Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Mobilisation

La réception du maréchal Pétain à la cathédrale Saint-Jean de Lyon par le cardinal Gerlier le 19 novembre 1940

Olivier Georges

Texte intégral

1La cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Lyon, primatiale des Gaules, devait prendre place dans cet ouvrage, à travers une image au moins : celle du cardinal Pierre-Marie Gerlier, archevêque de Lyon, sur le parvis de la primatiale, le 19 novembre 1940, lorsqu’il reçut le maréchal Pétain, chef de l’État français.

2En ce jour particulier, une cathédrale se trouvait au cœur de la politique française. Ce n’était d’ailleurs pas seulement une cathédrale, mais la primatiale des Gaules, qui symbolisait l’ancienneté de la christianisation du territoire français. Pour l’archevêque de Lyon, la réception de Pétain était l’occasion de manifester ce qui avait été le combat de sa vie : donner – il aurait dit redonner –, à la foi catholique, qu’il servait comme laïc depuis 1909 et sa présidence de l’ACJF, comme prêtre depuis 1921, comme évêque de Tarbes et Lourdes depuis 1929 et comme archevêque de Lyon puis cardinal depuis 1937, ce qu’il revendiquait être sa juste place au sein de la nation.

  • 1 Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier, le cardinal militant (1880-1965), Paris, Desclée de Brouwer, (...)
  • 2 Ibid., p. 186.

3Comme en 1914-1918, les catholiques lyonnais avaient fait leur devoir dans le conflit qui opposait la France et l’Allemagne. Ils avaient participé à la mobilisation et aux opérations militaires, ils avaient assuré le pays de leur courage et de leurs prières. Sous la direction de leur évêque, ils s’étaient engagés sur le thème de la défense de la civilisation chrétienne. Le cardinal Gerlier avait largement pris sa part dans ce combat. Dès la conférence de Munich en septembre 1938, la primatiale et la basilique de Fourvière avaient été mobilisées conjointement dans la prière pour arracher une issue favorable1. En dépit de ces efforts et de ces supplications tournées vers le ciel, celle-ci ne fut pas celle escomptée. Lyon reçut son flot de réfugiés et d’évacuations d’institutions parisiennes. Les mois qui suivirent les pleins pouvoirs accordés à Pétain le 10 juillet 1940 furent ceux de l’urgence, des nouvelles que l’on cherchait à avoir de ses proches ou des prisonniers, de l’alimentation quotidienne, de l’hébergement des déplacés. Pour l’Église, ce furent des semaines consacrées à la réorganisation du culte et de ses conditions matérielles, à l’accueil des mouvements d’Action catholique recueillis à Lyon ou encore de la prière du chapelet perpétuel, qui se prolongeait pour continuer l’effort spirituel de mobilisation2.

4Ce fut dans ce contexte que, à la tête d’un nouveau pouvoir au programme plutôt séduisant au regard de la pensée catholique de l’époque, le maréchal Pétain entama en novembre 1940 une grande tournée en France après avoir rencontré Hitler à Montoire le 24 octobre précédent. À Toulouse et à Montauban, à Lyon puis à Marseille, il recueillit les serments de la Légion des combattants, présida aux défilés et multiplia les réceptions officielles, cherchant à se mettre en avant par des gestes symboliques qui occultaient encore, pour le plus grand nombre, la collaboration et l’ignominieux premier statut des juifs d’octobre 1940.

  • 3 Archives nationales, F1CIII, 1183, Rapports du Préfet du Rhône.

5À Lyon, le climat politique durant les mois qui ont suivi la défaite se caractérisait par une reprise en main autoritaire s’effectuant au rythme des décrets gouvernementaux. Édouard Herriot, l’emblématique maire radical, fut limogé par Vichy par un décret du 20 septembre 1940. Marque de respect et d’amitié personnelle, Pierre-Marie Gerlier tint à lui rendre hommage à l’occasion de son départ. Le nouveau préfet régional, Alexandre Angeli, présent à la cathédrale le 19 novembre, avait dressé en prélude à la visite du Maréchal un rapport très confiant concernant la population de Lyon3.

  • 4 Ina.fr, la visite du maréchal Pétain à Lyon, actualités mondiales du 11 décembre 1940. Même soumise (...)

