Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Représentations

La cathédrale de Strasbourg dans le discours et l’iconographie de la France en guerre et en « paix armée », de 1870 à 1945

Jean-Noël Grandhomme

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Le Rhin. Lettres à un ami, Paris, H. L. Delloye, 1842. Johann Wolfgang Goethe, « Von d (...)
  • 2 http://www.europtimist.eu (Site de Strasbourg Métropole).

1Avec sa silhouette si particulière du fait de son unique tour et de sa flèche, achevée en 1439 – qui était alors la plus haute de la Chrétienté –, avec sa couleur rose unique, la cathédrale de Strasbourg est facilement identifiable. Haute de 142 mètres, pour 118 de longueur et 51 de largeur, elle est visible à des dizaines de kilomètres à la ronde. Chantée par le Français Victor Hugo et par l’Allemand Johann Wolfgang von Goethe1, elle demeure l’élément du patrimoine auquel les Alsaciens sont le plus attachés. 2014 et 2015 ont été jalonnées par près de cinq cents manifestations destinées à célébrer le millénaire de ses fondations, dont le spectacle, 1015-2015, la cathédrale de toute éternité2, qui évoque, entre autres, la période 1870-1945.

2Cette tranche temporelle a fait l’objet de nombreuses études monographiques, mais seulement d’une petite synthèse, sur le site de l’Œuvre Notre-Dame3, 1870-1944 : La cathédrale meurtrie par les guerres4. Dans cette contribution il sera question, de manière plus ample, du destin de la cathédrale au cours des trois guerres franco-allemandes, ainsi que des trois après-guerres.

L’Outrage du 25 août 1870

  • 5 Voir Stéphane Audoin-Rouzeau, 1870, la France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989. Raymond Bongra (...)
  • 6 Plusieurs récits du siège ont été publiés, dont : Jean-Claude Ménégoz, Mille huit cent soixante-dix (...)
  • 7 Mireille Biret et Monique Klipfel, « Le Siège de Strasbourg » (http://www.crdp-strasbourg.fr, 13 ju (...)
  • 8 1870, Strasbourg brûle-t-il ?, Catalogue d’exposition, Strasbourg, archives de Strasbourg, 2010, 16 (...)

3À la suite de la Dépêche d’Ems, Napoléon III déclare le 19 juillet 1870 la guerre à la Prusse, qui réussit à fédérer autour d’elle l’ensemble des États allemands5. Après la bataille de Froeschwiller, où, le 6 août, le 1er corps (Mac-Mahon) est écrasé, la division badoise (Werder) de la IIIe armée du prince Frédéric-Guillaume de Prusse vient mettre, le 11, le siège devant Strasbourg. Hétéroclite et en nette infériorité numérique, la garnison, placée sous les ordres du général Uhrich, résiste opiniâtrement sous les obus6. En effet, « la tactique allemande consiste à obtenir la reddition rapide de la ville par le bombardement à outrance de la population civile afin que cette dernière pousse la garnison à se rendre »7. À partir du 23 août les projectiles touchent tout particulièrement le centre-ville, où la bibliothèque du Temple neuf part en fumée, ce qui entraîne, entre autres pertes irréparables, la disparition du manuscrit enluminé du xiie siècle Hortus deliciarium. Sont aussi détruits ou endommagés le palais de justice, la gare, le théâtre, la préfecture, le gymnase (lycée) protestant et l’Aubette (sur la place Kléber), qui abrite le musée et l’état-major8.

4Le 25, c’est la cathédrale – sur la plateforme de laquelle Uhrich a installé un observatoire militaire – qui est visée.

  • 9 Strasbourg 1870. Le récit du siège d’après le journal inédit d’Ernest Frantz, 15 juillet-28 septemb (...)

« Vers dix heures et demie, au milieu du fracas des explosions, du sifflement des obus, du ronflement lugubre des éclats de projectiles, de l’écroulement des murs et des toitures, des pleurs, des gémissements et des cris sinistres, une clameur plus sinistre encore domina tous ces bruits, écrit un témoin, Ernest Frantz : “Der Münster brennt!!!” [“La cathédrale brûle !”] À ce moment, en effet, tout l’édifice était enveloppé d’un impénétrable nuage, d’une fumée noire et épaisse. Le feu communiqué par de nombreux projectiles dévorait intérieurement la forêt de charpente séculaire supportant l’immense toiture en cuivre rouge qui recouvrait la grande nef et le chœur. Vers minuit moins un quart, le métal entrant en fusion sur plusieurs points, les flammes trouvèrent une issue et jaillirent, furieuses, immenses, de tous côtés, s’élevant jusqu’à la flèche. On oublie le danger pour contempler le spectacle fantastique de l’immense édifice qu’on croyait à chaque instant devoir s’abîmer dans cette mer de feu. »9

5Même si l’incendie est finalement maîtrisé, les dégâts sont très importants :

« Le lanternon et la croix de la flèche sont touchés tout comme les toitures du vaisseau central, celles de la tour de la croisée du transept [œuvre de l’architecte Jean-François Blondel du xviiie siècle] et du chœur. La chapelle Sainte-Catherine et les pyramides des tourelles octogonales situées à l’angle du transept et de la nef sont endommagées, ainsi que de nombreux vitraux et éléments d’architecture décoratifs. »10

  • 11 René Epp, « De 1789 à nos jours, les évêques et la Cathédrale », dans Mgr Joseph Doré (dir.), Stras (...)

6Malgré tout, l’édifice reste debout et, le 19 septembre, l’évêque ouvre ses portes aux sans-abris11. La cathédrale reçoit un dernier obus le 27. Ce jour-là, Uhrich capitule, après cinquante jours de siège, dont trente-neuf de bombardement incessant ; il fait hisser le drapeau blanc sur la cathédrale.

7Les incendiaires sont stigmatisés par tous les Français et, au-delà, par une large frange de l’opinion mondiale. Certains commentateurs n’hésitent pas à grossir le trait, un journal parisien affirmant que les Prussiens ont détruit la « seconde tour » de la cathédrale12 ! En définitive, « les pertes civiles atteignent 261 tués et environ 1 100 blessés. Les pertes militaires s’élèvent à 310 tués, 2 076 blessés et 55 disparus pour une garnison de 19 730 hommes »13.

8Les notions de brutalité, d’insensibilité, de barbarie et de vandalisme sont désormais associées à l’armée allemande, dont le comportement est censé rappeler celui des « hordes germaniques » de la période des « grandes invasions » ou des reitres de la guerre de Trente Ans. Lorsque, le 11 septembre 1870, une délégation humanitaire suisse se présente à Strasbourg, le maire Théodore Humann s’adresse ainsi à elle en ces termes :

  • 14 Gustave Fischbach, Le Siège de Strasbourg, Strasbourg, Impr. alsacienne, 1897, p. 280-281.

« Rapportez à l’Europe le spectacle dont vous allez être témoin dans nos murs ; dites ce qu’est la guerre au xixe siècle […]. Nos églises, monuments séculaires et historiques sont indignement mutilées ou détruites, et notre admirable Bibliothèque est à jamais anéantie par la savante et religieuse Allemagne. La conscience de l’Europe du xixe siècle admettra-t-elle que la civilisation recule à ce point et que nous retombions sous l’empire des codes de la barbarie ? »14

  • 15 Auguste Colas dit Baudelaire, Strasbourg, 1870. Siège et bombardement, album de 35 planches photogr (...)

9L’Allemand est donc tout particulièrement accusé d’impiété et de mépris de la culture ; il incarne la force brutale, qui fait table rase du passé. Les photographies des destructions dont il est le responsable font le tour du monde15.

Strasbourg, capitale du Reichsland, et sa cathédrale allemande

  • 16 Il est à noter qu’ont été conservés, comme reliques du siège, des obus non explosés fichés dans cer (...)
  • 17 Jacques Klotz, « Gustave Klotz, architecte de l’Œuvre Notre-Dame de 1837 à 1880 », Bulletin de la S (...)
  • 18 Gustave Klotz, 1870, Cathédrale de Strasbourg. Réparation générale des dégâts causés par le bombard (...)
  • 19 www.oeuvre-notre-dame.org

10En vertu du traité de Francfort du 10 mai 1871, l’Alsace et une partie de la Lorraine sont annexées par l’Empire allemand. Le 9 juin ce qui est désormais appelé l’Alsace-Lorraine reçoit le statut de Reichsland (« Terre d’Empire »), sorte de clé de voûte du Second Reich wilhelminien. Désireuses de faire oublier les heures douloureuses de la guerre et d’en effacer les traces16, les nouvelles autorités confient à Gustave Klotz (1810-1880)17, un Strasbourgeois, architecte de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame depuis 1837, le soin de proposer un programme de réhabilitation de la cathédrale18. Klotz commence par des travaux d’urgence : il redresse la croix de la flèche et renforce sa base ; en 1873, il reconstruit la charpente en bois de la nef centrale et la couverture en cuivre ; il restaure et abaisse les toitures des bras du transept afin de mettre en valeur la galerie romane de la tour de la croisée des transepts. Celle-ci est profondément transformée en 1878 et 1879, en style néo-roman, « afin de retrouver son aspect “d’origine” et d’offrir un contrepoids visuel au massif occidental avec sa haute tour ». Klotz restitue également les couronnements des tourelles octogonales (à l’angle du transept et de la nef) et il continue l’œuvre de restitution des statues détruites au moment de la phase de vandalisme révolutionnaire19. Il puise son inspiration outre-Rhin en effectuant des voyages d’études à Mayence, Spire, Worms et Cologne ; mais il semble uniquement mû par des considérations historicistes et non nationalistes (il avait été citoyen français pendant les soixante-deux premières années de sa vie et continuait d’entretenir de nombreux contacts avec ses collègues français, dont Viollet-le-Duc, qui approuva ses options pour la restauration de la cathédrale).

