Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Représentations

La cathédrale et le temple. La cathédrale Saint-Jean de Bois-le-Duc comme enjeu symbolique dans un conflit confessionnel (1629)

Andreas Nijenhuis-Bescher

Texte intégral

1Avec sa fière allure gothique, la cathédrale Saint-Jean domine la ville de Bois-le-Duc, dans le Brabant. L’ancienne collégiale est érigée en cathédrale à l’occasion de la réforme ecclésiastique du cercle bourguignon de 1559, en vertu de la bulle Super Universas, au début du règne de Philippe II d’Espagne (1527-1598) comme seigneur des Pays-Bas. Cette période est alors marquée par l’iconoclasme protestant de 1566, rapidement suivi par le début de la Révolte (1568-1648), débouchant sur la scission des Pays-Bas en deux États, finalisée au terme de la plus longue guerre de l’époque moderne.

  • 1 Le vicaire général Charles de Mansfelt († 1647) emploie cette expression comme titre de son traité (...)
  • 2 En 1585, la conquête d’Anvers par l’armée espagnole provoque un véritable exode, estimé à la moitié (...)

2Au cours de ce conflit civil et confessionnel de près d’un siècle, la religion fait office de marqueur territorial. Aux Provinces-Unies, l’exclusif de l’Église publique réformée modifie le paysage en extirpant tout signe extérieur des cultes tolérés ; aux Pays-Bas espagnols, l’Église catholique règne officiellement sans partage. En cas de conquête par l’une ou l’autre des forces en présence, les conséquences religieuses sont immédiates. Les conquêtes par l’« armée de Dieu » habsbourgeoise (castra Dei1) s’accompagnent d’une conversion forcée des protestants ou de leur exil, parfois massif2. De même, les Milices des États généraux sont un outil de confessionnalisation : là où la République des Provinces-Unies s’établit, l’Église catholique est démantelée.

  • 3 Richard Verstegan, Theatre des Cruatez des Heretiques de nostre temps, Anvers, Adrien Hubert, 1588.

3À en croire les gravures de Richard Verstegan (vers 1550-1640) publiées pendant la Révolte, l’occupation de lieux de culte catholiques par les protestants équivaut à leur destruction pure et simple3. Sur ces images, des calvinistes iconoclastes pillent, démolissent, brûlent les églises catholiques et exécutent des prêtres. Cet article propose d’explorer le destin de la cathédrale de Bois-le-Duc lors de la prise, par les Milices des Provinces-Unies en 1629, de cette ville stratégique aux portes de la Hollande. En effet, aux termes d’une lutte intense de 137 jours, la cité épiscopale est contrainte à la reddition. Les conséquences de la conquête pour la cathédrale sont immédiates : les premiers actes des vainqueurs calvinistes sont de fixer leur bannière au-dessus de la croix au sommet de sa tour, de transformer Saint-Jean en temple et d’y célébrer un office religieux calviniste en présence d’hôtes de marque de toute l’Europe protestante. La prophétie de Verstegan se réalise-t-elle ?

Le siège et la reddition de Bois-le-Duc, ville épiscopale (mai-septembre 1629)

4La prise de la ville de Bois-le-Duc est emblématique pour la dernière phase de la Révolte (1568-1648). En effet, après une période difficile, consécutive à la Trêve de Douze Ans (1609-1621) et correspondant à la fin du stathoudérat de Maurice de Nassau (1567-1625), les Provinces-Unies reprennent l’initiative militaire. Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647) reprend le flambeau de son demi-frère dans un contexte compliqué, symbolisé par la perte de la ville brabançonne de Breda, fief des Orange, en juin 1625. La Reddition de Breda, peinte par Vélasquez (1599-1660) en 1635, célèbre les dix ans de la prise de cette ville, soulignant son importance stratégique.

  • 4 En ce qui concerne le cas spécifique de Bois-le-Duc, voir Louis Rogier, Geschiedenis van het kathol (...)

5Avec la longue série de succès militaires des Provinces-Unies, allant de la prise de Groenlo (1627) à la conquête de Maastricht (1632), l’enjeu est à la fois stratégique et confessionnel. En effet, durant la Trêve et les années favorables aux Pays-Bas du Sud, les territoires sous contrôle espagnol ont été un laboratoire de la Réforme tridentine. La population de ces foyers de l’implantation originelle du protestantisme au xvie siècle est redevenue très majoritairement catholique4.

  • 5 Pour une description précise du contexte et du déroulement de ce siège, je renvoie à Andreas Nijenh (...)

6Le siège de Bois-le-Duc réunit ces deux aspects. Avec Breda, il s’agit de l’une des principales villes de la partie septentrionale du Brabant. Le cœur de la République ne se trouve qu’à quelques jours de marche des deux cités, dotées de fortifications et de garnisons importantes. De surcroît, depuis la réforme diocésaine de 1559, Bois-le-Duc est le siège d’un évêché. Celui-ci est suffragant de la province ecclésiastique de Malines, et non de celle d’Utrecht, à la différence des autres évêchés conquis par les Provinces-Unies au xvie siècle (Deventer, Groningue, Leeuwarden, Middelburg, Haarlem, Utrecht). Le souvenir de la prise et le démantèlement d’un diocèse étaient par conséquent lointains au moment où la lutte pour Bois-le-Duc s’engage, au printemps 1629. L’intensité de la lutte reflète la double importance, stratégique et confessionnelle, de la ville5.

  • 6 Philippe-Henri De Grimoard, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les portefeuilles du ma (...)
  • 7 Voir à ce propos Peter de Cauwer, Tranen van bloed. Het beleg van ’s-Hertogenbosch en de oorlog in (...)
  • 8 La collection de la Mauritshuis à La Haye recèle un portrait d’Ophovius, alors moine dominicain à A (...)
  • 9 De Grimoard, op. cit., t. II, p. 4. Lettre datée du 13 août 1629. Quelques jours plus tôt, une atta (...)

7Dès le début du siège, en mai, une prière générale est faite dans tous les temples des Provinces-Unies. Henri de La Tour d’Auvergne, dit Turenne (1611-1675), petit-fils de Guillaume d’Orange (1533-1584), officier dans l’armée de son oncle Frédéric-Henri de 1628 à 1632, évoque le « jeûne qui se fit partout dans le pays il y aura après-demain huit jours6. » Dans le camp catholique, le recours à la religion comme moyen de galvaniser les troupes est également permanent7. Le dominicain Michael Ophovius (1570-1637), évêque de Bois-le-Duc depuis cinq ans, demeure dans son diocèse pendant toute la durée du siège, exhortant la garnison à la résistance8. Turenne prête même aux ecclésiastiques une responsabilité directe dans la mort d’un prisonnier français, sans doute protestant, survenue vers la fin du siège en août 1629 : « les Prêtres, à ce que l’on dit, l’ont extrêmement tourmenté. »9

Les « habitans ont eu telle capitulation qu’ils ont voulu, hors la liberté de la religion. »

  • 10 Daniel Heinsius, Histoire du siège de Bol Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXI (...)
  • 11 Le Récit véritable de la prise de Vezel. Ensemble ce qui s’est faict & passé au siège de Bolduc, de (...)
  • 12 Daniel Heinsius, op. cit., p. 3.
  • 13 Ibid., p. 25.