6La visite du maréchal Pétain débuta le 18 novembre. La ville réserva un accueil triomphal4 à celui qu’elle érigeait pour l’heure en sauveur. Pierre-Marie Gerlier vit certainement dans cet enthousiasme un signe nouveau de la justesse de sa position, favorable à Vichy et à son gouvernement. L’entrée dans la cathédrale du maréchal Pétain au cours de cette visite constitua un signe tangible de la considération du nouveau régime pour le camp catholique et sa hiérarchie. Lorsque l’archevêque de Lyon prit la parole, après avoir reçu et accompagné le maréchal dans le chœur de la primatiale où il prit place, il souhaita inscrire cet événement dans une démarche tridimensionnelle, dont la temporalité dépassait à ses yeux le seul cadre des évènements qui fracturèrent la France du 1er septembre 1939 au 19 novembre 1940 : au nom du sacrifice générationnel des combattants de la Grande Guerre et de celle-ci, la cathédrale était mobilisée pour glorifier le sacrifice des soldats des deux conflits mondiaux morts pour la France ; au nom de l’identité chrétienne de la France, la cathédrale, primatiale des Gaules, symbolisait l’alliance pluriséculaire de l’Église et de l’État ; au nom d’une lecture de l’histoire à l’aune des vérités chrétiennes, la cathédrale était requise pour prêcher les voies du salut en Jésus-Christ, seule issue spirituelle et efficace aux événements tragiques en cours, selon l’archevêque de Lyon.

Glorifier le sacrifice des soldats morts pour la France

  • 5 Discours prononcé le 19 novembre 1940 et conservé sous forme de fiches rédigées de la main du cardi (...)

7Le discours préparé par Pierre-Marie Gerlier5 à l’occasion de l’entrée du maréchal Pétain à la primatiale fut largement repris et commenté. Il servit de support au cinquième couplet de l’hymne « Maréchal nous voilà », composé par André Montagnard :

« La guerre est inhumaine,
Quel triste épouvantail,
N’écoutons plus la haine,
Exaltons le travail !
Et gardons confiance dans un nouveau destin,
Car Pétain c’est la France,
La France c’est Pétain ! »

8Avocat de formation, le cardinal Gerlier, en excellent orateur, improvisait pendant ses discours. Comme supports, il se contentait de petits cartons sur lesquels il notait le plan de ce qu’il souhaitait dire, les points essentiels qu’il comptait développer et les citations qu’il ne voulait pas manquer. Le reste était affaire d’art oratoire.

9Cette fois n’était pas coutume, et elle était même quasi unique, le discours était écrit complètement sur ces cartons. L’importance de l’événement nécessitait des mots pesés et choisis. La phrase qui en constituait le cœur était préparée :

« Hier, pendant que défilaient là-bas, Place Bellecour, sous nos yeux embués de larmes, ces troupes superbes et ces drapeaux que le malheur, loin d’abolir leur gloire, nous a rendus deux fois sacrés, avez-vous remarqué, Monsieur le Maréchal, que les appels vibrants de la foule, d’abord multiples, se sont fondus bientôt en deux seuls cris : “Vive Pétain !” “Vive la France !”. Deux cris ? Mais non : ils n’en font plus qu’un seul. Car Pétain c’est la France ; et la France, aujourd’hui, c’est Pétain ! Pour relever la Patrie blessée, toute la France, Monsieur le Maréchal, est derrière vous. »

10L’événement s’inscrivait dans une longue tradition lyonnaise de communion de l’Église au destin de la patrie et de ses fils. Ce 19 novembre 1940, l’archevêque de Lyon portait leurs souffrances et leur sacrifice, les récapitulant dans le sacrifice du Christ lui-même, dont il se considérait le représentant. Du temple, lieu biblique du sacrifice, à la cathédrale, siège de l’archevêque, il n’y avait qu’un pas : la primatiale Saint-Jean était mobilisée pour élever la mémoire de ceux qui avaient consenti le sacrifice ultime pour la gloire de la patrie :

« Mais la France, ce ne sont pas seulement les vivants ; ce sont aussi les morts : morts glorieux de la victoire, morts douloureux de la défaite, ensevelis dans les sillons sanglants de la terre ancestrale, ou perdus dans l’immensité des flots, ou frappés en plein ciel, dans les redoutables combats de l’air. Et nul de vous ne me reprochera, mes Frères, d’affirmer que les premiers ouvriers de la grande tâche réparatrice, ce sont eux, qui ont donné leur sang pour l’honneur du drapeau. »

  • 6 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », La Grâce d’une cathédral (...)

11Soulignons une grande continuité dans ce type de cérémonies patriotiques depuis la Révolution française : sous les voûtes de Saint-Jean raisonnèrent les Te Deum de victoire6. Dans le diocèse dirigé par le cardinal Fesch, oncle de Napoléon Bonaparte, ils rythmèrent le temps de la guerre, avec les batailles napoléoniennes. Le 21 juin 1803, un mandement du cardinal Fesch ordonna des prières publiques pour la victoire « de nos armes ». Les victoires de Magenta et Solferino sous Napoléon III furent l’occasion de solennités analogues. Présidé par le cardinal Maurin, un Te Deum de la victoire se déroula le dimanche suivant le 11 novembre 1918, après la messe solennelle dans une cathédrale pavoisée de drapeaux tricolores. Au cours de ces cérémonies, la présence des autorités temporelles signalait la participation de la cité terrestre aux cérémonies religieuses. La chronique diocésaine relevait ainsi l’assistance des consuls, des élus de la République, des autorités militaires et civiles, comme elle mentionnait tous les prélats présents aux célébrations.