11L’enjeu de ces travaux est pourtant éminemment politique, comme l’explique Sabine Bengel :

  • 20 Bengel, op. cit., p. 123.

« Après l’annexion, la cathédrale était au centre des pensées patriotiques et devint le symbole du rattachement de l’Alsace à l’Empire allemand. La cathédrale, construite au temps du Saint-Empire romain germanique, ne tarda pas à être qualifiée du côté allemand comme le “plus grand symbole de l’art allemand et de la grandeur allemande”. »20

  • 21 Ibid., p. 125.

12Même si la pose de statues équestres représentant les empereurs germaniques sur le massif occidental a été décidée par Klotz dès les années 1860, leur réalisation après 1870 va évidemment dans le sens voulu par les nouvelles autorités. En revanche, soutenu par l’opinion publique, l’architecte s’oppose catégoriquement à la construction d’une seconde tour, pourtant considérée par certains Allemands comme un « devoir patriotique » : elle symboliserait par trop la victoire de l’Allemagne. L’exemple de Cologne, dont la cathédrale est achevée en 1880, n’inspire donc pas les Alsaciens21.

13La cathédrale de Strasbourg est un chantier permanent, désormais investi par de grands architectes allemands – tous originaires de Cologne, justement –, sous la surveillance de maires allemands, comme Otto Back (1886-1907) : Franz Schmitz (1890-1894), Ludwig Arntz (1895-1903), qui restaure « les parties hautes de la façade du massif occidental, la chapelle Sainte-Catherine, le bras sud du transept (façades ouest) et le portail du bras nord du transept », et Johann Knauth (1905-1920), qui reprend les fondations du grand pilier du narthex sur lequel repose la haute tour, et reconstruit le premier pilier nord de la nef22. Dans la mise en peinture du chœur, en style néo-byzantin, entre 1877 et 1879, il est fait appel à un Français, Louis Steinhell, et à un Allemand, Eduard Steinle. En 1902 le chapitre obtient de haute lutte l’installation du chauffage par une entreprise française en concurrence avec une entreprise allemande.

14En fait, selon Sabine Bengel,

  • 23 Bengel, op. cit., p. 132-133.

« la cathédrale de Strasbourg, grâce à la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, garda une certaine indépendance tout au long des années allemandes entre 1870 et 1919. Elle la protégeait des influences politiques tandis qu’à la cathédrale de Metz comme pour l’église Sainte-Foy de Sélestat les travaux seront partiellement dictés par la volonté de germanisation des monuments […]. Le grand intérêt des historiens de l’art pour la Cathédrale alsacienne et sa renommée internationale la préservait aussi des projets trop fantaisistes. »23

  • 24 Christian Baechler, Le Parti catholique alsacien, du Reichsland à la République jacobine, Paris, Op (...)
  • 25 Epp, op. cit., p. 400.

15Tout en réparant les dégâts qu’ils ont causés, les Allemands respectent l’Église catholique après l’épisode du Kulturkampf. Le diocèse de Strasbourg, qui peut être considéré comme florissant sous l’Annexion, est désormais l’un des bastions du catholicisme en Allemagne. Le clergé, qui fait souvent preuve d’audace dans le domaine social, encadre largement les populations, intervenant régulièrement dans la vie politique du Reichsland24. D’abord résolument protestataire, il trouve progressivement sa place dans le cadre allemand, qui séduit la jeune génération. Le 21 juin 1891, Mgr Fritzen, originaire de Clèves, est sacré évêque dans la cathédrale par Mgr Fleck, évêque de Metz, en présence de plus de cinq cents prêtres et du Statthalter Clovis von Hohenlohe-Schillingfürst25. Bien que « Vieil-Allemand », le prélat réussit à conquérir ses fidèles par sa modération. En 1905, la cathédrale se trouve au centre des célébrations du Katholikentag, le grand rassemblement annuel des catholiques allemands. La vitalité du catholicisme alsacien, protégé par les lois du Reich, offre un contraste avec la situation de l’Église en France, confrontée à la politique anticléricale de la IIIe République.

La cathédrale de Strasbourg, composante majeure du mythe de la Revanche

  • 26 Voir Laurence Turetti, Quand la France pleurait l’Alsace-Lorraine. 1870-1914 : les « provinces perd (...)
  • 27 Jean-Jacques Waltz, dit Hansi, L’Histoire d’Alsace racontée aux petits enfants d’Alsace et de Franc (...)
  • 28 Robert Perreau, Avec Hansi à travers l’Alsace, Strasbourg, Alsatia, 1994, p. 144.
  • 29 Philippe Wilmouth, Images de propagande. L’Alsace-Lorraine de l’Annexion à la Grande Guerre, 1871-1 (...)

16Alors que les Français se divisent sur les questions politiques et religieuses, ce que Maurice Barrès appelle plus tard « la Ligne bleue des Vosges » focalise l’attention. Même si ce culte de l’Alsace-Lorraine, étroitement associé à celui de la Patrie, s’estompe par la suite, il reste présent jusqu’en 191426. Dans ce contexte, la cathédrale, tout comme les cigognes ou les Alsaciennes et les Lorraines en costume traditionnel, est l’un des emblèmes récurrents des « Provinces perdues ». Étonnamment, Hansi ne la dessine qu’une seule fois dans son Histoire d’Alsace27, quand il représente « Rouget de L’Isle chantant La Marseillaise avec une évocation de l’armée du Rhin dans un ciel étoilé où se dresse la flèche de la cathédrale »28. Elle apparaît en revanche chez beaucoup d’autres artistes, comme C. Jubert, avec C’est un oiseau qui vient de France, où une Alsacienne, drapée dans les trois couleurs, observe un aéroplane français qui passe au-dessus de l’édifice29.

17Un manuel scolaire établit fermement la distinction entre le Strasbourg « authentique » et celui des Allemands :

  • 30 Samuel-Élie Rocheblave, Riche et pauvre. Livre de lecture courante, Paris, Larousse, 1912, cité par (...)

« Strasbourgeoise était la bonhommie des visages […], strasbourgeois, ces nids de cigognes hérissés sur les crêtes des constructions ; strasbourgeois, enfin, ou français plutôt, ces monuments anciens, à commencer par la célèbre Cathédrale, de pur style ogival français. Allemandes, au contraire, ces lourdes et ambitieuses bâtisses, d’un goût de riche parvenu ; allemandes, ces places nouvelles, alignées comme à la parade. »30

18Dans le même ouvrage, la cathédrale est présentée comme une victime des barbares, dont les traces des méfaits sont visibles au musée de l’Œuvre Notre-Dame, le « Cluny alsacien » :

  • 31 Ibid.

« Là se trouvent déposés les débris vénérables de la sculpture et de l’architecture de la cathédrale, pieusement conservés. Hélas ! beaucoup de ces débris sont l’œuvre de la guerre. Voici des fragments de vitraux saccagés par les balles prussiennes ; voici des bustes de statues qu’un obus a décapitées ; voici même des tronçons de la flèche, de cette flèche que les officiers de Kehl [la petite ville badoise face à Strasbourg], pendant le siège, visaient tous les jours, au dessert, vers une heure, en sablant le champagne. »31

19Dans le manuel de lecture de Carré & Moy, en 1884, l’Alsacienne et la Lorraine sont encadrées par les cathédrales de Strasbourg et de Metz, tandis que sont posées à l’élève des questions telles que celles-ci :

  • 32 Irénée Carré et Léon Moy, La Première année de style, de rédaction et d’élocution, Paris, A. Colin, (...)

« 5. Ces populations avaient-elles le cœur bien français ? 6. Quelles marques d’attachement donnent-elles à la France depuis qu’elles en sont séparées […] ? 8. Pouvons-nous espérer voir l’Alsace et la Lorraine redevenir françaises ? »32

  • 33 Wilmouth, op. cit., p. 78.
  • 34 Gimard et Volden, op. cit., p. 10.

20À l’école, la cathédrale se retrouve sur de nombreux objets, tel ce protège-cahier qui reprend vers 1890 un poème du « chantre de la Revanche », Paul Déroulède. Devant la cathédrale et la statue de Kléber, l’Alsacienne, tenant par la main son fils qui agite un petit drapeau français, déclare fièrement à un soldat prussien qui fabrique ses chaînes : « Forgeron, tu forges en vain ! On n’enchaîne pas la pensée ! »33 La cathédrale est également l’un des éléments du célèbre tableau d’Henri Royer, L’Attente. La publicité s’empare elle aussi de la thématique des « Provinces perdues ». L’Alsace figure en bonne place dans la collection des « Anciennes provinces françaises » des chocolats Poulain, qui présentent la citadelle de Belfort, une Alsacienne en costume, les armoiries de Strasbourg (avec la silhouette de Notre-Dame) et bien sûr la cathédrale34.

