Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Représentations

Verdun, images d’une cathédrale touchée par la guerre (1916-1935) ?

Emmanuelle Danchin

Texte intégral

  • 1 Arsène Alexandre (1859-1937) était Inspecteur général des musées pendant la Première Guerre mondial (...)

1À la fin de la Première Guerre mondiale, Arsène Alexandre1, alors Inspecteur général des musées, fut chargé d’enquêter pour le compte du sous-secrétariat des Beaux-Arts sur les monuments français détruits. Voilà ce qu’il écrivit à propos de Verdun et de sa cathédrale Notre-Dame :

  • 2 Arsène Alexandre, Les monuments français détruits par l’Allemagne : enquête entreprise par ordre d’ (...)

« Les ruines, à Verdun, dépassent l’imagination, mais elles sont environnées d’une telle auréole de gloire qu’elles dépassent aussi le regret. Si sensibles que soient de telles pertes matérielles, il y aurait petitesse, semble-t-il, à les déplorer. Si grandes que soient les destructions, on ne peut s’appesantir, même sur l’acharnement, qu’en toute autre occasion on devrait qualifier de barbare, avec lequel l’ennemi les a préparées, multipliées et parfaites […].
La cathédrale est un monument d’austère apparence, mais dont la masse domine non sans fierté toute la ville […]. Elle a reçu quantité d’obus qui ont percé la voûte en six endroits, et écorné un des tours. Si l’actif sous-préfet, M. Jean Grillon, n’avait pas mis son zèle à faire déposer et transporter les magnifiques boiseries xviiie siècle qui complétaient avec le riche baldaquin du maître-autel la somptueuse décoration du chœur, on aurait aujourd’hui à regretter la perte d’un précieux spécimen de l’art mobilier français.
Attenant à la cathédrale, est – ou était – une œuvre architecturale d’une grande beauté, le cloître, du xve siècle, spectacle d’indicible élégance, lieu de recueillement et de fraicheur comparable à ce que le gothique fleuri a laissé chez nous de plus accompli. Ce bel ensemble a été douloureusement mutilé […]. »2

  • 3 Ibid., p. 108.
  • 4 Chanoine Aimond, La cathédrale de Verdun, histoire et description, Verdun, Imprimerie Martin Colard (...)

2Avant le commencement de la bataille de Verdun en 1916, la cathédrale n’avait pas essuyé véritablement de tirs d’artillerie3. À partir de février 1916, et particulièrement en février, en juillet 1916, puis en avril et en mai 19174, elle subit à plusieurs reprises des canonnades qui endommagèrent sa toiture, la nef, le bras sud du transept, la balustrade d’un des deux clochers et deux galeries de son cloître attenant.

  • 5 Voir, par exemple, la collection « Villes meurtries de France » qui parait dès 1915 à raison d’un v (...)

3La cathédrale Notre-Dame de Verdun fut-elle une cible délibérée pour l’artillerie allemande, comme on le vit parfois dénoncé dans les légendes de cartes postales de l’époque, évoquant les édifices religieux français dévastés comme Notre-Dame de Reims, la cathédrale Saint-Vaast d’Arras et la cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Soissons ? Fut-elle volontairement bombardée comme d’autres bâtiments, comme on le vit aussi décrier dans les prises de position des intellectuels, des artistes et des gouvernants5 ? Pour le dire autrement, fut-elle une cathédrale en guerre ou juste une cathédrale parmi d’autres dans la guerre de 1914 ?

  • 6 Cartes postales, photographies de presse, photographies de la Section photographique de l’armée fra (...)
  • 7 Archives des Monuments historiques conservées à la Médiathèque du Patrimoine (MAP) de Charenton-le- (...)

4Pour le comprendre, cet article entend s’appuyer sur les sources iconographiques6 qui circulèrent pendant et après le conflit, croisées aux sources scripturales7 rendant compte, année après année, de l’état réel du bâtiment. Il sera ainsi possible de mieux saisir l’évolution de l’image de la cathédrale Notre-Dame de Verdun de 1916 – quand commence la bataille – à 1935 – année de son inauguration après une très longue période de travaux.

Images de la cathédrale de Verdun pendant la guerre

Une cathédrale dans la bataille ?

  • 8 La cathédrale fut classée par arrêté le 30 octobre 1906 et le cloître le 13 juillet 1907.
  • 9 Sur l’histoire de Verdun pendant la guerre, nous renvoyons aux travaux de Franck Meyer et notamment (...)

5La cathédrale Notre-Dame de Verdun est la plus ancienne de Lorraine et le plus vaste édifice roman de l’est de la France. Elle était déjà classée, avec son cloître, par arrêté au titre des Monuments historiques8 avant la guerre. Installée sur un promontoire dans ce que l’on appelait la ville haute, cerclée de remparts qui enfermaient aussi la citadelle, elle dominait la Meuse. Ses deux tours se détachaient nettement au loin de cet ensemble urbain qui abritait, en 1914, 21 000 habitants et 12 000 soldats9.

  • 10 Robert de Cotte (1656-1735), architecte et décorateur, finit sa carrière 1er architecte du roi et d (...)