  • 7 Ibidem, p. 423.

12L’union de Dieu et de la patrie, tant désirée, présidait aux prières demandant la victoire de la France dès 1914. Le 23 août 1914, une messe de la Croix-Rouge fut célébrée à la primatiale. Les couleurs tricolores étaient de circonstance et dominaient le drapeau de l’organisation de secours qui n’était dressé qu’à l’entrée du chœur. Au fond de celui-ci, la devise « Dieu protège la France » témoignait des intentions. Dans le ton de l’Union sacrée, au nom d’une rupture jamais acceptée avec le destin de la France, le cardinal Sevin affirmait, en interprète de Dieu : « Dieu ne soulève pas la poussière des peuples, si ce n’est pour les pousser vers un monde nouveau ! ». Le 10 novembre 1914 se tint à Saint-Jean un service funèbre pour les soldats morts à l’occasion de la guerre, en présence des corps constitués civils et militaires, des consuls alliés et d’un conseiller municipal représentant le maire de Lyon. Les drapeaux tricolores aux murs de Saint-Jean étaient cravatés de crêpes et d’immenses draperies noires, frangées d’argent, ornaient les murs du chœur au milieu duquel un catafalque noir recouvert du drapeau français représentait les disparus. Ces jours étaient des jours de deuil7.

  • 8 Ibidem, p. 424.
  • 9 La Croix du Rhône, communiqué du 29 mai 1940, « Confiance ».

13D’une guerre à l’autre, les cérémonies à la primatiale qui rythmèrent l’imminence puis les débuts de la Seconde Guerre mondiale s’inspirèrent de ce modèle. Le 5 mai 1940 un rassemblement à Saint-Jean célébrait la fête nationale polonaise pour prier en présence du consul polonais, pour la nation catholique martyre8. Le 30 mai 1940, les prières publiques qui s’élevèrent de la primatiale sous l’autorité du cardinal Gerlier le campait en prélat serviteur de la nation en danger9.

  • 10 Discours lors de la cérémonie de deuil national organisée en la primatiale Saint-Jean, le 30 juin 1 (...)
  • 11 « Le renouvellement des élites municipales à Lyon : 1935-1953 », Rives nord-méditerranéennes, 1998, (...)

14À la suite d’une première cérémonie de deuil le 30 juin10, la cérémonie du 19 novembre 1940 célébrait la mémoire de ceux qui avaient sacrifié leur vie pour la patrie dans cette guerre perdue. Elle était volontairement reliée à la victoire de 1918. La confusion entre les deux guerres mondiales s’opérait sur le terrain de la mémoire. Le cadre était celui des précédentes cérémonies avec la présence des autorités civiles et militaires aux premiers rangs. Georges Cohendy, à la tête de la délégation municipale, était présent, ce qui constituait une grande nouveauté puisque Herriot, maire depuis 1905, n’assistait pas aux cérémonies religieuses11. Les prélats réfugiés à Lyon et dans sa région, Mgr Heintz, évêque de Metz, et Mgr Chollet, archevêque de Cambrai et secrétaire de l’Assemblée des cardinaux et archevêques, entourés du chapitre, accompagnaient le primat des Gaules.

  • 12 Antoine Prost, Les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fon (...)

15Pour le cardinal Gerlier, il n’était plus question de distinguer les deux combats mais, comme pour occulter l’armistice du 22 juin 1940, de sublimer des valeurs communes. Tout d’abord le sacrifice des soldats dans ces « sillons sanglants », « perdus dans l’immensité des flots », « frappés en plein ciel », ceux « qui ont donné leur sang pour l’honneur du drapeau » témoignait d’une conduite morale exemplaire fondée sur « le renoncement », « le don de soi », le « sacrifice », car « c’est par la souffrance que les peuples, comme les hommes, se rachètent ». Puisque « leur immolation a préparé la formidable tâche », il convenait de se convertir une nouvelle fois à ce discours d’action, caractéristique de la pensée des anciens combattants dont Pierre-Marie se faisait l’écho. Parmi les idées communes qui se dégageaient ici et qui correspondaient à cet « esprit combattant » figuraient ces vertus théologales et militantes que la tradition catholique n’avait cessé de désigner comme essentielles au redressement national : il était question de témoignage, de fidélité, de présence surtout, comme « un appel à la conversion individuelle »12.

