Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Représentations

Les cathédrales dans la Grande Guerre et le regard des écrivains

Joëlle Prungnaud

Texte intégral

1Pour comprendre l’émoi suscité par le sort des cathédrales dans la Grande Guerre, il faut se replacer dans le contexte socio-culturel de l’époque : l’ouvrage de l’historien d’art viennois Aloïs Riegl, Le Culte moderne des monuments (1903), permet de mesurer l’évolution de la relation au patrimoine, notamment architectural, qui s’est accomplie au fil des décennies à l’échelle européenne. La sacralisation de l’héritage du passé a fait de la conservation des monuments historiques un principe érigé en dogme et inscrit dans la loi. Et parmi les monuments anciens qui jouissaient du plus grand prestige, la cathédrale occupait une place de choix. Tout au long du siècle précédent, elle s’était affirmée comme l’emblème du patrimoine monumental, et en particulier lorsqu’elle était de style gothique, un style qui avait été exalté par le mouvement romantique de retour au Moyen Âge (Gothic Revival). À cette suprématie esthétique venait s’ajouter en France un élément qui rendait les cathédrales plus chères encore aux yeux de leurs admirateurs : c’était la crainte de voir leur existence menacée par les conséquences de la séparation des Églises et de l’État (1905). En effet, les détracteurs de cette loi prédisaient une désaffectation cultuelle qui risquait de leur ôter leur raison d’être, de les transformer en musées. C’est ainsi que Marcel Proust en vint à publier un article alarmiste dans Le Figaro prophétisant « La mort des cathédrales » (16 août 1904).

  • 1 Auguste Rodin, Les cathédrales de France, Paris, Armand Colin, 1914, avec une introduction de Charl (...)

2Au début du xxe siècle, la célébration de la cathédrale dans les arts et les lettres se poursuit, sans solution de continuité, comme en témoigne la publication, en 1914, de l’ouvrage d’Auguste Rodin, Les cathédrales de France, précédé d’une longue introduction du poète et théoricien du symbolisme Charles Morice1.

3On comprend que, dans un tel contexte, l’image de Notre-Dame de Reims incendiée par les obus allemands, le 19 septembre 1914, ait pu frapper les esprits. Après les villes martyres de Belgique, c’est à la cathédrale bombardée qu’il incombait d’incarner la violence destructrice de la guerre.

4Mais le cas exemplaire de Reims, qui a focalisé l’attention de l’opinion et qui est resté imprimé dans la mémoire collective, ne doit pas faire écran et occulter le sort non moins funeste subi par d’autres édifices religieux lors de l’invasion des troupes allemandes en Belgique, comme la cathédrale Saint-Rombaut de Malines ou la collégiale Saint-Pierre de Louvain. Les dommages perpétrés tout au long de la guerre aux édifices situés dans la zone des combats devaient parfois conduire à leur destruction totale, comme ce fut le cas pour la cathédrale Saint-Martin à Ypres. En France, la ligne de front, rappelons-le, traversait précisément une terre de cathédrales : l’Artois, la Picardie, la Champagne et jusqu’à l’Île-de-France.

5En termes de bilan, à la fin du conflit, on dénombre une douzaine de cathédrales (ou anciennes cathédrales) plus ou moins gravement endommagées. Mais au-delà des églises épiscopales proprement dites, il convient d’ajouter à ce sinistre décompte les lieux saints d’une importance comparable sur le plan de l’élévation architecturale, de la richesse artistique et de la vie liturgique et qui avaient tout autant de prestige aux yeux de la population. Au moins sept collégiales (belges pour la plupart) et trois basiliques de renom ont également souffert des tirs d’artillerie ou des bombes incendiaires, comme Saint-Rémi à Reims et Saint-Quentin [voir Annexe].

6Dès le début, la guerre investit la cathédrale d’une dimension nouvelle : elle devient une cause à défendre, un enjeu national. Et, de ce fait, les modalités de sa représentation dans le discours produit par les écrivains s’en trouvent profondément modifiées, de 1914 à 1918 et pendant les années de reconstruction. C’est ce processus qui sera étudié ici, à partir de quelques exemples puisés dans un corpus de textes de langue française et anglaise. Cette approche littéraire ne peut être que complémentaire de celle des historiens et historiens de l’art, dont les travaux ont été précieux pour nourrir la présente réflexion. Les écrivains ne furent pas les seuls à défendre les cathédrales en guerre mais ils l’ont fait au moyen d’une riche palette de moyens d’expression : de la chronique journalistique à l’essai, du témoignage à la fiction romanesque, sans oublier la poésie et le théâtre.

7Il s’agira donc de répondre à ce double questionnement : comment les écrivains se sont-ils portés au secours des cathédrales en péril ? Que nous apprend leur engagement sur les fonctions de l’édifice diocésain pendant la Grande Guerre ?

  • 2 André Suarès, « La plainte de Rheims », Les Cahiers vaudois, n° 10, 1914, vol. I, p. 7-12.
  • 3 Romain Rolland, « Pro Aris », ibid., p. 13-22.
  • 4 Ibid., respectivement p. 53, p. 57-58, p. 69.
  • 5 Romain Rolland, ibid., p. 14.