8Dépassant le seul cadre du Brabant, le siège de Bois-le-Duc est une affaire internationale. Financée grâce à la prise, près de la lointaine île de Cuba, de la flotte d’argent par la West-Indische Compagnie en septembre 1628 (par Piet Hein (1577-1629), de manière « fort efficacieuse10 »), la campagne de 1629 s’inscrit dans un contexte européen, voire mondial. Grâce à la reddition de La Rochelle en octobre 162811 et la fin des Guerres dites de Monsieur de Rohan en 1629, « une guerre civile, durant laquelle nous ne pouvions esperer de secours en nos affaires »12, la France peut de nouveau seconder son allié néerlandais dans la lutte contre l’Espagne. En intervenant dans la Guerre de Succession de Mantoue (1628-1631), « où le Roy de France avoit declaré la guerre, & luy mesme en presence conduisoit une grande armée vers Casal »13, le royaume français perturbe la route espagnole et fixe loin des Pays-Bas des troupes hispaniques dirigées par Spinola (1559-1630), l’ancien vainqueur de Breda.

  • 14 Jean-Nicolas Parival, Les Délices de la Hollande, Œuvre Panegirique. Avec un traité du Gouvernement (...)

9À la fin du mois de juin, l’armée des Pays-Bas, commandée par Henri van den Bergh (1573-1638), un cousin de Frédéric-Henri, fait une tentative pour briser l’encerclement de Bois-le-Duc. L’échec de cette attaque directe de l’armée de Frédéric-Henri entraîne même une intervention de troupes impériales dans le conflit. En effet, si les Provinces-Unies restent officiellement à l’écart de la Guerre de Trente Ans (1618-1648), une armée impériale dirigée par Ernesto Montecuccoli (1582-1633), libérée à la faveur de la Paix de Lübeck (mai 1629), est mise à disposition des Pays-Bas espagnols. Elle fait irruption, à la mi-août, en Gueldre et Utrecht, jetant « la terreur & l’espouvante jusques au cœur de la Hollande », selon un historien contemporain14.

  • 15 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 3. Lettre du 30 juillet 1629.

10Inversement, l’échec du roi du Danemark Christian IV (1577-1648) dans la Guerre de Trente Ans libère des troupes du camp protestant, qui viennent en renfort aux Provinces-Unies. Turenne le signale, à la fin du mois de juillet 1629, dans une lettre à sa mère, Élisabeth de Nassau (1577-1642) : « Il y est venu par bonheur bien dix mille hommes, (depuis quinze jours que l’on a été en ce quartier-là), du débris de la guerre de Dannemarck15. »

  • 16 Ibid., t. I, p. 4. Lettre du 13 août 1629.

11À la mi-août, la situation est critique pour les assiégés, comme le rapporte Turenne, bien informé grâce à sa présence auprès de Frédéric-Henri : « Il y a deux jours que l’on surprit deux espions, qui sortoient de la ville avec des lettres de Grobendonck [Antoine Shetz, seigneur de Grobbendonk (1572-1640), gouverneur de Bois-le-Duc] à l’Infante [Isabelle d’Espagne (1566-1633), archiduchesse des Pays-Bas], qui ont été déchiffrées ; & par lesquelles il fait connoître ses nécessités, & qu’il sera contraint de se rendre s’il n’est bientôt secouru16. »

  • 17 Daniel Heinsius, op. cit., p. 181.
  • 18 Ibid., p. 182.

12Toutefois, la lutte demeure acharnée jusqu’à l’ouverture de brèches dans la muraille, les 10 et 11 septembre. Dans le luxueux volume consacré au siège de Bois-le-Duc, l’historiographe des États généraux Daniel Heinsius (1580-1655) évoque puissamment une épouvante apocalyptique gagnant la ville de Bois-le-Duc assiégée : « La brèche faicte par la mine [“Au matin entre trois & quatre heures”17], fut neantmoins suivie en la ville, d’une grande clameur & lamentation du peuple. Incontinent on cria aux armes, & le tocsin sonnant, les tambours battans, les Soldats furent tumultuairement appeléz au secours18. » La reddition, devenue inéluctable, n’intervient qu’en tout dernier recours, soulignant le caractère emblématique de la lutte pour cette ville épiscopale.

  • 19 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629.

13En octobre, les Pays-Bas espagnols entreprennent une dernière tentative contre les Provinces-Unies, avec des troupes provenant de l’Empire : « Le Comte Ernest [Montecuccoli] marcha hier avec les troupes qu’il a, qui peuvent bien être de quinze mille hommes de pied. On dit qu’il s’en va droit aux forts sur l’Issel. M. le Prince est à cette heure à Bois-le Duc, où on fait des prières générales & par-tout ce pays-ci19. » Cette dernière manœuvre, inquiétante bien qu’infructueuse, clôt une campagne militaire exceptionnellement longue et mouvementée.

  • 20 Daniel Heinsius, op. cit., p. 186.
  • 21 Ibid., p. 187.
  • 22 Ibid., p. 187.

14Lorsque la ville se rend enfin, le 14 septembre 1629, afin d’éviter la prise de force exposant la cité au pillage et la garnison à la mort, l’Europe entière observe les événements avec intérêt. La question centrale de la reddition, négociée entre les États généraux des Provinces-Unies et les autorités confessionnelles et civiles de la ville, est celle de la religion. Pendant les négociations, « ceux de la ville »20 formulent des demandes, dont « celle de la liberté de leur religion, [qui] fut en passant, rejettée »21. Heinsius en fait le commentaire politique « que, ceux qui aproffondissent les affaires, rapportent, n’avoir pas esté desagreable aux Hespagnolz, comme nous avions peu penser, depeur que les Provinces [du Sud] desja esbanslées, attirées par la liberté, & par l’esperance de [conserver] la Religion receuë d’ancienneté, vinssent a se joindre a la cause des autres [du Nord]22. » Ce stratagème a effectivement été employé lors de la campagne de la Meuse, lorsque le simultaneum est accordé à Ruremonde, évêché conquis en juin 1632, et à la ville de Venlo.

  • 23 Ibid., p. 188.
  • 24 De Grimoard, op. cit., t. I, p.6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

15L’accord final, aux « conditions presque faictes sur le formulaire de celles de Breda, comme estans plus estenduës & amples qu’il n’est de coustume en tel cas »23, intervient après trois jours de marchandage. Plus lapidaire, allant à l’essentiel dans sa lettre du 19 septembre, Turenne écrit que « les habitans ont eu telle capitulation qu’ils ont voulu, hors la liberté de la religion »24.

  • 25 Daniel Heinsius, op. cit., p. 187-188. « Bernen » est l’abbaye de Berne, près de Heusden, fondée au (...)

16Une délégation conduite par l’évêque Ophovius en personne, secondé d’autres ecclésiastiques, signe les conventions civiles et religieuses de capitulation et en rapporte les termes à la ville vaincue. « François Michel Ophovius Evesque ; avec Iehan Morsius, Abbé de Bernen, Iehan Hermanius Doyen, & quelques-uns des principaux de la ville, envoyéz vers le Prince, sur le soir, rapporterent les articles accordés, par le consentement des Estats25. »

La cathédrale et le temple : l’appropriation symbolique

  • 26 La Reduction de la ville de Bois-Leduc aux Estats d’Holande. Avec les articles accordez par Monsieu (...)

