Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Mobilisation

Mobilisée, menacée, meurtrie : la cathédrale d’Amiens dans la Grande Guerre

Louise Dessaivre

Texte intégral

  • 1 Sur le contexte général, voir Xavier Boniface, Histoire religieuse de la Grande Guerre, Fayard, 201 (...)

1En retrait de la ligne de front, Amiens occupe, par sa situation géographique, une place stratégique pendant la Grande Guerre. Brièvement occupée en 1914, la ville subit ensuite d’importants bombardements, en particulier lors de l’offensive allemande du printemps 1918, qui contraint à l’évacuation de sa population. Au cœur de la cité, la cathédrale remplit, presque sans interruption pendant tout le conflit, ses fonctions d’église épiscopale et de basilique. Elle accueille des fidèles, non seulement de la région, mais aussi du monde allié en guerre, en particulier des soldats de tout l’Empire britannique, qui ont participé, entre autres, en 1916 sur la Somme, à l’une des plus grandes batailles du xxe siècle1. Venus chercher protection et réconfort moral à la cathédrale, ils en ont envoyé des cartes postales à leurs familles, portant son image jusqu’aux antipodes et la faisant participer ainsi à la mobilisation culturelle et religieuse.

2Mais les menaces pesant sur cet édifice gothique, à la fois lieu de culte et monument historique, font que sa protection préoccupe constamment les autorités qui adoptent de nombreuses mesures pour lui éviter les outrages subis par sa métropolitaine de Reims. De fait, très largement épargnée quoique meurtrie, Notre-Dame d’Amiens peut célébrer son 700e anniversaire en 1920.

  • 2 Cet article reprend en partie les textes de l’ouvrage d’Aurélien André, Xavier Boniface et Louise D (...)

3Mobilisée, menacée, meurtrie, la cathédrale d’Amiens a valeur d’exemple parmi nombre d’édifices proches du front en 1914-19182.

La cathédrale mobilisée

La vie religieuse dans une cité épiscopale en guerre

  • 3 Abbé Ch. Calippe, Monseigneur Dizien, évêque d’Amiens 5 avril 1846 – 27 mars 1915, Amiens, Typograp (...)

4Le 2 août 1914, alors que la mobilisation vient d’être proclamée, l’évêque d’Amiens, Mgr Léon Dizien (1845-1915), invite à prier à l’intention de tous ceux qui partent combattre pour la mère patrie. Il demande aux fidèles de servir la nation et de collaborer avec les pouvoirs publics : « le bien d’une nation est plus sacré que le bien d’un seul ». Il les exhorte à la charité, d’autant plus nécessaire que des temps de misères s’annoncent. Mgr Dizien en appelle enfin aux associations catholiques afin qu’elles apportent leur concours dans les ambulances et les hôpitaux militaires3.

  • 4 Ibid.

5Le lendemain de la déclaration de guerre, Raymond Poincaré appelle les Français à « l’Union sacrée ». Cette expression rencontre un ample écho dans tout le pays au cours de la guerre, y compris chez les catholiques qui, une décennie auparavant, s’opposaient aux lois laïques. Cet appel présidentiel est relayé par Mgr Dizien, connu pour sa modération politique, à la cathédrale, le 15 août, lors de la fête de l’Assomption, qu’il a voulue patriotique et religieuse. Il adapte la formule finale de Poincaré, « Haut les cœurs », en un « En haut les cœurs et vers Dieu »4. La foule est au rendez-vous pour cette cérémonie car la pratique religieuse augmente avec le début de la guerre. Ce retour s’explique par les bouleversements que le conflit annonce, par la crainte de l’avenir et par l’émotion due au départ des mobilisés, partis avec détermination et gravité, loin de l’enthousiasme parfois décrit. Mgr Dizien annonce aussi qu’il célébrera à la cathédrale chaque samedi une messe « en l’honneur de la Sainte Vierge, pour la France, ses armées, ses soldats ».

6Le 22 août, il consacre à Pie X, qui vient de décéder, une lettre pastorale ordonnant des prières et annonçant un service solennel à son intention à la cathédrale. Mais la ville est conquise une semaine plus tard par les Allemands. Toutefois, le dimanche 6 septembre, un Te Deum en l’honneur de Benoît XV, élu trois jours plus tôt, peut être chanté à la cathédrale, alors qu’une partie des troupes d’occupation se sont provisoirement éloignées d’Amiens.

  • 5 Ibid., p. 179.

7Quelques semaines plus tard, le 4 octobre, à l’occasion de la fête du Rosaire, Mgr Dizien célèbre l’une de ses dernières grand-messes à la cathédrale. Son diocèse est déjà très éprouvé par les premières semaines de la guerre : de violents combats se déroulent alors dans le Santerre, tandis que plusieurs dizaines d’églises, à l’image de la cathédrale de Reims, sont dévastées par l’artillerie. Les Allemands, qui contrôlent partiellement l’est du département, ont occupé Amiens du 31 août au 11 septembre, avant d’emmener otages et prisonniers. Des milliers de réfugiés sont sur les routes, fuyant l’invasion et les atrocités prêtées à l’adversaire. Du fait de la mobilisation de plus de cent soixante-dix prêtres et séminaristes, de nombreuses paroisses doivent s’organiser en l’absence de leur curé. Malgré les souffrances de la guerre, Mgr Dizien cherche des raisons d’espérer, citant en exemple Jeanne d’Arc, comme il l’a déjà fait précédemment : « nous bataillerons et Dieu donnera la victoire »5. Surtout, il veut « appeler la protection de la Vierge sur la cité, sur le diocèse, sur la France », en les lui consacrant : on invoque la Mère de Dieu pour être rassuré, consolé, protégé. La piété mariale, qui connaît un véritable réveil au xixe siècle, est en outre associée au culte de la patrie.

  • 6 Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages, images et langages, Paris, Gallimard, Bibliot (...)
  • 7 Voir Xavier Boniface, « Notre-Dame de Brebières à Albert : les “recharges sacrales” d’un pèlerinage (...)

