Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Représentations

Deux expériences contrastées de cathédrales anglicanes face au Blitz de l’automne 1940 : Coventry et Saint-Paul de Londres

Antoine Capet

Texte intégral

1Tous les ouvrages illustrés parus depuis l’époque des événements jusqu’à aujourd’hui concernant les bombardements allemands de l’automne 1940 sur le Royaume-Uni contiennent deux passages obligés : les photographies des cathédrales anglicanes Saint-Michel de Coventry1 et Saint-Paul de Londres2. Mais ils ne présentent pas d’images de leur destruction, ni même des dommages qui leur sont infligés. Le contraste entre les deux édifices est en effet total – et exploité ensuite à dessein –, malgré l’analogie apparente de la brutalité des bombardements qu’elles ont subis à six semaines d’intervalle. En fait, ce sont trois images qui ont fait le tour du monde à l’époque, avec des interprétations diverses que nous allons examiner dans un premier temps, car, aux deux photographies qui expriment parfaitement le sort radicalement opposé qui leur a été réservé, il convient d’en ajouter une troisième, prise pendant l’incendie du quartier3, démontrant sans conteste que Saint-Paul n’a pas échappé à la tourmente – « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire », nous rappelle Corneille : ce ne fut pas le cas de Saint-Paul, ce qui autorise dès lors l’exploitation idéologique de sa survie présentée comme miraculeuse. Dans le cas de Coventry, une tout autre exploitation idéologique eut lieu, avec une accélération du processus jusqu’à nos jours. C’est de ces expériences contrastées sur la longue durée qu’il sera donc question ici. La chronologie impose de commencer par Coventry, qui reste aujourd’hui à la fois au centre d’une controverse anglo-anglaise et d’une démarche de réconciliation anglo-allemande.

2Selon l’Oxford English Dictionary, le Daily Express est le premier journal à avoir utilisé le substantif Blitz le 9 septembre pour désigner les bombardements massifs sur Londres qui ont commencé l’avant-veille. Cela ne veut pas dire que les villes de province, notamment les ports, sont épargnées. D’ailleurs, Coventry fait l’objet de bombardements à seize reprises à partir du début du mois d’octobre. Mais pour ce qui est de la durée et de la puissance aérienne déployée, il n’y a rien de comparable jusqu’au 14 novembre, date à laquelle Coventry est la première ville de province à être « blitzée » (blitzed), selon le néologisme introduit à l’époque par les Britanniques et qui est resté dans leur langue.

  • 4 Voir le dernier ouvrage paru sur la question : Jeremy Gould & Caroline Gould, Coventry: The Making (...)

3Pourquoi Coventry ? Comme beaucoup de villes médiévales des Midlands, elle avait décollé avec la révolution industrielle pour devenir un centre urbain de taille moyenne, à l’échelle de l’Angleterre, avec près de 240 000 habitants lors de l’entrée en guerre4. La population était en grande partie employée dans la construction mécanique, notamment la fabrication de moteurs d’avion et la production de véhicules, en pleine expansion en 1939. Devenue capitale britannique de l’automobile, Coventry est alors reconvertie dans les matériels militaires de transports et de blindés. Une usine de construction aéronautique fonctionne dans le faubourg de Whitley – des bombardiers baptisés du nom de cette localité où ils sont assemblés, les Armstrong Whitworth Whitley, ont même été utilisés contre l’Allemagne. Les Allemands étaient de ce fait parfaitement fondés à avancer que la ville constituait une cible militaire légitime. Étant donnée la configuration de ces vieilles cités industrielles britanniques, il n’y avait guère de démarcation entre centre-ville historique, zones d’habitation et emplacement des usines : tout y était plus ou moins imbriqué.

  • 5 Churchill consacre un chapitre entier à « The Wizard War » dans le deuxième volume, Their Finest Ho (...)
  • 6 Les ouvrages – d’une qualité variable, allant du scientifique au sensationnel – sur le centre ultra (...)

4La controverse interne à l’Angleterre porte sur la responsabilité des autorités britanniques et de celle de Churchill en particulier. Il faut ici ouvrir une brève parenthèse sur ce que Churchill lui-même a appelé dans ses Mémoires « la guerre des professeurs Nimbus », celle des scientifiques spécialistes de l’électronique naissante qui ont proposé des applications à leurs théories, parfois farfelues, mais souvent avec succès5. Celles-ci sont à l’origine du radar, encore balbutiant, des Britanniques et du radio-guidage des avions, que les Allemands croyaient maîtriser en 1940. Seulement, les services britanniques en avaient percé le principe et l’un de leurs « professeurs Nimbus » avait trouvé le moyen de faire légèrement et discrètement dévier le rayon de guidage : ainsi, de nuit, les avions larguaient leurs bombes sur les campagnes environnantes au lieu des villes visées. La controverse porte sur le dilemme qu’aurait connu le gouvernement britannique dans l’après-midi du 14 novembre, après que les radars avaient détecté une concentration de bombardiers allemands faisant cap sur les Midlands, et peut-être même plus précisément sur Coventry. Les détracteurs de Churchill continuent d’écrire que celui-ci, averti, aurait décidé de sacrifier la ville pour ne pas révéler aux Allemands que les Britanniques possédaient à la fois des radars finalement assez perfectionnés et les moyens de détourner leur radio-guidage. Rien dans les documents existants ne permet d’étayer cette accusation que Churchill, comme on peut l’imaginer, a toujours répudiée avec véhémence. On a même parlé de sa volonté de protéger le secret du déchiffrage des codes allemands que les Britanniques auraient alors réussi à percer, ce qui est un anachronisme en novembre 1940, leurs premiers résultats en la matière restant fragmentaires, lacunaires et le plus souvent inutilisables6.