8Après le sac de Louvain et l’incendie de Notre-Dame de Reims, la communauté culturelle se mobilise pour dénoncer ces actes de destruction qui viennent s’ajouter aux lourdes pertes civiles, des faits qualifiés d’« atrocités allemandes » par la presse. Les écrivains, qui se considèrent comme garants de la culture et qui ont souvent eux-mêmes lutté pour la sauvegarde des monuments historiques, sont prompts à réagir, de manière collective ou individuelle. La revue suisse de littérature et d’art, Les Cahiers vaudois, en offre un bon exemple : le n° 10, paru en 1914, réunit des noms célèbres du monde des lettres, avec des articles d’André Suarès2, de Romain Rolland3, des lettres de Paul Claudel, Paul Fort, Émile Verhaeren4. Un fascicule complémentaire publie, en 1915, le texte des pétitions signées par des sociétés d’écrivains non francophones, ce qui donne une portée internationale à la protestation collective. Tous s’accordent pour considérer le bombardement de la cathédrale comme un crime de guerre. Dans cette équivalence revendiquée entre « les crimes contre les choses » et « les crimes contre les hommes », Romain Rolland va plus loin en déclarant : « Une œuvre comme Reims est beaucoup plus qu’une vie »5.

  • 6 Les Allemands destructeurs des cathédrales et des trésors du passé (documents officiels), mémoire r (...)
  • 7 Documents autographes, dont une lettre manuscrite datée « janvier 1917 », consultables à la Médiath (...)

9Parmi les réactions personnelles, on peut citer les articles régulièrement publiés dans la presse à grand tirage : Maurice Barrès, dans L’Écho de Paris, Pierre Loti, dans L’Illustration, Maurice Maeterlinck dans Le Figaro, le Daily Mail ; on peut également mentionner les lettres publiques adressées aux directeurs de journaux, comme celle d’Anatole France à la Guerre sociale, journal antimilitariste. La protestation peut prendre d’autres formes, comme le mémoire, rédigé à partir de documents officiels par le poète symboliste et naturiste Saint-Georges de Bouhélier6, sur les bombardements de Reims, Arras, Senlis, Louvain, Soissons, en 1915. Il ne faut pas oublier les interventions répétées et obstinées de Joséphin Péladan, occultiste et prolifique écrivain décadent, auprès du Ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts pour exiger la déposition des sculptures du portail de Notre-Dame de Reims7.

  • 8 Maurice Barrès, « La cathédrale en flammes », L’Écho de Paris, 21 sept. 1914. Un Taube (monoplan) b (...)
  • 9 Joséphin Péladan, L’Art et la guerre, Paris, E. de Boccard, 1917, p. 295.

10À la lecture des textes dénonçant les destructions matérielles, on s’aperçoit que la cathédrale se distingue par sa fonction d’exemplarité ; plus que les autres monuments, elle joue le rôle de révélateur du désastre. Il est significatif à cet égard que Maurice Barrès, dans son premier article sur le bombardement de Notre-Dame de Reims, « La cathédrale en flammes », retrace l’itinéraire des attaques ennemies en le recentrant sur les cathédrales, par métonymie avec la ville ou explicitement : « Ils ont commencé par Louvain, continué par Malines, Senlis, Soissons. Aujourd’hui ils brûlent la cathédrale de Reims par dépit enragé de n’avoir pas pu anéantir Notre-Dame de Paris »8. Ce recentrage a une efficacité tactique, sachant que le monument cumule plusieurs fonctions : cultuelle, historique et culturelle. Donner à penser que la cathédrale est la cible privilégiée de l’ennemi (ce qui n’est pas conforme à la réalité des faits) revient à concentrer sur le même objet patrimonial toutes les formes de ressentiment : celui des croyants comme des athées, des catholiques comme des anticléricaux, des va-t’en guerre comme des pacifistes. L’intentionnalité, aggravée par l’argument de la préméditation, a pour effet de démultiplier les chefs d’accusation : profanation, sacrilège, bellicisme vengeur, vandalisme, iconoclasme même puisque les réformés sont soupçonnés de se dresser contre les catholiques à Louvain et qu’en attaquant les sanctuaires dédiés à Notre-Dame, les Allemands s’en prendraient au culte de la Vierge9.

  • 10 Paul Adam, Reims dévastée, Paris, Librairie Félix Alcan, 1920, p. 35.
  • 11 Saint-Georges de Bouhélier, op. cit., p. 44-45. Voir aussi Romain Rolland : « Êtes-vous les petits- (...)
  • 12 Edmund Gosse, « The Desecration of French Monuments », in Inter Arma. Being Essays Written in time (...)

