionniste, que mobilise aussi Odile Join-Lambert, cette impatience critique à l’égard des hiérarchies vaut ressort de questionnement : c’est l’argument fameux de Everett Hughes, selon lequel « on en apprendra peut-être autant sur les métiers prestigieux en leur appliquant les concepts qui viennent naturellement à l’esprit quand on étudie les métiers les moins prestigieux, qu’en appliquant à d’autres métiers les idées développées à propos des professions les plus valorisées » (Hughes, 1997, p. 80 ; voir aussi Menger, 2013). Pour Hughes et pour les sociologues de l’École de Chicago, il s’agissait de récuser la justification fonctionnaliste du prestige des « professions » (dans la définition anglo-saxonne de cette catégorie, dont un équivalent approximatif est à chercher dans nos « professions libérales »), et de faire pivoter l’analyse de l’autorité sociale des « professions ».

10Au lieu d’attribuer la légitimité de celles-ci à la rareté des savoirs mis en œuvre, à la valeur sociale et économique d’un monopole d’exercice, et à l’organisation collective du contrôle de la pratique et de l’engagement de responsabilité, l’interactionnisme symbolique fait du prestige un moyen que peuvent employer les professionnels pour renforcer aussi la valeur de leur monopole, et pour entretenir la distance valorisante avec les autres catégories de professions. Ici, l’argument est appliqué aux deux métiers qui, dans des conditions différentes, ont affaire au public des musées. Les conservateurs s’occupent de la gestion des collections, et de la production des savoirs qui servent à éclairer les publics sur les œuvres, sur leur identité, sur leur genèse, sur leur position dans l’histoire des arts et sur leur contenu et leur valeur esthétiques. Les gardiens, de leur côté, surveillent les salles et le public, interdisent les conversations bruyantes, la prise de nourriture ou l’agitation dans les salles, mais ne détiennent aucune des fonctions de guide ou de conférencier, qui, elles, mobilisent des personnels spécialisés.

11Examinons avec Odile Join-Lambert ces deux pôles. Le corps des conservateurs a été consolidé par sa professionnalisation. Celle-ci opère, en France, par l’organisation du recrutement à la fonction, par la hiérarchisation des établissements et par la stratification interne du groupe, à partir de la distinction entre les conservateurs nationaux et territoriaux. Et le mouvement de professionnalisation se déclenche et se renforce sous l’action d’une fraction qui promeut la nature scientifique de l’expertise détenue, en intellectualisant le rôle professionnel. Cette fraction se place en position d’élite professionnelle, pour augmenter la valeur distinctive des compétences qu’elle met en avant et qu’elle s’emploie à renforcer. Mais le groupe professionnel des conservateurs n’est pas homogène. Des travaux comme ceux de Sylvie Octobre (1999), largement cités dans l’ouvrage, ont fait apparaître une tension principale dans l’exercice du métier de conservateur : celle qui oppose les tâches « scientifiques », valorisantes et susceptibles de procurer une réputation personnelle à qui les exerce, et les tâches managériales, chronophages, peu prisées, et pourtant de plus en plus importantes dans une période où les musées sont devenus des organisations plus complexes. Il faut du reste se demander si ces activités managériales n’ont pas elles-mêmes connu un rehaussement de prestige, du moins dans les grands musées qui sont aujourd’hui des organisations plus complexes. S’agissant de la mission éducative des musées, la contribution des conservateurs doit-elle être seulement considérée en fonction du monopole qu’ils et elles détiennent sur l’expertise scientifique au sein des établissements, ce qui conduirait à assimiler cette mission à une variante de la tâche d’enseignement, fondée sur la transmission de savoirs détenus par des experts ? Mais cette conception a été partiellement battue en brèche avec l’invention d’une grande variété de tactiques de familiarisation avec la culture savante qui sont rassemblées sous le vocabulaire commode d’animation, et avec la mise en relation des musées avec une grande diversité d’acteurs et d’organisations externes chargés de missions éducatives en contractant avec les musées.

12Déplaçons-nous vers l’autre pôle. Se pourrait-il, demande Odile Join-Lambert, qu’au sein même des musées, les gardiens prennent en charge une partie de ces missions ? Ici, la dimension d’analyse n’est plus celle de la comparaison internationale : en France et en Grande-Bretagne, la polarité des emplois muséaux orientés vers les publics est en effet identique. La comparaison entre les deux pays place surtout la différence du côté de la formation et des missions des conservateurs. C’est la leçon de la comparaison qui est recentrée sur le cas des deux grands musées que sont le Louvre et le British Museum, dans la troisième partie du livre. Les conservateurs britanniques sont formés en université, les Français viennent principalement de l’École du Louvre, dans la période étudiée par Odile Join-Lambert. La sensibilité aux missions éducatives est mieux assurée chez les premiers, le primat de la recherche et de l’expertise scientifique est arrimé à la formation sélective et homogène des seconds. En revanche, dans les deux pays, la position des gardiens dans l’organisation est identique. Même si les emplois ne sont pas juridiquement constitués ni gérés de la même manière en France et en Grande-Bretagne, la hiérarchie fonctionnelle est similaire. Et ce ne fut pas davantage dans les organisations internationales où se discutent les affaires muséales que la capacité de débattre de la relation avec les publics pouvait inclure la définition des missions des gardiens.