  • 7 Martin Gilbert fait excellemment le point dans sa biographie de Churchill, Winston S. Churchill, vo (...)

5La réalité, c’est que le renseignement britannique avait appris que les Allemands préparaient un bombardement de grande ampleur7, codé « sonate au clair de lune » (Mondschein Sonate), ce qui pouvait indiquer qu’il aurait lieu à partir de la période de pleine lune commençant le 15 novembre. Et le terme de « sonate » avait été interprété comme laissant prévoir trois objectifs, à l’instar des trois mouvements que comporte cette forme musicale. En fait, l’attaque a eu lieu le 14, et sur une seule cible.

  • 8 Les experts de la règle à calcul font remarquer une sinistre similitude qui tourne autour du nombre (...)

6Ce soir-là, à 19 h 20, les premières escadrilles larguent des fusées éclairantes au-dessus des toits du centre-ville pour guider la vague d’avions chargés de bombes incendiaires. L’une de celles-ci touche la cathédrale vers 20 h. Les bâtiments environnants ont déjà pris feu ; les pompiers sont d’autant plus impuissants que les conduites d’eau ont été éventrées et qu’il n’y a plus d’électricité pour les pompes. Les bombes explosives de la troisième vague parachèvent la tâche8. À minuit, la toiture de la cathédrale était entièrement effondrée, de même que des pans de mur entiers. Seuls restent debout la tour et les murs entourant le chœur. Dans la ville, 4 300 logements sont rasés ; quant aux usines, on estime qu’un tiers est irréparablement détruit, un tiers gravement endommagé et un tiers touché sans gravité. Mais il n’y a bien sûr qu’une seule cathédrale.

  • 9 « Father, forgive them; for they know not what they do ». Luc, 23,34. Authorised Version of the Bib (...)
  • 10 On y voit le roi en conversation avec l’évêque (de dos) et le maire de Coventry. Le ministre de l’I (...)
  • 11 Modèle postérieur visible sur http://www.coventrycathedral.org.uk/ccn/about-us-2/

7Des deux côtés, la propagande s’empare immédiatement de l’émoi considérable que suscite cet acte de destruction. Dès le 16 novembre, la Birmingham Gazette, publiée dans la ville voisine, titre avec exagération : « Coventry : notre Guernica ». Du côté allemand, Goebbels se rengorge. Il semble que c’est lui qui ait fièrement inventé le verbe coventrieren. Les Britanniques s’emparent du mot pour forger celui de Coventration, symbole de la barbarie des « Huns » qui ne respecte rien, pas même les monuments de la chrétienté. Dans cet esprit, le prévôt de l’évêché, le révérend Dick Howard (1884-1981), fait aussitôt graver derrière le chœur « Mon père, pardonnez-leur » (Father Forgive), référence explicite, pour de nombreux Britanniques à l’époque, à l’une des dernières paroles de Jésus sur la croix9. Sur un plan plus politique, mais qui relève toujours de l’émotionnel, on dépêche le roi sur les lieux deux jours après. Pour souligner l’esprit de solidarité qui prévaut à sa venue, il est précisé qu’il fera un repas froid avec les sandwiches qu’il aura lui-même apportés. L’illustrateur Fred Roe, très célèbre à l’époque, immortalisera ensuite cette scène dans un « chromo »10. En janvier 1941, le prévôt de l’évêché fait construire un autel de fortune à partir des débris et installer une croix rudimentaire constituée de morceaux de charpente calcinés. Il assemble également une autre croix à partir de clous tombés des poutres, qu’il baptise « croix de clous »11. C’est la première d’une série qui a eu un avenir considérable après la guerre (voir infra).

  • 12 Et pourquoi il ne consacre dans ses Mémoires que deux minces paragraphes au bombardement de Coventr (...)
  • 13 Churchill avec l’évêque à sa droite et le maire de Coventry à sa gauche, le 26 septembre 1941 : pho (...)

8On a tenté d’expliquer, sans grande force de conviction, pourquoi Churchill a tant tardé à venir visiter les lieux12, alors qu’il ne manquait jamais une occasion de dénoncer la sauvagerie des « Huns » : il attend en effet la fin septembre 1941 pour aller constater les dégâts13. On a dit que c’était parce que le Parti communiste britannique (CPGB) était remarquablement bien implanté chez les « métallos » de Coventry. Or celui-ci s’opposait avec véhémence à la « guerre impérialiste » et à son héraut Churchill – persona non grata, donc, dans ces ateliers jusqu’à l’offensive allemande contre l’URSS en juin 1941. Quoi qu’il en soit, désormais allié de Staline depuis l’été, Churchill est acclamé au cours de sa tournée-éclair par les ouvriers de l’usine Armstrong Whitworth de Whitley – où le CPGB est particulièrement puissant –, qu’il visite après avoir parcouru les ruines de la cathédrale. L’explication est plausible, à défaut d’hypothèses plus étayées.