17Sur le plan militaire, un second traité de capitulation prévoit le départ de la garnison vaincue « Lundy prochain de bon matin, qui sera le dixseptiesme de ce mois de Septembre »26. Il s’agit d’un départ avec les honneurs de Grobbendonck,

  • 27 Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 8 (Article « XIIII »).
  • 28 La Reduction de la ville de Bois-Leduc aux Estats d’Holande. Avec les articles accordez par Monsieu (...)

« Gouverneur de Bois-leduc, avec tous Officiers de guerre & soldats de quelque qualité & condition qu’ils soient, tant à Cheval qu’à pied, nuls exceptez, encores mesmes qu’ils eussent abandonné le service de Messieurs les Estats, & ce rendus à celuy du Roy d’Espagne [c’est-à-dire les déserteurs des Milices de Frédéric-Henri], sortiront de la ville sans aucun destourbier ou empeschement avec armes & bagages, la Cavallerie sonnant la trompette, l’estendart volant, armez de toute pieces, les armes en main. L’infanterie tambour battant, drappeau desployé, mesches allumees par les deux bouts, & balle en bouche, en tel rang & forme comme ils ont accoustumé de marcher en bataille, le tout leurs biens & vivres sauves iusques à la ville de Diest [entre Louvain et Hasselt, au-delà du “plat Païs sous contribution27” dépendant de Bois-le-Duc]28. »

  • 29 De Grimoard, op. cit., t. I, p 4. Lettre du 13 août 1629.
  • 30 Daniel Heinsius, op. cit., p. 188-189.
  • 31 Ibid., p. 191. Heinsius relate que des pièces d’artilleries embourbées (« trois grosses pieces, & t (...)
  • 32 Ibid., p. 191.

18La sortie, après quatre mois et demi de combat « opiniatré »29, s’effectue en toute courtoisie, sous la protection de l’infanterie des États, « pour garder ceux qui sortoient, ou pour empescher qu’on ne leur fist tort ni outrage, selon qu’il estoit convenu »30. Les « promesses » du traité de capitulation sont « religieusement observées »31 et une brève – et peu chaleureuse – rencontre du vainqueur et du vaincu a lieu. Grobbendock, « apres avoir dit au Prince comme en raillant, qu’on l’avoit desniché […], donna de l’esperon poursuivant son chemin. Le Prince qui ne luy cedoit pas en courtoisie, le laissa aller, apres luy avoir dit, qu’il avoit soustenu un long siege & heureusement ; & rien de plus »32.

L’appropriation symbolique de la cathédrale

19Pendant la sortie du cortège des vaincus, passant par la porte de la ville, les nouveaux maîtres de Bois-le-Duc entrent

  • 33 Ibid., p. 189.

« par la bresche, ayant commandement de donner ordre tant par son exemple, que par son autorité, qu’on ne fist aucun tort ni dommage a ceux qui s’estoient rendus, qu’on exerçast aucune violence, qu’on n’usast d’aucune parole injurieuse envers aucun, tant des Ecclesiastiques, que des bourgeois ; & que la religion & les exercices de pieté, qui autrefois les avoient liéz d’amitié ; & maintenant les divisoient, n’apportassent prejudice a personne33. »

20En l’espèce, la garde personnelle du prince veille au bon ordre.

  • 34 Ibid., p. 191.

21Au soir du 17 septembre, après le départ de l’armée ennemie, la ville est entièrement explorée par le camp des vainqueurs et le prince d’Orange en personne. En effet, « la compagnie de gardes, avec quelques-uns des nostres, entre en la ville. Le General [c’est-à-dire Frédéric-Henri] suivit aussi tost, mais comme en passant, pour en veoir l’estat, & peu après quelques-uns des Estats [les États-Généraux, le gouvernement confédéral des Provinces-Unies], & un grand nombre de peuple »34.

Un « tesmoignange de leur liberté approchante du ciel » au sommet de la cathédrale

22De manière symbolique, la tour de la cathédrale Saint-Jean est investie par les conquérants, en faisant flotter le drapeau tricolore et la bannière orange du prince. Heinsius relate que

  • 35 Ibid., p. 191-192.

« [l’un] de nos mariniers qui s’y rencontra, se souvenant encore en terre, de l’humeur & coustume de ceux qui frequentent la mer, montant sur le haut de la plus haute tour, y arbora une enseigne de navire, des couleurs du Prince d’Aurenge, & avec ses armes : Lesquel signe de victoire navale, fut interpreté par ceux des nostres qui estoyent presens, tant habitans qu’autres, pour tesmoignange de leur liberté approchante du ciel ; par les autres comme une bravade & insultation faicte a la condition de leur estat [de vaincus]35. »

  • 36 Ch. C.V. Verreyt, « De zilveren St. Janstoren: Een gedachtenis aan het beleg van ‘s-Hertogenbosch i (...)

23En récompense de son acte de bravoure, le « marinier » reçut un récipient à épices en argent empruntant la forme de la tour de la cathédrale. Les strophes gravées sur le modèle réduit de la tour glorifient le prince « protecteur de l’Église de Dieu » et relatent l’épisode du drapeau de la République calviniste fixé au sommet de la cathédrale et resté en place pendant deux mois. Le curieux objet, visible au Rijksmuseum à Amsterdam, livre le nom du soldat sans vertige : Pieter Jansen, de Flessingue en Zélande (« Vlissinghs borger […] Pieter Iansen genaemt », voir l’illustration). Le cadeau symbolique est assorti d’une somme à la hauteur de l’exploit, reçue des mains du prince ; grâce à cette véritable fortune de 500 ducats, Pieter Jansen a fait construire une maison dans sa ville natale en Zélande, ornée d’une clé de voûte représentant la tour de la cathédrale et rappelant son exploit en vers36.

Fig. 1. Récipient à épices en argent, empruntant la forme de la tour de la cathédrale Saint-Jean, offert à Pieter Jansen pour avoir fixé la bannière des vainqueurs à son sommet.

Fig. 1. Récipient à épices en argent, empruntant la forme de la tour de la cathédrale Saint-Jean, offert à Pieter Jansen pour avoir fixé la bannière des vainqueurs à son sommet.

Inv. NG-NM-5321. Hauteur 38,6 cm, poids 628 grammes d’argent.

Avec l’aimable autorisation du Rijksmuseum Amsterdam.

La liberté de conscience individuelle et le démantèlement de l’Église catholique

  • 37 Daniel Heinsius, op. cit., p. 205.

24Si l’appropriation symbolique, vécue comme « bravade & insultation », est immédiate, les conséquences structurelles ne tardent pas non plus. Les articles II à V de la convention de reddition précisent les modalités régissant désormais la vie religieuse à Bois-le-Duc et son « plat pays ». L’article II, subséquent à la clause habituelle d’amnistie et d’amnésie, confirme que « les habitans seront tenus de se comporter selon les ordonnances receuës es Provinces unies, jouïssans au resté de liberté de conscience quant a leur sentiment en matiere de Religion, selon que cela est observé par tout »37. La liberté de conscience, telle que l’Union d’Utrecht la garantit aux Provinces-Unies, trouve par conséquent application à Bois-le-Duc et à la partie du Brabant conquise. Aucun individu ne pourra par conséquent être inquiété en raison de sa foi personnelle, si celle-ci est vécue dans la sphère privée.