  • 35 Christophe Didier (dir.), 1914-1918. Orages de papier. Les collections de guerre des bibliothèques, (...)
  • 36 Wilmouth, op. cit., p. 30.
  • 37 Ibid., p. 34.
  • 38 Ibid., p. 44.
  • 39 Ibid., p. 127.

21Celle-ci est encore présente sur la couverture de nombreuses partitions de chansons revanchardes, à commencer par la plus célèbre d’entre elles, composée dès 1871, Alsace et Lorraine, dont tous les Français connaissent le refrain : « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine… » (musique de Ben Tayoux et paroles de Gaston Villemer et Henri Nazet). Sur une édition de 1897, un reitre prussien brutalise une Alsacienne et une Lorraine, tandis que la silhouette de la cathédrale se découpe sur l’horizon35. En 1885, Gaston Villemer et Lucien Delormel publient des Chansons d’Alsace-Lorraine, dont la couverture, par Hugo d’Alesi, représente une optante en costume alsacien montrant à son fils la cathédrale placée derrière un mur d’où pend une chaîne, mais une hirondelle dans le ciel laisse subsister un espoir36. Sur une autre partition de Villemer, La Revue de Strasbourg – Les Cloches de Metz, l’Alsace est crucifiée sur le poteau de la frontière, tandis que des soldats allemands grisâtres entourés de nuées de corbeaux défilent devant la cathédrale37. L’Alsacienne de Dis-moi quel est ton pays (musique d’Adolphe Sellenick et paroles d’Erckmann-Chatrian) montre à son enfant la borne de la frontière marquée d’un « F », alors que la cathédrale est visible dans le lointain38. Celle-ci fait souvent partie du décor des centaines de cartes postales patriotiques publiées à cette époque. « Toi, tu ne porteras pas le casque à pointe », susurre à l’oreille de son bébé une mère alsacienne, qui envisage déjà sa fuite en France au moment du service militaire, tandis que la forme de la cathédrale apparaît derrière la vitre de la maison39.

22Cette propagande, comme il est d’ailleurs de règle, ne reflète pas la réalité, mais elle atteint largement son but. Par l’exaltation patriotique, la République mobilise moralement deux générations de citoyens, les yeux rivés sur la cathédrale de Strasbourg, avant de les mobiliser tout court, pour quatre années et demie.

La cathédrale but de guerre ?

  • 40 Gilbert Stoehr, La Bataille de Grendelbruch-Muckenbach, 17-18 août 1914, Grendelbruch, Le Souvenir (...)

23Dans les premières semaines de la guerre, la thématique de l’Alsace-Lorraine est très présente dans la correspondance et les carnets des soldats. La cathédrale apparaît désormais comme un objectif concret. « Nous sommes en Alsace depuis deux jours, écrit le capitaine Bournot, du 21e régiment d’infanterie, à son épouse, dans sa dernière lettre, datée de Schirmeck (Basse-Alsace), le 17 août 1914. Je me porte bien […]. Nous ne manquons de rien ; les Allemands fuient devant nous après s’être fait battre. Si cela continue, dans huit jours, nous serons devant Strasbourg. »40 La contre-offensive allemande autour des 18-21 août, qui lui est fatale, dissipe pour tous les rêves illusoires d’une entrée rapide des troupes françaises dans la ville.

  • 41 Rachel Chrastil, « Le Siège de Strasbourg et l’humanitarisme : prémisses de 1914 ? », in Jean-Franç (...)
  • 42 Wilmouth, op. cit., p. 94.
  • 43 « Souscrivez tous au 3e emprunt de la Défense nationale. Vous aiderez nos héroïques soldats à rendr (...)
  • 44 Didier, op. cit., p. 70.

24Curieusement, lors de la destruction de la bibliothèque de Louvain et de la cathédrale de Reims, la presse ne fait que rarement le parallèle avec l’incendie de Strasbourg quarante-quatre ans plus tôt41. L’Alsace continue toutefois de faire partie des usuels de la propagande française. En 1915 Jules Marcoux peint dans Enfin ! sur mon cœur une Alsacienne qui étreint le drapeau français tout en foulant aux pieds le drapeau allemand. Derrière elle, des soldats en pantalon rouge, dans le ciel, se dirigent vers la cathédrale42. Sur une affiche en faveur du 3e emprunt de guerre, en novembre 1917, Hansi la représente lui aussi43 ; tout comme sur celle pour le 4e, en octobre 1918. « […] Ce ciel est notre azur, ce champ est notre terre ! Cette Lorraine et cette Alsace, c’est à nous ! » (Victor Hugo) : cette citation est inscrite en haut d’un tableau représentant des poilus dans leur tranchée voyant apparaître la cathédrale au-dessus de la plaine d’Alsace. Cette affiche, analyse Christophe Didier, « associe une vision patriotique à un discours idéologique très significatif : la victoire française n’est pas présentée comme celle d’un camp mais comme le triomphe des grandes valeurs fondamentales »44.

25L’historien strasbourgeois Rodolphe Reuss, professeur à l’École des hautes études à Paris, qui perd ses trois fils en Champagne, appelle au sacrifice pour sauver l’Alsace des mains des Allemands :

  • 45 Rodolphe Reuss, La Question d’Alsace-Lorraine, Paris, Boivin, 1918, p. 62.

« Que chacun de nos combattants, en cette heure suprême qui s’approche et qui peut-être sonnera demain, se jure à lui-même de vaincre ou de périr, de ramener en triomphe La Marseillaise sur le sol qui l’a vu naître, de faire flotter de nouveau aux tours de la Cathédrale de Strasbourg ces drapeaux tricolores qui, aux temps de la Révolution, annonçaient aux populations d’outre-Rhin que “là commence le pays de la liberté”. »45

  • 46 Wilmouth, op. cit., p. 102.
  • 47 Ibid., p. 85.

26Les brochures de propagande fleurissent, comme celle d’Henri Royer, L’Inviolable serment (1er mars 1871-1er mars 1918), publiée sous l’égide du comité « L’Effort de la France et de ses Alliés » en mémoire de la « protestation de Bordeaux », qui met en scène les classiques Alsacienne et Lorraine figées dans une position d’attente, avec, à leurs pieds, les blasons de leurs provinces et, au loin, la cathédrale46. C’est aussi une cathédrale discrète, comme un simple rappel, qui orne l’affiche de l’Union amicale d’Alsace-Lorraine destinée à encourager les femmes françaises à faire don aux enfants pauvres de l’une des poupées alsaciennes ou lorraines qu’elle fabrique, « un souvenir de nos chères provinces où les fillettes sont plus malheureuses encore et tendent leurs bras vers la France ! »47

  • 48 Voir Laëtitia Brasseur-Wild et Rainer Brüning, Vivre en temps de guerre des deux côtés du Rhin 1914 (...)
  • 49 Service historique de la Défense – Guerre, 7 N 678, cité par Stéphane Salton, Les Alsaciens-Lorrain (...)
  • 50 AVCUS, 14-18 à l’affiche, Strasbourg, 2008, p. 41.

27Du côté allemand, on ne peut mentionner que quelques usages de la cathédrale dans un but de propagande48. Désireux de récupérer une partie des engagés volontaires alsaciens-lorrains dans l’armée française, les Allemands lancent périodiquement des opérations pour les encourager à la désertion, par voie d’affiches, de tracts, d’appels au porte-voix. Ainsi, sur l’Aisne au printemps de 1915, deux Feldgrauen sortent de leur tranchée en criant « Reichsland! Reichsland! » et déposent entre les lignes des photographies de la cathédrale de Strasbourg et des vues de Colmar49. Tout juste peut-on encore signaler une affiche de J.K. Julius Engelhard, imprimée à Munich en 1917, qui montre un poilu à la mine patibulaire étendant ses griffes en direction du Rhin et de la cathédrale50.

  • 51 Voir Foessel Georges, « Strasbourg sous le drapeau rouge. La Révolution de novembre 1918 », Les Sai (...)
  • 52 Jacques Granier (dir.), Novembre 1918 en Alsace, Strasbourg, DNA, 1968, p. 37-40.

28Le 10 novembre 1918, un train de marins et de soldats bolchevisés entre en gare de Strasbourg. Le drapeau rouge est hissé sur la cathédrale le 13 et une affiche placardée par le soviet proclame : « Ni Allemand, ni Français, ni neutre. Le drapeau rouge a vaincu. »51. Parallèlement, l’élu socialiste Jacques Peirotes proclame, le 11, la République démocratique devant l’Aubette52.

Le Retour de la France

  • 53 Robert Heitz, « L’Anarchie s’installe à Strasbourg », in Granier, op. cit., p. 34.
  • 54 Le 19 novembre, L’Excelsior relaie une information révélée deux mois plus tôt par le Chicago Tribun (...)
  • 55 Raymond Stern, Petite chronique d’une Grande Guerre. Journal d’un capitaine du service automobile d (...)

29La révolution est cependant vite « canalisée » par les notables53. Le 22 novembre, le général Gouraud fait son entrée à Strasbourg, où désormais le drapeau tricolore flotte sur la cathédrale54 ; et il assiste le 27 à un Te Deum. Comme tant d’autres, un fils d’optants, Raymond Stern, passe et repasse devant le monument, qu’il ne se lasse pas d’admirer55.

  • 56 (Auguste) Wackenheim, La Littérature dialectale alsacienne. Une anthologie illustrée, Paris, 1997, (...)
  • 57 Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, FSHAA, 1983-2007, p. 2019.