8La dévotion mariale est renforcée – « rechargée », selon le concept développé par Alphonse Dupront6 – tout au long de la guerre à la cathédrale, entre autres avec l’arrivée de la statue de Notre-Dame de Brebières, mise en danger à Albert par des tirs dévastateurs. Cette petite cité prospère à une trentaine de kilomètres au nord-est d’Amiens accueille depuis longtemps un important pèlerinage7. On y honore une statue de la Vierge dont la découverte, présentée comme miraculeuse selon la tradition locale, par un berger daterait du xie siècle. Soucieux de faire de son pèlerinage le « Lourdes du Nord », le recteur du sanctuaire s’emploie à faire édifier, de 1884 à 1897, une imposante basilique. Si l’image de la « Vierge penchée » fait le tour du monde, c’est bien la statue de la Vierge miraculeuse qu’il faut sauver pour continuer à la vénérer et appeler sa protection sur la France. Elle trouve refuge à la cathédrale, dans la chapelle axiale où elle attire une affluence record lors des fêtes de la Nativité de la Vierge, en septembre 1915 et septembre 1916. Après un bref retour à Albert en 1917, la statue doit de nouveau trouver refuge à la cathédrale en mars 1918, lors de l’avancée allemande.

  • 8 Un édile picard dans la tourmente. Journal de guerre d’Herménégilde Duchaussoy (Amiens 1914-1919), (...)

9La santé de Mgr Dizien, malade du cœur depuis plusieurs années, s’altère à partir de novembre 1914, sans doute à cause de la guerre qui l’affecte profondément. Le conflit ravage alors toute la partie orientale de son diocèse, dont la basilique mutilée de Notre-Dame de Brebières devient le symbole. Mgr Dizien s’éteint le 27 mars 1915, deux semaines après avoir adressé à l’un de ses vicaires généraux, l’abbé Cadot, ses recommandations au clergé, l’appelant à être toujours uni. En dépit de la guerre, une foule importante assiste le 30 mars au cortège funéraire qui part de l’évêché pour se rendre à la cathédrale. La présence des autorités civiles, malgré la séparation des Églises et de l’État, rappelle l’Union sacrée, même si « le maire toujours intransigeant s’abstient ». Son premier adjoint, Duchaussoy, est seul avec les conseillers municipaux conservateurs. « On me traitera peut-être de réactionnaire ! Tant pis ! Je ne veux pas être un mufle ! », car il se souvient d’avoir organisé, en l’absence du maire retenu à Paris, les œuvres de bienfaisance avec le vicaire général Cadot8. Il y a aussi des chefs de service des principales administrations et des officiers de la place d’Amiens. Six prélats, dont deux évêques de diocèses en partie envahis par les Allemands, sont venus rendre hommage au défunt. Enfin, deux-cent-cinquante prêtres, y compris de nombreux religieux et une délégation de prêtres-soldats cantonnant à Amiens, participent à la cérémonie. Toute la presse, jusqu’au républicain et laïque Progrès de la Somme, rend un hommage unanime au prélat défunt.

10Le 1er juin 1915, Benoît XV nomme évêque d’Amiens l’abbé André-Pierre Du Bois de La Villerabel. Né en Charente-Maritime en 1864, celui-ci est ordonné prêtre en 1887 à Saint-Brieuc, où il a grandi, après des études au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, puis à Rome. Ce Breton qui vivait loin du front découvre les réalités de la guerre en arrivant en Picardie, dans un diocèse d’Amiens particulièrement touché. Sacré évêque à Saint-Brieuc le 29 juillet 1915, il est installé sur son siège épiscopal le 10 août suivant. Comme depuis le printemps l’édifice est l’objet de travaux de protection, il n’est plus possible de célébrer la messe au maître-autel et Mgr de La Villerabel ne peut pas non plus faire son entrée solennelle par le grand portail, rendu inaccessible.

11Confronté dès 1915 aux dures réalités quotidiennes que la guerre fait subir aux Amiénois − attaques aériennes meurtrières, pénurie de chauffage et d’électricité, difficultés d’approvisionnement et denrées chères, afflux de réfugiés et de blessés, familles endeuillées −, le nouvel évêque d’Amiens acquiert bientôt une stature internationale, conférée par la position stratégique d’Amiens, en arrière du front de la bataille de la Somme et au cœur du théâtre d’opérations des armées alliées venues de toutes les nations de l’Empire britannique.

La cathédrale du front

  • 9 Le Dimanche, février 1916.

12Le dimanche 30 janvier 1916, Mgr de la Villerabel rend compte devant les fidèles assemblés à la cathédrale de l’entrevue qu’il vient d’avoir à Rome avec le pape et se justifie de s’être absenté quelques temps de son diocèse en partie occupé : les généraux lui ayant affirmé que le front était infranchissable, il s’est senti autorisé à quitter Amiens pour se rendre à Rome où il a été qualifié d’« évêque du front » par le Maître de la chambre du Souverain pontife9.

  • 10 Fête nationale de l’indépendance belge célébrée à la cathédrale d’Amiens, discours de Monseigneur d (...)
  • 11 Un édile picard dans la tourmente : journal de guerre d’Herménégilde Duchaussoy, op. cit., p. 246.

13Le 21 juillet suivant, la cathédrale accueille, en présence de nombreuses autorités civiles, militaires et religieuses, une célébration solennelle organisée à l’occasion de la Fête nationale de l’indépendance belge. Dans une homélie riche de références historiques et politiques10, l’évêque accueille cette célébration qui doit se tenir « dans une église étrangère ». « C’est notre fête à tous », affirme-t-il : des représentants de la Belgique, comme de l’armée française, des autorités civiles, comme de la vieille Angleterre qui s’est jetée dans le conflit pour défendre la neutralité de la Belgique, jusqu’au peuple d’Amiens qui jadis dépendait de la Belgique romaine, et enfin de l’Église d’Amiens. Il associe par la pensée le cardinal Mercier, archevêque de Malines, Primat de Belgique et « chef de ces églises martyres » qu’il a récemment rencontré à Rome. Mgr de la Villerabel, dont le propos est jugé « vibrant de patriotisme » par Duchaussoy, conclut sur « les victoires françaises et anglaises sur notre terre de Picardie » qui redonnent espoir de recouvrer la liberté11.