  • 13 Ibidem, p. 177.
  • 14 Appel du 25 juin 1940, dans Philippe Pétain, Discours aux Français, Paris, Albin Michel, 1989.

16Il s’agissait en effet de mobiliser le diocèse de Lyon dans ces circonstances exceptionnelles. Le discours de Pierre-Marie Gerlier, ancien combattant lui-même, blessé en septembre 1914 puis prisonnier en Allemagne, lui donnait autorité pour s’exprimer et surtout christianiser le discours combattant en l’imprégnant de références religieuses. La « communion des saints » entre les survivants et les morts portait l’auditoire vers le salut de la nation où résonnait une nouvelle fois les appels à l’unité dont Pierre-Marie Gerlier était un fidèle défenseur. « Cette communion mystique d’une Église de rachetés »13 s’incarnait dans un homme investi de fait du triple vocable de combattant, de chef victorieux et de sauveur, légitimé par l’épreuve du feu qu’il avait dirigée. Le Maréchal, « celui qui, une deuxième fois, vient sauver la France », représentait cette volonté de légitimer une unité autour d’un exécutif renforcé chargé de rétablir le pays dans le chemin qui doit être le sien. Pétain avait affirmé le 25 juin que ceux qui étaient morts « avaient gardé haut et pur le drapeau »14. Pierre-Marie Gerlier reprenait à plusieurs reprises cette exaltation patriotique en évoquant « des drapeaux dont le malheur, loin d’abolir leur gloire, nous a rendus deux fois sacrés », lors de la Première guerre victorieuse d’abord puis lors de la Seconde et ceci grâce au sauvetage opéré par le Maréchal « pour la rédemption de la Patrie cruellement frappée ».

La primatiale des Gaules mobilisée comme symbole de la France chrétienne millénaire

17Le chef de l’État français, investi des pleins pouvoirs, acceptait de pénétrer dans la primatiale Saint-Jean, symbole de l’identité chrétienne des Gaules, manifestant par sa présence le caractère chrétien de la nation française. Ce geste avait une portée symbolique majeure. Le maréchal Pétain n’était pas le premier chef de l’État à se présenter sur les marches de Saint-Jean. Depuis le rattachement de Lyon au Royaume, les souverains y firent des entrées royales solennelles dont certaines comprenaient une visite à la primatiale ou une parade sur la Saône. Charles VI se rendit dans la cité en 1389 ; Louis XI, qui institua quatre foires à Lyon, pénétra dans la primatiale en 1476. Henri IV, qui fit deux entrées solennelles à Lyon, épousa Catherine de Médicis lors d’une messe solennelle célébrée à la primatiale le 17 décembre 1600.

  • 15 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », op. cit., p. 426.

18Après la Révolution, Napoléon Bonaparte rendit à la ville les hommages d’usage. Il la visita deux fois, de retour de Marengo en 1801 en tant que Premier Consul, puis en 1805 en tant qu’empereur. Lors de ce second passage, le 14 avril, jour de Pâques, il assista dans la primatiale à la messe pontificale célébrée par son oncle, le cardinal Fesch, qu’il avait placé sur le siège archiépiscopal lyonnais. À cette occasion, deux trônes réunis sous un dais furent dressés dans Saint-Jean pour l’empereur et l’impératrice. La primatiale, où le premier des Bourbons se maria, devait être reconquise par la monarchie. L’intention était claire lorsque le 8 août 1814, de passage à Lyon au cours de l’éphémère première Restauration, Marie-Thérèse, duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, assista à une messe solennelle. Louis Napoléon Bonaparte, président de la République, imita son oncle le 17 août 1850. Venu de Dijon par la Saône, reçu au débarcadère par le préfet et Édouard Réveil, maire de Lyon, il se dirigea vers la primatiale où l’attendait le cardinal de Bonald « à la tête de tout son chapitre »15.

  • 16 Jean-Pierre Azéma, « Le choc armé et les débandades », dans : id. et François Bédarida (dir.), La F (...)
  • 17 Propos rapportés par Henri Amouroux, Quarante millions de pétainistes : juin 1940-juin 1941, Paris, (...)
  • 18 Extraits rapportés par La Croix du Rhône, 7 juillet 1940. Textes soumis à la censure. Aucune source (...)