6Commencé au xiie siècle, l’édifice comprenait une importante nef de quatre travées avec des bas-côtés et des chapelles entre les contreforts des bas-côtés du xiiie siècle, deux transepts et deux chœurs. L’édifice fut transformé au xviiie siècle par Robert de Cotte10 et un des chœurs fut alors transformé, tandis que la crypte en dessous était comblée. Le cloître du xive, accolé à la façade sud de la cathédrale, avait, quant à lui, été transformé aux xve-xvie siècles et englobé dans le bâtiment de l’évêché édifié au xviiie siècle.

  • 11 Le conseil municipal siégea dans un premier temps à Bar-le-Duc, puis à Paris.

7Quand la bataille de Verdun commença en février 1916, l’évacuation totale de la population fut ordonnée et seuls restèrent quelques Verdunois, des sapeurs-pompiers, le commissaire brigadier de police, le mécanicien du service militaire des eaux, un édile qui vint, par roulement11, rendre compte du sort de la ville et du nombre de soldats qui transitaient vers les lieux de combats ou vers l’arrière.

  • 12 L’Illustration, 18 mars 1916, n° 3811, p. 275-276.
  • 13 Édicule en forme de baldaquin posé sur 4 colonnes, au-dessus de l’autel.

8Dans les premiers mois de la bataille, qui dura près d’un an, ce sont des vues panoramiques de la ville, dans lesquelles se détachait au loin la silhouette des deux tours de la cathédrale, que l’on édita dans la presse12 et sous forme de cartes postales [fig. 1]. On publia aussi, en 1917, des vues du bâtiment, valorisant les effets des destructions sur l’extérieur de l’édifice, notamment sur l’abside et le bras nord, sur le côté latéral, sur la balustrade en haut d’une des tours, mais aussi de vues de l’intérieur et notamment de la nef, du ciborium13, du grand chœur, de la chapelle de la Vierge et du cloître [fig. 2a, b]. Ces vues publiées à intervalle régulier permettent de comprendre la dégradation progressive de la voûte du transept, des galeries du cloître et du bras sud du transept [fig. 3a, b].

Fig. 1. Carte postale, 501-Verdun. Panorama sur la ville haute.

Fig. 1. Carte postale, 501-Verdun. Panorama sur la ville haute.

© tous droits réservés.

Fig. 2a. Carte postale, Verdun-La Cathédrale. The Cathedral, -LL.

Fig. 2a. Carte postale, Verdun-La Cathédrale. The Cathedral, -LL.

© tous droits réservés.

Fig. 2b. Verdun, la cathédrale (Notre-Dame, dégâts dus aux bombardements).

Fig. 2b. Verdun, la cathédrale (Notre-Dame, dégâts dus aux bombardements).

Photographie de presse/agence Rol, [en ligne : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53020289x.item] © tous droits réservés.

Fig. 3a. Carte postale, 17-Verdun. Intérieur de la Cathédrale, B. F.

Fig. 3a. Carte postale, 17-Verdun. Intérieur de la Cathédrale, B. F.

© tous droits réservés.

Fig. 3b. Carte postale, 523- LES RUINES DE LA GRANDE GUERRE. – Verdun – La Cathédrale. Le Cloître.

Fig. 3b. Carte postale, 523- LES RUINES DE LA GRANDE GUERRE. – Verdun – La Cathédrale. Le Cloître.

© tous droits réservés

  • 14 F. Meyer, op. cit., p. 143.

9Comparé aux autres édifices religieux français, comme les cathédrales de Reims ou d’Arras, celle de Verdun ne fut cependant pas autant mise en avant. En revanche, les destructions de l’habitat firent l’objet d’une édition considérable de cartes postales comme pour les autres villes, même si elles se bornèrent à Verdun aux bords de la Meuse et à certaines artères, telles la rue Mazel, la rue Neuve et la rue Saint-Pierre14.

  • 15 Carte postale, 6- « La guerre de 1914-15. Les responsables de la destruction de la cathédrale de Re (...)
  • 16 Carte postale, « LA GRANDE GUERRE. Arras. La Cathédrale, qui, à l’intérieur, présente un aspect des (...)
  • 17 Carte postale, 46- « Arras. GUERRE 1914-1916. La cathédrale détruite par les Vandales le 6 juillet (...)

10Dans aucun cas, à notre connaissance, on n’eut de légendes instrumentalisant la cathédrale, comme on put les trouver pour Reims, où l’acte incendiaire était parfois ouvertement qualifié de « crime » et où on alla jusqu’à montrer le portrait des responsables15. On ne trouva pas non plus, comme pour Arras, des légendes dénonçant « un aspect des plus lamentables la cathédrale »16, « la destruction par les Vandales »17 ou encore des séries comme « Arras et les Allemands » qui, dès octobre 1914, mirent très tôt en avant le monument emblématique de la ville : l’hôtel de ville et son beffroi. On eut plutôt à Verdun des légendes localisant ou documentant les prises de vues.

  • 18 Ces photographies sur Verdun ont été classées dans 6 albums de la collection « Pour la mémoire de l (...)

11La Section photographique de l’armée (SPA), créée en 1915, commença à photographier Verdun ponctuellement dès mars 1916 et jusqu’en 1918. On eut ainsi des reportages sur la ville en mars, avril, juin, juillet, octobre, novembre 1916, en janvier, mars, avril, mai, août, octobre, novembre, décembre 1917 et en janvier, février, mars et mai 191818.