  • 38 Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article II).
  • 39 Daniel Heinsius, op. cit., p. 205. Bois-le-Duc compte à la fin du Moyen Âge huit monastères masculi (...)
  • 40 Ibid., t. I, p. 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

25En revanche, l’Église catholique en tant qu’institution ecclésiastique est démantelée. Il est prévu en effet « que tous les Ecclesiastiques & Religieux personnes masles, sortiront de la ville dans le terme de deux mois, en se comportant cependant selon les Placarts du pays, & pourront prendre & transporter avec eux leurs meubles, Images, peintures, & ornements d’Eglise »38. Une clémence particulière concerne les femmes, les « religieuses professes, que novices, pourront demeurer en la ville & y vivre des revenus & biens de leurs convents, demeurant en la disposition des Estats, de les laisser demeurer en leurs cloistres, où leur assigner d’autres lieux »39. Fidèle à son habitude, Turenne résume la situation en une phrase : « On a laissé quelques Couvens de Religieuses, mais chassé tous les gens de l’église »40.

  • 41 Daniel Heinsius, op. cit., p. 190.

26Les premiers gens de l’Église quittent Bois-le-Duc avec les fourgons de la garnison vaincue. « Les Ecclesiastiques & Religieux sortans entre les autres [soldats] ; en habits non accoustuméz a ce peuple, nay entre les armes, estoient regardéz comme gens de l’autre monde41. » Toutefois, l’évêque Ophovius lui-même est resté pendant toute la durée du délai accordé par la convention de reddition, ne quittant son ancien évêché que le 20 novembre 1629. Acte symbolique, le palais de l’évêché est désormais affecté au commandant de la garnison de la ville ; le gouverneur élit résidence dans l’ancien collège des Jésuites. Les hauts lieux de l’institution ecclésiastique catholique sont occupés par le personnel calviniste chargé d’administrer le nouveau Pays de la Généralité.

La transformation de la cathédrale en temple et les « actions de graces a Dieu » célébrant la victoire

  • 42 Ibid., p. 205.

27L’abolition du catholicisme dans l’espace public, reléguant le « sentiment en matiere de Religion » à la sphère intime, implique la soustraction au culte catholique de tous les lieux de culte. De surcroît, selon l’article III de la convention, « les benefices qui ont charge d’ame, comme on parle, attribuéz aux Pasteurs & Curéz, demeureront en la disposition des Estats »42 ; les biens de l’Église sont par conséquent sécularisés.

  • 43 Ibid., p. 191.
  • 44 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629. Ce temple wallon reste en servic (...)

28Les effets de cette disposition deviennent rapidement tangibles. Pour célébrer leur victoire, les « Estats firent indictions de prieres publiques & d’actions de graces a Dieu, pour ses benedictions sur cette Republique, lesquelles avec changement de ceremonies & de service, furent celebrées en la ville prise »43. Désormais, le seul culte religieux admis dans l’espace public, comme dans les lieux de culte sécularisés, est celui de l’Église Publique, calviniste. La chapelle Sainte-Anne, proche de la cathédrale, est ainsi affectée au culte wallon, c’est-à-dire le culte calviniste en langue française. Début octobre 1629, dans l’une de ses missives, Turenne mentionne cette « église qu’on a destiné pour le prêche françois »44. Il en va de même pour les nombreux lieux de culte de Bois-le-Duc, soit affectés au culte calviniste, soit désaffectés, transformés en écurie ou grange voire rasés comme l’église Saint-Pierre en 1637.

  • 45 Daniel Heinsius, op. cit., p. 191.
  • 46 Ibid., p. 192.
  • 47 Ibid., p. 188.
  • 48 Ibid., p 188.
  • 49 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

29La cathédrale elle-même est investie prioritairement. Dès le 19 septembre, c’est-à-dire une seule journée entière après le départ effectif de la garnison, achevé le lundi 17 septembre « le jour estant desja fort abaissé »45, le culte calviniste y est célébré. La prise de possession symbolique de la cathédrale soustraite au culte catholique attire une foule nombreuse. « Là s’assemblerent tous ordres & tous aages »46 écrit Heinsius, « une multitude incroyable de peuple y ayant de toutes parts accouru, sur le bruit de la reddition47 » pour participer à « la joye & liesse commune48 », tandis que Turenne évoque de « grandes réjouissances pour tout le monde »49.

  • 50 Daniel Heinsius, op. cit., p. 192.
  • 51 Ibid., p. 192.
  • 52 Ibid., p. 188.
  • 53 Ibid., p. 188.
  • 54 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 19 septembre 1629. Le jeune soldat a d’ailleurs (...)

30L’assistance se compose d’un public mêlant « quelques-uns plus attirés par la nouveauté, que par la Religion »50 aux princes du monde protestant, rassemblés autour du « chef victorieux, conservé parmi tant de hazards »51. Parmi eux figurent « le Roy & la Reyne de Boheme [Frédéric V (1596-1632) et Élisabeth Stuart (1596-1662)], le Prince de Dannemark [Christian (1603-1647)], les Ducs de Wirtemberg & de Holstein [Eberhard III (1614-1674) et Frédéric (1581-1658)], avec plusieurs autres52 », ainsi que « la Princesse son espouse53 », Amalia van Solms (1602-1675)54. Turenne et le fort contingent de gentilshommes français représentent la France calviniste à cette occasion.

  • 55 Daniel Heinsius, op. cit., p. 190.

31On imagine aisément « la joye & liesse » du camp protestant et le « desplaisir »55, voire le désespoir, frappant les catholiques dépossédés de leur ville, leur évêché et leur cathédrale.

Fig. 2. L’intérieur de l’ex-cathédrale Saint-Jean en juillet 1632. Peinture de 1646, d’après des dessins réalisés sur place en juillet 1632 par Pieter Jansz Saenredam.

Fig. 2. L’intérieur de l’ex-cathédrale Saint-Jean en juillet 1632. Peinture de 1646, d’après des dessins réalisés sur place en juillet 1632 par Pieter Jansz Saenredam.

Inv. A36792. 129 x 87 cm, huile sur panneau. Le dessin préparatoire, très similaire, se trouve au British Museum (Inv. 1895,0915.1300, 40 x 32 cm. Encre et lavis).

Avec l’aimable autorisation de la National Gallery of Art, Washington.

Le « changement de ceremonies & de service » (1629-1640)

  • 56 Daniel Heinsius, op. cit., p. 192.

32L’investissement de la cathédrale et sa conversion en temple calviniste entraînent une modification de « l’aspect du lieu56. » Les suppressions de fait au cours du xvie siècle de l’archevêché Utrecht (1580) et de ses évêchés suffragants à Middelburg (1574), Haarlem (1578), Leeuwarden (1580), Deventer (1591) et Groningue (1591) se sont accompagnées d’iconoclasmes. Ceux-ci ont été de degrés variables, allant de la destruction violente des ornements – caricaturée par Verstegan en 1587 dans son Theatrum crudelitatum hæreticorum nostri temporis évoqué dans l’introduction – à une modification policée des lieux par le magistrat.

  • 57 Voir Solange Deyon et Alain Lottin, Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Villene (...)
  • 58 C.J.A.C. Peeters, De Sint Janskathedraal te ’s-Hertogenbosch. Staatsuitgeverij, La Haye, Rijksdiens (...)