11Les premiers articles de réaction contre le saccage des cathédrales contiennent tous les motifs qui seront inlassablement répétés tout au long de la guerre et constituent en quelque sorte la matrice du discours anti allemand. Et, sur ce point, malheureusement, il faut bien reconnaître que la plupart des écrivains ne se distinguent pas par leur originalité. Parmi les constantes, on relève que les dommages portés au sanctuaire sont assimilés aux blessures infligées au Christ et aux saints martyrs consacrés par le culte, rapprochement qui induit les thématiques récurrentes du calvaire, du martyre, du sacrifice. Ainsi, pour Paul Adam, la face de la cathédrale de Reims fut frappée pendant quatre ans « comme fut la face du dieu à la couronne d’épines avant la crucifixion »10. Ce procédé de l’analogie, très productif, s’applique aussi au rapport de force entre les peuples : les « Allemands destructeurs de cathédrales », selon la formule de Saint-Georges de Bouhélier, sont comparés aux hordes de pillards des noires forêts de Germanie11. Le terme de « vandalisme », créé par métaphore à la Révolution, fait coup double, car il incrimine le Vandale au sens historique, c’est-à-dire le peuple germanique qui déferla sur la Gaule dans sa migration vers l’Afrique, et le Vandale au sens figuré, c’est-à-dire l’inculte qui saccage par ignorance ou par vengeance. Les deux images convergent vers la figure du Barbare (le non-civilisé, le sauvage) qui deviendra le cliché de la propagande alliée et qui autorise tous les raccourcis historiques. Paul Adam compare les Allemands devant Reims aux barbares devant Rome, l’écrivain belge Pierre Nothomb publie, à Paris, Les Barbares en Belgique en 1915. L’auteur britannique Edmund Gosse dénonce la profanation des monuments français par le « Hunnish Vandalism »12.

  • 13 Bulletin individuel du « Capitaine de Vaisseau Viaud », rempli par le Général Franchet d’Esperey, d (...)
  • 14 Ibid., p. 75. On retrouve la longue description de l’intérieur de la cathédrale dans « À Soissons » (...)
  • 15 Pierre Loti, Journal, op. cit., p. 238.
  • 16 Maurice Maeterlinck, Les Débris de la guerre, Paris, Charpentier, 1916, p. 26.
  • 17 Émile Verhaeren, Parmi les cendres, la Belgique dévastée, Paris, Crès, 1916, p. 17.

12Certains des écrivains cités sont ouvertement engagés par leur gouvernement dans une activité de propagandiste : Émile Verhaeren est attaché au service du roi de Belgique en exil ; Pierre Loti est enrôlé par Aristide Briand et envoyé en mission sur le front pour « recueillir la documentation nécessaire [à ses] travaux littéraires de propagande » comme le stipule le bulletin de l’armée13. Il se rend quatre fois à Reims, visite les « désolations d’Ypres », puis les « ruines de la cathédrale » à Soissons14 en 1915, s’alarme en 1918 du bombardement de la cathédrale d’Amiens15. Rudyard Kipling, Conan Doyle, George Bernard Shaw, pour la Grande-Bretagne, Edith Wharton, pour les États-Unis, publieront également leur compte rendu de visite dans la zone de combat. Contrairement aux auteurs français qui ont tendance à se focaliser sur les cathédrales, les auteurs anglo-saxons déplorent les destructions en général, sans établir de hiérarchie, et se montrent particulièrement sensibles au pathétique des églises de village saccagées. De la même manière, les écrivains belges dénoncent l’anéantissement des petites villes de Flandre, villes d’art et d’histoire, « musées vivants » selon Maurice Maeterlinck16. La cathédrale (ou la collégiale) n’est jamais qu’un élément au cœur d’une unité artistique, elle s’inscrit parmi d’autres « floraisons esthétiques », aux yeux de Verhaeren17.

  • 18 Henri Lavedan, « Reims », dans Les Grandes heures, Paris, Perrin, 1919, première série (août 1914-j (...)
  • 19 On pourra lire à ce sujet l’éclairant article de Yann Harlaut, « L’incendie de la cathédrale de Rei (...)
  • 20 Patrice Béghain, Guerre aux démolisseurs ! Hugo, Proust, Barrès, Un combat pour le patrimoine, Véni (...)

13Le corpus littéraire, parce qu’il est diversifié dans ses supports de publication, apporte un éclairage intéressant sur les manipulations de l’opinion pratiquées par les auteurs. Par exemple, Henri Lavedan, chroniqueur et dramaturge, membre de l’Académie française, publie en 1919 trois volumes réunissant ses articles parus pendant la guerre, selon une formule courante à l’époque. Or, il avait écrit au lendemain du 19 septembre 1914 : « La cathédrale de Reims n’est plus ! » et était allé jusqu’à la décrire comme « un puits à ciel ouvert au fond duquel s’entassent broyées les merveilles de l’art »18. On peut comprendre que, sous le coup de la panique provoquée par le communiqué du gouvernement (« un monceau de ruines »), il n’ait pas vérifié ses sources, comme beaucoup d’autres19. Mais, cinq ans plus tard, il n’apporte aucun démenti à cette fausse information. D’autres écrivains se sont montrés plus honnêtes : quand Proust intègre son article de 1904 dans le recueil Pastiches et mélanges, en 1919, il revient sur ses attaques partisanes, rendues caduques par l’Union sacrée : « Dix ans ont passé, La Mort des cathédrales, c’est la destruction de leurs pierres par les armées allemandes, non de leur esprit par une Chambre anticléricale qui ne fait plus qu’un avec nos évêques patriotes »20.

  • 21 Élie Faure, La Sainte Face, 1917, éd. Karine Trévisan, Paris, Bartillat, 2005, p. 100.
  • 22 Ibid., p. 103.
  • 23 Réponse de G.B. Shaw à l’éditeur Heinemann qui avait imprimé et fait circuler la protestation de Ro (...)