  • 12 Dans le même esprit, la Primatiale Saint-Jean de Lyon a accueilli, le 5 mai 1940, une célébration p (...)

14L’autel, dressé à l’entrée du chœur et fleuri par la ville, s’orne des drapeaux alliés. L’évêque revêtu de la cappa magna est entouré de nombreux membres du clergé. En présence du consul de Belgique, un aumônier belge célèbre la messe et quatre soldats belges forment une garde d’honneur au pied de l’autel. Un an plus tard, l’indépendance belge est de nouveau célébrée avec faste et recueillement. Notre-Dame d’Amiens offre ainsi son hospitalité aux cathédrales belges, empêchées par la guerre d’accueillir cette célébration si symbolique de l’identité de leur pays. La cathédrale d’Amiens se trouve donc investie du fait de la guerre d’une nouvelle et double mission sacrée, accueillant, à la place de son église métropolitaine dévastée, une cérémonie pour la Fête nationale d’un pays allié envahi et privé de ses sanctuaires12.

  • 13 Le Journal d’Amiens, 12 juillet 1915.

15Témoin du rayonnement désormais international de sa cathédrale, Amiens accueille à partir du printemps 1916 des soldats de tout l’Empire britannique qui découvrent ce chef-d’œuvre de l’art gothique avec un intérêt parfois mitigé. Certains Océaniens sont stupéfaits par la hauteur de la nef « aussi haute que les arbres de [leurs] forêts »13, mais beaucoup ont l’esprit ailleurs, comme en témoigne le reporter britannique Philip Gibbs :

  • 14 Philip Gibbs. Now it can be told. Part five, The heart of a city-Amiens in time of war, Harper, 192 (...)

« Je regardai les visages des hommes qui entraient [à la cathédrale]. Certains, comme les Australiens et les Néo-Zélandais, qui ne connaissent pas bien les cathédrales, et ne sont pas croyants […], marchaient autour d’un air distrait, teinté de mépris et même parfois d’hostilité pour ces mystères – les psalmodies de l’office, le tintement des cloches de la grand-messe – dont ils ne saisissaient pas le sens, et qu’ils ne pouvaient associer à aucune logique réelle, c’est-à-dire de leur réalité actuelle : loin de là vers Bapaume ou Bullecourt, où Dieu n’avait rien à faire, semblait-il, dans les raids nocturnes dans les lignes boches, lorsqu’ils faisaient sauter tout un détachement d’Allemands en lançant des torpilles […] dans leur tranchée […]. »14

16Notre-Dame d’Amiens devient, dans une sorte de continuité, un lieu emblématique du souvenir des morts de la Grande Guerre. Dédicaces de plaques commémoratives et remises de drapeaux se succèdent entre 1918 et la fin des années vingt pour rappeler le sacrifice des combattants alliés tombés en terre picarde. Français et Britanniques tués lors de la bataille de la Somme puis lors de l’offensive de 1918 se côtoient dans la commémoration sous les voûtes gothiques.

17Tombé le 15 septembre 1916, Raymond Asquith, fils du premier ministre britannique, est l’un des cent cinquante mille Britanniques tués en cinq mois dans la Somme. Conformément à l’usage, son corps est inhumé près de l’endroit où il est tombé. La cathédrale d’Amiens devient un lieu de pèlerinage à sa mémoire : une plaque commémorative installée vers 1922, et vraisemblablement due à Edwin Lutyens, auteur du mémorial de Thiepval, perpétue, en un lieu symbolique pour les Britanniques, le sacrifice d’un fils dévoué à son père et à son roi. Le 10 octobre 1916, c’est un Français de vingt ans qui meurt à Maurepas. Louis Dériard, fils d’un maître verrier lyonnais, neveu d’un ancien député de la Loire et de Mgr Gonindard, ancien archevêque de Rennes, est l’un des quelque soixante mille morts français de la bataille de la Somme. En hommage à leur fils, ses parents offrent à l’évêque d’Amiens un riche ostensoir réalisé en 1919 par le grand orfèvre lyonnais Armand Caillat. La lunule est entourée de la chaîne d’or que portait le jeune soldat et les lapis-lazulis de son chapelet parent le pied de l’émouvant joyau, désormais conservé dans le trésor de la cathédrale.

  • 15 Sur l’importance de la cathédrale d’Amiens dans l’histoire australienne, voir Louise Dessaivre Aude (...)
  • 16 « Paroles prononcées le 15 août 1918 par l’abbé Léguillier pour la réouverture de la cathédrale d’A (...)

18Dès 1918, Notre-Dame d’Amiens se distingue parmi toutes les cathédrales françaises par l’ampleur de l’hommage rendu aux troupes alliées, et notamment australiennes15. Fermée depuis le Jeudi saint, la cathédrale rouvre progressivement, en présence d’importants détachements de l’Australian Imperial Force. Lors de la fête de l’Assomption, première cérémonie tenue dans l’édifice, mais en l’absence de l’évêque, rentré trop tard d’Abbeville, la messe est célébrée par le maître de chapelle, l’abbé Manzoni, assisté d’un curé de paroisse, « un vieillard aux cheveux blancs qui n’a jamais voulu quitter la ville exposée au feu des barbares », et d’un vicaire mobilisé comme infirmier à l’Hôtel-Dieu, devant une assistance d’officiers, de soldats et de religieuses, très clairsemée mais fervente. Seule décoration dans l’édifice dépouillé de ses vitraux et de ses principales œuvres d’art, la gloire du maître-autel s’orne des drapeaux alliés. Dans l’atmosphère étrange de ce « temple dénudé », le vicaire prie Notre-Dame de pouvoir bientôt, tel Henri IV contemplant en 1597, du haut de la tour Nord, les Espagnols fuyant sur la route de Doullens, « monter […] sur l’immense galerie qui fait le tour de l’abside […] et de là voir s’enfuir jusqu’au Rhin et les casques pointus […] et les canons monstrueux qui prétendaient nous faire peur16. » Les rares journalistes présents dépeignent une ambiance mêlant patriotisme et recueillement. Le soir l’évêque célèbre un Magnificat et les cloches sonnent enfin après des mois de silence.