33Au début des Troubles précédant la Révolte, la cathédrale de Bois-le-Duc avait elle-même déjà été touchée par un mouvement calviniste militant. Comme la quasi-intégralité du Brabant et de la Flandre, en pointe dans le mouvement réformateur57, la ville avait été le théâtre de l’iconoclasme de 1566. Les 22 et 23 août, puis de nouveau le 10 octobre, la ville, alors fraîchement érigée en évêché, avait connu des destructions. Les statues d’apôtres dans le chœur, la croix et la statuaire du jubé gothique, ainsi que le reliquaire et la double statue mariale avaient été détruits ; les retables avaient été épargnés, grâce à leur protection par des hommes en armes, puis leur mise à l’abri58.

  • 59 Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article II).
  • 60 Ibid., p. 339. Plus tard, la peinture de l’autel (voir infra), cinq portraits d’ecclésiastiques, si (...)
  • 61 Ibid., p. 339. Après son arrivée au chapitre de Malines en 1642, le trésor a été vendu au fur et à (...)

34Six décennies plus tard, le « changement de ceremonies & de service » prend une forme bien plus policée. L’acte de reddition prévoit en son article II que les ecclésiastiques catholiques peuvent « prendre & transporter avec eux leurs meubles, Images, peintures, & ornements d’Eglise »59. Les autorités catholiques, présentes jusqu’en novembre 1629, ont fait bon usage de cette clause. L’évêque Ophovius a consigné dans son journal avoir fait transporter à Anvers quatre chariots chargés d’objets et de trésors de la cathédrale dont, par exemple, une statue en argent de Saint-Jean, des ostentatoires, deux lutrins figurant Moïse et David, douze ciboires et les habits épiscopaux60. Après des péripéties, l’essentiel du trésor de la cathédrale de Bois-le-Duc parvient en 1642 au chapitre Saint-Rombaut de Malines61.

  • 62 Ibid., p. 339. Des pierres d’autel trouvent également une destination « temporaire » ailleurs, par (...)

35D’autres biens provenant de la cathédrale ont entamé un exil, que les circonstances peuvent faire estimer temporaire, dans des églises aux Pays-Bas espagnols. Une statue mariale, d’abord cachée à Bois-le-Duc, a été portée en 1630 à Bruxelles. Elle a été placée dans l’église Saint-Jacques-sur-Coudenberg, près du palais éponyme, résidence des gouverneurs des Pays-Bas. Deux siècles plus tard, en 1853, la statue est réinstallée dans la cathédrale Saint-Jean de Bois-le-Duc, à l’occasion du rétablissement des évêchés dans le Royaume des Pays-Bas62.

36Les ornements fixes, comme l’imposant retable de style tridentin, ou la monumentale façade de l’orgue, tous deux du début du xviie siècle, demeurent en place. Aucune destruction n’intervient et lorsque des éléments jugés « papistes » sont ôtés du temple, ils sont vendus et non détruits. L’appropriation est certes symboliquement radicale, mais elle s’opère d’une manière civilisée et sans violence. En lieu et place de l’irruption d’iconoclastes, la prise de possession est codifiée et accordée à l’avance au cours des négociations entre le consistoire et les autorités séculières de la ville.

Un témoin exceptionnel

  • 63 J. De Hond, « Saenredam tekent dominee Junius. Prent uit Dresden nader bezien », in : Bossche Blade (...)

37Pour rendre compte précisément de l’état de l’ex-cathédrale transformée en temple, nous disposons d’une source exceptionnelle. En effet, l’un des inventeurs du genre pictural tout à fait nouveau des intérieurs d’église, Pieter Saenredam (1597-1665), s’est rendu à Bois-le-Duc peu de temps après la conquête de la ville. Il a séjourné dans la ville brabançonne du 29 juin au 23 juillet 1632, soit seulement trois ans après la reddition. Il est hébergé par son ami Johannes Petri Junius (Jan Pietersz de Jong, vers 1587-1635), pasteur originaire d’Assendelft en Hollande et entré en fonction à Bois-le-Duc à l’automne de 163063.

38Pendant ce séjour d’environ un mois, Saenredam a solidement documenté les intérieurs de plusieurs églises de Bois-le-Duc, dont bien entendu l’ex-cathédrale Saint-Jean, chef-d’œuvre gothique. Il s’y rend dès le 1er juillet 1632, au tout début de son séjour. Les tableaux tirés des relevés et croquis réalisés sur place sont ensuite peints en atelier, selon son habitude et l’usage de l’époque, dicté par la fabrication des pigments. Il peut s’écouler un temps considérable entre le travail in situ et le résultat final. Pour l’ancienne cathédrale Saint-Jean, plus d’une décennie sépare la réalisation des dessins « fait d’après la vie » (« naer ’t leeven geteekent ») et la peinture de 1646 en résultant.

  • 64 C.J.A.C. Peeters, op. cit., p. 338 ; Ger Luijten, Peter Schatborn et Arthur Wheelock Jr., « Pieter (...)

39La première vue est celle de la nef (fig. 2) : l’état du temple doit être sensiblement identique à celui en vigueur lors du premier office calviniste, célébré au lendemain de la prise de la ville. Sur le dessin d’après nature, les éléments tridentins et notamment le retable du maître-autel de 1617-1620 [réalisés par Hans van Mildert (1588-1638)], ainsi que les apôtres sculptés à Anvers et consacrés le 15 mars 1620 sont restés en place64. Il en va de même des panneaux commémoratifs des messes funéraires dites pour les défunts Philippe II (8 novembre 1598) et l’archiduc Albert d’Autriche (12 septembre 1621), au-dessus de l’autel. La statuaire est également demeurée en place, dont Saint-Jean et la Vierge Marie sur le retable baroque.

  • 65 Ibid., p. 339. À la différence du trésor, vendu à Malines, le tableau de Bloemaert a retrouvé le ch (...)
  • 66 Le père de Pieter Saenredam, Jan Pietersz Saenredam (1565-1607), a réalisé plusieurs copies d’œuvre (...)

40Seule concession, finalement, aux pasteurs est le rideau couvrant le tableau central du retable. La peinture réalisée en 1646 reprend, en la modifiant légèrement, cette perspective. Licence artistique que Saenredam se permet en réalisant sa peinture, près de quinze ans plus tard : un tableau est révélé en lieu et place de celui caché par le rideau, mettant en abyme l’adoration des mages par Abraham Bloemaert (1564-1651) à l’intérieur du tableau de Saenredam. En réalité, le retable de la cathédrale, consacré en 1620 seulement, abritait un autre tableau de Bloemaert datant de 1615, représentant l’intercession du Christ et de Marie auprès de Dieu le Père65. La peinture de Bloemaert citée en hommage par Saenredam était destinée à un retable à Utrecht, autre ancien évêché que ce dernier avait documenté avec précision en 163666.

  • 67 Claude Joly, Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, 1 (...)
  • 68 C.J.A.C. Peeters, De Sint Janskathedraal te ’s-Hertogenbosch., La Haye, Staatsuitgeverij/Rijksdiens (...)

41Le dépouillement des murs, visible sur le croquis et le tableau de Saenredam, semble correspondre aux goûts austères des calvinistes occupant les lieux. N’est-ce pas l’usage d’avoir une église « blanchie par dedans, comme sont toutes les Eglises de Hollande qui servent à present de Temples aux Calvinistes »67, comme le souligne un voyageur français au milieu du xviie siècle ? Or, lorsque les pasteurs calvinistes prennent possession des lieux en 1629, les murs sont déjà chaulés et blancs, hormis quelques peintures du xve siècle et les décorations polychromes des nervures de la voûte68.