  • 14 Osée, 8,7.
  • 15 Propos du 27 juin 1943, publiés par la suite dans les carnets de son interlocuteur et reproduits da (...)

9Tout au long de la guerre, le bombardement de Coventry et de sa cathédrale a bien sûr servi de justification aux destructions des villes allemandes, notamment au nom de l’adage d’origine biblique, « Qui sème le vent récolte la tempête »14. Cependant – nous y reviendrons bientôt –, l’argument ne tient plus après Dresde. En fait, dès juin 1943, tandis qu’on projette devant lui des images de destruction filmées par la Royal Air Force en Allemagne, Churchill s’exclame : « Sommes-nous donc des bestiaux ? Est-ce que nous n’allons pas trop loin ?15 »

10Le conflit larvé entre Churchill et les chefs de l’aviation éclate à la suite de la destruction de Dresde dans la nuit du 13 au 14 février 1945. Après avoir reçu les rapports complets de cette opération, il signe le 28 mars une note aux chefs d’état-major qui emploie des mots très durs que Portal, commandant en chef de l’armée de l’air, lui demande de retirer :

  • 16 Ibid., p. 1257.

« Il me semble que le moment est venu de remettre en cause le bombardement des villes allemandes avec pour seul but d’accroître la terreur même sous d’autres prétextes […]. La destruction de Dresde soulève de sérieuses questions contre la mise en œuvre des bombardements alliés […]. Il m’apparaît nécessaire de se concentrer plus précisément sur des objectifs militaires, comme le pétrole et les communications derrière la zone de bataille immédiate, plutôt que sur de simples actes de terreur et de destruction aveugle, aussi impressionnants soient-ils »16.

  • 17 Triumph and Tragedy, p. 622.

11Le lendemain, Portal lui fait valoir que le but n’a jamais été de « terroriser la population civile de l’Allemagne », et Churchill accepte de faire disparaître le mot « terreur » de la note, finalement diffusée le 1er avril. Neuf ans après, dans le dernier volume de ses Mémoires, Churchill ne donne que la version expurgée, sans parler de la première, et il expédie la destruction de Dresde en une phrase : « Tout au long de janvier et de février, nos bombardiers continuèrent leur offensive, et nous fîmes au cours du deuxième mois un raid important sur Dresde, alors centre de communications sur le front oriental de l’Allemagne »17. Tous ces éléments aident à comprendre les phases ultérieures de comparaison, puis de réconciliation entre Coventry et Dresde.

  • 18 364 pieds, soit 111 mètres. La course actuelle à la hauteur (1 004 pieds, soit 306 m, pour le Shard(...)
  • 19 Sur la valeur d’emblème, voir notre chapitre « Saint-Paul brûle-t-il ? Blitz et propagande britanni (...)

12Le Blitz sur Londres entamé le 7 septembre 1940 continue ensuite. On sait aujourd’hui qu’Hitler reporte l’invasion maritime sine die le 17 septembre et qu’il met fin définitivement à l’opération Otarie (Seelöwe) le 12 octobre, fondant désormais tous ses espoirs sur une demande de grâce qui n’est jamais venue : la bataille d’Angleterre est gagnée, mais on ne le sait pas encore, d’autant que la première phase du Blitz se poursuit pendant 57 nuits sans discontinuer. Les brumes de novembre laissent enfin quelques nuits de répit, mais l’offensive de terreur aérienne ne cesse pas définitivement pour autant. Pour l’année 1940, elle culmine sur Londres dans la nuit du 29 au 30 décembre. On a dit que 100 000 bombes, notamment incendiaires, avaient été larguées sur ce que les Londoniens appellent The Square Mile, c’est-à-dire tout le vieux quartier des milieux financiers implantés autour de la Banque d’Angleterre, mais aussi la ville historiquement indépendante du pouvoir royal, la célèbre Cité de Londres, où la chrétienté avait établi un évêque au septième siècle, avec sa cathédrale consacrée à Saint-Paul l’Apôtre. Plusieurs édifices s’étaient succédé jusqu’au grand incendie de Londres de 1666, dont les flammes avaient totalement ravagé la construction. Il avait alors été fait appel au grand architecte Christopher Wren pour construire une cathédrale monumentale, qui est restée jusqu’en 1962 le plus haut bâtiment de Londres18, grâce à son dôme imposant devenu son emblème19.