19Le 8 septembre suivant, on célèbre la Nativité de la Vierge et la réouverture solennelle au culte, en présence de fidèles encore peu nombreux. C’est un détachement de soldats australiens qui a convoyé, à la demande de l’évêque, la précieuse statue de Notre-Dame de Brebières depuis son abri de Normandie. Les honneurs militaires lui sont rendus dans un chœur encore protégé de sacs de terre. Le 2 novembre, jour de la commémoration des défunts, le vent glacé continue de s’engouffrer dans les verrières brisées et la cérémonie a lieu cette fois au fond de la nef. La musique australienne remplace les grandes orgues démontées. Le 17, pour le Te Deum de la victoire, l’évêque invite un soldat australien, ténor et frère d’une cantatrice célèbre en Australie, à chanter devant six mille personnes, au premier rang desquelles se trouvent le prince de Galles, Foch et Haig.

  • 17 Le Dimanche, 14 novembre 1920, p. 681-687.

20Les années d’après-guerre voient s’enchaîner des cérémonies orchestrées par les jeunes nations du Commonwealth, soucieuses de marquer de leur empreinte mémorielle cette cathédrale qu’elles ont contribué à sauver de la destruction. Ne retenons que cette imposante célébration franco-australienne du dimanche 7 novembre 1920, marquée par la présence remarquée du maréchal Foch. La messe a lieu dans une cathédrale bondée où des panneaux de bois remplacent encore de nombreux vitraux. En présence d’autorités civiles et militaires de haut rang et de nombreuses autorités locales, une poignée de diggers forme avec les troupes françaises une garde d’honneur autour de Foch, accueilli au grand portail par Mgr de la Villerabel. Deux cénotaphes, l’un français, l’autre australien, sont placés sur le dallage. À l’issue de la messe, l’évêque rend un hommage en chaire aux deux peuples désormais unis dans la paix pour célébrer leurs morts. L’Australie a voulu faire bénir une plaque en mémoire de ses troupes tombées pour la défense d’Amiens, car sa cathédrale est considérée comme celle du front : de nombreux soldats de l’immense Empire britannique y ont défilé pendant la guerre et, pour chacun d’eux, sa silhouette évoque les terres de combats17. Depuis ce jour, ce mémorial sacré est l’étape obligée de tout pèlerin australien désireux de visiter les lieux où les siens se sont illustrés.

  • 18 Le Journal d’Amiens, 2 novembre 1920.

21Dès 1919, Mgr de la Villerabel souhaite en outre faire réaliser un monument aux morts dans la cathédrale afin de permettre aux familles de trouver un autel devant lequel prier pour leurs défunts. Celui-ci doit également dire les actions de grâce des fidèles du diocèse envers la Vierge qui veilla sur sa cathédrale durant les bombardements de 1918. Inquiet en 1920 de voir les soldats français oubliés, alors que les Britanniques viennent déposer plaques et drapeaux dans sa cathédrale18, l’évêque doit encore patienter. Réalisé par le sculpteur amiénois Albert Roze (1861-1952), le monument aux morts du diocèse est enfin inauguré par Mgr de la Villerabel, devenu archevêque de Rouen, accompagné de son successeur Mgr Lecomte, le 16 décembre 1923. Installé dans une arcature du collatéral du chœur, il est sculpté dans la pierre de Lorraine. La Vierge de Miséricorde accueille sous son manteau le soldat défunt et sa famille. Dans le lointain, se profilent les silhouettes d’une église dévastée et de la cathédrale épargnée. Le 6 avril 1924, le nonce apostolique préside la messe pour les morts, à laquelle assistent les autorités civiles et militaires et plusieurs milliers de fidèles. Les curés-doyens du diocèse viennent, un à un, à l’appel de Mgr Lecomte, remettre au nonce, qui les dépose dans les coffrets de bronze préparés à cette intention, les listes des morts de leurs doyennés.

La cathédrale menacée

L’occupation allemande

  • 19 Sur l’occupation allemande à Amiens du 31 août au 11 septembre 1914, voir Albert Chatelle, Amiens p (...)

22Le 31 août 1914, le IVe corps d’armée allemand défile dans les rues d’Amiens19. On répète en ville que le service prévu le lendemain dans la cathédrale pour la mort du pape n’aura pas lieu, ce qui semble inconcevable. Environ trois mille soldats sont présents dans la cité. La cathédrale ne manque pas de les intéresser, mais les portails restent fermés, à l’exception du celui du transept sud, surveillé par le gardien Eugène Régnaut. Quelques petits groupes de soldats, qui souhaitent entrer pour la visiter, doivent déposer leurs armes, à la demande de celui-ci. Un cavalier admire les stalles et promet de revenir le lendemain avec son matériel de dessin ; il se dit artiste et se plaint qu’il « en a soupé de la guerre ». Tous se conduisent avec décence, se découvrant et parlant à voix basse. Les troupes allemandes quittent définitivement Amiens le 11 septembre.

  • 20 Un édile picard dans la tourmente, op. cit., p. 143.

23Bientôt, c’est la nouvelle de l’incendie de la cathédrale de Reims qui parvient à Amiens par les journaux, suscitant une grande émotion. Alors que les bombardements s’intensifient début 1915 et causent des dégâts irrémédiables à la basilique d’Albert et aux villes voisines, le premier adjoint Duchaussoy, se remémorant un entretien avec le maire concernant la cathédrale, se félicite que le projet d’établir un poste d’observation dans la flèche n’ait pas eu de suites20. Pourtant, si Amiens échappe aux tirs d’artillerie avant le printemps 1918, la proximité de la ligne de front ne lui épargne pas des raids aériens qui se succèdent à un rythme soutenu, rendant la menace permanente sur la ville. La nécessité de protéger la suffragante amiénoise du sort funeste de la métropolitaine rémoise s’impose donc rapidement.