30Le remplacement de l’évêque allemand est rapidement exigé par Georges Clemenceau, président du Conseil. Mgr Ruch, évêque de Nancy, ancien aumônier du 20e corps, est nommé évêque de Strasbourg, alors que la structure de la population est en voie de changement. Au total, près de 110 000 Allemands et « germanophiles » quittent l’Alsace et la Lorraine en un peu plus d’un an. Johann Knauth, qui ne peut se résoudre à demander la nationalité française – condition sine qua non de son maintien au poste d’architecte de l’Œuvre Notre-Dame – parce qu’il a perdu ses deux fils à la guerre, est lui aussi expulsé56. Cependant, beaucoup de partants maintiennent des liens affectifs avec l’Alsace. Le poète Carl Knapp s’établit à Offenbourg pour pouvoir admirer la cathédrale des hauteurs de la Forêt-Noire par temps clair : il s’éteint en rêvant de celle à l’ombre de laquelle il a passé presque cinquante ans de sa vie, écrit le dialectologue Raymond Matzen57.

  • 58 Wilmouth, op. cit., p. 87.
  • 59 Ibid., p. 111.

31Sur place, les Alsaciens connaissent ce qu’Hansi a appelé « l’éblouissement tricolore ». Une nouvelle génération de visuels et de chansons voit le jour, comme ces affiches des Chemins de fer d’Alsace et de Lorraine, dont deux représentent la cathédrale, que les Français sont incités à venir visiter. Sur l’affiche de l’Exposition coloniale de Strasbourg (juillet à octobre 1924), on peut voir un Nord-Africain, une Africaine et un Asiatique sur fond de cathédrale. La case n° 60 du Jeu de l’oie de la Victoire, édité en 1919, représente la Délivrance de l’Alsace-Lorraine : deux jeunes filles en costume posent fièrement devant la cathédrale avec le drapeau des vainqueurs58. La faïencerie de Sarreguemines sort une assiette commémorant l’entrée des troupes françaises à Strasbourg, où l’on aperçoit la cathédrale et le théâtre59.

Mgr Ruch : un patriote français en sa cathédrale

32Mgr Ruch prend possession de son nouveau siège épiscopal le 13 octobre, accueilli par le commissaire général de la République Alexandre Millerand. Le 4 novembre il reçoit Clemenceau dans la cathédrale. Tout au long de son épiscopat, celle-ci sert de cadre à de nombreuses cérémonies patriotiques – Mgr Ruch y célèbre notamment avec éclat tous les ans la fête de Jeanne d’Arc, et il la fait visiter à de hautes personnalités françaises et alliées. Cependant, c’est aussi du haut de la chaire que l’évêque mène un âpre combat, finalement victorieux, contre la tentative de laïcisation de l’Alsace-Moselle, lancée par le Cartel des gauches en 1924. Mgr Ruch s’oppose également au mouvement autonomiste.

33Sous son épiscopat, le diocèse fait preuve d’une grande vitalité. Le Xe Congrès eucharistique national qui se tient à Strasbourg du 17 au 21 juillet 1935 constitue le couronnement de toute cette action. L’édition du 22 juillet des Dernières Nouvelles de Strasbourg relate :

« Toute l’Alsace catholique était réunie hier à Strasbourg. De Saint-Louis à Lauterbourg, des Vosges aux bords du Rhin, trains spéciaux, autocars et voitures privées avaient, depuis samedi, fait converger vers la cathédrale gothique des flots de visiteurs. »

34Ce Congrès apparaît comme la réplique au Katholikentag de 1905, preuve que le catholicisme alsacien peut pleinement s’épanouir dans un cadre français, certes aménagé. Dans cet entre-deux-guerres, la cathédrale demeure donc un symbole fort, cette fois de l’appartenance « définitive » de l’Alsace à la France.

De nouvelles blessures pendant la Seconde Guerre mondiale

  • 60 Bengel, « Restauration de la cathédrale », dans Roland Recht et Jean-Claude Richez, Dictionnaire cu (...)

35Concernant le chantier de l’édifice, Sabine Bengel rappelle que « le programme de restauration général tel qu’il a été prévu par Knauth est respecté, mais les années vingt et trente sont marquées par des relations parfois tendues entre le service des monuments historiques et l’Œuvre Notre-Dame »60. En 1939, pour les fêtes du cinquième centenaire de l’achèvement de la flèche, les échafaudages sont démontés ; mais, en septembre, la guerre entraîne l’évacuation du tiers de la population du diocèse. Les vitraux médiévaux de la cathédrale sont envoyés en Dordogne ; les portails, le pilier des anges et la chaire sont protégés par des sacs de sables. Avec l’offensive allemande, la situation devenant chaque jour plus critique, Mgr Ruch quitte Strasbourg le 14 juin. Le 19, un motocycliste allemand hisse le drapeau à croix gammée sur la flèche. À la suite de l’armistice du 22, l’Alsace-Moselle est annexée de fait au Reich hitlérien.

36Hitler visite longuement la cathédrale le 28 juin en compagnie du maréchal Keitel, chef de l’Oberkommando der Wehrmacht, et d’Otto Meissner, ministre d’État et chef du bureau de la chancellerie du Reich. Fils d’un Prussien et d’une Alsacienne, ce dernier affirme :

« Aucune cathédrale d’Europe n’est plus belle, aucune cathédrale du Reich plus allemande. Le Führer très ému resta longtemps plongé dans la contemplation des beautés architecturales de la cathédrale. Il s’en fit expliquer tous les détails intéressants. »

37À sa sortie, Hitler apostrophe les soldats venus le saluer sur la place du Château61 : « Qu’en dites-vous Messieurs, allons-nous rendre ce joyau à la France ? » ; et ceux-ci de s’écrier, bien évidemment : « Jamais ! » (Niemals!). Le décret officiel de fermeture de la cathédrale, avec interdiction d’y célébrer des offices, paraît le 11 juillet. Dans une note du 25, Martin Bormann, antichrétien fanatique, l’une des éminences grises du parti nazi, annonce qu’Hitler envisage de la transformer en un monument national à la gloire du peuple allemand (Nationalheiligtum des deutschen Volkes). Cette option est finalement écartée – en tous les cas différée – pour ne pas braquer la population contre l’occupant. Pendant la période nazie, l’édifice devient donc, selon l’expression de Mgr Pierre Bockel, aumônier de la brigade Alsace-Lorraine et futur archiprêtre de la cathédrale, « une sorte de tombeau »62.

38Les autorités allemandes empêchent Mgr Ruch de revenir dans son diocèse. Retiré à Trélissac, il refuse de livrer le trésor de la cathédrale (tapisseries des Gobelins, objets d’art religieux), mis en sûreté en Dordogne. Lorsque, après l’invasion de la zone libre le 11 novembre 1942, les Allemands s’en emparent tout de même, il émet une protestation courageuse. Quant aux vitraux, ils sont transportés en Allemagne, où ils sont cachés en novembre 1944 dans une mine de sel près de Heilbronn.

  • 63 www.oeuvre-notre-dame.org
  • 64 Eugène Riedweg, « Le Prix de la liberté. L’Alsace bombardée », Les Saisons d’Alsace, n° 124, été 19 (...)

39À Strasbourg le personnel de la fondation de l’Œuvre Notre-Dame est réquisitionné comme équipe de défense passive et piquet d’incendie. En décembre 1943 et janvier 1944, les couvertures en cuivre des toitures sont badigeonnées d’une peinture de camouflage. Le bombardement aérien du 11 août 1944 cause tout de même de graves dégâts à la tour de la croisée du transept, ainsi qu’à une voûte du bas-côté nord de la nef63. Les pertes humaines sont très importantes aussi : 174 morts et 333 blessés64.

La cathédrale, enjeu symbolique du combat pour la Libération de la France

  • 65 Le Général Leclerc vu par ses compagnons de combat, Strasbourg, Alsatia, 1948. Abbé Maurice Cordier (...)
  • 66 Raymond Dronne, Leclerc et le serment de Koufra, Paris, J’ai lu, 1970. Maja Destrem, L’Aventure de (...)
  • 67 Jacques Granier, Et Leclerc prit Strasbourg, Strasbourg, DNA, 1970 (préface).
  • 68 Raymond Muelle et Fabienne Mercier-Bernadet, Septembre 1944-Février 1945. Ils ont libéré la Lorrain (...)

40Strasbourg se mue en élément fédérateur de la France libre à partir du moment où Leclerc65, le 2 mars 1941, prête le serment de Koufra66, après la prise de ce poste italien dans le désert de Libye, le premier succès entièrement français accompli face à l’Axe depuis la débâcle de 1940. « La flèche de cette cathédrale devint le phare qui brilla au fond de l’âme de chacun de ces hommes riches de foi et de volonté tenace », écrit en février 1970 la Maréchale Leclerc67, fidèle jusqu’à la fin de ses jours au pèlerinage à Strasbourg. Mais à l’hiver 1941, alors que l’Allemagne nazie et l’URSS ne sont pas encore en guerre et que les États-Unis sont toujours neutres, un tel objectif apparaît plus qu’irréaliste, insensé. Et pourtant, devenu entre-temps le commandant de la 2e division blindée, Leclerc débarque en Normandie le 1er août 1944, puis libère Paris le 25. Le 31 octobre, il reconquiert Baccarat, base de départ de la libération de Strasbourg réalisée grâce à une manœuvre audacieuse à travers les Vosges68. Après la prise de Saverne par les sous-groupements Massu et Rouvillois le 22 novembre, la 2e DB fonce sur Strasbourg, où Rouvillois entre le premier, le 23 en milieu de matinée. Vers 13 heures, le groupe du lieutenant Bompard arrive devant la cathédrale. Le chef de char, Maurice Lebrun, 23 ans, demande alors à monter sur la flèche : « Mon lieutenant, il faut mettre un drapeau là-haut ».