13Cette nuit de fin décembre 1940 est immédiatement assimilée au « second grand incendie de Londres ». Mais cette fois la cathédrale survit « miraculeusement » aux flammes qui ravagent tout ce qui l’entoure. Pourquoi ? Les croyants l’interprètent comme la main de Dieu arrêtant l’œuvre du diable, en l’occurrence Hitler, dans une sorte de retournement du « Gott mit uns » des Prussiens. De même, on rappelle le sort de l’« Invincible armada » espagnole de 1588, détruite en abordant les côtes par une terrible tempête qui est présentée comme ayant été voulue par le Tout-puissant pour préserver l’Angleterre. En réalité, dès le début du Blitz, Churchill a perçu la valeur de symbole du dôme de la cathédrale, que l’on qualifierait aujourd’hui d’« iconique », et qui incarne à sa façon le patrimoine londonien hérité des Anglo-Saxons. L’édifice semble se dresser dans toute sa majesté, comme pour toiser de haut Hitler, représenté alors dans toutes les caricatures britanniques comme un minable avorton.

14Il y a eu en effet des alertes précédentes, certaines très chaudes. Dès le 12 septembre, une bombe à retardement de forte puissance était tombée dans la cathédrale. Deux démineurs du génie avaient risqué leur vie pour la désamorcer sur place, avant qu’on ne la fasse exploser ensuite dans un lieu désert, produisant alors un cratère de trente mètres de diamètre, de quoi faire sauter tous les murs de l’édifice. Pour ce fait de bravoure, la patrie reconnaissante a décerné la toute récente Croix de Georges (George Cross) à ces démineurs. Le 10 octobre, une bombe de 500 kg était tombée sur le chœur, détruisant le maître-autel. Les autorités avaient immédiatement censuré l’information et procédé sur-le-champ aux réparations nécessaires : il ne fallait pas saper le moral de la population en lui faisant savoir que Saint-Paul n’était pas invulnérable.

  • 20 C’est un peu l’équivalent de notre Ordre des architectes
  • 21 On évalue le poids du dôme à 65 000 tonnes, réparties sur une ceinture reposant sur huit piliers co (...)

15La propagation de l’incendie par les bâtiments alentour, comme en 1666, restait le danger principal. Churchill avait donné l’ordre de concentrer toutes les équipes de pompiers sur la cathédrale, en cas de menace sur elle, au détriment des constructions environnantes. La valeur patrimoniale et architecturale de l’édifice avait suscité un appel au volontariat au sein du Royal Institute of British Architects20. Celui-ci connut un succès qui allait au-delà de toute espérance, et des écrivains et intellectuels se portèrent également volontaires, le plus célèbre étant le poète John Betjeman (1906-1984), grand défenseur du patrimoine architectural. Les architectes avaient un grand avantage : ils savaient reconnaître les emplacements porteurs de la structure21, auxquels il faudrait bien sûr donner l’absolue priorité. Tous ces bénévoles couchaient sur place, dans la crypte, se relayant par quarts pour faire le guet dans tous les endroits de la cathédrale, y compris sur les toits.

  • 22 « Une » du Daily Mail du 31 décembre 1940 visible notamment sur : https://iconicphotos.org/2010/11/ (...)
  • 23 « Une » de la Berliner Illustrierte Zeitung, 21 Januar 1941 (site l’Argonnaute, université de Nante (...)

16Dans cette nuit mémorable du 29 au 30 décembre, les équipes de pompiers et de bénévoles réussirent à circonscrire l’embrasement du quartier pour épargner la cathédrale. Publiée dans le Daily Mail du 31 décembre, devenue célébrissime par la suite22, la photo de l’édifice derrière les flammes est présentée comme celle « que toute la Grande-Bretagne va chérir – car elle symbolise l’inébranlable fermeté de Londres face à l’ennemi : celle du droit contre le mal » (one that all Britain will cherish – for it symbolises the steadiness of London’s stand against the enemy: the firmness of Right against Wrong). Le cliché, pris depuis le toit du journal par le grand photographe Herbert Mason, reçoit une légende sans nuance : « La plus forte image de la guerre : Saint-Paul se dresse intact au milieu de la Cité qui brûle » (War’s Greatest Picture: Saint-Paul’s stands unharmed in the middle of the burning City). En Allemagne, la Berliner Illustrierte Zeitung du 21 janvier 1941 reprend la photo sous le titre « Die City von London brennt! » et l’interprète comme la fin du centre financier britannique (« britische Hochfinanz »), en soulignant que cet incendie est le plus grave depuis 166623. Dans les derniers soubresauts du Blitz, en avril-mai 1941, avant que les Allemands ne concentrent tous leurs avions en Pologne en vue de l’assaut de juin contre l’URSS, Saint-Paul est touché une dernière fois. Le 17 avril une bombe explose dans le transept nord, mais le dôme résiste, bien que très légèrement déplacé.

17Les équipes de vigiles ne sont cependant dissoutes que le 8 mai 1945, lors d’une cérémonie à leur intention. La camaraderie née de cette expérience a conduit en 1952 à la création d’une association, les Amis de la cathédrale Saint-Paul (Friends of St Paul’s Cathedral), qui existe toujours et lève des fonds pour l’entretien de ses trésors architecturaux. Dans les faits, pour l’opinion publique, elle caractérise la fin du rapport de Saint-Paul avec le second conflit mondial. En revanche, après 1945, on perçoit une perpétuation des liens qui relient la cathédrale de Coventry à la guerre – et plus encore à la paix.