Les mesures de protection

24Le 16 avril 1915, deux bombes tombent à 150 mètres de la cathédrale, accélérant la prise de conscience des autorités des menaces qui pèsent sur elle. Aussitôt, le sous-secrétariat d’État aux Beaux-Arts ordonne les premières mesures de protection contre les incursions aériennes. On relie par téléphone le logement du gardien avec le poste central des sapeurs-pompiers et on installe dans les combles quatre extincteurs. Chaque fois qu’un avion ennemi est signalé, le gardien doit monter dans les combles. On saisit combien ces mesures sont dérisoires.

25En novembre 1915, le capitaine des sapeurs-pompiers d’Amiens fait hisser dans les combles de la cathédrale trois pompes à incendie. Plusieurs bacs en chêne garnis de plomb et des cuves en fer sont emplis d’eau grâce à une autopompe. Un imposant système de canalisation est installé pour mener l’eau à 45 mètres de hauteur. D’autres mesures complètent le dispositif : on nettoie les reins des voûtes afin de supprimer les matières inflammables et on bouche tous les trous de passe-corde dans la voûte. On débouche les caniveaux d’écoulement des eaux dans le grand comble. Pour protéger la flèche, on érige à sa base quatre murs coupe-feu, la séparant du reste des combles.

26Les bombardements font craindre également d’irréparables dégâts sur la riche statuaire gothique des portails, tant par éclats de projectiles que par incendie des portes. Le sous-secrétariat d’État des Beaux-Arts fait donc entreprendre, en accord avec la municipalité, des mesures de protection nécessaires. En mai 1915, on commence la protection des portails de la façade occidentale et de la Vierge dorée. Les charpentiers installent d’immenses poutres de bois en plans inclinés destinées à supporter l’énorme carapace constituée de milliers de sacs d’argile. Ceux des parties basses sont goudronnés pour leur éviter de prendre l’humidité. Les statues-colonnes et les soubassements sont ainsi protégés sur toute la profondeur des ébrasements. Seuls apparaissent encore les voussures et les tympans. Au bout d’un mois, les travaux sont achevés. Ce bouclier n’a été retiré qu’en 1919.

  • 21 Henri Deneux, architecte en chef des Monuments historiques, établit un devis estimatif de 111 415,1 (...)

27Début 1916, l’administration des Beaux-Arts se préoccupe aussi de protéger les monuments conservés dans la cathédrale, contre les projectiles incendiaires et les éclats de mitraille21. Les travaux débutent en juin par les clôtures de chœur des xve et xvie siècles narrant les vies de saint Firmin et de saint Jean Baptiste, aux délicates sculptures de pierre dorées et polychromées. Le dispositif est commun avec celui visant à protéger les stalles voisines. Les bas-reliefs du transept (Jésus chassant les marchands du Temple et la légende de saint Jacques et du mage Hermogène) sont protégés de la même manière à partir de juillet 1916.

  • 22 Le Dimanche, juin 1916.
  • 23 L’absence de ventilation aura toutefois pour conséquence l’apparition de moisissures.

28À la veille de la bataille de la Somme, la cathédrale continue de recevoir « sa toilette de guerre »22 : la protection des stalles est alors entamée. Sur une puissante charpente de fer d’un poids de quarante-deux tonnes, composée de seize fermes reliées entre elles par des pannes et solidement encastrée dans le sol, neuf mille sacs remplis d’argile sont disposés sur quatre-vingts rangées de hauteur. Une ample draperie dissimule le dispositif de protection. Les offices au maître-autel doivent être interrompus pendant les travaux. Au printemps 1918, une torpille a traversé la voûte du collatéral sud, à quelques mètres seulement du chœur, mais n’a pas explosé. Une croix marque toujours, sur le dallage actuel, l’endroit où elle s’est fichée. La lourde carapace n’est retirée qu’en 1919 lorsque les fenêtres du grand vaisseau retrouvent leurs vitraux. À défaut d’avoir protégé les stalles des obus et des bombes qui les ont épargnées, les sacs d’argile les ont protégées de l’eau et des pigeons23.

29L’Ange pleureur, sculpté en 1636 par Nicolas Blasset pour servir d’ornement au tombeau du chanoine Guillain Lucas, acquiert une immense célébrité lors de la Grande Guerre. Des cartes postales le représentant sont diffusées dans le monde entier par les soldats des armées alliées. Cet ange a la tête appuyée sur le bras droit accoudé sur une tête de mort, la main gauche posée sur une clepsydre symbolisant l’écoulement irréversible du temps. Le monument funéraire est lui aussi protégé par une carapace de sacs d’argile. La statuette de l’angelot, déposée en 1916 et remplacée par un moulage en plâtre, souffre de ce démontage puisque ses deux ailes, déjà restaurées après la Révolution, sont retrouvées cassées en 1918.

30Au printemps et à l’été 1918 la puissance du feu de l’offensive et l’avancée rapide de l’armée allemande sont telles qu’il devient évident que le seul moyen de prémunir de la destruction les collections abritées dans les musées, archives, bibliothèques et autres monuments historiques est leur évacuation. En 1917, une commission interministérielle crée un service agissant dans la zone des armées pour conserver et évacuer les œuvres d’art menacées. La section du front Nord (Nord, Pas-de-Calais, Somme), basée à Arras, est sous la responsabilité du lieutenant Fernand Sabatté (1874-1940), un artiste peintre mobilisé. Des dépôts et ateliers sont alors aménagés dans l’ancien couvent des Eudistes d’Abbeville et dans la chapelle du Collège d’Eu, puis au château de Martainville, près de Rouen. C’est ainsi que sont évacuées par camions automobiles, dans des caisses que les ateliers du service ont confectionnées, les œuvres les plus précieuses de la cathédrale. Des inventaires consignent soigneusement chacune d’elles. La section photographique est chargée de conserver la mémoire des opérations. Le trésor, dont la châsse de saint Firmin, gagne Abbeville puis Eu ; le chef de saint Jean Baptiste est mis en sûreté dans le diocèse de Saint-Brieuc ; le maître-autel, le monument du chanoine Guillain Lucas, les autels de la confrérie du Puy et Saint-Sébastien, le crucifix de Saint-Sauve sont évacués à Eu. Les tombeaux en bronze d’Evrard de Fouilloy et de Geoffroy d’Eu, d’un poids avoisinant les sept tonnes, et au métal très convoité par l’industrie de l’armement, sont aussi entreposés à Eu jusqu’à la fin de la guerre.