19La venue du maréchal Pétain à Saint-Jean renouait avec ce fil historique rompu depuis 1850. La présence de Paul Reynaud, président du conseil, et de quatre de ses ministres à Notre-Dame de Paris le 10 juin avait constitué pour Pierre-Marie Gerlier un geste important susceptible d’infléchir les intentions divines pour la France. Après la désignation de Philippe Pétain à la tête du gouvernement le 16 juin 1940 à Bordeaux16, les ministres furent rassemblés dans la cathédrale avec Albert Lebrun, le président de la République, pour entendre l’archevêque, Mgr Feltin, expliquer la défaite devant un catafalque recouvert du drapeau tricolore : « Nos morts nous disent enfin : si nous avons été vaincus, malgré notre union fraternelle et notre courage héroïque, c’est peut-être que nous n’étions plus suffisamment soutenus, au fond de nos âmes, par ce triple idéal que sont trois grandes réalités, vraies forces spirituelles et qui se nomment Dieu, la Patrie, la Famille17. » Le 30 juin 1940, le même cérémonial funèbre fut organisé en la primatiale de Lyon où l’archevêque de Lyon, qui faisait aussi le deuil d’une certaine France, lui donna l’absoute18.

  • 19 Cette histoire est composée à partir du livre de J.-B. Martin, Histoire des églises et chapelles de (...)

20Pour l’archevêque de Lyon, Pétain incarnait le pays auquel il avait fait don de sa personne et, ce 19 novembre 1940, il rendait la France à son identité de fille aînée de l’Église. De la cathédrale de Lyon, la géographie et l’histoire étaient redessinées à partir de l’ancienneté de l’évangélisation. La date du supplice des chrétiens lyonnais, en 177, l’évocation du second évêque de la ville, Pothin, témoignaient de cet enracinement au vaisseau du christianisme. Une histoire catholique de la nation19 dans laquelle on croisait des papes depuis le Moyen-Âge (Innocent IV, Grégoire X ou encore Jean XXII, mais aussi Pie VII, celui qui signa le Concordat – évocation qui rappelait les efforts des évêques pour un nouveau texte de concorde), mais aussi des rois dont les noms résonnaient avec l’histoire religieuse. Saint Louis faisait figure de modèle de gouvernement politique et Henri IV devenait le symbole de l’unité nationale retrouvée après plus de trois décennies de guerres civiles et religieuses, ce qui sur le xxe siècle et par analogie, résonnait avec la Séparation. Dans ce cadre, sous ces auspices, pouvait alors se décliner le thème du Sauveur.

La primatiale est la manifestation de l’Église universelle, chargée d’annoncer le Salut à l’humanité

21Depuis sa cathédrale, l’archevêque exerçait son ministère doctrinal et adressait une catéchèse aux autorités et aux auditeurs présents. Il reliait les événements à l’histoire du Salut qu’il imposait comme cadre de compréhension adéquate des événements en cours parce « qu’il y a vingt siècles que le Christ nous l’apprit au Calvaire » et que le « salut de la pauvre famille humaine désemparée » en dépendait. Dans l’enseignement de l’Église catholique, l’humanité déchue est sauvée et rachetée par le sacrifice du fils de Dieu, Jésus-Christ. Une cathédrale représentait l’expression de cette histoire.

  • 20 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », op. cit., p. 415. Ce ter (...)
  • 21 Ibid., p. 415-420.

22Cette fonction d’affirmation liturgique et spirituelle de la cathédrale n’avait cessé de se renforcer depuis le xixe siècle. Le néologisme « d’épiscophanie » tente de l’exprimer20. La Tradition apostolique d’Hippolyte de Rome, un texte patristique du iiie siècle qui s’appuyait sur l’épître aux Hébreux, exprimait combien ces somptueuses manifestations cultuelles constituaient une manifestation-révélation de l’évêque au peuple et au monde. À Lyon, ce mouvement prit particulièrement sa force lorsque Joseph Fesch fut investi le 28 juillet 180221. Héritier d’un diocèse particulièrement prestigieux, il amorça, un mouvement de restauration symbolique et cultuelle en plaçant la cathédrale au centre de son action. Par les liturgies qu’il présidait et par les manifestations publiques du culte qu’il dirigeait, il choisit de manifester son pouvoir spirituel et la vérité du christianisme. Il engagea un vaste mouvement dans lequel s’inscrivirent ses successeurs.

  • 22 Ph. Dufieux, Le mythe de la Primatie des Gaules, Pierre Bossan (1814-1888) et l’architecture religi (...)
  • 23 La Croix du Rhône, 20 novembre 1940.

23Cette situation, dans la « seconde église après Saint-Pierre de Rome », comme on aimait à le souligner avec fierté à Lyon, fut un des aspects les plus sensibles de l’épiscopat du cardinal Louis de Bonald (1839-1870), qui s’appliqua à développer le trésor et la collection d’objets précieux de la cathédrale, pour laquelle il imagina de grands projets architecturaux22. Il inaugura dans la polémique, car le rite lyonnais en était dépourvu, le grand orgue de la Primatiale en 1841. Ce fut ce même instrument qui, le 19 novembre 1940, joua solennellement le pie Jesu en réponse au chant de la maîtrise de Saint-Jean, union de la culture romaine et de la tradition lyonnaise23.