  • 19 Instruction relative aux choix des films ou clichés du 1er novembre 1918, dactylographiée, p. 1, 80 (...)
  • 20 Note de Pierre Marcel relative aux églises aux opérateurs photos, 13 juillet 1917, 2 p., 80/07/01, (...)

12Dans ces reportages consacrés à la ville, on trouve peu de clichés de la cathédrale et toujours les mêmes éléments photographiés, conformément aux consignes de prises de vue19 et à la note du 13 juillet 1917 relative aux églises20. Ces instructions à destination des opérateurs enjoignaient de privilégier les vues extérieures (façade principale, façades latérales, chevet, parties hautes de l’église), mais aussi les vues intérieures (nef et chœur) et, au besoin, des détails sur les parties caractéristiques (portails, sculptures, voûtes, charpentes, mobiliers anciens, etc.)

  • 21 Plaques A12977-A13036 et A13037-A13072, MAK (Boulogne-Billancourt).
  • 22 Même dans les missions photographiques de 1919 et de 1920, la cathédrale reste un monument parmi le (...)

13Deux courtes missions photographiques autochromes, organisées conjointement par la SPA et la maison Albert Kahn, eurent également lieu du 19 au 24 septembre 1917 et du 24 au 26 octobre 191721. 95 plaques furent rapportées, dont quatre seulement de la cathédrale et du cloître, donnant à voir sa lointaine silhouette, et une seule prise de vue de l’intérieur de la cathédrale22. Cette faible représentation de la cathédrale confirme le peu d’intérêt pour l’édifice.

Une cathédrale au cœur de la guerre ?

  • 23 Catalogue de l’Exposition d’œuvres d’Art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi o (...)
  • 24 Catalogue de l’Exposition d’œuvres d’Art mutilées…, op. cit., première de couverture. Voir aussi su (...)

14Du mois de novembre 1916 au mois de décembre 1917 se tint à Paris l’Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi. Elle entendait dénoncer les atteintes faites par l’ennemi au patrimoine architectural et artistique en exposant 300 œuvres rescapées des villes emblématiques des dix départements du front23, sauvées des destructions, parfois mutilées et mises en scène dans des vitrines ou sur des sellettes. Le parcours se développait selon une logique régionale, suivant la ligne de front. Verdun, théâtre depuis le 21 février 1916 d’intenses combats qui venaient tout juste de s’achever, y était aussi représentée. Dans la salle qui lui était consacrée, le chœur de la cathédrale avait été reconstitué par ses stalles monumentales et ses boiseries du xviiie siècle [fig. 4]. Remontées pour l’occasion, elles occupaient un vaste espace à l’intérieur d’un ovale dans lequel étaient disposés des objets liturgiques abîmés par des éclats d’obus, des fragments de vitraux, plusieurs Vierges de la Renaissance, l’enseigne en bois sculpté du Coq Hardy (utilisée pour la couverture du catalogue24), un choix de manuscrits sauvés de la bibliothèque de Verdun, dont le plus ancien remontait au xiie siècle, mais aussi les médailles remises en 1916 à la ville par le président de la République. À l’entrée de la salle, les imposants canons offerts en 1873 par la France à la ville en remerciement de sa résistance pendant la guerre de 1870 étaient présentés.

Fig. 4. Photographie de presse, [Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais salle de Verdun], 1916.

Fig. 4. Photographie de presse, [Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais salle de Verdun], 1916.

Agence Meurisse, © tous droits réservés [en ligne : https://galllica.bnf.fr].

  • 25 Les stalles et boiseries de la cathédrale, conservées au Petit Palais jusqu’en 1921, furent rapatri (...)

15Sur les 39 objets exposés dans cette salle, 11 provenaient directement de la cathédrale, dont un lutrin en cuivre du xviiie siècle détérioré par les obus ; la partie supérieure du monument à l’archidiacre de Wassebourg du xvie, provenant du transept droit, écrasé par les bombardements et l’effondrement d’une partie de la toiture ; deux panneaux du transept droit détruit par les obus et la chute de la voûte ; un calice en vermeil xviiie siècle ; la châsse de saint Santin, premier évêque de Verdun ; un fragment d’un vitrail de 1633 de la chapelle de l’Assomption ; le triomphe de saint Santin, toile percée par les obus ; un groupe en pierre du xve siècle représentant Notre-Dame de Pitié, retrouvé dans les décombres, qui sera exposé l’année suivante à New York par le service de l’Information à l’étranger des Affaires étrangères ; une statue de sainte Fine du xvie siècle, initialement placée dans une chapelle à 6 km au nord de Verdun et les stalles et boiseries du chœur exécutées en 1760 par Lacour, artiste de Toul, qui décoraient initialement l’abside [fig. 5]. Classées au titre des Monuments historiques en 1905, conservées au Petit Palais jusqu’en 1921, elles ne retrouveront leur place dans la cathédrale qu’en 1935, après la restauration du monument25.

Fig. 5. Photographie de presse, [Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais, salle de Verdun, châsse de Saint-Santin et statue de Sainte-Fine], 1916.

Fig. 5. Photographie de presse, [Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais, salle de Verdun, châsse de Saint-Santin et statue de Sainte-Fine], 1916.

Agence Meurisse, © tous droits réservés.

  • 26 Henri Lavedan, « Les grandes heures, les cris et les larmes des choses », L’Illustration, n° 3847, (...)