  • 69 Selon une autre version, le rouge provenait d’un drapeau nazi déchiré (Jacques Granier, Georges Foe (...)
  • 70 Lieutenant Bompard, « Comment notre drapeau fut hissé sur la Cathédrale », dans Le Livre d’or de la (...)

« Mme [Émilienne] Lorentz, la sympathique femme du charcutier de la place Saint-Étienne, raconte Bompard, nous confectionne hâtivement le plus beau des drapeaux avec son tablier bleu, une chemise blanche, une ceinture rouge de spahi69. Il est 14 heures quand Lebrun, Calmejane, Laborie et Larbeigt partent pour la Cathédrale. Ils grimpent sans encombre jusqu’à la plateforme où aucun photographe ne les attend. Les pointes rouges de leurs calots apparaissent nettement au-dessus de la balustrade, puis Lebrun, seul, continue son ascension dans la flèche. Des coups de feu claquent toujours. Je suis l’opération à la jumelle. Les prisonniers, que j’ai fait mettre au garde-à-vous, n’en croient pas leurs yeux. Lentement, Lebrun se hisse le long de l’échelle de fer. Ça y est notre drapeau flotte. Il porte la croix de Lorraine et les inscriptions : 1er peloton, 5e escadron, 1er RMSM [régiment de marche de spahis marocains]. »70

41Ce petit drapeau accroché au paratonnerre est remplacé dès le lendemain par celui, plus grand, conservé dans un coffre de la cathédrale71. Le deuxième geste des soldats de la 2e DB est d’arracher les affiches apposées par les autorités nazies sur les portes, avertissant les fidèles que la cathédrale était « fermée jusqu’à la victoire ». C’est à l’abbé Bockel qu’est réservé l’honneur d’y célébrer la première messe depuis plus de quatre ans, en présence d’André Malraux72. Le chef du Gouvernement provisoire envoie aussitôt un télégramme aux Strasbourgeois :

  • 73 Le Livre d’or…, op. cit., p. 222.

« Parce qu’ils ont le plus souffert, parce qu’ils ont été, pour la France, à la pointe du combat, les Alsaciens et les Lorrains n’ont jamais été plus près du cœur de la nation. Le drapeau tricolore flotte sur Metz et Strasbourg. La France, libre à nouveau et toujours glorieuse, recueille maternellement l’Alsace et la Lorraine libérées. »73

42De son côté, Leclerc adresse un ordre du jour à ses hommes le 24 novembre : « Le serment de Koufra est tenu ! » ; et le lendemain, une proclamation à la population :

  • 74 Ibid.

« Pendant la lutte gigantesque de quatre années menée derrière le général De Gaulle, la flèche de votre Cathédrale est demeurée notre obsession. Nous avions juré d’y arborer de nouveau les couleurs nationales. C’est chose faite. »74

  • 75 Epp, op. cit., p. 408.
  • 76 David Colley, Decision at Strasburg: Ike’s Strategic Mistake to Halt the Sixth Army Group at the Rh (...)
  • 77 Rittgen Francis, Opération Nordwind. Dernière offensive allemande sur la France, Sarreguemines, Pie (...)

43Les derniers Allemands se replient de l’autre côté du Rhin le 28 novembre, et Mgr Ruch, revenu en Alsace, fait à De Gaulle les honneurs de la cathédrale le 24 décembre75. Cependant, la situation des armées alliées dans la région est encore mal assurée. Bien décidés à ne pas accepter le fait accompli, Hitler et ses généraux imaginent l’opération Nordwind76 : une offensive qui s’appuie sur la ligne fortifiée Westwall, d’où doivent déboucher des forces chargées de tenir fermement le nord-est de la Moselle et de reprendre le nord de l’Alsace ; puis, épaulées par d’autres unités qui doivent traverser le Rhin à Gambsheim, au nord de Strasbourg, de s’emparer de cette ville et d’opérer leur jonction avec la XIXe armée enfermée dans la poche de Colmar77.

  • 78 Epp, op. cit., p. 408.
  • 79 Voir Mercadet Léon, La Brigade Alsace-Lorraine, Paris, Grasset, 1984.

44Déclenchée dans la nuit du 31 décembre 1944 au 1er janvier 1945, l’opération Nordwind entraîne d’énormes pertes aussi bien du côté allié qu’allemand ; des villages entiers sont détruits, notamment autour de Haguenau et le long du Rhin ; des centaines de civils sont tués. Le commandant en chef des armées alliées, le général Eisenhower, songe même à se replier sur les Vosges, mais, face à l’intransigeance de De Gaulle, il lui accorde des renforts. La défense de Strasbourg est confiée au général Touzet du Vigier, gouverneur militaire, subordonné au général de Lattre de Tassigny, commandant de la 1re armée, à qui le maire, Charles Frey, fait remettre une gravure ancienne de la cathédrale avec, au dos, ces simples mots : « Au général de Lattre, notre dernier espoir. »78 Symboliquement, la brigade Alsace-Lorraine combat sous les murs de la ville, notamment lors de l’attaque allemande du 7 janvier 1945, au pont de Kraft et à Gerstheim79. Finalement, bien qu’arrivé à quelques kilomètres à peine des faubourgs, le général von Maur, dont les troupes sont épuisées et insuffisamment soutenues, renonce, le 25 janvier, à prendre Strasbourg.

45Le 11 février, De Gaulle assiste à un Te Deum dans la cathédrale pour célébrer la réduction de la poche de Colmar. À cette occasion, Mgr Ruch proclame :

  • 80 Epp, op. cit., p. 400.

« Ici, sur le Rhin, à la vraie frontière de l’antique Gaule et de la nation qui la remplace, ces pierres monteront, jour et nuit, face à tout péril, l’invincible garde d’une paix que l’Évangile et l’Église catholique ne se lassent pas de prêcher : fondée sur la justice et consolidée par l’amour fraternel. »80

  • 81 Ibid., p. 409.

46Kehl n’est toutefois prise que le 15 avril. Tandis que les cloches des églises de Strasbourg sonnent à toute volée, l’artillerie allemande envoie ses derniers obus sur la ville. Dans l’après-midi du 16 avril, de Lattre fait son entrée officielle dans Strasbourg. Le lendemain il assiste lui aussi à un Te Deum. Mgr Ruch déclare dans son homélie : « Ô Jésus […], puisqu’on vous avait chassé de ce temple et que nos armées vous l’ont rendu, Vous êtes donc bien, avec ce général, ces officiers, ces soldats, le Grand Sauveur de ce jour que nos âmes glorifient. »81 Mgr Ruch vient à peine d’entreprendre la grande œuvre de reconstruction matérielle et spirituelle de son diocèse lorsqu’il décède subitement dans la nuit du 28 au 29 août. Le 4 septembre ses obsèques à la cathédrale sont celles d’un grand évêque « catholique et Français toujours ».

Cicatrices et mémoire de trois guerres

47Comme après 1870, de longs travaux sont nécessaires pour réparer les outrages de la guerre. Les toitures endommagées sont provisoirement recouvertes de carton bitumé. Les vitraux, retrouvés par les Américains, sont restitués au nouvel évêque, Mgr Weber, dès le 4 novembre 194582. En 1946-1947, les deux voûtes du bas-côté nord sont restaurées, puis, entre 1955 et 1967, ce sont les escaliers à vis entre les galeries de l’abside et les bras du transept, également touchés en 1944. La restitution de la partie sommitale du clocheton de la tourelle nécessite, quant à elle, une dépose et une repose complète. « En effet, l’objectif était de lui rendre son état du xixe siècle d’après les nombreux documents laissés par Gustave Klotz en y intégrant un maximum de pierres d’origine en bon état. » On assiste aussi à une reprise des parties supérieures de la chapelle Sainte-Catherine, refaites dans les décennies qui ont suivi les dégâts causés par les obus en 187083.

  • 84 Granier, Et Leclerc…, op. cit., p. 286.
  • 85 Sous la statue, on peut lire l’inscription : AU GÉNÉRAL LECLERC LIBÉRATEUR DE STRASBOURG XXIII NOVE (...)
  • 86 DNA, 26 novembre 1951.

48Tous les ans, Strasbourg commémore sa libération. Le 23 novembre 1946, Leclerc tient à revenir sur le lieu de son exploit84. Après sa mort accidentelle dans le Sahara le 28 novembre 1947, quelques jours après avoir assisté en la cathédrale de Strasbourg à une messe célébrée par Mgr Weber, une souscription publique en vue de l’érection d’un monument à sa mémoire est lancée par Les Dernières Nouvelles d’Alsace. Le jury retient le projet du sculpteur Georges Saupique, professeur à l’école des Beaux-Arts de Paris, et de l’architecte Jean-Pierre Paquet : un obélisque en grès rose de Petersbach avec un groupe en bronze (Leclerc entouré par deux Victoires ailées)85. Le monument, installé sur la place Broglie – ex-Hitlerplatz –, le dos au théâtre, entre le mess des officiers et le palais du gouverneur militaire, est inauguré le 25 novembre 1951 par le maire Frey devant une foule de plusieurs milliers de personnes, en présence de nombreux anciens de la 2e DB, dont l’abbé Minery, un de ses anciens aumôniers, qui prononce un discours86.