24On retrouve ces épiscophanies solennelles au cours des épiscopats suivants. Le cardinal Pierre-Hector Coullié (1893-1912) n’y dérogea pas lors d’une semaine sainte qu’il présida :

« Mgr l’Archevêque a présidé tous les offices du Jeudi saint, du samedi saint et de la fête de Pâques. La communion générale des hommes à la messe de 7 heures a présenté un spectacle très édifiant et très consolant sous la chaude parole du RP Mavel, jésuite, qui prêchait la station en proclamant “Notre Seigneur Jésus-Christ vainqueur de l’enfer et du péché. Notre Seigneur vainqueur de la mort et du temps, Notre Seigneur Jésus-Christ vainqueur des hommes et de la haine des persécuteurs” ».

25Mgr Coullié, ancien évêque d’Orléans, développa le culte de Jeanne d’Arc à la primatiale, par dévotion personnelle mais aussi par volonté d’union patriotique. Rendez-vous fut pris le 30 mai 1894 pour une célébration d’appui à la cause de la sainte, introduite à Rome depuis le 27 janvier précédent. À cette occasion, le bourdon de Saint-Jean unit sa voix à celui de Fourvière pour appeler les fidèles à la prière. La cathédrale, cadre consacré de cette expression de l’élection du peuple français, se trouvait décorée à l’unisson de l’événement avec une solennité particulière.

  • 24 La Croix du Rhône, 20 novembre 1940.

26En recevant le maréchal Pétain, le cardinal Gerlier s’inscrivait dans la conduite de ses prédécesseurs. La décoration était tout aussi soignée et rehaussait la solennité et la gravité du moment. Une lice noire et argent ornait le triforium, une grande tenture noire était déployée sur toute la longueur du transept sur laquelle était fixée une croix blanche encadrée de banderoles tricolores. Des faisceaux de drapeaux tricolores ornaient les piliers. Les drapeaux des anciens combattants étaient groupés derrière l’autel. Un drap noir était étendu sur les dalles au centre de l’abside. On y avait composé un faisceau de fusils qui soutenait un drapeau tricolore24.

27Sur le fond, en interprète autorisé des volontés divines, le Primat des Gaules exprimait le sens de l’histoire. Si Pétain était le chef, il devait se conformer non à son programme mais à celui que Dieu imposait à la France. Quelques personnages étaient nommés : ils constituaient le condensé de la succession prise par le Maréchal. L’âge de l’évêque Pothin – quatre-vingt-dix ans –, montrait que l’on pouvait diriger avec sagesse malgré le poids des ans ; saint Louis et Henri IV rappelaient la tradition monarchique française qui autorisait le pays à être dirigé par un seul. L’évocation de la « Garde nationale », épure de l’épisode révolutionnaire, affirmait l’organisation volontaire des citoyens pour l’intérêt national sans nier la monarchie, mais en la construisant de corps constitués prêts à la bataille, parmi lesquels, pour ces temps troublés, l’Église et ses mouvements d’action catholique.

28Par ses références, le cardinal Gerlier ouvrait cet événement à l’universalité. Avec fierté, il présentait au maréchal Pétain les deux conciles œcuméniques qui s’y tinrent :

« Les travaux de reconstruction – car c’est déjà de reconstruction qu’il s’agissait –, étaient assez avancés en 1245 pour qu’on ait pu tenir le treizième concile œcuménique, sous la présidence d’Innocent IV. C’est ici qu’en 1274 eut lieu, sous la présidence de Grégoire X, le grand concile où fut proclamée la réunion des Églises latine et grecque ; cinq cents évêques y assistaient avec mille abbés et prélats ».

  • 25 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », op. cit., p. 434.

29En 193525, prélude à l’exposition catholique de 1936, l’autel de la cathédrale avait retrouvé la place qui était la sienne lors des deux conciles œcuméniques de Lyon, ce qui permettait le déroulement du rite lyonnais, héritage des origines orientales de l’Église de Lyon. Sa dédicace fut célébrée le 25 octobre 1936 pour correspondre au jubilé épiscopal du cardinal Maurin. La cérémonie fut marquée par la bénédiction des reliques de saint Irénée et de saint Ennemond, anciens évêques de Lyon, puis par l’onction de l’autel avec le Saint-Chrême, avant la célébration de la messe par l’archevêque.