16Les pièces de la plus haute qualité artistique étaient d’origine religieuse. À travers ces objets exposés, la cathédrale de Verdun était bien au cœur de la guerre. Elle n’était plus seulement deux tours en silhouette, mais était présentée sous forme de fragments, telles des blessures, sortes de « témoins à charge »26 parmi les autres contre l’Empire allemand. C’est ainsi que le public parisien pu découvrir Verdun et sa cathédrale. Cette exposition contribua à faire de Verdun une ville sacralisée de la guerre.

17Si on s’intéresse maintenant aux photographies montrées au grand public dans le cadre des expositions photographiques sur les régions dévastées du front, qui se tinrent à Paris et en province pendant la guerre, Verdun ne fut jamais directement associée à sa cathédrale, comme Reims put l’être par exemple.

Images de la cathédrale de Verdun après la guerre, lieu de mémoire du conflit par ses cicatrices

Sortie de guerre de la cathédrale, un corps blessé pour les Monuments historiques

18Après la guerre, les Monuments historiques répartirent en trois catégories les édifices selon leur degré de dévastation, à savoir : peu atteints, gravement atteints et très gravement atteints. La cathédrale de Verdun et son cloître attenant furent rangés dans la deuxième catégorie.

  • 27 Rapport André Ventre du 5 juin 1920 sur les travaux exécutés en 1920, p. 5, 80/3/4, MAP (fort de Sa (...)
  • 28 André Ventre (1874-1951) était architecte des Monuments historiques. Marcel Delangle (1892-1958) ét (...)
  • 29 Rapport André Ventre sur les travaux exécutés en 1920…, op. cit., p. 5. Rapport général de l’état d (...)

19On retrouve encore des mentions directes à la guerre dans le rapport annuel d’exercice sur les travaux exécutés en 192027 d’André Ventre, architecte en chef des Monuments historiques, chargé avec Marcel Delangle28 de la restauration de la cathédrale. Les « bombardements » sont encore évoqués pour justifier les atteintes faites à la pierre, comme les « éclats d’obus » qui ont marqué la tour sud. Le vocabulaire de la destruction est employé pour dresser un état du bâtiment dont les voûtes sont « effondrées », les travées « disloquées », les couvertures « soufflées, crevées », les ardoises « brisées ». La comparaison de la cathédrale à un corps blessé est encore très forte et permet de désigner la charpente et sa couverture « arrachées, désarticulées » et les galeries du cloître « trouées »29. La guerre reste donc très présente, par les mots, dans les premiers rapports dressant un état de la cathédrale.

  • 30 Voir les rapports sur les édifices classés à partir de 1922, 80/3/4, MAP (fort de Saint-Cyr, Montig (...)
  • 31 Rapport d’André Ventre du 25 juin 1920 à l’appui du projet de restauration, 81/055/59, MAP (fort de (...)

20Dans les années qui suivent, les rapports relatant l’avancée des travaux de reconstruction ne parlent plus que de « restauration », d’« achèvement », de « rétablissement » et de « remise en état »30. Les rares photographies retrouvées en appui des dossiers de proposition de devis des projets de restauration31 témoignent, eux aussi, de l’effacement progressif des traces de guerre : le sol est nettoyé de ses gravats, les charpentes sont provisoires, des poutres servent à étayer les voûtes du cloître menaçant de s’effondrer [fig. 6a, b, c].

Fig. 6a. Photographie, [Nef de la cathédrale de Verdun], 1921, 80/055/63, MAP (Charenton-le-Pont).

Fig. 6a. Photographie, [Nef de la cathédrale de Verdun], 1921, 80/055/63, MAP (Charenton-le-Pont).

© E. Danchin.

Fig. 6b. Photographie, [Nef de la cathédrale de Verdun], 1920.

Fig. 6b. Photographie, [Nef de la cathédrale de Verdun], 1920.

http://www4.ac-nancy-metz.fr/​verdun2016/​memoire-verdun.html

Fig. 6c. Photographie, [Cloître de la cathédrale de Verdun], 1921, 80/055/63, MAP (Charenton-le-Pont).

Fig. 6c. Photographie, [Cloître de la cathédrale de Verdun], 1921, 80/055/63, MAP (Charenton-le-Pont).

© E. Danchin.

  • 32 Voir à ce propos Jean et Jean-Claude Lappara, Les chapiteaux de la crypte sous la cathédrale de Ver (...)

21La restauration de la cathédrale fut aussi l’occasion de rétablir et de remettre à jour certaines parties romanes de l’édifice32. Il existait initialement quatre cryptes sous la cathédrale : l’une sous le chœur occidental et les trois autres, reliées entre elles, sous le chœur oriental : les cryptes Saint-Augustin, Saint-Vincent et Sainte-Catherine. La crypte Saint-Vincent, renommée ultérieurement crypte Notre-Dame, nous intéresse ici plus particulièrement.

La crypte Saint-Vincent, sanctuaire commémoratif de la guerre à Verdun

  • 33 Pour plus de détails sur l’histoire de la cathédrale, se référer à l’ouvrage de Mickaël George, La (...)