14Toutefois, le consensus apparent de ces protestations unanimes ne doit pas cacher de profondes divergences. Parmi les défenseurs des cathédrales, s’élèvent de rares voix dissidentes : celle d’Élie Faure, mobilisé comme médecin et auteur de La Sainte Face, qui réagit par l’ironie devant l’indignation générale soulevée par l’incendie de Notre-Dame de Reims : « Et pensez-vous m’entraîner, par vos objurgations furieuses, à maudire le vandale, bonnes gens qui venez de traverser Amiens sans faire cinquante mètres pour donner à sa cathédrale un regard indifférent ? »21. Il regrette que « personne ne pleure sur la cathédrale de Soissons », coupée en deux par l’artillerie ennemie et il ajoute : « Mais que voulez-vous, elle est si petite qu’on a dû l’oublier sur les lettres de faire-part »22. En Angleterre, le dramaturge irlandais George Bernard Shaw se place à contre-courant de la communauté littéraire en refusant de signer la pétition de Romain Rolland sur Reims avec cet argument : « The way to save the cathedrals is to stop fighting, and not to use them as stones to throw at the Germans. I won’t sign »23 [la meilleure façon de sauver les cathédrales est d’arrêter la guerre, et non de se servir de leurs pierres pour les lancer à la tête des Allemands]. Il dénonce l’instrumentalisation de la cathédrale par la propagande pour attiser la haine de l’ennemi et donc prolonger le conflit.

  • 24 Joséphin Péladan, op. cit., p. 343. Bilan officiel : parmi les édifices non classés, 850 édifices o (...)

15Après ce panorama, une question se pose : pourquoi avoir mis tant d’ardeur à défendre les cathédrales, alors qu’elles ont moins souffert que les églises paroissiales qui, elles, ont été détruites par centaines ? Joséphin Péladan, si attentif au sort de Reims, s’alarme en 1917 du nombre de ces « vieilles églises abolies », en annonce 1 700 qui seraient « tombées sous le canon luthérien »24. Cette inégalité de traitement est moins due à la valeur artistique des édifices qu’à leur dimension symbolique : les églises de village relevaient du patrimoine local et bénéficiaient, de la part de la population, d’un attachement de proximité, qui fut d’ailleurs fortement revalorisé par la guerre.

  • 25 Paul Adam, op. cit., chap. V, p. 39.

16On peut également s’étonner qu’à Reims, les dégâts subis par la cathédrale aient suscité plus d’indignation que ceux, pourtant plus graves, causés à la basilique Saint-Rémi, classée monument historique dès 1840, avant le classement de Notre-Dame en 1862. La différence tient sans doute au fait que la cathédrale était beaucoup plus qu’un monument du patrimoine confessionnel rémois. Propriété de l’État et non de la commune, elle ne témoignait pas seulement de l’histoire de l’Église, mais de l’histoire de la monarchie française, c’est-à-dire du pouvoir civil national, puisqu’elle fut le lieu de couronnement de vingt-cinq souverains. Quand en 1920 Paul Adam écrit à son sujet : « elle survit, notre église des sacres »25, il résume en une formule le caractère unique du sanctuaire, son prestige historique et politique et, par l’ajout du possessif, relève l’appropriation symbolique du monument par la population de la nation tout entière.

  • 26 Alain Erlande-Brandenburg, Mathieu Lours, Cathédrales d’Europe, Paris, Citadelles et Mazenod, 2011, (...)
  • 27 Jean-Michel Leniaud, Les cathédrales au xixe siècle, Paris, Economica, 1993, p. 19.

17Le fait qu’en 1918, pour célébrer l’unité retrouvée, le drapeau tricolore ait été placé à Strasbourg sur la flèche de la cathédrale26 montre la capacité de l’édifice épiscopal à représenter la nation et signale que cette fonction a été réactivée par la Grande Guerre. En effet, comme l’explique Jean-Michel Leniaud27, la cathédrale, qui avait été concurrencée sous la République par le Panthéon, retrouve sa place éminente dans la mémoire nationale pendant la guerre de 1914. Elle devient alors le symbole de la nation souffrante et de la nation triomphante.

  • 28 « Lettre de Romain Rolland à Gerhart Hauptmann », op. cit., II, p. 124.
  • 29 Ibid., p. 91.
  • 30 Joséphin Péladan, op. cit., p. 255.
  • 31 Ibid., p. 258.

18Il faudrait ajouter que la guerre de 1914 a été le révélateur d’une autre dimension, concurrentielle, de cet objet patrimonial hors du commun : sa valeur d’universalité. Après le sac de Louvain, Romain Rolland avait appelé au respect des œuvres d’art et d’architecture, au nom d’un argument susceptible de mobiliser l’opinion internationale et de faire réagir les pays neutres : « C’est le patrimoine du genre humain »28. L’argument fut repris par les écrivains américains, quand ils qualifièrent Notre-Dame de Reims de « patrimoine de l’humanité civilisée » (patrimony of civilized humanity)29. Cette prise de conscience de la dimension transnationale de la cathédrale, on est un peu surpris de la trouver, exprimée à plusieurs reprises, dans les écrits de Joséphin Péladan, réputé proche des positions nationalistes. L’écrivain voit en effet dans les cathédrales « plus que des monuments nationaux » car, dit-il, elles appartiennent à l’humanité30, elles sont « notre œuvre, pas notre propriété »31.