49Le 4 juillet 1948, à l’occasion des fêtes du tricentenaire des traités de Westphalie et du rattachement de l’Alsace à la France, les présidents de la République Vincent Auriol et du Conseil Robert Schuman se rendent à la cathédrale, où Mgr Weber déclare :

  • 87 Epp, op. cit., p. 414.

« Puissent à jamais l’Alsace et la France être fermées aux invasions venues de l’Est ! Puisse le secours d’En-Haut s’étendre pour toujours sur notre patrie ! Domine salvam fac Republicam – Seigneur, protégez la République française ! »87.

  • 88 Olivier Tsevery, « Strasbourg le 23 novembre 1994 » (otheatre.over-blog.org, 21 mai 2013).
  • 89 https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/2014/11/23

50D’autres présidents de la République – René Coty, Charles De Gaulle, Georges Pompidou – se rendent officiellement à la cathédrale. Le 23 novembre 1994 François Mitterrand y entend un Te Deum œcuménique, en présence de l’archevêque, Mgr Brand88. Le 23 novembre 2014, c’est un drone qui hisse sur la plateforme le drapeau tricolore qu’un employé du Musée de l’Œuvre Notre-Dame accroche ensuite sur la flèche. Dans les tribunes prennent place le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et encore une soixantaine de vétérans de la 2e DB, dont Raymonde Jeanmougin, une ancienne Rochambelle (conductrice d’ambulance)89. Autre événement immuable, le dimanche le plus proche du 14 juillet, l’évêque (puis archevêque à partir de 1988) célèbre une « messe pour la France ». Ce mélange entre religieux et politique est l’une des spécificités des terres concordataires.

51Devenue « capitale de l’Europe », Strasbourg voit aussi affluer de nombreuses personnalités étrangères de premier plan, qui font souvent le détour jusqu’à la cathédrale, comme le pape Jean-Paul II en octobre 1988. En 1956, le Conseil de l’Europe offre à Mgr Weber le vitrail Notre-Dame de Strasbourg, réalisé par Max Ingrand, placé dans le chœur de la cathédrale, devenue symbole de paix et de réconciliation.

  • 90 1870, Strasbourg brûle-t-il ?, Catalogue d’exposition, op. cit.

52Le souvenir de la guerre de 1870 n’est pas perdu non plus. L’année 1970 voit plusieurs commémorations. Et, pour le cent-quarantième anniversaire du siège, l’exposition 1870, Strasbourg brûle-t-il ? est présentée aux Archives de la Ville du 11 septembre au 10 décembre 2010, en partenariat avec le Musée historique, la médiathèque André Malraux et le Staatsarchiv du canton Bâle-ville. « Quarante-six jours de siège, près de 200 000 obus tirés sur Strasbourg, des quartiers entiers détruits, le siège de 1870 est sans doute l’évènement le plus terrible de l’histoire de Strasbourg », rappelle l’argumentaire de la manifestation90.

Autres temps, autres luttes

  • 91 De manière paradoxale, le dirigeant d’Alsace d’abord ! de l’époque, Robert Spieler (dissident du Fr (...)

53Alors que l’appartenance nationale de Strasbourg n’est plus contestée que par une infime partie de la population, la cathédrale est toujours investie d’une charge identitaire, mais dans un autre contexte. Dans les années 1990 fleurissent en effet sur les murs de Strasbourg les affiches du mouvement politique d’extrême droite Alsace d’abord !, qui entend dénoncer l’islamisation de la région. Elles représentent une Alsacienne avec sa coiffe, affublée d’un voile, posant devant une cathédrale transformée en mosquée, la croix ayant été remplacée par le croissant. L’édifice constitue ainsi pour ce parti politique, qui possède alors une certaine influence électorale, le marqueur ultime de la perte d’identité « programmée par les élites mondialisées » d’une terre qui a su autrefois produire ce chef-d’œuvre de pierre et de verre, témoin de sa foi91.

  • 92 www.lefigaro.fr/culture/2015/11/15/
  • 93 John Reichenbach, « Après les attentats à Paris, l’annulation du marché de Noël de Strasbourg n’est (...)

54Ce témoignage spectaculaire d’une foi et d’une culture suscite à peu près au même moment la rage homicide des islamistes. En décembre 2000, plusieurs terroristes du Groupe salafiste pour la prédication et le combat, une organisation d’origine algérienne, sont arrêtés par la police à Francfort : ils envisageaient de poser une bombe sur le parvis de la cathédrale pendant le marché de Noël mondialement célèbre (des explosifs et une vidéo de la cathédrale et de la foule dans les allées du marché sont retrouvés chez eux)92. En 2003 ils sont condamnés à des peines allant de dix à douze ans de prison93.

  • 94 Hugo-Pierre Gausserand, « Attentats de Paris : le marché de Noël de Strasbourg en sursis » (www.lef (...)
  • 95 http://www.bfmtv.com (21 novembre 2016).
  • 96 Voir Méréo Florence et Foreix Yann, « État d’urgence : Strasbourg barricade sa cathédrale » (www.le (...)

55Après les attentats de Paris et de Saint-Denis le 13 novembre 2015, revendiqués par l’État islamique (Daesh), qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés, l’annulation du marché de Noël est, un moment, envisagée94. En décembre 2016, malgré le massacre de Nice du 14 juillet précédent (86 morts et 450 blessés), le maire maintient là encore l’événement, mais avec un « dispositif de sécurité plus important », en raison de l’interpellation à Strasbourg, peu avant son ouverture, de quatre hommes – dont un employé municipal – qui s’apprêtaient à commettre un attentat en région parisienne. « Arrêter le marché de Noël conforterait la propagande de l’État islamique », explique à cette occasion Roland Ries. « Pour la deuxième année consécutive, constate BFM TV, le centre-ville, deviendra une forteresse avec une quinzaine de checkpoints et une sécurité assurée par un important déploiement de policiers et de militaires. »95 De plus, à la suite du meurtre de l’abbé Jacques Hamel par deux djihadistes dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016, qui met l’accent sur les menaces particulières planant sur les lieux de culte catholiques, un système de filtrage drastique doit être mis en place à l’entrée de l’édifice, qui est visité par quelque huit millions de personnes chaque année96. Toutes ces précautions n’empêchent pas un terroriste islamiste de semer la terreur autour du monument au soir du 11 décembre 2018, en commençant son itinérance meurtrière (qui cause cinq morts et onze blessés) rue des Orfèvres, à quelques mètres de la place de la cathédrale.

56Dans le même temps, « l’icône » que constitue celle-ci est utilisée par les autorités pour délivrer un message qui se veut consensuel. En septembre 2015, dans son discours de clôture des « États généraux du christianisme » (organisés par l’hebdomadaire catholique La Vie), prononcé dans la cathédrale, le ministre socialiste de l’Intérieur et des Cultes, Bernard Cazeneuve, affirme que « la France est historiquement un pays de tradition chrétienne » et que « les valeurs républicaines, qui sont aussi largement celles de l’Évangile, constituent l’une des clés du renouveau » :

  • 97 La Vie, 3 octobre 2015.

« Cette cathédrale est en effet un lieu propice à l’espoir. En raison de son histoire, elle est un symbole extrêmement fort de paix et de fraternité, une leçon silencieuse et vivante pour tous. Elle nous montre que la tolérance et la concorde finissent par prévaloir sur la barbarie et sur la folie des hommes. »97

  • 98 Dossmann Philippe, « Cathédrale taguée : plainte de la DRAC », Dernières Nouvelles d’Alsace, 23 fév (...)

57La menace est cependant protéiforme. Alors que les actes de vandalisme antichrétien imputables à l’extrême gauche se multiplient également, la cathédrale est la cible, pour la première fois, dans la nuit du 20 au 21 février 2018, de graffitis anarchistes. Inscrite à la bombe de peinture noire sur la façade et l’une des portes principales, la formule : « Ni dieu ni maître » est aussitôt effacée par les services municipaux, tandis que l’archiprêtre, l’abbé Michel Wackenheim, dénonce « une provocation bête et méchante »98.

58Il est intéressant de constater comment, ainsi que ce fut le cas aux xixe et xxe siècles, des personnalités de tous bords politiques – même éloignées de la tradition chrétienne – s’approprient la cathédrale, emblème de « ce qui demeure », un repère rassurant dans un monde en perpétuelle agitation, tandis que d’autres voient en elle le symbole d’une société d’essence chrétienne – même si celle-ci semble parfois l’oublier –, qu’ils haïssent.

Conclusion

59La cathédrale de Strasbourg est l’un des éléments récurrents de la rhétorique patriotique d’après la défaite de 1871. C’est d’abord le chef-d’œuvre meurtri par les obus incendiaires badois en août 1870, dont le martyre est exalté par une prose et des vers qui stigmatisent la barbarie des « Prussiens ». C’est également l’incarnation de l’Alsace-Lorraine annexée, mais toujours debout, figée dans l’attente : un symbole religieux bien sûr, mais aussi laïc.