22Au xviiie siècle, lors de la transformation de la cathédrale après l’incendie accidentel de 1755, les voûtes couvrant la crypte sous le chœur oriental avaient été défoncées et les éléments romans effacés. Tous les matériaux provenant de la démolition du jubé du xvie siècle, en avant du carré du transept, avaient ainsi été entassés dans la crypte. Les cryptes, le portail du Lion, ainsi que les galeries vénitiennes avaient aussi été comblés pour laisser place au style baroque33. Ce n’est qu’en 1916, au cours d’un des bombardements de la cathédrale, qu’un obus tombé au milieu du chœur défonça le sol, faisant réapparaître une partie de la crypte comblée au xviiie siècle. Cette partie affleurante fut rapidement explorée en 1920.

  • 34 Rapport d’André Ventre du 3 juin 1929 à l’appui du projet de restauration de remise en état de la c (...)
  • 35 Rapport d’André Ventre du 13 janvier 1930 à l’appui du projet de restauration de remise en état de (...)
  • 36 Nous renvoyons à l’ouvrage de Jean Laparra, Jean-Claude Laparra, Michel Leroy, Un mémorial dans la (...)

23Une demande de déblaiement méthodique de la crypte fut tardivement déposée en 1929 afin de se rendre compte des travaux ultérieurs à prévoir34 en vue d’un rétablissement des anciennes dispositions, souhaité par la municipalité et le clergé. Les travaux de déblaiement permirent de retrouver une partie des anciennes dispositions des piliers et voûtes portant le sol du chœur35. On décida ensuite de restaurer la crypte orientale36.

  • 37 Gaston-Étienne Le Bourgeois (1880-1956) était un sculpteur animalier de renom. Nous n’avons pas ret (...)
  • 38 J. Laparra, J.-Cl. Laparra, M. Leroy, op. cit., p. 16.

24Le sculpteur Gaston-Étienne Le Bourgeois37 réalisa alors les chapiteaux de la crypte centrale évoquant des scènes religieuses (Nativité, Annonciation, Eucharistie, etc.), l’histoire mariale locale (saint Pulchrône, les origines du christianisme, le début du culte de la Vierge, etc.), l’histoire de la cité de Verdun au Moyen-Âge (construction de la cathédrale, les fortifications, les luttes comtes-évêques, etc.) et la guerre de 191438. Parmi eux, treize chapiteaux historiés à quatre faces, soit 52 œuvres, furent sculptés au centre de la crypte, sur les corbeilles des chapiteaux refaits. Ils portent un éclairage plus particulier sur le champ de bataille, la guerre de position et la tranchée.

25Sur la face B du chapiteau n° 13, par exemple, figure ainsi une tranchée avec des soldats scrutant par-dessus le parapet [fig. 7a]. Le premier tient une grenade, dans une attitude de lanceur, le second, tombé en arrière, a été touché. On trouve aussi des chapiteaux évoquant le matériel de guerre, comme le canon de 75, les animaux et plus particulièrement le pigeon. On trouve encore des références aux blessures et à la mort, comme dans le chapiteau n° 6, où figure un cimetière militaire [fig. 7b].

Fig. 7a. Photographie du chapiteau n° 13, face B, de la crypte orientale de la cathédrale.

Fig. 7a. Photographie du chapiteau n° 13, face B, de la crypte orientale de la cathédrale.

Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.

Fig. 7b. Photographie du chapiteau n° 6, de la crypte orientale de la cathédrale.

Fig. 7b. Photographie du chapiteau n° 6, de la crypte orientale de la cathédrale.

Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.

26Le chapiteau n° 5 nous intéresse plus particulièrement. Il présente Verdun et les événements douloureux traversés sous la protection de Notre-Dame, et deux de ses faces (A et D) évoquent plus spécialement la cathédrale.

  • 39 Nous reprenons les appellations des architectes André Ventre et Marcel Delangle. Nous ne connaisson (...)

27Sur la face A du chapiteau figurent « Les ruines de Verdun »39. La sculpture semble avoir été réalisée à partir d’une photographie [fig. 8a, b]. Elle montre l’aile orientale du palais épiscopal. On reconnaît le fronton endommagé du bâtiment vu de la cour. À l’arrière-plan, à gauche, on devine une des deux tours de la cathédrale.

Fig. 8a. Photographie du chapiteau n° 5, face A, de la crypte orientale de la cathédrale.

Fig. 8a. Photographie du chapiteau n° 5, face A, de la crypte orientale de la cathédrale.

Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.

Fig. 8b. Les ruines de Verdun : la cathédrale.

Fig. 8b. Les ruines de Verdun : la cathédrale.

Photographie de presse/Agence Meurisse [en ligne : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b9044644w.item], © tous droits réservés.

28Sur la face D figure « La Vierge de Verdun et la cathédrale du xie siècle », dominant de sa silhouette la ville [fig. 9a, b]. La Vierge est assise à gauche, sur les toits des maisons qu’elle protège. Une banderole l’entoure avec une inscription : Monstra te esse matrem, « Montre-toi notre mère », inspirée de L’Ave Maris Stella, hymne à la Vierge issu du répertoire grégorien.

Fig. 9a. Photographie du chapiteau n° 5, face D, de la crypte orientale de la cathédrale.

Fig. 9a. Photographie du chapiteau n° 5, face D, de la crypte orientale de la cathédrale.

Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.

Fig. 9b. Carte postale de la ville de Verdun.

Fig. 9b. Carte postale de la ville de Verdun.