  • 24 C’est un équivalent de notre Direction de l’architecture.

18Se pose d’abord la question de la reconstruction de cet édifice, qui est au centre d’une bataille entre les anciens et les modernes en matière d’architecture et d’urbanisme. En 1945, dans la profession, la jeune génération tente d’imposer l’idée de planification urbaine globale, avec une nette séparation des activités entre le commerce et les administrations de centre-ville, les ateliers et usines relégués en périphérie et l’habitat en hauteur entre les deux ou le pavillonnaire en banlieue proche. Dans cette configuration, la cathédrale allait se trouver entourée d’immeubles administratifs, de bureaux et de centres commerciaux ultra-modernes en béton. L’harmonie esthétique exige, selon les critères de l’urbanisme inculqués par les progressistes aux jeunes architectes, que la cathédrale soit dans un style qui se fonde dans ce paysage moderniste. Mais la Royal Fine Arts Commission créée en 192424, ainsi que les milieux culturellement conservateurs veulent une reconstruction quasi à l’identique. Ils obtiennent gain de cause dans un premier temps avec la nomination, dès 1942, de sir Giles Gilbert Scott (1880-1960), architecte de la cathédrale anglicane de Liverpool, la dernière de style néo-gothique édifiée en Grande-Bretagne, construite de 1904 à 1978, donc achevée bien après celle de Coventry. Quand sir Scott livre ses plans en 1947, c’est une vive désapprobation chez les modernistes, l’évêque de l’époque se joignant aux protestataires, ce qui conduit l’architecte à abandonner la partie.

  • 25 Ensemble visible sur http://www.englishcathedrals.co.uk/cathedral/coventry-cathedral/
  • 26 Le musée municipal de Coventry, Herbert Art Gallery & Museum, en a conservé les cartons préparatoir (...)
  • 27 Faisant partie des « artistes officiels » du War Artist Advisory Committe, et dispensé de service a (...)
  • 28 John Piper Coventry Cathedral, 15 November 1940. (1940). Visible sur la page du musée municipal de (...)
  • 29 St Michael’s Victory over the Devil. Nombreuses vues d’ensemble et des détails via Google.

19Un concours est alors lancé, auxquels répondent deux cents cabinets. C’est celui de sir Basil Spence (1907-1976), architecte souvent qualifié de « moderniste brutaliste », qui emporte le contrat en 1950. L’idée est spectaculaire : on conservera les ruines, redéfinies comme jardin du Souvenir, mais on érigera un édifice dans le style propre au xxe siècle à côté, avec le même type de grès rose25. Pour Spence, l’intérieur de la nouvelle cathédrale doit être une vitrine de l’art britannique de son temps, en faisant appel à de très grands noms de l’époque, au premier chef Graham Sutherland (1903-1980) pour la monumentale tapisserie représentant le Christ26. John Piper (1903-1992) réalise la maquette du vitrail du baptistère. Ce grand artiste avait immédiatement27 peint un tableau après les bombardements, sobrement intitulé Coventry Cathedral, 15 November 194028. Jacob Epstein (1880-1959) se voit confier la commande d’une sculpture de grande taille, Saint-Michel terrassant le Malin29, qui ornera la façade.

20Les premiers éléments de la nouvelle vocation parallèle de la cathédrale se font également percevoir. Les fonts baptismaux sont conçus et réalisés par un jeune sculpteur allemand, Ralph Beyer (1921-2008), dont les parents avaient fui le nazisme pour se réfugier en Grande-Bretagne. Sa mère, juive, était néanmoins retournée en Allemagne, et elle périt à Auschwitz en 1945. Cet appel à un Allemand constitue le début d’une longue association avec l’ancien adversaire, qui va aller croissant.

  • 30 Si Britten retient bien pour son War Requiem des passages de la liturgie canonique, il y ajoute des (...)

21La première pierre est posée en 1956 par la reine Élisabeth, qui revient consacrer l’édifice à son achèvement, le 25 mai 1962. Cinq jours plus tard, les fidèles y sont admis pour écouter la création mondiale du Requiem de guerre du pacifiste réfractaire Benjamin Britten (1913-1976) : c’est une ode à la paix, malgré son titre30. L’association avec l’Allemagne est encore soulignée : le grand chanteur qui tient le rôle du baryton principal est Dietrich Fischer-Dieskau (1925-2012), qui a servi dans l’armée allemande et a été fait prisonnier en Italie. Les nazis ont enfermé son frère infirme dans une institution où ils l’ont laissé mourir.

22C’est l’aboutissement des vœux du prévôt, tels qu’il les avait formulés dans un prêche radiodiffusé à la BBC le jour de Noël 1940 depuis les ruines de sa cathédrale : voir, après la guerre, se construire avec les anciens ennemis « un monde plus attentif à autrui, plus proche de celui de l’Enfant Jésus » (to build a kinder, more Christ-child-like world). La consécration de la cathédrale, avec tous ses symboles de réconciliation avec l’Allemagne, donne une impulsion considérable au mouvement que le prévôt avait lancé à partir des années 1950 avec ses « croix de clous » rudimentaires. Il fait parvenir celles-ci dans les églises de Kiel, de Berlin, et bien sûr de Dresde, qui devient par la suite le partenaire privilégié de Coventry.