60Pendant la Première Guerre mondiale, la cathédrale de Strasbourg, que les soldats français ont cru apercevoir furtivement en août 1914 lors de leur incursion dans la vallée de la Bruche, apparaît sur un certain nombre d’outils de propagande. En novembre 1918, la flèche porte de manière éphémère l’emblème de la révolution qui vient de balayer le Kaiser, vite remplacé par le tricolore bleu-blanc-rouge. La cathédrale incarne en effet désormais le retour de la France et l’on se perd en conjectures sur son caractère gothique, et donc, forcément, français. Elle voit arriver le banc et l’arrière banc de la classe politique, à commencer par Poincaré et Clemenceau, et des hauts commandants de l’armée victorieuse, Foch et Pétain, tandis qu’un prélat patriote « irréprochable » remplace bientôt l’évêque allemand.

61Le dernier acte de cette pièce, qui en compte trois, a pour décor la Seconde Guerre mondiale. Quand Strasbourg et l’Alsace sont annexés de fait par le IIIe Reich, Hitler visite ce « joyau de l’art germanique » en juin 1940, avant d’ordonner de le désaffecter du culte catholique. Pendant que les nazis exaltent le caractère de « vieille ville allemande » de Strasbourg, le monument se mue, chez les Français qui ne se résignent pas à la défaite, en espoir de victoire, comme quelques décennies plus tôt. En novembre 1944, les jeunes Alsaciennes libérées embrassent les soldats de la 2e DB au pied du colosse de grès rose.

62La cathédrale apparaît donc comme une sorte de métaphore de l’histoire de l’Alsace et, au-delà, des passions franco-allemandes, mais non pas seulement.

Notes

1 Victor Hugo, Le Rhin. Lettres à un ami, Paris, H. L. Delloye, 1842. Johann Wolfgang Goethe, « Von deutscher Baukunst », in Von Deutscher Art und Kunst. Einige fliegende Blätter, Hamburg, D.M. Ervini a Steinbach, 1773.

2 http://www.europtimist.eu (Site de Strasbourg Métropole).

3 Une fondation dont l’origine remonte à 1224, chargée, en concertation avec la municipalité, de l’entretien de l’édifice.

4 www.oeuvre-notre-dame.org

5 Voir Stéphane Audoin-Rouzeau, 1870, la France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989. Raymond Bongrand, 1870. Alsace-Metz-Sedan, Strasbourg, Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA), 1970. Michael Howard, The Franco-Prussian War, Routledge, New-York, 1962. Roland Hoyndorf et Willy Schneider, 1870. La perte de l’Alsace-Lorraine, Strasbourg, Coprur, 1970. François Roth, La Guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990.

6 Plusieurs récits du siège ont été publiés, dont : Jean-Claude Ménégoz, Mille huit cent soixante-dix, siège de Strasbourg. Le Journal de Miss Jacot, Strasbourg, Le Verger, 1996. Frédéric Piton, Le Journal d’un assiégé, Paris, Schlaeber, 1900. Charles-Auguste Schneegans, Strasbourg ! Quarante jours de bombardement, Neufchâtel, Sandoz, 1871. Raymond Signouret, Souvenirs du bombardement et de la capitulation de Strasbourg, Bayonne, Cazals, 1872. Général Uhrich, Documents relatifs au siège de Strasbourg, Paris, Dentu, 1872. Voir aussi Fernand L’Hullier (dir.), L’Alsace en 1870-1871, Presses universitaires de Strasbourg, 1971. Raymond Oberlé, Batailles d’Alsace du Moyen Âge à 1870, Strasbourg, Contades, 1987.

7 Mireille Biret et Monique Klipfel, « Le Siège de Strasbourg » (http://www.crdp-strasbourg.fr, 13 juillet 2011).

8 1870, Strasbourg brûle-t-il ?, Catalogue d’exposition, Strasbourg, archives de Strasbourg, 2010, 160 p.

9 Strasbourg 1870. Le récit du siège d’après le journal inédit d’Ernest Frantz, 15 juillet-28 septembre, introduction et commentaires d’Aline Bouche, David Bourgeois et Marie-Claire Vitoux, Nancy-Colmar, Place Stanislas, 2010, p. 138-139.

10 www.oeuvre-notre-dame.org

11 René Epp, « De 1789 à nos jours, les évêques et la Cathédrale », dans Mgr Joseph Doré (dir.), Strasbourg. La Grâce d’une cathédrale, Strasbourg, La Nuée bleue, 2007, p. 399.

12 Niels Wilcken, Architektur im Grenzraum. Das öffentliche Bauwesen in Elsaß-Lothringen 1871-1918, Sarrebruck, Institut für Landeskunde im Saarland, 2000, p. 288.

13 www.encyclopedie.bseditions.fr

14 Gustave Fischbach, Le Siège de Strasbourg, Strasbourg, Impr. alsacienne, 1897, p. 280-281.

15 Auguste Colas dit Baudelaire, Strasbourg, 1870. Siège et bombardement, album de 35 planches photographiées, Strasbourg, Fischbach, 1874. Gustave Fischbach, Le Siège et le bombardement de Strasbourg, Strasbourg, 1870. Alfred Marchand, Le Siège de Strasbourg, 1870 : la bibliothèque, la cathédrale, Paris, J. Cherbuliez, 1871. Paul Ristelhuber, 1870, siège et bombardement de Strasbourg : album de 25 dessins par Touchemolin, Strasbourg, Baudelaire, Saglio & Peter éd., s.d. Voir aussi Matthias Miller, « Photographier la guerre en 1870-1871 », dans France, Allemagne(s) 1870-1871. La Guerre, la Commune, les mémoires, Paris, Gallimard-Musée de l’Armée, 2017, p. 97-103.

16 Il est à noter qu’ont été conservés, comme reliques du siège, des obus non explosés fichés dans certaines façades du centre-ville, comme celle de l’Hôtel de la Cathédrale.

17 Jacques Klotz, « Gustave Klotz, architecte de l’Œuvre Notre-Dame de 1837 à 1880 », Bulletin de la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg, n° 8, 1966, p. 21-50.

18 Gustave Klotz, 1870, Cathédrale de Strasbourg. Réparation générale des dégâts causés par le bombardement. Rapport présenté à M. E. Lauth, maire de la ville, Strasbourg, Winter, 1872. Voir Sabine Bengel, « La Restauration “à l’allemande” de la cathédrale de Strasbourg entre 1870 et 1919 », in Robert Belot (dir.), 1870. De la guerre à la paix, Strasbourg-Belfort, Paris, Hermann, 2013, p. 123.

19 www.oeuvre-notre-dame.org

20 Bengel, op. cit., p. 123.

21 Ibid., p. 125.

22 www.oeuvre-notre-dame.org

23 Bengel, op. cit., p. 132-133.

24 Christian Baechler, Le Parti catholique alsacien, du Reichsland à la République jacobine, Paris, Ophrys, 1982.

25 Epp, op. cit., p. 400.

26 Voir Laurence Turetti, Quand la France pleurait l’Alsace-Lorraine. 1870-1914 : les « provinces perdues » aux sources du patriotisme républicain, Strasbourg, La Nuée bleue, 2008.

27 Jean-Jacques Waltz, dit Hansi, L’Histoire d’Alsace racontée aux petits enfants d’Alsace et de France, Paris, H. Floury, 1912.

28 Robert Perreau, Avec Hansi à travers l’Alsace, Strasbourg, Alsatia, 1994, p. 144.

29 Philippe Wilmouth, Images de propagande. L’Alsace-Lorraine de l’Annexion à la Grande Guerre, 1871-1919, Ars-sur-Moselle, Serge Domini, 2013, p. 130.

30 Samuel-Élie Rocheblave, Riche et pauvre. Livre de lecture courante, Paris, Larousse, 1912, cité par Jacques Gimard et Michel Volden, Mémoire d’Alsace et de Lorraine, Paris, Le Pré aux Clercs, 2000, p. 18.

31 Ibid.

32 Irénée Carré et Léon Moy, La Première année de style, de rédaction et d’élocution, Paris, A. Colin, 1884, cité par Gimard et Volden, op. cit., p. 38.

33 Wilmouth, op. cit., p. 78.

34 Gimard et Volden, op. cit., p. 10.

35 Christophe Didier (dir.), 1914-1918. Orages de papier. Les collections de guerre des bibliothèques, Paris-Strasbourg, Somogy éditions d’art-BNU, 2008, p. 213.

36 Wilmouth, op. cit., p. 30.

37 Ibid., p. 34.

38 Ibid., p. 44.

39 Ibid., p. 127.

40 Gilbert Stoehr, La Bataille de Grendelbruch-Muckenbach, 17-18 août 1914, Grendelbruch, Le Souvenir Français, 1994, p. 7.

41 Rachel Chrastil, « Le Siège de Strasbourg et l’humanitarisme : prémisses de 1914 ? », in Jean-François Chanet, François Cochet, Olivier Dard, Éric Necker et Jakob Vogel (dir.), D’une guerre à l’autre. Que reste-t-il de 1870-1871 en 1914 ?, Paris, Riveneuve, 2016, p. 344.