E. Danchin, © tous droits réservés.

29Les deux autres faces C et B du chapiteau évoquent successivement « Verdun : le rempart de la France » (C) [fig. 10]. À gauche, un soldat français dans sa tranchée, le fusil posé derrière lui, semble observer l’ennemi. À droite, un soldat allemand dans sa tranchée, le visage couvert par un masque à gaz, lance-flammes à la main, arme qui fut utilisée durant la bataille. Entre les deux hommes, un édifice – une casemate, une galerie peut-être ? – rappelle vraisemblablement la guerre des mines qui fut intense sur la butte de Vauquois et dans les Éparges. Au centre, en médaillon, surplombant l’entrée, une petite représentation de Notre-Dame de Verdun. Le soldat français attentiste, soutenu par la religion, fait face ici à un soldat allemand plus belliciste.

Fig. 10. Photographie du chapiteau n° 15, face C, Verdun « Le rempart de la France », de la crypte orientale de la cathédrale.

Fig. 10. Photographie du chapiteau n° 15, face C, Verdun « Le rempart de la France », de la crypte orientale de la cathédrale.

Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.

  • 40 Les huguenots tentèrent cette nuit-là d’escalader les remparts par un système d’échelles, mais fure (...)

30La face (B) « Le miracle des échelles » [fig. 11] est un clin d’œil à un autre chapiteau figurant l’épisode du 3 au 4 septembre 1562, qui faillit voir la prise de la ville de Verdun par les huguenots40. Dans sa version du xxe siècle, cette face du chapiteau présente, à gauche, un soldat allemand de dos, reconnaissable à son calot, levant les deux bras comme s’il se rendait. Les échelles d’assaut qui devaient permettre de s’extraire de la tranchée ne sont plus en place. Doit-on y voir l’impossibilité, pour les soldats allemands, de prendre Verdun ? À droite, en tout cas, un soldat français, à l’abri, presque invisible, hormis son casque, se protège derrière un créneau.

Fig. 11. Photographie du chapiteau n° 15, face D, « Le miracle des échelles », de la crypte orientale de la cathédrale.

Fig. 11. Photographie du chapiteau n° 15, face D, « Le miracle des échelles », de la crypte orientale de la cathédrale.

Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.

Conclusion

31En définitive, la cathédrale de Verdun ne fut pas un sujet récurrent des représentations guerrières. Elle ne fut pas non plus un espace religieux en guerre. Elle ne fut ni un enjeu dans la guerre, ni dans la bataille de Verdun, même si la citadelle fut un site crucial au cœur de la bataille. Elle fut juste une silhouette, caractérisée par ses deux tours, aux blessures ponctuellement documentées. Seule l’exposition de 1916 sur Les œuvres d’art mutilés ou provenant des régions dévastées, qui se tint à Paris au Petit-Palais, instrumentalisa les atteintes à la cathédrale en présentant des objets qui avaient pu être sauvés ou extraits de ses décombres. Elle fut donc à cette occasion au cœur de la guerre, le temps d’une exposition, mais elle fut avant tout une cathédrale parmi d’autres, sans volonté particulière de l’ennemi de la mettre à terre. Les autorités diocésaines poussèrent d’ailleurs les Monuments historiques à une restitution rapide de l’édifice, afin de rendre accessibles aux fidèles les parties dont le gros œuvre était achevé.

  • 41 Le terme est employé dès 1914, dans la presse notamment, pour désigner les bâtiments sacrifiés dans (...)

32La cathédrale ne fut inscrite qu’à la fin de la guerre sur la liste des « victimes »41. Elle parut alors dans une série de cartes postales se voulant un hommage aux monuments dévastés. Cette série, intitulée « Les monuments victimes de la guerre », comprenait 10 cartes avec, en médaillon, l’état du bâtiment avant la guerre [fig. 12]. Elle présentait successivement les cathédrales d’Arras et de Soissons, l’église de Péronne, la basilique d’Albert, les cathédrales de Reims, de Noyon, les halles d’Ypres, la cathédrale de Verdun – 8e de la série –, la basilique de Saint-Quentin et l’hôtel de ville d’Arras.

Fig. 12. Carte postale, « Les monuments victimes de la guerre », 8-Verdun la cathédrale.

Fig. 12. Carte postale, « Les monuments victimes de la guerre », 8-Verdun la cathédrale.

Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.

33Aux yeux des Monuments historiques, la cathédrale fut un corps blessé que l’on répara peu à peu. Le 2 octobre 1935, en exécutant les carneaux de chauffage, on trouva encore dans le sol du collatéral sud, enfoncé à un mètre de profondeur, un obus de 130 mm autrichien non éclaté, trace d’un conflit achevé, mais encore physiquement présent.

34La restauration de la cathédrale de Verdun permit de rappeler le passé ancien médiéval. Elle rappela aussi le conflit de la Grande Guerre dont la ville avait été l’un des enjeux, par sa redécouverte à travers les chapiteaux de la crypte orientale du xiie siècle, restaurée à cette occasion, et au centre de cet hommage. La crypte orientale centrale Saint-Vincent devint ainsi un sanctuaire commémoratif de la guerre dans la ville. Elle fut dédiée le 11 novembre 1935 à Notre-Dame de Verdun. Le même jour eurent lieu les inaugurations de plusieurs monuments à Verdun, dont le palais épiscopal et ses jardins. La veille, la cathédrale avait été complètement rendue à l’exercice du culte.