  • 31 « To be involved in the work of the Cathedral’s global Reconciliation ministry. » Voir http://www.c (...)

23En 1974, les responsables de la cathédrale lancent la Communauté des croix de clous, vouée à la réconciliation des peuples et au maintien de la paix dans le monde. Près de deux cents « partenaires » en sont actuellement membres. Ce mouvement organise deux pèlerinages annuels à Coventry pour permettre aux participants de « s’impliquer dans l’œuvre de la pastorale de la cathédrale en faveur de la réconciliation planétaire31 ».

24Il faut à cet égard se souvenir de la Guerre froide, de la division de l’Allemagne et de la méfiance des Églises vis-à-vis des pays communistes. On est d’autant plus étonné d’apprendre que le premier jumelage de l’histoire a lieu entre Coventry et Stalingrad, en 1944. Coventry multiplie ensuite les jumelages avec les villes bombardées ou les villes martyres : Lidice en 1947, Kiel en 1947, Saint-Étienne en 1955, Dresde en 1956, Caen et Varsovie en 1957, Arnhem en 1958. Quand la cathédrale est inaugurée, Coventry a en fait épuisé en partie la liste de ces cités-symboles prêtes à s’unir avec elle. Elle est jumelée aujourd’hui avec 26 villes, dont deux Coventry aux États-Unis.

25Mais c’est prioritairement avec Dresde que s’effectuent les principaux gestes de réconciliation, en particulier après la chute du communisme et le retour de la ville dans un monde qui n’est pas a priori hostile aux chrétiens. On note à cet égard l’action du révérend Horace Dammers (1921-2004), chanoine de la cathédrale entre 1965 et 1973, qui a fait ensuite le voyage à Dresde afin d’offrir ses conseils pour la reconstruction de l’église Notre-Dame (Frauenkirche) détruite par la Royal Air Force. Sous son impulsion notamment est lancée en 1965 la Démarche de réconciliation de la cathédrale de Coventry avec Dresde (Coventry Cathedral Reconciliation Project to Dresden). La première initiative en est la remise à l’église Notre-Dame de Dresde d’une croix de clous provenant de la cathédrale de Coventry et récupérés en 1940. En même temps, le mouvement finance la reconstruction de l’aile d’un hôpital de Dresde tenu par des sœurs luthériennes, Diakonissenanstalt Dresden.

26L’une des jeunes bénévoles du mouvement, qui se rend à Dresde dès mars 1965, Rosalind Willatts, devait exécuter cinquante ans plus tard une œuvre naïve d’art populaire, une broderie incorporant un grand nombre de symboles évoquant le chemin parcouru entre 1940, 1945, 1965 et 2015. Le destin parallèle de Coventry et de Dresde est rappelé sous la forme d’un diptyque : aux ruines de la cathédrale Coventry font pendant celles de l’église de Dresde, à la reconstruction de l’une fait vis-à-vis celle de l’autre, aux armoiries d’une ville répondent celle de l’autre. Naturellement, la « croix de clous » y figure en bonne place, ainsi que la statue de Luther32. Pour commémorer le cinquantenaire de la destruction de Dresde, Rosalind Willatts remet solennellement l’œuvre aux religieuses du Diakonissenanstalt en septembre 2015.

  • 33 Expression rapportée par Malte Thiessen, « Les bombardements dans la mémoire des villes européennes (...)

27Les autorités de la RDA ont voulu garder les ruines de Dresde pour perpétuer le souvenir de la « terreur aérienne anglo-américaine »33, qui avait rasé la ville et notamment ses plus beaux édifices historiques. Ce n’est qu’après la réunification que les premiers travaux de reconstruction – à l’identique, contrairement à Coventry – ont été entamés, pour s’achever en 2005. Une souscription internationale a alors été lancée. On ne s’étonnera pas d’apprendre que l’évêque de Coventry faisait partie du conseil d’administration de la branche britannique. La cathédrale de Londres y est symboliquement assciée : un chanoine de Coventry, par ailleurs actif dans la Communauté de la croix de clous, déclare lors du lancement de la souscription : « L’église Notre-Dame est à Dresde ce que Saint-Paul est à Londres ».

  • 34 Voir notamment l’article (en ligne) du Daily Telegraph, 23 juin 2004. On trouve un véritable report (...)

28Pendant la reconstruction, la croix de huit mètres de haut avec son orbe destinée à surmonter la lanterne est élaborée en Grande-Bretagne ; le métallier à qui la tâche est confiée est le fils d’un aviateur qui avait participé au bombardement de 194534. Avant d’être expédiée en Allemagne pour être officiellement remise aux autorités de Dresde, la croix est exposée dans des cathédrales de villes qui ont été sévèrement touchées par les bombardements allemands : Liverpool, Saint-Paul et naturellement Coventry.

  • 35 Excellente discussion illustrée dans Malte Thiessen, « Un lieu de mémoire tabou ? Le débat sur les (...)