19Faire de la cathédrale un trésor commun transcendant son appartenance à la nation, c’était introduire une dissociation entre les concepts de patrimoine et de territoire et ouvrir la voie à la notion de « patrimoine culturel de l’humanité entière », qui sera reconnue bien des décennies plus tard32.

20Il nous reste maintenant à explorer la représentation littéraire de la cathédrale en guerre. Comment s’effectue le passage de la réalité visuelle à la construction verbale ? Comment et où se manifeste sa présence ? Surtout en poésie, car il y eut une réponse poétique forte au choc émotionnel provoqué par la guerre, d’autant plus que les poèmes, ces petites unités autonomes, étaient faciles à diffuser et qu’ils avaient le pouvoir de faire image. La cathédrale bombardée se distingue dans cette poésie de circonstance très réactive aux événements et souvent trop conventionnelle pour laisser une trace durable dans l’histoire littéraire.

21Ainsi, Émile Poiteau, surnommé « le Barde de l’Artois », rend hommage à la cathédrale d’Arras, ancienne abbatiale gravement atteinte par les obus allemands dès octobre 1914 et réduite à l’état de ruine à la fin de la guerre. Il la représente dans la position pathétique de la suppliante :

  • 33 Émile Poiteau, « La Cathédrale d’Arras », dans Pèlerinages en Artois, Paris, Maurice d’Hartoy, 1933 (...)

« […] Elle est là, dépouillée, ouverte à tous les vents,
Étendant vers le ciel, comme une malheureuse,
En gestes de prière éperdus, émouvants,
Ses piliers décharnés sous ses voûtes ombreuses33 […] ».

  • 34 Marcel Wyzeur, « La Cathédrale », dans Les Cloches de Flandre, Paris, Perrin, 1918, p. 27-30.

22À l’inverse, le poète belge Marcel Wyseur fait de la cathédrale des Flandres, menacée par l’ennemi, un « vaisseau d’orgueil », une figure de la permanence capable de résister aux accidents de l’histoire grâce à son « vouloir de fer »34. Le procédé de la personnification permet de projeter sur la cathédrale victime les sentiments contradictoires éprouvés par la population en souffrance : le désespoir et la rage, la haine et l’affliction, la fierté et l’humilité…

  • 35 Eugène Morand, Les Cathédrales, poème dramatique créé par Madame Sarah Bernhardt, Paris, Librairie (...)

23La personnification peut aller jusqu’à faire de la cathédrale un personnage allégorique dans le poème dramatique d’Eugène Morand, Les Cathédrales, créé au théâtre Sarah Bernhardt en 1915. Sur une vaste toile de fond surgissent les cimes des cathédrales de France, représentatives de la nation en guerre (Notre-Dame d’Amiens incarne le Nord attaqué). Assises à leur pied, dans des postures hiératiques, des comédiennes drapées de longs voiles blancs, leur prêtent leur voix, selon le principe de la prosopopée (faire parler des objets inanimés). Un dialogue s’instaure entre les sœurs de la grande famille gothique, autour de leur aînée Notre-Dame de Paris, pour plaindre la cathédrale martyre, dans de solennelles déclamations en alexandrins : « Reims, Cathédrale, Reine entre les Cathédrales, / Cherchant le ciel des yeux crevés de ses vitraux »35 tandis que Notre-Dame de Strasbourg, exilée en terre ennemie, affronte l’aigle prussien qu’elle transperce de son unique flèche. C’est Sarah Bernhardt, très impliquée dans le soutien aux armées, qui fait parler cette héroïne guerrière et qui lance le cri de guerre final « Aux armes ! ». Nous sommes en novembre 1915, au terme d’une année meurtrière, et le conflit s’éternise, contrairement aux pronostics. Dans ce drame patriotique, le message d’espérance est porté par ces figures de pierre, ces Notre-Dame, allégories du courage des femmes (aïeules, mères et épouses) qui combattent en marge des champs de bataille.

24L’artifice de la prosopopée est également utilisé par Maurice Magre, poète baudelairien volontiers provocateur, dans un sulfureux poème intitulé « La Cathédrale furieuse ». L’épithète doit se comprendre au sens fort du mot latin furor, c’est-à-dire délire, folie, égarement. La lecture des trois premiers quatrains, sur un total de douze, suffit à montrer que l’inspiration n’est pas dictée par l’exaltation patriotique mais par un farouche rejet de la guerre :

  • 36 Maurice Magre, La Montée aux enfers, Paris, Fasquelle, 1918.

« Ma chair s’est trop roussie à la ville fumante,
J’ai trop reçu de feu dans mes yeux en vitraux,
Je suis lasse d’offrir aux coups de la tourmente
La croupe de l’abside et les seins ogivaux.

Je ne veux plus lever vers les cieux fantastiques
Mes deux jambes de séculaires moellons.
Dans le sexe géant de mon portail gothique
On a trop fait passer le bronze des canons.