31En 1918 également, l’architecte de la cathédrale, Favry, fait démonter les verrières les plus précieuses. Les panneaux de vitraux, placés dans des caisses de bois, calés avec de la paille, sont envoyés à Martainville par camions. On les remplace par des planches de bois. On dépose les trois roses, les verrières du triforium du chœur, la verrière axiale et celles des chapelles rayonnantes. Après la guerre, l’administration des Beaux-Arts veut faire restaurer les vitraux des chapelles rayonnantes. Quatre-vingt-douze caisses sont confiées au peintre-verrier parisien Socard. Par manque de place, il en entrepose la moitié chez son beau-frère, où un incendie en anéantit une importante partie quelque temps plus tard.

32Le 20 avril 1918, un obus fracasse le bas-côté sud de la nef, démolissant la soufflerie de l’orgue et endommageant le triforium. On hésite à entreprendre le démontage de l’instrument, datant de 1422. Le 1er juin, l’abbé Manzoni, chargé de la protection des œuvres d’art pour la cathédrale, reçoit l’ordre de démonter l’orgue. Outre le risque d’une destruction, on craint le pillage de l’instrument par les Allemands en cas d’une nouvelle occupation. Des sapeurs-pompiers de Paris travaillent un mois au démontage. Trois mille cinq cents tuyaux sont descendus. L’évacuation vers Abbeville et Eu est achevée le 9 juillet. Le mécanisme et les plus grands tuyaux restent dans la cave de la chapelle des catéchismes de la cathédrale.

  • 24 « La détresse de la cathédrale d’Amiens », Le Petit Parisien, 11 août 1927.

33Près d’une décennie encore après la fin de la guerre, la presse s’émeut de la « détresse » de la cathédrale d’Amiens, se demandant quand on lui rendra enfin ses orgues et ses vitraux24. Les touristes contemplent en effet les buffets d’orgue Renaissance toujours vides. Le déménagement précipité des tuyaux, pliés sans précaution pour être chargés plus commodément dans les camions, en serait la raison. Après de nombreuses discussions, l’administration des Monuments historiques confie, en 1935 seulement, la restauration de l’orgue à la maison Rœthinger de Strasbourg. L’inauguration a lieu le 15 mai 1938.

34Quant à l’histoire des vitraux, qualifiée d’encore plus « lamentable » par ce même article, elle n’a connu un dénouement plus tardif encore : de nouvelles verrières sont réalisées en 1933 dans les chapelles Notre-Dame Drapière et du Sacré-Cœur par l’atelier de Jean Gaudin. Les vitraux endommagés sont déposés à Champs-sur-Marne. Certains sont restaurés en 1992 et 2002 et finalement remontés dans la chapelle Saint-Nicaise.

La cathédrale meurtrie

L’Union sacrée et ses limites autour des victimes des bombardements (novembre 1916)

  • 25 Pour la première fois sont expérimentés des obus de 240 mm pesant plus de 100 kg et dotés d’ailette (...)
  • 26 Le Progrès de la Somme, 15 novembre 1916, et Un édile picard dans la tourmente, op. cit., p. 278-28 (...)
  • 27 Le Dimanche, 19 novembre 1916, p. 611.
  • 28 Un édile picard dans la tourmente, op. cit., p. 280.

35Si le bombardement du 16 avril 1915 a été déterminant dans la décision de protéger la cathédrale, il a choqué les Amiénois par son caractère meurtrier : sept tués et une dizaine de blessés sont en effet à déplorer. Bien plus meurtrier encore, un nouveau raid destiné à entamer le moral des populations frappe le cœur de la ville dans la soirée du 10 novembre 1916. Cent vingt bombes incendiaires, torpilles explosives et obus25 sont lâchés en quatre fois, en trois heures. Il y a cinquante-six victimes, dont dix-huit tués. Le 14 novembre, Amiens leur rend hommage lors d’obsèques solennelles, organisées conjointement par la municipalité et les autorités militaires et religieuses. Le drapeau national recouvre les cercueils de sept soldats, permissionnaires pour certains, comme ce Belge mobilisé dans un atelier de camouflage. Parmi les civils, un jeune marchand de primeurs de nationalité espagnole, deux jeunes veuves atteintes en pleine rue, une vieille femme et une petite couturière de quinze ans, écrasées dans l’effondrement de la cave qui leur servait d’abri, et quelques clients attablés dans un café. La cérémonie civile a lieu à l’Hôtel-Dieu. Le maire proteste contre ces attentats criminels, rappelant qu’en août 1914 les occupants avaient assuré qu’ils n’étaient pas des barbares et qu’ils ne faisaient pas la guerre aux villes et aux non-combattants, même s’ils avaient pourtant fait prisonniers « traîtreusement » onze cents civils. Depuis, le front est assez proche pour que les Tauben viennent semer la mort dans les foyers. Les succès de Verdun et de la Somme « ont affolé nos ennemis » qui sont venus jeter des bombes pour essayer de terroriser les Amiénois en tuant des civils innocents et des soldats permissionnaires26. Après quelques paroles patriotiques du général Plantey, le cortège démarre, clergé catholique en tête. Les deux premiers convois se rendent au temple protestant ; onze autres rejoignent la cathédrale, accompagnés de la plupart des officiels. Les cercueils sont alignés dans le transept. La foule « attristée et indignée mais confiante » est immense27. Le vicaire général, l’abbé Cadot, célèbre la messe sur un autel dressé à l’entrée du chœur et l’évêque adresse du haut de la chaire des paroles de consolation et de réconfort aux familles des victimes. Le Progrès de la Somme est censuré pour avoir voulu accuser le maire et l’un de ses adjoints de « s’encapuciner » en voulant faire entrer tous les cercueils à la cathédrale, libres penseurs, comme protestants et catholiques. Duchaussoy commente, excédé : « Les gens hypnotisés par le Vénérable ne comprennent pas l’Union sacrée »28. Celle-ci connaît ainsi localement une de ses limites ponctuelles du temps de la guerre.