29Est-ce par trop extrapoler que de constater en ces années 1990-2005, quand culmine, à travers ces initiatives de réconciliation, la volonté de mettre un terme aux conflits passés entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne, une sorte d’apogée des espoirs de voir les Britanniques rejoindre complètement leurs voisins européens ? Si à l’époque Saint-Paul reste un lieu de mémoire et de fierté patriotique, ce qui domine, c’est de toute évidence la démarche « supra-nationale », au sens littéral, suivie inlassablement par les autorités ecclésiastiques de Coventry depuis la guerre. Un nuage annonciateur des ruptures à venir était en fait apparu à l’occasion de la visite officielle de la reine en Allemagne en 2004 : le bruit avait couru en Grande-Bretagne que la presse de caniveau comme la Bild Zeitung avait annoncé que la reine allait présenter des excuses au nom de son pays pour les bombardements – ce dont elle s’est bien gardée. C’était en pleine époque victimaire en Allemagne, suite à la parution du très controversé Der Brand de Jörg Friedrich en 200235.

  • 36 Pour l’après-guerre, on ne manque jamais de rappeler dans ces milieux que les Britanniques ont intr (...)

30Du côté britannique, le Daily Express, une feuille raciste, xénophobe et europhobe qui relève de ce type de presse, publie le texte indigné d’un vétéran de 1939-1945 : pour lui, au contraire, les Allemands d’aujourd’hui doivent leur liberté aux sacrifices des Britanniques pendant et après la guerre36. La querelle est évidemment sans fin. Ce qui pourtant semble important à souligner ici, c’est qu’au fond les élites ecclésiastiques n’ont jamais véritablement réussi à emporter l’adhésion du petit peuple britannique dans leur volonté de réconciliation, à Coventry ou ailleurs. On peut avancer qu’à l’insularité nourrie d’un sentiment de supériorité jamais éteinte, à la fierté nationale d’avoir tenu bon pour finalement gagner la guerre malgré la situation désespérée de 1940 s’ajoute la déchristianisation accélérée du pays après 1945, qui rend de moins en moins audible le message évangélique porté par ce qu’il est convenu d’appeler « les hommes de bonne volonté ».

Notes

1 Voir http://www.iwm.org.uk/collections/item/object/205195553

2 Chercher sur Google Old Saint Paul’s overlooks the ruins of buildings destroyed in air raids.

3 Voir http://www.iwm.org.uk/collections/item/object/205070067

4 Voir le dernier ouvrage paru sur la question : Jeremy Gould & Caroline Gould, Coventry: The Making of a Modern City, 1939-73, Swindon, Historic England, 2017, p. 14. Tous les chiffres du présent article sur les destructions et sur la reconstruction de Coventry en sont extraits.

5 Churchill consacre un chapitre entier à « The Wizard War » dans le deuxième volume, Their Finest Hour, de ses mémoires de la deuxième Guerre mondiale, The Second World War, Boston, Houghton Mifflin, 1949, p. 381-397.

6 Les ouvrages – d’une qualité variable, allant du scientifique au sensationnel – sur le centre ultra secret où étaient effectués les travaux de décryptage, Bletchley Park, sont innombrables. Le légendaire baraquement où le grand mathématicien Alan Turing est parvenu à déchiffrer plusieurs codes grâce à l’ordinateur primitif qu’il avait mis au point a connu un succès cinématographique mondial après la sortie du film Imitation Game en 2014.

7 Martin Gilbert fait excellemment le point dans sa biographie de Churchill, Winston S. Churchill, vol. VI (1939-1941), Londres, Heinemann, 1983, p. 912-914.

8 Les experts de la règle à calcul font remarquer une sinistre similitude qui tourne autour du nombre 500. On estime le nombre d’avions lancés sur Coventry à 500, larguant 543 tonnes de bombes explosives (sans compter les balises et les incendiaires) et tuant 568 personnes (chiffres officiels) : il faut un avion et une tonne de bombes pour tuer un habitant.

9 « Father, forgive them; for they know not what they do ». Luc, 23,34. Authorised Version of the Bible, 1611.

10 On y voit le roi en conversation avec l’évêque (de dos) et le maire de Coventry. Le ministre de l’Intérieur travailliste, Morrison, est sur la droite, en chapeau mou et pardessus noirs. https://www.historiccoventry.co.uk/blitz/blitz.php?pg=the-king

11 Modèle postérieur visible sur http://www.coventrycathedral.org.uk/ccn/about-us-2/

12 Et pourquoi il ne consacre dans ses Mémoires que deux minces paragraphes au bombardement de Coventry, alors qu’il peut s’étendre pendant des pages et des pages sur les sujets qui lui tiennent à cœur (Finest Hour, p. 376-377).

13 Churchill avec l’évêque à sa droite et le maire de Coventry à sa gauche, le 26 septembre 1941 : photo visible sur http://www.iwm.org.uk, www.iwm.org.uk/collections/item/object/205195539

14 Osée, 8,7.

15 Propos du 27 juin 1943, publiés par la suite dans les carnets de son interlocuteur et reproduits dans Winston S. Churchill, vol. VII (1941-1945), Londres, Heinemann, 1986, p. 437.