Les dalles de mes reins sont lasses et brisées
Et le creux de ma nef craque sous le fardeau.
Ma sève au fond des bénitiers est épuisée,
On m’a trop violée, on m’a cassé le dos […]. »36

  • 37 Id., Pourquoi je suis bouddhiste, Cahors, Dire Éditions, 2000, p. 53. Pour une analyse plus dévelop (...)

25La figure de pierre est devenue un corps de femme d’une indécente nudité mais vivante et rendue hystérique par la violence guerrière, assimilée à un viol. La métaphore corporelle de la femme-cathédrale, très prisée par la poésie symboliste, est filée jusqu’à satiété et dégradée par la trivialité. Le poète détourne le rôle convenu de la cathédrale martyre et résignée pour mettre en accusation, non pas l’ennemi barbare, mais « la pourriture du vieux monde » car il l’estime responsable du cataclysme qu’il a lui-même vécu comme une « sorte de crépuscule qui glissa sur l’humanité »37.

  • 38 Émile Verhaeren, « La cathédrale de Reims », in Louvain… Reims, II, op. cit., p. 132-135, p. 134.

26En dépit des artifices rhétoriques, il faut convenir qu’il était difficile de s’identifier à ces colossales architectures de pierre alors que la ruine des petites églises de village parlait au cœur de chacun car elle renvoyait au monde du familier, de l’intime. En revanche, l’image d’une statue mutilée au porche d’une cathédrale, comme l’Ange au sourire de Reims, pouvait toucher et éveiller la pitié. L’art d’émouvoir passe par cette humanisation, c’est-à-dire la capacité à animer des effigies de pierre et à leur prêter des réactions humaines, comme le montrent ces vers d’Émile Verhaeren : « Les vieux saints du portail choyaient dans l’incendie / Et leurs pleurs et leurs cris dans la mort se perdaient. »38. On voit que le pathos de l’humble église démolie est, en quelque sorte, réinjecté dans la statuaire blessée et favorise une relation affective au monument historique.

27Si la confusion entre la pierre et la chair, entre la vie et son simulacre plaide en faveur de l’art, elle peut aussi inverser les priorités pour défendre l’humanisme. C’est le sens de la mise en garde de Marcel Proust, dans le dernier volume de La Recherche du temps perdu :

  • 39 Marcel Proust, Le temps retrouvé (1927), Paris, Gallimard, Le Livre de Poche, 1954, p. 133.

« Les cathédrales doivent être adorées jusqu’au jour où, pour les préserver, il faudrait renier les vérités qu’elles enseignent […]. Ne sacrifiez pas des hommes à des pierres dont la beauté vient justement d’avoir un moment fixé des vérités humaines39. »

  • 40 Ibid., p. 130.
  • 41 « Lettre de Romain Rolland à Gerhart Hauptmann », op. cit., II, p. 124.

28Entre les œuvres et les hommes, contre le fétichisme de l’art, l’esthète qu’était Proust choisit la beauté de la vie et fait dire à son personnage, le baron de Charlus : « On parle de vandalisme, de statues détruites. Mais est-ce que la destruction de tant de merveilleux jeunes gens, qui étaient des statues polychromes incomparables, n’est pas du vandalisme aussi ? »40. Proust prend ici le contre-pied de la position de Romain Rolland, qui s’était exclamé en 1914 : « Tuez les hommes, mais respectez les œuvres ! »41.

  • 42 William Morris, « Shadows of Amiens », 1856.

29C’est à un poète combattant qu’il reviendra de clore cette brève anthologie : l’Américain Carl Sandburg, engagé aux côtés des Alliés sur le front belge en 1915. Ce poème rend hommage à William Morris, grand artiste de l’Angleterre victorienne, écrivain, poète et artisan du Renouveau gothique, qui avait écrit de belles pages sur Amiens lors de son premier voyage dans le Nord de la France42.

  • 43 Carl Sandburg, “Salvage” [Sauvetage], War Poems (1914-1915), in Chicago Poems, Kessinger Publishing (...)

Guns on the battle lines have pounded now a year between Brussels and Paris.
And, William Morris, when I read your old chapter on the great arches and naves and little whimsical corners of the Churches of Northern France – Brr-rr!
I’m glad you’re a dead man, William Morris […].
You never lied to us, William Morris, you loved the shape of those stones piled and carved for you to dream over and wonder […].
I say, William Morris, I’m glad you’re a dead man.
Guns on the battle lines have pounded a year now between Brussels and Paris.43

[Voilà un an que les canons pilonnent les lignes de front entre Bruxelles et Paris.
Et, William Morris, quand je lis ton bon vieux chapitre sur les grandes voûtes et les nefs des cathédrales du nord de la France, sur leurs petits recoins fantasques, Brr !
Je suis heureux que tu sois mort, William Morris […].
Tu ne nous as jamais menti, William Morris, tu aimais la forme de ces pierres entassées et sculptées pour te faire rêver et t’émerveiller […].
Je le redis, William Morris, je suis heureux que tu sois mort.
Voilà un an que les canons pilonnent les lignes de front entre Bruxelles et Paris.]