42En effet, la cathédrale se trouvait au moment de la conquête dans une phase de reconstruction et de réaménagement. L’on travaille alors à effacer les outrages de l’iconoclasme de 1566 et de l’incendie de la cathédrale provoqué par la foudre en 1584. Il était également question d’une mise au goût du jour de la liturgie tridentine renouvelée. Le grand retable baroque en témoigne. Par conséquent, les modifications apportées par le consistoire du temple sont marginales. Elles le sont d’autant plus qu’il a œuvré sous le contrôle du magistrat, propriétaire des lieux en vertu de sa sécularisation, et en respectant l’interdiction formulée par Frédéric-Henri de procéder à la moindre destruction.

La « réification » du mobilier liturgique

43Un second croquis montre la tribune de l’orgue de la cathédrale. Il s’agit, ici également, d’une œuvre récente, issue de la campagne de restauration et d’aménagement. L’orgue et sa décoration monumentale sont installés en 1613 seulement, voire 1625 d’après l’inscription documentée par Saenredam. Le jubé est dessiné avec minutie le 3 juillet 1632.

  • 69 « Dit is Het Kostilijcke Ockzael, van de St. Jans Kerck in S’hartogen bos. 1632 den 3 Julij. Pr. Sa (...)

44Même après son retour à Haarlem, et après le décès de son ami Junius, Saenredam s’est informé du destin de cette œuvre, dont il reconnaît la valeur artistique. En effet, le dessin porte l’inscription : « ceci est le magnifique jubé de l’église Saint-Jean à Bois-le-Duc » et, au verso, « bazardé de manière si irritante aux Britanniques69 ».

  • 70 C.J.A.C. Peeters, op. cit., p. 297-307 et 340.

45En effet, après le départ de Saenredam, le consistoire obtient la permission du magistrat de « calviniser » davantage le lieu de culte. La statuaire du chœur et des autels secondaires est ôtée du temple et vendue au cours des années 1630. Certaines fresques sont également blanchies ; une liste de « choses superstitieuses »70 à rectifier avait été soumise aux autorités civiles en décembre 1639. À cette occasion, le jubé est partiellement « bazardé de manière si irritante » ; le reste a suivi en 1866, et le chef-d’œuvre figure de nos jours dans les collections du Victoria et Albert Museum de Londres (Inv. 1046:1-1871).

Fig. 3. Dessin et lavis du jubé de la Saint-Jean de Bois-le-Duc, par Pieter Saenredam (juillet 1632).

Fig. 3. Dessin et lavis du jubé de la Saint-Jean de Bois-le-Duc, par Pieter Saenredam (juillet 1632).

Inv. 1883,0714.102AN223654001, 25 x 39 cm.

Avec l’aimable autorisation du British Museum.

Conclusion : de l’iconoclasme à l’aménagement codifié

46La Révolte des Pays-Bas offre plusieurs exemples de conquêtes et de reconquêtes de territoires par des belligérants de différentes confessions. Les Pays-Bas espagnols restaurent le catholicisme dans les terres conquises par ses armées, tandis que les Provinces-Unies, de signature calviniste, permettent une liberté de conscience individuelle, tout en démantelant toute institution ecclésiastique non calviniste.

47Dès le xvie siècle, plusieurs diocèses et même un archevêché (Utrecht) sont soumis par la République, avec comme conséquences la sécularisation des biens de l’Église catholique et l’expulsion de son clergé. Dans cette première phase de la longue guerre, avant la Trêve de Douze Ans (1609-1621), ces changements de religion s’étaient parfois accompagnés d’iconoclasmes et de violences, notamment dans les années 1570.

48La lutte homérique pour le contrôle de Bois-le-Duc, évêché suffragant de Malines, offre un exemple emblématique et bien documenté de la « réduction » d’un évêché et ses conséquences au xviie siècle. Or, le « changement de ceremonies & de service » se déroule dans ce cas d’une manière parfaitement courtoise, codifiée et sans violence.

49En effet, presque quatre décennies séparent la conquête du diocèse de Groningue par Maurice de Nassau en juillet 1591 de celle de Bois-le-Duc par son demi-frère Frédéric-Henri d’Orange, en septembre 1629. Le contexte politique a radicalement changé pendant cette période. La frêle République des Provinces-Unies de la fin du xvie siècle s’est muée en un État comptant parmi les principales puissances européennes. La bannière tricolore flotte de la Nouvelle-Amsterdam à Batavia et le prestige militaire du capitaine-général et amiral-général Frédéric-Henri est à son faîte.

50En outre, l’espoir d’unifier l’intégralité de la population sous la bannière calviniste s’amenuise au xviie siècle. La société pluri-confessionnelle, rendant possible une coexistence (globalement) pacifique de multiples religions grâce à la liberté de conscience, est un fait acquis. Le « sentiment en matiere de Religion » devient une affaire personnelle, à l’intérieur d’un système où la concorde civile et l’ordre public demeurent le principal objectif politique.

51Nonobstant, la cathédrale Saint-Jean fait bel et bien l’objet d’un investissement symbolique, lorsque la ville, importante sur les plans stratégique et confessionnel, tombe au terme d’une lutte longue et opiniâtre. La tour, point culminant de la ville, fait office de hampe du drapeau du vainqueur, dès l’entrée des troupes de la République calviniste. En outre, la cathédrale est immédiatement transformée en temple, et un office de « graces a Dieu » y est célébré en présence du Prince d’Orange et des hôtes de toute l’Europe protestante.

  • 71 Jan De Kok, Nederland op de breuklijn Rome-Reformatie. Numerieke aspecten van protestantisering en (...)

52Par la suite, et jusqu’à la restitution de la cathédrale aux catholiques en 1810, à l’époque où les Pays-Bas faisaient partie de l’Empire français, l’église Saint-Jean sert de temple paroissial de la nouvelle « classe » de Bois-le-Duc. Celle-ci demeure extrêmement minoritaire et est essentiellement constituée du personnel administrant le Pays de la Généralité dont Bois-le-Duc fait partie71.

53S’il y a bien une forme d’iconoclasme, ou du moins de « purge » du lieu de culte, il n’est plus question de destructions ; la valeur artistique et marchande, que l’on peut « bazarder » (« versacheren », réifier), prime sur la question dogmatique de la sacralité des images et leur usage, ou non, liturgique. N’est-ce pas là, avec la coexistence religieuse, un autre élément de modernité de la République des Provinces-Unies ?

Notes

1 Le vicaire général Charles de Mansfelt († 1647) emploie cette expression comme titre de son traité Castra Dei sive parochia, religio, et disciplina militum, Bruxelles, Martin de Bossuyt, 1642.

2 En 1585, la conquête d’Anvers par l’armée espagnole provoque un véritable exode, estimé à la moitié de la population de la ville, passant de 80 000 à 40 000. Voir René Boumans, « De getalsterkte van Katholieken en Protestanten te Antwerpen in 1585 », Revue belge de philologie et d’histoire, Bruxelles, Société pour le Progrès des Études Philologiques et Historiques, n° 30/3-4, 1952, p. 791.