42 Wilmouth, op. cit., p. 94.

43 « Souscrivez tous au 3e emprunt de la Défense nationale. Vous aiderez nos héroïques soldats à rendre Strasbourg à la France » (avec un drapeau tricolore qui flotte sur la plateforme de la Cathédrale et les troupes françaises qui défilent dans les rues sous les acclamations). Cette affiche reçoit une nouvelle légende après l’Armistice : « Voici l’heure de la Justice et de la Victoire ! Nos héroïques soldats et leurs frères d’armes… ont rendu Strasbourg à la France ! »

44 Didier, op. cit., p. 70.

45 Rodolphe Reuss, La Question d’Alsace-Lorraine, Paris, Boivin, 1918, p. 62.

46 Wilmouth, op. cit., p. 102.

47 Ibid., p. 85.

48 Voir Laëtitia Brasseur-Wild et Rainer Brüning, Vivre en temps de guerre des deux côtés du Rhin 1914-1918, Colmar-Stuttgart, Landesarchiv Baden-Württemberg-Archives départementales du Haut-Rhin, 2014. Archives de la Ville et de la Communauté urbaine de Strasbourg (AVCUS), Strasbourg en guerre, 1914-1918. Une ville allemande à l’arrière du front, Strasbourg, Le Verger, 2014.

49 Service historique de la Défense – Guerre, 7 N 678, cité par Stéphane Salton, Les Alsaciens-Lorrains engagés dans l’armée française pendant la Grande Guerre, maîtrise, Strasbourg II, 1999, p. 95.

50 AVCUS, 14-18 à l’affiche, Strasbourg, 2008, p. 41.

51 Voir Foessel Georges, « Strasbourg sous le drapeau rouge. La Révolution de novembre 1918 », Les Saisons d’Alsace, 1968, n° 28, p. 471-509.

52 Jacques Granier (dir.), Novembre 1918 en Alsace, Strasbourg, DNA, 1968, p. 37-40.

53 Robert Heitz, « L’Anarchie s’installe à Strasbourg », in Granier, op. cit., p. 34.

54 Le 19 novembre, L’Excelsior relaie une information révélée deux mois plus tôt par le Chicago Tribune : un Alsacien émigré à Philadelphie, ancien communard, Jacques G. Aschbacher (Mulhouse, 1842-1898), avait promis la somme de 30 000 francs (en réalité deux cents dollars seulement) au premier soldat français qui y hisserait le drapeau tricolore (Corman Françoise (dir.), Le Livre d’Or de la Victoire. De Sarajevo à Sarajevo, Paris, Edibys, 1995, p. 279-280).

55 Raymond Stern, Petite chronique d’une Grande Guerre. Journal d’un capitaine du service automobile de l’armée 1914-1918, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 484-487.

56 (Auguste) Wackenheim, La Littérature dialectale alsacienne. Une anthologie illustrée, Paris, 1997, t. 4, p. 82-88.

57 Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, FSHAA, 1983-2007, p. 2019.

58 Wilmouth, op. cit., p. 87.

59 Ibid., p. 111.

60 Bengel, « Restauration de la cathédrale », dans Roland Recht et Jean-Claude Richez, Dictionnaire culturel de Strasbourg 1880-1930, Presses universitaires de Strasbourg, 2017, p. 453.

61 Le Château des Rohan est l’ancienne résidence des évêques de Strasbourg.

62 http://www.cathedrale-strasbourg.fr (Site de la paroisse de la Cathédrale).

63 www.oeuvre-notre-dame.org

64 Eugène Riedweg, « Le Prix de la liberté. L’Alsace bombardée », Les Saisons d’Alsace, n° 124, été 1994, p. 37-46. Voir aussi Richard Seiler, Objectif Strasbourg, Strasbourg, La Nuée bleue, 2013.

65 Le Général Leclerc vu par ses compagnons de combat, Strasbourg, Alsatia, 1948. Abbé Maurice Cordier et Roger Fouquer, Le Général Leclerc ou se commander à soi-même, Paris, DDB, 1990. Général Jean Compagnon, Leclerc, Maréchal de France, Paris, Flammarion, 1994. André Martel, Leclerc, le soldat et le politique, Paris, Albin Michel, 1998. Christine Levisse-Touzé, Philippe Leclerc de Hauteclocque, la légende d’un héros, Paris, Tallandier, 2002. Jean-Chistophe Notin, Leclerc, Paris, Perrin, 2005.

66 Raymond Dronne, Leclerc et le serment de Koufra, Paris, J’ai lu, 1970. Maja Destrem, L’Aventure de Leclerc, Paris, Fayard, 1984.

67 Jacques Granier, Et Leclerc prit Strasbourg, Strasbourg, DNA, 1970 (préface).

68 Raymond Muelle et Fabienne Mercier-Bernadet, Septembre 1944-Février 1945. Ils ont libéré la Lorraine et l’Alsace…, Fontenay-aux-Roses, L’Esprit du Livre, 2004.

69 Selon une autre version, le rouge provenait d’un drapeau nazi déchiré (Jacques Granier, Georges Foessel et Alphonse Irjud, La Libération de Strasbourg, Strasbourg, La Nuée bleue, 1995, p. 82).

70 Lieutenant Bompard, « Comment notre drapeau fut hissé sur la Cathédrale », dans Le Livre d’or de la 2e DB, cité par Fondation Leclerc, Soldats de Leclerc. Récits et anecdotes, 1940-1946, Paris-Panazol, Lavauzelle, 1997, p. 221-222. Voir aussi l’entretien de Denis Tricard avec Maurice Lebrun, DNA, 19 novembre 2004.

71 Jean-Pierre Bernier, La Libération de Strasbourg et de l’Alsace, Paris-Panazol, Lavauzelle, 1984, p. 84.

72 http://www.cathedrale-strasbourg.fr

73 Le Livre d’or…, op. cit., p. 222.

74 Ibid.

75 Epp, op. cit., p. 408.

76 David Colley, Decision at Strasburg: Ike’s Strategic Mistake to Halt the Sixth Army Group at the Rhine in 1944, Annapolis, US Naval Institute Press, 2008. Peter Elstob, Hitler’s Last Offensive, New-York, Mac Millan Company, 1971. Richard Engler, The Final Crisis: Combat in Northern Alsace, January 1945, Aberjona Press, 1999. Daniel Feldmann et Cédric Mas, La Campagne du Rhin, Paris, Economica, 2016. Charles B. Mac Donarld, The Last Offensive, Washington, Office of the Chief of Military History, US Army, 1973. Charles Whiting, The Other Battle of the Bulge: Operation Northwind, New-York, Harper Collins Publishers, 1992. Steven Zaloga, Operation Nordwind 1945 – Hitler’s last offensive in the West, Oxford, Osprey Publishing, 2010.

77 Rittgen Francis, Opération Nordwind. Dernière offensive allemande sur la France, Sarreguemines, Pierron, 2006, p. 9.

78 Epp, op. cit., p. 408.

79 Voir Mercadet Léon, La Brigade Alsace-Lorraine, Paris, Grasset, 1984.

80 Epp, op. cit., p. 400.

81 Ibid., p. 409.

82 Lefort Nicolas, « “Comme un chantier abandonné” : la mise en défense de la cathédrale et le voyage des vitraux (1935-1955) », in Mistler Anne, Cathédrale de Strasbourg. 100 ans de travaux, Bernardswiller, I.D. éditions, 2015, p. 94-103.

83 www.oeuvre-notre-dame.org

84 Granier, Et Leclerc…, op. cit., p. 286.

85 Sous la statue, on peut lire l’inscription : AU GÉNÉRAL LECLERC LIBÉRATEUR DE STRASBOURG XXIII NOVEMBRE MCMXLIV MORT EN SERVICE COMMANDÉ LE 28 NOV. 1947 MARÉCHAL DE FRANCE LE 23 AOÛT 1952 ; et à l’arrière : LE TCHAD 1940 KOUFRA 1941 LE FEZZAN 1942 TRIPOLITAINE TUNISIE 1943 PARIS ET STRASBOURG 1944 JUREZ DE NE DÉPOSER LES ARMES QUE LE JOUR OÙ NOS COULEURS NOS BELLES COULEURS FLOTTERONT SUR LA CATHÉDRALE DE STRASBOURG SERMENT DE KOUFRA 2 MARS 1941.

86 DNA, 26 novembre 1951.

87 Epp, op. cit., p. 414.

88 Olivier Tsevery, « Strasbourg le 23 novembre 1994 » (otheatre.over-blog.org, 21 mai 2013).

89 https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/2014/11/23

90 1870, Strasbourg brûle-t-il ?, Catalogue d’exposition, op. cit.

91 De manière paradoxale, le dirigeant d’Alsace d’abord ! de l’époque, Robert Spieler (dissident du Front national), ne cachait pas, dans le même temps, son idéologie néo-païenne.

92 www.lefigaro.fr/culture/2015/11/15/

93 John Reichenbach, « Après les attentats à Paris, l’annulation du marché de Noël de Strasbourg n’est pas exclue » (https://france3-regions.francetvinfo.fr, 15 novembre 2015).

94 Hugo-Pierre Gausserand, « Attentats de Paris : le marché de Noël de Strasbourg en sursis » (www.lefigaro.fr/culture/2015/11/20).

95 http://www.bfmtv.com (21 novembre 2016).

96 Voir Méréo Florence et Foreix Yann, « État d’urgence : Strasbourg barricade sa cathédrale » (www.leparisien.fr, 8 août 2016).

97 La Vie, 3 octobre 2015.

98 Dossmann Philippe, « Cathédrale taguée : plainte de la DRAC », Dernières Nouvelles d’Alsace, 23 février 2018.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site