30Avec les mots simples et familiers de la langue parlée, Sandburg dit l’absurdité d’une guerre qui s’acharne à dévaster jour après jour la terre féconde des bâtisseurs de cathédrales. L’apostrophe à William Morris, qui rythme le poème, lui permet de creuser l’écart entre l’horreur du présent et l’heureux souvenir des temps de paix, voués à la lecture, au rêve, à l’admiration de l’art médiéval comme œuvre de foi et de fraternité. La nostalgie d’une époque révolue s’ajoute à un profond sentiment de culpabilité, à la honte de participer soi-même au désastre en cours. Cette poésie avant-gardiste en vers libres porte jusqu’à nous la souffrance d’une génération entraînée malgré elle dans le naufrage de son propre idéal.

31Ainsi la cathédrale fait l’objet de nouvelles modalités de représentation pendant la Première Guerre mondiale. Dès lors qu’elle se trouve au cœur de la violence destructrice, qu’elle soit menacée ou atteinte par le feu de l’ennemi, elle porte l’espérance de la population, se fait le dépositaire de sa capacité à résister, devient le lieu de projection de la souffrance et du deuil, notamment à travers sa statuaire mutilée. La cathédrale bombardée symbolise par excellence l’espace sacré profané, l’œuvre d’art dévastée, le patrimoine national bafoué. Si elle est convoquée par les poètes, de préférence à d’autres monuments exposés au même péril, c’est aussi parce qu’elle incarne un élan vital, à la fois artistique et spirituel, qui transcende les malheurs des hommes et qui survivra à tous leurs conflits. Et c’est peut-être cela la réponse des écrivains en temps de guerre : le pouvoir de dramatiser la perte collective dans une communion émotionnelle avec le lecteur, l’aptitude à intérioriser la catastrophe pour rassembler en soi la force de s’opposer à ses effets destructeurs.

Annexes

Liste des cathédrales endommagées

En Belgique :

MALINES, cathédrale Saint-Rombaut

YPRES, cathédrale Saint-Martin

 

En France :

CAMBRAI, cathédrale Notre-Dame-de-Grâce (ancienne abbatiale)

ARRAS, cathédrale Notre-Dame de l’Assomption et de Saint-Vaast (ancienne abbatiale)

SAINT-OMER, ancienne cathédrale Notre-Dame

AMIENS, cathédrale Notre-Dame

SOISSONS, cathédrale Saint-Gervais et Saint-Protais

SENLIS, ancienne cathédrale Notre-Dame

NOYON, ancienne cathédrale Notre-Dame

REIMS, cathédrale Notre-Dame

VERDUN, cathédrale Notre-Dame

NANCY, cathédrale Notre-Dame de l’Annonciation

Collégiales et basiliques endommagées

En Belgique :

LOUVAIN, collégiale Saint-Pierre

TERMONDE, collégiale Notre-Dame

DINANT, collégiale Notre-Dame

NIVELLES, collégiale Sainte-Gertrude

 

En France :

AIRE-SUR-LA-LYS, ancienne collégiale Saint-Pierre

ALBERT, basilique Notre-Dame de Brebières

NESLE, collégiale Notre-Dame-de-l’Assomption 

MONT-NOTRE-DAME, ancienne collégiale

SAINT-QUENTIN, basilique (ancienne collégiale)

REIMS, basilique Saint-Rémi (ancienne abbatiale)

MONTFAUCON-EN-ARGONNE, collégiale Saint-Germain

Notes

1 Auguste Rodin, Les cathédrales de France, Paris, Armand Colin, 1914, avec une introduction de Charles Morice, (p. I-p. CIX). Sur la célébration de la cathédrale au tournant du xixe siècle, je me permets de renvoyer à mon ouvrage : Figures littéraires de la cathédrale (1880-1918), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008.

2 André Suarès, « La plainte de Rheims », Les Cahiers vaudois, n° 10, 1914, vol. I, p. 7-12.

3 Romain Rolland, « Pro Aris », ibid., p. 13-22.

4 Ibid., respectivement p. 53, p. 57-58, p. 69.

5 Romain Rolland, ibid., p. 14.

6 Les Allemands destructeurs des cathédrales et des trésors du passé (documents officiels), mémoire relatif aux bombardements de Reims, Arras, Senlis, Louvain, Soissons, Paris, Hachette et Cie, 1915.

7 Documents autographes, dont une lettre manuscrite datée « janvier 1917 », consultables à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Charenton-le-Pont, dossier « Ville de Reims », 80/3/11.

8 Maurice Barrès, « La cathédrale en flammes », L’Écho de Paris, 21 sept. 1914. Un Taube (monoplan) bombarde Paris pour la première fois le 30 août 1914. Un commencement d’incendie se déclara à Notre-Dame et l’archevêque de Paris protesta, in René Martel, L’Aviation française de bombardement (des origines à la fin de 1915), tome 1, Lille, impr. Martin-Mamy, Crouan et Roques, 1937, p. 37.

9 Joséphin Péladan, L’Art et la guerre, Paris, E. de Boccard, 1917, p. 295.

10 Paul Adam, Reims dévastée, Paris, Librairie Félix Alcan, 1920, p. 35.

11 Saint-Georges de Bouhélier, op. cit., p. 44-45. Voir aussi Romain Rolland : « Êtes-vous les petits-fils de Goethe, ou ceux d’Attila ? », op. cit., p. 124.