16 Ibid., p. 1257.

17 Triumph and Tragedy, p. 622.

18 364 pieds, soit 111 mètres. La course actuelle à la hauteur (1 004 pieds, soit 306 m, pour le Shard achevé en 2010) débute en 1962 avec la tour des Postes et ses relais hertziens.

19 Sur la valeur d’emblème, voir notre chapitre « Saint-Paul brûle-t-il ? Blitz et propagande britannique, 1940-1941 », dans : Philippe Chassaigne et, Jean-Marc Largeaud, Villes en guerre (1914-1945), Paris, Armand Colin, 2004, p. 315-324.

20 C’est un peu l’équivalent de notre Ordre des architectes

21 On évalue le poids du dôme à 65 000 tonnes, réparties sur une ceinture reposant sur huit piliers composites.

22 « Une » du Daily Mail du 31 décembre 1940 visible notamment sur : https://iconicphotos.org/2010/11/12/london-blitz-29th-december-1940/

23 « Une » de la Berliner Illustrierte Zeitung, 21 Januar 1941 (site l’Argonnaute, université de Nanterre).

24 C’est un équivalent de notre Direction de l’architecture.

25 Ensemble visible sur http://www.englishcathedrals.co.uk/cathedral/coventry-cathedral/

26 Le musée municipal de Coventry, Herbert Art Gallery & Museum, en a conservé les cartons préparatoires : http://www.theherbert.org/collections/visual_arts/22/cathedral_tapestry_studies_by_graham_sutherland

27 Faisant partie des « artistes officiels » du War Artist Advisory Committe, et dispensé de service aux armées mais « mobilisé » à ce titre, il reçoit l’ordre, dans l’après-midi du 15 novembre 1940, de se rendre sur place pour réaliser des croquis de ce qu’il voit. Il racontera, dans l’Architectural Review de juillet 1941, ce qu’il a ressenti en arrivant sur les lieux. Sa description écrite de ses impressions devant les ruines fumantes évoque magnifiquement les caractéristiques de son célébrissime tableau. Voir Frances Spalding, John Piper – Myfanwy Piper: Lives in Art, Oxford, University Press, 2017, p. 179-181 [Myfanwy était sa femme galloise, artiste elle aussi].

28 John Piper Coventry Cathedral, 15 November 1940. (1940). Visible sur la page du musée municipal de Coventry : https://artuk.org/discover/artworks/interior-of-coventry-cathedral-15-november-1940-55020

29 St Michael’s Victory over the Devil. Nombreuses vues d’ensemble et des détails via Google.

30 Si Britten retient bien pour son War Requiem des passages de la liturgie canonique, il y ajoute des vers du poète Wilfrid Owen, tué une semaine avant l’Armistice de 1918 en franchissant un canal dans le Nord. Son poème pacifiste de 1917 intitulé par antiphrase Dulce et decorum est [pro patria mori], d’après la phrase d’Horace, est resté parmi les plus célèbres de ceux des « poètes maudits » de la Grande guerre.

31 « To be involved in the work of the Cathedral’s global Reconciliation ministry. » Voir http://www.coventrycathedral.org.uk/ccn/pilgrimage/

32 Voir la broderie et la légende des détails sur http://crosskeysmag.org.uk/?p=614

33 Expression rapportée par Malte Thiessen, « Les bombardements dans la mémoire des villes européennes : Une approche urbaine comparatiste », dans : John Barzman, Corinne Bouillot et Andrew Knapp (dir.), Bombardements 1944 : Le Havre, Normandie, France, Europe, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016, p. 362.

34 Voir notamment l’article (en ligne) du Daily Telegraph, 23 juin 2004. On trouve un véritable reportage illustré sur la page du Dresden Trust : https://dresdentrust.org/project/orb-and-cross-2/

35 Excellente discussion illustrée dans Malte Thiessen, « Un lieu de mémoire tabou ? Le débat sur les bombardements dans l’Allemagne au tournant du millénaire », dans : J. Barzman, C. Bouillot et A. Knapp (dir.), Bombardements 1944, op. cit., p. 103-113.

36 Pour l’après-guerre, on ne manque jamais de rappeler dans ces milieux que les Britanniques ont introduit chez eux en juillet 1946 un rationnement du pain qui n’existait pas pendant la guerre afin d’économiser le blé pour pouvoir nourrir les Allemands de leur Zone d’occupation, menacés de famine. « No apology: queen’s visit to Germany », The Irish Times, 29 october 2004 https://www.irishtimes.com/news/no-apology-queen-s-visit-to-germany-1.1164054 ; Voir aussi la revue de presse de The Guardian, 3 november 2004 : https://www.theguardian.com/world/2004/nov/03/germany.monarchy (consulté le 8 juin 2019).

Table des illustrations

Titre Photo 1. Visite de Churchill de la cathédrale de Coventry en ruines.
Crédits https://winstonchurchill.org/​resources/​myths/​churchill-let-coventry-burn/​
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87976/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Photo 2. Saint-Paul de Londres sous les bombardements.
Crédits https://www.theatlantic.com/​photo/​2011/​07/​world-war-ii-the-battle-of-britain/​100102/​
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87976/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 311k

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site