35La cathédrale garda également sur l’un de ses murs latéraux extérieurs, côté porte Chaussée, des traces d’impacts d’éclats d’obus auxquels se mêlèrent plus tard ceux de la Seconde Guerre mondiale.

Notes

1 Arsène Alexandre (1859-1937) était Inspecteur général des musées pendant la Première Guerre mondiale. Il fut notamment chargé du rapatriement des œuvres d’art de musées de province et du constat des dégâts des biens culturels.

2 Arsène Alexandre, Les monuments français détruits par l’Allemagne : enquête entreprise par ordre d’Albert Dalimier, Paris, Berger-Levrault, 1918, p. 110-111.

3 Ibid., p. 108.

4 Chanoine Aimond, La cathédrale de Verdun, histoire et description, Verdun, Imprimerie Martin Colardelle, 1926, p. 16.

5 Voir, par exemple, la collection « Villes meurtries de France » qui parait dès 1915 à raison d’un volume par ville ou, après-guerre, la collection « La France dévastée ». Voir également la revue L’Art et les artistes, dont la parution reprend en 1915 et qui publie des numéros spéciaux sur les monuments dévastés.

6 Cartes postales, photographies de presse, photographies de la Section photographique de l’armée française (SPA) et du service des Monuments historiques en charge de la restauration de la cathédrale.

7 Archives des Monuments historiques conservées à la Médiathèque du Patrimoine (MAP) de Charenton-le-Pont.

8 La cathédrale fut classée par arrêté le 30 octobre 1906 et le cloître le 13 juillet 1907.

9 Sur l’histoire de Verdun pendant la guerre, nous renvoyons aux travaux de Franck Meyer et notamment à Verdun. Des ravages à la renaissance. 1915-1929, vol. 1, Verdun, Connaissance de la Meuse, 2006, 143 p.

10 Robert de Cotte (1656-1735), architecte et décorateur, finit sa carrière 1er architecte du roi et directeur de l’Académie. À Verdun, on lui doit le palais épiscopal et la décoration du chœur de la cathédrale.

11 Le conseil municipal siégea dans un premier temps à Bar-le-Duc, puis à Paris.

12 L’Illustration, 18 mars 1916, n° 3811, p. 275-276.

13 Édicule en forme de baldaquin posé sur 4 colonnes, au-dessus de l’autel.

14 F. Meyer, op. cit., p. 143.

15 Carte postale, 6- « La guerre de 1914-15. Les responsables de la destruction de la cathédrale de Reims. KOLOSSAL KULTUR (ses crimes) », R.P., Paris.

16 Carte postale, « LA GRANDE GUERRE. Arras. La Cathédrale, qui, à l’intérieur, présente un aspect des plus lamentables. The interior of the Cathedral, presents a lamentable aspect », n° 2571, Charles Ledieu, Arras.

17 Carte postale, 46- « Arras. GUERRE 1914-1916. La cathédrale détruite par les Vandales le 6 juillet 1915… ».

18 Ces photographies sur Verdun ont été classées dans 6 albums de la collection « Pour la mémoire de la France », regroupant 1 200 photographies. Parmi eux, les albums n° 169, 172 et 174 portent plus particulièrement sur la cathédrale de Verdun.

19 Instruction relative aux choix des films ou clichés du 1er novembre 1918, dactylographiée, p. 1, 80/07/01, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

20 Note de Pierre Marcel relative aux églises aux opérateurs photos, 13 juillet 1917, 2 p., 80/07/01, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

21 Plaques A12977-A13036 et A13037-A13072, MAK (Boulogne-Billancourt).

22 Même dans les missions photographiques de 1919 et de 1920, la cathédrale reste un monument parmi les autres.

23 Catalogue de l’Exposition d’œuvres d’Art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi organisée sous le patronage du sous-secrétaire d’État des Beaux-Arts par la ville de Paris sur l’initiative du Journal, Paris, s. é., 1916, 58 p.

24 Catalogue de l’Exposition d’œuvres d’Art mutilées…, op. cit., première de couverture. Voir aussi supra l’article de Michaël George.

25 Les stalles et boiseries de la cathédrale, conservées au Petit Palais jusqu’en 1921, furent rapatriées et déposées dans la chapelle du palais épiscopal et ne retrouvèrent leur place dans la cathédrale qu’en 1935, après la restauration du bâtiment.

26 Henri Lavedan, « Les grandes heures, les cris et les larmes des choses », L’Illustration, n° 3847, 25 novembre 1916, p. 388.

27 Rapport André Ventre du 5 juin 1920 sur les travaux exécutés en 1920, p. 5, 80/3/4, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux). Rapport général de l’état des édifices endommagés par les événements de guerre et sur les travaux exécutés au cours de 1919, 1920 et 1921, du 25 janvier 1922, 80/3/4, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

28 André Ventre (1874-1951) était architecte des Monuments historiques. Marcel Delangle (1892-1958) était architecte ordinaire des Monuments historiques.

29 Rapport André Ventre sur les travaux exécutés en 1920…, op. cit., p. 5. Rapport général de l’état des édifices endommagés…, op. cit., p. 7.

30 Voir les rapports sur les édifices classés à partir de 1922, 80/3/4, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

31 Rapport d’André Ventre du 25 juin 1920 à l’appui du projet de restauration, 81/055/59, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

32 Voir à ce propos Jean et Jean-Claude Lappara, Les chapiteaux de la crypte sous la cathédrale de Verdun : religion et histoire de Verdun du Moyen âge à la Grande guerre. Un mémorial dans la pierre par Gaston Le Bourgeois, Brabant-sur-Meuse, Culture et loisirs, 2001, 100 p.