30Ces mêmes années, célébrant le lien symbolique entre Orient et Occident, la primatiale fut l’un des lieux où se déroulèrent les premières Semaines de prière pour l’unité des chrétiens, que l’abbé Paul Couturier institua à partir de 1933. Lors de la Semaine de 1937, au sujet du « Royaume de Dieu », deux conférences y furent prononcées par des laïcs. En 1939, sur le thème du « Sacrifice du Christ, mystère d’Union », une liturgie byzantine fut célébrée par des représentants des églises orientales, au cours de laquelle le cardinal Gerlier lut le Credo en grec.

Conclusion. La primatiale « aujourd’hui » manifeste la rédemption de la patrie

31Les hommes de Foi recherchent et interprètent les signes. Pour le cardinal Gerlier, celui qui se déroulait dans la cathédrale de Lyon, la primatiale des Gaules, faisait sens : « votre présence ici, Monsieur le Maréchal, demeurera, elle aussi, dans la mémoire de la postérité car elle constitue en une heure historique, un geste singulièrement émouvant », « Dieu a permis que vous fussiez là », « vous vous êtes donné à la France ».

32Dans son combat pour rendre la France au Christ, l’Église avait un plan d’action, une doctrine et des objectifs qu’elle cherchait à promouvoir ou à défendre au gré des événements. Le Maréchal admiré par l’ancien combattant se montrait favorable. Dans ce cadre, il convenait de soutenir et d’appuyer son action jugée providentielle.

  • 26 Jean-Pierre Azéma, François Bédarida (dir.), La France des années noires. De la défaite à Vichy, op (...)

33Le cardinal Gerlier voyait au-delà des épreuves. Pétain, dans son esprit, devenait une sorte de messie providentiel, signe tangible que Dieu n’abandonnait pas son peuple en lui donnant un homme à la crédibilité incontestée, sauveur hier à Verdun et aujourd’hui encore, dans un combat d’une nature spirituelle. Réflexe patriotique et projet de reconquête s’unissaient donc dans le soutien apporté au maréchal et à la politique de son gouvernement. De l’été à l’automne 1940, pour Pierre-Marie Gerlier, la défaite n’était pas la catastrophe que certains ont vue : elle dépassait l’humiliation et la honte26 pour être comprise comme un rite pénitentiel dont la Révolution nationale constituait l’acte de réparation de la faute commise, la paix à venir, l’absolution. Pétain était alors le ministre de Dieu qui présidait et dispensait cet acte sacramentel auquel tout le pays était maintenant convié.

34La primatiale s’inscrivait donc dans le grand plan de rechristianisation de la France poursuivi par cette génération qui avait subi comme un opprobre la séparation de l’Église et de l’État, qui avait consenti le combat pendant la Grande Guerre pour s’inscrire avec force dans la communauté nationale et qui avait cru en la justesse des buts de guerre face à l’Allemagne au nom de la défense de la civilisation chrétienne.

  • 27 La Croix du Rhône, 20 novembre 1940.

35La cathédrale devenait le théâtre d’une étrange victoire dans cette lutte : « Pétain c’est la France » résonnait presque comme une action de grâce sur les ruines de la France laïque et divisée. Au De profundis qui précède l’absoute, un choral de Bach, Louez le Dieu tout-puissant, venait conclure la cérémonie comme une affirmation que le temps de Dieu l’emportait définitivement sur celui des hommes27.

36Éphémère constat que celui du 19 novembre 1940 car, bien loin de voir s’éloigner les périls de guerre au prix de passer sous silence le premier statut des juifs d’octobre 1940, cette interprétation de l’histoire se perdit dans un terrible jeu de dupes mené par un régime qui cherchait à instrumentaliser une Église initialement plutôt docile, au service d’une politique implacable de collaboration et d’asservissement de son école ou de ses mouvements.

37Après avoir soutenu un maréchalisme largement teinté de pétainisme en novembre 1940, le cardinal Gerlier allait prendre progressivement le recul qu’imposèrent d’interminables négociations en faveur des écoles, pour obtenir une aumônerie pour les travailleurs requis, pour maintenir la liberté d’action des mouvements d’Action catholique ou pour le combat pour le respect de la personne humaine devant les déportations de juifs qui amenèrent à la déclaration publique du 6 septembre 1942.

38Un nouvel événement symbolique fut organisé dans la primatiale à l’occasion du grand pardon du 23 au 26 juin 1943. Avec un caractère pénitentiel plus affirmé, le cardinal Gerlier se distanciait définitivement de l’objectif politique mais restait fidèle à sa vision d’une christianisation de la nation. Il invitait ses diocésains en cette occasion :

  • 28 Pierre-Marie Gerlier, « Le grand jubilé de Lyon et la leçon de prière et de réparation qu’il nous a (...)