L’évacuation d’Amiens (mars 1918)

36Le 21 mars 1918, les Allemands lancent une grande offensive en Picardie. Amiens, violemment bombardée par l’artillerie et l’aviation, est menacée, tandis que dix mille réfugiés affluent en ville en quelques jours. Guillaume II aurait même déclaré vouloir entrer dans Amiens le lundi de Pâques et faire chanter un Te Deum le soir même à la cathédrale, par ses aumôniers militaires. La ville est sous le feu nourri des Allemands à partir du 22 mars et la panique s’empare des habitants. Le musée est touché par des torpilles aériennes le 26. Le même jour, à Doullens, le commandement unique des armées alliées est confié à Foch.

37La mairie ordonne alors le 27 mars l’évacuation de la cité, entraînant bientôt le départ de quatre-vingt mille personnes. Le lendemain, Jeudi saint, la cathédrale, touchée par des obus, est fermée au culte. Mgr de La Villerabel et le vicaire général rencontrent le maire radical Duchaussoy, le député socialiste Lecointe et le président de la Libre-Pensée, Lasselain : à l’heure du danger, l’Union sacrée ne se discute pas.

38L’évêque quitte Amiens le 2 avril pour se réfugier à Abbeville. Certains ont alors regretté que le prélat ne restât pas plus longtemps dans sa ville exposée pour exalter les courages, tel un Defensor civitatis, comme l’avait été son confrère de Verdun, Mgr Ginisty, en 1916. Seuls un millier d’habitants demeurent à Amiens, dont quelques agents municipaux, des pompiers et des policiers. L’échec de l’offensive allemande, arrêtée notamment par les Australiens à Villers-Bretonneux le 25 avril, puis la contre-attaque alliée en Picardie à partir du 8 août éloignent les dangers, mais la cathédrale, comme la ville, restent menacées jusqu’à ce moment-là.

Le bombardement de la cathédrale (avril 1918)

  • 29 Sur le détail des tirs, voir le texte de Fabio Morbidi et El Mustapha Mouaddib dans cet ouvrage.
  • 30 Le Petit Journal, 30 avril 1918.

39Du 9 au 20 avril, neuf obus tombent sur la cathédrale29. Celle-ci est peu endommagée, à la différence du centre-ville. Albert Londres dramatise néanmoins dans Le Petit Journal : « Après Reims, les Vandales tuent Amiens ». S’interrogeant si Dieu lui-même n’aurait pas quitté la cathédrale sans défense, il prophétise : « Le premier trou qu’elle porte sur son toit […] est à droite au-dessus de l’abside […] le premier trou qui, le 17 septembre 1914, frappa le toit de sa sœur suppliciée de Reims était à droite au-dessus de l’abside […] »30.

  • 31 Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, guerra 14-18, rubricio 244 D, fasc. 92, Mgr de la V (...)
  • 32 Albert Chatelle, op. cit., p. 202.

40Mgr de la Villerabel écrit à deux reprises à Benoît XV pour l’alerter de la situation. Le 12 avril, il lui fait part de son espérance que « la sainte Vierge préserve son incomparable cathédrale […]. Elle a reçu un seul obus et [l’évêque] espère encore que l’ennemi ne la vise pas, mais [il] tremble à la pensée qu’elle pourrait être anéantie par les torpilles »31. Cette première missive n’ayant reçu qu’une réponse de convenance, Mgr de la Villerabel emploie alors le ton suppliant de « l’enfant pleurant aux pieds de son père » pour convaincre le pape que l’usage de pièces d’artillerie lourde condamnerait sans appel Notre-Dame d’Amiens, plus fragile que sa voisine rémoise. Le nonce apostolique à Munich, Mgr Pacelli, est alors chargé d’intervenir de la manière la plus pressante auprès du gouvernement de Berlin pour conjurer, autant qu’il lui est possible, les périls menaçant la cathédrale d’Amiens. Le chancelier de l’Empire, von Hertling, répond qu’à moins de nécessité militaire absolue, la cathédrale d’Amiens sera respectée32.

  • 33 « The traveller, the true war spirit », The Queenslander (Brisbane), Saturday 22 February 1919, p.  (...)
  • 34 « The Fall of Paris and the fall of the city of Amiens », Northern Argus (Clare), Friday 23 August (...)

41Lorsque les Amiénois reviennent début septembre, accompagnés de nombreux journalistes français et étrangers, on s’étonne que la cathédrale ne montre, comme seule blessure visible de loin, qu’un trou dans sa toiture. De nombreuses rumeurs circulent. On murmure volontiers que de l’argent a été discrètement versé pour qu’elle fût épargnée. Mais la presse australienne donne une autre explication : les alliés auraient fait monter dans une tour des généraux et des officiers allemands prisonniers, pour servir de bouclier33. Nullement attestée par d’autres sources qu’australiennes34, cette explication montre combien il était capital pour une jeune nation en devenir d’avoir contribué à la sauvegarde d’un monument aussi symbolique du patrimoine de la vieille Europe que la cathédrale d’Amiens.

Conclusion

42Mobilisée sous l’invocation de la Vierge, protectrice de la cité, du diocèse et de la patrie, dès août 1914, Notre-Dame d’Amiens devient en 1916 la cathédrale du front où les troupes alliées venues du monde entier entrent pour y trouver réconfort spirituel et soutien patriotique. Devenue mémorial pour tous les combattants alliés, elle acquiert une dimension patrimoniale et mémorielle toute particulière pour la jeune nation australienne en quête d’identité et dont les troupes d’engagés volontaires ont largement contribué à la préserver du désastre, en repoussant l’offensive allemande du printemps 1918.

43Menacée par la position géographique et stratégique d’Amiens, la cathédrale risquait de subir des outrages comparables à ceux de sa métropolitaine rémois, de Soissons, d’Arras ou d’Ypres. Aussi des mesures de protection ont-elles été décidées tôt par des autorités civiles, militaires et religieuses, conscientes que l’Union sacrée s’impose face au danger imminent.