3 Richard Verstegan, Theatre des Cruatez des Heretiques de nostre temps, Anvers, Adrien Hubert, 1588.

4 En ce qui concerne le cas spécifique de Bois-le-Duc, voir Louis Rogier, Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, Amsterdam, Urbi et Orbi, 1967, t. I, p. 371 : « Het was het Bossche bisdom beschoren, dit intensieve katholieke reformatieproces te ondergaan van de ambtsaanvaarding van Gijsbertus Maas in 1594 tot aan de inneming van Den Bosch door Frederik Hendrik in, 1629. Op het krachtige episcopaat van Gijsbertus Maas, dat tot 1614 duurde, volgde dat van Nicolaas van Zoes, een man van hetzelfde slag en een even positieve persoonlijkheid. Hij stierf in 1625 en werd opgevolgd door de Predikbroeder Michael Ophovius. ».

5 Pour une description précise du contexte et du déroulement de ce siège, je renvoie à Andreas Nijenhuis-Bescher, « “On a laissé quelques Couvens de Religieuses, mais chassé tous les gens de l’église” : La “Milice” des Provinces-Unies sous Frédéric-Henri d’Orange (1584-1647), bras armé d’un État confessionnel », dans Laurent Jalabert, Stefano Simiz (éd.), Armée et Religion, xve-xixe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, p. 245-268 (Histoire).

6 Philippe-Henri De Grimoard, Collection des lettres et mémoires trouvés dans les portefeuilles du maréchal de Turenne, pour servir de preuves et d’éclaircissements à une partie de l’histoire de Louis XIV, et particulièrement à celle des campagnes du général français, Paris, Nyon l’Aîné, 1782, t. I, p. 2. Lettre du 15 mai 1629. La prière générale a lieu le 9 mai 1629, l’investissement de Bois-le-Duc étant achevé depuis le 1er mai.

7 Voir à ce propos Peter de Cauwer, Tranen van bloed. Het beleg van ’s-Hertogenbosch en de oorlog in de Nederlanden, 1629, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2008.

8 La collection de la Mauritshuis à La Haye recèle un portrait d’Ophovius, alors moine dominicain à Anvers, peint vers 1617 par Pierre Paul Rubens (1577-1640) (Inv. 252, acquis en 1822 par Guillaume Ier des Pays-Bas).

9 De Grimoard, op. cit., t. II, p. 4. Lettre datée du 13 août 1629. Quelques jours plus tôt, une attaque menée par les Français sur la porte de Vught résulte en de nombreux blessés. Le gentilhomme français a sans doute été fait prisonnier alors.

10 Daniel Heinsius, Histoire du siège de Bol Duc et de ce qui s’est passé ès Pais Bas Unis l’an MDCXXIX, faicte françoise du latin de Daniel Heinsius, Leyde, Elzévir, 1631, p. 18.

11 Le Récit véritable de la prise de Vezel. Ensemble ce qui s’est faict & passé au siège de Bolduc, depuis le 21 Aoust iusques à présent, Paris, Jean Martin, 1629, p. 4-5, rappelle l’aide zélandaise apportée au blocus de La Rochelle, mentionnant « Dorp […] qui estoit Vice-Admiral de l’Admiral Hautin [c’est-à-dire Willem de Zoete, seigneur de Haultain (1565-1637), lieutenant-amiral de l’Amirauté de Zélande], lorsqu’il vint devant La Rochelle [en 1624-1626] ». Heinsius, op. cit., p. 3, y fait référence de manière elliptique en ces mots : « Le Roy allié de si long temps, & qui pouvoit donner secours au besoin, en demandoit de droit. »

12 Daniel Heinsius, op. cit., p. 3.

13 Ibid., p. 25.

14 Jean-Nicolas Parival, Les Délices de la Hollande, Œuvre Panegirique. Avec un traité du Gouvernement, et un abrégé de ce qui s’est passé de plus mémorable, jusques à l’an de grace 1650, Leyde, Abraham Geervliet, 1655, p. 165-166.

15 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 3. Lettre du 30 juillet 1629.

16 Ibid., t. I, p. 4. Lettre du 13 août 1629.

17 Daniel Heinsius, op. cit., p. 181.

18 Ibid., p. 182.

19 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629.

20 Daniel Heinsius, op. cit., p. 186.

21 Ibid., p. 187.

22 Ibid., p. 187.

23 Ibid., p. 188.

24 De Grimoard, op. cit., t. I, p.6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

25 Daniel Heinsius, op. cit., p. 187-188. « Bernen » est l’abbaye de Berne, près de Heusden, fondée au xiie siècle, dont les frères se sont repliés à la Maison des Frères de la Vie Commune à Bois-le-Duc depuis l’incendie iconoclaste de leur monastère en 1579. Johannes Moors (vers 1581-1641) en est l’abbé, et en cette qualité signataire de la capitulation. Jean Hermans est le doyen du chapitre de la cathédrale Saint-Jean.

26 La Reduction de la ville de Bois-Leduc aux Estats d’Holande. Avec les articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, au Gouverneur de la ville de Bois-leduc, & aux Capitaines & gens de guerre estans en icelle, s.l. [Paris], Pierre Des-Hayes, 1629, p. 13, Article XV. Dans la pratique, le départ effectif se fait « fort tard », selon Turenne. De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

27 Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 8 (Article « XIIII »).

28 La Reduction de la ville de Bois-Leduc aux Estats d’Holande. Avec les articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, au Gouverneur de la ville de Bois-leduc, & aux Capitaines & gens de guerre estans en icelle, s.l. [Paris], Pierre Des-Hayes, 1629, p. 3-4, Article I.

29 De Grimoard, op. cit., t. I, p 4. Lettre du 13 août 1629.

30 Daniel Heinsius, op. cit., p. 188-189.

31 Ibid., p. 191. Heinsius relate que des pièces d’artilleries embourbées (« trois grosses pieces, & trois moyennes, avec deux mortiers ») sont acheminées plus tard par l’armée de Frédéric-Henri et livrées aux vaincus.

32 Ibid., p. 191.

33 Ibid., p. 189.

34 Ibid., p. 191.

35 Ibid., p. 191-192.

36 Ch. C.V. Verreyt, « De zilveren St. Janstoren: Een gedachtenis aan het beleg van ‘s-Hertogenbosch in 1629 », in : Taxandria (1920), p. 150-153. Sur la clé de voûte dans la Rue Saint-Jacob figure la grande tour de la cathédrale, disparue lors de l’incendie de 1584. Est-ce que le tailleur de pierre s’est inspiré d’une gravure existante, où la tour apparaissait encore ? Dans les vers, les habitants de Bois-le-Duc sont qualifiés de « rebelles ».

37 Daniel Heinsius, op. cit., p. 205.

38 Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article II).

39 Daniel Heinsius, op. cit., p. 205. Bois-le-Duc compte à la fin du Moyen Âge huit monastères masculins et autant de cloîtres féminins, avec au total quelque 1 100 religieux, sur une population estimée à 20 000 âmes, soit un religieux pour 18 habitants. Herman J. Selderhuis (éd.), Handboek Nederlandse kerkgeschiedenis, Utrecht, Kok, 2006, p. 171.