12 Edmund Gosse, « The Desecration of French Monuments », in Inter Arma. Being Essays Written in time of War, London, Heineman, 1916, p. 73-105, p. 79.

13 Bulletin individuel du « Capitaine de Vaisseau Viaud », rempli par le Général Franchet d’Esperey, dans Pierre Loti, Soldats bleus. Journal intime (1914-1918), édition établie, présentée et annotée par Alain Quella-Villéger et Bruno Vercier, Paris, La Table ronde, 1998, p. 262, n. 101.

14 Ibid., p. 75. On retrouve la longue description de l’intérieur de la cathédrale dans « À Soissons », L’Illustration, 30 octobre 1915.

15 Pierre Loti, Journal, op. cit., p. 238.

16 Maurice Maeterlinck, Les Débris de la guerre, Paris, Charpentier, 1916, p. 26.

17 Émile Verhaeren, Parmi les cendres, la Belgique dévastée, Paris, Crès, 1916, p. 17.

18 Henri Lavedan, « Reims », dans Les Grandes heures, Paris, Perrin, 1919, première série (août 1914-janvier 1915), p. 94-98, respectivement p. 94, p. 95.

19 On pourra lire à ce sujet l’éclairant article de Yann Harlaut, « L’incendie de la cathédrale de Reims, 19 septembre 1914 : Fait imagé… Fait imaginé », dans Mythes et réalités de la cathédrale de Reims de 1825 à 1975, Paris, Somogy, 2001, p. 71-79. Voir également Emmanuelle Danchin, Le temps des ruines 1914-1921, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 66-67.

20 Patrice Béghain, Guerre aux démolisseurs ! Hugo, Proust, Barrès, Un combat pour le patrimoine, Vénissieux, éditions Paroles d’aube, 1997, n. 1 p. 136.

21 Élie Faure, La Sainte Face, 1917, éd. Karine Trévisan, Paris, Bartillat, 2005, p. 100.

22 Ibid., p. 103.

23 Réponse de G.B. Shaw à l’éditeur Heinemann qui avait imprimé et fait circuler la protestation de Romain Rolland (brouillon de « Pro Aris »), recueillant 198 signatures d’artistes et écrivains anglais, le 10 nov. 1914, cité dans Michel Walter Pharand, Bernard Shaw and the French, Gainesville, University Press of Florida, 2000, p. 211-212.

24 Joséphin Péladan, op. cit., p. 343. Bilan officiel : parmi les édifices non classés, 850 édifices ont été endommagés dont 600 églises, dans Arlette Auduc, Quand les monuments construisaient la Nation : le Service des monuments historiques de 1830 à 1840, Paris, Comité d’histoire du Ministère de la culture, la Documentation française, 2008 p. 395.

25 Paul Adam, op. cit., chap. V, p. 39.

26 Alain Erlande-Brandenburg, Mathieu Lours, Cathédrales d’Europe, Paris, Citadelles et Mazenod, 2011, p. 44. Voir aussi infra l’article de Jean-Noël Grandhomme.

27 Jean-Michel Leniaud, Les cathédrales au xixe siècle, Paris, Economica, 1993, p. 19.

28 « Lettre de Romain Rolland à Gerhart Hauptmann », op. cit., II, p. 124.

29 Ibid., p. 91.

30 Joséphin Péladan, op. cit., p. 255.

31 Ibid., p. 258.

32 Convention de La Haye, 1954 : http://portal.unesco.org/fr (site consulté le 25 septembre 2017). Le concept de « patrimoine mondial » sera entériné par la Convention de 1972. La cathédrale de Reims est inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991.

33 Émile Poiteau, « La Cathédrale d’Arras », dans Pèlerinages en Artois, Paris, Maurice d’Hartoy, 1933, p. 25.

34 Marcel Wyzeur, « La Cathédrale », dans Les Cloches de Flandre, Paris, Perrin, 1918, p. 27-30.

35 Eugène Morand, Les Cathédrales, poème dramatique créé par Madame Sarah Bernhardt, Paris, Librairie théâtrale, artistique et littéraire, 1915, p. 26.

36 Maurice Magre, La Montée aux enfers, Paris, Fasquelle, 1918.

37 Id., Pourquoi je suis bouddhiste, Cahors, Dire Éditions, 2000, p. 53. Pour une analyse plus développée de ce poème, voir mon article « L’imaginaire de la cathédrale à l’épreuve de la Grande Guerre », dans The Idea of the Gothic Cathedral. Interdisciplinary Perspectives on the Meanings of the Medieval Edifice in the Modern Period, edited by Stephanie A. Glaser, Turnhout (Belgium), Brepols Publishers, 2017, p. 171-195.

38 Émile Verhaeren, « La cathédrale de Reims », in Louvain… Reims, II, op. cit., p. 132-135, p. 134.

39 Marcel Proust, Le temps retrouvé (1927), Paris, Gallimard, Le Livre de Poche, 1954, p. 133.

40 Ibid., p. 130.

41 « Lettre de Romain Rolland à Gerhart Hauptmann », op. cit., II, p. 124.

42 William Morris, « Shadows of Amiens », 1856.

43 Carl Sandburg, “Salvage” [Sauvetage], War Poems (1914-1915), in Chicago Poems, Kessinger Publishing, s. d., p. 42-43.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site