44Pour autant, sans subir le « martyr » de Reims, Notre-Dame d’Amiens connaît des meurtrissures qui, pour n’être pas désastreuses, ont laissé des stigmates encore visibles aujourd’hui et volontairement gardées en témoignage des heures sombres. Épargnée – miraculeusement diront certains – par l’iconoclasme protestant ou révolutionnaire puis par la guerre, la cathédrale d’Amiens rouvre discrètement au culte le 15 août 1918, sans qu’aucun obus n’ait commis outrage plus irréversible que quelques verrières brisées, ardoises ou pierres pulvérisées. Ce sont finalement certaines mesures de protection qui ont eu les conséquences les plus funestes. Protégée du Ciel, comme l’affirment des croyants, ou simplement chanceuse de ne pas avoir constitué un enjeu aussi important que Reims ou Coventry, Notre-Dame d’Amiens traverse donc les deux guerres mondiales sans que le drapeau du Reich ne vienne flotter en son sommet, sans être transformée en temple protestant ou en hôpital militaire et sans être réduite à un amas de décombres sacrés.

Notes

1 Sur le contexte général, voir Xavier Boniface, Histoire religieuse de la Grande Guerre, Fayard, 2014. Sur le culte à la cathédrale d’Amiens, voir id., « De guerres en reconstructions : de 1914 à nos jour », dans Mgr Bouilleret (dir.) Amiens, la grâce d’une cathédrale, Strasbourg, La Nuée bleue, 2012, p. 463-471.

2 Cet article reprend en partie les textes de l’ouvrage d’Aurélien André, Xavier Boniface et Louise Dessaivre Audelin, La cathédrale d’Amiens dans la Grande Guerre, Amiens, Éd. de la Librairie du Labyrinthe, 2019, 128 p.

3 Abbé Ch. Calippe, Monseigneur Dizien, évêque d’Amiens 5 avril 1846 – 27 mars 1915, Amiens, Typographie A. Grau, 1915, p. 173.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 179.

6 Alphonse Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages, images et langages, Paris, Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1987, p. 70.

7 Voir Xavier Boniface, « Notre-Dame de Brebières à Albert : les “recharges sacrales” d’un pèlerinage picard aux xixe et xxe siècles », Revue du Nord, 2011, hors-série n° 25, p. 235-256.

8 Un édile picard dans la tourmente. Journal de guerre d’Herménégilde Duchaussoy (Amiens 1914-1919), tome I, 1914-1917, édition établie par Renaud Quillet, Amiens, Encrage, 2016, p. 149.

9 Le Dimanche, février 1916.

10 Fête nationale de l’indépendance belge célébrée à la cathédrale d’Amiens, discours de Monseigneur de la Villerabel, Amiens, Typographie A. Grau, 1916, p. 11-23.

11 Un édile picard dans la tourmente : journal de guerre d’Herménégilde Duchaussoy, op. cit., p. 246.

12 Dans le même esprit, la Primatiale Saint-Jean de Lyon a accueilli, le 5 mai 1940, une célébration pour la Fête nationale polonaise, en présence du consul polonais, en l’honneur d’une nation catholique martyre.

13 Le Journal d’Amiens, 12 juillet 1915.

14 Philip Gibbs. Now it can be told. Part five, The heart of a city-Amiens in time of war, Harper, 1920, chap. XII.

15 Sur l’importance de la cathédrale d’Amiens dans l’histoire australienne, voir Louise Dessaivre Audelin, « Les Australiens dans la Somme : traces patrimoniales d’un sacrifice (1918-1938) », dans : Viviane Fayaud (dir.), Les Océaniens dans la Grande Guerre. Nation, nationalisme et sentiment d’appartenance, Amiens, Encrage, 2018, p. 300-306.

16 « Paroles prononcées le 15 août 1918 par l’abbé Léguillier pour la réouverture de la cathédrale d’Amiens », Le Dimanche, 15 et 22 mai 1955, p. 90.

17 Le Dimanche, 14 novembre 1920, p. 681-687.

18 Le Journal d’Amiens, 2 novembre 1920.

19 Sur l’occupation allemande à Amiens du 31 août au 11 septembre 1914, voir Albert Chatelle, Amiens pendant la guerre (1914-1918), Paris, Larousse, 1929 (2e éd.), p. 17-57. J. Picavet, Les Allemands à Amiens, août-septembre 1914, Amiens, Yvert & Tellier, 1914, 93 p. et Philippe Nivet, « L’occupation d’Amiens… », Revue du Nord, janvier-juin 2014, n° 404-405, p. 51-66.

20 Un édile picard dans la tourmente, op. cit., p. 143.

21 Henri Deneux, architecte en chef des Monuments historiques, établit un devis estimatif de 111 415,15 francs le 13 mai 1916.

22 Le Dimanche, juin 1916.

23 L’absence de ventilation aura toutefois pour conséquence l’apparition de moisissures.

24 « La détresse de la cathédrale d’Amiens », Le Petit Parisien, 11 août 1927.

25 Pour la première fois sont expérimentés des obus de 240 mm pesant plus de 100 kg et dotés d’ailettes pour augmenter leur stabilité.

26 Le Progrès de la Somme, 15 novembre 1916, et Un édile picard dans la tourmente, op. cit., p. 278-280.

27 Le Dimanche, 19 novembre 1916, p. 611.

28 Un édile picard dans la tourmente, op. cit., p. 280.

29 Sur le détail des tirs, voir le texte de Fabio Morbidi et El Mustapha Mouaddib dans cet ouvrage.

30 Le Petit Journal, 30 avril 1918.

31 Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, guerra 14-18, rubricio 244 D, fasc. 92, Mgr de la Villerabel au pape, 12 avril 1918.

32 Albert Chatelle, op. cit., p. 202.

33 « The traveller, the true war spirit », The Queenslander (Brisbane), Saturday 22 February 1919, p. 29.

34 « The Fall of Paris and the fall of the city of Amiens », Northern Argus (Clare), Friday 23 August 1940, p. 6.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site