Version classiqueVersion mobile

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Représentations

La cathédrale de Strasbourg dans le discours et l’iconographie de la France en guerre et en « paix armée », de 1870 à 1945

Jean-Noël Grandhomme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec sa silhouette si particulière du fait de son unique tour et de sa flèche, achevée en 1439 – qui était alors la plus haute de la Chrétienté –, avec sa couleur rose unique, la cathédrale de Strasbourg est facilement identifiable. Haute de 142 mètres, pour 118 de longueur et 51 de largeur, elle est visible à des dizaines de kilomètres à la ronde. Chantée par le Français Victor Hugo et par l’Allemand Johann Wolfgang von Goethe1, elle demeure l’élément du patrimoine auquel les Alsaciens sont le plus attachés. 2014 et 2015 ont été jalonnées par près de cinq cents manifestations destinées à célébrer le millénaire de ses fondations, dont le spectacle, 1015-2015, la cathédrale de toute éternité2, qui évoque, entre autres, la période 1870-1945.

Cette tranche temporelle a fait l’objet de nombreuses études monographiques, mais seulement d’une petite synthèse, sur le site de l’Œuvre Notre-Dame3, 1870-1944 : La cathédrale meurtrie par les guerres4. Dans cette contribution il sera question, de...

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search