33 Pour plus de détails sur l’histoire de la cathédrale, se référer à l’ouvrage de Mickaël George, La Cathédrale de Verdun des origines à nos jours : étude historique et sociale d’un édifice à l’architecture millénaire [2013], Nancy : PUN, Éditions universitaires de Lorraine, 2e éd. 2015, 297 p.

34 Rapport d’André Ventre du 3 juin 1929 à l’appui du projet de restauration de remise en état de la crypte, 81/055/61, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

35 Rapport d’André Ventre du 13 janvier 1930 à l’appui du projet de restauration de remise en état de la crypte, 81/055/61, MAP (fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

36 Nous renvoyons à l’ouvrage de Jean Laparra, Jean-Claude Laparra, Michel Leroy, Un mémorial dans la pierre de Gaston Le Bourgeois. Les chapiteaux de la crypte sous la cathédrale de Verdun, Verdun, Culture & Loisirs, 2001, 97 p.

37 Gaston-Étienne Le Bourgeois (1880-1956) était un sculpteur animalier de renom. Nous n’avons pas retrouvé de dossier sur l’intention de l’artiste. Nous savons juste que des maquettes en pierre avaient d’abord été réalisées et approuvées par la Commission des Monuments historiques et que le thème est emprunté à l’histoire de la guerre (Rapport André Ventre du 26 janvier 1935, 81/055/63, MAP, fort de Saint-Cyr, Montigny-le-Bretonneux).

38 J. Laparra, J.-Cl. Laparra, M. Leroy, op. cit., p. 16.

39 Nous reprenons les appellations des architectes André Ventre et Marcel Delangle. Nous ne connaissons pas les appellations données par Gaston-Étienne Le Bourgeois.

40 Les huguenots tentèrent cette nuit-là d’escalader les remparts par un système d’échelles, mais furent repoussés par les Bourgeois et les gardes du Chapitre. Cette victoire fut interprétée comme une manifestation de la protection de la Vierge.

41 Le terme est employé dès 1914, dans la presse notamment, pour désigner les bâtiments sacrifiés dans les bombardements. Cela va dans le sens de l’anthropomorphisation des ruines qui, dans les légendes de photographies et de cartes postales, désignent aussi les édifices dévastés comme des corps souffrants. Voir Emmanuelle Danchin, Le temps des ruines (1914-1921), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, chap. I et II, p. 44-137.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte postale, 501-Verdun. Panorama sur la ville haute.
Crédits © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Titre Fig. 2a. Carte postale, Verdun-La Cathédrale. The Cathedral, -LL.
Crédits © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Fig. 2b. Verdun, la cathédrale (Notre-Dame, dégâts dus aux bombardements).
Crédits Photographie de presse/agence Rol, [en ligne : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b53020289x.item] © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. 3a. Carte postale, 17-Verdun. Intérieur de la Cathédrale, B. F.
Crédits © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 3b. Carte postale, 523- LES RUINES DE LA GRANDE GUERRE. – Verdun – La Cathédrale. Le Cloître.
Crédits © tous droits réservés
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Titre Fig. 4. Photographie de presse, [Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais salle de Verdun], 1916.
Crédits Agence Meurisse, © tous droits réservés [en ligne : https://galllica.bnf.fr].
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Fig. 5. Photographie de presse, [Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais, salle de Verdun, châsse de Saint-Santin et statue de Sainte-Fine], 1916.
Crédits Agence Meurisse, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Fig. 6a. Photographie, [Nef de la cathédrale de Verdun], 1921, 80/055/63, MAP (Charenton-le-Pont).
Crédits © E. Danchin.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 6b. Photographie, [Nef de la cathédrale de Verdun], 1920.
Crédits http://www4.ac-nancy-metz.fr/​verdun2016/​memoire-verdun.html
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 6c. Photographie, [Cloître de la cathédrale de Verdun], 1921, 80/055/63, MAP (Charenton-le-Pont).
Crédits © E. Danchin.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Fig. 7a. Photographie du chapiteau n° 13, face B, de la crypte orientale de la cathédrale.
Crédits Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 7b. Photographie du chapiteau n° 6, de la crypte orientale de la cathédrale.
Crédits Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 8a. Photographie du chapiteau n° 5, face A, de la crypte orientale de la cathédrale.
Crédits Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Fig. 8b. Les ruines de Verdun : la cathédrale.
Crédits Photographie de presse/Agence Meurisse [en ligne : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b9044644w.item], © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre Fig. 9a. Photographie du chapiteau n° 5, face D, de la crypte orientale de la cathédrale.
Crédits Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 9b. Carte postale de la ville de Verdun.
Crédits E. Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 10. Photographie du chapiteau n° 15, face C, Verdun « Le rempart de la France », de la crypte orientale de la cathédrale.
Crédits Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 11. Photographie du chapiteau n° 15, face D, « Le miracle des échelles », de la crypte orientale de la cathédrale.
Crédits Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 12. Carte postale, « Les monuments victimes de la guerre », 8-Verdun la cathédrale.
Crédits Emmanuelle Danchin, © tous droits réservés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87956/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site