13L’argument d’Odile Join-Lambert est donc différent et d’ordre contrefactuel : qu’adviendrait-il si les gardiens devenaient des acteurs à part entière de la gestion des relations avec les publics ? Il faudrait que les gardiens de musée soient admis à se comporter comme un corps professionnel disposant d’un statut, ce qui, en France, est advenu très progressivement, et qu’ils parviennent à élever leur position non pas par la simple revendication de l’amélioration de leurs conditions de travail et de rémunération, mais encore par celle d’un enrichissement des tâches qui modifie la chaîne de l’allocation des responsabilités et des compétences, au sein de l’organisation muséale, et qui modifie par conséquent le périmètre des « juridictions » professionnelles respectives des conservateurs et des gardiens. Tel n’a pas été le cas, dans la période étudiée par le livre. En revanche, comme l’indique l’auteure dans son introduction, des changements interviendront à partir des années 1980 et 1990, rendant notamment possibles des mobilités de carrière pour les gardiens. Mais la question que suggère l’attention portée par Odile Join-Lambert à la position des gardiens dans l’organisation muséale est celle-ci : le musée avait-il une rigidité fonctionnelle d’autant plus forte que les détenteurs de l’expertise scientifique – les conservateurs – sont en mesure d’occuper les positions clés tout à la fois dans la politique scientifique et artistique et dans la gestion managériale des établissements ? Pour répondre complètement, il importerait aussi de faire apparaître les acteurs situés entre les deux extrémités de la hiérarchie, et de connaître leurs propres capacités d’action et de négociation.

14Le livre d’Odile Join-Lambert, sociologue experte du travail dans le secteur public, peut se lire aussi comme une comparaison entre deux systèmes d’emploi dans les musées. En France, les métiers et emplois des musées publics sont insérés dans la sphère publique, après-guerre, et organisés en corps et statuts. Dans le cas britannique, ils sont essentiellement placés hors de la sphère publique, et leur gestion est fondée sur la culture et la pratique de la relation contractuelle de droit privé. Odile Join-Lambert souligne cependant aussi qu’à partir de points de départ divergents, France et Grande-Bretagne inventent des modèles de « service public » de la culture qui sont, à la fin de la période étudiée, plus proches que ne pourrait le suggérer la distinction entre la culture politico-administrative et juridique française du service public et la pratique contractualiste britannique. Les fonctionnaires français apprennent de leurs collègues britanniques, pendant la période où le civil service britannique est jugé plus efficace que le service public français. Mais des différences persistent, et le lecteur pourra chercher dans la matière du livre d’Odile Join-Lambert de quoi vérifier jusqu’à quel point l’organisation des formations, des recrutements et des emplois dans les musées exerçant des missions d’intérêt public expliquent, par-delà les différences de culture et de conception de la sphère publique, l’approche contrastée du rôle et des bénéfices éducatifs des musées.

15Même si de nombreux aperçus sur l’évolution récente des musées et sur l’organisation du travail de leurs personnels sont fournis dans l’introduction et dans le cours du livre, le travail d’enquête d’Odile Join-Lambert s’arrête au début des années 1980. Dans cette décennie des années 1980, des transformations en cascade vont intervenir dans la politique culturelle des deux pays, avec leur retentissement sur une population sans cesse plus diverse d’organisations muséales de statut, d’objet, de taille et de moyens très variés. En France, le nouvel élan pris par la politique culturelle, avec le doublement du budget du ministère au début de la fameuse ère Lang, et avec l’implication croissante des collectivités territoriales dans l’action culturelle publique, a déclenché tout à la fois une accélération et une diversification de la politique patrimoniale, une rivalité entre les objectifs de démocratisation et de démocratie culturelle (Menger, 2010) et une transformation de l’action muséale. Un environnement plus complexe d’acteurs et d’organisations a émergé, notamment pour la production de services d’éducation et, pour employer le vocabulaire qui s’impose alors pour nommer toute une technologie sociale et organisationnelle nouvelle ou nouvellement consacrée, d’animation et de médiation. Souhaitons qu’Odile Join-Lambert nous livre bientôt son analyse de ces transformations, tant l’appareil analytique qu’elle a construit pour l’étude de la période antérieure apparaît robuste.

Bibliographie

D. Bayart, P.-J. Benghozi, Le tournant commercial des musées en France et à l’étranger, Paris, La Documentation française, 1993.

P. Bourdieu, A. Darbel, avec D. Schnapper, L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leurs publics, Paris, Minuit, 1969.

E. Hughes, Le regard sociologique, trad. fr., Paris, Éditions de l’EHESS, 1997.

P.-M. Menger, « Les politiques culturelles dans le temps et dans l’espace européens. Modèles et évolutions », in É. Barnavi, M. de Saint-Pulgent (dir.), Cinquante ans après : culture, politique et politique culturelle, Paris, La Documentation française, 2010, p. 45-73.

P.-M. Menger, « La dramaturgie sociale du travail. Une conception interactionniste de la stratification », in M. Perrenoud (dir.), Les mondes pluriels de Howard S. Becker, Paris, La Découverte, 2013, p. 207-237.

S. Octobre, « Profession, segments professionnels et identité. L’évolution des conservateurs de musées », Revue française de sociologie, 1999, vol. 40, n° 2, p. 357-383.

A. Peyrin, Être médiateur au musée. Sociologie d’un métier en trompe-l’œil, Paris, La Documentation française, 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site