« à venir s’agenouiller à leur tour, à l’exemple de leurs pères, dans la vénérable Primatiale, gardienne de tant de saints et glorieux souvenirs, où des papes ont célébré les saints mystères et reçu la triple couronne, où se sont tenus deux conciles œcuméniques, où nos prêtres reçoivent l’onction sacerdotale »28.

Notes

1 Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier, le cardinal militant (1880-1965), Paris, Desclée de Brouwer, 2014, p. 182.

2 Ibid., p. 186.

3 Archives nationales, F1CIII, 1183, Rapports du Préfet du Rhône.

4 Ina.fr, la visite du maréchal Pétain à Lyon, actualités mondiales du 11 décembre 1940. Même soumises à la censure, ces actualités permettent de percevoir la foule rassemblée.

5 Discours prononcé le 19 novembre 1940 et conservé sous forme de fiches rédigées de la main du cardinal puis, fait rare méritant d’être souligné, dactylographiées. L’original, conservé aux Archives de l’archidiocèse de Lyon (AAL), est reproduit dans Olivier Georges, Pierre-Marie Gerlier, le cardinal militant, op. cit., p. 211-213.

6 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », La Grâce d’une cathédrale, Lyon, la primatiale des Gaules, Strasbourg, la Nuée Bleue, 2011, p. 424. Voir aussi Jacqueline Lalouette, « Les cultes reconnus et les victoires militaires des guerres napoléoniennes à l’expédition du Mexique », dans : Jacqueline Lalouette et Séverine Blenner-Michel (dir.), Servir Dieu en temps de guerre. Guerre et clergés à l’époque contemporaine (xixe-xxie siècles), Paris, Armand Colin/Ministère de la Défense/Recherches, 2013, p. 43-48.

7 Ibidem, p. 423.

8 Ibidem, p. 424.

9 La Croix du Rhône, communiqué du 29 mai 1940, « Confiance ».

10 Discours lors de la cérémonie de deuil national organisée en la primatiale Saint-Jean, le 30 juin 1940. La Croix du Rhône, 7 juillet 1940.

11 « Le renouvellement des élites municipales à Lyon : 1935-1953 », Rives nord-méditerranéennes, 1998, p. 35-52.

12 Antoine Prost, Les Anciens combattants et la société française, 1914-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1977, tome 3, p. 163-178.

13 Ibidem, p. 177.

14 Appel du 25 juin 1940, dans Philippe Pétain, Discours aux Français, Paris, Albin Michel, 1989.

15 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », op. cit., p. 426.

16 Jean-Pierre Azéma, « Le choc armé et les débandades », dans : id. et François Bédarida (dir.), La France des années noires De la défaite à Vichy, Paris, éd. du Seuil, 2000, p. 125.

17 Propos rapportés par Henri Amouroux, Quarante millions de pétainistes : juin 1940-juin 1941, Paris, Robert Laffont, 1977, p. 270.

18 Extraits rapportés par La Croix du Rhône, 7 juillet 1940. Textes soumis à la censure. Aucune source directe retrouvée aux Archives de l’archevêché de Lyon.

19 Cette histoire est composée à partir du livre de J.-B. Martin, Histoire des églises et chapelles de Lyon, publiée en 1908. Pierre-Marie Gerlier y a sélectionné les passages qui l’intéressaient pour réaliser une construction précise.

20 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », op. cit., p. 415. Ce terme tente d’exprimer le sens de la fonction épiscopale dans son expression solennelle et liturgique au sein de la cathédrale.

21 Ibid., p. 415-420.

22 Ph. Dufieux, Le mythe de la Primatie des Gaules, Pierre Bossan (1814-1888) et l’architecture religieuse au xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2004, p. 112. Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », op. cit., p. 417-418.

23 La Croix du Rhône, 20 novembre 1940.

24 La Croix du Rhône, 20 novembre 1940.

25 Olivier Georges, « Les archevêques en leur sanctuaire, xixe-xxie siècle », op. cit., p. 434.

26 Jean-Pierre Azéma, François Bédarida (dir.), La France des années noires. De la défaite à Vichy, op. cit., p. 142-143.

27 La Croix du Rhône, 20 novembre 1940.

28 Pierre-Marie Gerlier, « Le grand jubilé de Lyon et la leçon de prière et de réparation qu’il nous apporte », Recueil des lettres pastorales de Pierre-Marie Gerlier, 1943, p. 5. Le 24 juin 1943 se déroula le grand jubilé de Lyon, pardon séculaire de Saint-Jean. L’année de la célébration des fêtes du tricentenaire du vœu des échevins lyonnais à Fourvière coïncidait avec la fête du Saint-Sacrement et celle de Saint-Jean-Baptiste, patron de la primatiale lyonnaise. La convergence des dates est très rare, elle eut lieu à 6 reprises seulement avant 1943.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site