40 Ibid., t. I, p. 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

41 Daniel Heinsius, op. cit., p. 190.

42 Ibid., p. 205.

43 Ibid., p. 191.

44 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 2 octobre 1629. Ce temple wallon reste en service jusqu’en 1819, lorsque l’ancienne chapelle est démolie. Voir Alexander Frederik Oscar van Sasse van Ysselt, De voorname Huizen en Gebouwen van ’s-Hertogenbosch, s.l. [Bois-le-Duc], Provinciaal Genootschap van Kunsten en Wetenschappen in Noordbrabant, 1910, t. II, p. 236-237.

45 Daniel Heinsius, op. cit., p. 191.

46 Ibid., p. 192.

47 Ibid., p. 188.

48 Ibid., p 188.

49 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 19 septembre 1629.

50 Daniel Heinsius, op. cit., p. 192.

51 Ibid., p. 192.

52 Ibid., p. 188.

53 Ibid., p. 188.

54 De Grimoard, op. cit., t. I, p. 6. Lettre datée du 19 septembre 1629. Le jeune soldat a d’ailleurs côtoyé de près « Ces Dames ». En effet, avant d’aller « coucher à Bois-le-Duc », elles « ont couché les deux nuits ici à l’armée, durant lesquelles j’ai prêté mon lit à la sœur de Madame la Princesse [Ursula de Solms (1594-1657)], & l’ai fait tendre là où elle a voulu. »

55 Daniel Heinsius, op. cit., p. 190.

56 Daniel Heinsius, op. cit., p. 192.

57 Voir Solange Deyon et Alain Lottin, Les casseurs de l’été 1566. L’iconoclasme dans le Nord, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, 298 p. (1re éd. Hachette, 1981).

58 C.J.A.C. Peeters, De Sint Janskathedraal te ’s-Hertogenbosch. Staatsuitgeverij, La Haye, Rijksdienst voor de Monumentenzorg, 1985 (1964), p. 335.

59 Articles accordez par Monsieur le Prince d’Orange, p. 4 (Article II).

60 Ibid., p. 339. Plus tard, la peinture de l’autel (voir infra), cinq portraits d’ecclésiastiques, six candélabres en argent et d’autres biens précieux sont envoyés de Bois-le-Duc.

61 Ibid., p. 339. Après son arrivée au chapitre de Malines en 1642, le trésor a été vendu au fur et à mesure. D’autres biens sont dispersés à Bruxelles et Anvers.

62 Ibid., p. 339. Des pierres d’autel trouvent également une destination « temporaire » ailleurs, par exemple dans des églises dissimulées ou aux Pays-Bas espagnols. En 1636-1637, quatorze pierres d’autels sont vendues. Dans l’église Saint-Amand de Geel, près de Grobbendonck, se trouvent deux autels réputés provenir de la cathédrale de Bois-le-Duc.

63 J. De Hond, « Saenredam tekent dominee Junius. Prent uit Dresden nader bezien », in : Bossche Bladen, 2002/2, p. 54-58. La population brabançonne demeurant massivement catholique, Junius ne sert qu’une petite paroisse. Au 23 décembre 1629, la nouvelle circonscription ou classe (classis) ecclésiastique calviniste de Bois-le-Duc ne compte que 266 membres, essentiellement des membres de l’appareil administratif, provenant des autres provinces de la République. Louis Rogier, Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, Amsterdam, Urbi et Orbi, 1967, t. I, p. 605. Junius reste en service jusqu’à son décès en décembre 1635.

64 C.J.A.C. Peeters, op. cit., p. 338 ; Ger Luijten, Peter Schatborn et Arthur Wheelock Jr., « Pieter Saenredam », dans cat. exp. Drawing for Paintings in the Age of Rembrandt/Du dessin au tableau au siècle de Rembrandt, Washington, National Gallery of Art, Paris, Fondation Custodia, 2017, p. 142.

65 Ibid., p. 339. À la différence du trésor, vendu à Malines, le tableau de Bloemaert a retrouvé le chemin de Bois-le-Duc en 1645. En revanche, le retable qui abrite la peinture a été vendu en 1876, par l’évêché catholique rétabli en 1853. Ibid., p. 343.

66 Le père de Pieter Saenredam, Jan Pietersz Saenredam (1565-1607), a réalisé plusieurs copies d’œuvres de Bloemaert au début du xviie siècle, sous forme de gravures. Pour une analyse du séjour de Saenredam à Utrecht, voir Andreas Nijenhuis, « Les “spelonques des sectaires” : l’aménagement de temples calvinistes dans les anciens lieux de culte catholiques, dans le contexte de la Révolte aux Provinces-Unies. Le cas d’Utrecht, ancien archevêché, dépeint par des catholiques français et le peintre hollandais Pieter Saenredam (1597-1665) », in : Reconstruire, restaurer, renouveler. La reconstruction des églises après les conflits religieux en France et en Europe, Poitiers, Centre François-Garnier, 2014, p. 76-95 (« Art sacré », vol. 31).

67 Claude Joly, Voyage fait à Munster en Westphalie, et autres lieux voisins, en 1646 & 1647, Paris, 1670, p. 102. Le chanoine Joly évoque ici l’église de Deventer. Il a également voyagé au Pays de la Généralité, en 1647.

68 C.J.A.C. Peeters, De Sint Janskathedraal te ’s-Hertogenbosch., La Haye, Staatsuitgeverij/Rijksdienst voor de Monumentenzorg, 1985 (1964), p. 297.

69 « Dit is Het Kostilijcke Ockzael, van de St. Jans Kerck in S’hartogen bos. 1632 den 3 Julij. Pr. Saenredam » et (au verso) « in so argerlicke maniere versacherd aen de Britten ». Le jubé est de l’atelier de Coenraed van Norenberch et date de 1610-1613.

70 C.J.A.C. Peeters, op. cit., p. 297-307 et 340.

71 Jan De Kok, Nederland op de breuklijn Rome-Reformatie. Numerieke aspecten van protestantisering en katholieke herleving in de Noordelijke Nederlanden, 1580-1880, Assen, Van Gorcum, s.d. [1964], p. 437. Les chiffres relevés pour Bois-le-Duc par le recensement en 1809 sont : 13 900 habitants, dont 11 183 catholiques (80,45 %), 2 346 « Réformés néerlandais » (16,88 %), 274 Luthériens (1,97 %), 97 Juifs (0,70 %).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Récipient à épices en argent, empruntant la forme de la tour de la cathédrale Saint-Jean, offert à Pieter Jansen pour avoir fixé la bannière des vainqueurs à son sommet.
Légende Inv. NG-NM-5321. Hauteur 38,6 cm, poids 628 grammes d’argent.
Crédits Avec l’aimable autorisation du Rijksmuseum Amsterdam.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 2. L’intérieur de l’ex-cathédrale Saint-Jean en juillet 1632. Peinture de 1646, d’après des dessins réalisés sur place en juillet 1632 par Pieter Jansz Saenredam.
Légende Inv. A36792. 129 x 87 cm, huile sur panneau. Le dessin préparatoire, très similaire, se trouve au British Museum (Inv. 1895,0915.1300, 40 x 32 cm. Encre et lavis).
Crédits Avec l’aimable autorisation de la National Gallery of Art, Washington.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87946/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 3. Dessin et lavis du jubé de la Saint-Jean de Bois-le-Duc, par Pieter Saenredam (juillet 1632).
Légende Inv. 1883,0714.102AN223654001, 25 x 39 cm.
Crédits Avec l’aimable autorisation du British Museum.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87946/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site